Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 2

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre III. Définition d'un style de vie

Chapitre VI. L’art et la culture

Texte intégral

1Dernière parure, celle de l’art et de la culture. Dans une ville dont l’économie se définit décidément par la consommation des surplus, produits essentiellement par d’autres parties du monde hispanique, la recherche de la beauté, la quête de la connaissance constituent le luxe suprême. Et, simultanément, le plus imprévu des investissements à très long terme puisque se préparent ainsi les recettes touristiques de la deuxième moitié du xxe siècle.

2Aucune autre ville du Nord de l’Espagne ne fut en ce temps foyer aussi vivant d’art et de culture parce qu’aucune sans doute ne fut plus ouverte aux vents du siècle : le premier vent amena à Valladolid de grands artistes d’origine étrangère, allemande comme Simon de Cologne, flamande comme Gil de Siloe, française peut-être comme Juan Guas, ou des Espagnols acquis aux modèles italiens comme Vázquez, il amena aussi Christophe Colomb au retour de ses voyages américains. Le dernier vent accompagne Cervantes et Quevedo. Entretemps, que d’aventures ! Les horizons du monde, d’un monde bien plus vaste que naguère, se découvrent aux habitants de cette ville que la présence fréquente de la Cour et l’agrément de son séjour désignent aux grands seigneurs, aux artistes ou aux voyageurs : le cardinal de Mendoza, les Berruguete, les hommes d’affaires florentins ou génois, les ambassadeurs vénitiens, de nombreux prélats passés par Rome, de vieux hidalgos vétérans des tercios, comme Don Antonio de La Cerda ou Claudio Cilli, y parlent de cette Italie où la présence espagnole s’affirme chaque jour davantage ; et les livres italiens pénètrent les bibliothèques de la ville. Les Flamands, artistes ou seigneurs, qui précédèrent ou suivirent Charles Quint, de vieux soldats encore, témoignent pour le Nord de l’Europe et des retables flamands ornent les églises, comme celui d’El Salvador dès 1504. Beaucoup plus tard, dans un collège créé pour eux, des séminaristes anglais dont la Contre-Réforme rêvait de faire les missionnaires d’une Reconquête racontaient des souvenirs insulaires. Les conseillers, les soldats, les chapelains de Charles Quint, tel cet Agustín de Cazalla que tout le peuple de Valladolid devait voir monter au bûcher, voyagèrent dans cette Allemagne où s’accomplissaient de grandes choses avant de revenir avec l’Empereur dans la ville du Pisuerga. D’autres, des soldats, des religieux participaient aux entreprises d’Afrique du Nord, plus tard à Lépante. En janvier 1518 un inconnu, le Portugais Magellan, venait à Valladolid confier ses rêves au jeune Empereur. Quelques années plus tard, le Basque Sebastián El Cano, qui avait achevé victorieusement l’entreprise après la mort du grand marin portugais, et Pigafetta arrivaient à Valladolid pour dire au souverain l’histoire du premier tour du monde et lui conter « les grandes et merveilleuses choses que Dieu leur avait permis de voir et de souffrir ». Déjà revenaient des Indes occidentales conquistadores et fonctionnaires. Don Pedro de La Gasca, ancien Président de la Chancellerie, envoyé au Pérou pour soumettre Pizarre révolté, venait achever son existence à Valladolid où il mourait en 1567. Bartolomé de Las Casas, l’évêque de Chiapas, l’apôtre des Indiens, passait une grande partie de sa vieillesse dans cette même ville. Comment aurait-il été possible que dans cette cité, où parvenait le bruit des mondes lointains, qui frémissait au récit d’histoires jadis impossibles, ne s’éveille et ne grandisse une curiosité avide de la nature et de ses secrets. Curiosité qui est un des traits majeurs de la Renaissance et dont les inventaires de bibliothèques, par exemple, nous livrent les témoignages.

  • 1 Marcel Bataillon, op. cit., p. 557.

3Car ce sont aussi les horizons de l’esprit qui s’élargissent et parfois révèlent des paysages interdits. Valladolid devient l’un des foyers les plus ardents de l’érasmisme, nous le savons depuis le grand livre de Marcel Bataillon, et la marque du grand humaniste hollandais reste profonde dans les inventaires de bibliothèques que j’évoquais il y a un instant. C’est à Valladolid que se réunit en 1527 l’assemblée des théologiens appelée à juger de l’orthodoxie des œuvres d’Érasme, et « tout Valladolid se passionnait alors pour ou contre Érasme »1. Plus tard, en 1558, la ville apparaît à tort ou à raison comme le principal foyer espagnol, avec Séville, du protestantisme, et ce sont les grands autos de fe de 1559 et 1561. Et c’est encore dans cette ville qu’au même moment se déclenche la grande controverse entre Carranza et Cano achevée par la condamnation du premier.

  • 2 Cf. supra, livre I, chap. III, p. 113.
  • 3 Cf. supra, Livre I, p. 117.

4Aucune autre ville du Nord de l’Espagne, dis-je, ne connaît de fermentation comparable. Certes l’Université de Salamanque est plus importante. Elle compte deux ou trois fois plus de chaires, deux ou trois fois plus d’étudiants2. Mais n’est-elle pas présentée souvent comme le temple de la tradition tandis qu’Alcalá, par exemple, se donne à l’humanisme ? Mais l’Université n’est pas, à Valladolid, le seul berceau de la culture alors qu’Alcalá n’est rien sans l’Université. Enfin, aucune autre ville n’abrite autant d’artistes de valeur. Sans doute Burgos, ou Salamanque encore, surpassent-elles Valladolid à la fin du xve et au début du xvie siècle par leurs réalisations architecturales, mais ces deux villes ne conservent pas leur suprématie et Valladolid s’enorgueillit bientôt de rassembler les plus grands sculpteurs, quelques bons peintres, les meilleurs orfèvres, les meilleurs ferronniers d’art. Prééminence de la qualité comme l’attestent les nombreuses œuvres que les ateliers de Valladolid exécutent pour beaucoup d’autres villes ; mais aussi supériorité du nombre : le recensement de 1561 accorde 150 artistes à Valladolid contre 103 à Salamanque, 81 à Medina del Campo, 74 à Burgos3.

I. — LE CULTE DE LA BEAUTÉ

5Tout au long du siècle, la recherche de la beauté consume l’or et l’argent. Mais la ville est si accessible aux influences extérieures que les canons de l’esthétique changent vite et qu’elle est souvent l’introductrice en Castille des goûts nouveaux. Nous avons déjà vu la maison mudéjar céder la place à la maison Renaissance : l’architecture domestique accepte docilement les mutations du siècle. Mais ce sont les grandes œuvres qui donnent le ton tout en renouvelant ou en créant la beauté de la ville.

1) Les grandes réalisations architecturales

6Sous le règne des Rois Catholiques le gothique s’achève à Valladolid par une floraison « baroque » très authentiquement espagnole dont la nouveauté n’est pas l’architecture mais l’ornementation : c’est ce que Bertaux appelle le style Isabel. Au même moment Valladolid introduit en Castille la Renaissance italienne. Ce sont deux riches prélats qui financent ces coûteuses constructions, illustrations brillantes de l’un et de l’autre style.

  • 4 Filemón Arribas Arranz, « Simón de Colonia en Valladolid », Bol. del Seminario de Arte y Arqueolog (...)

7Le premier est Fray Alonso de Burgos, évêque de Palencia, héritier d’une opulente famille de conversos : c’est à lui qu’est dû le magnifique ensemble formé par l’église de San Pablo et le collège de San Gregorio dont la réalisation occupe les années 1485-1491. L’église de San Pablo, construite par Simon de Cologne comme l’a démontré Filemón Arribas4, est avant tout une église destinée à la prédication avec nef unique et chapelles prises entre les contreforts. Mais sa façade est une étonnante imagerie de style Isabel : les deux premiers plans verticaux séparés par une imposte sont de grands retables de pierre dont les éléments architectoniques ménagent des espaces livrés à une décoration exubérante : la Vierge et les saints dont les situations viennent de l’Écriture ou sont révisées par l’actualité, trônent parmi les anges qui portent les écus des fondateurs remplacés ultérieurement par ceux du duc de Lerme. Sur cet ensemble s’élève le fronton occupé par l’écu aux armes des Rois Catholiques entre deux lions. Si délicate est la statuaire, si riche et si subtil le dessin de la pierre que l’on évoque le travail des orfèvres et que l’on invente le mot plateresque. Abandonnons aujourd’hui le plan supérieur, création du xviie siècle dont le style baroque ne jure pas avec la décoration isabeline.

  • 5 L’hypothèse de Manuel Gómez Moreno en ce sens paraît confirmée par les travaux d’Esteban García Ch (...)

8Quoique se réclamant du même style, le collège de San Gregorio, « le plus beau collège de dominicains qu’il y ait au monde », selon l’appréciation de plusieurs étrangers, fut l’œuvre d’autres artistes, sans doute de Juan Guas5, encore que Gil de Siloe ait pu travailler aux sculptures de la façade. Celle-ci, comme celle de San Pablo, a l’allure d’un grand retable de pierre. Fidèle aux modèles du xve siècle, elle propose comme motif central un grand arbre de Jessé surmonté des armes royales soutenues par deux lions. Mais le caractère baroque est plus accentué encore qu’à San Pablo : les branches de l’arbre, les statues d’hommes sauvages sur les jambes de l’archivolte qui encadre la porte, les pinacles, comme les enfants ou les guirlandes qui décorent les tympans des arcs du cloître, authentique merveille, sont véritable dentelle de pierre et l’on évoque irrésistiblement le travail complaisant d’artisans morisques prenant la pierre pour le stuc jusqu’à en créer l’illusion. Autant peut-être que les maîtres d’œuvre, ils ont donné à San Gregorio son insolite présence.

  • 6 Manuel Gómez Moreno, Sobre el Renacimiento español.

9Et cependant ces guirlandes et ces enfants sont déjà illustration de la Renaissance comme l’entablement de la cour sur le mode romain, comme les corniches de la façade de San Pablo, comme la répétition symétrique des motifs qui ornent la frise du cloître de San Gregorio6. Car en ces mêmes années, Lorenzo Vázquez, maître d’œuvre du cardinal de Mendoza, construit à Valladolid un palais directement inspiré par l’Italie dont il revient : le collège de Santa Cruz.

10C’est dès 1487 que le cardinal de Mendoza avait lancé la construction du collège selon un plan gothique. Mais en 1488 ou 1489 le neveu du cardinal, Don Iñigo López de Mendoza, comte de Tendilla, à son retour de Rome où il avait été l’ambassadeur des Rois Catholiques, aurait suggéré un changement de conception radical et recommandé la sujétion aux règles classiques. C’est alors que Lorenzo Vázquez aurait pris la direction des travaux achevés sans doute à la fin de l’année 1491. Valladolid était ainsi la première ville de Castille à épouser l’architecture de la Renaissance : sobriété, symétrie, domination quasi exclusive des lignes droites, verticales ou horizontales, caractérisent cette œuvre. Ainsi sont proposés en même temps à l’admiration des foules les souvenirs embellis du vieux style et les promesses du nouveau.

  • 7 Juan José Martin Gonzalez, op. cit., p. 137.

11Dès lors la beauté architecturale ne se conçoit plus sans références italiennes même si la tradition marque une résistance obstinée. Tandis que s’élèvent des dizaines de maisons seigneuriales, voire de palais, la pierre blanche se substitue de plus en plus souvent à la brique, les façades s’agrandissent, et les fenêtres qui les aèrent, la porte se déplace vers le centre de la façade, l’alfiz mudéjar se réduit, parfois disparaît. Les écus peuvent être remplacés dans les enjutas par des médaillons italiens et se placent au-dessus de la porte (ainsi la maison du Soleil, les palais des marquis de Villasante ou des Valverde) ; le bossage florentin apparaît ici ou là, les patios sont de plus grandes dimensions et superposent les galeries sur des colonnes qui ne sont plus de bois mais de pierre, les escaliers s’élargissent. Mais ces transformations ne s’opèrent que progressivement et rares sont les demeures, telle la maison du Soleil construite en 1539 et 1540, dont la conception doit tout à la Renaissance. De celle-ci Juan José Martín González peut dire : « C’est l’édifice typique de la Renaissance à Valladolid »7.

  • 8 Juan José Martín González, op. cit., p. 147.

12Le plus souvent la conversion est incomplète. Le palais construit à la fin du xve siècle pour le marquis d’Astorga, passé ensuite au marquis de Tavara puis au comte de Ribadavía (aujourd’hui Députation provinciale), est surtout fait en briques, possède une tour massive et des chapiteaux gothiques. Cependant le patio présente des colonnes sur tous les côtés. Le palais des marquis de Valverde, édifié probablement pour Juan de Figueroa au début du xvie siècle, témoigne d’une influence florentine évidente avec ses bossages et son patio à colonnes toscanes, mais les réformes du xviie siècle ne permettent pas de savoir quel était exactement son aspect primitif. L’immense palais des comtes de Benavente bâti entre 1518 et 1520, approximativement, conserve l’aspect d’une forteresse flanquée de tours massives, un alfiz plateresque et des écus dans les angles : cependant le patio fleure la Renaissance en ses débuts et les chapiteaux de ses colonnes portent des feuilles d’acanthe. Le palais d’Alonso Berruguete aujourd’hui presque entièrement disparu devait beaucoup à l’Italie : aucune surprise si l’on se souvient des goûts de son propriétaire. La porte encadrée de pilastres lisses sur lesquels s’appuyait un linteau parfaitement horizontal, le balcon à colonnettes surmontées de chapiteaux ioniques, les chapiteaux et les médaillons des patios n’étaient pas d’origine castillane. Cependant la porte principale n’est pas au centre mais à un bout de la façade, la frise qui court au haut de la façade est plateresque et le plateresque, nous dit Cayetano Alcazar, est le résultat de la combinaison du gothique isabelin et du style antique. La maison des Mudarra qui date du milieu du xvie siècle possède une porte encadrée par des pilastres cannelés reposant sur des piédestaux plus larges et prolongés, au-dessus d’un linteau classique, par des chandeliers de pierre. La fenêtre, au-dessus de la porte, est Renaissance avec ses moulures à chanfreins et sa corniche en forme de dais. Mais comme dans les maisons mudéjar la porte est à une extrémité de la façade et à l’autre s’ouvre la porte de la cave. Mais les écus restent dans les angles. La maison des Gallo, devenue l’Hôtel impérial, qui est de même époque, montre une façade où s’exprime « la limpidité de lignes qui, au début de la deuxième moitié du xvie siècle, commence à se vulgariser... Les balcons sont grands, le plus important de la maison est le patio formé par trois ordres d’arceaux et de colonnes sur tous les côtés, ce qui indique un stade avancé de la Renaissance, entendue selon le modèle italien... Les colonnes sont toscanes et les chapiteaux constituent une des richesses iconographiques les plus appréciables de toute la Renaissance »8... Et cependant ici encore la façade manque de symétrie car la porte se situe au coin et non au centre. En revanche la maison du comte de Melito (aujourd’hui Gouvernement civil) élevée au début de la deuxième moitié du xvie siècle dispose d’une porte située au milieu de la façade, d’un patio à l’italienne et d’un escalier majestueux mais les traces du plateresque demeurent.

  • 9 Ibid., p. 56.

13Le langage de la Renaissance n’est pas toujours italien. Notant l’existence de deux cas intéressants de fenêtres d’angle (palais des comtes de Ribadavía et des marquis de Villasante), Martín González estime que l’origine pourrait en être flamande. En Flandres, de telles fenêtres, en bois il est vrai, sont nombreuses. La Castille aurait donc appliqué cette solution à la brique ou à la pierre. Le fait prouve, ajoute Martín González, que le courant renacentiste qui venait de Flandres était accepté en Espagne avec la plus grande sympathie9.

14Enfin, la résistance du goût mudéjar s’exprime dans la réalisation des plafonds : la solution de la viguería, poutres sombres, horizontales et parallèles, sur fond blanc, continue à être utilisée durant presque tout le siècle ; parfois le plafond présente une section en trapèze (artesonado installé aujourd’hui au collège de San Gregorio) : lignes droites ou brisées mais point courbes. Les artesonados italiens ont eu le plus grand mal à s’imposer alors que le xvie siècle était déjà fort avancé ; encore leur triomphe ne fut-il que relatif.

  • 10 Juan José Martín González, op. cit., p. 100.

15Après 1560, une nouvelle mutation du goût s’accomplit : « La fin de la vie de l’Empereur mit également un terme au goût italianisant et universaliste qui avait été son ambition ». Le changement d’esthétique et d’idéologie est en relations évidentes avec le Concile de Trente. C’est l’art de la Contre-Réforme qui s’épanouit10. Les édifices exposent une symétrie absolue, une monumentalité impressionnante, une monotonie évidente. Les éléments décoratifs qui pourraient cacher l’architecture disparaissent. Le style herrérien ne triomphe pas seulement à l’Escurial, il s’illustre encore à Valladolid.

  • 11 F. Chueca Goitia, « La Catedral de Valladolid », C.S.I.C.

16Parmi les grandes œuvres significatives du nouvel idéal, on pense d’abord à la cathédrale. Les plans de cette église furent conçus par Herrera entre 1585 et 1587. Et dès 1589 Diego de Praves commençait les travaux. Toutefois au xvie siècle seule une petite partie de l’édifice fut réalisée et les travaux devaient durer jusqu’en 1668 sans pour cela parvenir à l’achèvement. De plus Herrera avait dû compter avec les fondations de l’ancienne collégiale construite par Diego de Riaño. Les plans n’avaient donc pas été conçus en toute liberté. Pour exprimer les tendances de la Contre-Réforme, la cathédrale de Valladolid vaut cependant par le gigantisme, le recours aux ordres classiques, la pauvreté de la décoration, le goût pour les frontons, les pilastres et les abaques11.

  • 12 Juan José Martín González, op. cit., p. 164-167.

17Plus que cette église, plus que le palais du licencié Buitrón, avocat à la Chancellerie, qui marqua la transition entre le style de la Renaissance et l’idéal herrérien, plus encore que certaines maisons construites au début du xviie siècle comme les maisons des Vitoria et des Villagómez, le palais de Fabio Nelli réalisé de 1580 à 1594 témoigne de l’esthétique triomphante. La parfaite symétrie de l’édifice, la domination des lignes verticales et horizontales, la hauteur du palais renforcée par les tours quadrangulaires, l’ampleur des proportions si l’on songe qu’il s’agit d’une demeure privée, le choix exclusif des colonnes doriques, l’importance de l’élément central de la façade (porte de grande taille flanquée de doubles colonnes, coiffée d’une architrave au-dessus de laquelle apparaît un deuxième ordre constitué d’une grande fenêtre avec balcon encadré de doubles colonnes, fronton supérieur surmonté d’un écu entre pilastres et abaques), la sévérité majestueuse du patio et de l’escalier, les hémisphères lisses remplaçant les médaillons à figures, tout cela est herrérien. Herrériens d’ailleurs les architectes, Juan de La Lastra, Diego de Praves, Pedro de Mazuecos. Et cependant quelques éléments demeurent de la Renaissance : enfants et amours, grotesques de la frise, écu de la famille, chapiteaux corinthiens du patio. Voire des souvenirs mudéjar : les petites fenêtres inférieures où la grille serrée réclame l’intimité morisque, l’artesonado de viguería... Ici se résume l’évolution architecturale du siècle12 dont l’église de Las Huelgas, celle de Las Angustias, pourraient aussi, à un degré moindre cependant, rendre compte.

18Ainsi la ville est-elle tout au long du siècle un chantier qui livre au public un spectacle de plus, celui de la recherche obstinée, toujours recommencée, de formes et de lignes renouvelées par les mutations des techniques et des idéaux. Ville de Castille attentive au chant du monde, Valladolid se voit offrir tous les modèles : dernières fleurs du gothique où se trahissent les greffes de l’art mudéjar ; ordres gréco-romains rajeunis par la joie italienne de la Renaissance ; austérité d’une Contre-Réforme militante qui a déjà profité de l’incendie de 1561 pour refaire une ville prête aux grands rassemblements de foi, aux affirmations collectives des processions et des autos de fe.

  • 13 Juan Agapito Revilla, « Arquitectas Vallisoletanos », Bol. de la Soc. Cast. de Excursiones, t. IV, (...)

19On devine le rôle de ces constructions dans la circulation de l’argent. Rien d’équivalent bien sûr à la Rome du xvie siècle : c’était, nous le savons grâce à Jean Delumeau, un chantier d’une autre taille. Mais tout de même ! La maison et le jardin du licencié Buitrón ont coûté 28 000 ducats. Le palais de Fabio Nelli qui n’a pas dû coûter moins, ou celui des comtes de Benavente, et bien d’autres, représentent de véritables fortunes. Beaucoup de travail et beaucoup d’argent à gagner pour les architectes vallisolétains du temps, Juan de Arandia, Diego de Riaño, Rodrigo et Juan Gil de Hontanón, Pedro del Valle, Juan de Nates, Diego de Praves ou Pedro de Mazuecos. Et pour tous les gens du bâtiment13.

  • 14 Cité par Juan José Martín González, op. cit., p. 98.

20On pensera sans doute qu’une telle activité n’est pas alors en Castille le privilège de Valladolid, on évoquera Burgos et Salamanque par exemple. Il ne semble pas cependant que ces villes aient connu un mouvement d’une telle ampleur. Au début du xviie siècle, le Portugais Pinheiro da Vega affirmait qu’il y avait à Valladolid plus de 400 maisons seigneuriales ou palais. A Lisbonne, deux fois plus peuplée, il n’y en avait pas, disait-il, 50 semblables14.

21Et à la même époque la sculpture vallisolétaine jouissait en Espagne d’une royauté incontestée.

2) Splendeur de la sculpture : retables, pasos, statuaire

22La sculpture espagnole du Siècle d’Or rayonne essentiellement à partir de trois hauts lieux, de trois sanctuaires : Valladolid, Grenade et Séville. Mais la grande époque de Grenade et de Séville ne commence qu’à la fin du xvie siècle et les grandes œuvres sont contemporaines de la première moitié du xviie siècle. Beaucoup plus durable est l’éclat de la sculpture vallisolétaine. Il se manifeste dès 1530 alors qu’Alonso Berruguete s’établit définitivement dans la ville du Pisuerga. A partir de 1540 un autre atelier dont la réputation grandit rapidement, celui de Juan de Juní, vient servir la gloire de la ville. La mort de Berruguete en 1561 et celle de Juan de Juní en 1577 ne sont pas les signes du déclin. Leurs disciples ou leurs émules les prolongèrent : Manuel Alvarez, continuateur de Berruguete, Juan et Gaspar de Tordesillas, Isaac de Juní, fils de Juan, et Pedro de La Maza, élèves du grand Juní. Un artiste comme Esteban Jordán, sans s’élever au niveau des grands maîtres, assure une transition honorable jusqu’à la fin du xvie siècle. Et au début du xviie siècle l’établissement à Valladolid du Galicien Gregorio Fernández ouvre l’ère d’une nouvelle splendeur. De 1530 à 1636 c’est ainsi pour la cité castillane un grand siècle de sculpture.

  • 15 Voir Marcel Dieulafoy, La statuaire polychrome en Espagne, Paris, 1908.

23Une véritable fièvre possède ces grands ateliers assiégés par les commandes des collectivités et des riches particuliers, ces ateliers où travaillent parfois à temps complet une dizaine d’hommes. Les maîtres, alors, ne font que les dessins préparatoires, dégrossissent le matériau pour donner au groupe ou à la statue son mouvement général, exécutent eux-mêmes les parties délicates, les visages et les mains. Les clients prennent bien soin d’obtenir par contrat notarié l’engagement de l’artiste en ce sens : ainsi celui d’Alonso Berruguete lorsqu’il s’agit de réaliser le fameux retable de San Benito15.

  • 16 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 561.

24La demande est considérable. Églises, couvents, confréries vouent une part de leurs importants revenus à magnifier le culte de Dieu, de la Vierge et des saints par des œuvres qui leur paraissent accomplir la synthèse des arts majeurs : le retable en effet s’insère dans un cadre architectural, autel ou chapelle, il associe aux formes et aux reliefs des personnages sculptés l’éclat des dorures et des couleurs puisque les œuvres sont peintes. Quelle paroisse, quel monastère n’a alors son ou ses retables mais aussi ses vierges, ses gisants, ses statues promises aux rites processionnels de la Semaine sainte ? Et lorsqu’un hidalgo ou un riche marchand achète la jouissance d’une chapelle dans une église ou un monastère, il la décore d’un retable ou de quelques statues. Beaucoup d’autres commandent pour leur maison un buste, une statue, surtout une tabla de bulto, panneau de bois peint en relief. Parmi les 385 inventaires après décès que j’ai examinés, 32 comprennent des objets d’art dont 20 des imágenes ou des tablas de bulto, Christs en croix et Vierges surtout en bois, parfois en terre ou en albâtre, saints comme saint Jérôme (cinq fois), saint Benoît, saint François ou saint Antoine, Véronique, beaucoup plus fréquemment peinte sur toile il est vrai, scènes de la vie du Christ (Notre-Seigneur montant au Calvaire) ou de la Vierge (Salutation, Visitation). Ces 20 personnes réunissaient 51 tablas ou statues. Et un grand seigneur comme le Connétable de Castille, Don Pedro Fernández de Velasco, pouvait se payer le luxe de commander à Alonso Berruguete quatre bustes en marbre de Gênes, deux d’hommes et deux de femmes, à 500 ducats le buste16, que le sculpteur viendra avec ses ouvriers installer à Burgos après exécution. Le marbre était fourni au sculpteur.

  • 17 Pedro Aguado Bleye, Manual de Historia de España, t. II, p. 1096-1103.
  • 18 Juan José Martín González, Esteban Jordán, Valladolid, 1952, p. 54.

25Car, faut-il le préciser, les ateliers de Valladolid ne travaillent pas seulement pour la ville et ses environs immédiats : outre la quantité incroyable de retables, de pasos, de statues réalisées à cette époque pour Valladolid et dont témoignent encore aujourd’hui le Musée national de sculpture installé dans le collège de San Gregorio et les vieilles églises, ces ateliers ont produit beaucoup d’autres œuvres, souvent majeures, transportées en pièces détachées jusqu’au lieu de leur destination. Il en fut ainsi par exemple des stalles de la cathédrale de Tolède exécutées à Valladolid par Berruguete à partir de 1543, ou de La Transfiguration de Jésus en albâtre réalisée par le même artiste pour la même cathédrale ; du retable de l’église Santiago à Cáceres, terminé en 1563 après la mort du maître ; du retable de la cathédrale de Burgo de Osma fait par Juan de Juní de 1550 à 1554 et de celui de la chapelle des Benavente pour l’église de Santa María de Medina de Rioseco. Ou encore de L’Enterrement du Christ pour le retable de la cathédrale de Ségovie dû au même artiste17. Pareillement Esteban Jordán exécuta plusieurs œuvres destinées à Medina del Campo ou Léon par exemple, sans parler des stalles du monastère de Palazuelos réalisées avec Manuel Alvárez18.

  • 19 Pedro Aguado Bleye, op. cit., mêmes pages.
  • 20 A.H.P.V., Leg. 53, fol. 1509 et suiv.
  • 21 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 408.
  • 22 Juan José Martín González, Esteban Jordán, p. 42.

26Ici encore de très grosses sommes sont en jeu et voici, pour la ville, lorsqu’il s’agit d’œuvres faites pour l’extérieur, une nouvelle source de revenus jusqu’ici négligée. Les stalles de la cathédrale de Tolède ou plus exactement la partie de ces stalles sculptée par Berruguete furent évaluées à 3 980 ducats. Le retable de San Benito de Valladolid a été payé 4 400 ducats par les bénédictins19. Le grand retable de Notre-Dame de La Antigua (aujourd’hui à la cathédrale) que Juní a conçu et exécuté a été payé 2 600 ducats sur la base du contrat de 155120. Il fallut d’ailleurs que la paroisse prête de l’argent à l’artiste pour que l’œuvre soit achevée21. Le grand retable de Santa María de Rioseco, encore une œuvre de Juní, coûta 8 000 ducats pour l’assemblage et la sculpture et plus tard 12 000 ducats pour la peinture qui ne fut achevée qu’en 1606. Un artiste moins apprécié, Esteban Jordán, reçoit cependant 3 500 ducats (1 800 pour la sculpture, 1 700 pour la peinture) lorsqu’il réalise le retable de la Madeleine et les stalles de Palazuelos rapportent 4 520 ducats à Jordan et à Alvarez22.

  • 23 Marcel Dieulafoy, op. cit.
  • 24 A.H.N., Clero, Leg. 7710. Ce contrat fut enregistré devant Francisco Cerón, le 16 octobre 1570. Ce (...)

27La multiplicité des opérations que suppose la confection d’un retable, voire d’un paso, la complexité de la technique, exigent d’ailleurs le recours à plusieurs catégories de travailleurs, encore qu’un même artiste puisse jouer successivement à l’architecte, au sculpteur et au peintre. Marcel Dieulafoy dans son bel ouvrage a distingué les trazadores ou ensambladores, directeurs de travaux qui conçoivent le plan, exécutent les dessins et les calculs, les imagineros ou entalladores, c’est-à-dire les sculpteurs, les doreurs, les estofadores ou peintres d’étoffes et les encarnadores ou peintres de chair23. Mais, je le répète, il est fréquent de voir ces divers rôles assumés par les mêmes artistes, lorsqu’il s’agit des plus grands, tels Berruguete ou Jordan. Voici par exemple un contrat entre Doña Francisca de Villafañe, veuve de Don Diego Osorio, et le peintre Juan Tomás Celma à propos d’un retable à l’invocation de saint Jean-Baptiste qui appartient à la veuve et qui est placé dans une chapelle du monastère de San Benito. On apprend que ce retable a été conçu et sculpté par Juan de Juní. Mais il n’est ni doré ni peint. Le peintre s’engage à consolider par des bandes de toile tous les défauts du bois (enlenzar) puis à le nettoyer délicatement. Ensuite il dorera d’or fin tout le retable puis brunira cet or et appliquera aux endroits voulus de fines couleurs à pointe de pinceau. Enfin, après avoir peint les vêtements, les étoffes (estofar), il peindra les visages, les mains, les pieds et toutes les parties du corps découvertes (encarnar). De part et d’autre de la statue de saint Jean-Baptiste il devra peindre sur les fonds vides des saints et des histoires de dévotion. Ainsi l’œuvre n’a-t-elle engagé que deux artistes, le sculpteur et le peintre24.

28Comme l’architecture, la sculpture vallisolétaine est attentive aux inspirations changeantes du siècle. Mais à cette différence importante qu’elle constitue un art spécifiquement espagnol. Marcel Dieulafoy a rappelé que seule l’Espagne était restée fidèle à la statuaire polychrome. Les Italiens découvrent la blancheur des marbres antiques et, soucieux de se conformer aux modèles d’un passé vénéré et admiré, abandonnent la polychromie. L’Espagne la conserve parce qu’elle participe d’une longue tradition, parce que l’influence mudéjar maintient le goût de la couleur, parce que les statues peintes parlent mieux le langage de la foi à un peuple demeuré très profondément religieux, parce que le bois enfin, matériau habituel de la statuaire espagnole, supporte mal le décapage. Mais si la sculpture reste polychrome, si elle traite essentiellement les thèmes religieux, elle suit les impulsions de la Renaissance d’abord, de la Contre-Réforme ensuite. Les grands interprètes ne sont-ils pas, d’ailleurs, de grands voyageurs ? Alonso Berruguete, demeuré treize ou quatorze ans en Italie, puis suivant la Cour dans ses errances espagnoles avant de se fixer à Valladolid ; Juan de Juní, originaire de Champagne, recevant en France une formation artistique déjà complète, séjournant successivement à Léon, Villalón, Rioseco, Toro, Salamanque et ne s’établissant à Valladolid qu’en 1540.

  • 25 Luis de Castro, El enigma de Berruguete, La Danza y la escultura. La thèse du docteur de Castro es (...)

29Avec Berruguete, la Renaissance artistique explose en Castille où depuis trente ans elle préparait ses victoires. Admirateur de Michel-Ange, formé dans les ateliers italiens, il exprimait dans le merveilleux retable de San Benito la profondeur de sa science anatomique, le dynamisme, l’élan, la vitalité de l’époque. Et cependant, comme l’observe Manuel Gómez de Moreno, il s’éloigne de Michel-Ange parce qu’il n’est soucieux ni de l’équilibre ni de la perfection des formes. Obsédé par le mouvement, par la recherche de l’expression, il évoque on ne sait quelle gestation douloureuse. Rien n’a vécu en lui de la sérénité grecque. Un écrivain espagnol, Luis de Castro, a pu retrouver dans les sculptures de Berruguete les rythmes de la danse espagnole, une correspondance avec le cante hondo, les zapateados, alegrías, seguiriyas et bulerías25. Ce qui reste certain, c’est qu’il fut en Espagne « le sculpteur le plus populaire et le plus admiré de son temps ». Adhésion populaire entière qui montre à quel point l’artiste exprimait l’esprit d’un peuple.

30Juan de Juní, plus jeune de vingt ans que Berruguete, profondément acquis aux idéaux castillans malgré ses origines étrangères, réalise une œuvre dominée par le pathétisme ou, si l’on veut, le dramatisme. La recherche de l’effet s’accompagne parfois chez lui de quelque théâtralité comme s’il exagérait certains aspects de l’art de Berruguete. Sa manière très personnelle doit cependant beaucoup aux mouvements d’idées de son temps. L’Enterrement du Christ conservé au Musée national de sculpture, par exemple, se distingue sans doute par l’ampleur des gestes, la violence, voire l’outrance des expressions. Mais la composition est parfaitement classique, dominée par le souci de symétrie. De part et d’autre du groupe central, formé par le Christ mort, la Vierge et saint Jean, deux couples équilibrent l’œuvre par leur volume, leur mouvement, et même l’identité des sentiments exprimés. Souci de symétrie encore dans L’Enterrement de la cathédrale de Ségovie où les attitudes sont elles-mêmes plus classiques, empreintes d’une plus grande sérénité.

31Toutefois, à l’époque de Juní, la sculpture devient de plus en plus un art autonome qui échappe souvent aux contraintes du retable ou du tombeau. C’est dans l’exécution de figures isolées, Christs, Vierges ou saints, que Juní se livre totalement à son tempérament pour la dilection des foules. Faut-il voir dans ces Christs torturés, dans ces Vierges accablées de douleur, comme la célèbre Vierge des Angoisses, dont le paso monumental termine la grande procession du vendredi saint, dans ces saints enflammés par leur foi, la protestation du peuple espagnol contre les négations des Réformes ? L’affirmation du nécessaire recours à l’intercession de la Mère de Dieu et des plus saints des hommes ? Peut-être, probablement. Alors Juní se situerait au carrefour de la Renaissance et de la première Contre-Réforme.

  • 26 Juan José Martín González, Esteban Jordán, p. 26 et 34.
  • 27 Ibid., p. 34 et 35.

32Avec Esteban Jordán, que Juan José Martín González juge fortement influencé par Gaspar Becerra, c’est une Contre-Réforme dirigée, sûre désormais de ses objectifs et de ses moyens qui s’impose aux artistes. « Sans aucun doute les résultats de la 25e session du Concile de Trente (1563) essayant de contenir l’anecdotisme ingénu mais édifiant de la sculpture du Moyen Age ou de la première Renaissance eurent des conséquences immédiates sur la sculpture espagnole et sur la jordanesque... L’idéal de mesure, de clarté, de prudence, qui épargne de possibles erreurs dans l’interprétation des Écritures, idéal qui émane de Trente, empêche les artistes de se livrer à la frénésie d’une imagination libre »26. L’esthétique trentine recommande la clarté, l’ordre, la hiérarchie. Elle réduit notablement le nombre des thèmes traités : scènes de la vie du Christ et de la Vierge, choisies plus volontiers parmi les mystères joyeux ou glorieux que parmi les mystères douloureux : Nativité, Adoration, Prédication parmi les docteurs, Résurrection, Ascension, par exemple lorsqu’il s’agit du Christ27.

  • 28 Juan José Martín González, Esteban Jordán., p. 48.

33Martín González explique ainsi la simplicité de lignes et le caractère monumental des retables de cette époque (ainsi celui de l’église de La Magdalena), l’absence d’expression et la monotonie des attitudes des personnages de Jordan ou de ses contemporains. Personnages qui se livrent par la parole alors que « pour Berruguete et Juní la parole n’est pas nécessaire », qui ne valent pas par eux-mêmes mais par leur représentation afin de susciter le souvenir plus que la vénération et d’échapper ainsi aux accusations d’idolâtrie lancées par les protestants. Cette tendance triomphe après 1570 ; elle caractérise bien d’ailleurs « une génération dépourvue de la tension spirituelle de celle de Berruguete et Juní »28.

34Bien entendu la sculpture est encore créatrice de spectacle. Elle embellit les églises, voire les maisons, elle fait la grandeur des processions admirées par le Portugais Pinheiro et le Français Joly. Les pasos de l’actuelle Semaine sainte de Valladolid, l’une des plus fameuses, proviennent tous des grands ateliers du Siècle d’Or.

3) Éclat de la peinture et des arts décoratifs. Les collections

35L’école castillane de peinture ne saurait prétendre à une aussi haute appréciation et Valladolid n’a pas abrité les ateliers de peintres de réputation internationale. Elle reste en ce domaine bien inférieure à Séville où se préparent les merveilles du xviie siècle, où déjà le xvie est créateur de rares beautés.

  • 29 Esteban García Chico, Documentos para el estudio del Arte en Castilla, Pintores, I, p. 74.
  • 30 Ibid., p. 244-268 et 298-350.
  • 31 Ibid., p. 192-197.

36Ce n’est pas dire que la ville et la région n’aient pas produit de peintres de talent. Certains, comme Jerónimo Vázquez « peintre d’un certain relief » ou Gregorio Martínez « une des figures maîtresses de l’école de Valladolid » pour reprendre les termes mêmes d’Esteban García Chico, ont été assez estimés pour se voir proposer des commandes par de lointains clients. Le premier par exemple, dont les goûts italiens étaient évidents, a pu ainsi travailler pour la chapelle de San Francisco de Talavera et pour la collégiale de Villagarcía de Campos29. Le gendre d’Esteban Jordán, Pedro de Oña, a travaillé pour Rioseco et Ampudia ; et Francisco Martínez, un bon peintre de la fin du xvie siècle, a peint pour Palencia, León, Medina del Campo, Alaejos, etc.30. Gregorio Martínez a pu jouir d’une réputation assez grande pour que le richissime Fabio Nelli lui confie la peinture de sa chapelle dans le couvent de San Agustín. Il reste d’ailleurs de Martínez, exposée au Musée de Sculpture, une assez belle Annonciation de goût florentin qui provient de cette chapelle. Et l’église de La Magdalena possède encore certaines toiles de ce peintre31. D’autres peintres, tels Juan Tomás Celma, Benito Ronco, Pedro Díaz Minaya qui peignit la chapelle du docteur Mercado au monastère de San Pablo, méritent une mention.

37Toutefois les limites de la peinture vallisolétaine ne peuvent être contestées. La facture peut être habile et brillante la couleur, l’inspiration manque. Fidèles aux influences italiennes, les peintres sont loin de cette liberté, de cette originalité qui distinguent les sculpteurs. Il est vrai qu’ils dépendent bien souvent de ceux-ci et que leurs commandes sont de caractère presque exclusivement religieux. Mais le choix de ces sujets religieux, conformes aux idéaux de l’époque, n’a nullement paralysé le génie des sculpteurs.

  • 32 Esteban García Chico, op. cit., p. 197-198.

38Aussi est-il plus intéressant d’observer le goût des Vallisolétains de ce temps pour la peinture. Il se traduit par l’achat fréquent d’œuvres d’art, voire par la constitution de collections de tableaux. Artisans et commerçants participent à ce goût. Sujets religieux presque toujours, bien entendu. Un document reproduit par Esteban García Chico concerne une commande de cinq toiles du marchand Gabriel de Paz à Gregorio Martínez en 1597. En voici les sujets : Adoration des Rois, Nativité de Notre-Seigneur, Salutation, Fuite en Égypte ( ?), Enfant Jésus et saint Jean32.

  • 33 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 146 ; Leg. 445, fol. 3 et suiv. ; fin du Leg. s.f.

39Cet exemple illustre le cas le plus fréquent. Parmi les 383 inventaires que j’ai examinés, 29 comportent plusieurs toiles (lienzos). Qu’il s’agisse de quelques toiles ou de véritables collections comportant plus de 20 tableaux (sans parler des tablas ou des statuettes), la domination du sujet religieux est manifeste, écrasante. Une seule exception : la collection du maréchal des logis Claude Cilli, de probable origine italienne, avec 51 toiles dont moins de 10 traitent un thème religieux. Le doute est permis à propos de Francisco de Fonseca, seigneur de Coca et Alaejos, ou du licencié Bartolomé de Herrera, avocat à la Chancellerie, dont les collections comportent une forte proportion de toiles flamandes33.

40Ailleurs, le Christ, la Vierge et les saints sont les sujets ordinaires. La piété mariale est particulièrement vive : presque tous les possesseurs de toiles possèdent une ou plusieurs Vierges (22 sur 25) : têtes de Madones, Vierges à l’Enfant, Notre-Dame au pied de la Croix, et, bien sûr, témoignage d’une dévotion locale, Notre-Dame de la cinquième Angoisse, qui apparaît huit fois et à qui sont même consacrés deux retables de toile.

41L’imagerie du Christ affirme une prédilection pour le thème de la passion. Simples toiles ou retables, les Ecce Homo, les Christs en Croix et les Descentes de Croix sont plus nombreux que les Nativités, les Adorations des Rois, les Enfants Jésus ou que les scènes de la vie de Notre-Seigneur tel le miracle de la Multiplication des pains. Parmi les saints, un apôtre, Jean, et un fondateur d’ordre, François, paraissent jouir de la faveur du public. Il en est d’autres, saint Jérôme, saint Jean-Baptiste, saint Dominique, mais aucun ne bénéficie de la popularité atteinte par deux saintes femmes, Madeleine et Véronique, qui apparaissent dix fois chacune.

  • 34 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281.
  • 35 A.H.P.V., Leg. 575, fol. 583.
  • 36 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 2109 et Leg. 438, s.f.
  • 37 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 1411 ; Leg. 767, s.f. ; Leg. 66, fol.1053.

42Seules les collections font place aux œuvres profanes. J’en connais au moins neuf, ce qui me paraît considérable puisque ma recherche dans les archives notariales est loin de présenter un caractère exhaustif et n’a que valeur de sondage. Elles appartiennent toutes à des hidalgos ou à des letrados. Outre celle de Claudio Cilli, certaines étaient remarquables : ainsi Pedro Enríquez, professeur de philosophie à l’Université, possédait une cinquantaine de toiles dont une madone originale du grand Raphaël (l’inventaire précise qu’il s’agit bien de Raphaël d’Urbin), une copie du Jugement de Michel-Ange et de très nombreuses estampes34. Don Antonio de La Cerda ne possédait que 22 toiles mais plusieurs de grande valeur, dont deux de Jérôme Bosch, ainsi une Nativité35. Don Francisco de Barrionuevo, auditeur à la Chancellerie et Don Pedro Laso de Castilla figurent aussi parmi les collectionneurs notables, possesseurs d’une quarantaine de toiles avec Doña Luisa Enríquez et Bartolomé de Herrera36. Toutes ces collections comportent, je le répète, quelques œuvres profanes, surtout des portraits de famille ou de souverains, voire des nymphes, des dames ou des paysages des Indes. En revanche les artisans ou commerçants qui ont acquis plusieurs toiles comme le tripier Nicolás Paz, le cirier Antonio de Montoya ou le cordonnier Diego de Aguero n’ont que des tableaux d’inspiration religieuse37.

  • 38 A.H.P.V.,Leg.51, fol. 146. Il faut cependant se méfier des prix. Ceux-ci n’ont pas toujours de rap (...)

43Quant à la collection de Claudio Cilli, elle mérite une place à part, car elle est significative de l’esprit et des goûts de la Renaissance comme du rôle de l’influence italienne et flamande dans les arts plastiques : seule de celles que j’ai recensées dans les registres notariaux, elle contient des nus féminins et masculins, seule ou presque elle propose des œuvres mythologiques à la gloire de Mars ou Vénus, des représentations de villes italiennes, ainsi Naples, Bologne, Milan, Pavie, ou d’autres villes comme Bruxelles, Alger et Tunis. Les portraits féminins sont nombreux : visages de femmes, femmes en pied, femme jouant du luth. Mais aussi les portraits d’hommes : ceux du maréchal des logis et de son père, un portrait équestre de Charles Quint, un autre du roi Jean de Portugal ; des scènes chevaleresques dans le goût flamand : chasse de Bruxelles, tournoi de Bruxelles, fête sur l’eau... chanteurs... enfants... Bataille de Pavie... L’évaluation de ces toiles, faite en 1553, aucune ne dépassant 6 ducats, ne paraît pas indiquer qu’il s’agit d’œuvres de maîtres. Mais ce sont ici les goûts du propriétaire qui provoquent notre intérêt38.

  • 39 Esteban García Chico, op. cit., p. 388-399.
  • 40 A.H.P.V., Leg. 883, fol. 172.
  • 41 A.H.P.V., Leg. 485, fol. 570.

44Il est bien évident que beaucoup de grands seigneurs devaient posséder des collections plus belles encore. On peut penser que c’était le cas des comtes de Benavente. Grâce à Esteban García Chico, nous savons que l’un de ces comtes, Juan Alfonso Pimentel, avait accumulé des œuvres de grande valeur signées par Rubens, le Greco, Ribera, le Caravage... La présence de toiles de ces deux premiers maîtres permet de croire que cette collection avait été commencée dès le xvie siècle39. Il reste certain en tout cas que le goût du luxe et des belles choses qui caractérise la société vallisolétaine en ce siècle se manifeste volontiers par l’acquisition et la recherche d’œuvres d’art à l’origine parfois lointaine puisque Raphaël et Jérôme Bosch, Rubens et le Greco ont pu travailler, sciemment ou non, pour des gens de Valladolid. Et ce goût, ce luxe, sont contagieux puisqu’ils affectent artisans et commerçants aisés, quoique ceux-ci s’en tiennent aux thèmes religieux. Faut-il rappeler que les bijoux dont se parent les femmes, les tapisseries, les guadamecis, les céramiques de Talavera ou de Bohême, la vaisselle d’argent, dont s’ornent les maisons, témoignent aussi d’une grande dilection pour les arts décoratifs. Et d’abord pour l’orfèvrerie dont Valladolid est la capitale espagnole, qui peut faire vivre, en 1561, après le départ de la Cour, 64 orfèvres parmi lesquels beaucoup sont alors fameux. Certes ces bijoux dont nous avons admiré la profusion sont, avec la vaisselle d’argent, la production la plus courante de ces orfèvres. Mais il leur arrive de produire, pour les églises ou pour les riches, de très belles pièces, ainsi cette ancre d’or, sertie de vingt-cinq diamants, que Don Luis Enríquez de Cabrera, amiral de Castille, duc de Medina de Rioseco, fit exécuter en 1597 pour 300 ducats par Francisco de Palenzuela40, et l’on sait que c’est au plus célèbre des orfèvres de son temps, Juan de Arfe, un Salmantin cependant, que l’Église Majeure de Valladolid commanda en 1587 sa grande custode, achevée en 1590, une œuvre qui devait flatter le goût du spectacle des Vallisolétains puisque le relief des ciselures devait être tel « que l’on en puisse jouir de loin »41.

45Ce recours à l’extérieur en fait d’orfèvrerie n’est qu’exception. La réputation des orfèvres de Valladolid n’est plus à faire en Castille.

  • 42 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 98.

46A peine moindre celle de ses ferronniers d’art dont les villes voisines, telle Medina del Campo, recherchent les services et qui créent, pour des demeures nouvelles, certaines des plus belles grilles du Siècle d’Or42.

47En revanche, les inventaires après décès pourraient indiquer un goût mesuré de la musique. Très rares sont les instruments de musique possédés par les Vallisolétains : quelques rares trompettes, quelques violes, quelques luths, plus rares encore monocordes et clavecins. Mais la musique de ce temps n’est-elle pas surtout musique sacrée, orchestrée par l’orgue ? Nous savons alors le soin avec lequel les églises, et tout spécialement l’Église Majeure, choisissaient leurs organistes.

II. — LA QUÊTE DE LA CONNAISSANCE

  • 43 Marcelino Menéndez Pelayo, Historia de los Heterodoxos españoles, t. IV, p. 391-392.

48Ville ouverte à tous les courants artistiques du siècle, que traduit le génie castillan, cela doit être évident. Mais encore « lieu choisi pour la diffusion des idées qui couraient alors en Europe »43.

I) Une culture de minorité

  • 44 Marcel Bataillon, op. cit., p. 557.

49Est-il besoin d’affirmer cependant que la discussion de ces idées concerne seulement une élite ? Lorsque Marcel Bataillon écrit que « tout Valladolid se passionnait pour ou contre Érasme »44, entendons le Valladolid qui pense. Ce n’est pas toute la ville, même si toute la ville ou presque a de ces idées, par la prédication, une connaissance sommaire. Car celle-ci ne s’accompagne pas d’une connaissance directe, cherchée à la source du livre. La culture que donne, ou du moins qu’affirme la pratique des livres, n’est alors qu’un fait de minorité.

  • 45 Marcelino Menéndez Pelayo, op. cit., t. V, p. 23 et suiv.

50Cela peut paraître un truisme. Mais Menéndez y Pelayo écrivit que les maraîchères et les petits artisans se passaient et se repassaient un livre de l’archevêque Carranza45. Or je n’en crois rien, pour l’excellente raison que la majorité d’entre eux ne savaient pas lire. Et cela est surtout vrai des femmes.

51Une étude statistique pourrait être entreprise à partir des registres notariaux grâce à l’utilisation systématique de tous les actes. Presque tous les gens, à l’époque, passaient un jour ou l’autre devant notaire et lorsqu’ils ne savaient pas écrire, ils le disaient au moment de signer. Sans doute n’y a-t-il pas identité totale entre ceux qui ne savent pas écrire et ceux qui ne savent pas lire, mais au moins une coïncidence partielle.

  • 46 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

52Je n’ai pas entrepris une telle étude mais je ne manque pas d’exemples. Je puis signaler parmi ceux incapables de signer un barbier et sa femme, la femme d’un relieur, celle d’un libraire, celle d’un changeur (important personnage cependant), celle d’un cordonnier. Des 7 maîtres artisans qui dirigent les travaux publics à Valladolid en 1559, 2 ne savent ni lire ni écrire46.

  • 47 Archivo parroquial de Cabezón, Libro de Bautismos, n° 3.

53Lorsqu’il s’agit de paysans, de laboureurs, de maraîchers, l’analphabétisme est quasi général. Je pourrais rappeler que les paysans de Fuenteovejuna, mis en scène par Lope, déclaraient qu’ils ne savaient pas lire. Le curé de Cabezón écrit à la fin du siècle, en marge du livre de baptêmes, cette note précieuse : « Bien souvent à Cabezón on ne trouve pas de parrain qui sache écrire, ni de témoins qui sachent lire, et encore moins écrire »47. J’ai examiné tous les registres notariaux conservés de Villanubla, plusieurs de ceux de Cigales et de Tudela. Dans aucun inventaire de biens de laboureur je n’ai trouvé le moindre livre.

54Je ne crois pas qu’il s’agisse d’un hasard. Car aucun des inventaires de laboureurs ou de maraîchers habitant Valladolid ne mentionne de livre alors même qu’il s’agit de gens ayant atteint l’aisance.

  • 48 Voir notamment A.H.P.V., Leg. 41, fol. 13 et Leg. 66, fol. 1053. Un travail inédit réalisé à Tolèd (...)

55En revanche il arrive que les artisans ou les marchands possèdent des livres. Cela est rare, mais cela se produit. Parmi les 45 propriétaires de livres que j’ai trouvés (sur 385 inventaires étudiés) il y a 6 artisans et 2 marchands. Ce sont d’ailleurs gens aisés, pour ne pas dire riches. Mais ils ont peu de livres : le tailleur Gaspar Hernández n’en a qu’un, un Flor Santorum, la veuve de l’orfèvre Estacio Melgar n’a que 2 livres de prières, l’orfèvre Cristóbal Remón, le passementier Hernando de La Dueña et le cirier Antonio de Montoya en ont trois dont Sermons et Évangiles mais aussi, pour l’un d’entre eux, un Marc-Aurèle. Le pâtissier Pero Pérez possède 6 livres dont l’Échelle spirituelle de saint Jean Climaque, le Dialogue de la vérité de Pedro de Medina et la Chronique d’Espagne. Seuls le marchand Bartolomé de Ávila qui a 12 livres (des romans de chevalerie mais aussi des vies de saints et la Vita Christi de Ludolph de Saxe) et surtout le cordonnier Diego de Aguero qui en a réuni 25 (parmi lesquels on distingue des traités de droit canonique et de droit civil, divers vocabulaires, le Traité des lettres de Gaspar de Tejeda imprimé et plusieurs fois réédité à Valladolid, quelques livres de piété, un Flor Santorum et un Virgile), seuls ces deux hommes peuvent être considérés comme ayant vraiment le goût de la lecture. Encore Diego de Aguero est-il si conscient du caractère exceptionnel de sa « bibliothèque », qu’avant de mourir, en 1571, il incorpore expressément ses chers livres dans le majorat qu’il constitue pour l’un de ses fils48.

  • 49 C’est ainsi que la bibliothèque de Pedro Enriquez compte 852 ouvrages, celle de Diego Mudarra 500, (...)

56Les trois quarts des propriétaires de livres sont donc des letrados, des hidalgos ou des hommes d’Église, c’est-à-dire des gens à qui le privilège de la fortune, de la fonction et du loisir donne tout à la fois la possibilité et le goût de lire. Seuls ils ont de véritables bibliothèques, souvent plus de 100 ouvrages, voire plusieurs centaines49. Et c’est dans ces bibliothèques qu’apparaît avec une évidente netteté la marque de la nouvelle culture, celle de la Renaissance.

2) Foyers de diffusion de la culture

57La nature même des principaux foyers de culture explique la place conservée par la culture traditionnelle, héritée du Moyen Age. L’un de ces foyers est évidemment l’Université.

  • 50 C. M. Ajo G. y Sainz de Zúñiga, Historia de las Universidades Hispánicas, t. II, p. 256.
  • 51 Marcel Bataillon, op. cit., p. 261-262.
  • 52 Cf. infra, même chapitre, p. 525.

58Depuis l’Université d’Alcalá, création du cardinal Cisneros, l’humanisme rayonne en Espagne. En revanche, les Universités de Salamanque et Valladolid conservent leurs préférences à la scolastique : à Valladolid, c’est la Somme de saint Thomas qui est la matière première de l’enseignement des chaires de Durando et Vísperas, et c’est Aristote qui constitue le fondement de l’enseignement philosophique50. Toutefois, l’Université de Valladolid est sensible aux nouveautés : Marcel Bataillon signale le rôle qu’elle a joué dans la conférence des théologiens réunie en 1527 à propos d’Érasme, grâce à deux érasmisants convaincus, l’abbé et chancelier Alonso Enríquez et un professeur, Alcaraz ; grâce aussi à l’action des adversaires d’Érasme, Juan de Arrieta, professeur de théologie à l’Université ou le maître Victoria qui enseignait au collège de Santa Cruz51. Les milieux universitaires participent donc au grand débat que soulève Érasme. L’enseignement de la médecine ne se satisfait pas de références continuelles à Hippocrate ou Galien puisque celui de l’anatomie s’appuie sur Avicenne et puisqu’une chaire de chirurgie est créée à la fin du siècle. Enfin un personnage comme le professeur de philosophie Pedro Enríquez, si l’on en juge par l’inventaire de ses biens, est un véritable homme de la Renaissance52.

  • 53 Marcel Bataillon, op. cit., p. 78.
  • 54 Fray Gonzalo de Arriaga, Historia del Colegio de San Gregorio, p. 63.
  • 55 A.H.N., Clero, Codex 909 b. En fait 30 pensionnaires à partir de 1504, puis 35 à partir de 1525, c (...)
  • 56 Fray Gonzalo de Arriaga, op. cit.

59Le collège de San Gregorio est un autre foyer de culture assez remarquable. Marcel Bataillon le considère comme une véritable faculté de théologie et la théologie est au cœur d’une culture dont le problème fondamental est celui des rapports entre les hommes et Dieu53. Mais si l’un des buts de la fondation du collège est de servir l’étude et la diffusion de la doctrine thomiste, un autre est de « servir la culture de l’Espagne encore à demi barbare »54. Regroupant l’aristocratie intellectuelle de l’ordre dominicain puisque ses 20 pensionnaires étaient choisis parmi les jeunes moines de San Pablo de Valladolid, San Esteban de Salamanque (deux pour chacun de ces couvents), et des couvents de Burgos, Palencia, Peñafiel, Medina, Ávila, Léon, Ségovie, Toro, Tolède, Zamora, Cordoue, Séville, Grenade, Santa María de Mena, le collège exigeait des bacheliers bons théologiens, bons grammairiens, ayant déjà fait une année de logique et démontrant de réelles aptitudes scientifiques55. Les statuts qui prévoyaient sept ans d’études rendaient obligatoires les leçons de philosophie, logique, théologie, bible, mais rendaient aussi possibles les spécialisations et l’assistance aux cours de l’Université lorsque ceux-ci étaient assurés par des maîtres éminents. Le collège a formé des hommes de premier ordre, appelés à de hautes fonctions : Fray García de Loaysa, devenu Président du Conseil des Indes, puis archevêque de Séville et Inquisiteur général ; Fray Alberto de Las Casas, futur général des dominicains ; Fray Jerónimo de Loaysa, premier archevêque de Lima et fondateur de son Université ; Fray Bartolomé de Carranza y Miranda, appelé à Valladolid lors de la famine de 1540 « le père des pauvres », archevêque de Tolède, mais qui connut les prisons de l’Inquisition ; Fray Luis de Granada, l’un des grands écrivains de son temps ; Fray Hernando del Castillo, plus tard ambassadeur au Portugal56. Le collège de Santa Cruz a formé pour sa part des gens de qualité, mais dans une perspective plus universitaire...

  • 57 Marcel Bataillon, op. cit., p. 166.
  • 58 Ibid., p. 194, 427.
  • 59 Marcelino Menéndez Pelayo, op. cit., p. 390 et suiv. ; Marcel Bataillon, op. cit., p. 540-557.
  • 60 Fouché Delbosc, Revue Hispanique, 1899, p. 417. Et Narciso Alonso Cortés, Miscellanea Vallisoletan (...)
  • 61 Narciso Alonso Cortés, Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 617 ; p. 798.

60Ce serait sans doute une grossière erreur de négliger les cercles privés où s’est développée la culture la plus libre, où pénétrèrent les idées les plus audacieuses. La Cour fut elle-même l’un de ces cercles, dans les premiers temps du règne de Charles Quint, lorsqu’elle regroupait à Valladolid des hommes acquis à Érasme, dont l’influence était grande sur l’Empereur : Gattinara, Juan de Vergara, Alonso de Valdés57. Cela dans les années vingt. A la même époque Pedro de Cazalla, haut fonctionnaire des finances royales, tenait un cénacle que fréquentaient son frère Juan, l’un des premiers alumbrados, et la beata Francisca Hernández qui exerça une forte influence sur de jeunes clercs : ce milieu de la haute bourgeoisie vallisolétaine aux préoccupations intellectuelles évidentes paraissait acquis aux idées de liberté religieuse et, sous l’impulsion de l’Amiral de Castille, Don Fadrique Enríquez, l’aristocratie de la ville voisine de Rioseco suivait le même chemin de réflexion. Dans les années suivantes, autour de 1530, Valladolid aura ses cénacles évangéliques, comme Tolède, Alcalá ou Palencia58. Et de tels cercles persisteront dans la ville jusqu’à l’arrestation du groupe d’Agustín de Cazalla, le fils de Pedro, en 1558 : groupe de luthériens, prétend Menéndez Pelayo, ce qu’on ne peut plus croire, semble-t-il, après la démonstration de Marcel Bataillon59. Mais ils témoignent en tout cas d’une liberté d’esprit et d’une hardiesse dont les copias du deuxième provincial, attribuées à Don Diego de Acuña et qui provoquèrent l’arrestation de plusieurs notabilités de la ville, nous offrent une autre manifestation60. L’activité intellectuelle s’exprimait alors de très diverses façons : une dame de Valladolid, Beatriz Bernai, publiait en 1545 un roman de chevalerie, l’histoire du chevalier Don Cristalion d’Espagne qui devait être traduit à Venise en 1557 et réédité à Alcalá en 1586. Narciso Alonso Cortés affirme qu’il obtint un grand succès. Juan Lorenzo Ottavanti, un changeur florentin installé au bord du Pisuerga, traduisait du toscan, de 1548 à 1551, Le triomphe de la croix, Circé, puis les Discours de Machiavel61.

61De nombreux ouvrages d’ascétique ou de piété composés par des habitants de la ville (et tout particulièrement les livres de l’évêque de Mondoñedo, Fray Antonio de Guévara) étaient imprimés et réimprimés avec ferveur.

62Après les grands autos de fe et la désertion de la Cour, ces foyers spontanés de culture ne se sont pas éteints. Mais ils ne brûlent plus du même feu. Académies et cercles s’orientent désormais vers des activités moins dangereuses : concours de poésie par exemple. Cela ne signifie pas que le goût des nouveautés soit passé. On en jugera par la diffusion du livre.

3) Le livre à Valladolid

a) L’imprimerie

  • 62 Il est cependant évident que certains ouvrages ont pu échapper aux recherches des auteurs de ces c (...)
  • 63 C. Pérez Pastor, La Imprenta en Toledo, Madrid, 1887 ; La Imprenta en Medina del Campo, Madrid, 18 (...)

63Car Valladolid fut l’un des principaux centres de l’imprimerie espagnole. Au xvie siècle dans le royaume de Castille, seules Séville et très certainement Salamanque dépassent largement Valladolid pour la production de livres62. Tolède se classe aussi avant Valladolid, mais la différence est minime. Ainsi Séville aurait jusqu’en 1600 imprimé 751 ouvrages, Tolède 419, Valladolid 396. Des villes comme Medina del Campo avec 248 éditions ou Cordoue, avec 51 seulement, viennent loin derrière. Évidemment, je parais oublier Madrid qui, en 1600, a déjà imprimé au moins 769 livres, plus que Séville elle-même. Mais le cas de Madrid est spécial : jusqu’en 1566 il n’existe pas d’imprimerie madrilène. Seul le choix de la ville comme capitale fait naître l’imprimerie, et la publication de tous les documents officiels, assurée jusque-là par diverses villes (Valladolid, Tolède, Alcalá, Burgos...), explique qu’en un tiers de siècle (1566-1600), la nouvelle capitale ait produit de l’imprimé avec une telle abondance. On ne peut oublier cependant que jusqu’en 1566, ce fut le néant63.

64L’imprimerie apparaît à Valladolid dès 1481, un peu plus tard qu’à Séville où le premier ouvrage aurait été imprimé en 1476, un peu avant Tolède où la première publication est de 1483, bien avant Medina del Campo et Cordoue où l’imprimerie ne se manifeste qu’en 1511 et 1556. Toutefois, pendant quelques années, l’imprimerie vallisolétaine ne livre que des Bulles d’indulgence sorties des presses du monastère de Nuestra Señora del Prado dont nous connaissons le privilège partagé avec Tolède. Le premier imprimeur privé fut un Français, Jean de Francour, qui publia en 1492 un Traité de confession suivi de deux autres ouvrages avant la fin de l’année 1493. Dans la première imprimerie vallisolétaine l’on découvre ainsi l’influence étrangère comme à Séville où, si le premier ouvrage publié est dû à un Espagnol, Antonio Martínez, les étrangers dominèrent l’imprimerie dans les années quatre-vingt-dix, surtout les Allemands : Paul de Cologne, Jean Peguizer de Nuremberg qui domina la production sévillane de 1490 à 1503, Thomas Ungut, Stanislao Polano ( ?), le Savoyard Pierre Brun, et le Génois Jean Gentil ; comme à Medina del Campo où les Millis, d’origine italienne, jouèrent un grand rôle.

65Dès 1500 Valladolid avait imprimé au moins 24 ouvrages contre 20 à Tolède, mais 111 à Séville où le départ fut, on le voit, très rapide. L’activité la plus soutenue des imprimeurs vallisolétains correspond aux années de séjour continu de la Cour, ces années 1544-1559 déjà décrites comme celles du « boom ». En seize ans, 114 éditions furent exécutées, ce qui représente une moyenne annuelle de 7,12 alors que la moyenne générale du siècle est de 3,72 et que celle des quarante et une dernières années est de 4,19. Une évolution semblable peut être observée à Tolède pour des raisons analogues : la moyenne annuelle des éditions dans la cité impériale n’est plus que de 3,85 à partir de 1561. A l’égal de celle de Valladolid l’imprimerie tolédane a pâti du choix de Madrid comme capitale et du développement consécutif de l’imprimerie madrilène.

b) Les livres imprimés à Valladolid

66Mais quels livres imprime-t-on à Valladolid ? La réponse à cette question peut, mieux qu’un indice statistique de l’activité de l’imprimerie, préparer une définition de la culture. On conservera cependant à la première approche de cette réponse un caractère statistique.

Œuvres imprimees a Valladolid de 1481 a 1600

Œuvres imprimees a Valladolid de 1481 a 1600
  • 64 D’après Mariano Alcocer Martínez, op. cit.

67N.B. — La différence entre le nombre des livres (352) et celui des éditions (396) est due aux rééditions d’un même ouvrage64.

68Une première constatation : pour importante qu’elle soit, la publication d’œuvres à caractère religieux n’est pas prépondérante. Même si l’on tient compte des traités de droit canonique, des livres d’histoire religieuse ou d’éloquence sacrée, voire de toute production philosophique (interprétation abusive d’ailleurs), les œuvres profanes restent plus nombreuses. C’est un résultat qui peut paraître étonnant.

69Certaines de ces œuvres profanes affirment l’influence italienne, véhicule naturel de l’humanisme. Ainsi furent imprimés à Valladolid en 1524 les Cient novellas de Boccace, rééditées en 1539 puis en 1550, preuve évidente d’un grand succès, et deux ouvrages de son ami Pétrarque, dont Triomphes en 1541. La traduction du livre fameux de Baltasar Castiglione II cortiggiano par Boscán fut également publiée en 1569 à Valladolid comme les traductions du Vénitien Dolce, par Ottavanti. La publication en 1553 des œuvres de Boscán et de Garcilaso de la Vega, dont on connaît l’inspiration, venant après l’édition de Medina del Campo, confirme le goût italien.

70Autre marque de l’humanisme, la découverte des auteurs anciens dont plusieurs traductions en romance sont éditées à Valladolid : un Salluste en 1500, réédité en 1503 ; la sixième satire de Juvénal en 1519, et, la même année, la traduction de l’Iliade, due au poète Juan de Mena, Contre le désir des richesses de Plutarque en 1538, les Métamorphoses d’Ovide en 1589... Marques légères cependant, qu’on aurait attendues plus nombreuses, qui pourraient égarer l’interprétation si les inventaires de bibliothèques ne rétablissaient la vérité.

71Le précieux catalogue de Mariano Alcocer permet encore d’observer le goût des Vallisolétains pour la littérature d’imagination en vers ou en prose : outre les œuvres de Boscán et de Garcilaso, Valladolid édita celles de Juan de Mena en 1536 (et leur succès provoqua une réédition en 1540), puis celles du poète catalan Ausias March en 1555, le chansonnier d’Alonso Fuentes en 1577. D’autre part, de nombreux romans de chevalerie ont été imprimés à Valladolid, treize au moins dont deux, Don Cristalion d’Espagne et le Livre du chevalier Lepomène, furent composés par une dame de la noblesse vallisolétaine, Doña Beatriz Bernai, qui les publia en 1545. Parmi les romans, beaucoup de titres célèbres : l’unique traduction connue en castillan de Tirant le blanc, éditée en 1510, Fleur et Blanchefleur, la Chronique de Florisel de Nicée, celle de Palmerin d’Olive, Félixmarte d’Hircanie de Melchor Ortega éditée en 1556 et réédité dès l’année suivante, etc. La vogue des romans de chevalerie semble avoir connu deux moments privilégiés à Valladolid : la première partie du siècle jusqu’en 1545, avec huit publications, et les années 1585-1594 avec quatre titres. De 1545 à 1585, un seul roman de chevalerie, à ma connaissance, fut édité : Félixmarte d’Hircanie. Il est curieux de constater que la présence de la Cour à Valladolid marquée par une grande activité de l’imprimerie fut très peu favorable à la publication de ce genre d’ouvrages. Faut-il en conclure que le public avait alors d’autres exigences ? On serait tenté de le croire. C’est l’époque du grand succès des livres d’ascétique : dès 1542 Francisco Ximénez publie son Carro de las Donas, variation sur la vie et la mort de l’homme chrétien. Mais on lit surtout Antonio de Guévara, évêque de Mondoñedo : sa Correspondance, éditée en 1541, fut réimprimée en 1542, 1544, 1545, 1549 ; la première partie du Mont Calvaire publiée en 1545 dut être rééditée en 1546, 1548, 1551 ; même triomphe pour la deuxième partie, avec trois éditions : 1549,1550, 1552. Succès réel des livres de Juan de Dueñas qui publie en 1545 son Remède des Pécheurs, en 1550 et 1552 deux fragments du Miroir de Consolation et en 1553 son Miroir du Pécheur. A la même époque on imprime encore le Jardin de l’Ame chrétienne de Díaz Tanco de Fregenal et les 400 réponses d’Escobar. Après 1580 le goût pour les livres d’ascétisme se ravive. On voit paraître le Retable de la vie du Christ de Juan de Padilla en 1582, l’Échelle spirituelle de saint Jean Climaque commentée par Luis de Granada en 1583 et en cette même année l’Agonie et Passage de la Mort d’Alejo Vanegas, en 1584 l’Instruction Chrétienne de Juan Luis Vives, en 1589 les Commentaires sur l’Apocalypse de Gaspar de Melo. L’Enrichissement spirituel de Francisco Arias et le Traité de l’Amour de Dieu de Cristóbal de Fonseca, parus l’un en 1592, l’autre en 1574, furent réédités dès l’année suivante et en 1598 on publiait la Consolation de Boèce en romance. Les préoccupations proprement théologiques n’ont jamais été oubliées comme le prouve le succès de la Summa de Francisco de Vitoria : trois éditions en 1560, 1561, 1595.

72Dernière remarque : outre les publications à caractère pratique en nombre notable et parmi lesquelles on détachera le célèbre Traité sur les changes, les contrats de marchands et la réprobation de l’usure de Cristóbal de Villalón, qui connut trois éditions en 1541, 1542, 1546, la liste des livres imprimés à Valladolid exprime l’intérêt du public pour l’histoire qui se fait, celle de la découverte du monde, les problèmes des Indes. On édite le récit de la controverse entre Bartolomé de Las Casas et Ginés de Sepúlveda, la Relation des voyages aux Indes d’Alvar Núñez Cabeza de Vaca, l’un des livres de la monumentale Histoire Générale des Indes de Gonzalo Fernández de Oviedo, le Théâtre du Monde traduit du français, la Description de l’Amérique ou du Nouveau Monde d’Hernando de Solis, la Relation Universelle du Monde de Juan Botero.

  • 65 Plusieurs œuvres de Luis de Mercado ont été éditées à Valladolid en 1572, 1574, 1579, 1584, 1586, (...)

73Simple échantillonnage où n’ont pas trouvé place les livres de médecine, ceux de Luis de Mercado et de Dionisio Daza Chacón notamment65.

  • 66 A.H.P.V., Sección Simón Ruiz, C 4, fol. 219 et C 5, fol. 251-252.
  • 67 A.H.P.V., Leg. 440, fol. 1226 et suiv.

74Mais cela n’a pas d’importance car les éditions réalisées à Valladolid ne nous offrent qu’une première indication. Elles ne sauraient suffire à définir la culture des élites intellectuelles pas plus qu’elles n’ont suffi alors à étancher leur soif de connaissance. L’étude des inventaires de bibliothèques révèle, dans les meilleurs cas, une curiosité universelle manifestée par l’appel à des libraires lointains : Don Pedro de Castro y Quiñones demande ainsi à Simon Ruiz, en novembre 1566, de lui faire venir de France des livres rares dont la Géographie de Munster, et remercie en août 1567 parce qu’il les a reçus66. Don Jerónimo de Reynoso possède plusieurs livres édités à Lyon dont un Arétin de 1533, à Turin ou à Venise67.

4) Inventaire d’une culture

  • 68 14 de plus de 100 volumes, 10 comprenant de 20 à 100 volumes auxquelles j’ajoute celle de Pedro Ló (...)
  • 69 A.H.P.V., Leg. 444, s.f.

75Seule en effet l’étude des inventaires de bibliothèques permet de préciser les tendances de cette culture, son ouverture à la Renaissance, à son esprit, à ses recherches. Je ne pense pas qu’il soit abusif de prétendre à la définition de cette culture malgré le petit nombre de documents dont je dispose : à y bien réfléchir, vingt-neuf bibliothèques dignes de ce nom, ce n’est pas rien puisque toutes les catégories sociales qui avaient alors le goût des lettres sont représentées dans ce modeste catalogue où les letrados témoignent d’un avantage logique, puisque les mêmes titres apparaissent dans de nombreux inventaires, ou, sinon les mêmes titres, des livres répondant aux mêmes soucis, puisque ces bibliothèques nous découvrent tout à la fois la force de la tradition, la marque de l’humanisme chrétien, enfin la curiosité pour la nature qui caractérise la Renaissance68. En revanche la littérature d’imagination paraît tenir peu de place dans ces bibliothèques. Et je pense particulièrement aux romans de chevalerie. Je n’ai guère trouvé que deux bibliothèques où ces romans soient bien représentés, outre celle du marchand Bartolomé de Ávila, celle de l’hidalgo Alonso de Salazar qui possédait plusieurs exemplaires de l’Amadis, de Florisel de Nicée et de Belianis de Grèce69.

a) La force de la tradition

  • 70 A.H.P.V., Leg. 40, fol. 565. Dans cette bibliothèque de 150 volumes environ, les ouvrages de scola (...)
  • 71 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 2109 et 2382.

76La tradition médiévale n’est jamais rejetée. Les hommes de ce temps ne se séparent pas si facilement du système de pensée de leurs pères. Même chez des gens qui ont entendu de manière évidente l’appel des humanistes, tel le docteur Juan Bueno, mort en 1540, les œuvres qui transmettent le message de la tradition demeurent souvent majoritaires70. A plus forte raison la tradition exerce-t-elle sa souveraineté sur les gens sans curiosité : le licencié Juan Gómez de Almoroz qui ne possédait que livres de droit canonique et gloses scolastiques, ou le bachelier Cristóbal de La Quadra, mort en 1559, avec ses 132 volumes dont deux seuls titres intéressants : La Célestine et Les commentaires de César. Ou encore le docteur Díaz Morales de Salcedo, Inquisiteur de Valladolid, dont la seule originalité est son goût pour l’histoire (17 livres sur 260) mais qui n’a pu échapper à l’attraction d’Érasme (il en a les Paraphrases) et de Boèce ; Don Francisco de Barrionuevo, auditeur à la Chancellerie cependant, dont les 150 livres sont presque tous instruments de travail, j’entends des livres de droit, chez qui cependant on voit poindre le goût des auteurs anciens : Marc-Aurèle, Cicéron, Plaute, timide manifestation du retour aux sources de la sagesse antique ; quant au bachelier Alonso Ruiz, sa « librairie » est essentiellement composée d’auteurs du Moyen Age. Toutefois s’il possède de nombreuses œuvres d’Aristote, mais aucune de Platon, il ne mérite pas qu’on lui reproche un défaut de curiosité : c’est un familier des auteurs latins (Ovide, Horace, Juvénal, Lucain, Cicéron, Virgile, Térence), il se préoccupe des nouvelles formes de la spiritualité, de poésie et d’architecture71.

  • 72 Voir infra, en fin de chapitre, la liste des possesseurs de livres à Valladolid.

77Mais laissons les cas particuliers. La force de la tradition s’exprime par exemple par la primauté conservée d’Aristote, ce phare de la pensée médiévale, aux dépens de Platon réhabilité par la Renaissance. Si je considère les seules bibliothèques importantes, je découvre onze fois les œuvres d’Aristote (Métaphysique, Éthique, Physique, Politique, Logique, Problèmes, etc.) et six fois seulement celles de Platon, ceci quel que soit le moment : Aristote est présent dans les inventaires de la fin du siècle (1590, 1595, 1598, 1599) aussi bien que dans ceux d’avant 1550 (1540, 1546). Cette fidélité à Aristote s’accorde avec une pareille fidélité à saint Thomas dont les diverses œuvres, et surtout la Somme, se trouvent dans une grande bibliothèque sur deux. Les pères de l’Église sont moins fréquemment lus, semble-t-il, quoique saint Augustin et surtout ses sermons apparaissent souvent (7 fois contre 6 à saint Grégoire le Grand, 4 à saint Jérôme par exemple). Saint Bernard figure également parmi les auteurs médiévaux préférés des Vallisolétains72.

78La fidélité à la pensée médiévale s’affirme plus encore par les gloses de toute nature qui encombrent les bibliothèques : combien de Suma ! Suma Cayetana surtout, mais aussi Suma Silestrina, Suma Rolandina, Histoires scolastiques de Valerio, gloses de Cayetano à propos de saint Thomas, des Épîtres, des Évangiles, et les livres de Pablo de Castro que l’on découvre partout.

79Il est vrai que la présence des traités de droit canonique chez les hommes d’Église ou les letrados s’explique par des raisons professionnelles. Il est parfaitement normal que ces gens possèdent Décrétales, Digestes, Clémentines et Institutes. Il n’en est pas moins impressionnant de constater que certaines bibliothèques sont composées pour plus de moitié par les ouvrages et par les commentaires sur le droit canonique. Qui n’a pas les Abades ? ou les Commentaires d’Imola sur les Digestes et les Clémentines ? Ceux de Fabro sur les Institutes, de Decius sur les Décrétales, de Cifuentes ou de Bartulo ? En revanche les œuvres des grands philosophes du Moyen Age, celles de Gerson, de Scot, d’Avicenne, d’Averroès ou d’Albert le Grand sont beaucoup plus rares. Il n’est guère que Pedro Enríquez pour les posséder toutes.

  • 73 Mentions en 1566, 1571, 1577, 1582, 1585, 1587, 1588, 1589, 1596, trois fois en 1599.

80Enfin la piété garde souvent un caractère médiéval. Si la possession d’un livre d’heures est relativement rare, il n’est presque personne parmi les gens d’élite pour oublier d’acquérir un Flor Santorum, un de ces florilèges de la vie des saints, fertile en exemples édifiants. Du moins en est-il ainsi après 1565. A partir de cette date tous les inventaires à une ou deux exceptions près indiquent un Flor Santorum73.

b) La marque de l’humanisme

81Comment douter cependant que les formes et l’expression de cette piété aient été renouvelées profondément par l’humanisme chrétien et tout spécialement par l’érasmisme dont la grande thèse de Marcel Bataillon a naguère conté le prodigieux succès en pays castillan ?

82Humanisme d’abord par la lecture des auteurs antiques. Les éditions vallisolétaines de Salluste, Juvénal ou Ovide ne donnent qu’une bien faible idée de l’ampleur du mouvement. Je ne crois pas qu’un seul auteur latin de quelque importance ait été totalement absent de Valladolid. Certes tous les auteurs ne jouissent pas du même crédit. Cicéron, Ovide, Virgile et Marc-Aurèle qui apparaissent chacun 8 fois et dont on découvre des traductions en romance bénéficient d’une préférence certaine mais les Commentaires de César, l’Institution Oratoire de Quintilien, les diverses œuvres de Sénèque (6 citations), les Satires de Juvénal et les Histoires de Salluste (5 citations), celles de Tacite, de Justin et de Suétone, les Lettres de Pline le Jeune et l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien, les poésies d’Horace, les Œuvres de Térence, de Lucain et d’Aulu-Gelle sont d’une fréquente lecture (4 citations). On trouve encore dans les inventaires, outre les Vies de Plutarque, Catulle, Martial, Macrobe, Tite-Live, Apulée et son Ane d’Or, les Comédies de Plaute, Lucrèce, Columelle et son De re rustica. J’en passe, et de négligeables...

83Les auteurs grecs sont, il est vrai, beaucoup moins pratiqués et le plus souvent dans une édition latine. Il n’est guère que Pedro Enríquez, une fois encore, pour lire en grec et en latin Sophocle et Euripide, Pindare, Hérodote et Xénophon, sans oublier Homère. Cependant on trouve ailleurs Xénophon et Homère, sans parler bien entendu de Platon dont la découverte a une autre signification.

84Mais l’influence humaniste, c’est aussi celle des grands auteurs italiens : Laurent Valla, Pic de La Mirandole, la Correspondance du pape Pie II (Aeneas Sylvius Piccolomini), les Triomphes de Plutarque, le Roland furieux de l’Arioste, divers poèmes de l’Arétin. C’est dans leur texte italien qu’apparaissent plusieurs de ces œuvres, ainsi le Roland furieux, les comédies de Dante ou encore le livre de Baltasar Castiglione, Il Cortigiano, dont on trouve aussi la traduction castillane, El Cortesano. Mais les humanistes italiens dont les œuvres sont les plus recherchées sont les humanistes chrétiens, Ange Politien, et surtout Marsile Ficin que l’on trouve dans de nombreuses bibliothèques en 1540, 1546, 1551, 1584, 1595 : le traducteur de Platon bien sûr, dont il a été en Espagne le principal introducteur, mais aussi l’auteur du De Theologia Platonica, du De Religione Cristiana, du De Vita, du De Immortalitate Animorum, toutes œuvres qui figurent une ou plusieurs fois sur les rayons des « librairies » vallisolétaines.

85On ne sera pas surpris de trouver dans cette ville de Castille le prince des humanistes à sa vraie place, la première. Longtemps après leur prohibition les œuvres d’Érasme figurent aux inventaires ; Les Adages, parfois sous le titre d’Apothecmata, sont l’œuvre la plus répandue. On les trouve par exemple en 1573, 1582, 1584, 1596, 1598, 1599. L’Enchiridion est également conservé assez souvent ; lors d’une vente aux enchères en 1590 un exemplaire de cette œuvre, possédé d’ailleurs par un prêtre, est même vendu sans aucune dissimulation. Plus rares les Psaumes ou le De Pueris liberaliter instituendis, ou encore les Annotations aux Épîtres et Évangiles. Les registres notariaux de Valladolid constituent ainsi une illustration supplémentaire de la démonstration de Marcel Bataillon.

  • 74 Marcel Bataillon, op. cit., p. 48.

86D’autant plus qu’ils témoignent aussi pour cette préparation à l’érasmisme, par le renouveau de la spiritualité, et pour son long sillage en Espagne, que Marcel Bataillon observait il y a près de trente ans. Il célébrait le succès de la Vita Christi, du chartreux Ludolph de Saxe, traduite par le franciscain Fray Ambrosio Montesino et imprimée à Alcalá de 1502 à 1503, plusieurs fois rééditée par la suite74. Or cette Vita Christi du « Cartujano », j’en retrouve la trace en 1542, 1574, 1577, 1582, 1589 ! S’agit-il de l’Échelle spirituelle de saint Jean Climaque ? On en note à plusieurs reprises la présence même à la fin du siècle : éditions en romance ou en latin (1574, 1585, 1595). Ou veut-on repérer les signes du rapprochement entre conceptions chrétiennes et sagesse antique ? J’ai trouvé plusieurs exemplaires du De Officiis de Cicéron, et plus encore de la Consolation de Boèce, une des bibles du siècle à l’image du Marc-Aurèle. Peut-être encore faut-il considérer comme un résultat de l’érasmisme la fréquence des éditions d’Épîtres et d’Évangiles en romance conservées dans les bibliothèques bien après la proscription de l’index : 1536, 1543, mais aussi 1590, 1598, 1599 ! La Bible, faut-il le dire, est souvent présente, notamment la Bible avec concordances ( ?).

87Il n’est pas douteux que la spiritualité castillane ait longuement exploré le chemin dans lequel l’avait engagée l’illummisme et l’avait confirmée l’érasmisme : religion plus libre à l’égard des rites et des cérémonies, qui prépare les aventures de la mystique. Le Carro de las Doñas fut, on le sait, imprimé à Valladolid. L’Agonie et passage de la mort, du Tolédan Alejo de Vanegas, figure dans deux bibliothèques, et dans une la Lumière de l’Ame chrétienne contre l’aveuglement et l’ignorance. Surtout abondent les diverses parties du Miroir de consolation, les œuvres de Louis de Grenade dont le Mémorial de la Vie chrétienne, et celles de Louis de Léon : Oraisons, Cantiques, Somme, Noms du Christ, ce dernier livre en romance. D’autres publications, plus rarement mentionnées, indiquent les mêmes tendances : Vie de sainte Catherine de Sienne, Le Prince chrétien, Le pécheur endormi, les œuvres de Fray Pedro de Alcántara... Il n’est pas jusqu’au succès du Manuel des confesseurs et du Traité de la pénitence de Navarre pour souligner ce retour à une religion plus intérieure dont l’humanisme chrétien a marqué la voie. L’extrême fréquence des livres relatifs au Concile de Trente, présents dans presque toutes les bibliothèques après 1570, souligne l’attention portée à l’actualité religieuse.

c) L’esprit de curiosité

88Mais l’humanisme, c’est aussi la curiosité retrouvée. Premier objet de cette quête, l’Antiquité révèle déjà, par les choix qu’elle indique, d’autres curiosités prêtes à grandir. Pourquoi cet intérêt pour les géographes de l’Antiquité, Pomponius Mela notamment, mais aussi Strabon, Ptolémée, Denys d’Alexandrie, sinon parce que les découvertes du siècle enflamment les imaginations. Les « descriptions » modernes rejoignent dans les bibliothèques ces œuvres anciennes : Description de l’Afrique, du royaume de Chine, du royaume de Galice, Histoire de l’Inde Portugaise, surtout Histoire Générale des Indes, peut-être celle de Gonzalo Fernández de Oviedo, et le grand poème épique d’Alonso de Ercilla, La Araucana. Pourquoi le goût certain pour l’Histoire Naturelle de Pline, un des « best sellers » de la fin du xve et du xvie siècle, pour les De re rustica de Columelle et de Varron, sinon parce que la connaissance de la nature et des moyens de la maîtriser sont l’un des soucis majeurs de nos gens. Combien de traités d’agriculture dans ces bibliothèques, de traités relatifs à la navigation : Art de naviguer de Pedro de Medina, Compendium de la sphère et de l’art de naviguer de Martín Cortés, Différences de la navigation. Le célèbre De re metallica publié en 1546 par le naturaliste allemand Agricola se trouve en plusieurs exemplaires à Valladolid. On s’intéresse aussi aux techniques, au De arquitectura de Juan de Arfe, à l’art militaire, à l’alchimie...

89Curiosité historique qu’annonce également la pratique courante des historiens latins. Le nombre des chroniques est impressionnant et il serait fastidieux d’en proposer ici une énumération. Citons seulement la Chronique d’Espagne de Florian de Ocampo qui paraît jouir d’une attention particulière, celles du roi Don Pedro, du roi Don Fernando, d’Henri III, l’Histoire du Grand Capitaine, celle des Rois Catholiques par Antonio de Nebrija sans parler des histoires des Indes déjà évoquées.

  • 75 A.H.P.V., Leg. 45, fol. 67 ; Leg. 50, fol. 1507 ; Leg. 577, fol. 821 ; Leg. 57, fol. 1281.

90La médecine et son auxiliaire la chirurgie provoquent aussi un vif mouvement d’intérêt. La proportion des livres de médecine dans les bibliothèques est souvent très remarquable. Bien sûr, l’on ne s’étonne guère de constater que la « librairie » du licencié Alvaro de Almenara est surtout formée d’ouvrages médicaux puisqu’il est médecin. Mais le curé Alonso Guerrero possède 30 livres de médecine sur un total de 100. Un autre prêtre, Toribio de Castro, possède aussi plusieurs livres de médecine et Pedro Enríquez, professeur de philosophie, en a 234, plus du quart de sa bibliothèque75. Ils ne s’en tiennent ni à Hippocrate ou Galien, ni aux médecins espagnols d’une grande réputation tels que le docteur Laguna, Luis de Mercado, Johannes de Vigo ou le botaniste Monardes. Dans des bibliothèques de 1546, 1551, on trouve les œuvres du grand médecin de Padoue, Jean-Michel Savonarole, plus tard celles du Français Joubert dont la Pharmacopée, des deux grands maîtres du temps, Vésale et Fallope, ou encore le fameux Traité des drogues et médecines des Indes orientales du Portugais Acosta.

  • 76 A.H.P.V., Leg. 55, fol. 1233 ; Leg. 440, fol. 1106 ; Leg. 571, fol. 1281 ; Miscellanea Vallisoleta (...)

91Dernière curiosité, timide encore, celle des littératures naissantes. Il n’est pas indifférent de découvrir dans ces bibliothèques plusieurs œuvres des grands auteurs italiens, Dante, l’Arétin, l’Arioste, Machiavel, dans leurs éditions italiennes. Il l’est moins encore de savoir que La Célestine est déjà considérée comme un monument de la littérature castillane. Le bachelier Cristóbal de La Quadra la possède, comme l’auditeur Don Álvaro de Valdés, comme Pedro López Henríquez de Calatayud, qui en a deux exemplaires, comme le professeur Pedro Enríquez qui dispose d’une traduction italienne en plus de son édition espagnole76. D’autres, ou les mêmes, possèdent les poèmes de Garcilaso de La Vega, les proverbes du marquis de Santillana, les Copias de Jorge Manrique et la Diane de Jorge de Montemayor, sans parler des œuvres d’inspiration religieuse comme celles de Louis de Grenade et de Louis de Léon. On s’étonne cependant de ne pas trouver trace des livres de Thérèse d’Ávila et, dans un genre différent, du « Lazarillo ».

  • 77 Pierre Francastel, « Techniques et Arts », dans L’Invention Humaine, Paris, 1942.

92Pierre Francastel considère que « l’exploration de l’univers constitue le grand œuvre des hommes de la Renaissance »77. Si l’on admet cette affirmation, on conviendra que, malgré ses carences, la culture de l’élite vallisolétaine est digne de la meilleure Renaissance. Pedro Enríquez pourrait fort bien représenter cette élite.

d) La bibliothèque d’un homme de la Renaissance : Pedro Enríquez78

  • 78 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281.

93Ce professeur de philosophie de l’Université est digne de son temps. Son extrême attention à l’actualité est évidente : dans l’inventaire de sa bibliothèque fait en 1584 on trouve par exemple les Noms du Christ de Luis de Léon dont la première édition est de 1583, le Pronostic de l’année 1583, des œuvres récentes de provenance étrangère comme la Pharmacopée de Laurent Joubert publiée en France en 1579. Son jugement paraît d’une sûreté sans défaillances car il possède des livres extrêmement importants dont je n’ai pas trouvé à Valladolid d’autres traces : il a les œuvres de Vésale et, faut-il le préciser, avec les planches ; une autre édition annotée par Fallope, les livres de ce même Fallope ; le Traité des drogues, du licencié Acosta qui n’est que de 1578 ; le De pictura d’Albert Durer et je ne sais quel livre de Nicolas Copernic ; la Chimie de Raymond Lull, le De re metallica d’Agricola... Mais aussi La Célestine, les Proverbes du marquis de Santillana, les Discours de Machiavel, Marsile Ficin, Érasme. C’est dire que sa curiosité est universelle.

94L’éclectisme de Pedro Enríquez se révèle déjà dans le document réalisé lors de l’inventaire et que je livre ci-dessous. Les 852 ouvrages sont répartis dans les catégories suivantes :

95A part (« que se apar’aron » ?)………………….55

96Théologie………………………………………....79

97Philosophie……………………………………...134

98Médecine et chirurgie……………………………234

99Agriculture et plantes …………………………......30

100Métaux et alchimie………………………………..14

101Mathématiques……………………………………48

102Histoire ……………………………………….......28

103Lettres humaines………………………………...143

104Droit………………………………………………..9

105Livres en romance……………………………...…53

106Livres en italien …………………………………..11

107La vocation humaniste de Pedro est éclatante. Outre le dédain évident dont il témoigne pour une certaine scolastique, pour les gloses chères aux juristes, il a réuni une étonnante collection d’auteurs latins et grecs. Les historiens ? Suétone, Salluste, César, Tite-Live, Tacite, Justin, Flavius-Josèphe, Hérodote, Xénophon, Ptolémée Philadelphe, Héliodore sont au rendez-vous. Les poètes ? Voici Homère et Pindare en grec et en latin, Virgile, Ovide, Lucrèce, Horace, Juvénal, Catulle, et Martial. Les hommes de théâtre ? Il peut lire en grec comme en latin Sophocle et Euripide, se divertir avec Térence et Plaute. Les moralistes, les philosophes ou les orateurs ? Il dispose des œuvres de Cicéron, Sénèque, Plutarque, Quintilien, Aulu-Gelle, Macrobe, des Lettres de Pline...

108Mais Enríquez ne se contente pas d’explorer les chemins de la sagesse antique. Il s’initie à la méthode critique avec Laurent Valla et Guillaume Budé, examine les bilans de Pic de La Mirandole. Surtout il se voue à l’humanisme chrétien. Lecteur de Platon, de la Consolation de Boèce dont il possède deux exemplaires, il doit beaucoup à Marsile Ficin : il en a toutes les œuvres maîtresses, la Theologia Platonica, le De Vita, le De Religione Christiana. Il lit aussi Ange Politien et, bien entendu, Érasme : il a trois éditions des Adages, dont une fort ancienne (de las viejas), le De Pueris Liber aliter Instituendis, les Évangiles et les Épîtres annotés par le célèbre Hollandais.

109Il n’est pas douteux en effet que les problèmes religieux de son siècle aient vivement intéressé Pedro Enríquez. Certes il ne néglige pas les œuvres fondamentales de la tradition chrétienne : la Cité de Dieu et les Confessions de saint Augustin, la Somme de saint Thomas sont dans sa bibliothèque. Mais son goût d’une religion intérieure exaltée par l’humanisme chrétien s’affirme dans la possession de l’Agonie et passage de la mort d’Alejo Vanegas, du Mémorial de la Vie chrétienne de Luis de Granada, de plusieurs Bibles, des Oraisons, Cantiques, et Noms du Christ de Luis de Léon. Son attention à la Réforme est tout aussi certaine, qu’attestent un Répertoire des actes et écrits de Luther, divers livres consacrés à Luther, les Définitions du Concile de Trente.

110Mais cet homme à qui sa spécialité fait un devoir de connaître les grands philosophes du passé (il possède bien entendu les livres d’Aristote, Platon, Averroès, Avicenne, Duns Scot, Albert le Grand, et bien d’autres ouvrages encore) est habité par une avide curiosité scientifique. Les mathématiques et l’astronomie le passionnent : almanachs, éphémérides, traités sur l’astrolabe, arithmétiques, cosmographie, voisinent dans sa « librairie » avec les œuvres d’Euclide, de Vitruve, l’Almageste de Claude Ptolémée, et les noms de savants arabes précèdent celui de Copernic. De nombreuses géographies, dont celles de Ptolémée et de Strabon, ou descriptions du monde, indiquent déjà qu’il ne se satisfait pas des seules sciences spéculatives. Il s’intéresse aux plantes (une douzaine de traités relatifs à l’ « histoire » ou à la description des plantes), à l’agriculture (depuis Varron et Columelle jusqu’à Herrera), à la minéralogie, la chimie, l’alchimie, enfin, avec quelle prédilection, aux mystères du corps humain. Il a rassemblé des éditions rares de médecins antiques, Hippocrate et Galien, bien sûr, mais aussi le Grec Arétée de Cappadoce, les Romains Antoine Musa et Celse, cet apôtre de la dissection, les Grecs Aétius et Polybe de Cos, médecins du ve siècle, ou Paul d’Égine qui fit une belle carrière de chirurgien au xve siècle ; mais il était aussi très curieux des médecins modernes : ainsi fit-il venir les livres des Italiens Georges Valla et Jean-Michel Savonarole, des Français Jean Fernel et Laurent Joubert, de Vésale et de Fallope comme on le sait déjà, sans parler de tout ce que l’Espagne produit alors de notable (Mercado, Laguna, Pereira, le théoricien des animaux machines)... Et de très nombreux traités que je n’ai pu, je l’avoue, parvenir à identifier.

111Il faudrait encore rappeler la sûreté des goûts littéraires de notre philosophe qui n’ignore presque aucune des grandes œuvres — les premières — de la littérature castillane. Et se souvenir de ce qu’il possède une collection d’œuvres d’art dont la moindre parure n’est pas une madone de Raphaël. Décidément, Pedro Enríquez qui s’intéresse à tout, qui interroge les conceptions anciennes et nouvelles du destin des hommes, qui cherche à percer les secrets grâce auxquels les hommes pourront mieux maîtriser la nature, qui a le sens de la beauté, est bien un homme de la Renaissance.

***

112Sans doute le cas d’un tel homme est exceptionnel. Je ne pense pas cependant qu’il soit unique. N’assure-t-on pas que la bibliothèque du comte de Gondomar, à Valladolid, renfermait 15 000 volumes ? C’est-à-dire autant peut-être que toute la production imprimée de l’Espagne du xvie siècle. Songeons que nous ignorons le contenu de la « librairie » de Diego Mudarra, forte de 500 volumes mais dont le détail ne nous est pas livré. J’ajoute que mon investigation est restée incomplète, et bien des documents se sont perdus. Soyons certains qu’aux rendez-vous de l’art et de la culture les élites vallisolétaines, en ce siècle, n’ont pas manqué.

Les Détenteurs De Livres A Valladolid

113Date de l’inventaire Nom et qualité

1141-1536 Pedro de Salazar, avoué du nombre auprès de la Chancellerie (A.H.P.V., Leg. 37, fol. 187).

1152-1540 Docteur Juan Bravo (A.H.P.V., Leg. 40,

1163-1542 Bartolomé de Àvila, marchand (A.H.P.V.,

1174-1543 Hernando de La Duena, passementier fol. ?).

1185-1546 Licencié Àlvaro de Almenara, médecin (A.H.P.V., Leg. 45, fol. 67, 68).

1196-1548 Cristôbal Remôn, orfèvre (A.H.P.V., Leg. 54, fol. 1137, 1176).

1207-1551 Alonso Guerrero, curé (A.H.P.V., Leg. 50, fol. 1507).

1218-1559 Bachelier Cristôbal de La Quadra, prêtre bénéficiaire de l’église Notre-Dame de La Antigua (A.H.P.V., Leg. 55, fol. 1233).

1229-1566 Dona Maria de Vega, veuve du licencié Juan Gômez de Almoroz (A.H.P.V., Leg. 62, fol. 1257).

12310-1566 Alonso Pérez et Catalina de Leonis, sa femme (A.H.P.V., Leg. 62, fol. 1388).

12411-1567 Alonso de La Puente, receveur du nombre de la Chancellerie (A.H.P.V., Leg. 438, fol. 450).

12512-1571 Diego de Aguero, cordonnier (A.H.P.V., Leg. 66, fol. 1053).

12613-1572 Diego Mudarra, regidor de Valladolid (A.H.P.V., Leg. 67, fol. 374).

12714-1573 Baltazar Carazo de Olivares, rationnaire de l’Eglise Majeure (A.H.P.V., Leg. 68, fol. 1843).

12815-1574 Isabel de Vivero, veuve du Commandeur de Saint-Jacques, Pedro Osorio (A.H.P.V., Leg. 69, fol. 1588).

12916-1575 Pero Pérez, pâtissier (A.H.P.V., Leg. 69, fol. 425).

13017-1577 Docteur Romero, chantre de l’Eglise Majeure (A.H.P.V., Leg. 71, fol. de la fin).

13118-1582 Licencié Antonio Vaca (A.H.P.V., Leg. 569, fol. 624).

13219-1584 Docteur Pedro Enriquez, professeur de Prima de philosophie de l’Université (A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281).

13320-1585Juan de Villaroël (A.H.P.V., Leg. 572, fol. 1031).

13421-1585 Isabel de Estrada, veuve de Estancio de Melgar, orfèvre (A.H.P.V., Leg. 572, fol. 1385). Date de l’inventaire Nom et qualité

13522-1587 Gaspar Hernândez, tailleur (A.H.P.V., Leg. 574, fol. 787).

13623-1587 Rodrigo de Colmenares, prêtre (A.H.P.V., Leg. 574, fol. 833).

13724-1587 Dona Luisa de Canseco (A.H.P.V., Leg. 574, fol. 1149).

13825-1588 Don Antonio de La Cerda (A.H.P.V., Leg. 575, fol. 583). 26-1588 Ana Velâzquez, veuve de Juan de Villaroël (A.H.P.V., Leg. 575, fol. 1281).

13927-1589 Pedro Crespo, ménestrel (A.H.P.V., Leg. 576, fol. 1037).

14028-1590 Cristôbal de Ocampo (A.H.P.V., Leg. 577, fol. 164).

14129-1590 Toribio de Castro, prêtre (A.H.P.V., Leg. 577, fol. 821).

14230-1595 Maria Vâzquez, veuve d’Alonso de La Puente (A.H.P.V., Leg. 438, fol. 410).

14331-1595 Don Pedro Laso de Castilla, comte de Ribadavia (A.H.P.V., Leg. 438, s.f.).

14432-1595 Licencié Diego Nuno de Valencia (A.H.P.V., Leg. 440, fol. 1).

14533-1596 Licencié Hernando de Vallejo Alderete (A.H.P.V., Leg. 439, fol. 906).

14634-1596 Licencié Âlvaro de Valdés, du Conseil royal, auditeur à la Chancellerie (A.H.P.V., Leg. 440, fol. 1006).

14735-1596 Jerônimo de Reynoso et sa femme (A.H.P.V., Leg. 440, fol. 1226).

14836-1598 Licencié de Abaunza, avocat à la Chancellerie (A.H.P.V., Leg. 767, fol. 1100).

14937-1598 Antonio de Montoya, négociant en cire (A.H.P.V. Leg. 767, s.f.).

15038-1598 Alonso de Salazar (A.H.P.V., Leg. 444, s.f.).

15139-1598 Licencié Bartolomé de Herrera, avocat à la Chancellerie (A.H.P.V., Leg. 445, s.f.).

15240-1598 Dona Luisa Enriquez (A.H.P.V., Leg. 445, fol. 3 et suiv.).

15341-1598 Docteur Juan Diaz Morales de Salcedo, Inquisiteur apostolique dans la ville de Valladolid et son district (A.H.P.V., Leg. 444, s.f.).

15442-1598 Licencié Soriano, avocat à la Chancellerie (A.H.P.V., Leg. 445, s.f.).

15543-1599 Docteur Medina (A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1567).

15644-1599 Docteur Francisco de Barrionuevo, du Conseil royal, auditeur à la Chancellerie (A.H.P.V., Leg. 769, fol. 2109).

15745-1599 Bachelier Alonso Ruiz (A.H.P.V., Leg. 769, fol. 2382).

158N.B. — Le folio indiqué est celui par lequel commence l’inventaire. Il faut ajouter à ces inventaires la bibliothèque de Pero Lôpez Henriquez de Calatayud (78 volumes) connue par l’article de Narciso Alonso Cortés : « El traductor de Ludovico Dolce », Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 629.

Notes

1 Marcel Bataillon, op. cit., p. 557.

2 Cf. supra, livre I, chap. III, p. 113.

3 Cf. supra, Livre I, p. 117.

4 Filemón Arribas Arranz, « Simón de Colonia en Valladolid », Bol. del Seminario de Arte y Arqueología de la Universitad de Valladolid, 1933-1934, 2e trimestre, p. 153-156.

5 L’hypothèse de Manuel Gómez Moreno en ce sens paraît confirmée par les travaux d’Esteban García Chico.

6 Manuel Gómez Moreno, Sobre el Renacimiento español.

7 Juan José Martin Gonzalez, op. cit., p. 137.

8 Juan José Martín González, op. cit., p. 147.

9 Ibid., p. 56.

10 Juan José Martín González, op. cit., p. 100.

11 F. Chueca Goitia, « La Catedral de Valladolid », C.S.I.C.

12 Juan José Martín González, op. cit., p. 164-167.

13 Juan Agapito Revilla, « Arquitectas Vallisoletanos », Bol. de la Soc. Cast. de Excursiones, t. IV, p. 289-317.

14 Cité par Juan José Martín González, op. cit., p. 98.

15 Voir Marcel Dieulafoy, La statuaire polychrome en Espagne, Paris, 1908.

16 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 561.

17 Pedro Aguado Bleye, Manual de Historia de España, t. II, p. 1096-1103.

18 Juan José Martín González, Esteban Jordán, Valladolid, 1952, p. 54.

19 Pedro Aguado Bleye, op. cit., mêmes pages.

20 A.H.P.V., Leg. 53, fol. 1509 et suiv.

21 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 408.

22 Juan José Martín González, Esteban Jordán, p. 42.

23 Marcel Dieulafoy, op. cit.

24 A.H.N., Clero, Leg. 7710. Ce contrat fut enregistré devant Francisco Cerón, le 16 octobre 1570. Ce document est d’ailleurs reproduit par Esteban García Chico dans ses Documentos para la historia del Arte en Castilla, Pintores, I, p. 186.

25 Luis de Castro, El enigma de Berruguete, La Danza y la escultura. La thèse du docteur de Castro est séduisante. Toutefois, malgré les suggestifs rapprochements esquissés entre l’art du sculpteur et celui du grand danseur castillan Vicente Escudero, la démonstration du docteur de Castro est parfois trop abstraite.

26 Juan José Martín González, Esteban Jordán, p. 26 et 34.

27 Ibid., p. 34 et 35.

28 Juan José Martín González, Esteban Jordán., p. 48.

29 Esteban García Chico, Documentos para el estudio del Arte en Castilla, Pintores, I, p. 74.

30 Ibid., p. 244-268 et 298-350.

31 Ibid., p. 192-197.

32 Esteban García Chico, op. cit., p. 197-198.

33 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 146 ; Leg. 445, fol. 3 et suiv. ; fin du Leg. s.f.

34 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281.

35 A.H.P.V., Leg. 575, fol. 583.

36 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 2109 et Leg. 438, s.f.

37 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 1411 ; Leg. 767, s.f. ; Leg. 66, fol.1053.

38 A.H.P.V.,Leg.51, fol. 146. Il faut cependant se méfier des prix. Ceux-ci n’ont pas toujours de rapport évident avec nos évaluations contemporaines. Dans l’inventaire du Comte de Benavente, en 1653, un Greco n’est évalué qu’à 800 réaux.

39 Esteban García Chico, op. cit., p. 388-399.

40 A.H.P.V., Leg. 883, fol. 172.

41 A.H.P.V., Leg. 485, fol. 570.

42 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 98.

43 Marcelino Menéndez Pelayo, Historia de los Heterodoxos españoles, t. IV, p. 391-392.

44 Marcel Bataillon, op. cit., p. 557.

45 Marcelino Menéndez Pelayo, op. cit., t. V, p. 23 et suiv.

46 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

47 Archivo parroquial de Cabezón, Libro de Bautismos, n° 3.

48 Voir notamment A.H.P.V., Leg. 41, fol. 13 et Leg. 66, fol. 1053. Un travail inédit réalisé à Tolède par Marie-Aline Mérimée renforce ces impressions car il aboutit à des résultats comparables.

49 C’est ainsi que la bibliothèque de Pedro Enriquez compte 852 ouvrages, celle de Diego Mudarra 500, celle du docteur Álvaro de Valdés 264, celle du docteur Romero 227.

50 C. M. Ajo G. y Sainz de Zúñiga, Historia de las Universidades Hispánicas, t. II, p. 256.

51 Marcel Bataillon, op. cit., p. 261-262.

52 Cf. infra, même chapitre, p. 525.

53 Marcel Bataillon, op. cit., p. 78.

54 Fray Gonzalo de Arriaga, Historia del Colegio de San Gregorio, p. 63.

55 A.H.N., Clero, Codex 909 b. En fait 30 pensionnaires à partir de 1504, puis 35 à partir de 1525, ce qui a permis à d’autres collèges — Jerez de La Frontera, Jaén, Ecija, Portacoeli de Séville, Benavente, Oviedo, Vitoria, etc., — d’être représentés. A.H.N., Clero, Codex 1153 b.

56 Fray Gonzalo de Arriaga, op. cit.

57 Marcel Bataillon, op. cit., p. 166.

58 Ibid., p. 194, 427.

59 Marcelino Menéndez Pelayo, op. cit., p. 390 et suiv. ; Marcel Bataillon, op. cit., p. 540-557.

60 Fouché Delbosc, Revue Hispanique, 1899, p. 417. Et Narciso Alonso Cortés, Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 175.

61 Narciso Alonso Cortés, Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 617 ; p. 798.

62 Il est cependant évident que certains ouvrages ont pu échapper aux recherches des auteurs de ces catalogues malgré le soin qu’ils ont apporté à leurs enquêtes. Les chiffres ci-dessous expriment donc un ordre de grandeur.

63 C. Pérez Pastor, La Imprenta en Toledo, Madrid, 1887 ; La Imprenta en Medina del Campo, Madrid, 1893 ; Bibliografia Madrilena, t. I, Madrid, 1891 ; Francisco Escudero y Peresso, Anales bibliográficos de la ciudad de Sevilla, Madrid, 1894 ; José M. de Valdenebro y Cisneros, La Imprenta en Córdoba, Madrid, 1900 ; Mariano Alcocer Martínez, Catálogo razonado de obras impresas en Valladolid, Valladolid, 1926.

64 D’après Mariano Alcocer Martínez, op. cit.

65 Plusieurs œuvres de Luis de Mercado ont été éditées à Valladolid en 1572, 1574, 1579, 1584, 1586, 1588.

66 A.H.P.V., Sección Simón Ruiz, C 4, fol. 219 et C 5, fol. 251-252.

67 A.H.P.V., Leg. 440, fol. 1226 et suiv.

68 14 de plus de 100 volumes, 10 comprenant de 20 à 100 volumes auxquelles j’ajoute celle de Pedro López Henríquez de Calatayud.

69 A.H.P.V., Leg. 444, s.f.

70 A.H.P.V., Leg. 40, fol. 565. Dans cette bibliothèque de 150 volumes environ, les ouvrages de scolastique ou de caractère strictement religieux représentent 80 % du total. Et cependant comment ignorer l’influence de l’humanisme sur Juan Bueno ? Ne lisait-il pas Platon dans le texte de Marsile Ficin, les Annotations de Guillaume Budé, les Traités de morale de Sénèque ?

71 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 2109 et 2382.

72 Voir infra, en fin de chapitre, la liste des possesseurs de livres à Valladolid.

73 Mentions en 1566, 1571, 1577, 1582, 1585, 1587, 1588, 1589, 1596, trois fois en 1599.

74 Marcel Bataillon, op. cit., p. 48.

75 A.H.P.V., Leg. 45, fol. 67 ; Leg. 50, fol. 1507 ; Leg. 577, fol. 821 ; Leg. 57, fol. 1281.

76 A.H.P.V., Leg. 55, fol. 1233 ; Leg. 440, fol. 1106 ; Leg. 571, fol. 1281 ; Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 629.

77 Pierre Francastel, « Techniques et Arts », dans L’Invention Humaine, Paris, 1942.

78 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281.

Table des illustrations

Titre Œuvres imprimees a Valladolid de 1481 a 1600
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/176/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter