Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De l'imagination historique

 | 
Nikolay Koposov

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« C’est de l’idéalisme absolu ! Vous êtes un jésuite ! Aucun dialogue n’est possible. » C’est en ces termes qu’un collègue médiéviste interpella un jour l’auteur de ces lignes.

Pourquoi un rejet si violent ? L’explication la plus évidente paraît bien être la peur qu’éprouvent les savants face à la problématisation de leur métier. Formulée par Nietzsche1, cette explication a maintes fois été reprise dans les années 1960 et 1970, à la belle époque de l’« école du soupçon2 ». Toute convaincante qu’elle soit psychologiquement, elle semble bien trop abstraite pour rendre compte des figures de pensée concrètes qui rendent l’étude de la mentalité des historiens difficile et redoutable. L’histoire intellectuelle peut mettre en lumière certaines de ces figures propres à différents systèmes de vision du monde, en particulier à celui des sciences sociales.

Quels sont les caractères originaux du paradigme des sciences sociales qui entravent l’étude de la pensée historienne ? À mon avis, la théori...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540