Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La seconde vie des bébés morts

 | 
Dominique Memmi

3. Deux explications insatisfaisantes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La mutation concernant les fœtus morts, apparue si fortement paradoxale dans le chapitre précédent, l’est ici à d’autres titres : les premières explications qui se présentent à l’esprit ne suffisent pas, en effet, à en rendre raison. L’installation des nouvelles pratiques n’est en premier lieu pas imputable à une demande « sociale » véritable, au sens où elle serait collective, autonome et nettement exprimée. Tout se passe comme si l’on avait affaire avant tout à une initiative de professionnels, se faisant les porte-parole d’un malaise relativement diffus.

Une demande introuvable

Historiquement, il n’existe pas de demande sociale collective à voir les bébés morts.

Avant, il n’y avait que des « histoires », dit une sage-femme : par exemple, vers 1975-1976, cette femme qui demande à me voir quatre mois après [l’accouchement], pour voir les restes du bébé. Ou encore, une femme célibataire [...] qui n’avait rien [...] aucun enfant [...] Je décide de lui parler du bébé.
Un autre cas, un peu...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540