Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des toxiques invisibles

 | 
Jean-Noël Jouzel

Seconde partie. Une cause sans conséquences : l'incrustation des éthers de glycol en France

5. D’une usine à l’autre

La construction étiologique d’une cause politique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin des années 1990, la notoriété des éthers de glycol semblait sur le point de s’éteindre alors même qu’elle venait de naître. Mais en août 2000, ils revinrent subitement sur le devant de la scène médiatique et la mobilisation des organisations de travailleurs pour dénoncer leur danger fut réactivée. Ce retour de flamme est directement lié à l’importation en France des conflits politico-judiciaires se déroulant aux États-Unis autour des salles blanches, à l’initiative des avocats du cabinet Alexander. Mais au cours de cette importation, ce problème s’est trouvé profondément redéfini. Alors qu’il impliquait outre-Atlantique un grand nombre de substances et des pathologies très variées, il s’est trouvé réduit en France à la seule mise en cause des effets des éthers de glycol sur la santé des travailleurs exposés. Ce chapitre montre comment la transformation des éthers de glycol en cause politique est passée par la mise en forme de la relation causale entre le travail en salle bl...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540