Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Passions révolutionnaires

 | 
Hamit Bozarslan
, 
Gilles Bataillon
, 
Christophe Jaffrelot

De quoi la révolution est-elle le nom ?

Post-scriptum pour poursuivre la réflexion

Hamit Bozarslan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Souhaitee ou crainte, une révolution est, comme le saisit en son temps Victor Hugo1, d’abord une tempête, une vague profonde poussant une société à devenir, simultanément, sujet actif et spectateur impuissant de son destin. Elle est également une énigme, car elle se produit chaque fois dans un espace-temps spécifique, avec pourtant quelque chose d’universel. D’où la difficulté, mais aussi la nécessité d’une sociologie historique du fait révolutionnaire au-delà des seules expériences européennes.

Mais commençons par ce « Vieux Continent ». Dans son ouvrage de synthèse sobrement intitulé Histoire des révolutions, Martin Malia, spécialiste renommé de l’Ancien régime russe et de l’Union soviétique2, singularise un type de révolution qu’il définit comme « historiquement européen ». Pour ce lecteur attentif de François Furet, qui trouve par ailleurs sa double source d’inspiration chez Tocqueville et Weber, une « révolution historique européenne » est déterminée par les contradictions inter...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540