Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 2

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre III. Définition d'un style de vie

Chapitre VIII. La rente comme idéal

Texte intégral

« La peste et la perdition de l’Espagne »
(Martín González de Cellorigo.)

  • 1 Pierre Vilar, op. cit., t. I, p. 569.

1Où tout cela mène, on le devine. Il est bien vrai, décidément, que la production soit devenue une activité de minorité. Le goût effréné et l’étalage du luxe, la passion du spectacle devenu quotidien, un sentiment de l’honneur assez dévoyé pour tenir le travail en mépris et dont les exigences conduisent les malchanceux ou les négateurs à la vie picaresque, et jusqu’au désir d’assurer l’entretien des pauvres ou le mariage des orphelines, la célébration des messes vouées au salut des âmes, tout cela n’est possible que par la rente. Vivre de ses rentes, idéal ultime parce qu’il contient en virtualité tous les autres. Puis-je me permettre de corriger, dans le cas de Valladolid, l’affirmation à portée plus générale de Pierre Vilar ? Il écrivait : « Tout ce qui ne va pas au luxe public ou particulier, aux terres ou aux maisons, va aux cens et aux. juros, c’est-à-dire à la rente fixe... ». Je pourrais quasiment écrire : « Tout ou presque tout va aux cens et aux juros, jusqu’à l’argent produit par la vente des terres et des maisons, parce que la rente fixe développe le goût du luxe en multipliant les occasions de l’étaler »1.

  • 2 Ibid., p. 586.
  • 3 Carmelo Viñas y Mey, op. cit., p. 35 et suiv.

2Mais c’est sans en changer un mot que je retiens cette autre phrase de Pierre Vilar : « L’esprit d’initiative capitaliste, peu familier aux Castillans, se perd définitivement par l’envahissement des cens et des juros »2. Un envahissement en effet que les contemporains observèrent et dont ils s’inquiétèrent. Carmelo Viñas y Mey dont je partage l’avis à propos des censos (instrument utile de crédit d’abord, au temps de l’extension nécessaire des cultures, agent de la catastrophe ensuite lorsqu’ils deviennent l’investissement unique, le moyen de fuir le travail) a pu justement écrire que de larges secteurs de la société espagnole vivaient de ce genre de placement, non seulement les puissants ou certaines collectivités mais aussi une classe moyenne plus ou moins parasitaire. Et il rappelle les plaintes régulières des Cortès témoignant que cette bourgeoisie a abandonné les terres, l’élevage, le commerce pour vivre sur ce mode. Il rappelle les condamnations des arbitristes, Diego Pizarro, Gregorio López Madera, López Bravo, Cellorigo, pour qui le système aboutit à une diminution de la population active, fait vivre une foule de gens « aux dépens de la sueur des autres » et développe l’inégalité la plus odieuse. Consciente ou non, l’attitude des arbitristes est celle d’une révolte contre la tyrannie du capital, d’un capital d’autant plus haïssable qu’il est stérile et même nuisible en favorisant la concentration des terres, le latifundisme, l’absentéisme, le déclin de l’agriculture3.

3En vérité les uns et les autres n’exagèrent point. On éprouve quelque peine à imaginer les ravages provoqués par le système des censos : une gangrène de la même nature mais autrement plus redoutable à mon sens que celle des juros. Après tout lorsque le débiteur est l’État (cas des juros) il peut s’en tirer par la faillite ou la banqueroute. Les particuliers ou même les collectivités (cas des censos) n’ont pas ce recours.

I. — CONTAGION DE LA RENTE

  • 4 Martín González de Cellorigo, op. cit., fol. 22.

4A en croire Cellorigo, le mal est universel. Il atteint les membres des ordres privilégiés aussi bien que les roturiers (pecheros), pénètre toutes les classes sociales : « le marchand pour la douceur du profit sûr des cens, laisse son commerce, l’artisan méprise son métier, le laboureur abandonne le labourage, le berger son troupeau, le noble vend ses terres pour échanger les cent qu’elles lui rapportaient contre les cinq cents du juro : sans considérer qu’ayant tous donné dans cette manie, le revenu concret de la propriété se dissipe et l’argent s’en va en fumée... »4. On croirait volontiers qu’une aussi belle phrase ne va pas sans rhétorique. Alors qu’en est-il exactement ?

a) Les non-conformistes

  • 5 A.H.P.V., Leg. 767, s.f. ; Leg. 57, fol. 1 411 ; Leg. 69, fol. 425 ; Leg. 41, fol. 13, etc.
  • 6 A.H.P.V., Leg. 54, fol. 1 137 à 1 176.
  • 7 A.H.P.V., Leg. 52, fol. 460 à 472 ; Leg. 14 943, fol. 3.
  • 8 A.H.P.V., Leg. 440, fol. 1 757 ; Leg. 444, s.f. ; Leg. 662, fol. 859.

5Il est évident que certains repoussent le démon. J’entends que parmi les gens riches ou à l’aise certains n’ont pas de rentes qui pourraient en avoir. Le marchand Bartolomé de Ávila meurt en 1542 sans en avoir. Le cirier Antonio de Montoya qui a rapidement prospéré (de 1567 à 1598 sa fortune est passée de 393 890 à 2 512 257 maravédis) n’a pas placé ses bénéfices dans les censos : il a des maisons, de la marchandise en stock et des espèces d’or ou d’argent. Les fondements de l’aisance assez enviable du tripier Nicolás Paz sont les maisons, les terres et les vignes. Le pâtissier Pero Pérez est dans le même cas5. Quelques artisans assez bien pourvus, l’orfèvre Cristóbal Remón, le passementier Hernando de La Dueña, n’ont pas donné non plus dans la manie de la rente6. Quelques paysans ou maraîchers prospères, tels Sebastián de Pesquera, Sebastián de Balboa, Esteban Calvo, y échappent eux aussi7. Il est déjà rare qu’un hidalgo, ainsi Bartolomé de Bustamente Torquemada, soit démuni de cens ou de juros s’il n’est pas complètement ruiné. Le cas ne se produit presque jamais lorsqu’il s’agit d’un letrado ou d’un homme de loi. Certes les inventaires des biens de Sebastián de Amusco, avoué auprès de la Chancellerie, mort en 1598, et d’Agustín de La Lastra, receveur à la Chancellerie, décédé en 1599, ne signalent pas de rentes mais ces inventaires témoignent aussi de la médiocrité pour ne pas dire de la pauvreté des défunts8.

6Mais pour les quelques individus lucides qui préfèrent à l’attente de la rente ces réalités tangibles que sont les terres, les maisons, les troupeaux, la marchandise, combien de gens cèdent à la séduction de la rente, de son profit facile, de la considération qu’elle donne ! Si l’honneur-réputation (el honor-fama) est une contagion, comment n’en serait-il pas de même de la rente, un des moyens d’atteindre la réputation ?

b) Les chasseurs de rentes

  • 9 A.H.P.V., Leg. 80 et 81.

7Les chasseurs de rentes en effet sont partout. Letrados et hommes de loi en tête : pas un auditeur ou un alcalde de la Chancellerie, pas un notaire ou un avoué prospère, pas un licencié qui n’ait ses censos ou ses juros. Les églises, les couvents, les confréries, les hôpitaux sont acheteurs de rentes. Les ecclésiastiques aussi à titre personnel : nous connaissons déjà le bachelier Cristóbal de La Quadra. Comme lui d’autres prêtres, Francisco Sánchez, Pedro de Tapia, le bachelier Juan de La Dehesa, collectionnent les rentes... Dans un bourg comme Tudela, la même année 1559, nous voyons trois prêtres, les deux bacheliers Juan Alonso et Alonso de Oviedo plus Juan Ruiz, acheter chacun plusieurs cens9.

  • 10 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 559, 806, 1 019, 1 154.
  • 11 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 792 ; il faut noter cependant que le majorat fondé par Pedro Hernández de (...)

8Les membres du patriciat urbain, ainsi les familles Verdesoto, Figueroa, Santiesteban, Vivero, Tovar, Zúñiga, Osorio, López de Cala-tayud, De Vera, etc., ont tous des rentes. Les grands nobles sont pourvus de juros inclus dans leur majorat. Les veuves voient dans ce placement le moyen de poursuivre tranquillement leur existence. Artisans et marchands cèdent plus souvent à l’attraction de la rente qu’ils ne s’en gardent. Un simple tailleur comme Gómez de Mucientes achète trois rentes en 1550 ; la même année son confrère Alonso de Santander l’imite plus modestement10. Le pelletier Gonzalo Alonso, l’épicier Lucas de Barcena Carranza, le fermier des boucheries Juan de Toro, les marchands Álvaro del Pino, Alonso de Avilés, placent eux aussi de l’argent de cette façon. Un personnage comme le pelletier Pedro Gutiérrez investit la bagatelle de 13 000 ducats en censos de 1564 à 1577. Une importante partie de l’énorme fortune de Pero Hernández de Portillo est faite de censos et de juros. Encore s’agit-il là de gens avisés (Lucas de Barcena Carranza est aussi du nombre) qui ne mettent pas tous les œufs dans le même panier. Gutiérrez a des maisons et des vignes, fait le commerce des vins et ne néglige pas son affaire de pelleterie ; Hernández de Portillo a d’immenses propriétés foncières ; les rentes représentent seulement 898 000 maravédis de capital sur les 7 436 904 que valent les biens de Barcena Carranza11.

  • 12 A.H.P.V., Leg. 80 et 81 : nombreuses constitutions de rentes.
  • 13 A.H.P.V., Leg. 41, fol. 26 et Leg. 46, fol. 611.
  • 14 A.H.P.V., Leg. 69, fol. 389.

9Enfin paysans et maraîchers sont eux aussi atteints par le virus. Il est vrai que les dots des filles de laboureurs (comme celles des filles d’artisans, sauf exception) ne comprennent pas de rentes. Mais il est aussi vrai que lorsqu’ils le peuvent ces laboureurs achètent de petites rentes. C’est particulièrement vrai de Tudela de Duero où les progrès du vignoble ont assuré longtemps, on le sait, la prospérité12. A Valladolid des maraîchers comme Antonio de La Serna et Cristóbal de Trigueros achètent des rentes dès les années quarante13. Ils sont imités par les laboureurs Andrés Núñez de Renedo et Hernando de Urueña. A sa mort, en 1573, celui-ci avait quinze titres de rentes d’un rapport annuel de 14 591 maravédis plus une charge de blé14. Il semble bien qu’Hernando ait vendu des terres pour acheter ces rentes.

c) L’envahissement des cens

10A ce niveau, le phénomène devient grave. Le censo ou le juro n’est plus seulement un placement parmi d’autres. Il devient le placement par excellence, celui qui est recommandé, imposé même, par les parents à leurs enfants ou à leurs héritiers. Il devient souvent la base même de la fortune. La fondation d’un cens au bénéfice du créancier tient lieu de paiement dans l’achat d’un office ou d’une terre...

  • 15 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 763.

11C’est ainsi qu’il est amusant d’étudier le contrat de mariage entre Mariana de Arce, fille d’un notaire du tribunal de l’Inquisition, et le licencié Martín González de Cellorigo qui allait devenir, dix ans plus tard, on le sait, l’adversaire le plus convaincu et le plus clairvoyant des rentes. Or les trois quarts de la dot de Mariana, 2 400 ducats sur 3 200, sont formés de rentes : cens qui obèrent les patrimoines de quelques grands seigneurs, Amiral de Castille, comte de Benavente et comte de Miranda, marquis d’Aguilafuente, complétés par un juro sur le Servicio y Montazgo. Gonzalo peut choisir parmi ces rentes jusqu’à concurrence des 2 400 ducats mais sa femme et lui-même ne pourront ni aliéner ni vendre ces rentes. Si les débiteurs les rachètent l’argent devra être aussitôt employé à l’acquisition de nouvelles rentes « pour la sécurité de cette dot ». Pour comble le licencié doit s’engager à acheter des juros ou des cens avec les 800 ducats versés en espèces ! Il est évident que pour les parents de Mariana la rente est la panacée par excellence, l’assurance sur l’avenir15.

  • 16 A.H.P.V., Leg. 41, fol. 570 ; Leg. 46, fol. 515 ; Leg. 571, fol. 1 328 ; Leg. 883, fol. 70 ; Leg. (...)

12Or le sort fait au licencié est assez habituel aux gens de sa classe. La place des rentes dans les dots est très fréquemment majoritaire. 1543, Catalina de Valdés, fille d’un huissier de la Cour, épouse Diego de Alfaro, avoué à la Chancellerie : les rentes représentent 174 000 maravédis sur les 300 000 de la dot. 1548, Doña Aldonça de Verdesoto épouse Alonso Diez de La Reguera : Les rentes constituent presque les quatre cinquièmes de la dot : 584 000 maravédis sur 750 000. Ainsi la confiance en la rente est précoce. Elle demeure dans la deuxième moitié du siècle : 3 000 ducats sur 4 000 en rentes pour la dot de Doña María de La Cabeza, fille du licencié Pedro San Juan, ancien rapporteur à la Chancellerie, qui se marie avec le licencié Diego Llorentena, rapporteur à la Chancellerie, en 1584. Proportion identique dans le cas du mariage de Doña Uzenda Caxa de Villafañe, fille d’un regidor de Cuenca, avec Don Francisco de Villafañe, membre du Conseil de Sa Majesté ; proportion légèrement plus faible (un million de maravédis en juros sur une dot de 1 536 000 maravédis), dans le cas d’Isabel de Sotomayor épousant Don Rodrigo de Medina, auditeur à la Chancellerie toujours en 1594, et sensiblement plus faible mais toujours égale ou supérieure à 50 % à l’occasion des mariages de Doña Antonia de Figueroa, fille de l’échevin Juan de Figueroa, avec Don Sanche de Tovar et de Juana Arista de Zúñiga : la première reçoit 3 766 000 maravédis sous la forme de deux juros contre 3 308 013 en terres, meubles, trousseau, etc. ; la seconde 2 000 ducats sur 4 000 en juros. Mais proportion beaucoup plus forte lors du mariage de Doña María de Carrai avec le licencié Juan Polo : 5 300 ducats sur 6 00016.

  • 17 A.H.N., Clero, Livre 17 666.

13Bien entendu ces rentes sont régulièrement inaliénables. Et la recommandation impérative d’acheter des rentes est fréquente. Maria de Castilla laissant 4 000 ducats à sa nièce Isabel de Castilla l’oblige à acheter des cens ou des juros ou, à défaut (mais en second lieu seulement), une propriété de valeur17.

  • 18 Voir supra, livre II, chap. IV.
  • 19 A.H.N., Clero, Leg. 7 930 ; A.H.P.V., Leg. 425, fol. 119.
  • 20 A.H.P.V., Leg. 81, fol. 268, 277, 452, 466, 546, 556, 593.

14Le mouvement est général. En 1560 l’hôpital de l’Esgueva vend ses vignes pour acheter des rentes18. L’église de Santiago vend une maison pour 500 ducats : 50 comptant et le solde (les neuf dixièmes) sous forme d’une rente perpétuelle au denier 14 ; l’Église Majeure vend en 1587 quelques hectares de bonne terre pour que le prix en soit employé en rentas y tierras19. A Tudela de Duero, durant la seule année 1559, de nombreuses vignes sont cédées à bail perpétuel. Certes il s’agit là d’emphytéoses profitables en dernière analyse aux paysans qui reçoivent ces vignes. Mais l’ampleur du mouvement est significative de la recherche de la rente à tout prix20. On rappellera de même que les terrains à bâtir étaient cédés moyennant une rente perpétuelle.

  • 21 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 185.
  • 22 A.H.P.V., Leg. 60, fol. 408 et Leg. 66, fol. 867.
  • 23 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 359 et Leg. 767, fol. 524.
  • 24 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 702.
  • 25 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 202 ; Leg. 567, fol. 618 et 1 528.
  • 26 Martín González de Cellorigo, op. cit., fol. 28.

15Dans le cas d’une vente d’office l’habitude s’instaure de payer le créancier par le service d’une rente. Elle apparaît de bonne heure : en 1544 un office d’avoué (procurador de causas) est vendu 500 ducats, 100 comptant et 400 sous forme d’une rente au denier 1421. Le phénomène se renouvelle fréquemment : Gonzalo de Santiesteban vend en 1564 sa charge de notaire (escribano del número) à Antonio de Obedar pour 1 000 ducats : 500 comptant et 500 sous les espèces d’un cens au denier 14 ; en 1571 Gaspar de Funes vend un office semblable à Gerónimo López pour 1 200 ducats, 600 comptant, 300 un peu plus tard, 300 payables par une rente22. Plus tard le versement en espèces se réduit considérablement : 1 100 ducats sur 4 700, seulement, lorsque Pero Sánchez achète un office de notaire de province à la Chancellerie à Agustina Mora de Valencia en 1590 ; 6 150 sur 15 150 seulement lorsque le fils de l’orfèvre Francisco de Angulo achète à Alonso de Vallejo en 1598 son office de notaire de chambre. Bien entendu le solde est payé soit par la cession de cens ou de juros, soit par la fondation d’une nouvelle rente23. Des exemples semblables pourraient être signalés à propos de ventes de terres ou de vignes, souvent précoces24. Et le jeu devient très dangereux lorsque la rente achetée est elle-même fondée sur une rente antérieure. A l’origine le cens ou le juro mobilise soit une propriété foncière, une réalité tangible (maison, terre à blé, vigne, moulin), soit un revenu certain, celui de l’alcabala par exemple. Lorsque la rente repose elle-même sur une rente, le risque s’accroît. Or dès 1548 on voit le Commandeur Don Diego de La Cueva vendre au marchand Alvaro del Pino un cens gagé par un juro de 120 000 maravédis annuels sur les alcabalas d’Alcalá de Henares. Pareillement la rente acquise par l’avocat Fresno Delgado au marquis de Viana est garantie par un juro sur les alcabalas de Valladolid et on verra le comte de Benavente vendre un cens en offrant comme gage un autre cens qu’il possède lui-même sur l’Amiral de Castille ! Dans ce cas-là l’acheteur de la rente s’expose à des retards considérables de paiement et à deux risques au lieu d’un25. Cellorigo a raison : « la richesse se promène dans l’air, en papiers, contrats, rentes, lettres de change, monnaie, argent, or ; et non en biens qui fructifient et attirent à eux les richesses de l’extérieur tout en fomentant celles de l’intérieur »26.

  • 27 A.H.P.V., Leg. 567, fol. 73 et Leg. 569, fol. 737.
  • 28 A.H.P.V., Leg. 71, fol. 454 ; Leg. 768, fol. 2 132. Le majorat créé par Esteban Jordán pour sa fil (...)

16Car, et l’on ne s’en étonnera pas, beaucoup de patrimoines reposent essentiellement sur les rentes. Le majorat créé par Pedro de Tamayo pour son fils Juan, assez peu considérable il est vrai, est entièrement constitué par des rentes. Il en est de même du majorat plus important fondé par le licencié Antonio Vaca pour son fils Gutierre, puisque aux cinq rentes d’un revenu annuel de 262 216 maravédis s’ajoutent 500 000 maravédis en espèces qui doivent être employés à l’achat de terres, de rentes ou de juros27. En fait dans la plupart des majorats fondés après 1550 les rentes sont prioritaires. Il est rare qu’ils soient surtout constitués de vignes, cas du licencié Luis de Villa en 1577, ou de maisons, cas du sculpteur Esteban Jordan en 159828.

  • 29 A.H.P.V., Leg. 572, fol. 1 385 ; Leg. 576, fol. 1 294 ; Leg. 663, fol. 1 827 ; Leg. 662, fol. 218  (...)

17Il serait fastidieux d’énumérer tous les gens dont la fortune est constituée par des rentes pour plus de 50 %. D’ailleurs il arrive que la connaissance de cette fortune soit imparfaite et qu’il s’agisse seulement d’une impression. Toutefois dans les classes moyennes ce cas est largement répandu. Des gens aussi différents qu’Isabel de Estrada et Catalina de Corvera, toutes deux veuves d’orfèvres, que le pharmacien Juan de Frías, le notaire Diego de Joarra, María Ramírez, veuve d’un avoué à la Chancellerie, et Maria Ortiz ou Doña Inés de Quintana, veuves de licenciés, que les nobles comme Don Antonio de La Cerda et Don Pedro Laso de Castilla, que le regidor Juan Fernández de Salazar, et l’Inquisiteur, docteur Juan Díaz Morales de Salcedo, que le professeur Pedro Enríquez et les licenciés Hernando de Vallejo Alderete, de Abaunza, Diego Nuño de Valencia, Antonio Vaca ont de manière certaine leur fortune, ou plus simplement leur subsistance, fondée essentiellement sur la rente. Par exemple l’ensemble des biens de la veuve María Ramírez est évalué à 1 045 230 maravédis dont 603 730 en cens et juros. Pour le notaire Diego de Joarra le rapport est de 880 750 à 1 419 191. Or il ne s’agit là que de bien petites fortunes. Le licencié Nuño de Valencia dont la fortune est évaluée à plus de 40 000 ducats (15 420 106 maravédis) a les deux tiers de ce capital placés en cens et juros. Ou encore la valeur des terres possédées par le licencié de Abaunza est estimée à 339 500 maravédis tandis que ses rentes valent 1 216 900 maravédis29.

  • 30 A.H.P.V., Leg. 45, fol. 747 ; Leg. 62, fol. 1 197.

18De plus beaucoup de ceux dont la richesse ne repose pas essentiellement sur les rentes ne dédaignent pas pour cela un tel genre de placement et certains achètent continûment des rentes, ce qui signifie que la proportion des rentes dans leurs biens évolue positivement. Ainsi en 1547 le couple Diego de Alfaro-Catalina de Valdés possède 18 titres de rente d’un revenu annuel de 43 020 maravédis ; en 1563 Catalina devenue veuve n’a que 13 titres de rente mais leur valeur est presque double : 82 500 maravédis de revenu30.

  • 31 A.H.P.V., Leg. 438, fol. 450 et 410.
  • 32 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 164.

19De même lorsque le receveur Alonso de La Puente meurt en 1567 il a 5 titres de rente rapportant 35 000 maravédis. En 1594 sa veuve Maria Vázquez en possède 9 dont le revenu s’élève à 93 880 maravédis31. Il est à peu près certain que la place des rentes dans les fortunes urbaines ne cesse de croître. Il arrive qu’on ne puisse la mesurer comme dans le cas de Cristóbal de Ocampo mais comment croire qu’elle est négligeable lorsque 15 « cens » représentent un capital de 5 424 250 maravédis placé à divers taux (deniers 14, 16, 20) pour un revenu de 356 581 maravédis32 ! Et si dans la première moitié du siècle il ne manque pas de gens des classes moyennes qui tout en s’intéressant aux rentes ne voient en elles qu’un revenu accessoire, le cas est plus rare lorsqu’on approche de la fin du règne de Philippe II. La folie est générale. On entend quelques voix crier dans le désert.

II. — L’AVENIR ET LE PRESENT

  • 33 Martín González de Cellorigo, op. cit., fol. 59.

20Écoutons l’une de ces voix, l’une des plus fortes et des plus pathétiques à la fois : « Les rentes sont dissipatrices de propriétés, corruptrices de la force, destructrices du temps, elles étouffent la vertu, s’approprient le vice et sont source de tout mal. Par elles le laboureur se perd, l’hidalgo se corrompt, le chevalier se décourage, le grand s’humilie et le royaume pâtit »33.

  • 34 Pierre Vilar, op. cit., t. I, p. 569.
  • 35 Ibid., p. 570.

21Cellorigo exagérait-il ? Je ne le crois pas et Pierre Vilar ne le croyait pas davantage lorsque jugeant le phénomène des rentes après trois siècles et demi il écrivait : « Cela suffit bien à expliquer l’enlisement d’une société. En ce sens l’idée que l’Espagnol a compté sur un revenu extérieur au travail, sur l’or du Pérou, n’est pas fausse »34. En écartant les gens du travail l’idéal de la rente diminue la population active et par là même la production. Ainsi, pour reprendre une autre phrase de Pierre Vilar : « Dès le xvie siècle, la disproportion entre la masse d’argent et la production espagnole a eu tous les effets sociaux d’une inflation excessive, que l’inflation artificielle du xviie siècle ne fera que porter au comble et dont elle sera d’ailleurs la conséquence »35. Je préférerais cependant écrire : dès la fin du xvie siècle, pour tenir compte du stimulant que l’augmentation des moyens de paiement et la poussée démographique ont constitué pour la production et parce que la rente a d’abord joué le rôle d’un instrument de crédit. Mais en 1600, lorsque les effets du phénomène sont décrits par Cellorigo en une formule saisissante que Pierre Vilar a déjà publiée : « Un homme qui travaille doit se maintenir lui-même, maintenir le seigneur du domaine, celui de la rente, le bénéficiaire de la dîme, le percepteur du cens, tous ceux qui ont quelque chose à réclamer... et... des gens qui travaillent à ceux qui ne font rien, la proportion est de un à trente », il est clair que le présent a rejoint l’avenir.

22Je veux dire que la catastrophe n’est plus seulement pour demain, que les signes de son avènement sont déjà sensibles. Tous ces signes ont le même sens : la production s’épuise au service de la rente et ne parvient déjà plus à l’assurer. Précisément, Cellorigo l’avait compris, parce que la disproportion est désormais excessive entre producteurs et consommateurs.

  • 36 Voir supra, livre II, chap. III, p. 000.

23J’avais déjà eu l’occasion d’observer, en étudiant les rentes comme instrument de crédit, que nombre de paysans ne parvenaient pas à payer régulièrement la rente, qu’ils devaient se résigner à vendre des terres pour s’acquitter de leurs dettes et qu’il arrivait que leurs biens soient saisis pour désintéresser les créanciers. Mais on pouvait considérer, surtout avant 1550, qu’il s’agissait de faillites individuelles36.

  • 37 A.H.P.V., Leg. 572, fol. 220 ; Leg. 440, fol. 75 ; Leg. 663, fol. 2 240 ; Leg. 53, fol. 932 ; Leg. (...)

24A la fin du xvie siècle la faillite collective s’annonce. Il arrive, trop rarement hélas, que les arrérages de rentes soient indiqués dans les inventaires de biens. On constate alors que ces arrérages sont considérables et qu’ils concernent aussi bien les communautés villageoises ou les grands que de simples paysans. Voici entre 1585 et 1599 trois cas intéressants : les sommes dues à Doña Inés de Quintana, au licencié Nuño de Valencia et à María Ramírez, au titre d’arriérés de rentes, s’élèvent respectivement à 45 056, 357 435 et 28 916 maravédis. Sommes fort dissemblables apparemment. En réalité, étant donné l’écart entre les capitaux placés, ces sommes représentent toujours six à neuf mois du revenu annuel : cela indique la difficulté avec laquelle on perçoit les rentes. La situation est la même pour le notaire Miguel Pérez de Lerzundi et peut-être plus grave pour Pedro Enríquez : c’est ainsi que le Conseil du village de Wamba a, en 1584, deux ans et demi de retard sur la rente qu’il doit au professeur de philosophie et le comte de Monterrey lui doit 1 200 ducats en arrérages relatifs aux quatre dernières années37.

  • 38 A.H.N., Clero, Leg. 7 919.
  • 39 A.G.S., Consejo Real, Leg. 222, fol. 24.

25Ne croyons pas qu’il s’agit de cas isolés. Les comptes du majordome de l’église de La Antigua pour les années 1589-1591 (de la Saint-Jean à la Saint-Jean) font apparaître un considérable retard dans le paiement des rentes, dépassant le montant d’une année38. Quant à la ville de Valladolid, dès 1590 ses revenus sont entièrement aliénés par les rentes (muy acensuados) : lorsqu’une dépense municipale ne peut être éludée, faute des plus-values fiscales qui ont déjà pris fin avec le séjour de la Cour, il faut donc recourir à la sisa, taxe frappant les produits de consommation courante et augmentant le prix de la vie39.

  • 40 A.H.N., Clero, Leg. 7938.
  • 41 José Ruiz de Zelada, Estado de la Boisa de Valladolid, Valladolid, 1777.

26Les conséquences ? A long terme les capitaux placés dans les rentes ne produisent plus que du vent. Il est significatif que le majordome du monastère de Nuestra Señora del Prado évalue en 1643 le rendement réel des censos et des juros possédés par le monastère au quart de leur revenu théorique40 ! Un siècle encore et José Ruiz de Zelada étudiant les finances de Valladolid constate que les revenus de la ville (des propios) suffisent à peine au service des rentes payables aux gens expropriés en 1561 à l’occasion de la reconstruction qui suivit l’incendie. Quant aux propriétaires des titres des rentes fondées par la ville pour financer les achats de blé, la construction des boucheries ou la réception des princes, José Ruiz de Zelada leur conseille ironiquement de se contenter de l’espérance41...

27L’extinction du service de la rente après un siècle ou deux, quelle importance à l’échelle d’une société si les capitaux ainsi placés avaient fomenté la richesse ? Mais comment auraient-ils pu le faire puisqu’ils étaient fondés sur des maisons dont le loyer baissait quand elles n’étaient pas abandonnées (au milieu du xviie siècle le nombre des vecinos de Valladolid est tombé à 4 500), sur des terres déjà grevées d’une infinité de charges, sur un produit fiscal déclinant ou, pour comble, sur d’autres rentes dont le fondement n’était pas plus solide ? Comment auraient-ils pu le faire puisque ces placements ne faisaient qu’accroître le nombre de ceux qui prenaient noblement leurs distances à l’égard de l’activité économique ?

28Seulement, et c’est ce qu’il faut bien comprendre, pendant toute la durée du xvie siècle le désastre n’a concerné que l’avenir. Le cancer de la rente n’a rongé que lentement l’organisme économique et social. Le travail de quelques dizaines de milliers de paysans et d’artisans, les produits étrangers achetés avec l’or et l’argent des Indes dont Valladolid eut sa part grâce à l’intermédiaire royal, ont longtemps fait illusion. D’ailleurs cette société ne se souciait plus guère de l’avenir parce que la prévision, avec les investissements qu’elle suppose, est une affaire bourgeoise. Or les idéaux bourgeois se mouraient. L’idéal de la rente, s’il compromettait l’avenir, convenait merveilleusement au présent parce qu’il permettait d’épouser le genre de vie seigneurial. C’est-à-dire le modèle admiré par tous. En dernière analyse l’idéal de la rente est celui d’une société plus soucieuse du présent que de l’avenir et dont la frénésie de consommation ignore les exigences logiques de la production. C’est encore le fait d’une mentalité seigneuriale.

Notes

1 Pierre Vilar, op. cit., t. I, p. 569.

2 Ibid., p. 586.

3 Carmelo Viñas y Mey, op. cit., p. 35 et suiv.

4 Martín González de Cellorigo, op. cit., fol. 22.

5 A.H.P.V., Leg. 767, s.f. ; Leg. 57, fol. 1 411 ; Leg. 69, fol. 425 ; Leg. 41, fol. 13, etc.

6 A.H.P.V., Leg. 54, fol. 1 137 à 1 176.

7 A.H.P.V., Leg. 52, fol. 460 à 472 ; Leg. 14 943, fol. 3.

8 A.H.P.V., Leg. 440, fol. 1 757 ; Leg. 444, s.f. ; Leg. 662, fol. 859.

9 A.H.P.V., Leg. 80 et 81.

10 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 559, 806, 1 019, 1 154.

11 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 792 ; il faut noter cependant que le majorat fondé par Pedro Hernández de Portillo pour son petit-fils, après son augmentation en 1550, comportait 42 860 ducats en censos et juros sur 110 000 au total. Voir aussi Leg. 435, fol. 1 115 et suiv. ; pour Pedro Gutiérrez opérations dispersées dans les registres d’Antonio de Cigales.

12 A.H.P.V., Leg. 80 et 81 : nombreuses constitutions de rentes.

13 A.H.P.V., Leg. 41, fol. 26 et Leg. 46, fol. 611.

14 A.H.P.V., Leg. 69, fol. 389.

15 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 763.

16 A.H.P.V., Leg. 41, fol. 570 ; Leg. 46, fol. 515 ; Leg. 571, fol. 1 328 ; Leg. 883, fol. 70 ; Leg. 768, fol. 2 777 ; Leg. 439, fol. 720. A.H.N., Clero, Leg. 7 941 et 7 764.

17 A.H.N., Clero, Livre 17 666.

18 Voir supra, livre II, chap. IV.

19 A.H.N., Clero, Leg. 7 930 ; A.H.P.V., Leg. 425, fol. 119.

20 A.H.P.V., Leg. 81, fol. 268, 277, 452, 466, 546, 556, 593.

21 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 185.

22 A.H.P.V., Leg. 60, fol. 408 et Leg. 66, fol. 867.

23 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 359 et Leg. 767, fol. 524.

24 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 702.

25 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 202 ; Leg. 567, fol. 618 et 1 528.

26 Martín González de Cellorigo, op. cit., fol. 28.

27 A.H.P.V., Leg. 567, fol. 73 et Leg. 569, fol. 737.

28 A.H.P.V., Leg. 71, fol. 454 ; Leg. 768, fol. 2 132. Le majorat créé par Esteban Jordán pour sa fille Magdalena comporte aussi une rente d’un capital de 1 000 ducats.

29 A.H.P.V., Leg. 572, fol. 1 385 ; Leg. 576, fol. 1 294 ; Leg. 663, fol. 1 827 ; Leg. 662, fol. 218 ; Leg. 663, fol. 2 240 ; Leg. 438, fol. 824 ; Leg. 572, fol. 220 ; Leg. 575, fol. 582 ; Leg. 438, s.f. ; Leg. 570, fol. 1 547 ; Leg. 444, s.f. ; Leg. 571, fol. 1 281 ; Leg. 439, fol. 906 ; Leg. 767, fol. 1 100 ; Leg. 440, fol. 75 ; Leg. 569, fol. 624. Références par ordre d’entrée en scène des personnages.

30 A.H.P.V., Leg. 45, fol. 747 ; Leg. 62, fol. 1 197.

31 A.H.P.V., Leg. 438, fol. 450 et 410.

32 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 164.

33 Martín González de Cellorigo, op. cit., fol. 59.

34 Pierre Vilar, op. cit., t. I, p. 569.

35 Ibid., p. 570.

36 Voir supra, livre II, chap. III, p. 000.

37 A.H.P.V., Leg. 572, fol. 220 ; Leg. 440, fol. 75 ; Leg. 663, fol. 2 240 ; Leg. 53, fol. 932 ; Leg. 571, fol. 1 281.

38 A.H.N., Clero, Leg. 7 919.

39 A.G.S., Consejo Real, Leg. 222, fol. 24.

40 A.H.N., Clero, Leg. 7938.

41 José Ruiz de Zelada, Estado de la Boisa de Valladolid, Valladolid, 1777.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter