Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Leçons politiques de l'épidémie de sida

 | 
Nicolas Dodier

Première partie. L'enclavement de la modernité thérapeutique

5. L'avènement des institutions de la modernité thérapeutique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’établissement de la modernité thérapeutique d’État met en lumière l’importance de la notion de génération dans le travail politique. On peut noter, dès la fin de la crise de la ciclosporine, que la responsabilité des essais contrôlés destinés à faire la lumière sur ce médicament n’est pas attribuée aux spécialistes du sida. De nouveaux interlocuteurs sont sollicités par la direction de l’Inserm : des médecins et des statisticiens qui ont déjà, dans d’autres pathologies, et notamment concernant le diabète, une expérience reconnue dans la mise en place des essais contrôlés randomisés en double aveugle contre placebo. De fait, ce sont, à la fin des années 1980, trois générations distinctes de médecins, aux options et aux itinéraires bien différents, qui sont mobilisés autour du sida. Les médecins de l’alerte, premiers spécialistes reconnus du sida, forment ce que l’on peut maintenant nommer la première génération. Deux autres générations émergent, porteuses de dispositions politiques...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540