Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 2

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre III. Définition d'un style de vie

Chapitre VII. Les comportements

Texte intégral

1La foi catholique, précisée par l’hostilité à la Réforme, est l’idéal commun, premier élément d’une cohérence que souligne l’appartenance à diverses collectivités intégrées dans un cadre urbain ou régional. La sollicitude pour les pauvres, considérée un peu abstraitement peut-être, comme chemin de salut, le goût multiforme du luxe et d’abord celui des loisirs sont d’autres éléments de définition de la société vallisolétaine. Les élites ont connu la culture la plus raffinée et toutes les tentations de la Renaissance. Entre les élites et la masse, les ponts n’étaient pas coupés, certaines expressions esthétiques, ainsi la sculpture sur bois polychrome et le théâtre, emportant une large adhésion populaire. Mais l’accord est peut-être plus complet encore lorsqu’il s’agit de comportements. Car les mêmes attitudes sont communes à de larges fractions d’une société où les mêmes modèles sont proposés depuis des siècles à l’admiration et à l’imitation.

I. — MORT D’UNE LIBERTÉ

  • 1 Telle est notamment l’idée de Claudio Sánchez Albornoz, España, un enigma histórico, op. cit.

2Claudio Sánchez Albornoz voyait dans la Castille médiévale un îlot d’hommes libres dans l’Europe féodale. Durant les premiers siècles de la Reconquête, une longue migration avait installé sur ce large plateau battu par le vent, entre les montagnes du Nord et le Duero, des peuples d’humeur sauvage, Asturiens, Cantabres, Basques, propriétaires des terres qu’ils avaient conquises, longtemps privées de seigneurs. Les villes, temples et forteresses s’étaient donné une forte organisation municipale indépendante des grands. Ainsi s’était formé un peuple libre qui ne reconnaissait nulle autorité, sinon celle du Roi et celle de Dieu. Les barrières des ordres et des classes existaient sans doute, encore que la Reconquête et ses péripéties eussent multiplié les occasions d’ascension sociale, mais le style de vie et la psychologie étaient identiques. Dans la paysannerie même avait triomphé l’esprit orgueilleux et agressif de type seigneurial, forgé durant la guerre contre le Maure1.

3Tel est le schéma. Or à la fin du xve siècle, au début du xvie encore, les Vallisolétains affirment leur orgueil d’hommes libres. Contre les grands, contre les étrangers, contre tout ce qui ne vient pas directement de Dieu ou du Roi.

a) Les expressions de la liberté

4L’épisode se situe en 1491. Grijalba, serviteur du comte de Benavente, un Grand d’Espagne, parcourt la Lencería et la Trapería de Valladolid pour persuader les marchands locaux de se rendre à la prochaine foire de Villalón, voire de s’établir à demeure dans cette ville dont le comte est le seigneur. Il promet, au nom de son maître, des conditions avantageuses, voire des gratifications. Il est même porteur de lettres adressées personnellement par le comte à quelques-uns des marchands les plus considérables, Pedro de Portillo et Luis Salcedo, au changeur García de Verdesoto.

  • 2 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 8 : « Non avemos miedo syno a Dios (...)

5La réponse des marchands est prudente : ils iront peut-être à Villalón, mais doivent se concerter. D’ailleurs il existe maintenant à Valladolid une foire franche et ils sont retenus par leurs affaires, etc. Survient alors Pedro de Badajoz : il est à pied, Grijalba est à cheval. Cela n’est point pour l’intimider. Il interpelle violemment Grijalba lui reprochant de chercher à convaincre perfidement les marchands de Valladolid d’aller s’établir à Villalón (« sutilizándoles y susurándoles que vayan à Villalón ») et menace de le lapider. Grijalba répond qu’il le fera châtier. Alors Pedro de Badajoz : « Ici nous ne craignons personne sinon Dieu et le Roi car ici nous n’avons pas d’autre Seigneur à redouter »2.

  • 3 Don Matias Sangrador Vitores, Historia de... Valladolid, t. I, p. 324, 325.

6Un quart de siècle plus tard, en 1516, le cardinal Cisneros, Régent d’Espagne, promulgue une ordonnance pour que dans toutes les villes du royaume s’organise une milice (fantassins et cavaliers) à la disposition de son gouvernement. Valladolid s’oppose à la levée des milices. Lorsque le capitaine Tapia arrive dans la ville pour lever 600 hommes il déclenche une émeute et c’est le mot de liberté que la population scande sous les fenêtres de la Chancellerie. Le cardinal doit céder, provisoirement au moins3.

  • 4 Voir Joseph Pérez : « Moines frondeurs et sermons subversifs pendant le premier séjour de Charles (...)
  • 5 Laurent Vital, op. cit.

7L’opposition aux ordres du cardinal laisse penser que seule la personne du Roi est révérée et obéie. Son entourage immédiat, ses conseillers sont discutés et attaqués directement. Mais la mauvaise influence de cet entourage est elle-même un excellent prétexte pour s’opposer aux volontés du souverain. Joseph Pérez a évoqué dans un récent article la surprise du Flamand Laurent Vital devant la résistance de gens d’Église à Charles Quint, leur refus de renoncer provisoirement, malgré l’ordre exprès du souverain, à leurs privilèges, et leur opposition constante aux Flamands qui accompagnaient Charles de Gand lors de son premier voyage en Espagne. Apportant des pièces supplémentaires au dossier, Joseph Pérez signale que de nombreux sermons furent prononcés à Valladolid en 1517, 1518 et 1519, notamment depuis la chaire des monastères de San Francisco et de San Pablo. Or ces sermons ne mettent pas en cause les seuls Flamands, ils s’en prennent à tous les aspects de la politique royale et même à l’aristocratie qui « s’est disqualifiée elle-même par ses divisions internes, le souci exclusif de ses intérêts particuliers, sa platitude devant le pouvoir, son absence de réaction devant les abus et les erreurs d’une ligne politique néfaste pour le pays ». Les moines se rangent très nettement aux côtés de la classe moyenne (los medianos), c’est-à-dire les classes urbaines. Dans leurs sermons passe le souffle d’une tradition de liberté multiséculaire, celle de villes qui ont toujours traité directement avec le Roi et considèrent avec arrogance la haute noblesse4. Laurent Vital fait d’ailleurs allusion à d’autres manifestations de l’orgueil castillan, ainsi ces libelles violemment hostiles aux Flamands, cloués à la porte des églises de Valladolid par des inconnus qui cherchent sans aucun doute à provoquer des réactions d’amour-propre5.

  • 6 Don Matias Sangrador Vitores, op. cit., t. I, p. 336-344.

8Les comunidades représentent la dernière occasion pour ce comportement de s’exercer totalement. Les émeutes du 5 mai et d’août 1520 (cette dernière après l’incendie de Medina) ont le sens d’un refus de l’absolutisme au nom des libertés traditionnelles des villes de Castille : refus de voter le service si Charles quitte la Castille, et l’émeute de mai prétend éviter le départ du Roi ; vengeance contre les agents serviles du pouvoir : durant l’émeute d’août sont brûlées les maisons des regidores qui avaient voté le service aux Cortès de La Coruña. Durant les comunidades, par l’intermédiaire des cuadrillas qui représentent les quartiers, la « démocratie » municipale est en action pour la dernière fois6.

  • 7 Bibliothèque Nationale, Manuscrits Collection Du Puy, n° 15, fol. 32, 33. Une belle réponse de ceu (...)

9L’arrogance envers les grands demeure entière. La manifestation la plus remarquable en est sans doute la réponse faite par la Junte de Valladolid à une lettre inspirée par l’Amiral de Castille et le comte de Benavente, mêlant les promesses aux menaces, pour détacher la ville des comuneros. Cette réponse, en date du 30 janvier 1521, prétend faire connaître aux grands « la volonté de cette noble et loyale ville ». Elle est faite, pour une bonne part, de rappels historiques qui exaltent les services rendus par les communes à la royauté et dénoncent les trahisons et les rébellions des grands : « ... jamais en Espagne il n’y eut désobéissance sinon de la part des grands, ni obéissance et loyauté sinon de la part des communes... les peuples sont ceux qui enrichissent le Roi et les grands ceux qui ont appauvri tout le royaume ». A la menace de la guerre que les grands veulent faire aux communes « contre la volonté et les ordres de Leurs Majestés et au grand préjudice de Dieu... », la ville répond par l’intention de vaincre et « de réduire par la force des armes tout l’état des grands au service et à la loyauté de Leurs Majestés ». La guerre est juste parce qu’elle est livrée « pour la liberté de notre Roi et de la patrie »7.

b) Disparition de la liberté politique

  • 8 Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 40.

10Au lendemain des comunidades, après la victoire de l’armée royale et des grands, la pratique de la liberté politique devient impossible. Le contrôle du corregidor, agent du souverain, nommé et révoqué par lui, s’appesantit sur les regidores dont la charge est devenue héréditaire et qui, à ce titre, ne représentent plus qu’eux-mêmes ou, au mieux, quelques familles de patriciens. La seule participation de la population de la ville à la gestion de ses affaires est celle de deux députés du peuple, au rôle modeste. On a vu par ailleurs que la répartition des offices par les lignages était altérée par toutes sortes d’abus dont la vénalité. Seuls les députés des Cortès, choisis beaucoup plus qu’envoyés, peuvent faire connaître au Roi, et de moins en moins, l’opinion publique. Les letrados, devenus la classe la plus puissante de la ville, sont désormais les serviteurs inconditionnels de l’absolutisme et l’on peut considérer que l’évolution est parvenue à son terme lorsque l’un de ces letrados, Cellorigo, écrit en 1600 : « Les princes et les rois... doivent être inviolables par leurs sujets parce que sacrés et envoyés par Dieu. Que le sujet nourrisse tous les griefs imaginables ou non, pour si justifiés qu’il les estime, ils ne peuvent être la cause qu’il lève les yeux ou déplace la langue contre le Roi »8.

11La disparition de la vie politique dans le cadre urbain entraîne la modification du comportement. Désormais nous ne trouvons plus trace, ou fort peu, de l’arrogance envers les grands. Ceux-ci deviennent au contraire des modèles à imiter, on n’oppose plus à leur attitude une autre attitude. Certes, des gestes de mauvaise humeur sont possibles : peut-être est-ce ainsi qu’il faut considérer ces couplets satiriques qui circulèrent sous le manteau à Valladolid, à l’époque de l’Empereur d’abord, à la fin du siècle ensuite. Les premiers, dits du deuxième provincial, œuvre d’un jeune noble, Diego de Acuña, sont parvenus jusqu’à nous. Ils sont féroces à l’égard de plusieurs grands seigneurs, les comtes de Benavente, Miranda, Treviño, Oñate y Ribadeo ; le duc d’Albuquerque, les marquis d’Astorga ou de Poza ; de quelques patriciens accusés de jouer au seigneur comme les Tovar ou les de La Haya ; du marchand Pedro Hernández de Portillo, du secrétaire de l’Empereur Cobos, de grandes dames comme Doña María de Mendoza... Tous les griefs sont bons : origine juive ou morisque, noblesse fraîche, infortune conjugale, impuissance, ivrognerie, vénalité, dépravation des mœurs en tous genres. La haute noblesse et ses alliés sont traînés dans la boue. L’injure et l’obscénité fleurissent. Toutefois, étant donné l’origine et le ton des couplets, je croirais plus volontiers que l’intention politique en est totalement absente.

  • 9 Ces couplets peuvent être retrouvés à la Bibliothèque Nationale, Fonds espagnol, Ms. 354, fol. 196 (...)

12D’autres couplets qui eurent sans doute pour auteur un étudiant nommé Galarça et furent peut-être amplifiés par des jeunes gens du patriciat, Galván Boniseni et Luis de Castro, furent composés à la fin du siècle. Ils valurent à leurs auteurs une lourde condamnation. Nous en ignorons le contenu mais il semble qu’il s’agissait d’une plaisanterie salace d’étudiants beaucoup plus que d’un pamphlet à couleur politique9.

13La pratique de la liberté politique avait été, dans une certaine mesure au moins, une manifestation de l’orgueil, un moyen pour les citadins de s’égaler aux grands. Il restait à l’orgueil castillan la possibilité de se réfugier dans l’honneur.

II. — LA CONTAGION DE L’HONNEUR

14Menéndez Pelayo considère que l’honneur castillan est le fruit d’un égoïsme maladif. Ramón Menéndez Pidal le nie, pour qui l’honneur a un caractère éminemment social, et il rejoint Sánchez Albornoz qui voit dans l’honneur le résultat d’un long processus historique où la Reconquête eut la première place.

15Entre l’une et l’autre thèse, je n’hésite pas une seconde. Seule l’ignorance des documents peut conduire à la négation du caractère social de l’honneur. Il est sans doute l’élément le plus caractéristique d’un comportement d’origine seigneuriale mais imité largement par les bourgeois, les artisans et même les paysans.

16Ici s’introduit un nouveau débat. L’honneur fut-il le privilège des puissants, un comportement de classe, ou un sentiment éprouvé par tous, capable de renforcer l’unité morale d’une communauté historique ? La réponse est difficile. Il me semble cependant certain que l’honneur fut l’objet d’une contagion largement répandue.

17a) Le vocabulaire de l’honneur.

  • 10 « Por honra de su virginidad. » Ainsi les paysans de Villanubla. A.H.P.V., Leg. 951, fol. 11, 19, (...)
  • 11 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 556, 663 ; Leg. 47, fol. 21.
  • 12 A.H.P.V., Leg. 43, fol. 925 ; Leg. 44, fol. 166.
  • 13 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 563.
  • 14 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 430 ; Leg. 47, fol. 82.

18Le vocabulaire a sans doute un sens. Alors, on ne peut négliger le succès du substantif honra, du verbe honrar, de l’adverbe honradamente. Si les paysans ou les artisans, lors d’un contrat de mariage, promettent à leur fiancée des arrhes prénuptiales, c’est « pour l’honneur de sa virginité »10. S’il s’agit d’une veuve et qu’il ne puisse être question de virginité, c’est « pour l’honneur de ses parents ». On honore volontiers d’ailleurs la famille, le lignage. Beaucoup de formules des contrats de dots le soulignent : « ... parce qu’elle est demoiselle et pour l’honneur de ses parents (ou de son lignage) »11. Les artisans font souvent allusion à la « noblesse » des parents de leur fiancée. L’un d’eux épouse la fille naturelle d’un notaire. Il promet des arrhes « parce qu’elle est demoiselle et pour l’honneur et la noblesse de vous, Cristóbal de Santiago, son père »12. L’on honore aussi l’institution du mariage. Martín González de Cellorigo épousant Mariana de Arce s’engage « pour l’honneur de ce mariage et parce que ladite Doña Mariana est demoiselle »13. Le majorat fondé pour Alonso de Verdesoto qui a mené une vie exemplaire permettra au jeune homme de se marier « plus honorablement ». L’une des conditions faites à l’héritier du majorat de Pero Hernández de Portillo est de marier « très honorablement » sa sœur, Doña María14.

  • 15 A.H.P.V., Leg. 35, fol. 210 ; Leg. 39, fol. 646 ; Leg. 35, fol. 422.

19Dans leur testament, les mourants prévoient le détail des honneurs funèbres (honras) qui doivent leur être rendus. Le notaire du nombre, Francisco Pérez, veut que les confrères de la Conception et de Santiago l’honorent (que me honren). Rares ceux qui renoncent à ce cérémonial. Pero Hernández de Portillo demande seulement des honneurs secrets. Mais il faut un prêtre, le curé de San Benito, Diego Rodríguez, pour refuser les honneurs funèbres et « la pompe de ce monde »15.

b) Nature et appréciation de l’honneur

  • 16 A.H.P.V., Leg. 567, fol. 73 ; Leg. 47, fol. 82 ; Leg. 768, fol. 2132.
  • 17 Voir p. 535, n. 1.
  • 18 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 360, fol. 86.

20Une action infâme fait perdre l’honneur au coupable : Antonio Vaca prévoit que l’héritier de son majorat le perdra en cas de crime ou de « péché honteux ». Pero Hernández de Portillo fait rédiger une clause analogue. L’homme qui épousera Magdalena Jordán, héritière d’un majorat, ne devra ni avoir été condamné en justice, ni puni par l’Inquisition16. La grave condamnation dont écopa le jeune Galván Boniseni ou avant lui Diego de Acuña et ses complices (exil perpétuel pour Diego) est due à ce que les couplets qu’il colportait compromettaient gravement l’honneur de nombreuses personnes de Valladolid (« en prejuicio de sus honras »)17. Il suffit parfois d’une rumeur, d’un voisinage pour altérer l’honneur, même celui des modestes : les paroissiens de San Andrés estiment en 1557 qu’ils devraient aller s’installer ailleurs si l’on établissait, comme on le projette, une maison de prostitution dans leur paroisse18.

21L’injure appelle la vengeance d’honneur, provoque ainsi une rixe sanglante. Les rixes provoquées par des injures (« sobre ciertas palabras ») sont nombreuses à Valladolid où l’on justifie par avance les vers de Tirso :

« Nunca un Español dilata
la muerte a quien le maltrata
ni da a su venganza espera. »

  • 19 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 221 ; Leg. 59, fol. 699 ; Leg. 55, fol. 33 et 1 077, 1 079.

22Certes l’offensé se contente parfois d’une plainte en justice. Mais aussi souvent sans doute met-il la main à l’épée ou au couteau et c’est l’affrontement impitoyable terminé par une grave blessure ou la mort de l’un des deux adversaires. Dans le cas de Toribio García, un habitant de Medina del Campo, et de Juan García, cordonnier à Valladolid, ou d’Antonio Hernández, un travailleur venu de la montagne, et de Rodrigo de Valdés, l’affaire s’achève par une blessure sérieuse, au bras pour Toribio, à la tête pour Antonio. Mais c’est la mort qui sanctionne la rixe entre le charpentier Diego Martín et le travailleur Juan López, ou celle entre le laboureur Juan de Carrión et Francisca Hernández : Juan et Francisca sont décédés des suites de leurs blessures19.

  • 20 A.G.S., Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108 ; A.H.P.V., Leg. 571, fol. 286 et Secci (...)

23J’ai déjà laissé entendre que la virginité est considérée comme l’honneur de la jeune fille et cela n’est pas pour surprendre. Lorsqu’elle perd sa virginité avant le mariage elle perd l’honneur et cela explique les poursuites engagées par ces jeunes filles ou leurs parents pour forcer le coupable au mariage qui rendra l’honneur. Il reste bien des traces de ces procès. La plaignante insiste presque toujours sur le fait qu’elle a cédé aux avances de l’homme parce que celui-ci promettait formellement le mariage. Mais l’amant oublieux de ses serments, les choses se compliquent de la naissance d’un enfant... C’est pour cette raison qu’en 1570 Luis Daza de Seso, Francisco Daza et Rodrigo Núñez sont en prison, que Pedro Conde, un fripier de Cigales, est poursuivi, en 1584, et que l’étudiant en droit canon, Miguel de Brizuela, est poursuivi en 1596. Le cas de Gregorio de Ligorria, séducteur d’Isabel de Mendoza, serait le même s’il ne s’était marié par la suite avec une autre20.

  • 21 Ramón Menéndez Pidal, España y su Historia, t. II, p. 357 et suiv.
  • 22 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 286 ; Leg. 573, fol. 424 ; Leg. 55, fol. 1077 et 33 ; Leg. 48, fol. 71 ; (...)

24Le séducteur marié ou ordonné prêtre, sacrement définitif dans l’un et l’autre cas, l’affaire change de sens. Il s’agit désormais pour la jeune abandonnée d’obtenir une indemnité, le prix de sa virginité en quelque sorte. On jugera d’abord que l’honneur n’est rien s’il peut s’acheter. Voire ! car les écritures de pardon, ces précieux documents dont il existe peu d’équivalents en Europe, nous apprennent que le prix de la virginité équivaut bien à celui de la vie et nous retrouvons alors sous des espèces nouvelles ( !) cette équivalence entre honneur et vie que Ramón Menéndez Pidal découvrait dans la comedia, dans le théâtre de Lope, Tirso ou Calderón21. La paysanne Inés Martínez reçoit 50 ducats pour la perte de sa virginité, Isabel de Mendoza 90 environ (une partie de l’indemnité étant payable en nature, sous forme de blé) : c’est à peu près le prix de la vie de Francisca Hernández, estimé à 60 ducats par ses filles qui pardonnent au meurtrier après versement de cette somme. Et c’est beaucoup plus que les 12 ducats payés aux frères du malheureux Juan López, un obscur manœuvre qui n’a point d’autres parents. C’est beaucoup moins, il est vrai, que les 400 ducats versés par le chaussetier Nicolo Díez, meurtrier de Sebastián Hernández, à la veuve ; mais l’on parle de 200 ducats à propos d’Inés Martínez séduite par le futur prêtre Miguel de Brizuela, sans compter la pension alimentaire destinée à l’entretien de l’enfant né de la liaison22.

  • 23 A.G.S., Diversos de Castilla 29, 1 à 6 ; Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108.

25Il est probable d’autre part que les adultères de femmes mariées appelaient assez fréquemment le meurtre de la coupable par le mari offensé. Je ne puis pas ici faire état de cas précis, mais disposant de deux listes de prisonniers détenus les uns dans la prison publique de Valladolid, les autres dans la prison de la Chancellerie, je relève parmi ces 150 délinquants 30 meurtriers. Cinq d’entre eux ont tué leur femme. On ignore les raisons de ces assassinats. L’un ou l’autre peut avoir été l’occasion d’une vengeance d’honneur23.

c) Généralisation des violences

  • 24 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 464 ; Leg. 47, fol. 1349 et 544 ; Leg. 53, fol. 1249 ; Leg. 56, fol. 1753.
  • 25 A.H.P.V., Sección Universidad, Leg. 1, pièce 2.

26Il serait abusif en revanche de considérer les nombreuses violences de ce siècle comme autant d’expressions d’un honneur offensé. Tous ces gens qui pour des raisons souvent futiles mettent la main à leur épée ou plus souvent à leur couteau, tuent ou blessent gravement, ou ce Juan Romero de Mella, natif de Zamora, qui a menacé un prêtre de lui couper le nez et les oreilles et lui a donné un acompte sous forme de coups de bâton, cet Antonio Ordas qui a poignardé un autre prêtre sur la Plaza Mayor de Valladolid, Don Juan de Baeza et Rodrigo de Verdesoto qui ont porté plusieurs coups de couteau à Don Pedro de Palacios, regidor de Valladolid, Benito de Casasola, hombre revoltoso, et tant d’autres dont les écritures de pardon nous livrent les noms et les cas, tous ces gens qui se prennent de querelle à la sortie des tavernes, le dimanche soir en particulier, sont purement et simplement des violents : le jour de Pâques, le jour de la Saint-Jean, les dimanches ordinaires, on échange volontiers des coups entre artisans ou entre étudiants. Les amis eux-mêmes en viennent aux mains comme ces deux domestiques, Gregorio Vázquez et Jacome González, qui se réconcilient fraternellement ensuite24. Des artisans parcourent le faubourg de Saint-Jean en jouant de la guitare. Ils croisent des étudiants qui crient : « Vive Negro » ; les artisans répondent « Vive Franco » et « Vive Coronel ». Cela suffit. Les deux partis se battent avec acharnement : le doreur Juan Velázquez tombe frappé de deux coups de couteau, il en meurt25.

27Des violents, certes, et l’estimation de la vie humaine est faible. Mais cette habitude du recours à la violence en toute occasion, assortie du penchant à l’injure (palabras de enojo, palabras feas) dénonce une agressivité à fleur de peau, l’hypertrophie du « moi », façonné au long des siècles par des modèles seigneuriaux.

d) L’honneur devient contrainte

  • 26 A.H.P.V., Leg. 768, fol. 2132 ; Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 7.

28Sánchez Albornoz et Menéndez Pidal se rejoignent encore pour admettre que si l’honneur fut générateur de grandes actions et, souvent, une règle de vie morale, il devint aussi, et de plus en plus, une force paralysante, un agent de la sclérose sociale et économique. De fait, Esteban Jordán n’exige pas seulement de son futur gendre qu’il n’ait jamais été condamné. Il faut encore qu’il n’exerce pas — et n’ait jamais exercé — d’office « mécanique ou bas ». Esteban Jordán, un sculpteur, a cependant travaillé de ses mains. Martín González de Cellorigo s’indigne de ce que l’honneur chevaleresque qui contamine toute la société exige l’absence de travail et il voudrait prouver que la pratique de l’agriculture, celle du commerce, n’ont jamais entraîné la perte de l’honneur. Il nous apprend aussi que les gens de condition (nobles y honrados) n’ont pas voulu aller se soigner dans les hôpitaux durant la grande peste pour ne pas déchoir (« por no de caer de su punto »). Ceci en 1598, en 1599. A la fin du xvie siècle, l’honneur est déjà devenu une contrainte paralysante26.

III. — LES PASSIONS DE L’AMOUR

29Il semble difficile a priori de concilier les exigences de l’honneur avec la relative liberté des amours. Cela devient plus facile cependant si l’on admet qu’il s’agit moins d’un laxisme que de l’expression de la violence des passions.

a) L’amour dans le mariage

30Les documents se prêtent mal sans doute à laisser les traces d’un amour fondé d’abord sur la tendresse. Ou à l’étude des rapports entre amour et mariage. Mais ils ne sont pas sur ce plan complètement dénués d’intérêt.

  • 27 Robert Mandrou, op. cit., p. 118.
  • 28 Voir supra, livre III, chap. 11.
  • 29 Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 18.

31Robert Mandrou affirme qu’il y a rarement coïncidence entre l’épouse et l’aimée et rappelle le mot de Luther, valable, dit-il, pour toute l’Europe occidentale, une Europe dans laquelle la Castille de ce temps s’inscrit incontestablement : « On peut aimer une fille, oui. Mais sa femme légitime, ach ! »27. Et je crois avoir établi précédemment que le mariage était presque toujours fondé sur une relation d’égalité qui affirmait la primauté du social28. De son côté Cellorigo se plaint de ce que les Espagnols accordent une importance exagérée à la dot. Résultat : beaucoup de filles saines et vertueuses sont laissées pour compte : « Ils veulent des femmes qui les entretiennent afin de ne rien faire et de se promener, et la vertu est si peu estimée que l’or et l’argent la balancent »29.

  • 30 A.H.P.V., Leg. 768, fol. 2132 : « Por lo mucho que quise a su madre ».
  • 31 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 1395. La déclaration est explicite : « Por el conten-tamiento que dello re (...)
  • 32 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 26 et 281.
  • 33 A.G.S., Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108.
  • 34 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 82.

32Toutefois il arrive que l’amour accompagne le mariage et qu’un document le dise ou le suggère. L’une des raisons pour lesquelles Esteban Jordán fonde un majorat en faveur de sa fille Magdalena est qu’il a beaucoup aimé sa mère30. Certains contrats de mariage indiquent que l’amour conduit la noce. Ainsi en 1561 le jeune maraîcher Juan Guetro. Il renonce volontiers à toute dot puisque, se rendant à ses prières, on lui permet d’épouser son aimée, Maria de Trigueros. Il renonce même avec sa fiancée à l’héritage légitime de celle-ci. C’est lui qui versera des arrhes dotales « pour l’honneur du mariage et celui de ladite Maria de Trigueros et de ses parents et alliés et parce qu’elle est demoiselle, et pour le grand amour et la grande volonté que j’ai d’elle »31. D’autres formules aussi attirent l’attention parce qu’elles sont inhabituelles. Rodrigo Gasca, épousant la veuve María Sanz, Francisco Velasco épousant une autre veuve, Antonia Mojina, évoquent « le grand amour » qu’ils leur portent. Il ne s’agit pas là de formule remplaçant l’allusion à la virginité, on ne les trouve pas à propos des mariages concernant les autres veuves32. Et voici le cas du licencié Hernando de León poursuivi par la veuve d’un procureur à l’audience de Galice, Doña María Garabito, parce qu’il a escaladé nuitamment les murs de sa maison, avec le secours d’un prêtre probablement, pour épouser clandestinement sa fille Doña Juana Ortega de Tovar : on le condamne pour ce délit à trois ans de bannissement33. D’autres filles sont déshéritées par leurs parents pour s’être mariées contre leur gré. Je note aussi que Pero Hernández de Portillo prévoyait dans son testament la possibilité pour ses petites-filles de se marier librement, contre le gré de leur frère titulaire du majorat. Dans ce cas leur dot serait seulement diminuée de moitié. Mais elle restait confortable : 4 000 ducats contre 8 00034.

33Ce ne sont là que des signes. Ils semblent indiquer que la coïncidence de l’amour et du mariage était à l’époque, et pour ce qui est de la Castille, plus fréquente qu’on ne le croit généralement.

b) L’amour hors du mariage

34Il reste que nous sommes confrontés plus fréquemment avec des documents attestant la relative fréquence des relations sexuelles hors du mariage, soit qu’elles le précèdent, soit qu’elles le trahissent.

  • 35 Arch. parroquial Villabáñez, Reg. de Baptêmes, n° 1 ; Reg. de Mariages, n° 1.

35La précocité de ces relations paraît évidente. J’ai déjà eu l’occasion de signaler, par l’exemple du village de Villabáñez, la jeunesse des épousées de campagne. Cette jeunesse n’empêchait point certaines de céder avant la cérémonie aux avances de leur galant. Retournons à Villabáñez : de 1570 à 1600, 264 mariages ont été célébrés. Excluons les remariages, restent 229 unions. 16 d’entre elles sont suivies d’un baptême moins de huit mois après le mariage. Le pourcentage est de 7 %. Il suppose évidemment des infractions plus fréquentes aux lois de l’Église. Par exemple Ignacio del Castillo et Isabel de Villegas se marient le 19 août 1593 : ils baptisent leur premier enfant, Isabel, cinq mois et demi plus tard, le 1er février 1594 ; Antona Ortega épouse Andrés Lázaro en janvier 1588, un peu tardivement car leur premier enfant est baptisé le 12 mars ! Devenue veuve, Antona récidive : elle se marie le 17 novembre 1594 avec un veuf Marcos Alonso et le 11 décembre on baptise Isabel35.

36D’autre part les enfants naturels étaient nombreux. L’examen des registres paroissiaux de Valladolid révèle que dans 14 paroisses sur 16 (seules manquent San Pedro et San Ildefonso), en six ans, de 1592 à 1597, 310 sur les 7 086 baptisés étaient certainement des enfants naturels. Le pourcentage n’est que de 4,6 %. Mais le pourcentage réel était certainement beaucoup plus élevé car il ne fait aucun doute qu’une partie au moins des enfants abandonnés (niños expósitos) aient été eux aussi des enfants naturels. Or durant la même période 688 enfants abandonnés (dont 667 à la cathédrale) furent baptisés.

37On connaît généralement la mère des enfants naturels mais le père est le plus souvent inconnu. Il arrive aussi que les noms des parents, connus du curé, ne soient pas portés sur l’acte : de 1592 à 1 600 le curé de San Juan mentionne à trois reprises qu’il ne convient pas de divulguer les noms des parents. Il s’agit donc d’éviter le scandale et l’on peut supposer que ces enfants sont le fruit de liaisons entre personnes mariées. Quelquefois il est précisé que les parents sont célibataires : Fulano et Mengana, célibataires et libres. A la fin du siècle il semble que l’on avoue beaucoup plus volontiers un enfant naturel, même dans la noblesse : le 28 septembre 1596 on baptise à San Miguel un enfant de Don Pedro de Figueroa et de Doña Isabel de Escobar, célibataire. Le 19 février 1593 en l’église cathédrale, María, fille du licencié Alonso Rodríguez de Ravizes et de Doña Beatriz de Acuña, célibataire. Dans la paroisse de San Miguel, 52 enfants nés de parents célibataires dont les noms sont inscrits, sont baptisés de 1592 à 1597. Le cas de Doña Ana de Felix est plus grave : le père de son enfant n’est pas certain. Faut-il interpréter cette plus grande publicité comme l’indice d’un relâchement des mœurs ? C’est possible.

  • 36 Tout ce qui précède peut être établi à partir des divers dépôts d’archives paroissiaux. Les curés (...)

38D’autre part les baptêmes d’enfants nés d’une esclave et d’un père inconnu sont assez fréquents. L’esclavage est incontestablement favorable à la consommation de l’adultère. San Llorente, 1556 : un fils d’Isabel, esclave de l’ambassadeur du Portugal, dont le père est le peuple ; Santiago, le 17 mai 1558 : baptême de Miguel, fils de Costanza, esclave de Cristóbal de Aranda, et de père inconnu ; La Antigua, le 20 novembre 1590 : baptême d’Isabel, fille d’Ana, esclave de Doña Ventura de Masqua, et de père perdu, etc36.

  • 37 A.H.P.V., Leg. 66, fol. 1306.

39Les parents illégitimes originaires de Valladolid allaient aussi de temps à autre faire baptiser leurs enfants dans les bourgs voisins, par exemple à Simancas. Pour deux cas certains en 1573 et 1576, on enregistre à Simancas un ou deux baptêmes d’enfants nés de parents inconnus dont certains pouvaient être vallisolétains. Quelques autres enfants de parents inconnus ont été baptisés à Mucientes, à Cigales. En revanche nous n’avons trouvé aucun cas comparable à Laguna, Castronuevo, Villanubla. Dans les villages les enfants naturels paraissent avoir été rares. Ce qui ne veut pas dire que l’adultère y était inconnu ! Marina Cabeza, femme de Francisco Martín, a commis l’adultère avec Anton Sánchez. Tous trois sont de Castronuevo. Le mari bafoué pardonne aux coupables à deux conditions : à sa sortie de prison Antón Sánchez sera banni des royaumes de Sa Majesté : il pourra seulement aller dans le royaume de Grenade. Tandis que Marina sera recluse dans un lieu retiré jusqu’à ce que Francisco en décide autrement37.

  • 38 Voir p. 535, n. 1.

40Cette rigueur témoigne pour une austérité dont la ville ne donnait point l’exemple. On sait que déjà en 1526, après son séjour à Valladolid, l’ambassadeur vénitien Navagero jugeait qu’on vivait dans cette ville avec moins de sévérité que dans le reste de la Castille. Beaucoup plus tard Barthélemy Joly et Tomé Pinheiro da Vega porteront des jugements sévères sur les mœurs d’une ville redevenue capitale. Le Portugais écrit même méchamment qu’on pourrait donner la procession des putains à toute la Cour ! Certes le retour de la Cour est partiellement responsable du relâchement des mœurs amoureuses. Mais beaucoup plus tôt, à l’époque de l’Empereur, on donne dans le libertinage. A en croire les couplets du deuxième provincial, la haute société donnait l’exemple. Le comte de Benavente est traité tout à la fois de cocu et d’entremetteur ; Don Sancho de Velasco fréquente la maison de prostitution ; le secrétaire Cobos a acheté une vigne qui fut vendangée quand elle n’était qu’un majuelo ; une certaine Doña María... (nom illisible, Sandoval peut-être) n’a jamais refusé son corps à quiconque et le veuvage n’a pas interrompu la vie amoureuse de Doña María de Mendoza ; Francisco de Paredes est fils de putain, Diego Vicente porte sur son front les armes du taureau et Juan de Vivero est un inverti. J’en passe38...

  • 39 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, Leg. 21, fol. 1.

41La calomnie ? Dans certains cas probablement. Les listes des détenus, cependant, donnent de nombreux noms d’hommes poursuivis pour cause de stupre, parmi lesquels des hidalgos tiennent leur place. Au début du siècle le jugement de résidence de Don Alonso Nuño de Castro, ancien merino mayor de la ville, témoignait de mœurs peu édifiantes. Non content d’avoir séduit une jeune servante, Don Alonso recevait de l’argent pour laisser un détenu coucher avec une femme mariée et aurait même prêté la main à un viol perpétré par... l’alcalde de la prison39.

  • 40 A.G.S., Diversos de Castilla, Leg. 1, fol. 70.
  • 41 A.H.P.V., Sección Universidad, Leg. 1, pièce 13.
  • 42 A.H.N., Inquisición, Leg. 2136, pièce 5.

42Les ecclésiastiques, séculiers ou réguliers, font de fréquentes entorses à la chasteté. Certes Laurent Vital admire la continence des chapelains castillans à qui les nobles confient le soin de leurs femmes ou de leurs filles. On ne pourrait se le permettre en Flandres ! Cependant dans les premières années du siècle, un alguazil scandalisé par les relations coupables que certains moines dominicains et augustins entretenaient avec des femmes les arrête et les met en prison, ce qui lui vaut d’être emprisonné à son tour pour avoir ainsi enfreint les privilèges judiciaires des clercs40 ! Et les procès de l’Université nous révèlent des prêtres séducteurs comme ce Juan García, étudiant en théologie déjà ordonné prêtre, qui a séduit la femme d’un laboureur de Valdespino, Ana del Otero, par des dons et des promesses, pour l’emmener à Vigo où il a vécu en concubinage avec elle41. Le procès du procureur de l’Inquisition, le bachelier Arenillas de Reynoso, qui se déroule en 1554, brosse le portrait d’un paillard « muy roto y desonesto con muchas mujeres », qui ne peut passer une nuit sans coucher avec une femme, entretient simultanément deux ou trois de ces dames au point de provoquer chez lui entre deux jalouses un duel au couteau, perd toute dignité en se faisant souffleter publiquement sur la Plaza Mayor ou en allant dîner chez un chanoine de ses amis, une concubine en croupe42... Pinheiro da Vega accusera un demi-siècle plus tard certains maris castillans de complaisance : ils se font payer pour laisser leurs femmes vivre en concubinage avec des chanoines. Ce sont déjà les moeurs du « Lazarillo », celles du picaresque...

c) Les vertiges de la possession

43Mais la violence née de l’amour est encore aussi fréquente que la paillardise ou la complaisance. La fin dernière de la passion amoureuse apparaît souvent en effet comme une possession exclusive.

  • 43 A.H.P.V., Leg. 70.

44L’équivalence de l’honneur et de la virginité est déjà significative de l’orgueil que donne la possession lorsqu’elle est sans précédent et sans partage. Cet orgueil est générateur de dangereuses violences. Quelques jours avant Noël 1575 un jeune laboureur, Esteban Pérez, rencontre dans la rue San Martín, Pedro Crespo. Esteban accoste Pedro et lui enjoint de ne plus parler à une jeune fille (moza). Pedro répond qu’il ne s’occupe pas le moins du monde de la fille. L’autre ne veut rien entendre, lui répond qu’il ment et malgré les dénégations de Pedro, le force à se battre. Le duel au couteau s’achève par une grave blessure de l’irascible Esteban qui, à la suite d’une imprudence, meurt quelques jours plus tard. Il a eu cependant le temps d’assurer à son père qu’il était responsable de la rixe et Sebastián Pérez pardonne à Pedro Crespo qui a agi en état de légitime défense43.

  • 44 A.H.P.V., Leg. 69, fol. 1419.

45La conclusion n’est pas toujours aussi satisfaisante pour la morale. La fille d’un autre laboureur, Maria Ana, est prise à partie par quelques jeunes gens alors qu’elle converse avec un homme sur la place Santa Maria. Au cours de la rixe qui suit, elle reçoit un coup de poignard et meurt malgré les soins que lui prodigue le père du meurtrier. Sa mère, une veuve, pardonne pour 20 ducats44.

  • 45 A.G.S., Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108.
  • 46 Voir p. 544, n. 3. Le texte dit : « La masaron y la descalabraron ».
  • 47 Cf., n. 2.

46Enfin la volonté de possession provoque le viol. Parmi les détenus de 1570 plusieurs ont fait violence à une femme (stupro y fuerza). Quatre au moins sont dans ce cas : un homme de Madrigal, Francisco Hernández Muxica, qui a tué sa patronne en essayant de la violer, puis l’a jetée dans un puits ; Pedro Marcos, de Villanubla, Francisco de Manzanares et Lope Díaz qui se sont associés pour posséder Francisca de Bilbao. D’autres cas sont litigieux : la fille a-t-elle été violée, était-elle consentante, on l’ignore45. On rappellera aussi que le merino mayor, Don Alonso Nuño de Castro, fut accusé en 1516 d’avoir prêté la main à un viol46. La possession satisfaite, d’autres pratiquent l’avortement ou même l’infanticide. Luis Daza de Seso ayant engrossé Doña Francisca de Vega qu’il venait voir nuitamment en escaladant les murs de sa maison, lui envoie « des boissons et autres médecines » pour provoquer l’avortement. Juan Brochero de Tejada qui s’introduisait à la faveur de la nuit dans le monastère de Las Dueñas à Alba de Tormes pour retrouver Catalina de Santiago, une religieuse dont il était l’amant, tue l’enfant né de cette liaison et le jette dans le Tormes. Mais très faible est alors la valoration de la vie d’un enfant. Le criminel s’en tire avec 1 200 ducats d’amende et 6 ans de bannissement47.

d) Les perversions

47Il existe aussi pour appeler la rigueur de la justice deux catégories de non-violents dont la conception de l’amour offense la loi divine ou la nature. Ce sont les bigames et les homosexuels.

48La bigamie paraît avoir été assez développée. Les insuffisances de l’état civil, même après le Concile de Trente, les difficultés des communications et de l’information favorisaient sans aucun doute les tentations de cet ordre. Pour vaincre les réticences d’une belle décidée à passer par l’autel avant d’accorder ses faveurs ou pour améliorer leur situation économique grâce à l’apport d’une dot, certains hommes, après avoir abandonné leur résidence et leur femme sans esprit de retour, recevaient une deuxième fois le sacrement de mariage, ou du moins, son apparence : en 1516 il y a au moins un bigame en prison et sur les 150 délinquants qui figurent sur nos listes de 1570 et 1572, il y a six bigames dont deux barbiers et deux cordonniers. Ou bien évoquons la pittoresque histoire survenue à Rueda en 1563 : Cristóbal

  • 48 Ibid. Voir aussi A.G.S., Diversos de Castilla, Leg. 29, fol. 1 à 6 ; A.H.N., Inquisición, Leg. 212 (...)

49Pérez, venu de Villalba de Adaja, courtise Agueda Gil et l’épouse. Mais l’on apprend bientôt que Cristóbal était déjà marié et sa femme vivante. Le bigame prend la fuite. Agueda pense alors que son mariage n’était pas valable et, un nouveau prétendant s’étant présenté, elle convole une seconde fois avec la bénédiction du même curé dont l’ignorance en droit canonique paraît totale. L’envoyé de l’Inquisition demande d’ailleurs l’absolution pour Agueda, femme sans malice, qui n’a péché que par ignorance. Quant à Cristóbal, il court toujours, en quête d’une troisième épouse. Il faut se persuader en effet que pour un cas de bigamie découvert il y en avait probablement plusieurs qui demeuraient inconnus. Ces hommes disparus sans laisser d’adresse, tel Hernán Rodrigo après huit mois de mariage, qui envoya une fois 3 ducats à sa femme par un inconnu puis ne donna plus signe de vie, ont pu, ici ou là, refaire leur vie avec toutes les apparences de la légalité. Cependant la justice était sévère pour les bigames. La sanction ? Trois, cinq ou dix ans de galère48. Il faut aussi signaler que lors de l’auto de fe de 1623, huit des pénitents étaient des bigames accompagnés d’une femme deux fois mariée.

  • 49 A.G.S., Diversos de Castilla, Leg. 29, fol. 1 à 6 et Bibliothèque Nationale, Fonds espagnol, Ms. 3 (...)

50Sévérité beaucoup plus grande encore à l’égard des homosexuels. Que l’opinion leur soit très violemment hostile, on en verra la preuve dans la qualification de l’homosexualité. C’est le pecado nefando, le péché abominable. Pour ce motif, Cristóbal de Ordas est condamné au bûcher en 1572. Peine qui n’était pas exceptionnelle puisque Barthélemy Joly vit brûler quelques pédérastes lors de son séjour à Valladolid en 1604. Toujours en 1572 les deux Morisques, Miguel Ruiz de Porrillas et Miguel de Nava, trouvèrent plus d’indulgence chez leurs juges puisqu’ils furent quittes avec six ans de galères. D’une manière générale les sodomites sont condamnés beaucoup plus rigoureusement. Mais il est très difficile de savoir quelle était la diffusion du vice : à en croire les féroces couplets du deuxième provincial quelques Vallisolétains en renom se seraient adonnés, de notoriété publique, à l’homosexualité49.

e) La prostitution

  • 50 A.G.S., Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108 : « Juana de Valverde, encubridora y al (...)

51En revanche on ne doute pas de l’importance de la prostitution. L’Irlandais Cock à la fin du siècle (en 1592), écrit que les prostituées sont nombreuses à Valladolid et douze ans plus tard Joly rencontre dans la ville des « femmes de bonne volonté ». Pendant longtemps les courtisanes purent exercer librement leur industrie mais par la suite celle-ci fut réglementée. Une provision prétendit contraindre les « amoureuses publiques » à ne pas quitter la maison de prostitution. Vaine tentative puisqu’en 1520 on leur interdit de recruter dans les rues, les auberges et les tavernes. Un peu plus tard la Confrérie de la Consolation et de la Conception ( !) qui exploitait la maison publique ou Mancebía dont les revenus étaient destinés aux pauvres et aux malades, fait poursuivre Catalina Sánchez, dite la Valencienne, qui tenait une maison à la Ronda de Santiesteban, prétendant obliger Catalina et son personnel à venir s’installer dans son établissement, l’unique qui fût reconnu. A plusieurs reprises la Municipalité intervient contre les madres de moças ou ponedoras, c’est-à-dire les femmes spécialisées dans le placement comme domestiques des jeunes filles venues de la campagne car elles jouent en fait le rôle d’entremetteuses : ainsi en 1499 et en 1586. A cette date le mal paraît si grave que la Municipalité décide de supprimer les ponedoras. Mais certaines femmes servaient d’entremetteuses à leur propre fille, ainsi Juana de Valverde dans les années soixante50.

  • 51 Juan Agapito Revilla, Las Calles de Valladolid, p. 136 ; Narciso Alonso Cortés, « Las criadas y la (...)
  • 52 Voir p. 552, n. 2.

52Quant à la maison des femmes publiques, longtemps installée dans la rue du Candil, elle fut probablement transférée ensuite à la Ronda de Santiesteban. Il est possible qu’elle ait été alors gérée par un adjudicataire. Entre deux adjudications les prostituées se répandaient à travers la ville, assiégeant même les maisons principales. Il est toutefois impossible d’évaluer leur nombre car on ne saurait assimiler toutes les femmes célibataires inscrites sur les listes du recrutement de 1561 à des prostituées51 ! Il reste certain en tout cas que nombre d’entre elles étaient entretenues par un laïc ou un clerc comme l’indiquent tant de procès et quantité de mujercillas couraient librement les rues en quête de fructueuses aventures, plus ou moins tolérées parce qu’elles servaient d’indicatrices à la police52.

IV. — LA CONTAGION PICARESQUE

53Ce ne sont pas seulement les putains qui sont nombreuses à Valla-dolid, affirme Enrique Cock, ce sont aussi les pícaros.

54Étrange contradiction que le développement simultané de deux contagions, celle de l’honneur et celle du picarisme. Puisque aussi bien la morale du pícaro tourne l’honneur en dérision. Mais cette contradiction est celle de toute la Castille : au xviie siècle, alors que s’exaspère le culte de l’honneur, le picarisme, comme une gangrène, corrompt toute la société. Les germes de ce picarisme, ils sont déjà vivants, et vivaces, au xvie siècle. Chose plus grave, ils prospèrent au sein de toutes les classes sociales, les ordres privilégiés ne sont pas épargnés. Quels sont ces germes ?

a) Le mépris de la loi

  • 53 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 21, fol. 1.

55Si la foi catholique et, à un degré moindre, l’honneur sont des absolus, des idéaux révérés par les élites et les masses, il n’en est pas de même de la loi. Elle est constamment bafouée et parfois même par ceux qui sont chargés d’en assurer l’exécution. Le comportement de Don Alonso Nuño de Castro est un comportement picaresque. Le merino mayor vend à son profit les marchandises diverses saisies par ses agents, il laisse sortir certains prisonniers pendant la nuit moyennant finances, il a même simulé l’évasion de certains d’entre eux dont il avait reçu de l’argent, il fait travailler les détenus dans ses vignes, contraint sous la menace les paysans d’Olmos à travailler les vignes qu’il a dans ce village sans les rétribuer, fait lever indûment des droits sur les marchandises apportées à la ville par les paysans du voisinage, vend du vin aux prisonniers, favorise les mauvaises mœurs, etc. Cela dans les premières années du siècle53.

  • 54 Par exemple A.G.S., Estado, Leg. 21, fol. 87.
  • 55 A.M.V., Leg. 378, fol. 4-44.
  • 56 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 68.
  • 57 A.H.P.V., Leg. 36-III, fol. 103 ; A.H.N., Inquisición, Leg. 2124, pièce 5. D’autre part plusieurs (...)
  • 58 A.H.N., Inquisición, Leg. 2136, pièce 7 et Leg. 2120, pièce 3.

56Les règlements et les ordonnances sont tournés de toutes les façons. Les artisans fabriquent et vendent des articles interdits à leur corporation. Les commerçants vendent à des prix frauduleux54. Les négociants en vin introduisent le vin frauduleusement pendant les périodes prohibées comme Pero Ruiz et Andrés del Castro qui font décharger trois charrettes dans une huerta extra-muros à 2 heures du matin le 29 décembre 1596 avec l’intention de passer ensuite les onze outres pleines du précieux liquide55. Les paysans font paître leur bétail dans le champ du voisin pendant la nuit, dans les prés communaux en période de défends ou dans les plantations forestières : du 18 avril au 21 mai 1594 les deux gardes de Tudela relèvent ainsi 38 infractions, plus d’une par jour en moyenne56. Les condamnés au bannissement enfreignent clandestinement l’interdiction de reparaître à la Cour ou à la ville même et surtout s’ils sont d’une haute condition, comme Juan López de Calatayud ou Don Luis de Rojas Enríquez, petit-fils du marquis de Poza, qui parut à l’auto du 21 mai 155957. Les abus de pouvoir des puissants sont fréquents : par exemple ceux des fonctionnaires ou des familiers de l’Inquisition ; tout un village, celui d’Alcazaren, se dresse contre l’inquisiteur Guijelmo (ou Guxelmo). Il fait paître 30 à 40 juments dans la pinède nouvelle que le village a plantée près de Brazuelas, il s’est emparé de la terre d’un laboureur depuis six ans, envoie son bétail sur les terres de l’église et l’abrite dans l’église elle-même, tourne les ordonnances relatives à la vente du vin. Un autre village, celui de Mojados, manifeste la même hostilité au familier de l’Inquisition, Andrés González. Cet homme revoltoso y inquieto a multiplié les brutalités (crever l’outre de vin d’un paysan qui refusait de lui donner du vin de l’année, frapper une femme), les insultes et les passe-droits ; chaque fois qu’il a été poursuivi il s’est mis à l’abri de la juridiction du Saint-Office58. Dans les deux cas que nous venons d’évoquer, la répétition des abus amène une enquête de l’Inquisition et le châtiment des coupables, mais après combien d’années ?

  • 59 A.H.P.V., Sección Universidad, Leg. 1, pièce 2.

57Le mépris de la loi ? C’est bien l’avis du procureur de l’Université. Selon lui, Francisco García et Diego Saez de Castro ont attaqué et tué le doreur Juan Velázquez sans aucune raison, pour bafouer la justice59. Il est évident que toutes les sociétés transgressent les lois, la Castille du xvie siècle n’a pas eu le monopole de ce comportement. Mais, si l’on veut, c’est toujours une question de plus ou de moins. Or, dans le cas qui nous occupe, la désinvolture à l’égard des lois est habituelle.

b) Le démon du jeu

  • 60 A.H.P.V., Leg. 33, fol. 9.

58Autre ferment de la contagion picaresque, le jeu. Le jeu, c’est-à-dire la tentation de tricher, la ruine et la déchéance possibles, le recours aux expédients. Nul doute que les jeux d’argent aient été largement répandus. La crainte qu’ils suscitent dans les familles est révélatrice, chez les humbles comme chez les riches. Voici Catalina Rodrigo, une modeste veuve : elle lègue en 1529 à son fils, Fabián del Cano, une vigne de 5 aranzadas. Dans le contrat elle lui fait l’interdiction de jouer sous peine de rendre nulle la donation : ni les cartes, ni les dés, ni un jeu quelconque d’argent. Exceptionnellement les jours de fête il pourra risquer 8 maravédis60.

  • 61 A.H.P.V., Leg. 39, fol. 646.

59A l’autre bout de l’échelle le riche marchand Pero Hernández de Portillo ; constatant que beaucoup de majorats se perdent par le jeu, il fait défense à l’héritier du majorat créé par lui de jouer plus de 10 ducats quotidiens. On observera le double souci de ces dispositions : empêcher les pertes substantielles d’argent, laisser à la passion l’occasion de se satisfaire, partiellement au moins61.

  • 62 Narciso Alonso Cortés, « Las criadas y las naipes », Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 457 ; A.G (...)

60Nombreux les parasites qui exploitent cette passion, à laquelle cèdent les esclaves qui jouent dans les tavernes et les morisques eux-mêmes. Narciso Alonso Cortés dénonce la présence à Valladolid de « tahures, fulleros, dobles, munidores... » : tricheurs, joueurs professionnels, intermédiaires, faux perdants... Dans la prison de Valladolid observons la présence de deux vagabonds, Fabián de Toro et Pablo García, qui jouent aux cartes dans des tripots interdits : le premier, grâce à une tricherie de son invention (« cierta flor del soplillo ») gagne beaucoup d’argent. Un étudiant louche (il a cependant suivi les cours de droit canon quatre ans durant — ou s’est-il seulement inscrit ?), — Francisco Díaz de Tamayo, a lui aussi gagné de grosses sommes aux cartes et à d’autres jeux défendus. Le goût des cartes est si fort que celles mises sur le marché par le fermier des cartes ne suffisent pas : il existe des fabricants clandestins et contre leurs agissements il faut protéger le fermier. Pourtant Diego de La Serna, adjudicataire des cartes, commandait d’un coup en 1558 500 caisses de cartes en France62 !

c) Le goût de la falsification

  • 63 B.N.M., « Relación del auto de fé celebrado en Valladolid », Ms. G 209 ; A.H.P.V., Sección Univers (...)

61Est-ce le goût du jeu, agrémenté de la tentation d’une vie facile qui pousse tant d’hommes aux falsifications de toutes sortes, plaisanteries douteuses, infirmités simulées, identités fausses, escroqueries pures et simples ? Le tondeur de draps Pedro de Aguilar se déguisa en alguazil du Saint-Office, se rendit à Zamora, menaçant de faire arrêter plusieurs personnes et fit exhumer les restes d’une illustre personne. Cela lui valut de figurer parmi les pénitents de l’auto du 8 octobre 1559 et les galères à vie. L’étudiant Alonso Prieto avait à la fin du siècle adopté le même déguisement et parcourait les campagnes voisines de Valladolid, rançonnant les morisques, un réal ici, 100 maravédis là, sous peine des pires châtiments, spéculant sur la peur des malheureux et stimulant cette peur en proclamant qu’il avait déjà expédié à Valladolid des charretées de morisques. Pris à Tordesillas il se présentait « comme une personne gaie, au cœur joyeux ». Il n’avait agi que « pour s’amuser, en guise de passe-temps »63.

  • 64 British Museum, Ms. Egerton 357, PS/5633. La photocopie du document m’a été communiquée par M. Fer (...)

62C’est à Valladolid que se dénoua en 1595 l’une des plus extraordinaires aventures du siècle, celle de ce pâtissier de Madrigal, Gabriel de Espinosa, qui parvint à se faire passer pour le roi Sébastien du Portugal, échappé miraculeusement à la mort. Ayant gagné la confiance de la princesse Anne d’Autriche, religieuse au couvent de Madrigal, d’un moine portugais de grande influence, ayant reçu la visite et l’hommage de nobles portugais sans doute abusés par une prodigieuse ressemblance, il recevait des uns et des autres de fastueux présents. Il partageait son temps entre Madrigal et Valladolid, où, habillé de linge fin, il faisait du cheval à la Puerta del Campo et courait les petites femmes, pour son malheur, puisque ce fut l’une d’elles qui le dénonça, croyant avoir affaire à un voleur64.

  • 65 Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 23-24.

63Gabriel de Espinosa, ou même Alonso Prieto, avaient de l’imagination. Pour les picaros sans génie il restait toujours la possibilité de feindre la maladie ou l’infirmité et de vivre de la mendicité en attendant une meilleure occasion. Ces simulacres étaient légion et Cellorigo dénonce ces « fingidos, falsos y engañosos pobres ». Il rappelle qu’à Valladolid lors de la grande peste on rassembla par la contrainte 5 000 pauvres ou malades. Parmi eux 600 seulement ne pouvaient travailler du fait de leurs infirmités. Cellorigo évoque aussi l’anecdote de ce faux boiteux spéculant sur l’esprit de foi de ses contemporains. En 1592 il feint de retrouver soudainement à Burgos l’usage de sa jambe et crie au miracle. Cela lui vaut de grands honneurs et même une aumône de Philippe II. Mis en goût, notre homme recommence à Valladolid. Il exagère et la supercherie est découverte65.

64Toutes ces simulations sont formes de mensonges. Il ne faut plus s’étonner alors malgré la haute appréciation de l’honneur et l’unanimité de la foi, du nombre assez élevé de faux témoignages ou des parjures. Les autos de fe ou les listes circonstanciées de détenus prouvent en effet la relative fréquence de ce délit. Un notaire comme Nuño de Robles ayant commis plusieurs faux s’inscrit dans la même catégorie de hors-la-loi : il est, à sa manière, un pícaro.

d) Profusion des délits

65Tout ce qui précède suggère que beaucoup de Castillans professaient un respect assez faible de la propriété, voire de la vie humaine.

  • 66 Antoine de Lalaing, Laurent Vital, Enrique Cock, op. cit., A.M.V., Livres d’Actes, 19 septembre 15 (...)

66Si l’effort des Rois Catholiques et de leur police, la hermandad, assure une relative sécurité aux chemins, malgré quelques alertes, la ville elle-même est peu sûre. Les voleurs y pullulent. Antoine de Lalaing raconte que lors du premier séjour de Philippe le Beau à Valladolid, en 1502, des voleurs eurent l’audace de dérober au prince un coffre de vaisselle d’or (les bandits furent d’ailleurs pris le jour suivant). Lors du séjour de l’Empereur en 1517 les vols et autres délits sont continuels à en croire Laurent Vital qui juge les châtiments insuffisants. En septembre 1578 la Municipalité s’émeut des vols, des agressions (así de capear como de saltear), des meurtres qui désolent la ville au point que les trois alguazils ordinaires ne peuvent suffire à la tâche et que l’on doit en nommer deux supplémentaires. En 1592, on le sait, Cock observe que les picaros abondent dans la ville. Ces quelques exemples indiquent, sinon la permanence de l’insécurité du moins la facilité avec laquelle elle s’installait dès que la vigilance se relâchait66.

  • 67 A.G.S., Diversos de Castilla, Leg. 29, fol. 1 à 26 et Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fo (...)
  • 68 A.H.P.V., Leg. 36, fol. 491.

67Des brigands de profession sévissent : parmi les délinquants de 1570 et 1572 combien sont des récidivistes : Diego Hernández au surnom éloquent de Barabbas, Juan de Aguero, Andrés Vázquez, Rodrigo de Almanza, Bernardino de Carrión. Et les « explorateurs de poches » ; on ne décourageait pas ces hommes en les condamnant à la honte publique et à l’exil : le fouet qu’on leur administrait publiquement en les promenant à travers la ville, attachés sur des ânes, ce n’était qu’un mauvais moment à passer, et l’exil, ils n’en avaient cure. Les récidives leur valaient cependant quelques années de galères : châtiment autrement redoutable. Cependant ils ne reculent point. On vole un peu de tout ; des vêtements, du bétail, des couvertures, la minute d’un procès, des objets du culte dans l’église San Juan. Juan Centeno déjà auteur d’autres vols force avec deux compagnons la clôture du couvent de Nuestra Señora de Belén : cette fois, c’est la pendaison ! Mais les coupables activités des voleurs sont encouragées par l’existence de recéleurs comme ce Domingo Cortés qui achète à 4 réaux l’une des couvertures valant 15 réaux. Le vol conduit parfois au crime. Rodrigo de La Torre tue son maître qui l’accusait de le voler. Le notaire Nuño de Robles s’évade et blesse un alcalde. Francisco Vaca poignarde le passementier qui le surprend en flagrant délit de vol67... Le climat d’insécurité est tel que le port d’une arme est habituel même si, à la différence de Juan López de Calatayud, on n’a pas sollicité une licence royale de port d’armes pour pouvoir faire face à ses ennemis68.

e) Qui sont les pícaros ?

68Mais ces délits, pour nombreux qu’ils soient, ces vols, ces escroqueries, ces falsifications, ces meurtres pourraient n’être que le fait de la hampa, des gueux, de la faune des bas-fonds. En réalité l’identité des pícaros lorsqu’on la connaît révèle les progrès d’une contagion inverse de celle de l’honneur. Le comportement picaresque ne concerne pas seulement les gueux : il caractérise aussi certains membres des ordres privilégiés.

  • 69 Narciso Alonso Cortés, Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 183-187.

69On a déjà jugé du cas de Don Alonso Nuño de Castro, merino mayor de Valladolid. Mais Narciso Alonso Cortés voit aussi en Don Diego de Acuña, l’auteur des couplets du deuxième provincial, un type parfait de « pícaro aristocratique ». Outre que ses couplets témoignent d’une grande insolence et d’une parfaite désinvolture à l’égard de la réputation des gens, les exemples donnés par l’historien vallisolétain révèlent incontestablement une mentalité de pícaro : Don Diego ne reculait pas devant l’escroquerie pour se procurer de l’argent69.

  • 70 Voir p. 552, n. 1. Ainsi que A.H.P.V., Sección Universidad, Leg. 1.
  • 71 A.H.N., Inquisición, Leg. 2175, pièce 7, fol. 127.

70Un appel modeste à la statistique est possible en la circonstance : parmi les 150 délinquants de toutes sortes qui figurent sur nos listes de 1570 et 1572, il y a deux prêtres (un voleur, un salteador, c’est-à-dire un voleur à main armée) et dix hidalgos qui ne sont pas tous poursuivis pour affaire d’honneur ! Les procès de l’Université de Valladolid concernent souvent les étudiants en droit canon ou en théologie dont plusieurs ont reçu les ordres sacrés. Dans neuf procès des années 1596-1597 sont impliqués neuf étudiants de cette qualité dont trois sont prêtres et un autre sous-diacre. Or il ne s’agit pas de délits mineurs : deux meurtres, un adultère compliqué de rapt, une affaire de séduction, une escroquerie70... Il est vrai que l’on surprend certains inquisiteurs, tel le docteur Riego, à trafiquer des charges de familier du Saint-Office71.

***

  • 72 Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 19.

71Une certaine conception de l’honneur, le parasitisme né de la vie picaresque, ne sont pas complètement antinomiques. L’honneur, comme le picarisme, détournent les hommes des tâches de la production, d’une vie économique et sociale orientée par la raison. L’un et l’autre détournent les hommes des vraies richesses, celles qui sont « dépendantes de l’industrie humaine ». L’un et l’autre provoquent la mort de l’idéal bourgeois, cet idéal fait de prévision, de travail, d’économie, fortifié par le raisonnement et l’organisation. L’un et l’autre combattent et sapent cet idéal que proposait Cellorigo à ses concitoyens, et c’était un idéal bourgeois : « donner à la raison l’empire, enlever aux appétits la souveraineté »72. Le picarisme n’est que le revers de l’honneur parce qu’entendu à la castillane, l’honneur devient un luxe. Cinquante ans plus tard l’évolution est accomplie.

Notes

1 Telle est notamment l’idée de Claudio Sánchez Albornoz, España, un enigma histórico, op. cit.

2 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 8 : « Non avemos miedo syno a Dios e al Rey que aquí no tenemos otro señor nyn a quientemer. » Ou encore : « Que andais por aquí, grijalva, susurando los mercaderes que vayan a Villalón. Non sabeys que es esto del servicio del Rey ».

3 Don Matias Sangrador Vitores, Historia de... Valladolid, t. I, p. 324, 325.

4 Voir Joseph Pérez : « Moines frondeurs et sermons subversifs pendant le premier séjour de Charles Quint en Espagne », Bulletin Hispanique, janvier-juin 1965, p. 5-24.

5 Laurent Vital, op. cit.

6 Don Matias Sangrador Vitores, op. cit., t. I, p. 336-344.

7 Bibliothèque Nationale, Manuscrits Collection Du Puy, n° 15, fol. 32, 33. Une belle réponse de ceux de Valladolid.

8 Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 40.

9 Ces couplets peuvent être retrouvés à la Bibliothèque Nationale, Fonds espagnol, Ms. 354, fol. 196. A titre d’exemple, voici comment était accommodé le Duc d’Albuquerque :

« Un duque recién nacido
Y entre el estiércol hallado
Que a hoder y ser hodido
Gano todo su ducado. »
D’autre part les couplets de 1598 muy deshonestas qui s’en prennent à muchas personas de las mds principales de este lugar ont donné lieu à un procès qui vit notamment la condamnation de Don Galván Boniseni de Nava, regidor de Valladolid, à six ans de bannissement et à 150 000 maravédis d’amende. A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 808, fol. 23.

10 « Por honra de su virginidad. » Ainsi les paysans de Villanubla. A.H.P.V., Leg. 951, fol. 11, 19, 20, 21, 53, 250, 274.

11 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 556, 663 ; Leg. 47, fol. 21.

12 A.H.P.V., Leg. 43, fol. 925 ; Leg. 44, fol. 166.

13 A.H.P.V., Leg. 577, fol. 563.

14 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 430 ; Leg. 47, fol. 82.

15 A.H.P.V., Leg. 35, fol. 210 ; Leg. 39, fol. 646 ; Leg. 35, fol. 422.

16 A.H.P.V., Leg. 567, fol. 73 ; Leg. 47, fol. 82 ; Leg. 768, fol. 2132.

17 Voir p. 535, n. 1.

18 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 360, fol. 86.

19 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 221 ; Leg. 59, fol. 699 ; Leg. 55, fol. 33 et 1 077, 1 079.

20 A.G.S., Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108 ; A.H.P.V., Leg. 571, fol. 286 et Sección Universidad, Leg. I, pièce I ; Leg. 573, fol. 724. La déclaration de la jeune fille peut être aussi explicite que celle-ci : « Me abiades dado palabra de casamiento y debajo della y de que seriades mi marido me aviades avido donzella y por no querer cumplir de vra parte la dicha palabra de casamiento conmigo nos las dichas partes... parecemos ante del mui illustre señor licenciado Alonso Pérez de Barayz alcalde de la Real Audiencia y Chan-cillería y querellamos criminalmente... ».

21 Ramón Menéndez Pidal, España y su Historia, t. II, p. 357 et suiv.

22 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 286 ; Leg. 573, fol. 424 ; Leg. 55, fol. 1077 et 33 ; Leg. 48, fol. 71 ; Sección Universidad, Leg. 1, pièce 1.

23 A.G.S., Diversos de Castilla 29, 1 à 6 ; Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108.

24 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 464 ; Leg. 47, fol. 1349 et 544 ; Leg. 53, fol. 1249 ; Leg. 56, fol. 1753.

25 A.H.P.V., Sección Universidad, Leg. 1, pièce 2.

26 A.H.P.V., Leg. 768, fol. 2132 ; Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 7.

27 Robert Mandrou, op. cit., p. 118.

28 Voir supra, livre III, chap. 11.

29 Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 18.

30 A.H.P.V., Leg. 768, fol. 2132 : « Por lo mucho que quise a su madre ».

31 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 1395. La déclaration est explicite : « Por el conten-tamiento que dello resçibo y por que a mi instancia y ruego se me ha dado por mujer a la dicha María de Trigueros que yo quiero... ». Plus loin : « El mucho amor y voluntad que la tengo ».

32 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 26 et 281.

33 A.G.S., Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108.

34 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 82.

35 Arch. parroquial Villabáñez, Reg. de Baptêmes, n° 1 ; Reg. de Mariages, n° 1.

36 Tout ce qui précède peut être établi à partir des divers dépôts d’archives paroissiaux. Les curés ont fait preuve de la plus vive imagination pour désigner les enfants naturels. Voici quelques formules : « cujus pater est populus y la madre Catalina Muñoz ; cui pater e mater est populus ; hijo de la tierra e de Francisca Hernández ; hijo del pueblo ; hijo de toto populi y de Catalina de Cuéllar ; cujus pater ignorabat ; hijo de Inés padre incognito ; hijo del sol y de su mujer la tierra ; sin saber de sus padres ; no parescieron sus padres... ».

37 A.H.P.V., Leg. 66, fol. 1306.

38 Voir p. 535, n. 1.

39 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, Leg. 21, fol. 1.

40 A.G.S., Diversos de Castilla, Leg. 1, fol. 70.

41 A.H.P.V., Sección Universidad, Leg. 1, pièce 13.

42 A.H.N., Inquisición, Leg. 2136, pièce 5.

43 A.H.P.V., Leg. 70.

44 A.H.P.V., Leg. 69, fol. 1419.

45 A.G.S., Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108.

46 Voir p. 544, n. 3. Le texte dit : « La masaron y la descalabraron ».

47 Cf., n. 2.

48 Ibid. Voir aussi A.G.S., Diversos de Castilla, Leg. 29, fol. 1 à 6 ; A.H.N., Inquisición, Leg. 2124, pièce 1 ; A.H.P.V., Leg. 54, fol. 435 et Leg. 36, fol. 238.

49 A.G.S., Diversos de Castilla, Leg. 29, fol. 1 à 6 et Bibliothèque Nationale, Fonds espagnol, Ms. 354, fol. 196. Lire le couplet dédié à Juan de Vivero.

50 A.G.S., Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108 : « Juana de Valverde, encubridora y alcahueta de una hija suya. »

51 Juan Agapito Revilla, Las Calles de Valladolid, p. 136 ; Narciso Alonso Cortés, « Las criadas y las naipes », Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 457 ; A.M.V., Livres d’Actes, 6 mars 1499 ; 21 novembre 1586 ; 24 janvier 1594 ; 17 septembre 1601.

52 Voir p. 552, n. 2.

53 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 21, fol. 1.

54 Par exemple A.G.S., Estado, Leg. 21, fol. 87.

55 A.M.V., Leg. 378, fol. 4-44.

56 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 68.

57 A.H.P.V., Leg. 36-III, fol. 103 ; A.H.N., Inquisición, Leg. 2124, pièce 5. D’autre part plusieurs des condamnés de 1570 et 1572 ont été repris en situation irrégulière dans la ville ou la région dont ils avaient été bannis : A.G.S., Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108 (Diego Hernández, dit Barabbas ; Francisco Vaca, Rodrigo de Almança Baldarravano ; Bernardino de Carrión, etc.).

58 A.H.N., Inquisición, Leg. 2136, pièce 7 et Leg. 2120, pièce 3.

59 A.H.P.V., Sección Universidad, Leg. 1, pièce 2.

60 A.H.P.V., Leg. 33, fol. 9.

61 A.H.P.V., Leg. 39, fol. 646.

62 Narciso Alonso Cortés, « Las criadas y las naipes », Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 457 ; A.G.S., Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108 ; A.H.P.V., Sección Universidad, Leg. 1, pièce 15 ; A.G.S., Estado, Leg. 135, fol. 189.

63 B.N.M., « Relación del auto de fé celebrado en Valladolid », Ms. G 209 ; A.H.P.V., Sección Universidad, Leg. 1, pièce 11.

64 British Museum, Ms. Egerton 357, PS/5633. La photocopie du document m’a été communiquée par M. Fernand Braudel.

65 Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 23-24.

66 Antoine de Lalaing, Laurent Vital, Enrique Cock, op. cit., A.M.V., Livres d’Actes, 19 septembre 1578.

67 A.G.S., Diversos de Castilla, Leg. 29, fol. 1 à 26 et Cámara de Castilla, Memoriales, Leg. 398, fol. 108.

68 A.H.P.V., Leg. 36, fol. 491.

69 Narciso Alonso Cortés, Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 183-187.

70 Voir p. 552, n. 1. Ainsi que A.H.P.V., Sección Universidad, Leg. 1.

71 A.H.N., Inquisición, Leg. 2175, pièce 7, fol. 127.

72 Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 19.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable