Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des toxiques invisibles

 | 
Jean-Noël Jouzel

Première partie. D'un effet salle blanche à l'autre : la dilution des éthers de glycol aux États-Unis

3. Le deuxième effet salle blanche

Rendre visibles les effets des expositions multiples aux substances toxiques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question des faibles doses n’est pas la seule à mettre en difficulté les toxicologues. Celle que pose la mesure des effets des expositions croisées à des « cocktails » de plusieurs substances est encore plus redoutable. Tout l’art de ces scientifiques a précisément consisté à isoler les molécules en laboratoire pour rendre perceptibles leurs effets sur l’organisme. Mais les travailleurs ne sont que très rarement exposés à une seule substance et les toxicologues peinent à mesurer les conséquences d’une exposition simultanée à deux toxiques professionnels ou plus. La plupart du temps, ils recourent à une hypothèse d’additivité, selon laquelle les effets des substances s’additionnent sans interagir. Mais démontrer la validité de cette hypothèse s’avère pour eux ardu. Au cours des vingt dernières années, des travaux toxicologiques ont mis en évidence des cas d’« infra-additivité », dans lesquels une substance peut s’avérer moins toxique accompagnée que seule. D’autres ont à l’inverse...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540