Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'affaire Bomarzo

 | 
Esteban Buch

Le prélude commence par un trémolo de grosse caisse presque inaudible

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le prélude commence par un trémolo de grosse caisse presque inaudible, et un fa dièse aux contrebasses, en quadruple pianissimo. Cette note est immédiatement reprise aux trombones, qui la prolongent en glissandi symétriques d’un demi-ton, comme si l’image du fa dièse devenait floue. Les contrebasses héritent du geste du glissando, qu’elles vont étendre vers le bas, non pas sur un demi-ton mais sur un triton, jusqu’à la note do, posant ainsi les repères de ce qui deviendra un paysage atonal. À partir de ce do de catacombes, les cordes font leur entrée par pupitres, du grave vers l’aigu, jusqu’à un fa dièse aux alti qui complète la première série dodécaphonique de l’œuvre1 et, couronnant le tout, des aigus de hauteur indéterminée aux violons. Les entrées de chaque note, qui s’éloignent de l’axe initial par degrés chromatiques, doublées par le piano et colorées par un instrument de percussion, suivent un rythme irrégulier, qui toutefois déploie une série de durées associée à cette seul...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540