Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 2

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre III. Définition d'un style de vie

Chapitre II. Les solidarités

Texte intégral

1La foi ainsi éprouvée et vécue, sa marque profonde sur le quotidien, les manifestations qu’elle suscite et dans lesquelles le peuple se reconnaît, tel est sans doute l’un des rares dénominateurs communs à la grande majorité de la société vallisolétaine. Mais entre les habitants de la ville d’autres solidarités existent, qui se maintiennent ou se créent, se renforcent ou se relâchent, dont certaines concernent de très larges fractions de la population tandis que d’autres ne définissent que de petits groupes humains. Solidarités qui s’additionnent le plus souvent, qui parfois se contrarient, mais dont le faisceau enveloppe les individus, créant des réflexes et des comportements collectifs que l’on ne peut négliger, si grande est leur influence sur la vie de la cité.

I. — LES SOLIDARITÉS DE LA TRADITION : LES LIGNAGES ET LA VIE MUNICIPALE

  • 1 J. Ortega y Rubio, Los pueblos de la Provincia de Valladolid, 1895, t. I, p. 71 et suiv. et Histor (...)

2Une première solidarité, compromise par le siècle, rongée par la croissance de la ville, c’est celle de la tradition qui assurait aux vieilles familles de Valladolid la direction de la vie municipale, à l’exclusion des « étrangers » et de la Couronne. Dès le xie siècle, semble-t-il, cette direction était assurée par dix familles dont les délégués se réunissaient dans la maison du Lignage, rue du Río. Mais, au xiiie siècle, se produisit une séparation entre ces familles et la constitution de deux lignages, formés chacun de cinq familles. Le lignage de Reoyo groupait les maisons de Reoyo, La Quadra, Corral, Izquierdo et Esteban García. Celui de Tovar associait les maisons de Tovar, Mudarra, Gonzalo Díaz, Alvaro Díaz et Castellanos. Au début de chaque année les deux lignages répartissaient également entre eux les charges municipales. Mais la rivalité, et même l’animosité entre ces deux clans devinrent telles que les problèmes de la gestion de la ville ne furent pas toujours résolus pacifiquement : des incidents, des troubles se produisirent, et des affrontements sanglants opposèrent même les deux lignages. Cela tourna à la tragédie en deux occasions au moins, en 1332, puis en 1428, ce qui fournit à la monarchie, en l’occurrence au roi Jean II, une juste occasion d’intervenir1.

  • 2 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 22-I et Narciso Alonso Cortés, « La Casa de Esteban Garciá », Mi (...)

3Au xvie siècle, l’heure est passée de telles violences. C’est un signe, et non des moindres, de la distension des liens à l’intérieur des deux clans. Cependant leur structure reste médiévale en apparence. Le lignage est d’abord fondé sur la relation du sang : il se perpétue en ligne masculine directe. Il est fondé sur les relations personnelles puisque les nouveaux membres doivent être présentés à l’admission par un sociétaire et être acceptés par un vote de majorité ; il est fondé sur l’honneur puisque les membres du lignage doivent prêter le serment (le pleitohomenaje) et puisqu’il est interdit d’admettre un homme de métier vil ou un bâtard : par l’homme de oficio vil le lignage reçoit une tache et comment cet homme serait-il capable de prêter un serment ? Enfin, les nouveaux membres d’un lignage ne pourront jouir de leurs droits avant d’avoir offert un repas aux anciens de la maison qui les accueille. Il ne s’agit pas là de coutumes tombées en désuétude mais de règles fixées par les ordonnances de 1510 telles qu’elles furent rédigées par les « chevaliers, écuyers, bourgeois, officiers et hommes bons » du lignage de Tovar2.

  • 3 Il n’en avait pas toujours été ainsi. Il semble bien qu’avant 1370 le peuple ait directement parti (...)
  • 4 Il s’agit notamment des contrôleurs des approvisionnements et des contrôleurs de l’hygiène, quatre (...)

4Chaque année, le Ier janvier, se réunissent les deux lignages, celui de Tovar en la chapelle de Saint-Laurent de l’Église Majeure, celui de Reoyo au couvent de San Pablo, pour procéder à la répartition des magistratures3. Il s’agit de désigner d’abord les titulaires des charges les plus considérables, celles qui ouvrent le chemin des honneurs : députés aux Cortès éventuels, alcaldes ordinaires, grands fourriers. Seuls les hidalgos et letrados, personnes graves et honorées, peuvent exercer ces charges. Ensuite interviennent les nominations des contrôleurs du ravitaillement et de l’hygiène et enfin les désignations à des offices particuliers tels que commissaire priseur, crieur public, huissier, veneur, etc. Tous ces offices sont en nombre pair et une égalité rigoureuse entre les deux lignages peut ainsi être maintenue. L’égalité est observée pareillement à l’intérieur de chaque lignage entre les diverses maisons qui le composent : ainsi chaque maison nomme à son tour un député aux Cortès, honneur suprême. Lorsque le cycle de cinq ans s’achève, un nouveau tirage au sort détermine celle des cinq maisons à qui revient l’élection. L’année suivante quatre maisons restent en lice et ainsi de suite. Le même système préside au choix des contrôleurs annuels4. Les postulants aux diverses charges font valoir leurs droits et qualités et la décision est prise par l’assemblée des chevaliers, écuyers et juges de chaque maison. En cas d’égalité de droits, c’est l’ancienneté de la famille dans le lignage qui départage les candidats. Le tribunal de lignage, composé de cinq juges, un pour chaque maison, statue en cas de contestation ou de conflit. On ne peut appeler de ses sentences que devant le Conseil royal ou la Chancellerie.

  • 5 A.M.V., Livres d’Actes, 9 janvier 1517.
  • 6 A.M.V., Leg. 377, fol. 2-15, ou A.G.S., Mercedes y Privilegios, Valladolid, Leg. 346, fol. 20.

5Le même souci d’égalité entre les lignages apparaît dans la répartition des responsabilités entre les regidores. Au début de chaque année le Conseil municipal fixe ces responsabilités. Qu’il s’agisse des travaux publics, de l’hygiène, de la visite du territoire de la ville ou de tout autre objet, elles sont partagées entre deux regidores, l’un de Tovar, l’autre de Reoyo5. Et lorsque à partir de 1517 l’institution des députés du peuple (procuradores mayores ou procuradores del común) auprès du Conseil municipal est rétablie, les deux lignages doivent être représentés6. De même, les deux alcaldes de la Hermandad, élus par les assemblées populaires des cuadrillas, procèdent-ils l’un de Reoyo, l’autre de Tovar.

  • 7 A.M.V., Ordenanzas Generales, Leg. 4, n° 14.
  • 8 A.M.V., Leg. 378, fol. 4-41.
  • 9 Il faut convenir que le travail des contrôleurs était en principe fort absorbant. C’est ainsi qu’u (...)
  • 10 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 23.

6La plupart de ces charges sont essentiellement honorifiques. Elles comportent un salaire, mais celui-ci n’est qu’une simple indemnité. Par exemple à la fin du siècle encore le salaire de chacun des huit contrôleurs de l’hygiène est de 5 000 maravédis. Il est évident que ces charges ne pouvaient être assumées convenablement que par des gens qui ne travaillaient pas. Les ordonnances avaient d’ailleurs prévu qu’un office municipal ne pourrait être exercé par un homme dont la fortune serait inférieure à 200 000 maravédis en biens meubles ou à 100 000 en immeubles7. Mais dès le premier quart du siècle une telle somme n’est plus synonyme de richesse et lorsqu’on reproche aux contrôleurs leur négligence, ils rétorquent qu’ils sont obligés de vaquer à leurs affaires. Qu’on ne prétende pas leur demander de vivre avec 5 000 maravédis8 ! Les seules charges rémunératrices sont celles de contrôleurs du ravitaillement en raison des droits levés sur les marchandises vendues et des amendes consécutives aux infractions, ou celles de crieurs publics en raison des commissions qu’ils perçoivent lors des ventes aux enchères9. C’est sans doute ce qui a incité les lignages à trafiquer de ces offices : nous savons par exemple qu’en 1563 la maison de Mudarra a vendu à Bartolomé de Aranda un office de crieur public pour 42 ducats, qu’en 1548 le boutiquier Pero Santos a été élu huissier des maisons de Tovar et de Mudarra mais qu’il a dû payer 31 ducats, soit un ducat pour chacun des trente et un électeurs présents10.

7Il n’est pas douteux en effet qu’il s’agit là d’une institution en déclin, d’une solidarité qui se relâche. La cohérence interne de chaque lignage et même de chacune des maisons diminue. C’est là une conséquence de la croissance de la ville et surtout du rôle qu’a joué l’immigration dans cette croissance.

  • 11 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 23.
  • 12 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 23, fol. 1.

8Cela est sensible au début du siècle. L’accès aux lignages est facile, on le sait. L’article 4 des ordonnances de Tovar, datées de 1510, constate que beaucoup de gens viennent à Valladolid et entrent dans les lignages : il exige pour l’admission le droit de vecindad toujours accordé par la Municipalité contre l’engagement de s’installer pour dix ans à Valladolid et la possession ou la location d’une maison. L’article 16 souligne qu’il y a eu le plus grand désordre dans l’admission aux lignages où ont été reçus les bâtards et les descendants en ligne féminine. Il interdit ces pratiques mais le règlement ne sera pas strictement observé : en 1584 par exemple García de Miranda, fils naturel de Pedro de Miranda, est admis dans le lignage de Tovar11. Les « présentations » de nouveaux membres semblent aussi beaucoup plus nombreuses dans la deuxième moitié du siècle. Vers 1515-1530 on n’en enregistre guère plus d’une ou deux par an. Dans les années cinquante, ce sont six, sept, huit présentations annuelles ; ainsi en 155212. Et si l’on s’accoutume à la vénalité de certains offices, comment respecter véritablement les droits des prétendants !

  • 13 A.M.V., Livres d’Actes, 20 septembre et 11 novembre 1502.
  • 14 A.M.V., Leg. 377.

9D’autre part l’influence des lignages sur la vie municipale est en baisse dans la mesure même où cette vie municipale jouit d’une moindre indépendance. Dès le règne des Rois Catholiques les empiétements du pouvoir royal sont évidents : ainsi lorsqu’en prévision des Cortès qui devaient se réunir le 15 novembre 1502 la reine Isabelle souhaite d’abord (lettre reçue le 21 octobre), puis ordonne (lettre reçue le 11 novembre) que les députés de Valladolid soient ceux de l’assemblée précédente réunie à Tolède, sous prétexte qu’il faut en finir avec les problèmes étudiés à Tolède13. C’est contre l’avis des regidores et des dirigeants des lignages que les députés du peuple sont ressuscités14.

  • 15 A.M.V., Leg. 376.

10Après l’échec des comunidades la décadence de la vie municipale s’accentue : tandis que les fonctions de regidor deviennent héréditaires de fait ou sont vendues par la royauté qui crée de nouveaux regimientos, les contrôleurs des lignages sont, après intervention de Philippe II, doublés par deux regidores contrôleurs (dits fieles ejecutores), renouvelés chaque année, voire chaque deux mois, qui perçoivent la moitié des taxes levées sur les marchandises vendues (au détriment des contrôleurs des lignages) en plus d’une indemnité de 6 000 maravédis chacun15. Les alcaldes de la Hermandad sont également élus par les regidores et non plus par les cuadrillas. Comme les regidores sont eux-mêmes sous le contrôle du corregidor, représentant du souverain, cette création se traduit par une perte d’influence des lignages.

11Ainsi deux sources d’affaiblissement, le relâchement des liens personnels et des exigences d’honneur entre les membres d’un lignage d’une part, le développement du contrôle monarchique sur la vie municipale d’autre part, désagrègent progressivement l’une des solidarités les plus anciennes entre les classes dirigeantes de la société vallisolétaine.

II. — LES SOLIDARITÉS DU SANG ET DE LA FOI : VIEUX-CHRÉTIENS, MORISQUES ET CONVERSOS

12S’il est au contraire une solidarité qui se renforce au long du siècle et, en certaines circonstances, s’exacerbe, c’est bien celle qui unit les vieux-chrétiens dans leur conscience d’être différents des nouveaux- chrétiens, morisques mais aussi conversos, ces juifs mal pardonnés.

  • 16 Antonio Domínguez Ortiz, La Clase social de los Conversos en Castilla en la Edad Moderna, p. 32.

13Car lorsque s’ouvre le siècle, au lendemain de l’achèvement de la Reconquête et de l’expulsion des juifs castillans, le sentiment de caste paraît encore peu répandu aussi bien chez les vieux-chrétiens de Valladolid que parmi ceux du reste de la Castille. Selon Antonio Domínguez Ortiz dont nous ratifions volontiers l’opinion, « on n’avait pas encore l’habitude de considérer comme une tache une ascendance maure ou hébraïque plus ou moins prochaine ; particuliers et autorités accomplissent en leur faveur des démarches qui plus tard seraient inconcevables »16.

  • 17 A.M.V., Livres d’Actes, 28 janvier 1499 : « ... los treinta moros obligados al fuego » ; 18 avril (...)

14Valladolid cependant ne manquait pas de nouveaux-chrétiens, d’origine juive ou musulmane. Le quartier Sainte-Marie, à l’Est de la rue Santiago, s’appelait aussi Moreria et un grand nombre d’artisans ou d’ouvriers du bâtiment étaient réputés morisques. On reconnaîtra des influences mudéjar dans le collège San Gregorio construit à la fin du xve siècle et dans bien d’autres édifices. Les textes ne laissent aucun doute : durant tout le xvie siècle la municipalité considérera comme maures les trente charpentiers du quartier de Sainte-Marie qui exerçaient éventuellement les fonctions de pompiers en échange de l’exemption d’hôtes17.

  • 18 Antonio Domínguez Ortiz, op. cit., p. 26.
  • 19 Mateo Sangrador Vitores, Historia de Valladolid, t. I, p. 290.
  • 20 M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, p. 64-65.
  • 21 M. Bataillon, op. cit., p. 194, 195.
  • 22 A. Domínguez Ortiz, op. cit., p. 33.
  • 23 Ibid., p. 34.

15D’autre part, Valladolid avait possédé une communauté juive assez importante18. Beaucoup de juifs s’étaient convertis au xe siècle, entretenant des relations souvent difficiles avec leurs ex-coreligionnaires au point de les affronter en bataille rangée dans les rues de la ville en 147019. Comme dans le reste du Royaume de Castille, les conversos avaient conquis une place enviable dans la société espagnole. Marcel Bataillon et Américo Castro considèrent, on le sait, que l’Église espagnole contenait une proportion notable d’éléments venus du judaïsme depuis le xive siècle et qu’il en était de même de la noblesse20. A Valladolid il suffit de rappeler le cas de Cazalla et des Vivero qui allaient périr sur les bûchers de 1559 sous l’accusation de professer l’hérésie luthérienne, ceux de Bernardino Tovar et des Vergara qui adhérèrent au mouvement alumbrado, autant de gens bien introduits dans la société de cette ville21. L’influence des conversos à Valladolid au début du xvie siècle apparaît telle que Domínguez Ortiz leur attribue l’organisation de l’émeute de 1516 contre le capitaine Tapia, envoyé par le cardinal Cisneros pour lever une milice populaire mais accusé par les évêques d’Astorga et d’Osma de vouloir brûler tous ceux qui auraient du sang juif22. Les conversos auraient tenté, lors des Cortès de Valladolid, de faire annuler les statuts de limpieza de sangre adoptés par certains ordres religieux, couvents ou collèges, et selon l’opinion courante de l’époque, auraient joué un rôle actif dans les comunidades23. Et cela est d’autant plus probable que les comunidades furent une révolte urbaine. Or les conversos constituaient un élément essentiel des villes de Vieille Castille.

  • 24 A. Domínguez Ortiz, op. cit., p. 57.
  • 25 A.H.N., Clero, Codex 909 b. Logique d’ailleurs. Le fondateur du collège est un converso.
  • 26 Narciso Alonso Cortés, Los Cofrades de Santa Maria del Esgueva.

16Il est bien vrai qu’à l’époque rares sont à Valladolid les signes d’une ségrégation future. Le seul statut de pureté de sang que je connaisse est celui du Collège Majeur de Santa Cruz qui date de la fondation même du collège en 1488, à l’exemple du collège de San Bartolomé de Salamanque24. En revanche les statuts originaux du collège dominicain de San Gregorio qui datent de 1499 ne contiennent rien au sujet de la pureté du sang. Ces statuts furent refaits entièrement en 1502, approuvés à Tolède le 26 juillet 1502 : aucun des soixante- dix-huit articles ne concerne la question. Et celle-ci est ignorée lors de la révision du 14 avril 150425. Il semble également que l’exigence de limpieza n’ait été introduite qu’en 1556 dans l’ordre de Saint- Benoît et ce n’est qu’en 1560 qu’apparaissent les enquêtes de pureté de sang dans la confrérie la plus célèbre de Valladolid, celle de Sainte- Marie de l’Esgueva26.

  • 27 A. Domínguez Ortiz, op. cit., p. 35.
  • 28 M. Bataillon, op. cit., p. 239-240 et 530.
  • 29 A.H.N., Clero, Codex 1151, 3.
  • 30 La satire du deuxième Provincial s’en prend notamment au riche marchand Pero Hernández de Portillo (...)

17Dès les années vingt, cependant, la situation semble se modifier aux dépens des conversos, sans que les morisques soient en cause : petites gens, ils inquiètent moins que les juifs. Il est possible que le rôle prêté aux conversos dans l’épisode des comunidades ait provoqué l’hostilité de Charles Quint à leur égard27. Mais peut-être aussi faut-il évoquer les conséquences de l’illuminisme : après avoir constaté la forte participation des conversos à ce mouvement, Marcel Bataillon évoque l’ « anti-érasmisme » des moines « utilisant une obscure xénophobie, prenant appui sur l’esprit cristiano-viejo des masses fidèles à leurs coutumes ». Et plus loin, analysant l’offensive contre Érasme, il retrouve parmi les composantes du sentiment vieux-chrétien, « la piété grégaire des gens hostiles aux hommes qui ont de l’argent et savent en gagner »28. En tous cas, c’est en 1525 que le collège de San Gregorio se ferme aux descendants des juifs : l’article 107 des nouveaux statuts interdit l’admission de ceux qui procèdent de linaje de judíos 0 confesos. Toutefois il n’est pas question d’une enquête de limpieza et les morisques sont encore oubliés29. L’ordre franciscain adopte au même moment une attitude semblable, entraînant évidemment ses couvents vallisolétains. Hostilité renaissante des masses, méfiance des élites, telles sont les caractéristiques de la situation30.

  • 31 A. Domínguez Ortiz, op. cit., p. 50-51.

18Mais c’est dans la deuxième moitié du xvie siècle que s’affirme l’hostilité des vieux-chrétiens aux conversos et de plus en plus aux morisques. L’exemple de Valladolid confirme en tous points les propositions d’Antonio Domínguez Ortiz : « Dans la deuxième moitié du xvie siècle, les préoccupations de la pureté du sang passent au premier plan et en même temps changent de caractère. » Entendons qu’à des raisons surtout religieuses se substituent de plus en plus les facteurs sociaux31.

  • 32 Antolínez de Burgos, Historia de Valladolid, 1615.

19Les signes de cette évolution sont nombreux. A Valladolid quatre confréries, celles de Sainte-Marie de l’Esgueva, des Écuyers, des Abbés et de la Trinité, exigent la pureté du sang durant les dernières décennies du siècle. Encore ne s’agit-il que de justifier de l’intégrité des six antécédents immédiats : parents, grands-parents maternels et paternels. Le xviie siècle sera plus rigoureux32.

  • 33 A.H.N., Codex 1174 b.
  • 34 A.H.N., Clero, Leg. 7941.
  • 35 A.H.N., Clero, Codex 1155 b.

20D’autre part les grands couvents ou collèges deviennent de plus en plus scrupuleux quant à l’origine de leurs novices ou pensionnaires. Le monastère de San Benito de Valladolid est en Castille la tête de l’ordre bénédictin : or l’article 58 des constitutions de 1556 oblige le novice à être de casta limpia33. De même les novices admis au monastère dominicain de San Pablo sont-ils astreints dans le dernier quart du siècle à l’enquête de limpieza34. Les statuts du collège de San Gregorio deviennent plus exigeants : l’article 5 de la capitulation VIII des statuts de 1576 rend nécessaire la probanza de raza afin d’éviter l’admission de collégiens de souche juive ou maure. De 1525 à 1576 l’évolution est sensible35. Il est vrai que la Compagnie de Jésus et l’Université demeurent en marge de ce mouvement.

  • 36 A. Domínguez Ortiz, op. cit., p. 54.
  • 37 A.H.P.V., Leg. 768, fol. 2132 et suiv.

21Mais les particuliers adhèrent à l’entreprise de ségrégation. Domínguez Ortiz observe que « même dans la fondation des majorats les clauses destinées à garantir la pureté du sang des usufruitiers se firent fréquentes »36. Or, si je n’ai rien trouvé de tel dans l’étude des majorats constitués durant la première moitié du siècle, je constate en effet que ce nouveau souci apparaît en fin de siècle. Le meilleur exemple est celui du célèbre sculpteur Esteban Jordan : créant pour sa fille Magdalena un majorat en 1598, il lui fait l’obligation (qu’il étend à son successeur) d’épouser de vieux-chrétiens limpios37.

  • 38 Ibid.
  • 39 A.H.N., Clero, Leg. 7852.
  • 40 A.H.N., Clero, Leg. 7715.
  • 41 A. Domínguez Ortiz, op. cit., p. 75.

22A la rigueur de la lettre correspond la rigueur de l’esprit. Esteban Jordan ajoute à propos des époux qu’il souhaite pour ses descendants : « de vieux-chrétiens purs, qui aient joui et qui jouissent d’une telle réputation »38. La réalité compte moins que le fait d’opinion. La motivation religieuse s’esquive au profit de la motivation sociale. L’honneur n’est plus que réputation. Voici que Fray Pedro Mazuelo, moine profès de l’ordre de Saint-Dominique, est élu collégial de San Gregorio en septembre 1583. L’enquête de « pureté de sang » achoppe sur l’origine douteuse d’une de ses bisaïeules, Beatriz de Maluenda. Deux enquêtes n’aboutissent à aucun résultat. Le recteur du collège remet l’examen de la cause à une commission de trois experts, docteurs de l’Université : bien que ne pouvant prouver l’origine juive de Beatriz, la commission juge préférable de ne pas admettre Fray Pedro. La grande raison de cette décision est encore un fait d’opinion : l’idée est largement répandue que le lignage des Maluenda est juif. Et Fray Pedro Mazuelo n’entra pas à San Gregorio ; pas plus que l’élu du couvent de Cardonera39. Dans un couvent, ailleurs sans doute, l’injure devient grave de traiter quelqu’un de juif, par sa mère si ce n’est par son père40. Une fois de plus nos documents rejoignent les idées exposées par Antonio Domínguez Ortiz41.

  • 42 B.N.M., Ms. 2061 ou G 115 ; Ms. G 209.

23Ce phénomène dépasse largement Valladolid. Il est probable que l’affaire du statut de l’église de Tolède, qui eut dans toute l’Espagne un grand retentissement, et le rôle attribué aux conversos dans la naissance de cercles hérétiques en Castille ont largement contribué à développer le sentiment de caste éprouvé par les vieux-chrétiens. Il est symptomatique que l’auteur anonyme de la relation de l’auto de fe du 21 mai 1559 considère Agustín de Cazalla, « descendant de juifs », comme responsable du mal, semeur de l’hérésie. A cet auto figure d’ailleurs parmi les victimes un nouveau-chrétien portugais brûlé comme juif et un autre, condamné à la prison perpétuelle, sera présent à l’auto d’octobre 155942. Le descendant de juifs devient intouchable. Mais aussi le morisque.

  • 43 Comparer les documents de A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196 et A.H.N., Inquisición, Leg. 2109, (...)

24Il est fort possible que la guerre de Grenade, ses prodromes et ses prolongements, ait exercé une influence sur le comportement des vieux- chrétiens de Valladolid à l’égard des morisques dans le dernier quart du xvie siècle. Cependant, dès avant 1570, les prêtres se plaignent du comportement religieux des vieux-morisques. Il n’est que de lire le rapport rédigé en 1561 par le curé de Santiago et son vicaire ! Santiago, la paroisse où se sont groupés, dans le quartier de Sainte-Marie, les descendants des maures convertis, certains charpentiers de père en fils et les premiers pompiers qu’ait connus Valladolid, environ 300 personnes si l’on en juge par la comparaison de deux documents, l’un daté de 1589 qui retient les seuls morisques de Grenade, au total 1 171, l’autre rédigé en 1594, qui rassemble tous les morisques, anciens et nouveaux, soit 1 473 personnes43.

  • 44 A.H.N., Inquisición, Leg. 2136, pièce n° 3.

25Le vicaire affirme que de nombreux morisques, maris, femmes, enfants, domestiques, n’assistent jamais à la messe et se soucient peu de leurs âmes. Ceux qui se confessent ignorent les prières courantes et prétendent n’avoir point commis de péchés mortels. Le curé renchérit : « Les chrétiens nouvellement convertis des mores qui vivent dans le quartier de Sainte-Marie sont aussi mores que ceux de Fez. » Ils ne viennent pas à l’église et ne communient pas, ne marieraient pas un fils ou une fille avec un vieux-chrétien, ne boivent pas de vin et ne mangent pas de lard44.

  • 45 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2162, 2e partie, fol. 36. L’effectif des morisques arrivés par ce (...)
  • 46 Pour 1594, A.H.N., Inquisición, Leg. 2109, pièce n° 1. A ce moment-là les morisques des villages e (...)
  • 47 A.G.S., Estado, Leg. 227.

26Après l’arrivée à Valladolid des morisques déportés du Royaume de Grenade qui quadruple d’un coup le nombre des nouveaux-chrétiens résidant dans la ville ou ses environs immédiats, la situation s’aggrave et ce n’est sans doute pas par hasard que les derniers statuts de San Gregorio, ceux de 1576, se préoccupent des maures. En tout cas, quelles que soient les responsabilités, les morisques ont été entraînés dans une ségrégation croissante. Et cependant une volonté de dispersion avait présidé à leur déportation : le 29 mars 1571 après un premier arrivage ils sont 410 dont 208 à Valladolid et 202 dans les villages de la juridiction : mais déjà ils ont tendance à se regrouper : le rapport du corregidor établit que plusieurs de ceux installés à Castronuevo et Olmos sont partis à Valladolid parce que ces villages sont trop pauvres et qu’ils n’y peuvent trouver de quoi vivre. Deux autres ont quitté Puente de Duero pour la grand-ville45. En 1594, comme déjà en 1589, les villages ont été presque entièrement désertés et, de fait, au moment de l’expulsion, en 1609, ils n’abritaient plus que 10 morisques46. Déjà aussi en 1594 les morisques de Valladolid sont très groupés : 1 225 sur 1 473 (plus de 83 %) sont répartis dans 6 des 16 paroisses, dont 518 dans la seule paroisse de Santiago où l’apport des Grenadins est venu grossir l’importante communauté des vieux-morisques. Toutes ces paroisses sont périphériques, dessinent une auréole autour des quartiers du centre où les morisques sont fort peu nombreux, même dans de grandes paroisses : 38 à San Miguel, 15 à El Salvador. Il semble que ce regroupement ait continué sans égaler sans doute celui des vieux-morisques, massés dans les rues de Campo, Olleros, Santiago et le quartier de Sainte-Marie. Ceux-ci semblent bien avoir choisi eux-mêmes cette situation : solidarité de minorité menacée ou souci de dissimuler plus parfaitement des pratiques musulmanes, comme le craignait l’évêque47 ?

  • 48 A.G.S., Cámara de Castilla, Valladolid, fol. 95 ; Leg. 2196 ; A.M.V., Livres d’Actes, 4 juillet 15 (...)
  • 49 A.H.P.V., Université, Leg. 1, fol. II.
  • 50 A.H.N., Inquisición, Leg. 2109, pièce n° 1 ; A.G.S., Estado, Leg. 227. Le pourcentage de morisques (...)

27Quant aux morisques de Grenade, il est difficile de savoir s’ils furent contraints à la ségrégation ou s’ils la choisirent, si la conscience aiguë de leur solidarité leur a été imposée par celle des autres et par l’épreuve ou si elle marque le refus de l’assimilation. Les morisques de Grenade furent, d’entrée de jeu, soumis à des mesures discriminatoires : interdiction de porter des armes, de se déplacer sans passeport ou licence, de s’établir à Valladolid dans le quartier dit de Sa Majesté, obligation de répondre à l’appel lors de la messe du dimanche ou d’une fête religieuse48. Ils furent victimes d’abus tels que ceux commis par cet étudiant, Alonso Prieto, qui s’en allait par les campagnes pour les rançonner déguisé en commissaire du Saint-Office49. Mais il ne semble pas qu’ils aient été en butte à une hostilité systématique : ils se virent offrir des chances de travail, la culture des huertas notamment, le travail de la soie, s’établirent librement comme boutiquiers. En 1594 sur 488 vecinos morisques dont il faut déduire 17 esclaves (11 femmes et 6 hommes), 54 veuves sans profession à l’exception d’une aubergiste et d’une couturière et un assez grand nombre de « célibataires » encore très jeunes, certains orphelins, 114 exercent régulièrement un métier : 27 boutiquiers, 17 maraîchers, 7 journaliers agricoles et 2 laboureurs, 16 charpentiers et 7 forgerons (dont beaucoup de vieux-morisques), 3 nattiers, 2 cordonniers, etc. En 1609, à la veille de l’expulsion, la spécialisation professionnelle est plus marquée, la participation au travail plus affirmée : 166 chefs de famille sur 244 exercent un métier et parmi eux, 51 maraîchers, 24 boutiquiers, 15 commerçants de plus d’importance. L’habileté des jardiniers morisques est reconnue et l’intégration dans le monde du travail paraît avoir réussi50.

  • 51 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196.
  • 52 A.G.S., Estado, Leg. 227.

28Mais le seul chemin qui pût conduire les morisques à une assimilation véritable passait par l’église. C’est à l’église et par l’Église que fut jugée leur volonté de demeurer ou non espagnols. Or il apparaît bien que les morisques, ceux de Valladolid du moins, n’étaient pas chrétiens et n’avaient guère l’intention de le devenir. En 1589 l’abbé de Valladolid, comme jadis le curé de Santiago, se plaignait de leur attitude religieuse : le dimanche et les jours de fête d’obligation, ils s’en vont aux champs, cherchent par tous les moyens à fuir la messe, négligent les préceptes chrétiens et ne se préoccupent nullement de les faire enseigner à leurs enfants ! Ils ne se confessent qu’une fois l’an et leurs confesseurs ont une piètre idée de leur foi. Aussi leur refuse-t-on souvent la communion. L’abbé admet que certains morisques sont éclairés par « la pleine lumière de la foi » mais ils sont si peu nombreux51 ! A l’époque de l’expulsion la situation n’avait pas évolué puisque l’évêque de Valladolid n’exceptait de sa réprobation qu’une seule famille de Grenadins, celle du cordonnier Agustín de Segovia, un bon chrétien qui assistait pieusement aux offices et dont les six enfants, même le plus petit, âgé seulement de deux ans et demi, connaissaient fort bien les prières de l’Église. Toute la famille suivait même les processions. Une femme, Isabel de Soto, trouvait également grâce devant l’évêque mais parmi les soixante-cinq familles de vieux-morisques il n’y en avait aucune qui donnât vraiment satisfaction52. Ainsi par le refus du christianisme se consommait le destin d’une communauté historique pour laquelle la Vieille Castille n’avait été qu’une étape sur la route de l’exil.

  • 53 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196.
  • 54 A.H.N., Inquisición, Leg. 2109, pièce n° 1.

29Est-ce pour cela que les mariages mixtes, entre vieux-chrétiens et morisques, furent si peu nombreux, moins encore qu’à Ségovie ? Et que se perdit l’une des dernières chances de l’assimilation, que se fortifièrent simultanément la cohérence et l’hostilité de deux groupes étrangers ? Car de telles unions sont rarissimes. Sur quelque trois cent cinquante ménages en 1589 il n’y en a que trois de mixtes : deux dans la paroisse de Santiago où l’époux est vieux-chrétien, la femme morisque (et l’une d’elles veuve d’un premier mari morisque) ; un dans la paroisse de Santiesteban où un morisque a épousé une femme de vieille souche chrétienne53. En 1594 ces trois couples semblent avoir disparu mais dans la paroisse de Santiago apparaissent trois autres ménages où le mari est morisque et la femme vieille-chrétienne, deux de ces ménages étant formés d’individus jeunes. A Mojados une jeune morisque a épousé un vieux-chrétien dont elle a deux enfants. A Boecillo vivent deux orphelins d’un morisque et d’une vieille-chrétienne. C’est tout54.

  • 55 Arch. parroquial de La Antigua, Lib. de Bautismos.

30L’examen des registres paroissiaux confirme la rareté de telles unions. Les curés notent soigneusement les baptêmes d’enfants morisques et on en trouve quantité dans les registres des paroisses de Santiago, San Juan (trois par an en moyenne), San Nicolas, San Miguel, San Benito, alors qu’on n’en trouve aucun dans les registres de l’Église Majeure, de San Julián, San Llorente, Santiesteban, La Magdalena, El Salvador, ce qui confirme, soit dit en passant, l’idée d’un certain regroupement. Or je n’ai trouvé, pour la période 1591-1600, que deux cas d’enfants nés dans un foyer créé par un nouveau-chrétien et une vieille-chrétienne, en 1597 et 1598, dans la paroisse de La Antigua55.

  • 56 A.H.N., Inquisición, Leg. 2136, pièce n° 3.
  • 57 A.G.S., Estado, Leg. 227.

31Or l’Église semble avoir favorisé beaucoup plus que contrarié de tels mariages et son attitude comme ses déclarations sont exemptes de tout « racisme ». A cinquante ans de distance le curé de Santiago et l’évêque de Valladolid voient dans les mariages mixtes le seul moyen d’une assimilation véritable. En 1561, le curé de Santiago, Andrés Martínez, après avoir noté la répugnance des morisques à de tels mariages, écrivait qu’il fallait disperser les morisques à travers la ville, placer un nouveau-chrétien entre deux vieux et ne pas tenir compte de leurs plaintes car le salut de leurs âmes importait d’abord. Il ajoutait qu’ils vivraient ainsi les uns avec les autres, les enfants lieraient conversation : « peu à peu le temps construira leur amitié, ils s’uniront par les mariages ; ces remèdes profiteront peu à ceux qui sont vieux maintenant mais beaucoup aux enfants et à ceux qui sont à naître... »56. En 1610 l’évêque, dans son rapport à Philippe III, développe les mêmes idées, propose les mêmes remèdes. Si l’on veut garder ces gens, écrit-il en substance, deux mesures s’imposent : rompre l’unité de leur quartier où le secret dissimulait « leurs perfidies et infidélités » et les obliger à épouser des chrétiennes de souche. En somme, briser les cadres de la ségrégation où s’enfermaient depuis des décennies, depuis des siècles, les deux communautés. Si les morisques refusaient ces conditions, ils manifesteraient qu’ils demeurent les adeptes de l’erreur et qu’ils désirent vivre et mourir en son sein57.

32Il semble en définitive que les morisques aient refusé la chance de l’assimilation et que celle-ci leur ait été offerte. Mais il n’en est pas moins vrai qu’à Valladolid comme dans toute l’Espagne le préjugé vieux-chrétien se consolide et triomphe. La foi qu’il exprime, le comportement qu’il provoque, ne vont pas sans contradiction : on reproche aux morisques de ne pas adhérer vraiment à la sainte foi catholique mais l’accueil réservé aux convertis, d’origine juive ou musulmane, manque d’enthousiasme et de charité puisque les élites repoussent ces convertis en promulguant des statuts toujours plus nombreux et rigoureux de pureté du sang. Ici se recouvrent l’exclusivisme social et l’exclusivisme religieux. Une société se fige, perd sa fluidité originelle, et ses hiérarchies s’ankylosent. Une foi inquiétée par la Réforme rejette frénétiquement tous les éléments extérieurs au point de déformer l’Évangile. Et tandis que se prépare le drame de l’expulsion, après les bûchers de la Contre-Réforme, le peuple castillan gagne en cohérence mais perd en liberté.

III. — LES SOLIDARITÉS DE LA PROFESSION : CORPORATIONS ET CONFRÉRIES

33Au sein de ces grands ensembles que déterminent les lignages et bien plus encore l’appartenance à une longue tradition religieuse, voire à une « race », se différencient des groupes infiniment plus restreints, formés de quelques dizaines de familles associées par une relation précise et vivante que la vie quotidienne renouvelle constamment et que l’exception fortifie : il s’agit de la profession, du métier dont on ne peut douter qu’il ait constitué pour les Vallisolétains du xvie siècle une solidarité autrement puissante que pour nos contemporains.

  • 58 Cf. livre II, chap. VI.
  • 59 A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 194. Voir : « Padrón de los moradores de Valladolid ».

34Une même profession suppose déjà le plus souvent le rassemblement de ses membres dans un même quartier, une même rue. On sait qu’il en était ainsi à Valladolid58. Il n’est pas nécessaire d’insister mais il faut préciser que ce rassemblement ne concerne pas les seuls artisans. Les commerçants sont fréquemment dans le même cas : ainsi les libraires (19 sur 22 dans la rue Librería), les bouchers qui travaillent dans les parages de l’Église Majeure, les fruitiers aux abords de la Plaza Mayor, les merciers regroupés dans la Mercería et les épiciers dans l’Especería. Une industrie de luxe comme l’orfèvrerie s’accommode pareillement : elle colonise la rue Platería. Et les laboureurs vivent à peu près tous dans les paroisses périphériques. En fait rares sont alors à Valladolid les métiers voués à une certaine dispersion : ce ne sont guère que les tailleurs et tailleurs de chausse, les passementiers et les cordonniers, dans un genre différent les notaires et les scribes ou encore les barbiers59.

35Or le groupement selon la topographie suppose l’appartenance à une même communauté paroissiale, agent efficace d’élaboration d’une conscience collective lorsque les paroissiens vivent réellement la vie de la paroisse, assistent aux mêmes offices, suivent les mêmes processions, participent aux mêmes œuvres d’assistance, se reconnaissent dans la même statue, la même image sainte, attendent la même fête. Et nous savons qu’à Valladolid, au xvie siècle, les choses se passent ainsi.

36L’analogie de la profession suppose encore la pratique des mêmes tâches quotidiennes, rendues plus identiques par une réglementation stricte qui uniformise les procédés de fabrication, les conditions de l’embauche et celles de la vente ou par l’immobilisme de techniques rurales qu’aucune révolution ne bouleverse. Mais il y a davantage.

  • 60 A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 259.
  • 61 A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 316.

37L’existence des corporations (gremios) crée de véritables communautés d’intérêts. Celles-ci sont réelles quand, la concurrence étant par ailleurs limitée, une corporation doit d’abord faire face au fisc : le régime de l’alcabala est tel à Valladolid que l’assiette de la contribution est corporative avant d’être individuelle : la ville devant payer tant, la renta de la zapatería paiera tant. Il est donc de l’intérêt de tous d’obtenir pour la corporation le taux minimum. Mais la contribution de la ville demeurant la même, cette démarche oppose la corporation aux autres dont la participation à l’alcabala risque de se trouver augmentée. Le système rend également inévitables les conflits entre corporations aux activités proches, l’un des corps de métier désirant se réserver le monopole de la fabrication et de la vente d’un objet tandis que l’autre revendique la liberté ou invoque la coutume pour pratiquer le même commerce. Ainsi un long procès oppose-t-il les chaussetiers (calceteros) aux marchands de confections (roperos) : les premiers considèrent qu’ils ont le monopole de la fabrication des grègues, des chausses et des culottes bouffantes alors que les autres nient ce monopole60. Simultanément les mêmes roperos et les joyeros subissent l’assaut des passementiers qui protestent contre la vente de rubans et de fils non conformes aux ordonnances, vente assortie d’escroquerie puisque les articles en question sont présentés comme soie pure alors qu’ils sont faits de divers fils61. D’autres procès ont opposé tailleurs, chapeliers, faiseurs de pourpoints... Les procès, l’excitation passionnelle qu’ils provoquent, les rancunes qu’ils suscitent, autant d’éléments propres à renforcer la solidarité du groupe.

  • 62 A.M.V., Leg. 377, fol. 20 ; Leg. 5, fol. 13 ; A.R.C.V., Env. 259 et 316. Au milieu du siècle une t (...)

38Mais la corporation est aussi une société qui s’administre elle-même. Ce sont les membres de la profession qui élisent chaque année les inspecteurs (veedores) chargés de faire respecter les ordonnances, d’effectuer les visites des ateliers pour garantir ce respect, d’infliger des amendes aux délinquants, d’examiner les capacités des candidats à la profession et de leur délivrer éventuellement des lettres d’ouvrier ou de maître tout en recevant d’eux les gages qui garantissent la sécurité de leurs clients. Que ces inspecteurs soient deux, comme c’est le cas le plus fréquent, ou trois comme chez les passementiers, qu’ils soient élus le jour des Rois, comme chez les chaussetiers ou le jour de saint Jacques comme chez les bourreliers, ils n’en sont pas moins, à l’expiration de leurs fonctions, astreints au rapport d’activité devant la corporation assemblée. Les modalités peuvent changer (ainsi chez les tisserands de toiles, les inspecteurs de l’année précédente doivent assister aux épreuves des candidats), les principes restent identiques62.

  • 63 A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 194.

39D’autre part ce sont encore les membres de la corporation qui élisent chaque année les répartiteurs de l’impôt, ceux qui, en fonction d’une somme globale, déterminent la contribution de chacun. Il n’est pas rare de voir parmi les plus imposés certains de ces répartiteurs : ainsi pour la rente des toiles et cotonnades, en 1561, Gonzalo de Salcedo et Pedro de Aranda, ou pour celle de la pelleterie, Pedro Gutiérrez. Car le caractère annuel de la fonction, demain l’apanage des autres, incite à la pratique de la justice63.

40La corporation est prolongée par la confrérie. Une première forme de confrérie est en effet une association professionnelle où les manifestations religieuses s’accompagnent d’une fonction de secours mutuel.

  • 64 A.H.P.V., Leg. 41, fol. 198. L’existence de cette confrérie remontait au moins à 1462.
  • 65 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 835 et Leg. 47, fol. 3.

41On connaît mal la vie des confréries au xvie siècle parce que la presque totalité des papiers qui subsistent concernent le xviie siècle ou même le xviiie. Il n’est pas douteux cependant que certaines d’entre elles aient eu une grande activité au xvie siècle, ainsi celle des orfèvres, dite de Notre-Dame-du-Val et du Seigneur Saint-Éloi, dépendant de la paroisse San Miguel et dont les revenus procédaient surtout de maisons louées64 ; celle de Saint-Crispin et Crispien qui réunissait les cordonniers et fait bâtir en 1570 une belle maison pour s’assurer un revenu régulier ; celle du Corpus Christi des laboureurs qui fait des placements en rentes dans les années 1548-154965 ; ou encore celle des barbiers patronnés par saint Côme et saint Damien, la puissante confrérie des marchands qui siégeait dans le couvent de San Francisco.

  • 66 Voir notamment : « Regla de una cofradía del siglo xvii », Bol. de la Soc. Cast. de Excursiones, t (...)

42Deux autres formes de confréries doivent être signalées. D’abord les confréries paroissiales qui rassemblent les éléments les plus fervents et les plus actifs de chaque paroisse : elles sont dites « du Saint-Sacre- ment et des Ames du Purgatoire ». Elles ont pour but de célébrer des actes solennels de la vie des confrères et de leurs enfants : noces, entrées dans les ordres, funérailles ; de faire dire des messes pour les âmes du purgatoire ; de maintenir ou de rétablir la concorde entre les confrères : c’est ainsi que la règle de la confrérie paroissiale de San Ildefonso prévoit que lors de chaque session annuelle, quinze jours avant la Saint-Michel, l’amitié devra être restaurée entre « ceux qui ne se parlent pas », les rixes et conflits seront réglés par d’autres confrères, après enquête si besoin est ; elle prévoit d’aider ou d’encourager les confrères malades, emprisonnés ou en difficultés financières, les veuves non remariées des confrères et leurs enfants ; de participer à l’entretien des pauvres, douze d’entre eux étant conviés au banquet annuel. Les femmes sont toujours admises, dans les mêmes conditions que les hommes, au sein des confréries paroissiales. Le caractère chrétien et, conformément à l’étymologie, fraternel, des confréries est très nettement marqué : de nombreuses dispositions cherchent à éviter toutes les occasions de discorde. Ainsi les confrères ne peuvent enchérir les uns sur les autres dans le cas de ventes publiques, ils ne peuvent se prendre domestiques ou ouvriers sans consentement mutuel ni acheter une rente pesant sur un autre confrère. L’organisation démocratique de ces confréries est parfois soulignée comme à San Ildefonso dont le règlement interdit l’adhésion d’un « homme puissant » ou d’un prélat66.

43Enfin il faut également signaler les confréries de discipline dont le but était la recherche de l’ascèse et dont les manifestations les plus remarquables se déroulent pendant la Semaine Sainte. Il exista au xvie siècle à Valladolid quatre confréries de discipline dont la plus ancienne, celle de la Sanctissima Vera Cruz, s’était formée dès le xve siècle. On vit apparaître ensuite celle de la Pasión, qui se constitua en 1531, celle de la Quinta Angustia qui semble être un peu postérieure, enfin celle de la Piedad qui se forma en 1578. A l’époque de Charles Quint avait déjà existé une première confrérie de la Piedad que la rumeur publique avait baptisée confrérie des Génois en raison du rôle qu’y jouaient les gens de finances italiens. Mais les Génois quittèrent Valladolid en même temps que la Cour...

44Chacune de ces confréries se réunissait dans l’un des grands monastères de la ville et organisait pendant la Semaine Sainte une grande procession. Ce fut l’occasion de graves conflits à propos de l’ordre de ces processions et même en 1588 de troubles graves car chacun de ces groupements réunissait plusieurs centaines de participants.

  • 67 Voir Narciso Alonso Cortés, Las primeras Cofradias de disciplina, et Miscellanea Vallisoletana, t. (...)

45Un contrat passé entre la confrérie de la Quinta Angustia et le monastère de San Pablo permet de mieux apprécier la vie d’une confrérie de ce genre : ainsi un local était mis à la disposition des confrères pour qu’ils puissent venir s’y recueillir et s’y donner la discipline, et ils y avaient accès tous les jours ; un moine prêchait les confrères avant la grande procession du vendredi saint ; le monastère et la confrérie s’escortaient mutuellement à l’occasion de leurs processions, par exemple celle du 8 mars. Ce sont de telles confréries qui ont donné aux cérémonies religieuses de la Castille un éclat incomparable67.

46La confrérie fut certainement l’une des structures d’accueil les plus précieuses de l’homme du xvie siècle. En participant à ses activités il pouvait oublier les liens de dépendance et les rapports de force qui dominaient son existence. La solidarité des confrères allait d’ailleurs au-delà de la mort. Les mourants, les femmes comme les hommes demandent à leurs confrères de les accompagner au tombeau et certains désirent même que leur cercueil soit porté par quelques confrères. Ils sont assurés du secours des prières et des messes. Par les confréries les femmes peuvent elles aussi participer à la vie collective. Par elles encore les Vallisolétains du xvie siècle purent avoir le sentiment de l’efficace, éprouver l’impression de faire œuvre utile car les confréries ont exercé une fonction d’assistance fort importante. On en jugera plus loin...

  • 68 A.H.P.V., Leg. 572, fol. 1046 ; Leg. 768, fol. 2742.
  • 69 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1328 ; Leg. 439, fol. 720-724.

47Parce qu’elle est une communauté d’intérêts en même temps qu’un milieu homogène, la corporation se consolide par des liens familiaux. Le mariage sanctionne très souvent en effet cette relation d’égalité. L’étude des 120 contrats de mariage qui s’échelonnent de 1516 à 1599 le confirme : 30 concernent des laboureurs ou des maraîchers, ils n’unissent jamais que des gens du même monde. Parmi les autres, 51 concernent les artisans : or 25 de ces unions (la moitié) se réalisent à l’intérieur d’une même profession, tailleur avec fille de tailleur, cordonnier avec fille de cordonnier, tisserand avec fille de tisserand, etc., et 20 autres concernent des gens dont le métier est très voisin : ainsi cordonnier avec fille de pelletier, ou réciproquement (3 cas). Parfois le rapport est plus étroit qu’il ne paraît. L’orfèvre Francisco Flórez épouse Gerónima Beltrán de Guévara, fille d’un tailleur68 ; mais le frère de Gerónima, Manuel, est lui-même orfèvre et il épouse également une fille de tailleur. Six mariages seulement révèlent une certaine différence de milieu. Dans la bourgeoisie et la noblesse la relation d’égalité se maintient avec autant de fréquence. La classe des letrados manifeste une cohérence particulière : on assiste fréquemment à des mariages comme celui du licencié Diego Llorentena, relator à la Chancellerie de Valladolid, avec Doña María de Cabeza, fille du licencié Pedro San Juan, ancien relator à la Chancellerie ou celui du licencié Don Rodrigo de Medina, auditeur à la Chancellerie qui épousa Doña Isabel Paz de Sotomayor, fille du licencié Pedro Bravo de Sotomayor, membre du Conseil des Indes69. Si les contrats de mariage confirment la possibilité de l’ascension sociale révélée par d’autres sources, ils proposent d’abord l’idée d’une faible mobilité sociale.

  • 70 A.H.P.V., Leg. 951.
  • 71 Arch. parroquial de Villabáñez et Arch. parroquial de Geria, Registros de casados, n° 1.

48Il va sans dire que cela est encore plus vrai des campagnes. Les 12 contrats examinés dans un registre de Villanubla dont 8 concernant l’année 1594 et les 4 autres les années 1598-1599 ne mettent en présence que paysans et paysannes et 3 seulement des 24 conjoints proviennent de villages voisins : Zaratán (à 1 1/22 lieue), Wamba (à 2 lieues), Castrodeza (à 3 lieues)70. Mais c’est encore une proportion inhabituelle. A Villabáñez de 1570 à 1600, 266 mariages ont été célébrés : de ces 532 mariés, 13 seulement étaient étrangers au village, 8 garçons et 5 jeunes filles. Aucun n’était venu de loin : 3 de Peñalva à 1 lieue et 2 de Villavaquerín à I 1/2 lieue, les autres de Castronuevo, Villanueva de los Infantes, Sardón, Cogeces, Herrera de Duero, à peine plus éloignés. 5 % des mariages seulement supposent un élément extérieur ; la proportion est à peine plus élevée à Geria (8 %) où, de 1580 à 1600, les 112 mariages célébrés l’ont été avec 112 filles du village, 103 garçons du village et 9 venus d’ailleurs, c’est-à-dire des villages voisins : Robladillo (2), Velliza (2), Castrodeza. Les deux époux les plus exotiques étaient originaires l’un de Marzales, l’autre de Villagarcía, à 10 et 15 lieues respectivement. On comprend mieux alors qu’un Melchior de La Serna ait fait fortune en se consacrant au négoce des dispenses en cours de Rome. Ici l’endogamie confine à la consanguinité71. Dans des milieux aussi homogènes et aussi clos que le sont ces villages, peuplés de laboureurs vieux-chrétiens qui se marient entre eux, il ne reste que la propriété et le revenu pour introduire un élément de différenciation.

IV. — LES SOLIDARITÉS DE LA FORTUNE : REVENUS ET LUTTES DE CLASSES ?

Disparités de fortune et classes sociales

49A Valladolid et même dans les campagnes environnantes les disparités de fortune et de revenu sont énormes en effet. Elles sont si considérables que les plus riches et les plus pauvres paraissent vivre dans deux mondes étrangers l’un à l’autre. Que peut-il y avoir de commun entre un comte de Benavente dont le revenu annuel est de 120 000 ducats et un manœuvre gagnant 68 ducats par an ? La différence est de l’ordre de 1 à 1 764. Certes ce revenu est partiellement obéré mais cette réserve ne peut suffire à rapprocher si peu que ce soit le comte du manœuvre.

50Or le cas du comte est celui de tous les grands nobles. Pour une dizaine de seigneurs dont le revenu atteint ou dépasse 20 000 ducats, c’est-à-dire plus de 290 fois celui du manœuvre, plus de 180 fois celui d’un maître artisan du bâtiment, la fortune est le dernier et peut- être le plus important des critères de différenciation. Elle crée entre la haute noblesse et le peuple des artisans et des paysans une nouvelle et infranchissable distance qui s’ajoute à celles de la naissance et de la fonction. Après l’échec des comunidades surtout, paysans et artisans ne peuvent plus songer à s’opposer. Ils ne peuvent qu’admirer. Ne parlons pas des pauvres : ils n’attendent que les miettes du festin.

51La situation n’est pas fondamentalement différente lorsqu’il s’agit des familles patriciennes de la ville, de quelques dizaines de letrados, de quelques marchands ou financiers comme Hernández de Portillo ou Fabio Nelli de Espinosa, voire d’un Pedro Gutiérrez. Pour tous ceux-ci dont le revenu oscille entre 2 000 et 5 000 ducats, quand il ne dépasse pas largement ce chiffre, l’existence ne ressemble guère à celle des paysans ou des artisans. 2 000 ducats, c’est encore 29 fois le revenu d’un manœuvre, 18 fois celui d’un artisan qui ne vivait que de son travail. Si une comparaison de ce genre n’était dangereuse, on songerait au manœuvre de 1965 dont le salaire mensuel ne peut guère descendre au-dessous de 500 de nos francs. Trente fois ce salaire, soit 15 000 francs, c’est déjà un autre monde, celui des somptueuses résidences privées, des palaces, des yachts et des croisières. Entre l’aristocratie de la fortune et de la naissance, ou parfois, plus rarement, du mérite et les classes laborieuses des villes et des campagnes, il n’y a guère d’opposition, guère de lutte possible. Les uns sont parfois d’ailleurs les sujets des autres : le comte de Benavente est par exemple seigneur de Cigales, de Portillo et autres lieux ; le comte de Ribadavía est seigneur de Mucientes, le comte de Buendía seigneur de Dueñas, Pero Hernández de Portillo seigneur de Villaviudas, Hornillo, Torre- cillo, Poblado de Tablada. Cela signifie le paiement de redevances et la soumission. Existe-t-il d’ailleurs chez les humbles une conscience de classe ? On en peut douter. Cette conscience est probablement le privilège des riches, encore un privilège.

52Dans les campagnes, et c’est là le plus étonnant, les contrastes de fortune restent considérables. Quelques documents le démontrent de manière indiscutable.

53C’est d’abord l’enquête consacrée en 1542 au bourg de Portillo et à son territoire qui comprenait les villages de Arrabal de Portillo, Parilla, Pedraja, Aldea San Miguel, Comeso, Cardiel, Campo Redondo et Aldea Mayor. Le recensement dénombre 1 117 vecinos dont 384 pour Portillo. Mais, information plus précieuse, le document comporte une évaluation des biens de chacun de ces vecinos. A partir de cette évaluation on peut classer les vecinos en quatre catégories ainsi que l’indique le tableau suivant :

  • 72 D’après A.G.S., Consejos et Juntas de Hacienda, Leg. 8, fol. 15.

LES FORTUNES DANS LA TERRE DE PORTILLO72

LES FORTUNES DANS LA TERRE DE PORTILLO72

54Bien entendu, 100 000 maravédis, ce n’est pas la richesse. Mais observons que nous sommes en 1542 et que ces biens représentent près de 267 ducats, près de 9 fois le revenu annuel d’un manœuvre à la même époque (30 1/2 ducats), 5 fois celui d’un maître du bâtiment (54 1/2 ducats). D’autre part c’est précisément ce niveau que réclament comme garantie les pouvoirs publics pour l’exercice d’un office de contrôleur du ravitaillement. Enfin, bien des vecinos dépassent largement ce niveau, atteignent ou dépassent 300 000 maravédis et six s’élèvent au-dessus de 500 000, le maximum étant de 800 000, plus de 2 000 ducats. C’est 160 fois plus que ceux qui n’ont que 5 000 maravédis. Ainsi 8,2 % des vecinos sont propriétaires de biens dont la valeur égale au moins 20 fois celle de biens de gens que l’on refuse de considérer comme pauvres puisque la limite supérieure de la pauvreté est estimée à 5 000 maravédis à Portillo et dans l’Arrabal, puisqu’elle est même ramenée à 3 000 ou 2 000 dans les autres villages, c’est- à-dire à presque rien.

55Les quatre catégories distinguées à Portillo et dans ses environs peuvent correspondre, semble-t-il, d’abord à celle des propriétaires aisés dont on peut penser que les plus fortunés ne travaillent pas, puis à celle des petits propriétaires capables de subvenir tant bien que mal à leurs besoins en exploitant directement leurs lopins de terre et leurs vignes ou en se livrant à quelque activité artisanale, ensuite à celle des journaliers dépendant totalement des possibilités de travail qui leur étaient offertes par les propriétaires, enfin à celle des pauvres réduits à la mendicité et dont la situation est peut-être plus difficile encore qu’à la ville.

  • 73 A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 194, Herrera ; Leg. 112, Laguna.

56Or, la structure sociale paraît analogue dans d’autres villages. Nous ne disposons malheureusement pas de documents comparables à celui de Portillo. Mais on peut sans doute tirer argument des documents fiscaux. Dans plusieurs villages en effet l’adjudication des alcabalas ne suffit pas au paiement de la contribution globale exigée par le fisc. Pour régler le solde on procède alors à un repartimiento, chaque chef de famille étant imposé au prorata de ses revenus. Or les écarts sont extrêmes : à Herrera de Duero en 1561, le plus gros contribuable verse 2 700 maravédis, le plus petit 20 (différence de l’ordre de 1 à 135) ; à Laguna en 1597 l’éventail est encore plus ouvert : de 6 000 maravédis à 473 ! Sans doute s’agit-il là d’écarts absolus qui ne signifient pas grand-chose. Mais ces documents permettent aussi de tenter une classification sociale en rassemblant des repartimientos réalisés à peu près à la même époque dans plusieurs villages. Certes la méthode est défectueuse car les sommes à obtenir ne sont pas exactement proportionnelles au nombre des habitants de chaque village. Essayons cependant :

  • 74 A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 194.

REPARTIMIENTOS A TUDELA (1561), HERRERA (1561), RENEDO (1560), GERIA (1558)74

REPARTIMIENTOS A TUDELA (1561), HERRERA (1561), RENEDO (1560), GERIA (1558)74
  • 75 A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 322, fol. 4.

57Les pourcentages des deuxième et troisième catégories sont très voisins de ceux obtenus pour les mêmes catégories à Portillo. Par contre la proportion des gens aisés paraît beaucoup plus importante et moindre celle des pauvres. Cela est d’autant plus net que 77 des 160 « riches » (mot certainement excessif), presque la moitié, paient même plus de 1 000 maravédis. Ainsi leur contribution est au moins 25 fois supérieure, souvent plus de 50 fois égale à celle des derniers journaliers. Il est vrai que deux de ces agglomérations, Tudela et Gería, sont, on le sait, particulièrement prospères. Quoi qu’il en soit ces documents rapprochés de l’enquête réalisée à Portillo ou encore de celle effectuée en 1566 à Mojados où ces quatre classes étaient précisément distinguées, interdisent la possibilité de considérer la paysannerie castillane du xvie siècle comme une société égalitaire de petits propriétaires75. Les hiérarchies sociales sont, dans la région de Valladolid du moins, fortement marquées.

  • 76 A.H.P.V., Leg. 29, fol. 657 ; Leg. 569, fol. 737.
  • 77 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 702 ; Leg. 33, fol. 16.
  • 78 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1136.
  • 79 A.H.P.V., Leg. 71, fol. 454 ; Leg. 769, fol. 961 ; Leg. 37, fol. 210.
  • 80 A.H.P.V., Leg. 768, fol. 2132.

58Deux institutions contribuent à fixer ces hiérarchies, à restreindre la mobilité sociale. L’une, on l’a vu, est le mariage défini dans la plupart des cas comme l’expression d’une relation d’égalité. Et cela est surtout vrai des classes supérieures. L’autre est le majorat par lequel la richesse d’une famille se perpétue. L’institution du majorat permet au père d’exclure une partie de ses biens du partage qui s’effectuera entre ses héritiers au profit de l’un d’entre eux, garçon ou fille, aîné ou cadet. Cette partie de l’héritage est égale au tiers augmenté du cinquième du reste. Or cette institution est de règle dans la haute noblesse dont les membres ne peuvent aliéner une partie du majorat sans licence spéciale de la Couronne. Elle est presque toujours de rigueur chez les familles du patriciat urbain, comme les Verdesoto ou les Tamayo par exemple76. Elle est adoptée par les riches marchands, Pero Hernández de Portillo ou Juan de Salcedo77, et certains marchands beaucoup plus modestes l’utilisent aussi, telle la veuve Juana de Iniesta dont les biens n’atteignaient pas la valeur de 1 000 ducats78. Les letrados fondent volontiers un majorat, ainsi les licenciés Antonio Vaca, Luis de Villa, Fresno de Galdo ou même un notaire « du nombre » comme Francisco Pérez79. Et ils sont imités par les artistes célèbres, ainsi Esteban Jordan80. Cette institution semble aussi vivante au début qu’à la fin du siècle et les exemples que j’ai donnés concernent aussi bien la première partie du siècle que la dernière : le majorat de Juan de Salcedo a été fondé en 1529, celui de Francisco Pérez en 1537, celui de Pero Hernández en 1539. A l’inverse, les majorats créés par Juana de Iniesta, Fresno de Galdo ou Esteban Jordan datent des années 1598-1599. Cependant il est possible que l’institution ait eu une plus grande diffusion dans les dernières années du siècle, dans la mesure même où la société castillane se sclérose et perd sa fluidité originelle.

  • 81 Cl. Sánchez Albornoz, op. cit., t. II, p. 487 et suiv.

59On ne prétend pas que la société vallisolétaine soit dès cette époque constituée par une juxtaposition de castes et de classes hermétiques, strictement fermées les unes aux autres. L’ascension sociale, le passage d’une classe à une autre demeure possible. Disons bien cependant qu’il s’agit d’exceptions. Cette société n’est plus celle de la Castille du Moyen Age, justement décrite par Claudio Sánchez Albornoz comme une société de classes ouvertes. Elle est déjà victime de ce « court-circuit de la modernité espagnole » dont le grand historien castillan a expliqué le processus81.

  • 82 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 1630. A titre de comparaison on peut voir aussi A.H.P.V., Leg. 55, fol. 39 (...)
  • 83 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 552. A titre de comparaison voir aussi A.H.P.V., Leg. 44, fol. 78 ; Leg. 4 (...)
  • 84 A.H.P.V., Leg. 62, fol. 549.
  • 85 A.H.P.V., Leg. 572, fol. 1046.

60Les exceptions, nous les connaissons. Nous avons vu les marchands italiens épouser après fortune faite les jeunes filles de la noblesse, accéder au patriciat urbain, acheter les offices de regimiento. Le petit-fils de Pero Hernández de Portillo délaisse la marchandise pour vivre de ses rentes et jouer au seigneur. Des fils de marchands entrent dans la classe des letrados, comme le fils de l’épicier Barcena Carrasa. Les contrats de mariage révèlent des alliances entre familles d’artisans et de négociants, d’artisans et de letrados. C’est la consécration d’une ascension, il suffit pour s’en persuader de considérer les dots des jeunes filles qui se marient avec un homme d’une condition supérieure : Cristina de Zamora, fille du barbier Pedro de Zamora, reçoit, lorsqu’elle épouse en 1551 le notaire Alonso de Quintana, une dot de 2 000 ducats en espèces, agrémentée d’une maison. C’est là un cas exceptionnel : à la même époque les autres filles de barbier reçoivent des dots oscillant entre 300 et 400 ducats82. La fille du cordonnier Diego de Ávila qui épouse en 1549 le bachelier Luis de La Serna a une dot supérieure à celle de presque toutes les filles de cordonnier, 500 ducats et une maison83. Celle de la fille de l’orfèvre Diego Alonso, Catalina, dont le tuteur est un autre orfèvre, qui s’unit en 1566 au docteur Rodrigo de Peñaranda, médecin, bénéficie d’une dot qu’on ne peut exactement évaluer mais qui était plus que coquette, le seul trousseau étant estimé à 400 ducats84. Il est vrai aussi que les orfèvres sont les princes de l’artisanat et les dots qu’ils offrent à leurs filles de beaucoup les plus belles. Lorsque le tailleur Pedro Beltrán de Guévara marie sa fille au riche orfèvre Francisco Florez, c’est un peu sans doute parce qu’il peut faire miroiter à ses yeux la dot de Gerónima, 1 400 ducats, rien de moins85. Mais je répète qu’il s’agit là de réussites individuelles et que la règle est alors à la consolidation des structures sociales, le mariage étant l’un des serviteurs les plus fertiles et les plus efficaces de cette consolidation.

CONFLITS SOCIAUX

61Entre ces classes de plus en plus cohérentes mais de plus en plus lointaines, quelle forme peuvent prendre les tensions et les conflits ? Il est évident que nous ne pensons pas à une lutte de classes de style contemporain : ni les structures économiques, ni l’organisation politique ne le permettent et la conscience de classe reste balbutiante. Seule une lutte entre classes dominantes paraît possible.

62Mais la révolte des comunidades dans laquelle Valladolid a joué son rôle, l’un des premiers, n’est-elle pas un épisode critique d’une lutte de ce genre ? N’illustrerait-elle pas le conflit entre les campagnes, fief de la haute noblesse, et les villes, création continue de la bourgeoisie, au moment même où l’essor économique donne à ces villes et à la bourgeoisie une force nouvelle ? Il est vrai en effet que Burgos, Valladolid, Medina, Ségovie, Tolède sont alors en plein développement.

63Gardons-nous des simplifications abusives. D’ailleurs en Vieille Castille l’emprise de la féodalité reste relativement réduite. C’est l’une des grandes vérités établies par le grand livre de Sánchez Albornoz. Les campagnes ne sont pas le domaine exclusif des grands nobles. Les behetrías et les villages relevant d’une juridiction urbaine comptent autant ou plus que les terres de señorío. D’ailleurs la noblesse n’a-t-elle pas, au début des comunidades, observé une attitude ambiguë ?

  • 86 J. Pérez, « Pour une nouvelle interprétation des Comunidades de Castille », Bulletin Hispanique, j (...)

64Dans un remarquable article qui fait le bilan des interprétations proposées des comunidades, Joseph Pérez nous invite à voir dans la révolte des villes castillanes un phénomène complexe, impossible à réduire par la séduction fallacieuse d’un schéma. Mais il n’en est pas moins sensible au caractère social des événements de 1520-1521. Il rappelle qu’à la suite de la révolte des gens de Dueñas contre leur seigneur, le comte de Buendía, le Ier septembre 1520, les ducs et les comtes se rangent décidément derrière Charles Quint ; il pense que « la présence d’un certain nombre d’hidalgos dans les rangs des comuneros ne modifierait pas sensiblement ce phénomène massif : en gros, la noblesse a pris parti contre la Comunidad ». Examinant la liste des 293 comuneros exclus du bénéfice de l’amnistie, il découvre « à peine une quinzaine d’individus qu’on peut considérer comme faisant partie de la noblesse ». En revanche la représentation des letrados, des commerçants et des artisans, des magistrats municipaux, du clergé enfin, est beaucoup plus importante86.

  • 87 Bibl. Escorial, Codex III, 10, fol. 213-214.
  • 88 Narciso Alonso Cortés, « Los Comuneros de Valladolid », Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 445.
  • 89 Déjà observé par Matias Sangrador, Historia de... Valladolid, Valladolid, 1851, t. I, p. 363.

65Parmi ces 293 réprouvés il n’y a pas moins de 67 Vallisolétains, près du quart. Dans le nombre, pas de grand seigneur, quelques hidalgos sans doute, mais beaucoup plus de letrados, de commerçants et d’artisans, c’est-à-dire de représentants des classes dynamiques de la ville87. Cet appui des letrados au mouvement comunero est confirmé par la sympathie que lui témoigne l’Université de Valladolid, sympathie dont Joseph Pérez se fait l’écho. Il faudrait ajouter que l’abbé de Valladolid, le très influent Alonso Enríquez, humaniste de classe et érasmisant de la première heure, fut un fervent partisan des comunidades, ce dont Charles Quint se souvient pour lui refuser son pardon. En revanche l’un des plus grands seigneurs du pays, le comte de Benavente, seigneur de Cigales, fut un adversaire acharné des comuneros et chercha à dresser contre eux les nobles de Rioseco. A l’attaque, puis à la prise et au pillage de son château de Cigales, prennent part des letrados comme le licencié Baeza, des notaires, tel Cristóbal de Oviedo, des financiers et de nombreux artisans, tailleurs, cordonniers, pelletiers... Un noble fort connu aussi, Galvan Boniseni, mais comment oublier son origine italienne et son passé de marchand ? L’assaut de Valladolid contre le château de Cigales fleure la lutte des classes88. Peut-être aussi le pillage de plusieurs maisons appartenant à des regidores de Valladolid, presque tous des hidalgos. Comme la lettre expédiée par la Junte de Valladolid aux Grands le 30 janvier 1521, d’un ton très sévère, marque l’opposition entre les villes et la noblesse89...

  • 90 A.G.S., Mercedes y Privilegios, Leg. 346, fol. 20.

66L’opposition de certaines classes urbaines à la noblesse apparaît encore à propos de l’affaire de l’institution des députés du peuple (procuradores del pueblo) en 1517. Cette institution fut ressuscitée par une provision royale du 20 août 1517. Elle avait été réclamée par une pétition couverte de 4 000 signatures, appuyée par le chapitre cathédral, les églises et les grands couvents de la ville. Mais plusieurs regidores, dirigés par Diego Bernai, étaient opposés à cette création qui pouvait gêner les familles patriciennes dans la direction des affaires municipales90.

67Tout ceci pour dire que le caractère social de l’épisode des comunidades me paraît aussi évident qu’il l’est à J. Pérez. A condition toutefois de ne pas le considérer comme exclusif. Le nationalisme a joué son rôle, sans doute aussi l’esprit démocratique hérité de la tradition des communes castillanes. Et répétons que le phénomène est complexe. Si quelques nobles ont combattu aux côtés des comuneros, un riche marchand comme Pero Hernández de Portillo fut leur adversaire.

68L’écrasement des comunidades a-t-il alors la signification d’une grande victoire de la noblesse sur la bourgeoisie, trop pressée peut- être de faire consacrer par le droit la prééminence des villes ? Et la bourgeoisie est-elle déjà vaincue, pour des siècles ?

69Ne croyons pas qu’elle se soit si vite résignée. Ce qu’elle a perdu par les armes, elle a cherché à le reprendre par d’autres moyens. Observant la situation à Valladolid, je suis mal placé pour juger l’effort des marchands et des artisans. L’artisanat de Valladolid manque en général de puissance et d’esprit d’entreprise. Les marchands de la ville malgré la position atteinte n’ont pas l’ampleur de vues des gens de Burgos ou de Séville. Mais je suis mieux placé que d’autres pour voir à l’œuvre les letrados. Je les vois investir les Conseils de gouvernement, diriger la justice, imposer la culture, je les vois encore grignoter la fortune des Grands par le système des rentes constituées et devenir par les juros les créanciers de l’État. En même temps d’autres, qui sont du même monde, les membres des professions libérales, quelques marchands, quelques artisans, quelques artistes exploitent les campagnes par le jeu de ces mêmes rentes. Ne croyons pas trop à l’immédiate défaite des villes et de leur bourgeoisie. Elle n’a pas été prononcée de manière définitive par l’échec des comunidades.

70Alors ? Car il est bien vrai qu’au xviie siècle la bourgeoisie castillane se meurt. Je puis répondre d’abord que la partie ne se joue pas, pour l’essentiel, à Valladolid mais dans les villes où la bourgeoisie crée des sources nouvelles de richesses, qu’elle dirige la production, celle des textiles surtout, ou qu’elle organise les trafics : à Ségovie, à Medina, à Burgos, à Tolède, à Séville bien sûr. L’histoire de Ségovie, celle de Séville diront peut-être que la bourgeoisie joua sa chance jusqu’à la fin du xvie siècle.

71Et cependant, la partie se jouait aussi à Valladolid. Que faisait donc la classe des letrados de la puissance qu’elle avait acquise ? Elle cherchait à s’identifier à la noblesse. Les letrados parvenus à la richesse achetaient au Roi, à un duc ou à un marquis en difficulté, la seigneurie d’un ou plusieurs villages ; comme les nobles ils avaient des esclaves, une voiture, un mobilier fastueux, des bijoux à profusion. Comme les nobles ils dépensaient plus qu’ils n’investissaient et leurs investissements ne concernaient que la terre, directement ou indirectement par le jeu des rentes constituées. Or, on le sait, en l’absence d’une révolution technique, la terre du xvie siècle était impuissante à produire une grande quantité de richesse supplémentaire. Le système revient en fait à exploiter la richesse créée beaucoup plus qu’à en susciter de nouvelles. C’est encore « la trahison de la bourgeoisie ».

72A long terme cela signifie pour ce capital un intérêt dérisoire, c’est- à-dire la ruine. Mais, je le répète, à l’heure du xvie siècle cette identification au genre de vie seigneurial s’exprime par le luxe. Et puisque les classes dominantes de la ville se complaisent dans le luxe, les autres les imitent dans la mesure de leurs moyens. Ou bien ils regardent.

  • 91 A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 194.

73Un dernier mot : la lutte des classes n’est alors possible qu’entre nobles et bourgeois. Contre les entreprises des nobles et bourgeois le bas peuple des villes et des campagnes apparaît bien démuni. Veut-il résister qu’il est victime de la loi comme le furent les laboureurs de Castronuevo dépouillés de la moitié de leur terroir par le commandeur Rivadeneyra et confirmés dans leur malheur par la sentence de la Chancellerie. Celui qui avait deux mules n’en peut plus nourrir qu’une et celui qui élevait cent brebis se contente de quarante91. Et je ne sache pas que ce peuple ait jamais alors cherché à résister par la violence. A moins que le grand silence des textes ne soit un leurre.

Notes

1 J. Ortega y Rubio, Los pueblos de la Provincia de Valladolid, 1895, t. I, p. 71 et suiv. et Historia de Valladolid, t. I, p. 115, 166 et 167.

2 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 22-I et Narciso Alonso Cortés, « La Casa de Esteban Garciá », Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 189.

3 Il n’en avait pas toujours été ainsi. Il semble bien qu’avant 1370 le peuple ait directement participé à l’élection des magistrats.

4 Il s’agit notamment des contrôleurs des approvisionnements et des contrôleurs de l’hygiène, quatre dans chaque cas, élus pour une période semestrielle. A.M.V., Leg. 7, fol. 14.

5 A.M.V., Livres d’Actes, 9 janvier 1517.

6 A.M.V., Leg. 377, fol. 2-15, ou A.G.S., Mercedes y Privilegios, Valladolid, Leg. 346, fol. 20.

7 A.M.V., Ordenanzas Generales, Leg. 4, n° 14.

8 A.M.V., Leg. 378, fol. 4-41.

9 Il faut convenir que le travail des contrôleurs était en principe fort absorbant. C’est ainsi qu’un contrôleur du ravitaillement devait se trouver sur la Plaza Mayor de 5 heures à 10 heures en été et de 7 heures à 11 heures en hiver ; deux autres contrôleurs devaient se tenir selon les jours dans les boucheries de 5 heures à 8 heures en été et de 8 heures à 10 heures en hiver, puis, toute l’année pendant une partie de la soirée. Le dernier contrôleur devait parcourir la ville pour veiller à ce que les ordonnances sur la vente des diverses denrées soient respectées. Dans ces conditions seuls des avantages importants (à défaut d’une situation de grande fortune) pouvaient permettre l’exercice régulier du contrôle. Or les contrôleurs de l’hygiène dont les obligations étaient aussi prenantes que celles des contrôleurs du ravitaillement ne percevaient que des amendes beaucoup moins substantielles. A.M.V., Leg. 4, n° 14.

10 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 23.

11 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 23.

12 A.H.P.V., Sección Histórica, Leg. 23, fol. 1.

13 A.M.V., Livres d’Actes, 20 septembre et 11 novembre 1502.

14 A.M.V., Leg. 377.

15 A.M.V., Leg. 376.

16 Antonio Domínguez Ortiz, La Clase social de los Conversos en Castilla en la Edad Moderna, p. 32.

17 A.M.V., Livres d’Actes, 28 janvier 1499 : « ... los treinta moros obligados al fuego » ; 18 avril 1603 : « ... sobre el privilegio de los Moriscos que an de acudir a los fuegos » ; Juan Agapito Revilla a fait le point sur cette question, Bol. de la Soc. Cast. de Exc., t. III, p. 228.

18 Antonio Domínguez Ortiz, op. cit., p. 26.

19 Mateo Sangrador Vitores, Historia de Valladolid, t. I, p. 290.

20 M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, p. 64-65.

21 M. Bataillon, op. cit., p. 194, 195.

22 A. Domínguez Ortiz, op. cit., p. 33.

23 Ibid., p. 34.

24 A. Domínguez Ortiz, op. cit., p. 57.

25 A.H.N., Clero, Codex 909 b. Logique d’ailleurs. Le fondateur du collège est un converso.

26 Narciso Alonso Cortés, Los Cofrades de Santa Maria del Esgueva.

27 A. Domínguez Ortiz, op. cit., p. 35.

28 M. Bataillon, op. cit., p. 239-240 et 530.

29 A.H.N., Clero, Codex 1151, 3.

30 La satire du deuxième Provincial s’en prend notamment au riche marchand Pero Hernández de Portillo, sur qui, à l’en croire, coule encore l’eau du baptême, et au Marquis d’Astorga, Don Diego Pérez Ossorio : « Diçen que de una judía deciende vuestro abolorio... » B.N., Fonds espagnol, Ms. 354, fol. 196.

31 A. Domínguez Ortiz, op. cit., p. 50-51.

32 Antolínez de Burgos, Historia de Valladolid, 1615.

33 A.H.N., Codex 1174 b.

34 A.H.N., Clero, Leg. 7941.

35 A.H.N., Clero, Codex 1155 b.

36 A. Domínguez Ortiz, op. cit., p. 54.

37 A.H.P.V., Leg. 768, fol. 2132 et suiv.

38 Ibid.

39 A.H.N., Clero, Leg. 7852.

40 A.H.N., Clero, Leg. 7715.

41 A. Domínguez Ortiz, op. cit., p. 75.

42 B.N.M., Ms. 2061 ou G 115 ; Ms. G 209.

43 Comparer les documents de A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196 et A.H.N., Inquisición, Leg. 2109, pièce 1. L’existence de ce dernier document m’a été aimablement signalée par Jean Paul Le Flem.

44 A.H.N., Inquisición, Leg. 2136, pièce n° 3.

45 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2162, 2e partie, fol. 36. L’effectif des morisques arrivés par ce transport était de 500, mais le voyage fut très éprouvant et 90 moururent en cours de route.

46 Pour 1594, A.H.N., Inquisición, Leg. 2109, pièce n° 1. A ce moment-là les morisques des villages environnants sont au nombre de 57 : 14 à Tudela de Duero, 15 à Matapozuelos, 10 à Cabezón, 6 à Simancas, 5 à Boecillo, 3 à Mojados et à Valdestillas, 1 à Arrabal de Portillo ; pour 1610, A.G.S., Estado, Leg. 227 : 3 à Tudela, 2 à Arroyo, 1 à Cabezón, 1 à Peñaflor, Peñalva, Simancas, Villanubla.

47 A.G.S., Estado, Leg. 227.

48 A.G.S., Cámara de Castilla, Valladolid, fol. 95 ; Leg. 2196 ; A.M.V., Livres d’Actes, 4 juillet 1575.

49 A.H.P.V., Université, Leg. 1, fol. II.

50 A.H.N., Inquisición, Leg. 2109, pièce n° 1 ; A.G.S., Estado, Leg. 227. Le pourcentage de morisques pourvus d’offices n’est que légèrement inférieur à celui observé, en cette même année 1594 à Ségovie, par Claude et Jean Paul Le Flem, cf. : « Un censo de moriscos en Segovia y su provincia en 1594 », Estudios Segovianos, 1964, t. XVII. Dans cet article, Claude et Jean Paul Le Flem ont dressé une pyramide des âges des morisques pour les diverses provinces de Vieille Castille. Cette pyramide est conforme à l’ancien régime démographique. Un creux très prononcé correspond aux morisques nés entre 1564 et 1574, ce qui, à mon sens, est parfaitement normal : il s’agit des années de la guerre de Grenade et de la déportation effectuée dans des conditions auxquelles de très jeunes enfants et parfois des femmes enceintes ont mal résisté. D’autre part il me paraît difficile de tirer un grand parti du coefficient d’individus par feu, tel qu’on peut le calculer d’après ce recensement. A Valladolid, après déduction des esclaves et des jeunes célibataires, veufs et veuves étant conservés, il est de 3,47. Coefficient faible évidemment mais affectant une population assez rudement éprouvée.

51 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196.

52 A.G.S., Estado, Leg. 227.

53 A.G.S., Cámara de Castilla, Leg. 2196.

54 A.H.N., Inquisición, Leg. 2109, pièce n° 1.

55 Arch. parroquial de La Antigua, Lib. de Bautismos.

56 A.H.N., Inquisición, Leg. 2136, pièce n° 3.

57 A.G.S., Estado, Leg. 227.

58 Cf. livre II, chap. VI.

59 A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 194. Voir : « Padrón de los moradores de Valladolid ».

60 A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 259.

61 A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 316.

62 A.M.V., Leg. 377, fol. 20 ; Leg. 5, fol. 13 ; A.R.C.V., Env. 259 et 316. Au milieu du siècle une trentaine de gremios sont administrés selon ce système.

63 A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 194.

64 A.H.P.V., Leg. 41, fol. 198. L’existence de cette confrérie remontait au moins à 1462.

65 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 835 et Leg. 47, fol. 3.

66 Voir notamment : « Regla de una cofradía del siglo xvii », Bol. de la Soc. Cast. de Excursiones, t. V et VI. A propos de la participation des femmes, voir également A.H.P.V., Leg. 42, fol. 420 ; Leg. 54, fol. 502.

67 Voir Narciso Alonso Cortés, Las primeras Cofradias de disciplina, et Miscellanea Vallisoletana, t. II, p. 531 ; et A.H.N., Clero, Leg. 7867.

68 A.H.P.V., Leg. 572, fol. 1046 ; Leg. 768, fol. 2742.

69 A.H.P.V., Leg. 571, fol. 1328 ; Leg. 439, fol. 720-724.

70 A.H.P.V., Leg. 951.

71 Arch. parroquial de Villabáñez et Arch. parroquial de Geria, Registros de casados, n° 1.

72 D’après A.G.S., Consejos et Juntas de Hacienda, Leg. 8, fol. 15.

73 A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 194, Herrera ; Leg. 112, Laguna.

74 A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 194.

75 A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 322, fol. 4.

76 A.H.P.V., Leg. 29, fol. 657 ; Leg. 569, fol. 737.

77 A.H.P.V., Leg. 47, fol. 702 ; Leg. 33, fol. 16.

78 A.H.P.V., Leg. 663, fol. 1136.

79 A.H.P.V., Leg. 71, fol. 454 ; Leg. 769, fol. 961 ; Leg. 37, fol. 210.

80 A.H.P.V., Leg. 768, fol. 2132.

81 Cl. Sánchez Albornoz, op. cit., t. II, p. 487 et suiv.

82 A.H.P.V., Leg. 49, fol. 1630. A titre de comparaison on peut voir aussi A.H.P.V., Leg. 55, fol. 395 et Leg. 58, fol. 631.

83 A.H.P.V., Leg. 46, fol. 552. A titre de comparaison voir aussi A.H.P.V., Leg. 44, fol. 78 ; Leg. 46, fol. 566 ; Leg. 237, fol. 296. D’ailleurs presque toutes les dots de filles d’artisans, orfèvres exceptés, sont inférieures à ce niveau.

84 A.H.P.V., Leg. 62, fol. 549.

85 A.H.P.V., Leg. 572, fol. 1046.

86 J. Pérez, « Pour une nouvelle interprétation des Comunidades de Castille », Bulletin Hispanique, juillet-décembre 1963, p. 238-239. Les points de vue de J. A. Maravall, Las Comunidades de Castilla, una primera revolución moderna, Madrid, 1963, rejoignent souvent ceux de Joseph Pérez.

87 Bibl. Escorial, Codex III, 10, fol. 213-214.

88 Narciso Alonso Cortés, « Los Comuneros de Valladolid », Miscellanea Vallisoletana, t. I, p. 445.

89 Déjà observé par Matias Sangrador, Historia de... Valladolid, Valladolid, 1851, t. I, p. 363.

90 A.G.S., Mercedes y Privilegios, Leg. 346, fol. 20.

91 A.G.S., Exp. de Hacienda, Leg. 194.

Table des illustrations

Titre LES FORTUNES DANS LA TERRE DE PORTILLO72
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/172/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre REPARTIMIENTOS A TUDELA (1561), HERRERA (1561), RENEDO (1560), GERIA (1558)74
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/172/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable