Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 2

 | 
Bartolomé Bennassar

Sources et bibliographie

Texte intégral

I. — LES SOURCES MANUSCRITES

Ce livre a été écrit à partir des sources manuscrites essentiellement. L’examen des notes infrapaginales en convaincra aisément. La multiplication des références par l’usage de ces notes, indispensable dès lors que l’on s’efforce à la synthèse, rend inutile une recension complète de ces sources manuscrites. Toute fois, il est nécessaire de savoir dans quelles conditions elles sont accessibles et de connaître l’intérêt respectif de chacun des dépôts d’archives dans lesquels nous avons travaillé.

1. ARCHIVO MUNICIPAL DE VALLADOLID (A.M.V.)

Ces archives m’ont été très utiles. Cependant, une grande partie des documents du fonds ancien ne sont ni répertoriés ni classés et les archivistes en poste ces derniers lustres, malgré leur bonne volonté et leur compétence, ont dû se borner à classer les documents contemporains, ne disposant ni du temps ni du personnel nécessaires pour entreprendre et poursuivre la lourde tâche proposée. Il est donc hors de doute que de nombreux documents, certains probablement fort importants, ont échappé à mes recherches. Les découvertes réalisées dans quelques legajos dits especiales (actuellement numérotés de 375 à 382) sont, à cet égard, significatives. J’ai trouvé pêle-mêle dans ces legajos le livre de comptes des boucheries de la ville de Valladolid pour la période allant du 23 juin au 5 décembre 1586, plusieurs copies de procès relatifs aux pâturages, plusieurs ordonnances dont certaines concernent des corporations ou des professions (bourreliers, journaliers, etc.), d’autres la pêche ou la chasse, d’autres encore le contrôle du ravitaillement ; le livre de gestion de l’œuvre des enfants pauvres de la Doctrine Chrétienne qui comporte notamment une statistique des moutons abattus à Valladolid de 1565 à 1596, etc. Les legajos 4, 5, 6 contiennent les ordonnances générales de la ville, celles sur l’exploitation des vignes et le commerce du vin et celles de la plupart des corporations. D’autres documents, comme le Libro de la traza qui concerne le plan et le financement de la reconstruction de Valladolid après le grand incendie de 1561, ne sont pas cotés.

Les seuls fonds de consultation facile sont les Livres d’Actes du Regimiento de la ville et les livres de l’hôpital de l’Esgueva. Les Livres d’Actes qui nous livrent le détail des discussions et des décisions des édiles de la cité (corregidor et regidores) intéressent tous les aspects de la vie de Valladolid et des villages de sa juridiction. Malheureusement quelques années manquent, notamment les années des commuidades : documents dangereux, évidemment détruits à temps ! Les Livres d’Actes concernant le xvie siècle sont numérotés de 1 à 17.

Quant au fonds de l’Esgueva, déjà utilisé par Earl J. Hamilton, il est constitué par trois ou quatre centaines de livres de comptes qui, en dépit de quelques lacunes, forment notre source la plus importante en matière d’histoire des prix et des salaires.

2. ARCHIVO AISTÔRICO AROVINCIAL DE AALLADOLID (A.H.P.V.)

Les conditions de travail dans ce dépôt sont bien meilleures grâce au remarquable effort réalisé par Don Filemôn Arribas Arranz et son équipe. De nombreux documents dispersés ont été regroupés dans la section Histôrica, aujourd’hui parfaitement répertoriée. C’est ainsi que le legajo n° 1 comporte d’abondants papiers relatifs à l’histoire économique du village d’Arroyo. Le legajo 29, fol. 3, est fondamental pour la connaissance de l’histoire de Tudela de Duero (recensements de 1542, 1566, 1572, 1578, 1593, etc.). Les legajos 22 et 23 permettent de comprendre le fonctionnement du système des lignages, etc. C’est dans cette section que l’on trouvera la plupart des documents intéressant les villages, à l’exception de ceux fournis par les notaires.

La Section Universidad est précieuse par la conservation des papiers des procès criminels relatifs aux étudiants (les legajos 1 à 17 concernent le xvie siècle). En revanche la Section Diputaciôn dans laquelle se trouvent quantité de papiers d’hôpitaux et de confréries ne vaut guère que pour les siècles postérieurs au xvie siècle.

Toutefois, la partie la plus importante du fonds est constituée par les minutiers des notaires. Si les actes notariés ne sont pas répertoriés (tâche immense !) ; du moins les minutiers sont-ils très correctement classés par notaire et par année. Des fichiers onomastique, chronologique, géographique, rendent la consultation de ces minutiers relativement aisée.

L’abondance des papiers notariaux m’interdisait une consultation exhaustive, d’autant plus que les heures d’ouverture du dépôt sont très limitées (15 h 30 à 19 heures). Les minutiers de Valladolid et des villages environnants sont au nombre de quelques centaines, et 1 500 à 2 000 folios par minutier ne constituent pas l’exception mais la règle, certains atteignant même 3 000 folios ! J’ai consulté tous les papiers antérieurs à 1540 qui sont assez rares : ceux du notaire Alonso de Salamanca (1 509 — n° 14 065) ; de Francisco Sânchez de Santiesteban (1507, 1518 à 1520, 1523 — nos 1 et 2) ; de Pedro Copero (1515-1516 et 1523-1524 — n  30) ; de Bartolomé Palacios (1516-1517 et 1529-1536) ; de Juan Garcia de Vera (1529-1530 et 1537 — n° 33). A partir de 1540, les registres se multiplient au point que le choix s’impose. Mais quel choix ? Tout en m’efforçant de ne négliger aucune année du siècle, je me suis décidé pour un choix inspiré par les clientèles des notaires. C’est ainsi que j’ai d’abord retenu Antonio de Cigales : la continuité de ses opérations qui s’échelonnent sans interruption de 1525 à 1577 (legajos n08 35 à 71) était particulièrement séduisante puisqu’elle permettait de s’introduire durablement dans l’intimité de sa clientèle, de connaître ses fortunes et ses vicissitudes. De plus, la clientèle d’Antonio de Cigales était extrêmement variée, concernant toutes les classes sociales à l’exception de la haute noblesse. C’est cette dernière classe au contraire qui peuple les registres d’Alonso Pérez Cerôn étudiés de 1581 à 1590 (énormes minutiers n°8 562 à 577), tandis qu’Amador de Santiago est surtout le notaire du chapitre de l’Église Majeure (legajos n°8 484 à 491 : années 1586 à 1595)- Pour les dernières années du siècle, j’ai utilisé Pedro de Arce (legajos 438 à 444 : années 1596-1598), Tomâs Lôpez (legajos 767 à 769 : années 1598-1599), Antonio Ruiz (legajos 662 et 663 : années 1598-1599), Juan de Santillana (legajo 883, année 1597), mais il est très difficile de retrouver une continuité au-delà de 1590, la plupart des grands notaires disparaissant alors. Les notaires des villages ont fourni quelques registres intéressants : Agustin de Tudela pour Tudela de Duero (legajo 80 R. B., années 1554-1559 ; legajo 81, années 1557-1560) ; Antonio Pareja (legajo 14943, années 1548-1555) et Gutierre de Urena (legajos 14 949 et 14 950, années 1575-1578 et 1579) pour Cigales ; Alonso Pérez (legajos 951 et 952 : années 1598-1599) pour Villanubla.

L’intérêt de ces registres est considérable. Outre les actes habituels : testaments, inventaires après décès, contrats de mariage, contrats d’apprentissage, constitutions de rentes, procurations, achats et ventes de biens-fonds, locations, baux emphytéotiques ou de métayage, etc., les notaires nous livrent des documents plus originaux, tels que prêts amicaux, constitutions de majorats, réductions de rentes, contrats de plantations, enquêtes de salubrité, contrats de compagnie, contrats d’entrée en religion, ventes d’esclaves ou ces écritures de pardon qui éclairent la mentalité des Castillans du xvie siècle. Certains phénomènes essentiels, tels que l’évolution des rentes constituées, seraient incompréhensibles sans les minutes notariales, et il ne s’agit là que d’un exemple. Mais il est évident que l’absence de répertoire suppose d’importantes pertes de temps, puisqu’elle rend nécessaire l’examen au moins sommaire de chaque acte. Une étude exhaustive des minutes notariales eût exigé, dans les conditions actuelles de consultation, cinq ou six années supplémentaires de travail. En dernière analyse, je dois convenir que les graves lacunes de mon étude donnent un caractère approximatif à certaines de mes tentatives d’histoire sérielle.

Enfin, le dépôt abrite désormais le fonds Simon Ruiz qu’Henri Lapeyre fut le premier à inventorier. Ce fonds est maintenant entièrement classé et répertorié et les conditions d’utilisation sont parfaites. Malheureusement, la correspondance entre Simon Ruiz et Valladolid, quoique fort abondante, est généralement sans grand intérêt. La raison en est facile à comprendre : Medina del Campo se trouvait trop près de Valladolid pour que toutes les affaires importantes ne soient pas réglées directement par les intéressés.

3. ARCHIVO DE LA REAL CHANCILLERIA DE VALLADOLID (A.R.C.V.)

Ce dépôt passe pour être l’un des plus riches d’Espagne et il est fort possible qu’il le soit. Mais lorsque j’ai commencé mes recherches — en 1955 — les conditions de travail à l’Archivo de la Real Chancillerîa étaient désastreuses. L’immense majorité des liasses n’étaient ni classées ni répertoriées. Les inventaires de chaque escribania portaient seulement mention des parties en procès : lorsqu’il s’agissait de collectivités (églises, monastères, corporations, etc.), la ville intéressée est indiquée. Mais lorsqu’il s’agit de particuliers, aucune indication complémentaire n’est donnée : ni le lieu de résidence des parties, ni la nature du procès ne sont communiqués. Dès lors le chercheur est remis au hasard.

Je n’ai donc tiré qu’un faible parti de ce fonds. J’ai utilisé les deux livres conservés dits de Acuerdos de la Chancellerie qui concernent le personnel du tribunal, son renouvellement, ses gages, etc. J’ai également pris le parti d’explorer l’Escribania Vaquero. Quelques envoltorios (n0B 187, 209, 259, 282, 295, 304, 316) m’ont livré certains procès intéressants, notamment des procès entre corporations. Mais la rentabilité du temps engagé était si faible que je n’ai pas poursuivi l’effort entrepris.

4. ARCHIVO GENERAL DE SIMANCAS (A.G.S.)

A Simancas, le décor change. La publication régulière des excellents catalogues préparés par Ricardo Magdaleno et son équipe est un témoignage suffisant de la qualité et de la continuité du travail réalisé. Toutefois l’effort a porté surtout jusqu’ici sur les documents de caractère politique et diplomatique, voire sur ceux qui intéressent certaines parties de l’ancien empire espagnol (Sicile, Royaume de Naples, par exemple). La section Expedientes de Hacienda, essentielle dans le cadre de mes recherches, a fait seulement l’objet d’inventaires. Les documents sont classés par localité dans les liasses selon un ordre alphabétique. Cette section est d’une extraordinaire richesse en fait d’histoire économique et sociale. Elle appelle un travail en équipe capable de donner une image assez nette du Royaume de Castille vers 1560. Car avant d’ordonner les fameuses Relaciones topogrdficas dont la plupart ont disparu, Philippe II avait lancé une vaste enquête destinée à évaluer le produit possible de l’alcabala. Fondée sur les années 1557-1561, l’enquête concernait la démographie, la production agricole et artisanale, voire industrielle, les chiffres d’affaires des entreprises, les conditions de perception de l’impôt, etc. La deuxième série de cette section contient les réponses aux questionnaires très complets envoyés par l’administration royale. Les lacunes sont peu nombreuses : il y a là, pour le milieu du xvie siècle, quoique moins précise, une source comparable à celle que constitue le cadastre du marquis de La Ensenada pour le milieu du xviiie siècle. De plus, pour nombre de localités, la section comporte d’autres documents de grand intérêt concernant d’autres moments du siècle depuis l’époque des Rois Catholiques jusqu’au règne de Philippe III.

Le legajo 194 de la deuxième série fut pour moi une mine d’inappréciables renseignements (recensements ; niveau de la production en 1557-1561 et en 1590-1595 ; produit fiscal en divers moments du siècle ; affermage des impôts ; liste des contribuables avec montant de leur participation, etc.). A fins de comparaison j’ai étudié les legajos 62 (Burgos), 125 (Medina del Campo), 157 (Salamanque), 165 (Ségovie). Mais beaucoup d’autres legajos se sont révélés très utiles pour une meilleure connaissance de certains villages : 112 (Laguna), 254 (Castronuevo), 322 (Mojados), 333 (Mucientes), 338 (Olivares), 407 (Tudela de Duero). Le legajo 416 concerne encore Valladolid (Hôtel des Monnaies), etc.

Aucune série n’a présenté autant d’intérêt pour mes recherches. Toutefois, la section Consejos y Juntas de Hacienda, inventoriée de la même manière que la précédente, est précieuse : legajo 8 (recensement de Portillo et de sa terre et évaluation de la richesse des habitants), legajo 95 (enquête sur la dépopulation de Valladolid en 1575), legajos 69, 107, 134, 252, 1260, sur tel ou tel point de détail.

Les Contadurias generales contiennent de très nombreux dénombrements : Livre 768 (recensement de 1530), Livres 2 304, 2 305 et 2 306 (1561), 2 307 et 1 308 (1584) ; des listes de possesseurs de juros : Livre 2 000 ; des documents divers sur les agents royaux intéressant Valladolid : Livres 826 et 886.

Les Contadurias mayores de Cuentas, segunda época, donnent des listes de possesseurs de juros (ou rentes d’État) à diverses époques : les legajos 187, 193, 245, 840 et 848 concernant Valladolid.

Je n’ai étudié la Direcciôn général de Rentas (cadastre du marquis de La Ensenada) qu’à titre comparatif (Livres 325 et 646). Avec la Direcciôn général del Tesoro, nous retrouvons la démographie (Livre 1301 relatif au recensement de 1591). La section Diversos de Castilla vaut pour l’étude des mentalités : relations de crimes, émeutes, listes de prisonniers avec mention des délits (par exemple legajo 29, fol. 1 à 6). l’Escribania mayor de Renias ne m’a apporté que mécomptes, sauf le legajo 498 (liste de possesseurs de juros en 1505). Les sondages réalisés dans la section Estado ont été décevants sauf à propos des années 1599 (dossier exceptionnel sur la grande peste) et 1609 (liste des morisques de Grenade et des « vieux morisques » de Valladolid). D’autres sections également dépourvues de catalogues, au moins pour la période étudiée, Mercedes y Privilegios, Patronato Real, Consejo Real, ne m’ont livré que des bribes.

Quant à la prolifique Câmara de Castilla, sa série Memoriales se révèle, faute de catalogue, un gouffre où noyer le temps trop compté des chercheurs. Mes tentatives pour tirer de ces quelques centaines de liasses des renseignements intéressants se sont soldées par des échecs, à quelques exceptions près. En revanche, la quatrième série est très précieuse : les Livres 2159 à 2163, 2183 et 2196 sont indispensables à la connaissance du destin des morisques déportés après la guerre de Grenade. La série Titulos y Obligaciones comporte des documents relatifs aux achats et ventes d’offices. Le legajo 33 intéresse Valladolid.

Ici encore il faut terminer par un aveu de modestie. La richesse du dépôt est telle qu’elle suppose, eu égard à l’imparfaite connaissance que l’on en possède, bien des oublis et bien des ignorances. Je ne me fais, en l’occurrence, aucune illusion.

5. ARCHIVO HISTORICO NACIONAL DE MADRID (A.H.N.)

Ce dépôt abrite surtout des documents postérieurs à l’époque étudiée (xviiie siècle et suivants). Toutefois, deux sections font exception et ce sont elles, bien entendu, qui ont fait l’objet de mes recherches. Les papiers des églises (monastères, églises cathédrales ou paroissiales, collèges, etc.) et de l’Inquisition ont été regroupés à l’Archivo Histôrico Nacional.

La section Clero n’offre qu’un catalogue très imparfait. Les liasses rassemblent les documents propres à une église ou à un monastère mais les documents ne sont pas inventoriés et fraternisent dans un désordre total, les papiers du xviiie siècle voisinant aussi bien avec ceux du xve siècle. Ici encore le hasard est roi : les legajos utiles succèdent à de longs et vains effeuillages.

Les papiers les plus intéressants concernent les grands m mastères de Valladolid : celui de San Benito (Livres 16 811, 16 813 et 16 760 ; Codex 998 et n 74 ; legajos 7 702 à 7 759) ; celui de San Pablo (legajos 7 855 à 7 910) ; celui de Nuestra Senora del Prado (Livres 17 637, 17 661, 17 663 et 17 666 ; legajos 7 933 à 7 966). Les codex et livres du collège de San Gregorio (Codex 909, 1 153, 1 156 ; Livres 17 298,17 308 et 17 309) sont également d’un certain intérêt, ainsi que les legajos du collège jésuite de San Ambrosio (legajos 352 à 381). En revanche, le monastère de San Francisco est très mal représenté : trois legajos fort pauvres (legajos 7 912 à 7 914). Parmi les couvents de femmes, le mieux pourvu est celui des cisterciennes de San Quirce (14 legajos : 7 789 à 7 802 mais les six derniers ne contiennent aucun papier relatif au xvie siècle). La plupart des legajos relatifs aux couvents des carmélites déchaussées de Nuestra Senora del Carmen (legajos 7 812 à 7 821), des franciscaines de Santa Clara (legajos 7 904 à 7 906) et de Santa Isabel (legajos 7 907 à 7 911), des dominicaines de Santa Catalina de Sena (legajos 7 845 et 7 846) sont très décevants.

Très peu de papiers intéressants à propos des églises paroissiales de Valladolid (legajos 7 919 et suivants ; Livres 17 542 et 17 545) ; les hôpitaux (legajos 7 915 et 7 916) ne sont pas mieux partagés.

La section Inquisiciôn ne présentait pour moi aucun intérêt, à en juger par le catalogue. Fort heureusement l’archiviste qui s’occupe de cette section a eu l’amabilité de me communiquer ses fiches. J’ai pu ainsi examiner quelques pièces intéressantes : legajos 2 120, 2 124, 2 136, 4 442. La pièce sept du legajo 2 136 était particulièrement précieuse. Elle est relative à l’inspection du Tribunal du Saint-Office de Valladolid en 1 567 et comporte la liste des personnes punies par le Tribunal avec mention du délit : document de valeur pour la connaissance de la religiosité et de la mentalité de la population. De plus l’intérêt du legajo 2 109 relatif aux morisques de Valladolid m’avait été très généreusement signalé par Jean-Paul Le Flem.

6. LES ARCHIVES PAROISSIALES

Je n’ai pu, au temps de mes recherches, travailler aux archives de la cathédrale, alors en pleine réorganisation. En revanche, j’ai fait le tour des archives paroissiales, à Valladolid et dans les environs, ne serait-ce que parce que ces archives sont le siège des registres paroissiaux. Contrairement à ce qui se passe en France, en effet, ce sont les paroisses qui continuent à détenir ces registres, fussent-ils les plus anciens. Bien entendu, cela constitue une gêne très sérieuse pour le chercheur à qui s’imposent des déplacements continuels et des pertes de temps considérables. Je dois reconnaître cependant que ces pérégrinations à travers la campagne, de village en village, m’ont été très utiles en me donnant une meilleure connaissance du paysage. De plus, grâce à une lettre de recommandation aimablement rédigée par Son Éminence Monseigneur l’Archevêque de Valladolid, j’ai été accueilli généralement fort bien par Messieurs les curés et tout spécialement par Don Ramôn Vâzquez, curé de Villabânez, à qui j’adresse ici un affectueux salut.

Ces archives paroissiales sont d’un intérêt très inégal. Les registres de mariages, sauf exception rarissime, ont disparu ou n’ont pas été tenus au xvie siècle. Les livres de décès, encore rares, n’intéressent généralement que la fin du xvie siècle et sont souvent inutilisables parce qu’ils ne portent que les décès des personnes ayant fait un legs à la paroisse. Les registres de baptêmes sont les plus nombreux, les plus constants et les plus utiles mais les actes sont très simples et ne peuvent fournir que des renseignements fragmentaires.

A Valladolid, voici quelles sont les possibilités offertes par ces registres. La Antigua (B. : 1531-1600) ; San Andrés (B. : 1557-1600) ; San Benito el Viejo (B. : 1570-1600 et D. : 1598-1599) ; San Ildefonso (B. : 1595-1600) ; San Juan (B. : 1544-1600 et D. : 1597-1600) ; San Juliân (B. : 1553-1600) ; San Llorente (B. : 1543-1600) ; Magdalena (B. : 1538-1600 et D. : 1580-1600) ; Église Majeure (B. : 1592-1600) ; San Martin (B. : 1569-1600 et D. : 1595-1600) ; San Miguel (B. : 1529-1600) ; San Nicolâs (B. : 1545-1600 et D. : 1591-1600) ; Santiago (B. : 1541-1600) ; Santiesteban (B. : 1560-1600 et D. : 1560-1600). Toutefois, les séries sont parfois interrompues et les possibilités d’utilisation moindres que ne semble l’indiquer cette énumération.

Plusieurs villages n’ont pas conservé les registres du xvie siècle. Je n’ai rien trouvé à Boecillo, Fuensaldana, Herrera, Olmos, Renedo, Santovenia et Viana. Les registres de Mojados, Wamba et Zaratân étaient inutilisables. Ont été utilisés, non sans difficultés, et au prix de quelques erreurs probables de détail, les registres de Cabezôn (B. : 1544-1600) ; Castronuevo (B. : 1575-1600) ; Cigales (B. : 1512-1600) ; Cigunuela (B. : 1565-1600 ?) ; Geria (M. : 1580-1600) ; Laguna (B. : 1502-1600 et D. : 1591-1598) ; Mucientes (B. : 1566-1600) ; Olivares (B. : 1528-1600 et D. : 1587-1599) ; Simancas (B. et D. : 1555-1600) ; Tudela de Duero (B. : 1512-1600 et D. : 1561-1571 et 1592-1600) ; Villabânez (B. : 1565-1610 ; M. : 1570-1605 ; D. : 1588-1600) ; Villanubla (B. : 1567-1600 et D. : 1586-1600).

7. LES MANUSCRITS (MS.)

Enfin, il convient de signaler le recours, à vrai dire assez faible, que m’ont apporté quelques manuscrits. Les plus intéressants sont ceux de la Bibliothèque Nationale de Madrid, notamment les relations des autos de fe qui se déroulèrent à Valladolid au xvie siècle ainsi que diverses histoires de Valladolid, d’ailleurs sans surprises. Parmi les manuscrits de l’Escorial, deux seulement m’ont été précieux, la Relation de todos los titulos del Reino de Pedro Nunez, et la liste des comuneros qui n’ont pas bénéficié du pardon de Charles Quint. Le fonds espagnol de la Bibliothèque Nationale de Paris n’est pas négligeable : mais seuls sept ou huit documents, dont la satire du provincial, sont réellement intéressants. Pour terminer, je n’aurai garde d’oublier la copie, transmise par Fernand Braudel, d’un manuscrit du British Muséum relatif au sosie du roi Sebastiân du Portugal. On trouvera les cotes de tous ces manuscrits en note infrapaginale.

II. — BIBLIOGRAPHIE

L’influence relativement faible qu’ont exercée dans l’élaboration de ce livre les sources imprimées m’a décidé à opter pour une bibliographie assez brève. Il m’a paru inutile de recenser tous les ouvrages qui, depuis vingt ans, ont contribué à ma formation d’historien. Je n’ai donc retenu que trois catégories de livres ou d’articles : ceux qui concernent directement Valladolid et qui sont d’ailleurs peu nombreux, sauf en matière d’histoire de l’art, une certaine abondance venant heureusement, en l’occurrence, au secours de mon insuffisance ; ceux qui intéressent l’Espagne des Temps modernes et qui dessinent le cadre de mon étude, mais je n’ai pas cru devoir citer tous les manuels d’histoire d’Espagne qui ne font guère que se répéter ; ceux enfin qui, étrangers en apparence au sujet, m’ont été précieux par leur problématique, leur effort méthodologique ou les comparaisons qu’ils me suggéraient.

Les références bibliographiques sont incomplètes, et je dois m’en excuser. Le nombre des pages et les formats des livres ne sont pas signalés. Il arrive que le nom de l’éditeur manque également. Pour supprimer la première lacune, j’aurais dû accomplir un nouveau voyage dont je n’ai pas trouvé le temps. Quant au défaut du nom de l’éditeur, il est évidemment regrettable. Toutefois, l’inconvénient est limité par le fait qu’il s’agit presque toujours alors d’ouvrages anciens, actuellement épuisés et seulement accessibles dans une bibliothèque. Le lieu et la date de la première édition, toujours signalés, rendent possible la recherche des ouvrages en question.

1. ETUDES ET TRAVAUX INTÉRESSANT DIRECTEMENT DALLADOLID

N.B. — Les précieux articles de Narciso Alonso Cortés ont paru dans diverses revues ou publications d’accès parfois difficile. Mais ils ont été regroupés dans deux volumes de mélanges, publiés en 1955, beaucoup plus aisés à trouver. Ce sont donc ces volumes que j’ai choisi de signaler.

Valladolid (Domingo), Bibliografia Vallisoletana, Valladolid, 1957. (Recension très complète de tous les ouvrages concernant peu ou prou Valladolid.)

Agapito Revilla (J.), « Las antiguas ferias de Valladolid », dans Rev. Ceres, Valladolid, décembre 1943.

  • Las calles de Valladolid, Valladolid, 1937. (Utile : nombreux détails relatifs au xvie siècle.)
  • « El edificio antiguo de la Universidad de Valladolid », dans B.S.C.E., t. IV, p. 389, 413 et 437.
  • « El primero cuerpo de bomberos de Valladolid », dans B.S.C.E., t. III, p. 228.
  • « Arquitectos Vallisoletanos », dans B.S.C.E., t. IV, p. 289-317.
  • « Ultimas gestiones de Valladolid para el traslado de la Corte », dans B.S.C.E., t. II, p. 260-280.
  • « Los abastecimientos de aguas en Valladolid », dans B.S.C.E., t. III, p. 4.
  • « El Colegio Mayor de Santa Cruz », dans Bol. Ac. B.A., nos 12 et 13, 1954.
  • « Las antiguas Carnicerias de Valladolid », Rev. de Arq., oct. 1922.
  • « Los privilegios de Valladolid », dans B.S.C.E., t. II.
  • « Régla de una cofradia del siglo xvi en Valladolid. Cofradia del Santisimo Sacramento y ânimas de la parroquia de San Ildefonso », dans B.S.C.E., t. V, p. 445 ; t. VI, p. 20, 41, 93, 116, 136 et 162. (Article intéressant : a valeur d’exemple.)
  • « Los antiguos cambios de Valladolid », dans Rev. Ceres, nov. et déc. 1941.
  • « Ordenanza sobre los ârboles en Valladolid en el siglo xv », dans Rev. Ceres, nov. 1942.
  • « Palacios y Casas senoriales en Valladolid », dans Rev. Cast., n° 1, p. 26 à 29 ; n° 2, p. 65-73, 1915.

(Beaucoup de ces articles sont rédigés à partir de notes inspirées des livres d’Actes de l’A.M.V.)

  • Alonso Berruguete, sus obras, su influencia, Valladolid, 1910.
  • La obra de los maestros de la escultura vallisoletana, Valladolid, 1917.

Alcocer Martinez (M.), Fuentes para la historia de los gremios, Valladolid, 1922.

  • Los gremios de Valladolid, Valladolid, 1927. (Ces deux opuscules sont très décevants.)
  • Catdlogo razonado de obras impresas en Valladolid, 1481-1800, Valladolid, Imprenta de la Casa social catôlica, 1926. (Important pour les débuts de l’imprimerie à Valladolid et pour l’étude de la Renaissance vallisolétaine.)
  • Historia de la Universidad de Valladolid, Valladolid, Imprenta Castellana, 1918-1931, 7 vol.

Alonso Cortés (N.), « La Chancilleria y la Universidad de Valladolid », dans B.S.C.E., t. I, p. 112.

  • « Fabio Nelli », dans Mise. Val., t. II, p. 693.
  • « El traductor Ottavanti », dans Mise. Val., t. II, p. 611.
  • « El traductor de Ludôvico Dolce », dans Mise. Val., t. I, p. 629.
  • « Médicos Vallisoletanos », dans Mise. Val., t. I, p. 432.
  • « Luis de Mercado, dans Mise. Val., t. II, p. 93.
  • « La casa de Esteban Garcia », dans Mise. Val., t. II, p. 189.
  • « Los cofrades de Santa Maria del Esgueva », dans Mise. Val., t. II, p. 197.
  • « Las primeras cofradias de disciplina », dans Mise. Val., t. II, p. 531.
  • « Los Comuneros de Valladolid », dans Mise. Val., t. I, p. 445.
  • « Lope de Rueda en Valladolid », dans Mise. Val., t. II, p. 27.
  • « De Cômicos », dans Mise. Val., t. I, p. 49.
  • « Modas de Valladolid », dans Mise. Val., t. II, p. 397.
  • « Las criadas y las naipes », dans Mise. Val., t. I, p. 457.

Alonso Cortés (N.), Primer y segundo cuadernos de cuatro romances en alabanza de Madrid y Valladolid, Valladolid, Imprenta Castellana, 1908.

  • Casos Cervantinos que tocan a Valladolid, Madrid, Imprenta de estudios histôricos, 1916.

Arriaga (Fr. G. de), Historia del Colegio de San Gregorio (1488-1674), Valladolid, 1928, 3 vol.

Arribas Arranz (F.), El incendio de Valladolid en 1561, Valladolid, i960. (Excellente étude, très précise.)

  • « Régla de una cofradia del siglo XVII », dans B.S.C.E., t. V et VI.
  • « Simôn de Colonia en Valladolid », dans Boletin del Seminario de arte y arqueologia de la Universidad de Valladolid, 1933-1934, 2e trimestre, p. 153-156
  • « Ordenanzas de los bordadores de Valladolid », dans Bol. Ac. B.A.,

N  2, p. 136-139 et n° 3, p. 145-155, 193°-— « Anos de Carlos V y Felipe II en Valladolid », dans Hispania, 1947, n° XXVII, p. 250-271. (Utile mise au point.)

  • Documentos de los Rey es Catôlicos relacionados con Valladolid, Valladolid, Sever Cuesta, 1953.

Arrieta (J. de), Despertador que trata de la gran fertilidad, riqueza, baratos, armas y càballos que Espana solia tener..., Madrid, 1568.

Basante De La Riva, Fuentes para la historia de los gremios, Valladolid, 1926. (Décevant.)

Bennassar (B.), « Ventes de rentes en Vieille Castille dans la première moitié du xvie siècle », dans A.E.S.C., nov.-déc. i960.

  • « L’alimentation d’une ville espagnole au xvie siècle, quelques données sur les approvisionnements et la consommation de Valladolid », dans A.E.S.C., juil.-août 1961.

Castro (L. de), El enigma de Berruguete, la danza y la escultura, Valladolid, 1953. (Curieux et pénétrant.)

Castro Alonso (M. de), Episcopologio vallisoletano, Valladolid, 1903.

Chueca Goitia (F.), La catedral de Valladolid, Madrid, C.S.I.C.

Colecciôn de documentos inêditos para la historia de Espana, t. I, II, VIII, X, XI, XIII, XIV, XVII, XX, XXVI, XLIX.

Colecciôn de nomenclatores estadisticos de la provincia de Valladolid, Valladolid, 1866.

Corral (L. de), Don Diego de Corral y Arellano y los corrales de Valladolid, Madrid, Viuda e hijos de M. Tello, 1905.

Danvila (M. de), Historia crltica... de las Comunidades de Castilla..., Madrid, 1897-1909, 6 vol.

Dieulafoy (M.), La statuaire polychrome en Espagne, Paris, Hachette, 1908. (Toujours utile.)

Floranés (R. de), Origen de los estudios de Valladolid, dans Col. Doc. Inéditos para la historia de Espana, t. XXI.

Fri’as (D. de), « Diâlogo en alabanza de Valladolid », publié par N. ALONSO CORTÉS, dans Mise. Val., t. I, p. 224.

Garcia Chico (E.), Documentos para el estudio del arte en Castilla : I, Arquitectos ; II, Escultores ; III, Pintores, Valladolid, 1930, 1941 et 1946. (Intéressants recueils de documents.)

Garcia Chico (E.), Juan de Juni, Valladolid, 1949.

  • « La cofradia de San José de maestros entalladores », dans Revista de estudios Josefmos, Valladolid, 1953, p. 235-257.

Garcia Mercadal (J.), Viajes de extranjeros por Espana y Portugal, Madrid, Aguilar, 1952, 2 vol. (Recueil essentiel qui rassemble — en traductions — toutes les relations connues des voyageurs étrangers en Espagne. Le tome I comporte de nombreuses relations concernant Valladolid au xvie siècle.)

Gômez Moreno (M.), Las águilas del Renacimiento espanol : Bartolomé Ordonez, Diego Siloé, Pedro Machuca, Alonso Berruguete, Madrid, 1941.

Gonzâlez (T.), Censo de poblaciôn de las provincias y partidos de la corona de Castilla en el siglo XVI..., Madrid, 1829. (Moins utile, maintenant que tous les documents dont l’auteur s’est inspiré ont été retrouvés aux archives de Simancas.)

Gonzalez De Cellorigo (M.), Mémorial de la politica necesaria y util restauration de Espana..., Valladolid, 1600. (Essentiel : analyse lucide, exceptionnellement intelligente des causes du déclin de la Castille déjà commencé en 1600 et notamment du phénomène des rentes. Le seul exemplaire que je connaisse se trouve dans la section Raros de la Bibliothèque Nationale de Madrid.)

Gonzalez Garrido (J.), La Tierra de Campos, Valladolid, Lib. Santarén, 1941.

  • Los Montes de Torozos, Valladolid, Col. Academia Nueva, 1955.

Gutiérrez Del Cano (M.), Historia de Zaratdn, Valladolid, 1892.

Hernândez Pacheco (F.), Fisiografia y Geologia de Valladolid, Madrid, 1930.

Hopfner (H.), « La evoluciôn de los bosques de Castilla la Vieja en tiempos histôricos », dans Estudios Geogrdficos, 1954, p. 415.

Joly (B.), « Voyage en Espagne, 1603-1604 », texte publié par la Revue Hispanique, t. XX, 1909, p. 460-618. (Valladolid, où la Cour a fait retour, occupe une large place dans ce récit de voyage.)

Lalaing (A. de), Relation du premier voyage de Philippe le Beau en Espagne, Collection de chroniques belges inédites publiées par ordre du Gouvernement. Collection des voyages des souverains des Pays-Bas publiée par Gochard et Piot, t. LU.

Larruga Y Boneta (E.), Memorias politicas y econômicas, Madrid, 1778, 1785 à 1800, 45 vol. (Œuvre de mérite. Les tomes XXI à XXVI intéressent Valladolid.)

March (Padre J.), Ninez y juventud de Felipe II (1527-1547), Madrid, 1941-1942, 2 vol.

Marti Monsô (J.), Pleitos de artistas, Valladolid, 1907.

  • Estudios histôricoartisticos, Valladolid, 1898-1901.

Maravall (J. A.), Las Comunidades de Castilla, una primera révolution moderna, Madrid, Revista de Occidente, 1963. (Renouvelle la question de manière intéressante dans l’attente du livre de Joseph Pérez.)

Martin Gonzâlez (J. J.), La arquitectura domèstica del Renacimiento en Valladolid, Valladolid, Imprenta Castellana, 1948. (Important pour la mise en place du cadre urbain.)

  • Esteban Jordan, Valladolid, Sever Cuesta, 1952.

Medina (P. de), Libro de las grandezas y cosas mémorables de Espana, Sevilla et Alcalâ de Henares, 1548 et 1595. Réédition Madrid, C.S.I.C., 1944.

Mendés Silvâ, Poblaciôn General de Espana, Madrid, 1644.

Mendizabal (F.), Investigacion acerca de... la Real Chancillerîa de Valladolid, Madrid, 1914.

  • « Un auto de fe desconocido en Valladolid (1590) », dans Revista de Archivos, Madrid, 1916.

Menéndez Pelayo (M.), Historia de los heterodoxos espanoles, Madrid, 1930 et 1948, 6 vol. (Le tome V intéresse Valladolid au xvie siècle. Je dois avouer que j’ai difficilement supporté la lecture de ces pages déformées par l’esprit d’intolérance et, à mon sens, presque dénuées de valeur scientifique.)

Menéndez Pidal (G.), Los caminos en la historia de Espana, Madrid, Cultura hispânica, 1951. (Intéressant pour la région de Valladolid.)

Meneses (A. de), Repertorio de caminos, Madrid, 1576. (Se trouve dans la section Raros de la Bibliothèque Nationale de Madrid. Simple adaptation du répertoire de Villuga.)

Ortega Y Rubio, Historia de Valladolid, Valladolid, Hijos de Rodriguez, 1881, 2 vol. (Utile mais purement événementiel.)

  • Los pueblos de la provincia de Valladolid, Madrid, 1895, 2 vol.

Pinheiro Da Vega (T.), « La Fastiginia », traduction de N. ALONSO CORTÉS, dans B.S.C.E., t. VI, p. 77. (Brillante description de Valladolid en 1605.)

Pérez (J.), « Pour une nouvelle interprétation des Comunidades de Castille », dans B.H., juil.-déc. 1963. (Extrêmement suggestif.)

  • « Moines frondeurs et sermons subversifs pendant le premier séjour de Charles Quint en Espagne », dans B.H., janv.-juin 1965. (La plupart de ces sermons ont été prononcés à Valladolid.)

Quelle (O.), « Densité de population et types de peuplement en Espagne », dans Estudios geogrdficos, nov. 1952, n° 49.

Reynier (G.), La vie universitaire dans l’ancienne Espagne, Paris, Picard, et Toulouse, Privât, 1902.

Ruiz De Zelada (J.), Estado de la Boisa de Valladolid, Valladolid, Imprenta de Tomâs de Santander, 1777. (Extrêmement utile pour la connaissance de la gestion des finances municipales.)

Sangrador Vitores (M.), Historia de... Valladolid, Valladolid, 1851.

Sole Sabaris (L.), Espana, Geografia fisica, Barcelona, Montaner y Simôn, 1952-1954, 2 vol. (Remarquable présentation de la Meseta.)

Villuga (P. J. de), Repertorio de todos los caminos de Espana, Medina del Campo, 1546. (Précieux pour la connaissance des routes de Valladolid. Voir section Raros de la Bibliothèque Nationale de Madrid.)

Vital (L.), Premier voyage de Charles Quint en Espagne de 1517 à 1518, Collection de chroniques belges inédites publiées par ordre du Gouvernement. Collection des voyages des souverains des Pays-Bas publiée par Gachard et Piot.

Wattemberg (F.), Desarrollo del nucleo urbano de Valladolid desde su fundaciôn hasta el fallecimiento de Felipe II, Valladolid, 1956. (Mise au point claire et précise.)

2. ETUDES ET TRAVAUX RELATIFS A L’ESPAGNE ECLAIRANT LE CAS DE VALLADOLID

A) Manuels

Aguado Bleye (P.), Manual de Historia de Espana, t. II, octava ediciôn revisada por C. alcazar, Madrid, Espasa-Calpe, 1959.

Vicens Vives (J.), Historia social y econômica de Espana y América, Barcelona, Teide, 1957, 4 v°l-

B) Ouvrages de portée générale

Braudel (F.), La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin, 1949.

Castro (A.), Espana en su historia. Cristianos, moros y judios, Buenos Aires, Losada, 1948.

Menéndez Pidal (R.), Espana y su historia, Madrid, Minotauro, 1957, 2 V°L-

Sânchez Albornoz (C.), Espana, un enigma histôrico, Buenos Aires, Ed. Sudamericana, 1956.

Vicens Vives (J.), Aproximaciôn a la historia de Espana, Barcelona, Centro de estudios internacionales, 1952. Réédition, Barcelona, Teide, I960.

Vilar (P.), La Catalogne dans l’Espagne moderne (essentiellement la deuxième partie du tome I : « Décadence catalane et décadence espagnole »), Paris, S.E.V.P.E.N., 1962, 3 vol.

(C’est à ces quelques livres que je dois sans doute le plus. Car ils ont ce qui fait les grands livres : la richesse d’idées, ici en connexion directe avec mon sujet.)

C) Géographie historique

Chaunu (P.), Séville et l’Atlantique, « Deuxième partie : partie interprétative, Structures et Conjoncture de l’Atlantique espagnol et hispano-américain (1504-1650) », Paris, S.E.V.P.E.N., 1959, 2 vol. (Il va sans dire que ce grand ouvrage m’a été également très précieux en fait d’histoire économique et sociale.)

Garcia Fernândez (J.), Aspectos del paisage agrario de Castilla la Vieja, Valladolid, Catedra de Geografia, Facultad de Filosofia y Letras, 1963.

Huetz De Lemps (A.), « Les terroirs de Vieille Castille et Léon », dans A.E.S.C., mars-avril 1962.

Olague (I.), La decadencia de Espana, Madrid, Mayfe, 1951, 4 vol. (Excitant mais très contestable.)

Vin As Y Mey (C.) et Paz (R.), Relaciones histôrico-geográfico-estadisticas de los pueblos de Espana hechas por intenciôn de Felipe II : I, Provincia de Madrid, 1949 ; II, Reino de Toledo, 1951, Madrid, C.S.I.C. (Publication sous la direction de...).

D) Démographie historique

Girard (A.), « Le chiffre de la population de l’Espagne dans les temps modernes », dans Rev. H.M., 1928.

Girard (A.) « La répartition de la population en Espagne dans les temps modernes », dans R.H.E., 1929, p. 347-362.

(Le premier de ces articles est aujourd’hui complètement périmé.)

Herrero Martinez De Azcoitia (G.), La poblaciôn palentina en los siglos XVI y XVII, Palencia, Instituciôn Tello Tellez de Meneses, 1961. (Intéressante étude. Grande valeur comparative.)

Lapeyre (H.), Géographie de l’Espagne morisque, Paris, S.E.V.P.E.N., 1955.

Le Flem (Cl. et J. P.), « Un censo de moriscos en Segovia y su provincia en 1594 », dans Estudios segovianos, 1964, t. XVII. (Grande valeur comparative. C’est d’ailleurs à J.-P. Le Flem que je dois le document analogue concernant Valladolid.)

Mercado (L. de), El libro de la peste, publié par la Real Academia espanola de medicina, Madrid, 1921.

Nadal (J.) et Giralt (E.), La population catalane de 1555 à 1717, Paris, S.E.V.P.E.N., i960.

  • « Ensayo metodolôgico para el estudio de la poblaciôn catalana de 1553 a 1717 », dans Estudios de historia moderna, t. III, 1953, p. 269-274.

Nadal (J.), La poblaciôn espanola (Siglos XVI a XX), Barcelona, Ed. Ariel, 1966.

Ruiz Almansa (J.), « La poblaciôn de Espana en el siglo xvi », dans Revista internacional de Sociologia, vol. III, n° 4, oct.-déc. 1943.

  • « Las ideas y las estadisticas de poblaciôn en Espana en el siglo xvi », dans Estudios demogrâficos, vol. III, p. 175-266, Madrid, C.S.I.C.

Sânchez De Sopranis (H.), « Estructura y perfil demogrâfico de Câdiz en el siglo xvi », dans Estudios de historia social de Espana, C.S.I.C., t. II, 1952, p. 533-612.

Vilar (P.), « Quelques problèmes de démographie historique en Catalogne et en Espagne », dans Annales de démographie historique, 1965.

E) Économie et société

Amador De Los Rios (J.), Historia social, politica y religiosa de los judios de Espana y Portugal, Madrid, 1875, 3 vol.

Anes Alvarez (G.) y Le Flem (J. P.), « Las crisis del siglo xvii : producciôn agricola, precios e ingresos en tierras de Segovia », dans Moneda y Credito, juin 1965, n° 93.

Basas Fernândez (M.), El consulado de Burgos en el siglo XVI, Madrid, C.S.I.C., 1963. (Très important pour l’histoire de Burgos, Bilbao et Séville.)

Bataillon (M.), « Les nouveaux chrétiens de Ségovie en 1510 », dans B.H., t. XLVIII, n° 4, 1946.

Bennassar (B.), « Medina del Campo, un exemple des structures urbaines de l’Espagne du xvie siècle », dans R.H.E.S., 1961, n° 4.

Braudel (F.), « De l’histoire d’Espagne à l’histoire des prix », dans A.E.S.C., avril-juin 1951.

Carande (R.), Carlos Quinto y sus banqueros : I, La vida econômica de Espana, Madrid, Revista de Occidente, 1943 ; II, La Hacienda Real de Castilla, Madrid, Sociedad de Estudios y Publicaciones, 1949. (Essentiel.)

Carle (M. del C.), « Mercaderes en Castilla (1252-1512) », dans Cuadernos de historia de Espana, XXI-XXII, 1954.

Caro Baroja (J.), Los moriscos del reino de Granada, ensayo de historia social, Madrid, 1957.

Carrera Pujol (J.), Historia de la economia espanola, Barcelona, Bosch, 1943 à 1947, 5 vol.

Castillo (A.), « Population et ‘ richesse ‘ en Castille durant la seconde moitié du xvie siècle », dans A.E.S.C., juil.-août 1965. (Cet article confirme notamment notre constatation relative à la supériorité démographique de la région de Valladolid.)

Da Silva (J. G.), « Villages castillans et types de production au xvie siècle », dans A.E.S.C., juil.-août 1963. (Il s’agit uniquement de villages de Nouvelle Castille mais la comparaison est très utile.)

Defourneaux (M.), Lavie quotidienne en Espagne au Siècle d’Or, Paris, Hachette, 1964.

Del Arco (R.), « Una notable instituciôn social : el padre de huérfanos », dans Estudios de historia social, t. III, Madrid, C.S.I.C., 1955.

Deleito Y Pinuela (J.), Solo Madrid es Corte, Madrid, Espasa-Calpe, 1942.

  • También se divierte el pueblo, Madrid, Espasa-Calpe, 1944.
  • La mujer, la casa y la moda, Madrid, Espasa-Calpe, 1946.
  • La mala vida en la época de Felipe IV, Madrid, Espasa-Calpe, 1948.

(Tableau coloré de la vie espagnole dans la première moitié du xviie siècle quoique les sources utilisées soient trop exclusivement littéraires.)

Dominguez Ortiz (A.), La clase social de los conversos en la edad moderna, Madrid, C.S.I.C., 1955. (Mise au point de qualité. Les idées de l’auteur sont presque toujours confirmées dans le cas de Valladolid.)

  • « La esclavitud en Castilla durante la edad moderna », dans Estudios de historia social, t. II, p. 367-428, Madrid, C.S.I.C., 1952.
  • La sociedad espanola en el siglo XVII, Madrid, C.S.I.C., 1963. (Très bonne synthèse, claire et précise.)

Garcia Fernandez (J.), « Champs ouverts et champs clôturés en Vieille Castille », dans A.E.S.C., juil.-sept. 1965.

Girard (A.), « Les étrangers dans la vie économique de l’Espagne aux xvie et xviie siècles », dans A.H.E.S., 1933, p. 567-578.

Gonzalez (N.), Burgos, ciudad marginal de Castilla, Burgos, Imprenta Alcolea, 1958. (Intérêt comparatif.)

Guilarte (A. M.), El régimen senorial en el siglo XVI, Madrid, Instituto de estudios politicos, 1962.

Haebler (C.), Prosperidad y decadencia de Espana en el siglo XVI, traduction espagnole, Madrid, 1899. (Périmé.)

Hamilton (E. J.), American treasure and price révolution in Spain, 1501-1650, Cambridge, Massachusetts, 1934. (Reste essentiel. L’auteur a d’ailleurs utilisé les comptes de l’hôpital vallisolétain de l’Esgueva pour la constitution de certaines séries.)

Herrera (G. A. de), Tratado de Agricultura, Logrono, 1513. Réédité sous le titre de Agricultura General par la Real Sociedad econômica matritense, Madrid, 1818, 4 vol.

Huetz De Lemps (A.), « Le vignoble de la tierra de Medina », dans A.E.S.C., juil.-sept. 1957.

I Barra (E.), El problema cerealista en Espana durante el reinado de los rey es catôlicos, Madrid, C.S.I.C., 1944. (Utile.)

Klein (J.), The Mesta, a study in Spanish economic history, 1273-1836, Cambridge, Massachusets, 1920.

Lapeyre (H.), Une famille de marchands, les Ruiz de Medina, Paris, A. Colin, I955- (Très important : l’évolution des foires de Medina éclaire la conjoncture économique vallisolétaine.)

Larraz (J.), La época del mercantilismo en Castilla (1500-1700), Madrid, 1943. Réédition, Madrid, Aguilar, 1963.

Las Cadigas (I. de), Los mudéjares, Madrid, C.S.I.C., 1948-1949.

Montàsez Matilla (M.), El correo en la Espana de los Austrias, Madrid, C.S.I.C., 1953-

Moxô (S. DE), La alcabala. Sus orîgenes, concepto y naturaleza, Madrid, C.S.I.C.,

1963.

Nadal (J.), « La revoluciôn de los precios espanoles en el siglo xvi, Estado actual de la cuestiôn », dans Hispania, t. XIX, 1959. (Utile mise au point.)

Paz (J.) et Espejo (C.), Las antiguas ferias de Medina del Campo, su origen, su importancia y causa de su decadencia y extinciôn, Valladolid, 1912.

Ruiz Martin (F.), Lettres marchandes entre Florence et Medina del Campo, Paris, S.E.V.P.E.N., 1965. (Malgré la modestie du titre cet ouvrage est très précieux. L’auteur souligne la sujétion du petit capitalisme castillan au grand capitalisme génois.)

Rumeu De Armas (A.), Historia de la previsiàn social en Espana, Madrid, 1944.

Salomon (N.), La campagne de Nouvelle Castille à la fin du xvie siècle d’après les Relaciones topográficas, Paris, S.E.V.P.E.N., 1964. (Grand intérêt comparatif. Cependant le cas de la Vieille Castille est sensiblement différent : les petits propriétaires sont plus nombreux, les journaliers moins nombreux qu’en Nouvelle Castille.)

Sânchez Albornoz (C.), « Las behetrias », dans Anuario de historia de derecho espanol, I, 1924.

Sayous (A.), « La genèse du système capitaliste. La pratique des affaires et leur mentalité dans l’Espagne du xvie siècle », dans A.H.E.S., VIII, 1936.

Ulloa (M.), La hacienda real de Castilla en el reinado de Felipe II, Roma, 1963. (Important. Continue l’œuvre de R. Carande.)

Vâzquez De Prada (V.), Los Ruiz en la vida econômica del siglo XVI, dans Biblioteca délia Rivista « Economia e Storia », Milano, Dott. A. Giuffrè, 1964.

Vicens Vives (J.), Instituciones económicas, sociales y politicas de la época fernandina, Zaragoza, Instituciôn Fernando el Católico, 1952.

Vilar (P.), « Histoire des prix, histoire générale. Un nouveau livre d’Earl J. Hamilton », dans A.E.S.C., janv.-mars 1949.

  • « Géographie et histoire statistique. Histoire sociale et techniques de production. Quelques points d’histoire de la viticulture méditerranéenne », dans Éventail de l’histoire vivante, hommage à Lucien Febvre, Paris, A. Colin, 1953.

Vinas Y Mey (C.), El problema de la tierra en la Espana de los siglos XVI y XVII, Madrid, C.S.I.C., 1941. (Ce livre a émis de nombreuses hypothèses aujourd’hui vérifiées. Son propos était de mettre en place une problématique, non d’épuiser le sujet. En ce sens j’estime qu’il a été précieux.)

F) Religion et culture

Ajo Y Sainz De Zûniga (C. M.), Historia de las Universidades hispánicas, origenes y desarollo desde su aparición hasta nuestros dias, Madrid, Imprenta La Normal, e Ávila, Centro de estudios y investigaciones, 1957, 4 vol. (Ouvrage consternant.)

Aubrun (Ch. V.), « Sur les débuts du théâtre en Espagne », Paris, d’Artrey, s.d. et Hommage à Ernest Martinenche, p. 293 à 394.

Barbe (J.), « Orientations de la science espagnole au xvie siècle », dans B.H., t. XLVIII, n » 4, 1946.

Bataillon (M.), Érasme et l’Espagne, recherches sur l’histoire spirituelle du xvie siècle, Paris, Droz, 1937. (Évidemment essentiel. Le guide le plus sûr pour la compréhension de l’activité intellectuelle dans la Castille du premier xvie siècle.)

Chaunu (P.), « La légende noire antihispanique », dans Revue de psychologie des peuples. Le Havre, 2e trimestre 1964. (Remarquable.)

Escudero Y Pereso (F.), Anales bibliográficos de la ciudad de Sevilla, Madrid, Sucessores de Rivadeneyra, 1894. (Intérêt comparatif.)

Flecniakoska (J. L.), La formation de /’auto religieux en Espagne avant Calderón, Montpellier, Paul Dehan, 1961. (Très utile pour l’histoire des débuts du théâtre et ses liens avec la religion.)

Mâle (E.), L’art religieux après le concile de Trente, Paris, A. Colin, 1951.

Pérez Pastor (C.), La imprenta en Toledo, Madrid, Imprenta y fundición de Manuel Tello, 1887.

  • Bibliografia madrilena, t. I, Madrid, Tipografia de los huérfanos, 1891.
  • La imprenta en Medina del Campo, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra, 1893-

(Intérêt comparatif de ces trois ouvrages.)

Pfandl (L.), Cultura y costumbres del pueblo espanol de los siglos XVI y XVII, introducción al estudio del siglo de Oro, Barcelona, Araluce, 1942.

Redondo (A.), Luther et l’Espagne de 1520 à 1536, Mélanges de la Casa de Velázquez, t. I, 1965, éd. E. de Boccard, Paris.

Valbuena (A.), La vida espanola en la edad de oro, Barcelona, Alberto Martin, 1943.

Valdenebro Y Cisneros (J. M.), La imprenta en Córdoba, Madrid, Sucesores de Rivadeneyra, 1893. (Intérêt comparatif.)

Vâzquez De Prada (V.), « Tapisseries et tableaux flamands en Espagne au xvie siècle », dans A.E.S.C., janv.-mars 1955.

Vossler (K.), Lope de Vega y su tiempo, Madrid, Revista de Occidente, 2 » ediciôn, 1940.

3. ETUDES ET TRAVAUX ETRANGERS À L’ESPAGNE MAIS PRÉCIEUX PAR LEUR PROBLÉMATIQUE ET LEUR MÉTHODE

A) Études d’histoire urbaine ou régionale

Baehrel (R.), Une croissance, la Basse-Provence rurale (fin du xvie siècle-1789), Paris, S.E.V.P.E.N., 1961.

Delumeau (J.), Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du xvie siècle, Paris, E. de Boccard, 1957 et 1959. 2 vol.

Febvre (L.), Philippe II et la Franche-Comté..., Paris, 1912.

Goubert (P.), Beauvais et le Beauvaisis au xviie siècle..., Paris, S.E.V.P.E.N.,

1960.

Roupnel (G.), La population de la ville et de la campagne dijonnaise au xviie siècle, Paris, 1922. Réédition, 1955.

(Ces livres, tout spécialement ceux de MM. Delumeau et Goubert, ont présenté pour moi un grand intérêt méthodologique et comparatif.)

B) Géographie historique

Brunet (R.), Les campagnes toulousaines, étude géographique, Toulouse, F. Boisseau, 1965. (La troisième partie comporte une intéressante esquisse de l’évolution des campagnes durant les Temps modernes. Valeur comparative.)

Devèze (M.), La vie de la forêt française au xvie siècle, Paris, S.E.V.P.E.N.,

1961, 2 vol. (Intérêt comparatif.)

Le Roy Ladurie (E.), « Histoire et climat », dans A.E.S.C., janv.-mars 1959.

  • « Climat et récoltes aux xviie et xviiie siècles », dans A.E.S.C., mai-juin I960.
  • « Aspects historiques de la nouvelle climatologie », dans R.H., janv.-mars 1961.

(Ces articles constituent de précieuses mises au point qui ont orienté mes recherches en ce sens.)

Pédelaborde (P.), Le climat du Bassin Parisien. Essai d’une méthode rationnelle de climatologie physique, Paris, M.-Th. Génin, 1957, 2 v°l- (Idées fondamentales sur l’histoire des climats.)

C) Démographie historique

Baehrel (R.), « Épidémie et Terreur. Histoire et Sociologie », dans A.H.R.F., 1951, p. 113-146.

  • « La haine de classe en temps d’épidémie », dans A. E.S.C., 1952, p. 351-360.

Bouloiseau (M.), « Démographie et fiscalité à la fin du xviiie siècle », communication présentée devant la Commission d’histoire des mouvements sociaux et des structures sociales, Congrès international des Sciences Historiques, Stockholm., août jçôo. (Intérêt comparatif.)

Braudel (F.), « La démographie et les dimensions des sciences de l’homme », dans A.E.S.C., mai-juin I960.

Chevalier (L.), Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xvie siècle, Paris, Pion, 1958.

Godechot (J.) et Moncassin (S.), « Démographie et subsistances en Languedoc du xviiie siècle au début du xixe siècle », dans Bull, d’hist. écon. et soc. de la Révolution française, 1964.

Goubert (P.), « Registres paroissiaux et démographie dans la France du xvie siècle », dans Annales de démographie historique, 1965.

Henry (L.), Des registres paroissiaux à l’histoire de la population, manuel de dépouillement et d’exploitation de l’état civil ancien, Paris, I.N.E.D., 1956.

Meuvret (J.), « Les crises de subsistance et la démographie de la France d’Ancien Régime », dans Population, oct-déc. 1946.

Mousnier (R.), « La démographie européenne aux xviie et xviiie siècles », dans Problèmes de Population, Université de Strasbourg, Centre universitaire des hautes études européennes, 1951.

  • « Études sur la population de la France au xviie siècle », dans xviie siècle, 1952, n° 16.

Mols (R.), Introduction à la démographie historique des villes d’Europe (xive-xviiie siècles), Louvain, 1954-1956, 3 vol. (Malheureusement peu informé des cas espagnols mais très utile par les comparaisons qu’il permet.)

Reinhard (M.), « Histoire et démographie », dans R.H., 1950, t. CCIII.

D) Problèmes d’histoire économique et sociale

Baehrel (R.), « Économie et Histoire à propos des prix », dans Éventail de l’histoire vivante, hommage à Lucien Febvre, t. I, p. 287.

Caster (G.), Le commerce du pastel et de l’épicerie à Toulouse, 1450 environ à 1561, Toulouse, Privât, 1962.

Doucet (R.), « La richesse en France au xvie siècle », dans Rev. H.M., 1939. (Intérêt comparatif, notamment à propos de la richesse en espèces.)

Godechot (J.) et Moncassin (S.), « Structures et relations sociales à Toulouse en 1749 et en 1785 », dans A.H.R.F., n° 4, 1965. (Intérêt comparatif à propos des groupes socio-professionnels.)

Hauser (H.), Ouvriers du temps passé, xve-xvie siècle, Paris, Alcan, 1898, 5e édition, 1927.

  • Travailleurs et marchands de l’ancienne France, Paris, Alcan, 1920 ; 2e édition, 1930.

Jeannin (P.), Les marchands au xvie siècle, Paris, éditions du Seuil, 1957. (Ce petit livre est le guide le plus sûr pour pénétrer le monde de la marchandise au xvie siècle.)

Labrousse (E.), Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle, Paris, Dalloz, 1932.

  • La crise de l’économie française à la veille de la Révolution, Paris, P.U.F., 1944.

(La méthode ne fut pas seule ici à retenir mon attention. Le rôle moteur de la viticulture dans l’économie agraire, pour le meilleur et pour le pire, méritait une étude toute particulière dès lors que l’on prétendait faire l’histoire de Valladolid.)

Mauro (F.), Le Portugal et l’Atlantique au xviie siècle (1570-1670), Paris, S.E.V.P.E.N., i960. (C’est surtout l’étude des problèmes du travail qui, dans le cadre de mon sujet, valait d’être étudiée.)

Mauro (F.), « Théorie économique et Histoire économique », dans Cahiers de l’Institut de Science Économique Appliquée, n° 79, avril 1959. (Très riche d’idées. Mise au point extrêmement précieuse.)

  • Marchands et marchands-banquiers portugais au xviie Siècle, Faculdade de Letras da Universidade de Coimbra, 1961.

Mousnier (R.), La vénalité des offices en France sous Henri IV et Louis XIII, ire partie, xvie siècle, Rouen, Maugard, 1945. (Intérêt comparatif.)

Ourliac (P.), « La théorie canonique des rentes au xve siècle », dans Études historiques à la mémoire de Noël Didier, Paris, Montchrestien, i960.

Raveau (P.), L’agriculture et les classes paysannes. La transformation de la propriété dans le haut Poitou au xvie siècle. Précédé d’une étude sur le pouvoir d’achat de la livre-tournois du règne de Louis XI à celui de Louis XIII, Paris, Rivière, 1926.

  • « La crise des prix au xvie siècle en Poitou », dans R.H., t. CLXII, 1929.

Schnapper (B.), Les rentes au xvie siècle, histoire d’un instrument de crédit, Paris, S.E.V.P.E.N., 1957. (Intérêt comparatif car ne concerne que la région parisienne.)

Venard (M.), Bourgeois et paysans au xviie siècle, Paris, S.E.V.P.E.N., 1957.

Wolff (Ph.), Commerçants el marchands de Toulouse, vers 1350-vers 1450, Paris, Pion, 1954. (Grand intérêt méthodologique et comparatif.)

E) Problèmes d’histoire des mentalités, des religions, des cultures

Dupront (A.), « Du Concile de Trente : réflexions autour d’un quatrième centenaire », dans R.H., oct.-déc. 1951, t. CCVI.

  • « Problèmes et méthodes d’une histoire de la psychologie collective », dans A.E.S.C., janv.-févr. 1961.

Febvre (L.), Le problème de l’incroyance au xvie siècle. La religion de Rabelais, Paris, Albin Michel, 1942. (Très important pour mon sujet.)

Francastel (P.), Techniques et Arts. L’Invention Humaine, Paris, 1942.

Gille (B.), Les ingénieurs de la Renaissance, Paris, Hermann, 1964.

Mandrou (R.), Introduction à la France moderne. Essai de psychologie historique (1500-1640), Paris, Albin Michel, 1961. (Valeur comparative évidente.)

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable