Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des toxiques invisibles

 | 
Jean-Noël Jouzel

Conclusion

Les mouvements sociaux et la production de l’ignorance

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Encore programmatiques il y a vingt ans1, les travaux de sociologie politique des risques sont aujourd’hui nombreux. Pour la plupart, ils se sont intéressés à des dangers qui ont fait naître d’intenses drames publics, et notamment des grands scandales sanitaires : amiante, sang contaminé, vache folle, etc. Ces recherches ont fourni d’importantes clés permettant de comprendre comment un risque devient un enjeu politique. Par-delà leurs différences, elles s’accordent toutes sur un point : la publicisation des dangers ne procède pas naturellement de leurs caractéristiques « objectives », de la gravité de leurs conséquences ou du nombre de personnes exposées. Elle repose également sur un travail politique consistant à rendre visibles les conséquences néfastes d’objets, de matériaux, de technologies qui ne se donnent pas spontanément à voir comme des menaces pour la santé : des antennes-relais de téléphonie mobile, des fibres d’amiante dont le danger semble « contrôlé », des biberons de ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540