Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 2

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre III. Définition d'un style de vie

Chapitre III. Un premier luxe : les pauvres

Texte intégral

  • 1 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

1Le premier luxe de cette ville riche, ce sont ses pauvres. Car il ne faut pas s’y tromper. Le paupérisme de Valladolid ne ressemble pas à celui de Ségovie par exemple. Une bonne part des pauvres de Ségovie travaillent. Très rares sont à Valladolid ceux qui travaillent : à peine 80 sur 634, d’après le recensement de 15611. La proportion véritable est encore plus faible : le recensement n’enregistrait ni les vagabonds, ni les pauvres hébergés par les hôpitaux, ni bien entendu les nombreux enfants abandonnés, orphelins ou non, recueillis par les institutions organisées. L’immense majorité des pauvres de Valladolid vit donc de la charité publique ou privée : elle constitue une charge lourde pour la ville mais elle est aussi le corollaire de la richesse, de cette richesse qu’il faut bien se faire pardonner si l’on veut mériter le Royaume. C’est parce que la ville est le séjour des riches qu’elle est aussi le séjour des pauvres.

  • 2 Cité par Narciso Alonso Cortés, Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 224.

2Nulle autre ville de Vieille Castille n’a offert aux pauvres accueil plus charitable, nulle autre n’a créé autant de fondations destinées à leur permettre de survivre, voire à prévenir la pauvreté en assistant l’enfance malheureuse. Le poète Dámaso de Frías, un chantre de Valladolid sans doute, reste cependant dans le vrai lorsqu’il écrit que les pauvres sont nombreux à Valladolid parce que les fondations charitables y sont nombreuses. Les hôpitaux accueillent les malades pauvres, des confréries élèvent des enfants trouvés, marient les orphelines, enterrent à leurs frais les défunts. Le poète ajoute que les misérables affluent de la Galice, des Asturies, de la Montagne, surtout lorsque la disette s’installe dans ces régions, vers Valladolid où ils sont secourus alors qu’ils seraient jetés hors de n’importe quelle ville après deux à trois jours. Et certaines paroisses procèdent le dimanche à des distributions de pain et de monnaie aux malheureux2.

  • 3 A.M.V., Leg. 381, fol. 1.

3Dámaso de Frías exagère souvent lorsqu’il s’agit de la ville de son cœur. Mais cette fois, il faut le croire. Il est exact, par exemple, que la ville abritait beaucoup de pauvres venus d’ailleurs, même si on essayait parfois de les refouler après leur avoir donné quelques provisions. Ainsi, en 1517, 1518, 1575. Mais, durant la grande peste de 1599 on refoula seulement ceux qui étaient en bonne santé. Les confréries qui se chargeaient des enfants recueillaient aussi bien les gosses d’autres villes ou d’autres régions. L’hôpital de la Miséricorde où s’était installée l’œuvre des enfants pauvres de la Doctrine Chrétienne peut servir d’exemple : en 1579 sur 57 enfants, 31 seulement étaient de Valladolid et 5 des environs immédiats ; 3 venaient de Burgos, 3 de la Montagne, d’autres du Léon, de la Galice, de Soria, voire de Saragosse et même de Séville ; en 1589, sur 74, il n’y en a que 30 de Valladolid et 5 des environs ; plusieurs viennent du Nord (5 des Asturies, 3 de la Montagne ; d’autres de Burgos, Aguilar de Campóo, etc.)3. Ville accueillante à la misère, fût-elle étrangère.

I. — LE NOMBRE ET LA RÉPARTITION DES PAUVRES

4Beaucoup de pauvres, première certitude. Le recensement de 1561 en signale 634 sur 6 644 vecinos, soit 9,54 %. Ce pourcentage n’est que légèrement supérieur à celui de Medina (8,89 %) et il est largement inférieur à celui de Ségovie (15,74 %). Mais ces chiffres, dans leur sécheresse, n’expriment pas la vérité.

5A Medina l’immense majorité sont des femmes (83 %). A Ségovie le pourcentage des femmes reste important, 60 %. A Valladolid il tombe à 38,6 %. Or, beaucoup de ces femmes, veuves ou non, sont seules. En revanche les hommes sont souvent chargés de famille. Le paupérisme est donc plus ou moins développé selon qu’il est surtout féminin, comme à Ségovie ou à Medina, ou surtout masculin comme à Valladolid.

  • 4 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

6De plus, on l’a déjà écrit, les pauvres de Valladolid ne travaillent généralement pas. Ils mériteraient le plus souvent le qualificatif de « pauvres de solemnité ». Parmi ceux qui travaillent, il y a 12 trabajadores, 7 cordonniers, 6 tailleurs, 4 tailleurs de chausses, 2 tondeurs, 2 portiers..., voilà pour les hommes ; 8 lavandières, 4 aubergistes, 2 porteuses d’eau..., voilà pour les femmes. Peut-être ces gens et leurs familles pouvaient-ils vivre sans secours régulier4.

  • 5 A.M.V., Livres d’Actes, 10 juin 1587 ; Ier octobre, 24 octobre et 28 novembre 1597 ; 24 mai 1599.

7Mais les autres, beaucoup plus nombreux que ne l’indique le document de 1561 ? Car celui-ci se préoccupe seulement des pauvres logés, des sédentaires en quelque sorte. Les pauvres en état de vagabondage, ils sont légion et l’on se soucie souvent d’eux à l’Hôtel de Ville où l’on a nommé un alguazil des vagabonds. En 1587, en 1597, en 1599 à nouveau, on cherche à les recenser pour en réduire le nombre. Ainsi le 24 octobre 1597 le crieur public annonce que tous les pauvres, hommes, femmes, enfants, vivant de la mendicité, doivent se rassembler le dimanche, à une heure après midi, devant la maison du corregidor pour être recensés sous peine d’expulsion : parmi ceux qui répondirent à cet appel (on en ignore le nombre, mais il est probable que beaucoup se dérobèrent à une convocation inquiétante), 310 furent reconnus comme vraiment nécessiteux et reçurent un certificat : ils étaient dépourvus de tout abri et doivent être ajoutés aux pauvres des paroisses et à ceux entretenus par les hôpitaux5.

  • 6 A.M.V., Livres d’Actes, 25 septembre 1553.
  • 7 Laurent Vital, op. cit.
  • 8 Archivo parroquial de Santiago, Livre de Baptêmes.
  • 9 Archivo parroquial de La Antigua, Livre de Baptêmes.
  • 10 Archivo parroquial d’El Salvador, Livre de Baptêmes.
  • 11 Archivo parroquial de San Julián, Livre de Baptêmes.

8Il y a aussi les enfants abandonnés. En 1553 il y a, dit-on, beaucoup de fillettes vagabondes6. Et Laurent Vital, visitant Valladolid en 1517, s’étonne de voir, en plein hiver, tant de nouveau-nés jetés au hasard de la rue7. C’est là une des plaies du siècle : les baptêmes d’enfants trouvés, de niños expósitos, encombrent les pages des registres de baptêmes de Valladolid. Ces enfants étaient pour la plupart déposés pendant la nuit à la porte d’une église, comme cette petite Ana que l’on trouve le 13 juin 1561 dans un panier suspendu à la porte de l’église Santiago8, ou comme cet enfant tout nu, « si pauvre que j’ai dû tout lui mettre », écrit le curé qui le baptise un beau jour de 1595 à Notre- Dame de La Antigua9. Mais les parents de ces petites créatures mettaient aussi leur espoir dans les riches : les gens de la Chancellerie sont particulièrement visés comme on peut voir en feuilletant le registre de baptêmes de la paroisse San Martín. S’ils habitent dans d’autres paroisses, le résultat est le même : la jeune Isabel est abandonnée le 28 janvier 1559 à la porte du licencié Sandoval10. Et les grands nobles, l’Amiral de Castille, le comte d’Osorno par exemple, sont également considérés comme de possibles pères adoptifs : le second nommé trouve ainsi un enfant devant sa porte le 14 juillet 156111. Dans une de ces riches maisons seigneuriales, qu’était-ce de plus qu’un petit enfant ?

  • 12 Archivo parroquial de San Llorente et de la Catedral, Livres de Baptêmes.

9Toutefois, en raison des œuvres créées pour élever les enfants trouvés, ce sont surtout l’église de San Llorente et l’Église Majeure qui héritent de ces abandons. Ainsi à San Llorente pendant les années 1565-1570, la moyenne annuelle des abandons dépasse 21. Elle devait être beaucoup plus forte à l’Église Majeure mais les registres de baptêmes de cette église ne commencent qu’en 1592. Pendant les huit années 1592-1599, la moyenne annuelle des enfants « exposés » s’élève ici au nombre considérable de 110,512.

  • 13 A.M.V., Livres d’Actes, 26 juin 1591.
  • 14 A.M.V., Arch. Esgueva, Leg. 29 à 42.

10Quant aux effectifs des hôpitaux, ils sont fort variables et bien difficiles à connaître. Lorsqu’on sait que l’hôpital des Desamparados dont les bâtiments étaient étroits et malsains recueillait pêle-mêle pauvres, femmes enceintes, malades de bubons, gens étiques ou couverts de plaies, l’on n’est guère plus informé13. L’hôpital San Bartolomé fort mal administré, n’abritait guère qu’une dizaine de pauvres. Mais l’hôpital de l’Esgueva parfois aussi appelé hôpital de tous les Saints, de loin le plus important, était toujours plein de pauvres plus ou moins malades : de 1546 à 1555, ce sont 400 à 500 pauvres qui sont assistés chaque semaine. Mais il semble que l’hôpital compte les journées de pauvres, et non les individus. Dans ces conditions, l’hôpital n’hébergerait jamais plus de 80 pauvres en même temps, et plus souvent 7014.

11En définitive ce sont, femmes et enfants compris, plusieurs milliers de personnes, deux ou trois sans doute, que la ville devait entretenir presque intégralement.

12Mais lors de la longue dépression qui suivit le départ de la Cour, la situation s’aggrava considérablement parce qu’aux pauvres traditionnels et aux mendiants s’ajoute la masse des chômeurs, des sans-emploi, renforcée par l’arrivée des morisques déportés du Royaume de Grenade. Durant les redoutables années 1575-1577, le problème des pauvres prit un caractère critique. Le paupérisme n’était plus alors un luxe mais la manifestation d’une profonde crise économique.

  • 15 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 95.

13A en croire les curés des paroisses, la moitié de leurs ouailles au moins, plus de 2 500 vecinos méritaient d’être considérés comme pauvres : 70 à 80 sur 150 à San Julian, plus de 200 sur 400 à San Nicolás, 300 sur un peu plus de 400 à San Andrés, plus de la moitié des 500 de La Antigua. Dans la paroisse de San Andrés, 100 familles de miséreux vivent d’herbes et de chardons ; dans celle de San Pedro, 50 familles sur 700 disposent d’une nourriture suffisante et une grande part de la très nombreuse population flottante se trouve dans le dénuement le plus extrême. Dans la paroisse de San Juan, 40 des 270 vecinos n’ont strictement rien à manger, 50 sont dans l’extrême nécessité et l’indigence produit une surmortalité. Il est probable que ces déclarations sont excessives, mais on ne peut douter de la gravité de la situation15. L’organisation de la charité, publique et privée, a été débordée d’autant plus facilement que Valladolid était alors une ville beaucoup moins riche, abandonnée par nombre de grands seigneurs et de notables, par les hauts fonctionnaires de la Cour et les hommes d’affaires étrangers.

14La répartition des pauvres selon les paroisses, jugée grâce au recensement de 1561, n’est pas exactement semblable à celle des autres villes qu’il nous a été donné d’étudier. A Medina par exemple, les pauvres se rassemblaient presque tous dans les paroisses périphériques. A Valladolid, la répartition est plus complexe, comme on peut en juger par le tableau suivant :

Pourcentage des pauvres par rapport au nombre des vecinos

Pourcentage des pauvres  par rapport au nombre des vecinos

15Il est évident qu’il ne faut pas accorder une confiance aveugle à ce tableau. Il est à la mesure du document imparfait qui l’a rendu possible. Ainsi les pourcentages de San Nicolas et de San Pedro paraissent au-dessous de la réalité. Le recensement de la paroisse San Nicolas ne semble pas avoir été réalisé avec tout le soin désirable et les mentions qui accompagnent ailleurs le nom des vecinos sont ici trop souvent omises. Le curé de San Nicolás ne déclarait-il pas en 1575 que sa paroisse était la plus pauvre de la ville ?

16Ceci dit, on constate que les paroisses peuplées d’artisans, de laboureurs, de gens qui travaillent (El Salvador, Santiago, San Andrés, La Antigua, San Miguel), n’ont qu’un pourcentage modéré de pauvres, moins de 10 % généralement. Au contraire les misérables se regroupent volontiers dans certaines paroisses résidentielles, Santiesteban et San Martín notamment, voire San Llorente et La Magdalena, comme s’ils recherchaient la proximité relative des riches, ou dans la paroisse de l’Église Majeure à cause de la présence du chapitre et de ses œuvres. Les riches ont leurs pauvres et les pauvres ont leurs riches.

17Mais ils ne vivent pas ensemble. Les pauvres vivent près des riches mais en marge, parfois séparés d’eux par un pont comme à San Nicolás où ils vivent tous dans le faubourg du Pont, dans une rue ou sur une place qui leur est abandonnée : dans San Llorente ils ont colonisé la dernière partie de la rue Neuve, dans Santiesteban ils habitent tous la rue San Anton ; dans San Miguel ils se regroupent surtout dans la rue San Pablo, la rue Lecheros et la rue Misericordia ; dans la paroisse de l’Église Majeure ils sont seuls à peupler certains corrales, tel le corral de Torres, et dans celle de La Magdalena plus de la moitié d’entre eux vivent au faubourg : la Place Vieille, dans La Antigua, rassembla 19 vecinos pauvres. Corrales ou places négligées, faubourgs et rues marginales constituent ainsi l’habitat ordinaire des indigents.

18On est assez mal informé du nombre des pauvres dans les villages où ils ne constituent pas un luxe, cela va de soi. Les responsables du recensement de 1561 ont généralement omis de mentionner les pauvres à moins qu’ils ne considèrent la pauvreté comme l’état naturel du village : c’est le cas à Boecillo où à l’exception de 12 familles (sur 73) les gens « n’ont pas de quoi manger » et à Castronuevo. Le nombre des pauvres paraît important à Villanueva de los Infantes (7 vecinos sur 32) ou à Piña de Val de Esgueva (19 sur 56). Il est très notable à Villanubla (20 sur 126) mais très faible à Traspinedo et à Wamba (3 sur 177 et 3 sur 170). Ces renseignements sont bien insuffisants pour mériter grande attention.

  • 16 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322, fol. 4.
  • 17 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 8.

19Ailleurs, le mystère. Il arrive cependant que l’on se trouve en présence de documents de valeur bien supérieure. A Mojados, un recensement très sérieux a été effectué en 1567 : il classe les habitants en catégories définies d’après les ressources. Or, 35 vecinos sur 259 (13,5 %) sont déclarés pauvres, et il ne s’agit pas de journaliers16. D’autre part en 1542 l’enquête sur la terre de Portillo définit comme pauvres 179 des 1 037 vecinos, soit 17,26 %. La limite de la pauvreté était fixée à 5 000 maravédis à Portillo, 3 000 et 2 000 dans les villages alentour. Or, 5 000 maravédis à l’époque, c’est à peine 120 journées de travail d’un ouvrier agricole, 80 journées d’un maître en bâtiment. Quand il s’agit de l’ensemble des biens d’une famille, c’est fort peu17.

20Enfin dans certains bourgs ou villages, une partie de l’alcabala est payée grâce à une contribution, versée par tous les habitants à proportion de leurs ressources, les fermes des impôts n’étant pas d’un rapport suffisant. C’est notamment le cas à Tudela et à Laguna, et la contribution de certains chefs de famille donne la mesure de leur indigence.

  • 18 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 29, fol. 3 et A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 112.

21Ainsi à Tudela, en 1578, 77 vecinos sur 521 (14,77 %) n’ont payé qu’un maravédis, contribution de pure forme, alors que les 8 plus imposés dépassaient tous les 500 maravédis. En 1542, la contribution oscillait entre 25 et 1 200 maravédis, en 1566 entre 25 et 1 700. La différence entre les plus petits et les plus grands contribuables est, au minimum, en 1542, de l’ordre de 1 à 48. Et l’on peut raisonnablement penser que les 77 vecinos de 1578 sont des pauvres. De même qu’à Laguna, en 1593, où 42 vecinos paient moins de 10 maravédis (42 sur 257, c’est-à-dire 16,50 %) ; dans le même temps les 12 plus imposés doivent verser plus de 1 000 maravédis, la contribution maxima s’élevant à 6 000 maravédis ! Le texte précise que la plus grande partie des habitants du village sont très pauvres18.

22Une conclusion s’impose : chaque fois que l’on dispose d’un document sérieux, on découvre la réalité du paupérisme rural. Les indigents représentent toujours un pourcentage notable de la population, oscillant entre 10 et 20 % : sauf dans les gros bourgs comme Tudela et Cigales où existait une bourgeoisie, voire quelque grand seigneur, ces pauvres n’avaient guère la chance d’être secourus. On peut supposer qu’ils sont parvenus à se nourrir, plus ou moins mal, tant que le siècle fut heureux. Mais lorsque à la fin de ce siècle l’agriculture se dégrade, tous ces pauvres ne sont-ils pas les premiers candidats à la désertion des campagnes ?

II. — LE COMPORTEMENT ENVERS LES PAUVRES

23Le comportement envers les pauvres dont témoignent les autres membres de la société est le fruit de sentiments complexes qui s’inspirent tout à la fois de la crainte et de la sollicitude. La crainte n’est pas celle d’une révolte, elle n’est pas le produit d’une conscience de classe redoutant la rébellion des opprimés. Rien d’ailleurs à Valladolid, au cours de ce siècle, qui ressemble à une émeute de la faim ou à une jacquerie et qui s’achève par l’assaut donné aux maisons des riches, sinon peut-être quelques épisodes des comunidades, tel le pillage de la maison de Pero Hernández de Portillo ou celui du château du comte de Benavente à Cigales. Mais le masque de l’idéal politique rend difficile l’interprétation. Était-ce d’ailleurs un masque ?

24La crainte est d’une autre nature : elle est nourrie par la hantise latente, jamais oubliée vraiment, de la peste, ou plus simplement de la maladie, dont le pauvre est le véhicule parce qu’il vit dans des conditions déplorables d’hygiène, dans la crasse. Ce sont plus particulièrement les vagabonds sans abri, ceux qui vivent dans la rue, qui inspirent la peur parce que, selon l’idée du temps, la peste se propage par « la corruption de l’air ».

  • 19 A.M.V., Livres d’Actes, 23 août et 18 septembre 1517 ; 9 juin 1518.
  • 20 A.M.V., Livres d’Actes, 27 avril et 13 juillet 1575 ; 5 mars 1577.
  • 21 A.M.V., Livres d’Actes, 24 mai 1599.
  • 22 A.H.P.V., Arch. Simón Ruiz, année 1599.

25En période d’épidémie, c’est la crainte qui l’emporte. Il s’agit alors d’enfermer les pauvres dans les hôpitaux, en particulier ceux de San Lázaro et San Bartolomé qui ont le grand avantage de se trouver hors les murs, et d’expulser les autres indigents de la ville après les avoir munis de provisions de route. En 1517-1518 la menace de la peste produit de telles décisions : le 18 septembre tous les pauvres de Valladolid non logés doivent se rendre à San Lázaro et il leur est interdit de mendier dans les rues ; les « étrangers » reçoivent l’ordre de quitter la ville ; dès le 23 août d’ailleurs un effort avait été entrepris pour loger les vagabonds dans la mesure du possible. Le 9 juin 1518 l’épidémie n’étant pas domptée, ces mesures sont renouvelées : les pauvres non originaires de la ville et qui ne sont pas mariés à Valladolid doivent partir dans les trois jours sous peine de cent coups de fouet19. Pendant les dures années 1575-1577 on assiste à la répétition de ce scénario : en avril 1575 la municipalité demande aux curés de dresser les listes des pauvres de leurs paroisses, vecinos et originaires de Valladolid, pour pouvoir expulser les autres ; en juillet de la même année on décide de faire sortir de la ville une partie des nombreux pauvres qui s’y trouvent « pour raison d’hygiène » ; le 5 mars 1577 on interdit aux pauvres de mendier dans la rue sauf licence spéciale et on leur ordonne d’aller se faire inscrire à l’hôpital de la Résurrection20. En 1590, une provision royale décide l’expulsion des pauvres étrangers à la ville. Mais celle-ci vote un crédit de 500 réaux destiné à leurs provisions de route. Pendant la grande peste de 1599, tandis que les pauvres atteints par la maladie sont transportés dans les hôpitaux hors les murs, les indigents sont réunis au-delà du Puente Mayor le 24 mai et ceux qui sont reconnus en bonne santé sont jetés sur la route munis de quelque nourriture21. Et, commentant les rigueurs du fléau dans les lettres qu’il adresse à Simón Ruiz, Fabio Nelli de Espinosa se réjouit de constater qu’il frappe surtout les pauvres, gens de peu, gens de rien, dont la mort est sans importance. Dans de telles lettres affleure la conscience de classe22.

  • 23 A.H.P.V., Leg. 41, fol. 248 ; Leg. 37, fol. 372.
  • 24 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 420 ; Leg. 38, fol. 650.
  • 25 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 144.

26En d’autres circonstances triomphe la sollicitude. Lorsque s’affirme la maturité ou que s’annonce la vieillesse, sous la menace de la maladie, à la veille de la mort, le Castillan du xvie siècle se souvient de l’Évangile : « Bienheureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde », « Il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des cieux ». Et l’invitation au jeune homme riche : «... Tout ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel. » Alors le pauvre devient l’intercesseur et nul mieux que lui ne peut conduire aux portes du Royaume. La plupart des mourants veulent aller au tombeau protégés par une escorte de pauvres, à la lueur des cierges portés par les pauvres : 6 bien souvent, mais il faut 8 pauvres au pelletier Gonzalo Alonso, au chiffonnier Anton de Villalpando23. Si grande était la richesse, plus grand doit être le déploiement des pauvres : ils seront 12 à conduire la noble Aldonza de Verdesoto à sa dernière demeure, ils seront 24 autour du cercueil du puissant Pero Hernández de Portillo24. Et cela est vrai durant tout le siècle, en 1516 comme en 1555 ou en 1599. A l’occasion ces pauvres reçoivent une aumône, quelques maravédis en général, 4, 6 ou 8, un réal lorsqu’il s’agit de Pero Hernández de Portillo. Et des aumônes ou de petits legs sont destinés aux fondations charitables. Presque tous les mourants prévoient quelques pièces à l’intention des hôpitaux de San Anton, San Bartolomé, San Roque, de la Résurrection, à l’œuvre des Enfants abandonnés. Le marchand Roberto Esborlato, un Piémontais, est particulièrement généreux : 300 réaux à l’hôpital des Abandonnés (Desamparados), 200 à ceux de la Résurrection et de San Bartolomé, 100 à ceux de San Lázaro et des Convalescents, 50 aux pauvres de la paroisse San Llorente25. Pero Hernández de Portillo fait habiller douze femmes de bleu et de blanc et leur donne un réal : elles intercéderont auprès de Notre-Dame, idéale médiatrice. Mais il en est d’autres qui ont fait beaucoup mieux. Ce sont leurs legs qui rendirent possible une organisation de la charité.

27Plus précieux que les pauvres, les enfants pauvres. Le tisserand Alonso Carrasco, le marchand Roberto Esborlato désirent à leur cercueil l’assistance des enfants pauvres de la Doctrine Chrétienne.

  • 26 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 1 à 3.
  • 27 A.H.P.V., Leg. 59, fol. 490.

28Il y a davantage encore, le souci de s’identifier aux pauvres. Nombreux sont les mourants qui demandent à leurs proches de ne pas porter leur deuil, qui veulent des funérailles sans faste, qui refusent la pompe parce qu’elle est « vanité du monde ». C’est cependant un haut personnage qui traduit le mieux leur pensée : Don Juan López de Zúñiga demande que son enterrement ressemble à celui d’une personne pauvre26. A l’approche de Dieu, le vêtement et l’attitude du pauvre : ainsi se prépare-t-on à l’humilité de circonstance. Le licencié Alonso de Guévara, un prêtre, lègue une terre à la Confrérie de l’hôpital de la Résurrection « pour que Dieu notre Seigneur prenne mon âme en merci et pitié »27.

  • 28 Dámaso de Frías, op. cit.
  • 29 Fray Gonzalo de Arriaga, op. cit., p. 348.
  • 30 A.M.V., Leg. 381, fol. 1.

29Ce retour à la pauvreté, considéré comme source de sanctification, ne concerne pas seulement la proximité de la mort. Dámaso de Frías admire ces seigneurs, riches de 2 à 3 000 ducats de rentes, qui fréquentent les hôpitaux pour faire manger les pauvres, les soigner et faire leurs lits28. Bartolomé Carranza, le futur archevêque de Tolède, collégien de San Gregorio, vend ses livres pendant la famine de 1540 pour distribuer un peu de nourriture aux pauvres29. Il ne s’agit pas non plus de gestes exceptionnels mais d’une philosophie dont les pauvres tirent bénéfice : « C’est servir Dieu que de permettre aux pauvres d’étudier », déclarent les statuts de l’Œuvre des enfants de la Doctrine Chrétienne30.

30A ce niveau s’introduit la notion d’assistance. Car le pauvre ne saurait être seulement un intercesseur, le modèle oublié redécouvert au dernier moment ou dans l’exception d’une catastrophe. Pour une société soucieuse de justifier sa richesse par ses œuvres, il devait être l’objet d’une sollicitude constante exprimée par une assistance organisée. C’était le cas à Valladolid.

III. — L’ASSISTANCE

31L’assistance était d’abord inscrite dans la loi. Auprès du Tribunal de la Chancellerie étaient nommés les letrados et l’avoué des pauvres, chargés de défendre leurs intérêts en cas de procès. Mais ce n’est là qu’un détail.

  • 31 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 175, fol. 15.
  • 32 Matias Sangrador Vitores, Historia de Valladolid, t. I, chap. xxv.

32Les enfants plus que les autres bénéficient de l’assistance : « Qui reçoit l’un de ces petits enfants en mon nom, c’est moi-même qu’il reçoit. » On sait déjà qu’il existe un collège d’enfants abandonnés administré par le chapitre de la cathédrale. Il était dit « Hôpital des Saints-Innocents », avait été fondé en 1489 pour recevoir 20 enfants mais ce nombre fut augmenté par la suite. Il bénéficia de divers dons, ainsi celui d’Alonso Enríquez, l’abbé de Valladolid (qui alla finir sa vie à Rome parce qu’il n’avait pas trouvé grâce auprès de Charles Quint pour sa participation aux comunidades)31, mais son existence fut difficile. Son œuvre fut continuée par la Confrérie de Saint-Joseph ou des niños expósitos, qui, selon Sangrador, assura l’entretien de 300 à 350 enfants, mais j’ignore la date exacte de sa fondation : elle est apparue dans le dernier quart du siècle32.

  • 33 Juan Agapito Revilla, Las Calles de Valladolid, op. cit., p. 211.
  • 34 A.M.V., Livres d’Actes, 25 septembre 1553.

33Difficile existence également que celle du collège des Orphelins fondé en 1546 par le marquis de Tavara, Don Bernardino Pimentel et le chanoine Alonso de Guévara. Installé d’abord dans l’hôpital de Notre-Dame de la Consolation, rue Santiago, ce collège fut transféré en 1583 aux abords du couvent Jesús y María, puis dut être fermé faute de revenus, dès avant la fin du siècle33. La Municipalité avait cependant apporté une aide notable à cette œuvre en lui attribuant, à partir de 1553, un maravédis par tête de mouton abattu, soit, à l’époque, 35 à 40 000 maravédis par an34.

34En revanche, le collège des enfants de la Doctrine Chrétienne fut une incontestable réussite. Il ne recrutait que des enfants pauvres, les élevait, les instruisait et les orientait selon leurs capacités. Le nombre des enfants oscillait entre 55 et 75 (ainsi 66 en 1553, 57 en 1576, 74 en 1589). Les sujets les plus doués pour les études recevaient une solide instruction à base de latin ; les autres restaient généralement un ou deux ans dans la maison puis étaient placés chez des artisans. Par exemple, au cours des années 1552-1553, 46 enfants âgés de 11 à 16 ans furent placés de la manière suivante :

35Chez un tailleur…………………………………………………12

36Chez un tailleur de chaussures…………………………………12

37Chez un cordonnier …………………………………………….11

38Chez un orfèvre ………………………………………………….5

39Chez un notaire ………………………………………………….2

40Chez un barbier ………………………………………………….2

41Chez un charpentier………………………………………………1

42Chez un passementier ……………………………………………1

43Les enfants déjà avancés dans leurs études participaient à l’instruction des autres. Les travaux manuels étaient développés afin de combattre l’oisiveté et le recteur visitait tous les trois mois les artisans qui avaient embauché comme apprentis les enfants du collège pour vérifier la manière dont ils étaient élevés. Le renouvellement assez rapide des enfants hébergés par le collège permettait d’en arracher beaucoup à la misère : les statuts de 1553 recommandaient notamment d’enlever les enfants aux mendiants.

  • 35 A.M.V., Leg. 381, fol. 1.

44Il est fort intéressant de consulter les comptes du collège. Dans les années soixante-dix, les ressources annuelles sont de l’ordre de 300 000 maravédis. En 1575 par exemple les recettes atteignent 284 922 maravédis. Or le produit des rentes possédées par le collège (74 812 maravédis) et la contribution municipale (36 455 maravédis, un par tête de mouton abattu) représentent beaucoup moins de la moitié de cette somme. Ce sont les aumônes occasionnelles qui constituent l’essentiel des ressources : le seul chapitre des enterrements indique pour cette année une recette de 85 427 maravédis. Évidemment, dans de telles circonstances, le budget est souvent difficile à équilibrer : les années 1575, 1576, 1577 furent déficitaires (48 600, 10 590 et 21 770 maravédis respectivement). En revanche l’année 1578 laissa un beau bénéfice : 96 788 maravédis35. Avec des ressources modestes l’œuvre a obtenu des résultats convaincants.

  • 36 A.H.N., Clero, Leg. 7859.
  • 37 A.H.N., Clero, Leg. 7712.
  • 38 A.H.N., Clero, Leg. 7915.
  • 39 Voir ce que j’écrivais à propos de l’âge au mariage. Supra, livre I, chap. VI, p. 197.
  • 40 A.H.N., Clero, Leg. 7715, 7720.
  • 41 A.H.N., Clero, Leg. 7860.

45La sollicitude du siècle s’adresse volontiers aux jeunes filles orphelines qu’il faut préserver de possibles perversions. Combien de fondations au crédit des bonnes âmes pour doter les orphelines et leur permettre ainsi un mariage honorable ! Comme les orphelines dotées sont élues par de graves personnes, la lutte contre la misère s’accompagne de la défense de la vertu. Une seule confrérie, celle de Sainte- Marie-de-la-Miséricorde, recrutée parmi des hommes riches, dotait annuellement 20 orphelines. Mais les initiatives privées ont joué leur rôle : c’est Gregorio Hernández de Toro, comptable du duc d’Albuquerque, qui laisse le tiers de ses biens pour favoriser le mariage de jeunes filles pauvres, orphelines ou non, et après sa mort en 1517, 19 jeunes filles bénéficient de sa générosité, sont pourvues de dots dont le montant oscille entre 10 000 et 25 000 maravédis. Selon les vœux du donateur, elles étaient vertueuses et originaires de Valladolid36. C’est Doña Francisca de Monrroy qui fonde en 1554 une rente annuelle de 11 000 maravédis destinée à constituer la dot d’une orpheline désignée chaque année par son héritier et l’abbé de San Benito37. C’est Juan de Burgos qui laisse à l’hôpital de l’Esgueva 2 000 ducats pour que les membres de sa confrérie élisent chaque année l’orpheline la plus digne de recevoir à son mariage les 25 000 maravédis que rapportera cette somme38. C’est Cristóbal de Ocampo qui, en 1589, laisse 2 400 ducats produisant une rente annuelle de 52 942 maravédis destinée à constituer deux dots. Bénéficiaires ? Deux jeunes filles orphelines ou très pauvres, paroissiennes de San Miguel, de mœurs pures. Le monastère de San Benito était chargé de l’exécution de ce testament : il choisissait parmi les candidates 6 jeunes filles que le tirage au sort départageait. Les élues avaient un an pour se marier et, ce délai expiré, perdaient leur droit tout en pouvant solliciter leur réélection. Les documents concernant cette œuvre attestent la jeunesse des candidates, 16 ou 17 ans bien souvent39. La fondation de Cristóbal de Ocampo fonctionnait toujours en 1808 après plus de deux siècles d’existence40. C’est encore Juan Rodríguez qui laissait, en 1591, 200 ducats de rente annuelle dans le même but. Pendant quelques années une partie de cette rente assura l’existence des servantes du défunt. Ensuite ce fut pour trois jeunes filles élues chaque année par la confrérie de Notre-Dame-du-Rosaire et le prieur de San Pablo, une dot de 60 ducats41. D’autres exemples seraient inutiles. De telles fondations ont permis tous les ans à deux ou trois dizaines de jeunes filles pauvres d’échapper à la misère et à de nouveaux foyers d’artisans de se créer dans des conditions convenables.

  • 42 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 48.

46Il faudrait aussi signaler le rôle de l’hôpital du Saint-Esprit qui ne se consacrait pas aux seuls enfants mais qui recevait ceux que l’on y amenait. Il vivait surtout du produit des quêtes effectuées de porte en porte, autorisées par une Bulle apostolique42. Enfin l’autorité municipale cherchait à protéger les orphelins en les pourvoyant de tuteurs.

  • 43 A.H.P.V., Leg. 53, fol. 1955.
  • 44 A.H.P.V., Leg. 64, fol. 549.
  • 45 A.H.P.V., Leg. 65, fol. 796 à 800.

47b) Les adultes bénéficient également de fondations qui prennent souvent la paroisse pour cadre : les secours aux pauvres de la paroisse doivent alors être distribués par le curé ou par la confrérie. Ainsi Diego de Sarate laisse en mourant à sa femme l’usufruit de ses biens mais à la mort de celle-ci (qui ne survint qu’en 1593), une partie de ces biens, d’une valeur de 900 ducats, revint aux pauvres de la paroisse de San Pedro. La fondation du bachelier Juan de Rozas, curé de l’église San Juan, à l’intention des pauvres de sa paroisse, révèle un système d’organisation beaucoup plus élaboré. Le bachelier commença, en mars 1557, par attribuer à ces pauvres des rentes produisant 3 800 maravédis annuels afin de procéder chaque dimanche à une distribution de pain. Les patrons de l’œuvre étaient les habitants des 16 maisons de la paroisse situées dans les murs, ce qui confirme la vocation des pauvres au faubourg. En décembre 1557, Juan de Rozas remplaça ces rentes par d’autres plus rémunératrices : elles donnaient 6 000 maravédis43. Onze ans plus tard le bachelier léguait tous ses biens aux pauvres de sa paroisse : ces biens devaient être consacrés à l’achat de rentes (censos et juros) dont le produit serait réparti chaque année entre les ayants droit44. Ces biens étaient considérables, d’une valeur dépassant les 5 500 ducats. Au denier 14 c’était une rente fort coquette de 400 ducats45.

  • 46 Juan Agapito Revilla, Las Colles de Valladolid, op. cit., p. 136.

48Restent évidemment les confréries vouées au service des pauvres comme la confrérie de la Consolation et de la Conception, héritière de García de Sagredo, qui exploitait dans ce but la maison publique de prostitution, dite Casa de la Mancebía. L’argent de l’inévitable péché de chair servait au soulagement de la misère, mais le revenu du péché était assez modeste puisque, lorsqu’en 1553, la ville s’empara de la maison de prostitution pour en faire un hôpital, elle fut condamnée à verser à la confrérie une rente annuelle de 32 000 maravédis seulement46. Quant à la confrérie de Sainte-Marie-de-la-Miséricorde, elle ne s’occupait pas seulement des orphelines mais distribuait chaque semaine du pain aux pauvres. Restent enfin les hôpitaux qui accueillaient gratuitement les pauvres.

  • 47 A.H.P.V., Leg. 56, fol. 36.
  • 48 A.H.N., Clero, Leg. 7916.
  • 49 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 164.

49On sait déjà que l’hôpital de l’Esgueva était le plus important. Administré par une confrérie qui recrutait ses membres dans l’aristocratie vallisolétaine, il disposait de revenus considérables : des juros (50 550 maravédis par an en 1555 mais 162 500 maravédis en 1597), d’autres rentes, des maisons et des vignes. En 1559 le Conseil royal fit à l’hôpital l’aumône de 20 réaux par jour pour que 20 pauvres supplémentaires soient accueillis chaque jour, mais l’opération se solda par un sérieux déficit47. L’hôpital souffrit de l’incendie de 1561 qui détruisit plusieurs de ses maisons dont les loyers furent évidemment suspendus. La ville s’étant approprié ces terrains pour la réédification devait 1 000 ducats à l’hôpital en 1575. Malgré toutes ces difficultés la maison joua un rôle essentiel et les rations alimentaires qu’elle distribuait à ses protégés étaient substantielles. Les autres hôpitaux qui ont eu quelque activité sont celui de la Miséricorde, près de l’église San Juan, fondé au xve siècle48, celui de la Résurrection appelé à devenir l’Hôpital Général de Valladolid, celui de Saint-Jean-de-Latran, créé en 1550 pour donner asile à 13 pauvres vieillards, celui des Saints- Cosme-et-Damien destiné à recueillir les veuves et les pauvres venant suivre la marche de leur procès auprès de la Chancellerie, celui du Saint-Esprit, celui de Sainte-Catherine animé par la Confrérie du Corpus Christi, de Sainte-Catherine et des Ames du purgatoire, situé dans la rue de Tovar qui, en 1561, faisait élever un nouveau bâtiment où s’abriterait le dortoir des pauvres49, l’hôpital des Convalescents fondé en 1579 par le président de la Chancellerie, Don Juan Zapata, dans la rue de la Parra et bien entendu les hôpitaux destinés plus spécialement aux maladies contagieuses, ceux de San Lázaro et de San Bartolomé. Malheureusement nous ignorons les possibilités et le rôle réel de ces hôpitaux.

  • 50 A.M.V., Livres d’Actes, 7 décembre 1581.

50Il est à supposer que cette activité était assez décevante, du moins dans la deuxième moitié du siècle, puisque Philippe II, par une provision datée de 1581, demandait un rapport sur les hôpitaux de la ville dans l’intention avouée d’effectuer un regroupement des ressources et du personnel hospitalier, certains hôpitaux disposant de revenus insuffisants pour exercer une action efficace50. Ce projet ne fut réalisé qu’au début du xviie siècle mais le Roi avait bien jugé : la gestion de certains hôpitaux était un défi au bon sens et la dispersion de l’effort se traduisait par l’insuffisance des résultats. L’exemple de San Bartolomé, qui devait être en 1616 absorbé par l’Hôpital Général en convaincra.

  • 51 A.H.N., Clero, Leg. 7916.

51En 1575 les revenus de cet hôpital étaient pourtant notables, ils avaient encore été augmentés par une donation de María de Mendoza en 1563. Un revenu en espèces assuré de 572 000 maravédis, agrémenté de quelques aumônes, 20 à 25 000 maravédis en général, des revenus en nature sous forme de blé, d’orge, de vin. Mais le personnel absorbait déjà une part considérable de cette somme : l’administrateur, les deux chapelains, le médecin, le chirurgien et le pharmacien, le barbier, l’infirmière-major et ses adjoints, le quêteur, les garçons et les filles de service percevaient environ 130 000 maravédis sans compter leurs rations alimentaires qui étaient consistantes. Lorsqu’on avait pensé à l’entretien de l’hôpital, à l’exécution des charges laissées par les fondateurs (sous forme de messes) il restait assez peu d’argent pour les pauvres. Au début du xviie siècle l’hôpital n’abritait guère plus que 5 ou 6 pauvres. Le paradoxe était consommé : les ressources laissées par les fondateurs de l’œuvre faisaient vivre ou contribuaient à faire vivre un personnel d’une quinzaine d’individus mais 5 à 6 pauvres seulement. Le regroupement s’imposait51.

  • 52 A.M.V., Livres d’Actes, 28 août 1599.

52Il demeure que les hôpitaux de Valladolid ont rendu de grands services aux misérables et l’effort de la ville a pu atteindre en certaines circonstances une ampleur impressionnante : en août 1599 l’Hôpital Général abritait 1 500 malades ou convalescents52.

  • 53 A.M.V., Livres d’Actes, 4 et 9 juin 1518.
  • 54 A.M.V., Livres d’Actes, 30 mai 1575 ; supra, livre I, chap. II, p. 68.
  • 55 A.M.V., Livres d’Actes, 21 novembre 1575.
  • 56 A.M.V., Livres d’Actes, 27 avril 1582.

53Car en période de crise il est bien vrai que l’on a peur des pauvres et que l’on se méfie d’eux. Cela n’exclut pas en leur faveur d’importantes mesures. Le 9 juin 1518, à la demande des députés du peuple, la taxe sur les denrées alimentaires est suspendue parce que les riches ont fui la ville éprouvée par la peste : il ne convient pas que cette taxe soit payée par les seuls pauvres53. En 1575 des distributions gratuites de pain ont été faites aux pauvres de toutes les paroisses et l’on sait déjà qu’il en fut de même en 159254. Toujours en 1575 la ville augmente de 50 bons lits la capacité des hôpitaux et alloue une somme quotidienne pour chacun de ces lits supplémentaires55. En 1582, en raison de la cherté, Doña Ana de Mendoza fait acheter et répartir entre les pauvres 50 charges de blé56. En 1599 tandis que le monastère de San Benito donne chaque semaine 14 arrobes de blé, c’est-à-dire plus d’un quintal et demi, pour les pauvres, la ville nourrit quotidiennement 400 pauvres en août, 600 en septembre.

  • 57 A.M.V., Livres d’Actes, 8 février 1584.

54Les pauvres des campagnes n’ont sans doute pas bénéficié de secours aussi importants. Cependant il faut rappeler les avances et même les dons de blé faits aux villages de la juridiction de Valladolid en 1576 et 1577. On signalera aussi l’initiative du conseil de Villanubla engageant en 1585 un médecin pour soigner les pauvres du village moyennant la livraison de 14 charges de blé par an. Il ne s’agit pas là d’une mesure comparable à celle prise par Cigales puisque à Villanubla le médecin ne s’occupait que des pauvres57. Enfin, plusieurs bourgs, ainsi Tudela, Laguna, Cigales, Olivares, possédaient un hôpital, mais nous n’en connaissons ni les moyens ni le rôle réel.

***

55Le nombre des pauvres a-t-il augmenté au cours du siècle ou du moins la proportion des pauvres par rapport à la population totale ? On le croit volontiers à écouter les doléances de la Municipalité. Juan de Rozas lorsqu’il institue son œuvre déclare que les pauvres de San Juan sont toujours plus nombreux. La dépression des années soixante et soixante-dix, la crise de l’artisanat qui l’accompagne, plus tard le déclin de l’agriculture jettent probablement, malgré le renouveau commercial de la cité (ou grâce à lui) de nouveaux miséreux sur le pavé de Valladolid. Alors, s’agit-il toujours d’un luxe ?

56Il est certain aussi que la politique suivie à l’égard des pauvres est une politique d’ordre moral. Elle s’entoure souvent des apparences et du langage de la vertu. Une société se préserve, en prévenant ou en limitant la misère, de la lèpre qui pourrait l’atteindre. Mais cette démarche n’est pas pleinement consciente. Et il reste pour justifier le titre de ce chapitre et la conviction qui l’explique l’abondance des institutions charitables de toutes sortes nées pendant le siècle à l’initiative des riches. C’est la richesse du xvie siècle qui les a créées. Plus tard elles ne pourront que se survivre, anémiées par la dévaluation de la rente. Il n’y aura plus de riches pour les remplacer ou les ranimer.

Notes

1 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

2 Cité par Narciso Alonso Cortés, Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 224.

3 A.M.V., Leg. 381, fol. 1.

4 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 194.

5 A.M.V., Livres d’Actes, 10 juin 1587 ; Ier octobre, 24 octobre et 28 novembre 1597 ; 24 mai 1599.

6 A.M.V., Livres d’Actes, 25 septembre 1553.

7 Laurent Vital, op. cit.

8 Archivo parroquial de Santiago, Livre de Baptêmes.

9 Archivo parroquial de La Antigua, Livre de Baptêmes.

10 Archivo parroquial d’El Salvador, Livre de Baptêmes.

11 Archivo parroquial de San Julián, Livre de Baptêmes.

12 Archivo parroquial de San Llorente et de la Catedral, Livres de Baptêmes.

13 A.M.V., Livres d’Actes, 26 juin 1591.

14 A.M.V., Arch. Esgueva, Leg. 29 à 42.

15 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 95.

16 A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 322, fol. 4.

17 A.G.S., Consejos y Juntas de Hacienda, Leg. 8.

18 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 29, fol. 3 et A.G.S., Expedientes de Hacienda, Leg. 112.

19 A.M.V., Livres d’Actes, 23 août et 18 septembre 1517 ; 9 juin 1518.

20 A.M.V., Livres d’Actes, 27 avril et 13 juillet 1575 ; 5 mars 1577.

21 A.M.V., Livres d’Actes, 24 mai 1599.

22 A.H.P.V., Arch. Simón Ruiz, année 1599.

23 A.H.P.V., Leg. 41, fol. 248 ; Leg. 37, fol. 372.

24 A.H.P.V., Leg. 42, fol. 420 ; Leg. 38, fol. 650.

25 A.H.P.V., Leg. 769, fol. 144.

26 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 1 à 3.

27 A.H.P.V., Leg. 59, fol. 490.

28 Dámaso de Frías, op. cit.

29 Fray Gonzalo de Arriaga, op. cit., p. 348.

30 A.M.V., Leg. 381, fol. 1.

31 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 175, fol. 15.

32 Matias Sangrador Vitores, Historia de Valladolid, t. I, chap. xxv.

33 Juan Agapito Revilla, Las Calles de Valladolid, op. cit., p. 211.

34 A.M.V., Livres d’Actes, 25 septembre 1553.

35 A.M.V., Leg. 381, fol. 1.

36 A.H.N., Clero, Leg. 7859.

37 A.H.N., Clero, Leg. 7712.

38 A.H.N., Clero, Leg. 7915.

39 Voir ce que j’écrivais à propos de l’âge au mariage. Supra, livre I, chap. VI, p. 197.

40 A.H.N., Clero, Leg. 7715, 7720.

41 A.H.N., Clero, Leg. 7860.

42 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 48.

43 A.H.P.V., Leg. 53, fol. 1955.

44 A.H.P.V., Leg. 64, fol. 549.

45 A.H.P.V., Leg. 65, fol. 796 à 800.

46 Juan Agapito Revilla, Las Colles de Valladolid, op. cit., p. 136.

47 A.H.P.V., Leg. 56, fol. 36.

48 A.H.N., Clero, Leg. 7916.

49 A.H.P.V., Leg. 57, fol. 164.

50 A.M.V., Livres d’Actes, 7 décembre 1581.

51 A.H.N., Clero, Leg. 7916.

52 A.M.V., Livres d’Actes, 28 août 1599.

53 A.M.V., Livres d’Actes, 4 et 9 juin 1518.

54 A.M.V., Livres d’Actes, 30 mai 1575 ; supra, livre I, chap. II, p. 68.

55 A.M.V., Livres d’Actes, 21 novembre 1575.

56 A.M.V., Livres d’Actes, 27 avril 1582.

57 A.M.V., Livres d’Actes, 8 février 1584.

Table des illustrations

Titre Pourcentage des pauvres par rapport au nombre des vecinos
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter