Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 2

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre III. Définition d'un style de vie

Chapitre V. Le spectacle permanent

Texte intégral

  • 1 A.M.V., Livres d’Actes, 12 février 1588 et 18 septembre 1589.

1Étoffes précieuses et bijoux, maisons seigneuriales, tapisseries, cuirs ouvragés et vaisselle d’argent, voitures et esclaves, autant de manières de paraître. Mais la manière suprême n’est-elle pas de donner en toutes occasions le spectacle à la foule et d’organiser dans ce but une fête après l’autre, joutes chevaleresques, jeux de javelines, mascarades, illuminations nocturnes, divertissements nautiques... dans les intervalles des fêtes traditionnelles, courses de taureaux et cérémonies religieuses assorties de représentations théâtrales. Que l’on participe personnellement ou que l’on assiste seulement à ces fêtes, voici le moment rêvé d’exhiber brocarts, parures et chevaux de race, de faire admirer au bon peuple la force, l’adresse, le courage de sa noblesse et d’accroître ainsi son respect à son égard. D’ailleurs ce peuple, le peuple urbain veux-je dire, car on se soucie bien plus rarement de celui des campagnes, on veut sincèrement le réjouir. 12 février 1588 : certains chevaliers de la ville, dont le comte d’Osorno, « veulent divertir la ville » en organisant une mascarade à cheval. Un regidor demande et obtient que la musique de la ville, avec trompettes et timbales, leur soit prêtée pour favoriser si louable entreprise ! 18 septembre 1589 : le Conseil de la Ville décide de faire courir les taureaux le mardi 28 septembre « pour que jouisse le peuple »1. C’est la mission des riches, celle des seigneurs, des magistrats de la cité, que de divertir le peuple.

I. — PERMANENCE DE LA FÊTE

  • 2 Marcelin Defourneaux, La vie quotidienne en Espagne au Siècle d’Or, p. 148.

2« Tout est prétexte à fêtes »2. Cette affirmation, Marcelin Defourneaux la formule à propos des grandes villes espagnoles du Siècle d’Or et tout spécialement de Madrid. Mais Valladolid est la Madrid du xvie siècle. Les occasions sont innombrables : visites du souverain, de la Reine ou de princes, victoires militaires, si nombreuses en ce siècle glorieux pour l’armée espagnole, quelques naissances ou mariages princiers, avènements des souverains, grands événements politiques, transferts de reliques... Des circonstances aussi exceptionnelles déclenchent une véritable cascade de fêtes qui s’ajoutent à celles d’un calendrier ordinaire déjà fort bien pourvu. Mais lorsque le prétexte manque, il demeure une dernière justification : je viens de l’écrire, réjouir le peuple.

3Le xvie siècle nous offre une série très riche de ces circonstances exceptionnelles génératrices à Valladolid de grandes fêtes : en 1502, c’est le séjour dans la ville de Philippe le Beau et de Jeanne, en 1506, le deuxième séjour du même couple princier. De novembre 1517 à mars 1518, la première visite de Charles à Valladolid où se célèbrent les Cortès provoque une accumulation extraordinaire de festivités. En 1522 c’est le pardon des comunidades, en 1527 la naissance du futur Philippe II, les fêtes, retardées par le sac de Rome, ne se célébrant pas moins ; en 1556 et 1557, après l’avènement de Philippe II, Saint-Quentin ; en 1559 un séjour du Roi dans la ville et les autos de fe ; en 1565 une visite de la Reine ; en 1571, Lépante ; en 1572, de nouvelles victoires de Don Juan d’Autriche aux Pays-Bas et une naissance princière ; en 1580, l’heureux dénouement de l’affaire du Portugal ; en 1592, le séjour de Philippe II à l’occasion de son voyage en Aragon ; en 1594, le transfert des reliques de saint Benoît ; en 1596 et 1597, l’avènement de la ville au rang de cité et l’élévation de l’abbaye au rang d’évêché...

4Voici par exemple les grandes fêtes de 1517-1518. Elles commencent par la réception offerte par la ville au Roi le 18 novembre 1517 : quel magnifique spectacle ! Les gens l’attendaient, qui sont accourus de tout le pays d’alentour ; quarante mille spectateurs, assure Laurent Vital, pour qui la réception de Valladolid ne se peut comparer à celles que réservent les villes flamandes. Cependant des arcs de triomphe en bois couverts de feuillages, aux panneaux historiés, s’élèvent au- dessus des rues suivies par le cortège, les maisons sont tendues de tapisseries, dames et demoiselles superbement parées se pressent aux fenêtres. Six mille hommes, seigneurs, bourgeois, marchands sont allés à cheval au-devant du Roi, vêtus de leurs plus beaux habits et Laurent Vital a compté plus de 300 habits de brocart...

5La cérémonie est réglée comme un ballet. Viennent d’abord les troupes, 2 000 cavaliers et les pages du Roi ; suivent les gentilshommes de la maison du Roi, les chevaliers de la Toison d’Or, les princes, ducs, comtes, marquis et barons ; les trompettes et timbales de l’infant Don Ferdinand ; ensuite l’infant lui-même flanqué du cardinal de Tortosa, Adrien d’Utrecht et de l’archevêque de Saragosse ; alors les hérauts du Roi, les sergents d’armes, les huissiers et les massiers. Ils précèdent le Roi, qui s’avance seul, plus somptueusement vêtu qu’il ne le fut jamais, et les diamants de son habit étincellent de mille feux ; derrière lui sur une même ligne, de droite à gauche, l’ambassadeur du Pape, celui de l’empereur Maximilien, celui du roi d’Angleterre. Cent hallebardiers allemands et 400 espagnols séparent ces hautes personnalités de la sœur du Roi, Doña Leonor, escortée par le grand chambellan, le seigneur de Chievres ; les dames de la suite de Leonor sont elles-mêmes accompagnées chacune d’un seigneur et sont suivies du grand chancelier, Jean de Sauvage, et du Conseil royal. Une compagnie d’archers à cheval ferme le cortège.

6Durant les jours qui suivirent le peuple vallisolétain put assister à l’arrivée de plusieurs grands princes castillans. Richement vêtus de brocart ou de soie, porteurs de chaînes d’or, annoncés par trompettes et tambours, accompagnés de parents et d’amis, ils allaient fléchir le genou devant le souverain et lui prêter hommage. Ce furent ainsi le duc de Béjar, l’Amiral de Castille, Don Fadrique Enríquez, le marquis d’Aguilar et celui d’Acosta, le duc de Nájera... Le défilé dura huit jours.

7Le 26 novembre, Adrien d’Utrecht fête son chapeau de cardinal. Après la cérémonie religieuse en l’église San Pablo, on célèbre un mystère en présence du Roi, de 18 prélats et de nombreux seigneurs. Le cardinal convie ensuite les seigneurs à un banquet où l’excellence de la chère et des vins rallie tous les suffrages. Le 27 arrive la reine Germaine, veuve de Ferdinand d’Aragon : le Roi, un groupe de grands seigneurs et de grands dignitaires vont l’accueillir à cheval. En cette circonstance Charles se prend d’amour pour une dame de la suite de la Reine, et c’est en son honneur une succession de fêtes : tournois, joutes, mascarades, banquets...

8Parmi ces réjouissances il convient de distinguer le grand tournoi organisé par les chevaliers flamands avec l’appui du Roi sur la place du Marché ou future Plaza Mayor préalablement clôturée par une forte palissade et entourée d’estrades et de gradins très ornés où prirent place avec le Roi, Doña Leonor et la Cour, les dames et demoiselles de la ville. Il attira une foule énorme que Laurent Vital, dans son enthousiasme (le plus beau tournoi depuis deux cents ans, à l’en croire !) évalue à 80 000 personnes ! Les quatre compagnies, fortes chacune de 15 seigneurs (une dizaine d’Espagnols seulement sur 60), combattirent d’abord à raison de trois hommes contre trois, puis se livrèrent un assaut final à 28 contre 28, 4 hommes ayant été éliminés pour blessure ou raisons quelconques. Les chevaliers, couverts de leur armure et la lance haute se précipitent sur leurs adversaires qu’ils cherchent à désarçonner sous la rudesse de coups : lors des assauts individuels, deux hommes seulement furent jetés à terre ; lors de l’assaut général extrêmement violent, 11 hommes furent désarçonnés, plusieurs chevaux tués et de nombreuses lances rompues. Le combat se poursuivit à l’épée, si ardent que les protagonistes n’entendirent pas les trompettes annonçant la fin du tournoi et qu’il fallut les séparer. On n’eut cependant pas d’accident grave à déplorer.

9Le 7 février 1518, pour l’ouverture des Cortès, Charles est reconnu solennellement roi de Castille et de Léon et 60 princes, grands ou prélats, viennent lui jurer fidélité. C’est le signal de nouvelles fêtes grandioses. Parmi elles deux autres tournois « à la française », les 11 et 16 février, le second rehaussé par la participation du Roi lui-même. Quel déploiement de faste en cette occasion ! L’entrée en lice du souverain est annoncée par plusieurs groupements de tambours et accompagnée de sergents d’armes, de hérauts en brillants uniformes ; 30 laquais, tous gentilshommes, escortent Charles. Celui-ci livre quatre assauts et rompt trois lances contre le vicomte de Sauzelles mais, se rendant à l’avis de ses conseillers, ne participe pas à l’assaut général, très rude d’ailleurs, qui fera cinq ou six blessés graves. Cette abstention n’empêche point que le prix individuel soit décerné au souverain. Un banquet et un bal terminent la fête. Le même scénario, participation royale en moins, se renouvelle le 25 février.

10Durant ce même mois de février, les gens de Valladolid purent se divertir aux exploits d’un éléphant offert à Charles par le comte de Benavente. On vient le voir lancer au loin des pierres avec sa trompe, absorber le contenu de quelques seaux d’eau puis asperger copieusement une partie des assistants pour la plus grande joie des autres.

11Nouvelle série de joutes à la mi-mars : pendant trois jours, les 15, 16 et 17 mars, et pour le cœur des dames, puisque ces tournois sont dits de l’ « entreprise amoureuse » de midi à minuit, les chevaliers s’affrontent en combats individuels. Chaque chevalier doit livrer quatre combats. Péripéties dangereuses, car les fers des lances sont aiguisés : plusieurs blessures graves attestent le péril.

12Mais le 6 mars, c’est un autre jeu qui est offert au public : le jeu de javelines (juego de cañas). Jeu beaucoup plus espagnol que le précédent : les 80 participants du 6 mars sont espagnols alors que les Flamands et les Allemands étaient en majorité lors des tournois évoqués : 10 Espagnols seulement sur 60 en décembre, 6 sur 15 le 11 février, 5 sur 21 le 16 février.

  • 3 Marcelin Defourneaux, op. cit., p. 152.
  • 4 Enrique Cock, La Jornada de Tarazona.

13Le jeu de javelines a été décrit de manière concise et claire par Marcelin Defourneaux3. Une nouvelle description serait inutile. Mais il faut souligner que ce jeu met en valeur les qualités équestres, celles que font admirer les rejoneadores en prélude à certaines corridas de notre temps. De fait, le jeu commence par une présentation de cavaliers qui lancent leurs montures à toute vitesse, les arrêtent net, exécutent des sauts difficiles, dressent leurs chevaux sur leurs pattes de derrière... Le jeu lui-même suppose l’art de l’esquive, la souplesse, l’adresse bien plus que la force et la puissance. Fête de mouvement, de couleur, de virtuosité que l’on peut croire d’origine arabe si l’on en juge par les costumes morisques arborés par les cavaliers, fort beaux à en croire les témoins. Un concours de lancer de javelines succède aux exercices équestres et le repos qui suit est l’occasion de retrouver les dames. Comme le tournoi « à la française », le jeu de javelines est un divertissement chevaleresque. A celui du 11 juillet 1592 participèrent notamment le duc d’Osuna, le marquis de Villafranca, le comte de Melgar et Don Diego Enríquez, fils de l’Amiral de Castille4.

14Quelques jours après, le Président de la Chancellerie convie le Roi et sa suite à un festin. Dans la cour de son palais, il a fait élever une fontaine dont les deux robinets livrent aux amateurs vin rouge et vin blanc. A l’arrivée du Roi, il y a foule : tout le monde va boire. La chère est fastueuse et le Roi le dira à l’amphitryon. Sur la grande place qui s’ouvre devant le palais, le Président fait donner, pour divertir la compagnie, une corrida de taureaux et un jeu de javelines.

  • 5 Pour tout ce qui précède voir la relation du Voyage de Laurent Vital, cf. García Mercadal, Viajes (...)

15Charles quitte Valladolid le 22 mars : depuis quatre mois la ville se grise du vin de la fête5.

  • 6 Antoine de Lalaing, op. cit.
  • 7 Enrique Cock, op. cit. ; voir également A.M.V., Livres d’Actes, 22 mai 1592.

16Ce sont des fêtes semblables que l’on retrouve en chaque période exceptionnelle. A cette réserve près que les tournois « à la française » ne sont qu’importation étrangère, leur dénomination l’indique, et qu’ils ne survivront guère à la jeunesse de l’Empereur. En revanche le jeu de javelines s’intègre beaucoup mieux dans la tradition nationale : on en donne en 1502, et en 1506 pour la veuve de Philippe le Beau, ainsi le jeudi 3 mars et le dimanche 6 mars 1502 ; la joute, écrit Antoine de Lalaing sans plus de précision, « est organisée à la manière d’Espagne »6. C’est un jeu de javelines et non un tournoi qu’offre le Président de la Chancellerie en 1517. Plus tard, en 1554 comme en 1565 et en 1572, en 1580 comme en 1586 et 1587, le jeu de canas est toujours à l’honneur mais il n’est plus question de tournoi ou de joute (justa). En 1592 pour distraire Philippe II la ville organise trois grandes fêtes dont un jeu de javelines mais point de tournoi7.

  • 8 Marcelin Defourneaux, op. cit., p. 148, 149.
  • 9 A.M.V., Livres d’Actes, 12 février 1588.
  • 10 A.M.V., Livres d’Actes, septembre 1580.
  • 11 Enrique Cock, op. cit.

17Autre spectacle dont le goût s’affirme, la mascarade aux allures de carnaval. A la fin du siècle toute série de grandes fêtes comporte une ou plusieurs mascarades et l’on sait aussi que la Fête-Dieu tire le principal de son attrait, pour la foule, des mascarades qui l’accompagnent8. Les acteurs de la fête, masqués et déguisés, s’exhibent à cheval (máscara a caballo) car ils sont nobles et parfois même comme en 1588 les mécènes du spectacle9 ; en 1580 l’organisation de la mascarade est à la charge de la ville (a costa de los propios) mais l’un des deux groupes de cavaliers déguisés constitué par les regidores de la ville compte le marquis de Tavara, regidor lui-même, alors que l’autre est commandé par Don Iñigo de Mendoza10. En 1592 la mascarade donnée en l’honneur de Philippe II est d’un caractère un peu différent : elle comporte 7 cuadrillas dont chacune accompagne un char orné selon un thème distinct et la livrée des acteurs reflète la diversité de ces thèmes. Voici d’abord un char à la hongroise. C’est ensuite la ville de Valladolid elle-même qui est à l’honneur, servie par un bel orchestre. Viennent alors un troisième char monté par des Hindous et des Japonais, un quatrième par des Indiens. Retour à l’Europe avec le cinquième char qui figure des scènes de chasse et regroupe autour des chasseurs de nombreux animaux vivants : loups, renards, lièvres, lapins, etc., dont certains seront rendus à la liberté devant le Roi. Le sixième char présente des villageois exécutant des danses endiablées. Enfin le dernier risque une allusion précise à la conquête du Portugal, puisqu’il est monté par des Portugais11.

  • 12 Ibid.

18Les fêtes sur l’eau, qui seront nombreuses durant le séjour de la Cour de Philippe III, de 1601 à 1606, sont assez rares au xvie siècle. La plus réussie paraît avoir été celle du 8 août 1572 : un ponton avait été installé sur le Pisuerga à partir des jardins de l’Amiral. Deux galères se livrèrent à un simulacre de combat naval, puis des joutes nautiques avec participation de 24 équipages montés sur des barques furent offertes au public. Un pêcheur réalisa devant le Roi une démonstration de plongeon et de nage subaquatique, réussissant mille prouesses. A la nuit, des feux d’artifice sur le thème de Neptune et du dragon achevèrent agréablement la fête, fort réussie au jugement du difficile Cock12.

  • 13 Dámaso de Frías, Barthélemy Joly, Tomé Pinheiro da Vega s’accordent à définir le Pré de la Madelei (...)

19Le goût de la danse ? Une constante hispanique. La danse n’a nul besoin du secours de l’extraordinaire pour posséder les gars et les filles et les enchanter par le rythme. Par les douces nuits de l’été, le chant et la danse fleurissent spontanément sur tous les théâtres de verdure : le Pré de la Madeleine, les rives du Pisuerga ; violes et guitares éveillent et entretiennent l’ardeur des danseurs. Mais jamais la danse n’est plus sincère et plus impérieuse sa nécessité que pendant la nuit de la Saint-Jean. Des groupes se forment, d’hommes et de femmes, qui invitent les passants, les entraînent dans leur ronde, chantent et dansent jusqu’au matin13.

  • 14 Voir par exemple A.M.V., Livres d’Actes, 10 juin 1575.
  • 15 A.M.V., Livres d’Actes, 22 juin 1594.
  • 16 A.M.V., Livres d’Actes, 30 juin 1506 et 6 juillet 1592.

20La danse n’en est pas moins de toutes les fêtes ou presque. Groupes de danseurs et joueurs de timbale accompagnent la procession du Corpus14. Le transfert des reliques de saint Benoît est prétexte à l’érection d’arcs de triomphe autour desquels s’exercent les danseurs15. Et comme la danse concerne autant le peuple des campagnes que celui de la ville, Valladolid se réjouit volontiers au spectacle des danses villageoises. Pour distraire en juin 1506 Philippe le Beau et Jeanne, le Conseil de la Ville convie jeunes gens et jeunes filles à venir exécuter leurs danses devant le couple princier. Au terme du siècle le même Conseil invite chaque village à préparer « sa » danse pour plaire au grave Philippe II16.

  • 17 A.M.V., Livres d’Actes, 5 mai 1503.

21Les années ordinaires égrènent au fil des jours les perles attendues des fêtes que le catholicisme sanctifie. On célèbre avec éclat les trois Pâques, saint Jean et saint Jacques, la Nativité de la Vierge le 8 septembre et son Assomption le 15 août ; les orfèvres honorent saint Éloi par de joyeuses flambées qui illuminent la rue Platería, mais les deux moments les plus espérés sont, comme ailleurs en Espagne, la Semaine sainte et le Corpus Christi. La célébration du Corpus, fête chômée, impose une préparation de longue haleine. C’est dès janvier que le Conseil désigne les commissaires chargés d’organiser la fête et c’est avec plusieurs mois d’avance que le Conseil se préoccupe de recruter un representante de comedias, c’est-à-dire un directeur de troupe capable de mettre en scène les autos indispensables au lustre de la fête et passionnément attendus par le peuple. En prévision de la procession, les rues sont nettoyées, les maisons ornées de tapisseries et d’oriflammes. Pinheiro da Vega assista en 1605 à cette procession fort impressionnante puisqu’elle réunissait 600 moines, 300 prêtres et tous les notables de la ville. On ne sait pas si la tradition s’était maintenue, toujours vivante au début du siècle, d’une participation populaire à la procession puisqu’une personne de chaque maison au moins devait alors suivre le Saint-Sacrement17.

22Quant à la Semaine sainte, elle est l’occasion d’un paroxysme de spectacle où le profane et le sacré s’associent comme toujours en ce siècle, dans d’indéfinissables proportions. Un spectacle qui intéressa vivement Barthélemy Joly en 1604, Pinheiro da Vega en 1605. Les églises sont tapissées de brocarts et de damas brodés et la foule durant le jour s’écoule d’un temple à l’autre. La nuit les rues sont parcourues de cortèges silencieux : douze ou quatorze porteurs de torches habillés en drap de Hollande et chaussés de souliers blancs précèdent un hidalgo sanglant qui s’administre la discipline ou porte une croix plus lourde que lui.

  • 18 On recommande, comme la plus détaillée, la description donnée par Tomé Pinheiro da Vega, La Fastig (...)

23Les processions sont déjà, au jugement de Pinheiro, les plus belles de Castille. Celle du mardi saint, qui part de l’église de la Madeleine, est celle des femmes publiques, destinée à leur offrir une occasion de salut, mais les souteneurs veillent et profèrent les plus terribles menaces contre celles qui céderaient au repentir. Le jeudi, la procession aux prisonniers qui, derrière leurs grilles, lancent des couplets à la Vierge et à son Fils souffrant, précède la libération de quelques détenus. Mais voici les grandes processions du vendredi saint : la première, celle de la Trinité, qui part de ce monastère, va au Palais-Royal et revient par Platería et la Plaza Mayor, est composée de 1 400 disciplinants et de 650 confrères entourant les pasos de trois confréries : Notre-Dame au pied de la Croix, l’oraison au Jardin des Oliviers, enfin une Descente de Croix avec le Christ dans les bras des Saintes Femmes et la Vierge prosternée devant la Croix. La deuxième procession plus extraordinaire encore qui sort de Saint-François, passe par le Palais, revient par Platería et Cantarranas, groupe 2 000 disciplinants et 1 000 confrères portant de nombreux pasos, certains de la taille d’une maison et parfois fort beaux : la Cène, sainte Véronique, une Descente de Croix. Enfin, dans la nuit du vendredi saint s’ébranle la procession la plus fameuse, celle de la Solitude, qui dure trois heures et demie, part de San Pablo pour y revenir après un long parcours : les confrères de lumière qui portent des cierges à quatre mèches s’associent aux confrères de sang qui se donnent la discipline ou se la font donner par des mercenaires. Lueurs qui frissonnent dans la nuit, roulements de tambour, cagoules de mystère, odeurs d’encens et de cire, odeur et apparence du sang, images dramatiques de la Passion du Christ taillées dans le bois et revêtues de couleurs éclatantes, supportées par des corps en sueur, tel est le spectacle offert chaque année à la foule, immédiat à son sens et à son cœur18.

II. — LE JEU DU TAUREAU

  • 19 Marcelin Defourneaux, op. cit., p. 153.

24« La passion pour la tauromachie est universelle... La corrida.est devenue par excellence la fête nationale. » Cette affirmation de Marcelin Defourneaux, l’auteur l’applique à un Siècle d’Or entendu stricto sensu, dont les débuts coïncident avec la fin du xvie siècle. Mais si l’on devait en juger par le seul exemple de Valladolid on pourrait aussi bien l’employer à propos du commencement du xvie siècle19.

  • 20 A.M.V., Livres d’Actes, 29 mai 1504.
  • 21 A.M.V., Livres d’Actes, consulter les livres aux dates correspondantes.

25Le jeu du taureau en effet accompagne aussi bien les fêtes traditionnelles qu’il illustre les circonstances exceptionnelles. Pas une fête de saint Jean, pas une fête de saint Jacques qui ne comporte une course de taureaux. Le rite ne souffre pas d’exception, sauf peut-être en 1577. Mais en 1504, année de misère, si l’on renonce aux jeux habituels du Corpus Christi, on court tout de même 6 taureaux pour la Saint-Jean et deux regidores ont offert d’aller les chercher à leurs frais20. Les seules variantes sont le jour, qui ne coïncide pas toujours exactement avec celui de la célébration du saint, et le nombre de taureaux courus. En 1502 et en 1503, 5 pour la Saint-Jean et 4 pour la Saint- Jacques, mais 6 pour la Saint-Jean en 1504 et 6 pour la Saint-Jacques en 1506 ; 10 pour la Saint-Jean 1556 ; 19 en tout pour les deux mêmes fêtes de 1559 et 12 pour la Saint-Jean 1562. Cela signifie que la tendance est à l’augmentation du nombre des taureaux courus. La présence de la Cour est peut-être responsable de cette inflation. Toutefois en 1593 malgré les difficultés économiques et l’absence de cette Cour, les taureaux combattus pour honorer les deux saints sont plus nombreux qu’au début du siècle (5 pour la Saint-Jean mais 9 pour la Saint- Jacques ; et en 1589 la Saint-Jacques avait mérité 10 taureaux)21.

  • 22 Voir par exemple A.M.V., 13 septembre 1593.

26Le 15 août et le 8 septembre donnent souvent lieu à des courses de taureaux, mais d’une manière irrégulière. Les courses du 8 septembre ont un caractère populaire très accusé et il ne s’agit pas de taureaux mais de vaches. La remise des grades de docteurs est encore une occasion de courir les taureaux comme à Salamanque, au moins à la fin du siècle, et le théâtre du spectacle est alors la place Santa María sur laquelle on dresse pour l’occasion des tribunes à l’intention des membres de l’Université et du Conseil de la Ville22.

  • 23 Il faut insister sur le nombre tout à fait exceptionnel des courses de taureaux à Valladolid. A ti (...)

27Les circonstances exceptionnelles sont innombrables : le 3 mars 1502 on court 8 taureaux en l’honneur de Philippe le Beau et de Jeanne, en mars 1518 c’est au jeune roi Charles que la Ville, puis le Président de la Chancellerie adressent l’hommage d’une corrida, tandis que le 15 août 1556 la course est dédiée à Son Altesse ( ?, Charles Quint a abdiqué, Philippe II est absent). En 1522 le pardon des comunidades, en mars 1565 la venue de la Reine, en août 1566 la naissance d’une infante servent de prétexte et la visite de Philippe II, en juillet 1592, puis le transfert des reliques de saint Benoît en juillet 1594... Mais lorsque le prétexte manque, il importe peu : il faut « que la ville seréjouisse » (fin juillet 1593), il faut « que jouisse le peuple » (septembre 1589). Et les courses de septembre 1586 n’ont sans doute pas d’autre origine que l’espérance du plaisir23.

  • 24 Marcelin Defourneaux, op. cit., p. 153.

28Le jeu du taureau s’associe volontiers au jeu de javelines parce qu’il s’enracine comme lui et plus encore peut-être dans la tradition hispanique. Comme l’avait observé Marcelin Defourneaux, « il n’est pas rare de voir dans la même journée l’une [de ces manifestations] succéder à l’autre »24. Ce fut le cas lors de la fête organisée en mars 1518 par le Président de la Chancellerie en l’honneur de Charles Quint ou le 11 juillet 1592 à l’occasion du séjour de Philippe II.

  • 25 Voir par exemple A.M.V., Livres d’Actes, 7 août 1503.

29A Valladolid les courses étaient généralement données sur la Plaza Mayor fermée par les charrettes des paysans, comme il advient aujourd’hui dans les villages de Castille. Les charrettes pouvaient être réquisitionnées à cet effet contre indemnité et les paysans étaient assurés de bonnes places au spectacle25. On a vu cependant qu’en certaines circonstances la course pouvait avoir lieu sur la place de Santa Maria ou devant la Chancellerie. De plus, après l’incendie de 1561 qui détruisit le centre de la ville et notamment la Plaza Mayor, les courses furent données à la Puerta del Campo : ce fut le cas en 1562 et pendant les années qui suivirent.

  • 26 Le rejón est un javelot de bois assez court et terminé par une pointe en fer. L’art du rejoneador (...)

30Mais quelle forme avait alors ce jeu du taureau ? Une forme chevaleresque, grâce à l’intervention de cavaliers grands seigneurs, cherchant à placer un rejón ou plusieurs sur le garrot du taureau, ou une forme populaire, l’animal étant combattu par des piétons à l’aide de lances ou de demi-lances complétées au dernier instant par l’action des couteaux ? Ou bien l’une et l’autre, selon la formule décrite par Marcelin Defourneaux, la gent à pied prenant la succession des cavaliers26 ?

31Il paraît à peu près certain que les courses de Valladolid avaient un caractère essentiellement populaire. Elles n’ont dû être qu’assez rarement rehaussées par la participation de la noblesse. Voici quelques raisons de le croire.

32Les voyageurs étrangers à Valladolid ne décrivent pas les courses de taureaux alors qu’ils se livrent parfois, tel Laurent Vital, à de longues descriptions des tournois et des jeux de javelines parce que de grands seigneurs, nommément désignés, en étaient les acteurs. Si quelque comte ou quelque duc avait couru un taureau ils n’auraient point manqué de le rapporter dans leur relation. Mais les acteurs sont gens de peu et ne méritent pas qu’on s’intéresse à leurs faits et gestes. Lorsque Cock vante dans ses récits un taureau fort brave qui tua « quelques personnes », il se réfère, à l’évidence, à de pauvres diables, des professionnels accoutumés à vivre de ce jeu dangereux et qui ont fini par en mourir.

  • 27 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 375.

33Voici d’autre part un contrat daté du 6 juin 1544 selon lequel la ville engage les « garçons d’éperons » de Son Altesse pour les jours de fête lorsque Son Altesse sera présente. Les garçons (mozos) percevront 25 réaux « pour chaque taureau... avec lequel ils s’enfermeront sur la Plaza Mayor »27. En revanche je n’ai découvert aucun document relatif à la participation active des seigneurs alors que ces documents ne manquent pas à propos des jeux de javelines.

34Il est évident que ce caractère populaire ne peut être discuté lorsque le jeu du taureau se déroule dans un village. Tudela del Duero appréciait vivement ce jeu et un encierro s’y déroulait le 15 août. Comme aujourd’hui dans certains bourgs de Castille, d’Aragon ou de Navarre, sans parler de Pampelune, les garçons y couraient devant les taureaux lâchés dans la grand-rue entre les palissades qui protégeaient la foule. Le premier livre des décès de Tudela nous apprend que l’an 1564 quatre personnes furent victimes des taureaux dont l’une pendant l’encierro du 15 août.

  • 28 Enrique Cock, La jornada de Tarazona, op. cit. ; et A.M.V., Livres d’Actes, 1er septembre 1572.

35Enfin il semble bien que la combativité des taureaux ait été excitée parfois à l’aide de pétards fixés au corps de l’animal. Le taureau si brave qui provoqua l’admiration de Cock sortit, écrit l’auteur, « enalbardado, lleno de cohetes ». Il faudrait traduire : « couvert de fusées ». L’indication est à rapprocher de celle fournie par un autre document : une décision de la Municipalité prévoit deux mantas de cohetes pour les vaches à courir le 8 septembre 1572 : littéralement deux « couvertures à fusées »28.

III. — LES JEUX DE LA SCÈNE

  • 29 Karl Vossler, « Lope de Vega y su tiempo », Revista de Occidente, p. 97.

36La Madrid de la première moitié du xviie siècle était, selon Karl Vossler, « la ville des théâtres, des comédiens, des poètes et des académiciens ». Nouveau motif pour voir dans la Valladolid du xvie siècle une préfiguration de la Madrid du Siècle d’Or29.

  • 30 Voir Narciso Alonso Cortés, « De Cómicos », Miscellanea Vallisoletana, t.I, p. 49 ; et A.M.V., Liv (...)

37Dès la première moitié du siècle certaines représentations théâtrales eurent lieu à Valladolid, prolongeant très certainement une tradition médiévale. Narciso Alonso Cortés rappelle que dès le xve siècle on donnait à l’occasion des fêtes du Corpus des jeux et des entremeses dont l’organisation était à la charge des corporations. Au xvie siècle les corporations défaillent mais le relais est assuré par la Municipalité. On a toutes raisons de penser que la célébration du Corpus s’accompagna régulièrement de la représentation de saynètes ou d’autos allégoriques. Une allusion à la célébration de telles allégories apparaît par exemple en septembre 1517 et l’on sait que deux autos, dont l’un avait pour thème le baptême de saint Jean-Baptiste, furent joués en 1527 à l’occasion du baptême du futur Philippe II sur le parvis de San Pablo. En 1517 on joua aussi L’Églogue royale que son auteur, le bachelier de La Pradilla, avait présentée au Roi et en 1548, lors du mariage de la sœur de l’Empereur avec Maximilien de Hongrie, une comédie de l’Arioste, Suppositi30. Toutefois il semble bien que ces diverses représentations théâtrales soient assurées par des amateurs.

  • 31 On ne peut conserver aucun doute à propos de la liaison entre organisation des représentations du (...)

38Dans la deuxième moitié du siècle le théâtre s’installe à demeure à Valladolid : avec la participation des professionnels, les jeux du Corpus, comme peut-être dans beaucoup d’autres villes, jouèrent le rôle de cheval de Troie du théâtre. Les regidores sont extrêmement soucieux de pouvoir offrir des autos ou des comedias à la foule à l’occasion des fêtes, et tout spécialement du Corpus. Mais ils sont conscients de payer assez mal les troupes qu’ils sollicitent dans ce but, d’autant plus que le montage des chars porteurs des allégories de circonstance est assez onéreux. Les comédiens, auteurs et acteurs, ne peuvent donc accepter l’organisation de ces fêtes si mal rétribuées que s’ils reçoivent licence d’exercer leur art dans la ville pendant plusieurs mois avant et après le Corpus. Et bien entendu ces représentations sont payantes. La ville y trouve d’ailleurs son compte car elle frappe les spectacles de taxes dont le produit alimente les œuvres des enfants de la Doctrine et des enfants trouvés31.

  • 32 Jean Louis Flecniakoska, La formation de l’ « auto » religieux en Espagne avant Calderon, p. 5, 83 (...)

39La chance de Valladolid fut de compter, dès les années cinquante, avec le concours de Lope de Rueda en qui Karl Vossler voit avec raison le véritable précurseur de Lope de Vega. Ce Sévillan qui avait dressé un peu partout ses tréteaux, à Tolède, Madrid, Valence, Cordoue, Séville, Ségovie, fut engagé le 8 juillet 1551 par l’Ayuntamiento comme « maître des fêtes » avec un salaire annuel fixe de 4 000 maravédis à condition qu’il résidât dans la ville. Il succédait au « représentant » Alonso de Madrid qui avait organisé les fêtes du Corpus en cette même année 1551. Mais cette succession devait s’avérer durable puisque Narciso Alonso Cortés a établi que le séjour de Lope de Rueda dans la ville du Pisuerga aurait pu durer jusqu’en 1559, abstraction faite de quelques voyages comme celui qu’il fit à Benavente en 1554 pour y monter à l’occasion des fêtes en l’honneur du prince Philippe un auto tiré de l’Écriture sainte, et J. L. Flecniakoska affirme la participation de Lope aux Corpus de 1552, 1559 et 1561. Il considère d’ailleurs à la suite d’autres auteurs que la participation de Lope de Rueda aux fêtes du Corpus de Valladolid en 1552, venant après celle d’Alonso de Madrid, marque un tournant dans l’histoire des représentations du Corpus32.

  • 33 Ibid., p. 90.

40Lope fut sans doute le fondateur du premier corral de comedias de Valladolid : la première « cour aux comédies », si l’on veut. En octobre 1558 il chercha à louer deux terrains près de la porte de Santiesteban pour y construire un corral et la réalisation suivit très probablement puisque à la faveur d’un procès qui opposa l’hôpital de San José au comédien Mateo de Salcedo en 1575, plusieurs témoins se réfèrent aux farces et comédies que l’on joue depuis dix ou douze ans près de la porte de Santiesteban. Ainsi Valladolid aurait précédé Madrid dans la construction d’un corral de comedias puisque le premier théâtre madrilène de ce genre, El sol, ne fut ouvert qu’en 156833.

41Lope de Rueda — qui dirigeait une véritable troupe dont plusieurs membres sont connus : Pedro de Montiel, Alonso Getino, Gaspar Díez, Francisco de La Vega —, fut un auteur extrêmement fécond et divers. Farces, dialogues en vers, pastorales, autos sont nés de son invention.

  • 34 Voir notamment Narciso Alonso Cortés, « Lope de Rueda en Valladolid », Miscellanea Vallisoletana, (...)

42Sa prose, peut-être inspirée de celle de la Célestine, était directe et vive. Nul mieux que lui n’aurait pu éveiller les foules vallisolétaines à la passion du théâtre à l’heure même où se préparent les fortunes de la comedia34.

  • 35 Juan Agapito Revilla, Las Calles de Valladolid, p. 130.

43Désormais le théâtre a droit de cité à Valladolid. En 1575 un deuxième corral de comedias était inauguré dans l’actuelle rue de Simon Aranda, tout près de l’hôpital de San Anton. Un directeur de troupe, Mateo de Salcedo, loua pour sept ans à Ana de Valladolid, le 23 mars 1575. les petites maisons qui entouraient le corral de Longaniza et fit exécuter les travaux nécessaires : une scène fut dressée, protégée par un toit de bois et de tuiles, la cour fut entourée d’arcades, une corredera ou promenoir facilitait la circulation des spectateurs et le parterre proposait ses bancs à ceux qui désiraient s’asseoir. Ces travaux coûtèrent 300 ducats et l’inauguration eut lieu à la fin avril 157535.

  • 36 Narciso Alonso Cortés, « De Cómicos », Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 49. Mais on trouvera de (...)

44A la suite de Lope de Rueda et de ses comédiens, de nombreuses troupes vinrent se produire à Valladolid. Ainsi Mateo de Salcedo, Juan Granado qui donna de nombreuses représentations dans le corral installé par Salcedo, notamment en 1580 où il alterne avec Juan Ganasa. Ce dernier demeure à Valladolid après le départ de son collègue. A la fin de 1581 ce sont deux compagnies, l’une castillane et l’autre italienne, qui sont établies dans la ville. En 1586 Gonzalo de Alarcón se trouve à Valladolid où il fait baptiser sa fille. En 1590 Porras fait jouer ses autos et ses comédies et il semble bien qu’il soit demeuré jusqu’en 1594 dans la ville du Pisuerga où il est alors relayé par Alonso Ramírez, Sánchez et Cisneros, puis par Luis de Vergara. On signale en 1595 la présence d’un des meilleurs acteurs du temps, Agustín Solano, et c’est en compagnie de comédiens que le chien Berganza, une des créatures de Cervantes, arrive à Valladolid36.

45L’attirance que la ville semble bien exercer sur les comédiens est une preuve du goût qu’elle a pris pour le théâtre ; et ce goût a grandi jusqu’à la passion. Comme à Madrid, une ou deux décennies plus tard, les représentations deviennent quotidiennes en certaines périodes : cela signifie que les comédiens peuvent compter avec un public fidèle. Le spectacle est quotidien en février 1576, il l’est encore en septembre 1578 et durant tout l’été 1580. Il en est de même pendant l’hiver 1581, en 1583, puis en 1589 et 1590. Simples jalons sans doute : on peut croire raisonnablement que de janvier à décembre, sauf pendant le carême et la Semaine sainte, des comédies ont été jouées presque tous les jours à Valladolid durant le dernier quart du xvie siècle. A en croire certains regidores, hostiles à cette mode, la fièvre du théâtre est funeste au travail et aux mœurs : les artisans, les étudiants, les femmes mariées aussi bien que les jeunes filles, accourent aux corrales de comedias, abandonnent leurs maisons, leurs études ou leurs ateliers. Les délibérations du 19 août 1578 et celles du 22 août 1583, par exemple, révèlent la séduction que le théâtre exerce ainsi sur les jeunes, les femmes et le peuple.

46Voici que la passion du théâtre divise l’Ayuntamiento et suscite d’ardentes polémiques. En 1576 les regidores protestent contre la décision du corregidor de limiter aux dimanches et jours de fêtes les jeux de la scène : les comédiens ne gagnent pas assez pour vivre s’ils ne peuvent s’exprimer tous les jours, ils désertent la ville et Valladolid sera privée de leur concours à l’occasion du Corpus. En août 1578 ils ont changé d’avis et ce sont eux qui prient maintenant le corregidor d’empêcher le scandale en interdisant les représentations quotidiennes. Deux ans plus tard la division s’est installée à l’Hôtel de Ville : un groupe conduit par Jerónimo de La Bastida se plaint en juillet de ce qu’on joue tous les jours la comédie depuis quatre mois ; les troupes de Juan Granado et Juan Ganasa sont en exercice. En septembre les adversaires du théâtre renouvellent l’assaut, ils se scandalisent des gains élevés réalisés par Ganasa. Alonso de Verdesoto, soutenu par cinq collègues, puis approuvé par le corregidor, réplique que Ganasa procure aux gens des plaisirs honnêtes. On lui a de plus fort mal payé l’auto qu’il a mis en scène pour la fête du Corpus et d’ailleurs n’a-t-il pas reçu licence de Sa Majesté pour jouer la comédie dans tout le Royaume ? En septembre 1580 deux autres regidores, Felipe de Paredes et Diego de Miranda, répondent à une nouvelle attaque qu’il faut laisser Ganasa jouer quinze jours encore pour la santé du peuple : « ainsi ils se réjouiront car ils sont tous tristes et malades ».

47La polémique reprend en novembre 1580. Gabriel de Santiesteban est l’ennemi des séances quotidiennes. Les autres membres du Conseil, tout en décidant de s’opposer « à toutes choses malhonnêtes », réfutent les arguments de Gabriel : les taxes perçues sur les comédies font vivre l’œuvre des « Enfants trouvés » et les comédiens font marcher le commerce car ils dépensent dans la ville tout l’argent qu’ils gagnent. D’ailleurs quelques artisans seulement se rendent au théâtre les jours de travail.

  • 37 Pour tout ce qui précède, consulter A.M.V., Livres d’Actes, 7 février 1576 ; 19 septembre 1578 ; 7 (...)

48Une autre passe d’armes se déroule à l’occasion du contrat de Porras engagé pour représenter des autos lors des fêtes du Corpus avec licence de jouer tous les jours pendant la période précédente sauf durant la Semaine sainte et le carême, réservés à des « comédies de dévotion » les mardis, jeudis et samedis. Antonio López de Calatayud considère le théâtre comme un lieu de perdition parce qu’il permet aux hommes et aux femmes de se rencontrer et les « comédies de dévotion » lui paraissent pires que les « comédies d’amour ou autres choses humaines ». On lui répond que l’on pèche encore davantage dans les églises37 !

49Ainsi, tandis que le siècle est près de s’achever, le théâtre à lui seul justifie notre titre : le spectacle est permanent.

IV. — LES AUTOS DE FE. ENCORE UN SPECTACLE

  • 38 Robert Mandrou, Introduction à la France moderne, p. 79 et 81.
  • 39 « Relación del Auto de Fe calebrado en Valladolid el año de 1559 », manuscrit anonyme, B.N.M. 2031 (...)

50Dernière et rare mise en scène, l’exécution capitale d’hommes et de femmes offerte à la foule. Il peut paraître inadmissible de considérer comme un spectacle la mort publique d’êtres humains. Mais notre sensibilité n’est pas celle des gens du xvie siècle. Robert Mandrou rappelle justement le faible prix que l’on accorde alors à la vie humaine et « le goût prononcé... pour les actes où la mort entre en jeu »38. Cette « délectation collective » devant une exécution capitale qu’évoque Robert Mandrou est-elle seulement signe de cruauté ? Je ne le crois pas plus que lui. Ayant le souci constant de la mort qui, selon le préambule des testaments, est « chose naturelle », l’homme du xvie siècle se prend de passion pour la manière dont ses semblables reçoivent la mort. En Espagne, plus encore qu’ailleurs peut-être, un homme se juge à la façon dont il sait mourir et c’est à bien mourir que les moines exhortent les condamnés qu’ils accompagnent au supplice39.

51Un « acte de foi » certes, une affirmation collective de la foi devant ses négateurs eux-mêmes, mais aussi un spectacle et le plus grandiose, le plus capable d’émouvoir la foule, de se prolonger longuement dans sa conscience collective, voici en vérité ce que l’Inquisition propose à Valladolid en quelques rares occasions : les trois grands autos des 21 mai et 8 octobre 1559 et du 28 octobre 1561 et quelques autres secondaires, tel celui du 11 octobre 1573.

  • 40 On rappellera que le docteur Agustín de Cazalla avait été prédicateur et chapelain de l’Empereur.

52Ces cérémonies mettent en mouvement des foules immenses à la mesure de la mise en scène. 21 mai 1559 : le bruit a couru que le docteur Cazalla, le licencié Herrezuelo, des personnes de haut rang figureraient parmi la procession des condamnés : c’est pour le peuple, et surtout pour les humbles, un premier élément d’attraction. La toute puissance de l’Inquisition éclate à leurs yeux, qui frappe les grands de ce monde et ne s’arrête point aux marches du palais40. Et la fascination de l’événement ne se peut comprendre toute si l’on ne considère la personnalité des victimes. Parmi ceux que l’on promet au bûcher le docteur Cazalla et son frère Francisco de Vivero, prêtre lui-même, sa sœur, et sa mère réduite à une statue parce que morte avant le supplice, Cristóbal de Ocampo, chevalier et aumônier du grand prieur de San Juan de Zamora, les licenciés Herrezuelo et Pérez de Herrera, Doña Catalina de Ortega, femme du commandeur Loaysa, l’orfèvre Juan García dont la femme fut, semble-t-il, la dénonciatrice, d’autres prêtres, d’autres femmes. Parmi les « réconciliés », condamnés cependant à la prison perpétuelle et à la confiscation de leurs biens, Don Pedro Sarmiento, fils du marquis de Poza ; Don Luis de Rojas, son neveu et l’héritier du marquisat ; Don Juan de Ulloa, chevalier et commandeur de Saint-Jacques ; Juan de Vivero, un autre frère du docteur Cazalla ; Doña Mencia de Figueroa, femme de Don Pedro Sarmiento et dame d’honneur de la Reine ; Doña María de Rojas, religieuse au couvent de Sainte-Catherine-de-Sienne et fille de la marquise d’Alcañizes ; Doña Francisca de Zúñiga, fille d’Alonso de Baeza, comptable de Sa Majesté... Tous membres des ordres, Église et noblesse, auxquels sont dévolus les privilèges et, parmi ces privilèges, l’honneur. D’une condition étrangère à la foule et tellement plus haute, voici qu’ils sont abaissés, dégradés, honnis et désormais tellement plus bas que cette foule. Que l’on ne méprise pas l’influence de tels événements sur la popularité de l’Inquisition, beaucoup plus grande qu’on ne croit, du moins aux xvie et xviie siècles. L’Inquisition est redoutée des gens d’Église, des écrivains, des intellectuels, des artistes peut-être, des politiques et, certes, des morisques ou des conversos, beaucoup moins des humbles. L’on a vu qu’elle ne prenait guère au sérieux le blasphème ordinaire et, sur les listes des condamnés à l’auto de fe, les gens de peu sont minoritaires. Au surplus, à moins qu’ils n’aient donné dans la sodomie ou dans la bigamie, ils s’en tirent presque toujours avec quelques années de prison ou une centaine de coups de fouet.

53Durant la nuit du 20 au 21 mai 2 000 personnes veillent sur la Plaza Mayor pour s’assurer une bonne place. Pour obtenir l’accès d’un balcon ou de l’une des fenêtres donnant sur la Plaza on paie 12, 13, et même parfois 20 réaux par personne. A partir d’une heure du matin des messes sont célébrées, une rumeur de prière parcourt la foule. A l’aube, à 5 heures, commence l’auto. On se montre le prince Don Carlos qui a pris place sur une haute estrade dressée devant l’Hôtel de Ville et qu’entourent sa tante, Doña Juana de Portugal, et de grands seigneurs : l’Amiral de Castille, le marquis de Denia, le marquis d’Astorga..., des dames, plus de 850 moines appartenant à tous les ordres religieux. A gauche du prince l’archevêque de Séville, inquisiteur général, entouré des membres du Saint-Office, préside le tribunal. Alors se présente le cortège : la garde de Sa Majesté l’ouvre, suivie du chapitre de l’Église Majeure rallié derrière une croix noire ; puis viennent la Chancellerie et le conseil local de l’Inquisition. Enfin s’avance la triste procession des accusés : trente personnes vivantes et une statue.

54Le silence se fait tandis que les princes prêtent sur les évangiles le serment d’aider et de servir en tout et pour tout le Saint-Office et de poursuivre l’hérésie. Après le serment la place est livrée pour une heure à une voix, l’une des plus éloquentes, les plus véhémentes du temps, celle du dominicain Melchor Cano.

55Puis c’est la longue et terrible lecture des sentences : 15 personnes sont vouées au bûcher, 15 autres sont réconciliées avec l’Église. Le peuple observe avec émotion les réactions des condamnés. Celles d’Agustín de Cazalla sont particulièrement démonstratives. Il s’agenouille devant les princes et demande que l’honneur lui soit rendu pour confesser ses grands péchés. Ramené à sa place, il aperçoit sa sœur Beatriz et demande grâce pour elle qui est mère de 13 enfants. On lui impose silence. Alors, une croix entre les mains, il remercie Dieu qui lui a permis de confesser ses péchés et de sauver son âme. Beaucoup de gens pleurent, prient Dieu de pardonner à Cazalla et de l’accueillir dans sa gloire.

56En revanche le licencié Herrezuelo reste impassible, oppose un dédain de marbre à toutes les exhortations. Tous les récits s’accordent à propos des comportements de Cazalla et d’Herrezuelo. Ils divergent lorsqu’il s’agit des autres prêtres, Francisco de Vivero et Alonso Pérez. Selon l’un des manuscrits ils accueillirent en riant sentence et dégradation. Selon un autre ils se repentirent et confessèrent leurs erreurs.

57Il est alors 4 heures du soir. Mais si l’auto est achevé, le moment le plus terrible de la journée, l’exécution, commence. Les 15 condamnés sont hissés sur des mules et, par la rue Santiago, le sinistre cortège gagne la Puerta del Campo où 15 bûchers ont été dressés. Un crieur public vient en tête, qui annonce la justice du Roi. Agustín de Cazalla s’adresse au peuple massé sur le parcours, l’adjure de conserver obéissance à l’Église de Rome et de fuir les doctrines hérétiques ; les autres demeurent silencieux.

58Les condamnés sont enfin élevés sur les bûchers et Cazalla continue à crier son repentir, exhorte ses compagnons à retrouver la foi du Christ qu’il leur a fait perdre par ses mensonges. Quatorze des suppliciés, ceux qui se sont repentis, sont étranglés avant d’être brûlés. Seul, le licencié Herrezuelo, inébranlable, brûle vivant.

  • 41 Voir les manuscrits de la B.N.M., G 115, fol. 9 et G 209, fol. 67 et 109.

59Le drame se répète le 8 octobre et, dès minuit, la Plaza Mayor est comble. Plusieurs éléments nouveaux attirent la foule et, d’abord, la présence du roi Philippe, absent de l’auto du 21 mai. Mais parmi les condamnés à mort voici un représentant de la haute noblesse, un autre fils du marquis de Poza, Fray Domingo de Rojas, pris à Pampelune alors qu’il allait s’enfuir en France ; un chevalier de Vérone, Don Carlos de Sesso, apparenté, dit-on, à la famille royale, que l’on doit porter parce qu’il est paralysé ; voici la jeunesse et la beauté, Doña Magdalena de Reynoso et María de Miranda, religieuses au monastère de Santa María de Belén, âgées de 20 ans, que l’on va faire mourir en compagnie de deux nonnes du même couvent ; voici la statue de Juana Sánchez, la beata de Valladolid qui s’était suicidée dans sa prison en se tranchant la gorge avec des ciseaux. Sur les bûchers, presque autant de femmes que d’hommes, six contre huit. Et cette fois deux hommes, Don Carlos de Sesso et Juan Sánchez, un serviteur du docteur Cazalla, sont brûlés vivants en donnant l’exemple d’un extraordinaire courage41.

  • 42 On peut aussi prétendre que la grande parade militaire organisée en mars 1588 participait de ces g (...)

60Joutes et tournois et mêmes jeux de javelines, courses de taureaux, autos de fe, tout indique le goût, voire la passion du public, pour les spectacles de mouvement et les émotions fortes : jeux athlétiques, violences, coups et blessures, la mort, fin dernière. Mais l’attrait qu’exercent les mascarades, les processions, le théâtre sous ses formes diverses témoigne également du goût pour la mise en scène et la comédie, au sens fort. Ces deux goûts se rejoindront dans la comedia au Siècle d’Or : théâtre de mouvement, de violence et de passions fortes42.

V. — LE COÛT DU SPECTACLE

61Les jeux coûtent aussi cher que le pain. Il est bien vrai que l’af- fluence de forains en certaines circonstances a contribué à « faire marcher le commerce ». Mais les dépenses engagées pour nourrir ces festivités innombrables sont sans commune mesure avec le supplément d’argent obtenu. Il s’agit de savoir qui porte la charge de la fête.

  • 43 A.M.V., Livres d’Actes, 19 janvier 1502 et 29 mai 1503.
  • 44 Laurent Vital, op. cit.
  • 45 A.M.V., Livres d’Actes, 11 mars 1565.
  • 46 A.M.V., Livres d’Actes, 12 février 1588.

62Il existe sans doute un mécénat, volontaire ou provoqué. En 1502 chaque regidor contribue pour une forte somme, 160 000 maravédis, à l’organisation des fêtes en l’honneur de Philippe le Beau et de Jeanne. En 1503 ce sont les bouchers et les fabricants de chandelles qui paient les taureaux courus43. En 1517-1518 plusieurs fêtes données à l’occasion du séjour de Charles sont financées par seigneurs ou notables44. En 1565 pour célébrer dignement la Reine, on taxe les commerçants : les orfèvres riches doivent verser 1 000 maravédis chacun, les autres 500 ; les riches commerçants 3 ducats, les autres 2 ducats45. La mascarade de février 1588 est offerte par quelques caballeros, dont le comte d’Osorno46.

63Fort bien. Mais les cas particuliers ne font pas la coutume. Il reste que la plupart des fêtes sont organisées aux frais de la ville (a costa de los propios). Il est probable qu’elle a pu les financer sans dommage sérieux tant qu’elle a disposé des plus-values fiscales que j’ai eu l’occasion de signaler, c’est-à-dire jusqu’en 1560 environ. Après cette date, le budget municipal est constamment déficitaire : d’ailleurs la charge de la reconstruction qui suit l’incendie de 1561 l’écrase. Toute fête importante aux frais de la ville suppose alors un emprunt. Le service de l’emprunt ne peut être assuré que par une sisa, taxe sur les produits de grande consommation : viande, poisson, vin..., une taxe à laquelle le clergé se dérobe. On veut sincèrement réjouir le peuple, est-il écrit au début de ce chapitre. Certes, mais à condition qu’il paie le plus souvent les frais de la fête.

  • 47 Voir José Luis de Zelada, Estado de la Boisa de Valladolid, Valladolid, 1777, p. 83 à 88.

64Analysant le déficit des finances vallisolétaines au xviiie siècle, José Luis de Zelada en trouve l’origine dans les dépenses somptuaires du xvie et du xviie siècle, favorisées par une mauvaise gestion et génératrices d’emprunts dont le service s’est perpétué. Les fêtes, mais les fêtes après 1560, sont responsables de quelques-uns de ces emprunts. Zelada donne des exemples : lors des fêtes de 1565 la ville dépense 98 913 réaux. Les contributions diverses des riches ne suffisent pas et il faut emprunter 42 655 réaux. En 1570 c’est la quatrième épouse de Philippe II, Anne d’Autriche, et ses deux frères, les princes Albert et Venceslas, que l’on honore. Coût, plus de 300 000 réaux. En 1592 les trois fêtes offertes à Philippe II reviennent à près de 15 millions de maravédis, plus de 400 000 réaux, et rendent nécessaire un emprunt de plus de 150 000 réaux. Les ivresses du présent préparent aux générations suivantes les amères exigences d’un bilan de faillite47.

Notes

1 A.M.V., Livres d’Actes, 12 février 1588 et 18 septembre 1589.

2 Marcelin Defourneaux, La vie quotidienne en Espagne au Siècle d’Or, p. 148.

3 Marcelin Defourneaux, op. cit., p. 152.

4 Enrique Cock, La Jornada de Tarazona.

5 Pour tout ce qui précède voir la relation du Voyage de Laurent Vital, cf. García Mercadal, Viajes de extranjeros por España y Portugal, t. I, p. 705-764. Le récit des tournois est particulièrement circonstancié.

6 Antoine de Lalaing, op. cit.

7 Enrique Cock, op. cit. ; voir également A.M.V., Livres d’Actes, 22 mai 1592.

8 Marcelin Defourneaux, op. cit., p. 148, 149.

9 A.M.V., Livres d’Actes, 12 février 1588.

10 A.M.V., Livres d’Actes, septembre 1580.

11 Enrique Cock, op. cit.

12 Ibid.

13 Dámaso de Frías, Barthélemy Joly, Tomé Pinheiro da Vega s’accordent à définir le Pré de la Madeleine comme le lieu favori des bals vallisolétains et sur le caractère quotidien pendant l’été de ces réjouissances collectives.

14 Voir par exemple A.M.V., Livres d’Actes, 10 juin 1575.

15 A.M.V., Livres d’Actes, 22 juin 1594.

16 A.M.V., Livres d’Actes, 30 juin 1506 et 6 juillet 1592.

17 A.M.V., Livres d’Actes, 5 mai 1503.

18 On recommande, comme la plus détaillée, la description donnée par Tomé Pinheiro da Vega, La Fastiginia, op. cit.

19 Marcelin Defourneaux, op. cit., p. 153.

20 A.M.V., Livres d’Actes, 29 mai 1504.

21 A.M.V., Livres d’Actes, consulter les livres aux dates correspondantes.

22 Voir par exemple A.M.V., 13 septembre 1593.

23 Il faut insister sur le nombre tout à fait exceptionnel des courses de taureaux à Valladolid. A titre de comparaison voici l’exemple de Grenade connu grâce à la chronique de Francisco Henríquez de Jorquera, Anales de Granada. De 1603 à 1646, 30 courses seulement ont été organisées. Ce document nous a été communiqué par Alain Lavaud.

24 Marcelin Defourneaux, op. cit., p. 153.

25 Voir par exemple A.M.V., Livres d’Actes, 7 août 1503.

26 Le rejón est un javelot de bois assez court et terminé par une pointe en fer. L’art du rejoneador est encore pratiqué de nos jours, en prélude à certaines corridas, notamment par Alvaro Domecq et Angel Peralta. Voir aussi Marcelin Defourneaux, op. cit., p. 153-155.

27 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 375.

28 Enrique Cock, La jornada de Tarazona, op. cit. ; et A.M.V., Livres d’Actes, 1er septembre 1572.

29 Karl Vossler, « Lope de Vega y su tiempo », Revista de Occidente, p. 97.

30 Voir Narciso Alonso Cortés, « De Cómicos », Miscellanea Vallisoletana, t.I, p. 49 ; et A.M.V., Livres d’Actes, 28 septembre 1517.

31 On ne peut conserver aucun doute à propos de la liaison entre organisation des représentations du Corpus et développement du théâtre à Valladolid. Les délibérations du Conseil de la Ville sont à cet égard très instructives. Voir par exemple A.M.V., Livres d’Actes, 17 février 1576, 7 juillet 1580, 5 septembre 1580, 8 novembre 1589, 19 février 1590.

32 Jean Louis Flecniakoska, La formation de l’ « auto » religieux en Espagne avant Calderon, p. 5, 83 à 157. L’auteur étudie de manière très complète la façon dont la représentation des autos a favorisé le début du théâtre en Castille dans la deuxième moitié du xvie siècle, en même temps que les conditions matérielles et techniques de ces représentations. Son livre a rendu plus facile l’interprétation de nos documents. Je contesterai seulement, à propos de Valladolid, l’affirmation selon laquelle les comédiens étaient bien payés. C’est justement parce qu’ils ne l’étaient pas, du moins à Valladolid, je le répète, que le contrat avec la Municipalité prévoyait la possibilité pour la compagnie de jouer dans les corrales de comedias de la ville durant une assez longue période avant ou après le Corpus. Il est vrai que J. L. Flecniakoska écrit, p. 122 : « Cette possibilité de jouer seul et pendant deux mois était pour les comédiens un appoint matériel sérieux qu’ils considéraient comme partie intégrante du salaire qui leur était dû ». Cette précision faite, je serai volontiers d’accord avec lui. Il faut en effet tenir compte du fait que les frais de montage de l’auto étaient à leur charge ainsi, bien entendu, que les costumes et déguisements. A Valladolid la participation aux autos sacramentales est une bonne affaire commerciale pour les comédiens parce qu’elle est le moyen de se réserver l’exclusivité du théâtre durant une partie importante de la saison.

33 Ibid., p. 90.

34 Voir notamment Narciso Alonso Cortés, « Lope de Rueda en Valladolid », Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 27. Et aussi Lope de Rueda, Obras, Madrid, 1908, 2 volumes.

35 Juan Agapito Revilla, Las Calles de Valladolid, p. 130.

36 Narciso Alonso Cortés, « De Cómicos », Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 49. Mais on trouvera des indications précieuses dans les Livres d’Actes de la ville. A.M.V., Livres d’Actes, 7 juillet, 5 septembre et 28 septembre 1580 ; 22 décembre 1581 ; 19 février 1590 ; 11 février 1594.

37 Pour tout ce qui précède, consulter A.M.V., Livres d’Actes, 7 février 1576 ; 19 septembre 1578 ; 7 juillet, 5 septembre et 21 septembre 1580 ; 22 décembre 1581 ; 22 août et 18 novembre 1583 ; 8 novembre 1589 ; 19 février 1590 ; 11 février et 6 mai 1594.

38 Robert Mandrou, Introduction à la France moderne, p. 79 et 81.

39 « Relación del Auto de Fe calebrado en Valladolid el año de 1559 », manuscrit anonyme, B.N.M. 2031 - G 115.

40 On rappellera que le docteur Agustín de Cazalla avait été prédicateur et chapelain de l’Empereur.

41 Voir les manuscrits de la B.N.M., G 115, fol. 9 et G 209, fol. 67 et 109.

42 On peut aussi prétendre que la grande parade militaire organisée en mars 1588 participait de ces goûts. Voir A.M.V., Livres d’Actes, 24 mars 1588. Une observation analogue pourrait être faite à propos des illuminations nocturnes, feux d’artifices, fusées, organisés assez fréquemment. Voir par exemple A.M.V., Livres d’Actes, 9 septembre 1559.

43 A.M.V., Livres d’Actes, 19 janvier 1502 et 29 mai 1503.

44 Laurent Vital, op. cit.

45 A.M.V., Livres d’Actes, 11 mars 1565.

46 A.M.V., Livres d’Actes, 12 février 1588.

47 Voir José Luis de Zelada, Estado de la Boisa de Valladolid, Valladolid, 1777, p. 83 à 88.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter