Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 2

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre III. Définition d'un style de vie

Chapitre IV. Un luxe quotidien

Texte intégral

1L’assistance et les fondations pieuses sont la justification morale et sociale de la richesse en un siècle qui conserve, et parfois au suprême degré, la préoccupation religieuse et le sens collectif. Mais il va sans dire que la richesse de Valladolid ne se voue pas seulement au secours des pauvres. Dans une ville qui consomme beaucoup et investit peu, qui s’adonne volontiers à la jouissance existentielle, la richesse n’est pas secrète. Elle se montre au contraire, elle est volontiers ostentatoire. Dirai-je qu’elle se montre même quand elle n’existe pas ? Son moyen d’expression favori ? Le luxe.

2Mais une précision immédiate. Cela n’est vrai que de la ville. La campagne ne peut offrir que le tableau de sa rusticité, il faudrait écrire presque toujours de sa pauvreté. A peine si la contagion des fastes urbains l’effleure parfois.

I. — LE DÉCOR PAUVRE DE LA VIE RURALE

  • 1 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 115, 269 et 302.

3Voici que défilent sous mes yeux les inventaires des biens de ces paysans de Villanubla morts à la fin du siècle. Partout les marques du dénuement. A peine le strict nécessaire. Les ornements sont rares ou absents. Jamais le moindre bijou, jamais d’argenterie. Le vieux Lope Hernández, qui possédait cependant une paire de bœufs, un araire, un char, quelques outils, deux bourriques et un porc, une petite réserve de blé et de seigle, n’avait par ailleurs que très peu d’objets personnels : deux couvertures, deux oreillers, un couvre-lit, deux rideaux, un parement mural, deux sacs, une besace et un petit coffre. C’est tout. Son contemporain, Diego Girón, un laboureur lui aussi, avec ses bœufs, sa charrette, sa maison et une petite vigne, avait moins encore. Un seul ornement : un parement « à figures », représentant les Rois Mages. L’explication semble facile : le mobilier, le linge de maison, les bibelots éventuels, appartenaient aux veuves, procédaient de leurs trousseaux. Alors citons à comparaître la veuve Maria Alonso. Elle possède sa maison, quelques bêtes de somme, quelque volaille, une terre de quatre yugadas, 880 pieds de vigne. Voici son mobilier : une vieille table, un banc, quelques plats, quelques cruches ou pots, un lit, un drap usé, une couverture, deux oreillers, une tenture et rien de plus1.

  • 2 A.H.P.V., Leg. 952, fol. 95.

4S’agit-il d’une des propriétaires les plus nanties de Villanubla, la veuve Catalina Gutiérrez ? Elle possède en effet 17 yugadas de terre, deux jardins enclos, un petit troupeau de moutons (52 têtes), quelques bourriques, une mule, deux juments, araire et charrette, un outillage abondant. En ce temps, l’aisance. Sa maison est qualifiée de principal. Et de fait son mobilier et son linge de maison sont autrement variés et complets que ceux de Maria Alonso : deux tables en bois de pin (le plus vulgaire des bois cependant), deux bancs, quelques chaises, un escabeau, quatre coffres de bois, un vaisselier avec plats, écuelles, pots et cruches ; chaudrons, casserole, poêle, pétrin, mortier, baquet de bois ; quelques chandeliers. Une literie confortable avec matelas, paillasse, coussins, de nombreuses couvertures, des oreillers ; un peu de linge : serviettes, nappes, torchons. Et même dix tentures de couleurs. Mais pas l’ombre d’un bijou, pas une pièce de valeur, pas un objet de luxe2.

  • 3 A.H.P.V., Leg. 14950, fol. 416.

5Faut-il croire que le village de Villanubla est particulièrement pauvre, et que les dernières années du siècle, 1598-1599, années de misère, sont très mal choisies ? De fait, Villanubla, qui sera très durement touchée par la peste de 1599, donne l’impression d’un village décadent. Il serait bon de disposer d’inventaires de Geria, un village d’heureuse réputation, ou du prospère bourg de Tudela. Au moins avons-nous quelques documents originaires de Cigales, où le vignoble donne une certaine aisance. Diego Ruiz, propriétaire d’une maison, d’un minuscule lopin de terre et surtout de 7 aranzadas de vigne, meurt en 1579. Il n’y a pas grand-chose dans sa maison : lit et coffres, literie sommaire, un ciel de lit cependant et une tenture, un parement vert, deux coussins ; quelques ustensiles de ménage, un chandelier d’étain, c’est tout. Mais sa fille María est elle-même propriétaire de la plupart des meubles : sans doute lui viennent-ils de sa mère. Ce ne sont d’ailleurs qu’une table à quatre pieds, un banc et deux chaises, un coffre, un lit nanti d’une literie complète : matelas, draps, traversin, oreillers, couvertures, parements ; une gamme passable d’ustensiles de cuisine, deux douzaines d’assiettes communes et une d’écuelles. Et cette fois un luxe ! Un bijou en or3.

  • 4 A.H.P.V., Leg. 14943 (année 1550), fol. 3.

6Enfin voici un paysan riche, Sebastián de Balboa. Nous l’avons déjà rencontré : 60 yugadas de terre, 25 aranzadas de vigne, deux maisons, un cheptel important, un outillage impressionnant (4 charrues), des réserves de grain, de vin, de paille. Un coq de village. Or, chez Sebastián, si l’on a ses aises, si l’on est bien couché, bien défendu du froid (6 matelas garnis de bonne laine, deux ou trois douzaines de draps, plusieurs couvertures), si les ustensiles de ménage ne manquent pas, si l’on peut s’asseoir sur des chaises, si les murs sont tendus d’étoffes de couleurs, si l’on mange proprement avec des cuillers et dans des assiettes, les marques du luxe sont totalement absentes : point de bijoux, pas d’objets en argent. Nous sommes en 1550, un temps favorable4.

  • 5 A.H.P.V., Leg. 67, fol. 670 ; Leg. 54, fol. 1881 ; Leg. 35, fol. 891 ; Leg. 46, fol. 72.

7Aux marges de la ville, le décor de la vie se modifie-t-il ? Des laboureurs, des maraîchers, vivent, on le sait, dans les paroisses périphériques de Valladolid, qui cultivent les champs, les vignes, les huertas toutes proches. En fait, au milieu du siècle, chez le maraîcher Pedro Recellado, chez Ana de Pesquera, veuve du maraîcher Pedro de Fuensaldaña, qui avait une belle huerta avec ses deux norias et, sur sa huerta, une maison, quelque bétail, un outillage conséquent, chez le laboureur Hernando de Uestares, l’on ne vit pas mieux qu’à Cigales chez Diego Ruiz et moins bien que chez Sebastián de Balboa. Ana de Pesquera, la mieux pourvue, bien couchée avec matelas de laine et draps de lin, n’a point d’autres meubles que table de pin, banc et tabourets, coffres de bois et chandeliers. L’ornementation est réduite à quelques images de saints en papier, et ce sont les mêmes meubles qu’Antonia, fille du maraîcher Rodrigo de Revilla, reçoit lorsqu’elle épouse le laboureur Juan Gutiérrez : deux tables et deux coffres en bois de pin munis de serrures, un lit de bois tout neuf, un tabouret, un vaisselier garni, une tenture murale de laine dont la broderie représente un château au milieu des pins, et une bonne literie. Dans tous ces cas, le luxe est absent5.

8Or tous nos exemples sont ceux de paysans relativement favorisés, voire de paysans riches, si l’on excepte ceux de Villanubla, point les plus pauvres d’ailleurs puisque propriétaires d’un lopin, d’un attelage. On devine le genre de vie des autres. Où les « riches » n’ont guère plus du nécessaire, quel est le lot des pauvres ?

  • 6 A.H.P.V., Leg. 53, fol. 1899.
  • 7 A.H.P.V., Leg. 52, fol. 460 à 472.

9Cependant la contagion de la ville existe et les plus prospères de ces laboureurs, de ces maraîchers établis dans les faubourgs de Valladolid, imitent, lorsqu’ils le peuvent, les artisans et les bourgeois, leurs voisins. Inés Martín, la femme d’Esteban Calvo, un maraîcher bien nanti, établi au faubourg de Santiesteban, ne possède pas moins de six bagues d’or et de six bracelets en argent6. Et le riche maraîcher Sebastiân de Pesquera dont la fortune approche, lorsqu’il meurt en 1555. les 3 000 ducats, vit dans une maison digne d’une demeure bourgeoise. Les coffres sont nombreux pour serrer le beau linge, les draps de lin, les essuie-mains brodés en toile de Hollande, les nappes, et les habits des jours de fête. Ce peut être parfois un coffre à riche serrure recouvert de cuir. Partout des reposteros, tentures décoratives aux armes des princes ou des seigneurs, ici un lion, ailleurs un cœur percé de flèches. Quelques tapis, de petites chaises de cuir peuvent organiser autour d’une simple table de pin, une manière de salon. Peut-être y exposait-on la vaisselle d’argent : un pot, une salière, une coupe, une patène, des cuillers et même une patène d’or, aussi des bracelets d’argent. Mais la contagion reste légère : l’argenterie des Pesquera ne vaut pas plus de 50 ducats, ce ne sont même pas les 2 % de leur fortune. Pour ces hommes de la terre qui restent de la terre, les valeurs foncières priment encore. Dans les fortunes bourgeoises, la part de l’argenterie est souvent bien supérieure7.

  • 8 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 11, 13, 19, 20, 21, 26, 53, 57, 250, 274, 281, 299 ; Leg. 52, fol. 460 à (...)

10Sobriété et souvent nudité du décor de la vie quotidienne, simplicité du costume pour ces paysans. Beaucoup d’entre eux n’ont guère plus de vêtements que ceux qu’ils emportent au tombeau. A en croire l’inventaire, Lope Hernández n’en avait pas d’autres. Les hommes se contentent généralement d’un sarrau et d’une cape, ou manteau, et dans le meilleur des cas ils portent des chausses. Les souliers sont rares. Les femmes, un peu plus favorisées, une robe, une jupe, un manteau, parfois un pourpoint et une chemise comme Catalina Gutiérrez, la veuve à l’aise de Villanubla, riche de 2 pourpoints, de 7 robes, 4 noires et 3 vertes, et aussi d’un manteau de Courtrai. Il faut une occasion exceptionnelle, le mariage, pour qu’apparaissent de beaux habits : les hommes portent en ce jour une chemise, une culotte bouffante, un pourpoint ou un manteau de bon drap, des bottes de cuir, un chapeau. Les femmes, une jupe de soie, un manteau de Courtrai, une coiffe et des chausses. Tous ces habits sont neufs et souvent faits sur mesure. Mais ils ne seront jamais renouvelés. Il faut aller chez Sebastián de Pesquera pour trouver de riches toilettes de femme, pourpoints de drap doublé de bonne toile, manteau et cape de Courtrai bordée de velours, cape à franges de satin. Bien entendu, l’exception8.

II. — LA RICHESSE DANS LA MAISON

  • 9 A.H.P.V., Leg. 43, fol. 127.

11Il est bien certain que le mobilier fruste, la pauvreté du décor n’est pas le triste privilège des paysans. Il nous manque, pour le prouver, les inventaires de quelques-uns de ces manœuvres (trabajadores) qui remplissaient avec des laboureurs, les pauvres, quelques artisans et deux ou trois notables égarés, les faubourgs de Valladolid. Mais enfin, un Juan de Penalva, paveur, vivant dans sa maison au faubourg de Santa Clara, riche de quelques vignes, se contente de rares meubles en bois de pin : tables, banc, lits, et d’une vaisselle de fer ou d’étain9.

  • 10 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1972 ; Leg. 577, fol. 821 ; Leg. 574, fol. 787 ; Leg. 662, fol. 859.

12Toutefois, le cas est rare d’un artisan ou d’un petit homme de loi moins pourvu, moins bien meublé que ne l’est le petit propriétaire paysan. Les draps et les matelas de laine sont habituels comme les objets de cuivre et même les bijoux ou les guadamecis, ces cuirs ouvragés, rouges, verts ou dorés, plus rarement bleus, parure si recherchée pour leur maison par les Vallisolétains. Ou encore les tapis. Le guichetier Santiago García n’est pas riche. On ne lui reconnaît ni la propriété d’une maison, ni celle d’une terre, ni celle d’une rente et son logement est vide d’espèces métalliques. Son mobilier est sommaire mais sa literie est confortable et il lui restait quelques bijoux en or : un agnus-dei, trois bagues, un joyau d’or et de cristal, quatre grains d’or, des bracelets de cristal. Le prêtre Toribio de Castro vit fort modestement parmi ses livres avec quelques ustensiles, un peu de linge mais il dort sous un ciel de guadamecis et conserve des plats et des chandeliers d’argent, trois assiettes de Talavera. Le tailleur Gaspar Hernández ignore la propriété foncière et la passion de la rente mais il a décoré sa maison de guadamecis de grande taille et de tapis à figures, il goûte la vaisselle d’argent et collectionne les bijoux : nombreuses bagues ou anneaux, rosaire de corail à 56 grains d’or, croix en or sertie de perles, boucles d’oreilles de cristal et d’or, croix d’argent, etc. Le cas du receveur de l’Audience, Agustín de Lalastra, réduit à la possession de son office, est le même. Peu de choses dans sa maison mais des guadamecis, des tapis et des bijoux10.

  • 11 Toutes ces observations à partir de documents notariaux.

13Dès que la richesse est solide, le faste s’installe dans la maison. Le mobilier se diversifie et le bois de pin est abandonné au profit du noyer, bois dur au teint sombre, signe de qualité. Il ne s’agit plus seulement de tables ou de bancs et de lits mais d’écritoire (en noisetier aussi), de chaises, de bureaux, de guéridons et de tabourets, de crédences et de vitrines, ou même d’un lutrin. On voit apparaître et se multiplier, et cela dès avant le milieu du siècle, les chaises de cuir aussi bien chez un noble comme le comte d’Aguilar que chez un letrado, tel l’auditeur Francisco de Barrionuevo, un marchand : Bartolomé de Ávila, un artisan : le passementier Hernando de La Dueña. Dans les maisons ouvertes aux modes étrangères, ce sont, chez le professeur Pedro Enríquez, chez Doña Agustina de Cañizares, veuve de l’Italien Nicolao de Raimundo, chez d’autres encore, les chaises françaises et les chaises de Flandres, les coffres ou les écritoires d’Allemagne. Les lits peuvent être admirables, comme les lits à baldaquin en brocart ou velours du comte d’Aguilar, ou tel autre tendu de damas cramoisi avec rideaux et ciel de velours ; ou chez Bartolomé de Bustamente Torquemada : drap écarlate avec rideaux et ciel de soie blanche à motifs floraux. Les coffres sont souvent recouverts de cuir11.

  • 12 A.H.P.V., Leg. 444, s.f. Date : 3 mars 1598.

14La décoration s’épanouit. Partout les guadamecis rouges, dorés, verts et même historiés, ainsi chez le docteur Juan Díaz Morales, inquisiteur de la cité de Valladolid en l’année 1598 : il avait 19 guadamecis, la plupart dorés. Les uns illustraient l’histoire de saint Joseph, un autre la pieuse aventure de Véronique12. Le goût des tapis est très vif : tapis de sol (alfombras), et plus encore tapisseries historiées, dites « à figures » : les tapisseries du comte d’Aguilar racontent l’histoire de Pâris ou celle de Salomon, et celles du tripier Nicolás Paz mettent en scène des Hindous et des éléphants, celles du regidor Juan Fernández de Salazar, les chasses flamandes. Les portes sont dissimulées par des tentures. Des étoffes rares servent de parements et l’on trouve partout les reposteros, ces draps carrés aux armes du maître de céans.

  • 13 Henri Lapeyre, op. cit., p. 508.

15Dans les maisons des nobles, des letrados, des artisans et des marchands les plus huppés, l’abondance et la qualité du linge de maison traduisent le raffinement. Les étoffes les plus fines, les « Rouen », production la plus délicate de la Normandie13 et les « Hollande » sont à l’honneur. Chez Pedro Enríquez, chez Doña Inés de La Quintana, c’est une profusion : essuie-mains, mouchoirs, serviettes brodées au point royal, mouchoirs de Hollande, serviettes à l’allemande et serviettes de soie par douzaines, nappes et napperons, draps de Flandres et de Hollande, coussins de Hollande brodés de soie noire, bleue ou jaune.

16Il y a des trésors dans certaines de ces maisons. Au siècle de la conquête américaine, une part des rapines et du produit des mines se convertit en pièces d’argent ciselé, en chefs-d’œuvre d’orfèvrerie. A Valladolid, capitale espagnole de l’orfèvrerie, plus qu’ailleurs sans doute.

  • 14 A.H.P.V., Leg. 53, fol. 932 ; Leg. 440, fol. 1 ; A.H.N., Clero, Leg. 7941.

17L’or et l’argent du notaire Miguel Pérez de Lerzundi sont estimés à sa mort, en 1557, à 54 500 maravédis, environ 6 % de sa fortune évaluée à 971 362 maravédis. Même proportion mais richesse bien supérieure dans le cas du licencié Diego Nuño de Valencia, avocat à la Chancellerie : 845 475 maravédis sur une fortune totale de 15 120 201, alors que les autres biens meubles, moins les rentes, valent beaucoup moins : 569 997 maravédis. L’argenterie du licencié Hernando de Villafañe, incluse dans son majorat, est évaluée lorsqu’il se marie, en 1584, à 500 000 maravédis14. Mais si la valeur de l’argenterie et de l’orfèvrerie dans les fortunes vallisolétaines n’est que rarement mesurable, leur présence, leur abondance représente une constante. Artisans, marchands, letrados, hidalgos, manifestent à l’évidence un goût très vif pour les objets d’or et d’argent. La vaisselle d’argent est particulièrement riche et variée, même chez un vieil homme de guerre célibataire comme Don Antonio de La Cerda : chez lui et chez d’autres, plats, cuillers, fourchettes, tasses, coupes, salières, poivrières, sucriers même, carafes, pichets, aiguières. Mais aussi d’autres objets : chandeliers, bougeoirs, vases et même crucifix, voire reliures à poignées. Certains de ces objets sont dorés, presque tous ciselés. Les pièces en or étaient beaucoup plus rares, mais les familles les plus riches en assemblèrent des collections.

  • 15 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 2109.
  • 16 A.H.P.V., Leg. 444, s.f.

18Voici à titre d’exemple l’inventaire de l’argenterie de l’auditeur Francisco de Barrionuevo qui n’était pas, il s’en faut, le mieux pourvu : un grand brasero, 22 assiettes (11 grandes, 11 petites), 2 carafes dorées, 4 jarres, un huilier, une salière, un poivrier, un sucrier, une bonbonnière, un flacon, un petit pot, un encrier, un vaporisateur ( ?), 4 chandeliers, 2 boîtes à couteaux15. Ou encore celui de l’inquisiteur Díaz Morales de Salcedo : 2 carafes, 6 assiettes, 18 cuillers, 24 fourchettes, 6 épingles, 2 tasses dorées, 6 autres tasses, 2 jarres, une salière, un sucrier, un huilier, une carafe à orangeade, 2 écuelles, 4 chandeliers, sans parler des objets de sa chapelle16.

  • 17 A.H.P.V., Leg. 575, fol. 583.

19Il est aussi des amateurs pour collectionner les céramiques et par exemple celles de Talavera, promises à une longue gloire. Ainsi l’avoué Pedro de Salazar qui en a 18, Pedro de La Bastida 12 seulement, l’inévitable Pedro Enríquez, le plus riche puisqu’il en compte 40, 36 assiettes et 4 jattes — sans parler de ses poteries de Plasencia, de Badajoz et du Portugal —, le prêtre Toribio de Castro qui n’en a que 3, l’avoué Diego de Alfaro qui en réunit 12. D’autres ont des porcelaines d’Allemagne et même de Bohême. Plus rarement existent des collections d’armes, telle celle de Don Antonio de La Cerda : épées de grande valeur, arquebuses, pistolets, arbalètes, casque, rondache, cotte de mailles en acier17.

20Un autre luxe. Les bijoux, les parures ! Mais ils concernent moins l’ornement des maisons que celui des personnes. Ils s’exhibent déjà sur la place publique.

III. — SIGNES EXTÉRIEURS DE RICHESSE

21Laurent Vital rédigeant ses souvenirs au terme d’un long séjour à Valladolid notait que les dames avaient le goût vif de la promenade et qu’elles y venaient peintes et fort bien fardées. La pratique des inventaires de biens ou des contrats de mariage nous aide à comprendre qu’elles pouvaient l’être.

  • 18 A.H.P.V., Leg. 662, fol. 28.

22Seules les paysannes sont dépourvues, sauf exception, de bijoux. Les familles d’artisans en possèdent presque toujours. On ne s’étonne certes pas que telle ou telle épouse d’orfèvre étale ses joyaux. Mais il ne s’agit pas seulement des orfèvres. Juliana de La Valduana, femme du cordonnier Diego de Aguero, un important fabricant il est vrai, chez qui l’argenterie est abondante, a de beaux bijoux : colliers d’or et de perles, 8 bagues d’or rehaussées de perles, médailles d’or, rosaires. Ils firent partie de sa dot. La fille du tripier Nicolás Paz épousant un tanneur, reçoit elle aussi, au titre de sa dot, plusieurs bijoux. On a vu le cas du tailleur Gaspar Hernández, on pourrait lui comparer celui du passementier Hernando de La Dueña, celui du pâtissier Pero Pérez. Ana de Toro, veuve d’un serrurier, meurt dans une situation bien modeste. L’ensemble de ses biens est évalué à 62 040 maravédis dont plus de 33 000 sous forme de marchandises en magasin. Mais les boucles d’oreilles en or d’Ana valent 1 496 maravédis18. Il n’est pas douteux que les artisans subissent ainsi la contagion des classes dominantes.

  • 19 A.H.P.V., Leg. 45, fol. 747.
  • 20 A.H.P.V., Leg. 662, fol. 1198.

23Car on se prend à rêver lorsqu’on découvre l’extraordinaire profusion de bijoux offerts pour agrémenter leur beauté aux femmes des hommes de loi, des officiers, des letrados, des nobles. Cette profusion est la règle et ne procède pas obligatoirement d’une haute fortune. Diego de Alfaro est en 1547 un avoué à son aise mais on ne peut dire qu’il soit très riche, et voici les bijoux de sa femme : 12 bracelets, 10 bagues, 2 colliers, un autre collier à grains ronds d’or et de diamant, une chaînette, une lourde chaîne, une croix, un rosaire, un cure- dents, le tout en or, et, j’oubliais, un rosaire de corail19. Le licencié Francisco Sánchez, chirurgien, qui disparaît en 1559, n’est pas plus fortuné que Diego de Alfaro : à côté d’une importante argenterie il possède, (ou sa femme), des bracelets, un collier et deux bagues en or, une autre en or sertie d’une émeraude, des boucles d’oreilles en ébène, un agnus-dei du même bois et un autre de cristal, une croix, une chaîne et des anneaux d’argent20. On pourrait aussi bien évoquer l’exemple d’un autre avoué, Gonzalo de Vallorza, du notaire Miguel de Lerzundi.

  • 21 A.H.P.V., Leg. 438, fol. 251.
  • 22 A.H.P.V., Leg. 570, fol. 1547
  • 23 A.H.P.V., Leg. 574, fol. 420
  • 24 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281.

24La fortune favorise évidemment l’effusion de ce goût. Casilda Rotulo de Salazar, épousant en 1596 le grand courrier de Valladolid, García de Vera, est nantie d’une dot de 7 000 ducats. Son coffre à bijoux recèle chaînes et chaînettes d’or et d’argent, bracelets d’or incrustés de pierreries (cornalines et agates, une douzaine de bagues en or dont deux arborent un diamant, plusieurs agnus-dei toujours en or, une croix de cristal et un rosaire de corail, une croix d’ébène doré, un rosaire d’ébène doré, j’en passe21)... Le regidor Juan Fernández de Salazar et Don Felipe Ramírez de Arellano, comte d’Aguilar, se distinguent, entre autres, par leur goût des pierres précieuses. Sur l’une des bagues du regidor sont montés sept diamants, sur une autre trois. Il possède, comme le comte, plusieurs émeraudes, quelques rubis, un saphir22. Quant à la veuve de Nicolás de Raimundo, Doña Agustina de Cañizares, elle pouvait faire pâlir de jalousie toutes les femmes de Valladolid, sauf l’épouse du docteur Pedro Enríquez, peut-être plus riche encore. Mais les coffrets d’Agustina sont dignes des Mille et une nuits : joyaux d’or, d’argent, de corail, de cristal, d’ébène, de jais et pierreries. Voici 15 bagues d’or et plusieurs brillent des feux d’une pierre ; un collier de jais à crucifix d’argent, deux rosaires d’ébène et deux autres de cristal ornés de fines fleurs d’argent filé ; un collier de grenats ; un petit lézard d’or incrusté de rubis, une croix d’or, des bracelets de jais, un collier de corail, une hyacinthe sur monture d’or, 30 boutons en fil d’or. Voici un autre coffret avec 19 camées, un agnus-dei d’or, un reliquaire d’argent, un médaillon, une boîte à parfums23... Seule, je le répète, parmi mes connaissances, la señora de Enríquez, sa contemporaine, pouvait l’égaler. Elle n’avait pas moins de bagues et de pierreries, je ne sais combien de chaînes et de rosaires, des colliers d’or ou de perles, plusieurs reliquaires d’or et de cristal contenant l’effigie de la Vierge, celle de saint Jean, celle encore de saint Jean-Baptiste, des boucles d’oreilles en or évoquant des sirènes ou des petits chiens24.

  • 25 Laurent Vital, op. cit.

25Les hommes eux-mêmes ne dédaignent pas l’éclat d’une parure. Ils portent des bagues et des anneaux d’or sertis de brillants et surtout des chaînes. Laurent Vital, décrivant l’entrée de Charles à Valladolid, a vu les seigneurs castillans arborant de belles et grosses chaînes d’or, certaines valant bien, affirme-t-il, 6 000 ducats25 !

  • 26 Ibid.

26Les bijoux, même lorsqu’ils sont d’un grand prix, ne sont que la dernière touche apportée au costume. Or en matière de costume, c’est le même faste, le même déploiement de luxe et les hommes dépensent, pour leur toilette, presque autant que les femmes. C’est encore Laurent Vital qui vit, en la même occasion, 300 habits de brocart d’or et beaucoup d’autres de soie brodés de fils d’or et d’argent26. Bien entendu, de tels vêtements ne pouvaient appartenir qu’aux aristocrates ou aux riches bourgeois et ce sont ces mêmes étoffes : velours, taffetas, satin, que l’on retrouve dans l’inventaire des biens du comte d’Aguilar par exemple. Le damas est également d’usage courant chez les riches : ainsi Pedro Enríquez a une ropa, sorte de longue robe couvrant tout le corps, en damas doublé de peluche, de même que le bonnet qui l’accompagne ; et plusieurs des dames de l’aristocratie ont des basquines ou même des jupons (faldellín) en damas. D’autres belles étoffes : boucassin, drap de Hollande et drap de Ségovie, sont aussi à l’honneur. Bourgeoisie et aristocratie usent encore de bayette et de camelot, mais les toiles grossières comme le cordillas sont réservées aux apprentis, aux ouvriers et aux paysans.

  • 27 Frithjof Van Thienen, Huit siècles de costume, p. 65.
  • 28 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1972.

27La mode est conforme à ce que nous savions déjà. Les hommes portent le pourpoint raide, complété par des manches et parfois un vêtement plus ample, la ropilla, mais les hommes de loi et les letrados renoncent souvent au pourpoint pour une simple ropa. De longues chausses, en laine, en bayette, voire en velours, et, par-dessus, des culottes bouffantes, les zaragüelles, qui, dans la deuxième moitié du siècle, laissent la place aux grègues moins arrondies, prennent les jambes et les cuisses. On porte concurremment la capa, manteau court retombant dans le dos « à la façon d’un éventail renversé avec quelques plis raides et droits »27 et le herreruelo, manteau à col relevé, dont l’usage semble se développer dans le dernier tiers du siècle puisque tous nos inventaires de cette période en comportent. Santiago García, un simple receveur de péage, n’en possédait pas moins de trois28.

  • 29 Barthélemy Joly, op. cit.

28Cependant Barthélemy Joly, qui visita Valladolid en 1604, insiste sur le port du manteau court, capa, et du chapeau de feutre à bords étroits, avec une plume à gauche29. Les marques du raffinement sont les chemises en fine toile de Hollande ou de Rouen avec col et poignets de dentelle, la fraise de plus en plus empesée (mais la collerette est d’un usage répandu) et les gants parfumés à l’ambre. Brodequins (borceguis) ou bottes de cuir sont les chaussures usuelles. Quant à la couleur préférée tous les témoignages, ceux des relations de voyage (celle de Joly par exemple) et ceux des documents notariaux, concordent à souligner l’empire croissant du noir et du mauve (pardo) alors que l’époque de Charles Quint avait eu le goût des couleurs vives.

  • 30 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 624.
  • 31 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281 et Leg. 767, s.f.

29La mode féminine est plus variée, par les formes sans doute, mais plus encore par les couleurs. Si le bleu, le vert surtout, le rouge accessoirement, paraissent être en faveur au milieu du siècle, dans les années quarante-cinquante notamment, la mode féminine ne suit pas, après 1580, la vocation au noir qui s’empare du costume masculin. Les basquines et les vertugadins mentionnés par les inventaires sont de toutes couleurs : le mauve et le noir sont représentés sans doute mais aussi le blanc, le jaune, le bleu, le vert et le rouge. Des trois vertugadins de Doña María de Ortega, épouse du licencié Antonio Vaca, l’un est de taffetas vert, le second de bayette rouge et l’on ignore la couleur du troisième, en boucassin30. Les basquines de la señora de Enríquez (1584) sont blanche, noire, mauve, jaune et verte. Celles de la femme et des filles du cirier Antonio de Montoya (1598) sont de taffetas et de satin bleu ou vert31. Les autres à l’avenant.

30Les formes que la mode donne à la silhouette féminine suivent deux tendances dominantes : silhouette conique, donnée par la ropa, longue robe qui fait les épaules étroites et la taille mince pour s’élargir jusqu’au sol et tomber sans un pli ; silhouette associant la verticale et les courbes avec la saya, robe de dessus qui unit corsage et jupe d’une même étoffe. Mais corsage et jupe peuvent être, et sont souvent, séparés : c’est alors un pourpoint (jubón) droit que complètent des manches d’une autre couleur toujours, d’une autre étoffe souvent ; le pourpoint peut être égayé par une gorgerette ou solennellement surmonté d’une fraise de dentelle. La jupe est une basquine qui prend la base du pourpoint, au-dessus de la taille, tout en laissant apparaître sa pointe, et s’achève par une retombée circulaire. Très ornée et de couleur éclatante, la basquine est la dernière étape de l’évolution qui conduit au vertugadin. Elle est déjà d’usage courant dans les années 1540-1550.

  • 32 Voir par exemple : A.H.P.V., Leg. 576, fol. 1037 ; Leg. 574, fol. 787 ; Leg. 572, fol. 324 et 1046 (...)

31L’avènement du vertugadin, cette vaste jupe à cerceaux, bouffant autour des hanches, qui devait connaître, à partir de l’Espagne, une extraordinaire fortune dans l’Europe de ce temps, conquérant la France, puis les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Angleterre, fut l’événement le plus remarquable de la mode féminine dans la deuxième moitié du xvie siècle. Absent des inventaires dans les années 1560-1570, le vertugadin a partie gagnée à Valladolid après 1575 et après 1580 il apparaît dans un grand nombre d’inventaires et toutes les classes de la société l’adoptent, dans la mesure où les familles peuvent faire les frais de cette coûteuse parure. Trop cher pour les paysannes mais adopté par les femmes et les filles des négociants et des artisans prospères, celles du cirier Antonio de Montoya, de l’orfèvre Francisco Flórez, du tailleur Gaspar Hernández, du musicien Pedro Crespo, d’Andrés Vázquez, homme d’affaires de l’Amiral de Castille, le vertugadin habille aussi les femmes des letrados, des juristes et des hidalgos. Úrsula, fille du notaire Alonso Rodríguez, en reçoit un dans son trousseau en 1584. Doña María de Ortega, femme d’un avocat à la Chancellerie, en a trois, et la señora Enríquez, deux, plus favorisées que Doña Ana de Mesa ou Doña Catalina Ruiz de Carabeo qui n’en avaient qu’un. En damas, en velours, en boucassin, ces jupes étaient d’un prix très élevé32.

  • 33 Narciso Alonso Cortés, « Modas de Valladolid », Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 397.

32On sait que le vertugadin qui donnait à la silhouette féminine une ampleur considérable et que l’on accusait de favoriser l’immoralité en permettant de dissimuler jusqu’au terme le fruit d’amours illégitimes, s’attire les railleries des écrivains et les foudres ecclésiastiques. Fray Hernando de Talavera, confesseur de la Reine après avoir été le prieur du couvent Nuestra Señora del Prado de Valladolid, commit un traité intitulé De la chaussure et du vêtement pour essayer de lutter contre les abus de la fantaisie féminine en matière de mode et surtout contre le vertugadin, « costume maudit et malhonnête » dont il reconnaissait qu’il était « accepté, porté et favorisé » à Valladolid. L’autorité ecclésiastique en prohiba le port sous peine d’excommunication mais en pure perte, beaucoup de femmes ayant douté de la possibilité d’une excommunication pour un tel motif33.

  • 34 Voir par exemple A.H.P.V., Leg. 439, fol. 720 à 724 ; Leg. 440, fol. 1757 ; Leg. 444, s.f. ; Leg. (...)

33Toutefois cette opposition obtient quelques résultats et la répugnance de certaines femmes à porter le costume condamné n’est pas douteuse. Je constate en effet que le vertugadin est absent du vestiaire d’élégantes dont les possibilités financières sont hors de question alors même que la faveur de cette parure est à son apogée. Doña Catalina Ordóñez, épouse du licencié Andrés de Vera, n’en avait pas en 1582, pas plus que Doña Agustina de Canizares en 1587, que Doña Isabel Paz de Santomayor, fille d’un conseiller des Indes en 1593, ou que Doña Catalina de Escobar, femme du riche Bartolomé de Bustamente Torquemada en 1598. Toutes ces dames ou demoiselles, parmi d’autres, s’en tenaient aux basquines34.

  • 35 A.H.P.V., Leg. 572, fol. 1046.

34En apparence la richesse des garde-robes féminines à Valladolid et leur faculté de donner le spectacle, n’est pas en proportion de celle des coffrets à bijoux. Mais en apparence seulement. Le nombre des parures des élégantes les plus fortunées pourrait sembler faible. Mais il faut prendre en compte le coût des étoffes de grande qualité qu’elles choisissaient, la complication des costumes, la somptuosité des broderies et des couleurs. Sait-on par exemple que la robe de mariage portée par Gerónima de Beltrán de Guévara le jour de ses noces avec l’orfèvre Francisco Flórez en 1585 valait 100 ducats ? 100 ducats, 37 500 maravédis, soit à la même époque dix-huit mois du salaire d’un manœuvre du bâtiment ! Une robe qui, en valeur sociale, équivaudrait à 7 000 de nos francs 1966. Or Gerónima n’était ni la fille d’un grand d’Espagne, ni celle d’un letrado de haut vol35.

  • 36 A.H.P.V., Leg. 662, fol. 1198 ; Leg. 569, fol. 624.

35Après une telle remarque, les trois ropas, les trois sayas, les trois pourpoints, les trois basquines, les quatre paires de manches, la robe à gorgerette et le manteau de la señora de Sánchez, épouse du chirurgien Francisco, paraissent de nature à satisfaire la coquetterie de la dame. Et pour Doña María de Ortega (six ropas, six sayas, cinq pourpoints, quatre basquines, trois vertugadins, six chemises et un jupon de Hollande, trois gorgerettes, un manteau), pour Doña Catalina Ruiz de Carabeo, pour la señora de Enríquez, c’est presque la profusion36.

  • 37 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281 et suiv.

36En fait les jolies femmes de Valladolid, nombreuses au goût des visiteurs étrangers et, par exemple, des Vénitiens, amateurs éclairés, avaient tous les moyens d’attirer les regards : chemises de fines toiles délicatement brodées, gants en peau de loutre ou gants parfumés à l’ambre, blancs et noirs, coiffures savantes, fards et parfums. Imaginons la toilette d’une femme distinguée, la señora de Enríquez. Devant elle, outre un vaporisateur en argent pour les essences, sept boîtes à parfums, boîtes précieuses d’or et d’argent : elles contiennent des pâtes odorantes et flatteuses pour le teint, ambre, pâte d’amandes, pâte d’ananas et je ne sais quels grains ou substances mystérieuses37.

  • 38 Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 12.

37L’élégance du costume masculin, pour austère qu’elle soit, la recherche, l’état et parfois l’ampleur de la parure féminine, ce sont d’incontestables signes extérieurs de richesse. Mais la société vallisolétaine en étalait bien d’autres. Martín González de Cellorigo observait justement pour le déplorer, comme il déplorait « les costumes excessifs » des femmes, que ses contemporains et concitoyens aient voulu faire d’un grand déploiement de domesticité (mucho acompañamento) une des marques de la puissance. La multitude des serviteurs de toute sorte caractérise en effet les maisons seigneuriales et même celles des grands bourgeois38. Au baptême du prince Philippe en 1605 chacun des grands personnages présents est escorté d’une vingtaine de pages et de laquais.

  • 39 Barthélemy Joly et Tomé Pinheiro da Vega, op. cit.
  • 40 A.H.P.V., Leg. 570, fol. 1547.
  • 41 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 649.
  • 42 A.H.P.V., Leg. 440, fol. 75 et suiv. et Leg. 445, fol. 3 et suiv.

38Une autre présence tangible de la richesse est la voiture dont la mode se répand à la fin du siècle. Barthélemy Joly et Tomé Pinheiro da Vega, visiteurs de la Cour vallisolétaine à l’aube du xviie siècle, évoquent les promenades des dames en carrosses tirés par 4 ou 6 chevaux39. Il est évident que la venue de la Cour a multiplié le nombre des voitures mais plusieurs des gens en vue en avaient acquis depuis bien longtemps. Le regidor Juan Fernández de Salazar en avait en 1583 une déjà vieille40. En 1582 le licencié Antonio Vaca en avait deux : une grande et bonne, à deux roues, et une petite pour une seule mule41. Un autre licencié, Diego Nuño de Valencia, en avait également une en 1594, à laquelle il destinait sans doute ses deux chevaux. C’est une grande voiture couverte à quatre roues que possédait Doña Luisa Enríquez, veuve de Don Francisco de Fonseca, seigneur de Coca et Alaejos42.

  • 43 Voir notamment Dámaso de Frías, cité par Narciso Alonso Cortés, Miscel- lanea Vallisoletana, t. I, (...)
  • 44 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1567 ; Leg. 883, fol. 212 ; Leg. 47, fol. 782 et suiv.

39Autres signes extérieurs de richesse, les résidences secondaires, ces casas de placer, littéralement maison de plaisance, qui s’égrènent au long de la verdoyante et fraîche ribera du Pisuerga. A la fin du siècle, tous les voyageurs remarquent ces casas de placer : Dámaso de Frías, Enrique Cock, Pedro de Medina, et, au début du siècle suivant, Barthélemy Joly à qui le Pisuerga apparaît de ce fait plus agréable qu’utile. Dámaso de Frías est le plus prolixe : il signale les maisons de plaisance de Doña María de Mendoza et Doña Beatriz de Noruña, de l’abbé de Valladolid, des marquis de Tavara et de Frómista, des comtesses de Lemos et de Salinas, de Gonzalo de Portillo, de Don Juan de Granada43... On pourrait ajouter à la même époque celle du docteur Medina ou celle de Bartolomé Vizcarreto qui la louait en 1597 à un grand seigneur, l’Amiral de Castille soi-même, pour 200 écus d’or (80 000 maravédis) par an, loyer élevé qui exprime bien la haute valeur de ces résidences. Dès 1550, la ribera du riche marchand Pero Hernández de Portillo, qu’il incorporait dans le majorat destiné à son descendant, était estimée à 2 000 ducats44.

  • 45 Voir infra, livre III, chap. VI.

40Enfin, last but not least, les façades des maisons principales affirment la fortune de leurs habitants. Façades en pierre de taille, chose rare à Valladolid, portes cochères encadrées de colonnes à chapiteaux sur montés d’un alfiz tant que résiste le goût mudéjar, d’un linteau ensuite, blason, médaillons à figure dès que triomphent les modèles de la Renaissance, bossages florentins, et lorsque très haute la fortune, affirmation suprême de la puissance, les tours : pour un marquis d’Astorga, pour un comte de Benavente, pour un Fabio Nelli45.

IV. — ENCORE UN LUXE. LES ESCLAVES

41Mais cet inventaire est incomplet. Car c’est aussi un luxe que la possession des esclaves puisqu’il ne saurait être question de les prendre pour une main-d’œuvre utile aux tâches de la production. Or il y avait à Valladolid beaucoup plus d’esclaves, en nombre absolu et proportionnellement, que dans les autres villes de Vieille Castille.

42C’est là une certitude et les dénégations de Dámaso de Frías ne peuvent l’entamer car tous les témoignages s’opposent au sien. Je néglige celui de Barthélemy Joly : daté de 1605 il pourrait laisser croire que l’abondance d’esclaves est due au retour de la Cour. Or ce retour n’a fait que l’accroître. Mais il est fort possible que le séjour continu de la Cour dans les années 1544-1559 ait joué un grand rôle dans l’afflux des esclaves à Valladolid.

  • 46 A.M.V., Livres d’Actes, 23 mai 1594.

43Il y a ce texte de 1594, trente-cinq ans après le départ de la Cour, émané d’une délibération municipale : « Dans cette ville il y a beaucoup d’esclaves... »46. Mais ma conviction se fonde sur des documents beaucoup plus directs, registres paroissiaux et notariaux.

44L’absence des registres paroissiaux pour les années antérieures à 1540 ne permet pas de savoir si les esclaves étaient nombreux à Valladolid avant cette date. En revanche ces registres établissent à l’évidence que les esclaves abondaient dans les années cinquante. Et tout particulièrement dans les paroisses où résidaient nobles, princes et fonctionnaires : La Antigua, San Llorente, El Salvador, San Julián, San Nicolás. Les registres de San Martín, paroisse de la Chancellerie, et de San Benito manquent malheureusement.

45Après le départ de la Cour, beaucoup d’esclaves demeurent, parce que demeurent beaucoup de familles nobles et la Chancellerie. Leur nombre s’accroît sensiblement, après 1570 d’abord, après 1580 ensuite, parce que la guerre de Grenade, puis la conquête du Portugal, jettent de nouveaux esclaves sur le marché espagnol, morisques les premiers, Noirs de l’Angola et du Mozambique les suivants. Les mentions de baptêmes et de décès d’esclaves se multiplient dans les registres paroissiaux à partir de 1580. Mais c’est dès 1570 que les actes de ventes d’esclaves paraissent augmenter chez les notaires.

  • 47 Archivo parroquial de Cigales, Livre I de Baptêmes.
  • 48 Archivo parroquial de San Nicolás, Livre de Baptêmes ; Archivo parroquial de San Julián, Livre I d (...)

46Les princes, les grands seigneurs, les nobles de moindre blason sont évidemment les propriétaires les plus habituels de ces esclaves. Un comte de Benavente, par exemple, qui, dès 1535, faisait baptiser à Cigales47, Santiago, jeune Turc de 12 ans et Cristóbal, un Maure, tous deux capturés lors de l’expédition de La Goulette ; un duc d’Osuna ; une duchesse de Medina ; une Doña María de Toledo ; un Don Pedro Laso de Castilla, comte de Ribadavía ; un chevalier de Saint-Jacques comme Don Juan de Castañeda. Durant le séjour de la Cour en 1557 on baptise à San Nicolás quatre esclaves noirs de la princesse de Castille et, l’année suivante, à San Julián, plusieurs jeunes gens de 12 à 17 ans, esclaves du prince Don Carlos48. Mais beaucoup d’hidalgos plus obscurs ont aussi leurs esclaves.

  • 49 Archivo parroquial de San Martín, Livre I de Baptêmes et Décès.

47La contagion du genre de vie de la noblesse sur le reste de la société est, une fois de plus, évidente. Les letrados ne sont pas en reste d’esclaves. A partir de 1565 le registre des baptêmes de la paroisse de San Martín est là pour témoigner que les gens de la Chancellerie en général, les auditeurs en particulier, considèrent la possession d’un esclave comme une marque de leur rang49. D’autres licenciés ont un ou plusieurs esclaves, hommes ou femmes : le licencié Andrés Ponce de León, le licencié Diego de Velázquez, le licencié Gaspar Escudero, le licencié Figueroa... Et le docteur Pedro Enríquez (que n’a-t-il pas !) a lui aussi son esclave, Clara.

  • 50 A.H.P.V., Leg. 567, fol. 66.

48Les corregidores exhibaient volontiers un Noir ou une Noire. Certains regidores les imitent : Juan de Santiesteban, Antonio de Alcaraz. Et jusqu’au majordome des propriétés municipales : ainsi Miguel de Aniesa y Oliva acheta en 1579 une jeune Noire de 17 ans dont, deux ans plus tard, il fit présent à Doña Leonor de Artega, épouse du licencié Diaz de Figueroa, en reconnaissance des soins qu’elle lui avait prodigués durant une longue maladie50. Le grand courrier de Valladolid, Andrés de Vera, possédait également un esclave noir.

  • 51 A.H.P.V., Leg. 69, fol. 1558. Voir aussi Leg. 569, fol. 592 ; Leg. 571, fol. 712.

49Ne voit-on pas les hommes d’Église eux-mêmes donner dans la mode ! Francisco Estaquero, chanoine de la cathédrale de Santiago mais habitant de Valladolid. Gonzalo López de Calatayud, chanoine de l’Église Majeure. Ou même un curé de paroisse, tel le bachelier Jerónimo de Naldo, curé de San Pedro, qui acheta en 1570 un jeune mulâtre de II à 12 ans « ni voleur, ni fuyard, ni ivre, ni malade, ni sale... »51.

  • 52 A.H.P.V., Leg. 68, fol. 572 ; Leg. 69, fol. 1028 ; Leg. 37, fol. 385.

50Enfin les artisans et les marchands entrent dans la danse. Si le potier Alonso Martín se contente de louer un esclave pour le faire travailler, le casquetier Juan Sevillano échange en 1571 le sien, âgé de 16 à 17 ans, contre l’esclave morisque d’un capitaine et le boucher Francisco de Contreras vend en 1504 le sien à Pedro Conde, fabricant de chandelles. Une curieuse acquisition que fait là Pedro Conde, car le contrat l’avertit de tous les défauts de ce Bastian au teint de coing : il est voleur, fuyard, s’oublie au lit et, pour comble, souffre du mal de Saint-Lazare ! Pourquoi payer 45 ducats pour aller au-devant de tant d’ennuis52 ?

  • 53 Antonio Domínguez Ortiz, « La esclavitud en Castilla durante la edad moderna », Estudios de histor (...)
  • 54 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 597.

51Au fait, rien de plus variable que le prix de ces esclaves, un prix qui nous paraît faible. Antonio Domínguez Ortiz estime que le prix réel a baissé au cours du siècle, que les Noirs étaient plus cotés que les morisques et les femmes moins que les hommes53. Or nos documents ne nous permettent pas de confirmer toutes ces observations dans le cas de Valladolid. Pour les années 1579-1582 par exemple, nous disposons d’un assez grand nombre de contrats : or les prix varient alors de 70 à 100 ducats et le prix le plus élevé concerne deux jeunes morisques blanches, âgées de 22 et 20 ans, qu’achète Isabel Gómez Enríquez pour 100 ducats chacune bien que le contrat les reconnaisse atteintes d’une maladie de cœur54. A la même époque de jeunes Noires de 19 à 24 ans sont payées 70 à 75 ducats, 90 au maximum tandis qu’un mulâtre de 16 ans est vendu pour 50 ducats. Dans ce domaine il semble impossible de conclure, car chaque cas est particulier. Cependant il paraît bien, en effet, que le prix réel ait baissé : en 1536 une Blanche de 20 ans est vendue déjà pour 60 ducats.

  • 55 Voir p. 469, n. 3.
  • 56 Archivo parroquial de San Julián, Livre de Baptêmes, année 1558.

52Antonio Domínguez Ortiz voit bien, comme moi-même, dans la possession d’un ou plusieurs esclaves un simple luxe, un fait de mode pour nobles et riches. Les hommes servent parfois à leurs maîtres d’hommes de confiance, les femmes, les mulâtresses et les Noires surtout, sont, écrit-il, les confidentes de leurs maîtresses, voire les complices de leurs amours55. On peut se demander aussi si les femmes esclaves n’étaient pas parfois l’instrument du plaisir de leurs maîtres. Lorsque le licencié Gaspar Escudero vante le beau corps de la Noire Louise, on peut s’interroger. Cette publicité est peut-être innocente. Mais lorsqu’on lit l’acte de baptême de l’enfant que Pedro Ruiz de Laguna a fait à son esclave, on ne doute plus56. Et les pères d’enfants d’esclaves que les registres disent perdus n’eussent pas toujours exigé de longues recherches.

  • 57 Archivo parroquial de Santiesteban, Livre de Décès, années 1597 et 1601.
  • 58 Voir Arch. parroquial de San Martin, Livre de Baptêmes ; Arch. parroquial d’El Salvador, années 15 (...)
  • 59 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 377 ; Leg. 59, fol. 24.

53Illustration supplémentaire de la fortune et du rang, ces esclaves, quelle était leur condition ? Domínguez Ortiz écrit qu’ils étaient souvent considérés comme des membres de la famille. Cette affirmation d’apparence optimiste contient très probablement une part de vérité. C’est ainsi par exemple que les Vallisolétains ne mettaient pas en doute l’humanité de leurs esclaves, l’existence de leur âme et leurs chances de salut. Il était fréquent que les maîtres fassent dire une ou deux messes pour le repos de l’âme de leur esclave après sa mort : ainsi en 1597 Doña Leonor Ordóñez et Don Luis de Alcaraz, en 1601 l’auditeur Tejada, la messe étant dite à corps présent57. D’autre part on permettait à ces esclaves d’avoir une vie familiale : il existait des couples, vivant dans la maison d’un même maître. On trouve ainsi mention de temps à autre du baptême de l’enfant d’un couple d’esclaves58. Il existe aussi des exemples d’émancipation : en 1554 le chevalier de Saint-Jacques Don Juan de Castañeda libère son esclave Juan Florestán, né et élevé dans sa maison, alors âgé de 26 ans, en récompense des services rendus ; en 1563 Juan de Miranda, exécutant le vœu de sa femme, libère son esclave Isabel, fille elle-même de Catalina de Locuste, esclave du couple. De tels exemples accréditent la thèse d’Antonio Domínguez Ortiz59.

  • 60 A.H.P.V., Leg. 39, fol. 650.

54Enfin il n’est pas exclu que l’esclavage ait été mal considéré par certains esprits parce qu’il pouvait être une source de vice. On sait que ce fut notamment le cas de Pero Hernández de Portillo, « le vieux ». Lorsqu’en 1539 il constitua son majorat, il interdit pour ce motif à ses successeurs la possession de tout esclave, blanc ou noir, homme ou femme60.

***

  • 61 Barthélemy Joly, op. cit.

55J’ai lu sous la plume d’historiens éminents, Lucien Febvre, Robert Mandrou, que les gens du xvie siècle voyaient moins qu’ils n’entendaient, ne sentaient, ne touchaient. J’en viens à me demander si ce comportement ne caractérise pas davantage les peuples du Nord de l’Europe assaillis par la nuit, les brumes, le froid, avec trop peu de chances de leur échapper. Car enfin je découvre à Valladolid une société qui place sa jouissance première dans l’ostentation ainsi qu’en jugeait en 1605 un Français, Barthélemy Joly, surpris par « le faste de cette nation, toute soumise à l’extérieur et aux apparences extérieures »61. Je dirai l’histoire d’une custode faite pour être vue de loin. Mais je souligne déjà ce goût de voir et d’être vu qui s’affirme plus encore dans l’une des passions de Valladolid, le spectacle.

Notes

1 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 115, 269 et 302.

2 A.H.P.V., Leg. 952, fol. 95.

3 A.H.P.V., Leg. 14950, fol. 416.

4 A.H.P.V., Leg. 14943 (année 1550), fol. 3.

5 A.H.P.V., Leg. 67, fol. 670 ; Leg. 54, fol. 1881 ; Leg. 35, fol. 891 ; Leg. 46, fol. 72.

6 A.H.P.V., Leg. 53, fol. 1899.

7 A.H.P.V., Leg. 52, fol. 460 à 472.

8 A.H.P.V., Leg. 951, fol. 11, 13, 19, 20, 21, 26, 53, 57, 250, 274, 281, 299 ; Leg. 52, fol. 460 à 472. Relisant ces pages après le livre fraîchement imprimé d’Emmanuel Le Roy Ladurie, la pauvreté des laboureurs de Vieille Castille me semble légèrement moindre que celle des paysans du Languedoc. Je n’en suis pas autrement surpris, il est vrai, tant la référence inconsciente aux comparaisons contemporaines induit aux représentations fausses de la réalité de jadis. Qu’on le veuille ou non, la Castille du xvie siècle n’est pas, à la mesure des temps, un pays pauvre. Ce qui demeure vrai c’est que son expansion, son enrichissement, se cassent bien plus tôt qu’ailleurs, qu’en France ou en Angleterre. Dès 1590, dès le déclenchement des grandes vagues pesteuses. Ceci dit, le contraste entre rusticité des paysans et luxe des bourgeois est aussi violent qu’en Languedoc. Lire Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans du Languedoc, Paris, S.E.V.P.E.N., 1966, p. 455-457.

9 A.H.P.V., Leg. 43, fol. 127.

10 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1972 ; Leg. 577, fol. 821 ; Leg. 574, fol. 787 ; Leg. 662, fol. 859.

11 Toutes ces observations à partir de documents notariaux.

12 A.H.P.V., Leg. 444, s.f. Date : 3 mars 1598.

13 Henri Lapeyre, op. cit., p. 508.

14 A.H.P.V., Leg. 53, fol. 932 ; Leg. 440, fol. 1 ; A.H.N., Clero, Leg. 7941.

15 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 2109.

16 A.H.P.V., Leg. 444, s.f.

17 A.H.P.V., Leg. 575, fol. 583.

18 A.H.P.V., Leg. 662, fol. 28.

19 A.H.P.V., Leg. 45, fol. 747.

20 A.H.P.V., Leg. 662, fol. 1198.

21 A.H.P.V., Leg. 438, fol. 251.

22 A.H.P.V., Leg. 570, fol. 1547

23 A.H.P.V., Leg. 574, fol. 420

24 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281.

25 Laurent Vital, op. cit.

26 Ibid.

27 Frithjof Van Thienen, Huit siècles de costume, p. 65.

28 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1972.

29 Barthélemy Joly, op. cit.

30 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 624.

31 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281 et Leg. 767, s.f.

32 Voir par exemple : A.H.P.V., Leg. 576, fol. 1037 ; Leg. 574, fol. 787 ; Leg. 572, fol. 324 et 1046 ; Leg. 767, s.f. et fol. 227 ; Leg. 769, fol. 549 ; Leg. 571, fol. 452 ; Leg. 569, fol. 264, etc.

33 Narciso Alonso Cortés, « Modas de Valladolid », Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 397.

34 Voir par exemple A.H.P.V., Leg. 439, fol. 720 à 724 ; Leg. 440, fol. 1757 ; Leg. 444, s.f. ; Leg. 574, fol. 420.

35 A.H.P.V., Leg. 572, fol. 1046.

36 A.H.P.V., Leg. 662, fol. 1198 ; Leg. 569, fol. 624.

37 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1281 et suiv.

38 Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 12.

39 Barthélemy Joly et Tomé Pinheiro da Vega, op. cit.

40 A.H.P.V., Leg. 570, fol. 1547.

41 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 649.

42 A.H.P.V., Leg. 440, fol. 75 et suiv. et Leg. 445, fol. 3 et suiv.

43 Voir notamment Dámaso de Frías, cité par Narciso Alonso Cortés, Miscel- lanea Vallisoletana, t. I, p. 224.

44 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1567 ; Leg. 883, fol. 212 ; Leg. 47, fol. 782 et suiv.

45 Voir infra, livre III, chap. VI.

46 A.M.V., Livres d’Actes, 23 mai 1594.

47 Archivo parroquial de Cigales, Livre I de Baptêmes.

48 Archivo parroquial de San Nicolás, Livre de Baptêmes ; Archivo parroquial de San Julián, Livre I de Baptêmes.

49 Archivo parroquial de San Martín, Livre I de Baptêmes et Décès.

50 A.H.P.V., Leg. 567, fol. 66.

51 A.H.P.V., Leg. 69, fol. 1558. Voir aussi Leg. 569, fol. 592 ; Leg. 571, fol. 712.

52 A.H.P.V., Leg. 68, fol. 572 ; Leg. 69, fol. 1028 ; Leg. 37, fol. 385.

53 Antonio Domínguez Ortiz, « La esclavitud en Castilla durante la edad moderna », Estudios de historia social, t. II, p. 367-428.

54 A.H.P.V., Leg. 569, fol. 597.

55 Voir p. 469, n. 3.

56 Archivo parroquial de San Julián, Livre de Baptêmes, année 1558.

57 Archivo parroquial de Santiesteban, Livre de Décès, années 1597 et 1601.

58 Voir Arch. parroquial de San Martin, Livre de Baptêmes ; Arch. parroquial d’El Salvador, années 1553 et 1554 ; de Santiago, année 1563 (Livre de Baptêmes).

59 A.H.P.V., Leg. 51, fol. 377 ; Leg. 59, fol. 24.

60 A.H.P.V., Leg. 39, fol. 650.

61 Barthélemy Joly, op. cit.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter