Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Bomarzo

 | 
Esteban Buch

La fidélité à Onganía dans l’affaire Bomarzo n’aura pas sauvé la tête du colonel Schettini

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La fidélité à Onganía dans l’affaire Bomarzo n’aura pas sauvé la tête du colonel Schettini le 4 septembre 1967, le maire de Buenos Aires présente sa démission. Un conflit avec le capitaine Green, le beau-frère du président, qui fut un temps membre de son équipe municipale avant de l’obliger à comparaître devant un tribunal d’honneur militaire, semble avoir été à l’origine de la chute du colonel. Mais l’histoire de l’opéra censuré joua également un rôle décisif : « Les ironies de Manuel (Manucho) Mujica Lainez tombèrent généreusement sur les têtes municipales, à commencer par celles du maire et de son frère, le secrétaire à la Culture », dit le journal El Mundo1. Alberto Ginastera commentera dans une lettre à un collègue : « Moi aussi j’ai pris mes distances avec l’affaire “ Bomarzo ”, laquelle reste sans solution, mais aura au moins accéléré la démission du Maire et du Secrétaire à la Culture, deux des responsables de l’interdiction2. » La rapide disgrâce du maire contraste avec la ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540