Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Bomarzo

 | 
Esteban Buch

La dernière action de Juan Pedro Montero comme directeur général du théâtre Colón

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La dernière action de Juan Pedro Montero comme directeur général du théâtre Colón fut l’annonce d’une saison 1967 qui incluait la « création sud-américaine » de Bomarzo. Montero, en poste depuis 1958, prolongeait ainsi une politique artistique qui, au-delà de Ginastera, avait réservé à l’opéra du xxe siècle un espace non négligeable, depuis Erwartung [L’Attente] de Schoenberg en 1959, à l’Ange de feu de Prokofiev en 1966. La création de Lulu de Berg en 1965 est évoquée dans un télégramme au metteur en scène Ernst Poettgen, qui illustre les risques de ces incursions hors répertoire : « Lulu succès absolu personne n’est parti Félicitations Montero1. » Si les rituels liés à la haute culture avaient déjà été perturbés sous le péronisme, c’est la modernisation du pays qui, pendant les années 1960, laisse son empreinte dans le vénérable temple de l’oligarchie. « Le théâtre a fait un effort gigantesque pour se réhabiliter et pour mener à bien en quelques années une évolution qui aurait dû ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540