Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Bomarzo

 | 
Esteban Buch

Au théâtre Colón, bleue comme l’azur du drapeau Argentin est la voûte peinte en 1966

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au théâtre Colón, bleue comme l’azur du drapeau Argentin est la voûte peinte en 1966 par Raúl Soldi, sur une idée de Manuel Mujica Lainez. Le souvenir de l’écrivain perdure dans la figure d’un danseur qui, comme les personnages d’Invitados en el Paraíso, participe au simulacre d’une scène de la Renaissance, tout en portant un masque de licorne, clin d’œil au roman El Unicornio [La Licorne] que Mujica Lainez avait écrit à la suite de Bomarzo. Le programme iconographique de Soldi, que préside un lutin blanc et languissant, est de « fixer sur le toit tout ce qui se passe et s’est passé sur scène1 ». Cinquante et un musiciens, danseurs et chanteurs sont disposés en cercle, formant des groupes où certains jouent ou chantent, d’autres dansent ou jouent aux échecs (mais alors ils ne sont pas sur scène, car c’est ce que font les artistes du Colón, paraît-il, pendant les entractes). Certaines figures reprennent les gestes codifiés de la commedia dell’arte, elles esquissent un couple d’amoure...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable