Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La seconde vie des bébés morts

 | 
Dominique Memmi

4. Théorie psychanalytique et clinique médicale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Autre voie à peu près sans issue, la tradition freudienne n’offre pas à la révolution des pratiques autour des bébés morts ses véritables fondements.

La perte d’un bébé ou d’un fœtus doit être matérialisée, incarnée : telle est la conviction qui accompagne les pratiques nouvelles. Celle-ci peut être décomposée en une double injonction : 1) il faut faciliter le deuil 2) avec du corps mort et/ou sa représentation. « Faire son deuil » et « matérialiser de la perte » : ces deux idées étaient pourtant relativement étrangères à la théorie freudienne1.

D’une psychanalyse à une psychologie du deuil

Que nous dit au juste le fondateur de la psychanalyse sur ces deux notions, essentielles aujourd’hui aux pratiques nouvelles et à la représentation du deuil ?

« Travail de deuil »

Le texte de Sigmund Freud intitulé « Deuil et mélancolie » demeure la référence professionnelle première et incontournable, surtout en France, pour penser la question du deuil. En 1995, le psychanalyste Jean Allouch publie u...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540