Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Valladolid au siècle d’or. Tome 2

 | 
Bartolomé Bennassar

Livre III. Définition d'un style de vie

Chapitre premier. Évidence de la foi, puissance de l’Église

Texte intégral

  • 1 Lucien Febvre, Le problème de l’incroyance au xvie siècle, p. 362 et 370

1Le christianisme au xvie siècle ? « Une atmosphère dans quoi l’homme vivait toute sa vie... On se trouvait plongé dès sa naissance dans un bain de christianisme d’où on ne s’évadait même pas à la mort. » Et plus loin : « Tous les actes, toutes les journées sont comme saturées de religion »1.

2On a déjà reconnu le Lucien Febvre de La Religion de Rabelais. Or la vie religieuse de Valladolid en ce siècle est une illustration supplémentaire des pages fameuses de Lucien Febvre.

I. — ÉVIDENCE DE LA FOI

3Des hérétiques, peut-être, on en disputera. Des agnostiques, des athées, je n’en connais point, à moins de prendre les blasphémateurs à la lettre, ce que l’Inquisition elle-même ne faisait point. L’existence de la foi chrétienne n’est pas mise en question. Ici comme ailleurs tous les actes solennels de la vie s’associent à la religion.

Une ambiance de foi

a) La religion, la vie et la mort

  • 2 A.H.N., Inquisiciôn, Leg. 2124, pièce 9..

4La religion consacre très vite par le baptême l’entrée dans la vie, un baptême dont les grands de ce monde ont le souci de faire bénéficier leurs esclaves ou les enfants de ces esclaves. Tous les contrats de mariage font référence aux commandements de l’Église et les différentes étapes qui conduisent à l’union des époux, promesse de mariage, sacrement que se donnent les époux, bénédiction nuptiale, se font avec le secours du curé. La nourriture aussi est entourée de prescriptions et de rites et l’on remarque ceux de ces rites qui ne sont pas conformes au christianisme. En 1574 lors d’un procès contre Gaspar Escudero, alcalde de la Chancellerie, accusé d’avoir manqué de respect envers l’Inquisition, n’ira-t-on pas exhumer un vieux document de 1487 selon lequel la grand-mère maternelle de l’alcalde enlevait toujours le gras de la viande, la lavait à grande eau et la salait avant de l’accommoder2 ? Mais c’est à l’occasion de leur mort que les gens du siècle affirment le mieux leur foi.

  • 3 Exemple : A.H.P.V., Leg. 52, fol. 620.
  • 4 A.H.N., Clero, Leg. 7794.
  • 5 A propos des pauvres voir infra, livre III, chap. III.

5Voici, après l’invocation à la Sainte Trinité, la formule qui ouvre un testament, formule si proche des françaises : « Premièrement je recommande mon âme à Dieu, notre Seigneur, qui la créa et la racheta par son précieux sang et mon corps à la terre au sein de laquelle il fut formé », rappel d’une création entendue selon la Genèse3. Bien rares ici aussi ceux qui se dérobent au souci de fixer le détail de leurs obsèques. Ils veulent pour l’occasion la participation des confréries dont ils sont membres, quatre par exemple, comme le notaire du crime Pedro Arias4, celle des pauvres et des enfants toujours, et, souvent, moins régulièrement cependant, celle du clergé de leur paroisse, les chapelains de l’Église Majeure ou les moines d’ordres choisis. Le pelletier Gonzalo Alonso, le boucher Marcelin de Oñate, la veuve Leonor de Nevares, exigent le clergé de l’Église Majeure, le marchand Roberto Esborlato demande les moines trinitaires, carmélites, augustins5...

  • 6 A.H.P.V., Leg. 30, s.f. ; Leg. 35, fol. 210 ; Leg. 37-II, fol. 372.

6Combien de fois, pour le salut d’une âme, doit-on célébrer le sacrifice de la messe ? Selon les cas des dizaines, des centaines, des milliers de fois. Ils ne sont pas très nombreux ceux qui se contentent, comme le boucher Marcelin de Oñate en 1525, d’une grand-messe de requiem le jour de sa mort, assortie, les trois jours suivants, d’une messe identique et de deux messes basses ; ou comme le notaire Francisco Pérez en 1532 d’une messe chantée et de huit messes basses le jour du décès complétées par une neuvaine en fin d’année ; encore le notaire se soucie-t-il de faire dire quelques messes à l’intention d’un vieux serviteur. Attitude comparable, celle du chiffonnier Anton de Villalfando : en 1537 il demande une messe chantée et deux messes basses en sa paroisse de La Antigua, une neuvaine en cette même paroisse et une grand-messe pour le service d’anniversaire6. Il est vrai que la tendance est à l’augmentation du nombre des messes. A la fin du siècle des cas tels que ceux-ci sont rarissimes.

  • 7 A.H.P.V., Leg. 39, fol. 650 ; Leg. 769, fol. 144.

7Les autres ? Déjà pour le jour de leur mort, si l’heure du décès le permet, et sinon, le jour suivant, de riches marchands, Pero Hernández de Portillo, Roberto Esborlato, prévoient autant de messes qu’il sera possible d’en dire au monastère de Santa Trinidad. Roberto veut que deux de ces messes soient chantées, avec diacres et sous-diacres, et, le même jour, demande encore une messe du Saint-Esprit au monastère de la Victoria et neuf messes aux autels des Indulgences dans neuf autres églises ou monastères de la ville. Pero, comme Roberto, prend ses dispositions pour faire dire par ailleurs plus d’un millier de messes (Pero : 1 800, Roberto : 1 200) réparties entre diverses églises et monastères. L’un et l’autre se soucient des âmes de leurs parents ou de leurs frères et Pero, plus généralement, des âmes du purgatoire7.

  • 8 A.H.N., Clero, Leg. 7789.
  • 9 A.H.N., Clero, Leg. 7712 ; 7715 ; 7813 ; 7856. Voir dans le même sens l’intéressant testament d’Is (...)

8Il ne s’agit pas là de cas exceptionnels. Il faut penser en effet aux fondations de chapellenies à caractère perpétuel qui supposent plusieurs milliers de messes. C’est le marchand siennois établi à Valladolid, Lorenzo Bertini, qui en 1530 fonde une chapellenie prévoyant la célébration d’une messe de requiem quotidienne à dater de sa mort, ce qui ne l’empêche point de faire dire trois cents messes le jour même de sa fin et les deux jours suivants dans les diverses églises et monastères de Valladolid8. Mais c’est aussi Doña Catalina de Rojas laissant en 1558 au monastère de San Benito un juro d’un produit annuel de 3 400 maravédis, à charge pour le monastère de dire à son intention deux messes basses par semaine et deux messes chantées par an ; c’est Cristóbal de Ocampo, fondant en 1582, dans ce même monastère, une messe basse quotidienne et neuf messes chantées de requiem par an. En 1584 c’est Luisa de Morales qui laisse 600 ducats au monastère de Nuestra Señora del Carmen pour une messe solennelle chaque jeudi, avec orgue, diacres et sous-diacres et deux autres messes annuelles, l’une pour la Toussaint, l’autre le jour des Morts. C’est encore, en 1589, María de Bolaños, laissant 200 ducats au monastère de San Pablo avec mission de dire, pour ce prix, toutes les messes basses possibles9.

  • 10 A.H.P.V., Leg. 35, fol. 184 ; Leg. 69, fol. 145 ; Leg. 52, fol. 620.

9La possession d’une grande fortune n’est pas la condition obligatoire de ces coûteuses dévotions. La piété populaire conçoit fort bien qu’une partie notable de l’héritage soit vouée à la prière et la messe est la plus belle des prières : le laboureur Alonso Martín laisse l’argent nécessaire à la célébration de cent dix messes de requiem dont certaines chantées et de deux services trentenaires. Un autre laboureur, Hernando de Urueña, prévoit, outre les honneurs funèbres, les vigiles, la neuvaine, une messe solennelle et quatre messes basses pour la Saint-Jean, une messe de requiem dominicale pendant l’année qui suivra son décès. Ses dispositions sont presque identiques à celles du tisserand de toiles Alonso Carrasco. Mais celui-ci les complète en demandant cinquante messes supplémentaires pour les âmes de ses défunts et vingt pour celles des personnes envers qui il aurait pu contracter quelque obligation. L’orfèvre Cristóbal Remón l’imite : douze messes pour les âmes de ses parents et aïeux, vingt pour celle de son frère, soixante-dix pour celles des personnes envers qui il a des obligations particulières10. Il me paraît inutile de multiplier les exemples. Une accumulation de fiches n’aurait de sens que dans une perspective statistique. En la circonstance, celle-ci m’est interdite.

b) La religion et la vie économique

  • 11 Lucien Febvre, op. cit., p. 371 et suiv.

10« Le calendrier parle chrétien », écrit encore Lucien Febvre qui évoque les travaux rythmés par les fêtes des saints, la vie professionnelle placée sous un patronage religieux11.

  • 12 Par exemple A.H.P.V., Leg. 35, fol. 291 ; Leg. 36, fol. 332.
  • 13 Exemples : A.H.P.V., Leg. 35, fol. 305, 853.
  • 14 Ainsi : A.H.P.V., Leg. 35, fol. 592.

11C’est bien cela. Les contrats de location des maisons prévoient deux échéances, celle de la Saint-Jean et celle de Noël ; ceux de location des terres qui garantissent un loyer en nature fixent l’échéance à la Sainte-Marie d’août lorsqu’il s’agit de terres à blé, plus rarement à la Sainte-Marie de septembre12. Dans le cas de vignes dont le loyer est en argent, le terme habituel est celui de Pâques de Résurrection13. Si la propriété louée est une huerta il arrive que deux paiements annuels soient prévus, l’un pour Pâques de Résurrection, l’autre pour la Saint- Michel de septembre14.

  • 15 A.H.P.V., Leg. 33, fol. 55 bis, 83, 96, 104, 125, etc.
  • 16 A.H.P.V., Leg. 33-II, fol. 52.
  • 17 A.H.P.V., Leg. 485, fol. 570.

12Les contrats de constitution de rentes suivent le même mode. Parce que dans les premiers temps le paiement de la rente est stipulé en nature, l’échéance est fixée à la Sainte-Marie d’août, parfois à la Sainte-Marie de septembre15, exceptionnellement à la Saint-Jean de juin16. Plus tard, lorsque la rente en argent remplacera la rente en nature, ces dates seront maintenues. Les livraisons de vin sont prévues pour la Saint-Michel de septembre, quelques jours plus tôt quelques jours plus tard, et c’est souvent de Saint-Michel en Saint-Michel qu’on loue les caves... Lorsque Juan de Arfe s’engage à faire pour l’Église Majeure la célèbre custode qui demeure aujourd’hui l’orgueil de la cathédrale, son contrat l’oblige à se mettre à l’œuvre à la Toussaint 1587 et à terminer un mois avant le Corpus Christi de 1 59017...

  • 18 A.M.V., Leg. 5, n° 13 ; Leg. 377, n° 20 ; A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 259.
  • 19 A.M.V., Leg. 6, n° 21.

13Les corporations placent les actes principaux de leur existence sous l’égide de l’Église. Les tisserands de toiles tiennent leur assemblée annuelle, au cours de laquelle sont élus les contrôleurs, en la chapelle de Saint-Jean, dans l’église de Saint-Jean. Les bourreliers se réunissent le jour de la Saint-Jacques en l’église d’El Salvador, dans le même but. Les tailleurs de chausses siègent le jour des Rois au monastère de San Agustín18. Les ordonnances sur l’entrée et le commerce du vin à Valladolid précisent que l’élection des députés du vin a lieu chaque année le jour des Rois dans une chapelle de l’Église Majeure. Le corregidor se tient à l’entrée et reçoit le serment solennel de tous les arrivants, selon lequel ils sont propriétaires de vignobles19. Et bien entendu, les confréries, prolongement naturel des corporations, se placent sous l’invocation d’un saint patron : saint Jean pour la confrérie des laboureurs, saint Crispin pour celle des cordonniers, etc.

c) La religion partout présente

  • 20 Lucien Febvre, op. cit., p. 377.

14« L’Église se trouve mêlée à tout », c’est une nouvelle citation de Lucien Febvre20. L’Église et la religion, bien entendu. C’est d’une telle évidence qu’il est inutile de s’attarder longuement.

  • 21 Archivo parroquial de Cabezón, Livre de Baptêmes, n° 3.
  • 22 A.M.V., Livres d’Actes, 16 juillet 1599.
  • 23 Luis de Mercado, El Libro de la peste, p. 217.
  • 24 Martin Gonzalez de Cellorigo, op. cit., p. 9 à 11.

15L’Église et le malheur. La sécheresse, un châtiment dont on peut hâter la fin par la prière, les processions. La peste ! Le curé de Cabezón écrit en marge de son registre de baptêmes à propos de l’année 1594 : « Les maladies commencèrent à se développer grandement en ce mois (septembre), fièvres, tierces et autres maladies, de sorte qu’il n’y eut point de maison qui ne fût touchée par la maladie et en grand péril, quoique, par la miséricorde de Dieu, il n’y eût pas de mortalité notable. » Le même curé note, après la terrible peste de 1599 : « Bene- dictus dominus deus meus qui liberavit nos a peste »21. La peste ! Quand elle fait rage, ainsi en juillet 1599, on organise une grande procession destinée à fléchir les plus puissants des intercesseurs, Notre- Dame d’abord, puis saint Nicolas, saint Roch, saint Sébastien, dont on promène les statues22. La peste ! Le célèbre médecin Luis de Mercado écrit dans son traité que le moyen le plus sérieux de la combattre est le recours à la prière et aux bonnes œuvres23. La peste ! Martín González de Cellorigo, esprit logique et lucide s’il en fut, se tourne d’abord vers Dieu : « Les malheurs, c’est lui (Dieu) qui les envoie, comme juge juste. » Cellorigo croit plus au secours spirituel qu’à l’action des médecins. Il soutient d’ailleurs que les bonnes dispositions de l’âme produisent d’heureux effets sur le corps qu’elles purifient, guérissent ou préservent. N’affirme-t-il pas, lui qui s’en prend résolument aux privilèges fiscaux de l’Église, que ce sont les religieux qui, par leur comportement, ont ouvert la porte de la miséricorde divine afin que tant d’hommes échappent au cataclysme24 ?

  • 25 Voir infra, livre III, chap. v.

16L’Église et les réjouissances. On court les taureaux pour la Saint- Jean et la Saint-Jacques, c’est à l’occasion du Corpus Christi que l’on organise les mascarades, que l’on dresse les tréteaux du théâtre25. En bref, on ne voit pas comment dissocier le profane du sacré.

17Mais si les références sont incontestablement chrétiennes, si l’on invoque à chaque instant Dieu, la Vierge et les saints, cela signifie-t-il que le christianisme inspire profondément l’action et la pensée des Vallisolétains du xvie siècle ? Ou s’agit-il seulement d’une religion formaliste fondée sur le verbe, le geste et le rite ?

La vie de la foi

18La réponse, à mon sens, n’est point douteuse. Valladolid, au xvie siècle, est une ville catholique. La vie de ses habitants est orientée par ce catholicisme, la pensée comme l’action. Ou, si l’on veut, la foi et les œuvres.

a) L’inquiétude religieuse

19Le soupçon de formalisme s’évanouit en effet dès lors que s’affirme à l’évidence l’intérêt passionné pour les problèmes de foi, générateurs de controverses et d’aventures spirituelles. Cet intérêt traduit, dans un certain nombre de cas au moins, l’inquiétude religieuse des croyants. Elle mènera plusieurs d’entre eux jusqu’au bûcher. Mais les autres vivent intensément leur foi, et aucune des grandes questions de l’heure ne leur demeure étrangère.

  • 26 Marcelino Menéndez Pelayo, Historia de los heterodoxos españoles, t. V, p. 398 ; Lucien Febvre, op (...)
  • 27 A.H.N., Inquisiciôn, Leg. 4442, fol. 17..

20Menéndez Pelayo affirme que tout Espagnol était alors théologien. Lucien Febvre renchérit, pour qui tous les Européens du xvie siècle ou presque étaient aussi théologiens : « Nous ne sommes pas théologiens et les gens du xvie siècle l’étaient. Même quand ils n’avaient pas passé des années dans un couvent... »26. Et de fait, à lire certains procès de l’Inquisition, on devine la passion avec laquelle étaient discutées, et souvent niées, combattues, les idées nouvelles colportées par des étrangers de passage : cet orfèvre allemand, maître Hans, qui séjourna à Valladolid où il travaillait pour la maison de Maximilien, un artiste admirable lorsqu’il était à jeun, mais presque toujours pris de boisson, selon un rapport de police ; Hans n’affirmait-il pas qu’il ne servait à rien de se donner la discipline puisque le Christ était mort pour racheter nos péchés ! Le cœur de l’homme était le vrai temple de Dieu et il ne fallait point d’image. Les saints avaient fait pénitence pour le seul amour de Dieu et ils s’étaient sauvés parce qu’ils croyaient au Christ, non par leurs mérites. On devine l’émotion des assistants lorsque Hans affirmait qu’en Espagne on plaçait dans les églises, pour les adorer, de simples troncs de bois peint27.

  • 28 Évidemment Marcel Bataillon, Erasme et l’Espagne. A propos du sillage d’Érasme à Valladolid, voir (...)

21Ou encore cet Anglais négateur de la présence réelle : Dieu n’était point chair et sang dans l’hostie mais seulement en esprit. Un confesseur ne pouvait pardonner les péchés. Idées trop lourdes à porter par les récipiendaires, qu’il leur fallait bien partager. Scrupules redoutables, et l’Allemand, l’Anglais, finissaient dans les prisons de l’Inquisition28.

  • 29 Évidemment Marcel Bataillon, Erasme et l’Espagne. A propos du sillage d’Érasme à Valladolid, voir (...)

22Problèmes de la justification par la foi, de la présence réelle, de la simplification du culte, guerre aux images, autant de thèmes de discussions capables de passionner les Vallisolétains. Le succès prodigieux des œuvres d’Érasme dont les marques demeurent aujourd’hui dans les inventaires des bibliothèques, suffirait à l’attester29. Et plus généralement le goût pour la littérature religieuse dont il faudra donner compte et raison.

23Mais je veux voir aussi dans le succès relatif des idées de la Réforme à Valladolid une preuve de cette inquiétude religieuse, de l’intensité de la vie de foi. Bien loin de mériter les analyses haineuses de Menéndez Pelayo, acharné à les diminuer (la lâcheté de Cazalla, l’hypocrisie de Domingo de Rojas, etc.), les victimes des autos de fe de 1559 et 1561 témoignent en faveur d’une époque et d’une ville où la croyance engageait la vie.

  • 30 Voir notamment les diverses relations des autos de fé de Valladolid. B.N.M., Section Manuscrits, G (...)

24Que reproche-t-on à ces gens ? La négation de la présence réelle, le refus de reconnaître le mérite salvateur des œuvres, la croyance à l’inexistence du purgatoire. Ce sont bien ces questions essentielles qui divisent l’époque. Et qui divisent Valladolid puisque, se séparant de l’opinion traditionnelle, sans que l’on parvienne à s’accorder exactement sur leur pensée, des cercles se constituent, qui absorbent des familles entières, et de grandes familles : les Cazalla, les Vivero. D’autres familles sont touchées : celle des marquis de Poza et d’Alcañizes, des domestiques, un orfèvre, une beata, une dame d’honneur de la Reine... Un couvent de femmes, celui de Nuestra Señora de Belén, devient l’un des cénacles les plus importants. On y discute les œuvres de Carranza et de Valdes ; sept religieuses de ce couvent, presque toutes issues de familles illustres, paraîtront à l’auto du 8 octobre 1559, et quatre d’entre elles pour être brûlées malgré leur jeunesse. Et si des foules innombrables s’empressent à ces autos, c’est sans doute parce que la mort publique est un spectacle. Mais des milliers de gens prient pour que Dieu pardonne les condamnés tout en refusant leurs idées30.

  • 31 A.H.N., Clero, Leg. 7867.
  • 32 A.H.N., Clero, Leg. 7863.

25Plus modestement, le goût des gens pour les sermons témoigne de leur intérêt pour les choses de la foi. Il importe peu que deux étrangers, le Portugais Pinheiro da Vega et le Français Joly, s’accordent pour reprocher aux prédicateurs espagnols une recherche excessive de l’effet et, pour tout dire, les juger un peu comédiens. Il importe davantage que les confréries cherchent à s’assurer par contrat les services d’un bon prédicateur auprès d’un monastère en renom : par exemple la confrérie de la Cinquième Angoisse auprès des dominicains de San Pablo, celle de la Passion auprès des moines de la Trinidad, celle de la Croix auprès du monastère de San Francisco31. Il importe plus encore que le chapitre de l’Église Majeure « Mère de la ville », soucieux d’attirer le plus grand nombre possible de fidèles en quelques occasions solennelles : Noël, le dimanche des Rameaux, l’Assomption..., se réserve, à la suite d’un accord signé avec les monastères de la ville, l’exclusivité du sermon de ces jours. Et que le même chapitre obtienne des monastères l’engagement qu’ils enverront les prédicateurs demandés à condition qu’ils le soient avec dix ou douze jours d’avance32.

  • 33 A.H.P.V., Leg. 39, fol. 650.

26Jusqu’à l’œuvre de Cellorigo, avocat à la Chancellerie et Vallisolétain d’adoption, où l’on voit passer un reflet d’une religion actuelle, c’est-à-dire confrontée aux problèmes du temps. Affirmant dès 1600 la réalité de la décadence espagnole, Cellorigo récuse la théorie cyclique et l’interprétation mathématique de Jean Bodin. Au nom de la foi catholique il rejette l’explication astrologique qui transfère aux astres les pouvoirs de Dieu. Ce sont les hommes qui sont responsables de la décadence, les hommes dont il ne faudrait pas méconnaître le libre arbitre. En cours de traité Cellorigo accuse les Espagnols d’avoir oublié les préceptes originels de Dieu, rappelle la condamnation officielle de l’usure. Il s’agit moins alors de la foi que des œuvres33.

b) La foi comme source des œuvres

27Cette foi est-elle un principe d’action, imprime-t-elle sa marque sur la vie morale ? On pourrait être tenté de répondre non. La foi n’exclut nullement la relative liberté des rapports sexuels, elle n’exclut pas davantage les conflits entre confréries suivis de procès pour déterminer l’ordre des processions, la corruption et les fraudes dans les élections universitaires même si des ecclésiastiques sont en lice, les rixes sanglantes nées d’un mot ou d’un regard. On verra bien un procureur de l’Inquisition entretenir ostensiblement une concubine après l’autre.

  • 34 Voir infra, livre III, chap. m.

28Et cependant ? Les œuvres d’assistance sont si importantes à Valladolid qu’elles m’ont paru mériter un chapitre. Or, l’assistance et les conditions dans lesquelles elle est conçue et organisée sont inséparables de la foi chrétienne. On s’en persuadera aisément34.

  • 35 Par exemple A.H.P.V., Leg. 53, fol. 1249.
  • 36 A.H.P.V., Leg. 38, fol. 211.
  • 37 Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 2, 3, 57, 59.
  • 38 A.G.S., Estado, Leg. 183, fol. 307.

29On peut considérer à la rigueur comme une simple formule cette phrase qui revient souvent dans les écritures de pardon pour expliquer le retrait d’une plainte en justice : « Pour le service et l’amour de Dieu notre Seigneur », puisque ce retrait est généralement accompagné du versement d’une indemnité35. Toutefois cette réserve n’est plus de mise lorsque le blessé ou le mourant pardonne en reconnaissant qu’il a été responsable de la rixe et ne réclame rien. De plus certaines dispositions testamentaires indiquent une influence religieuse certaine : ainsi le rapace et rigoureux Pero López de Calatayud autorise exceptionnellement les paysans qui lui ont vendu des rentes à les racheter à ses héritiers dans les quatre ans qui suivront sa mort alors que ce rachat n’est pas encore prévu par les contrats36. Pero Hernández de Portillo el abuelo interdit à ses héritiers la possession d’esclaves et l’excès dans le jeu37. Plus généralement se manifeste le souci de se mettre en règle avec les créanciers, de récompenser les services rendus. Les arbitrages qui évitent les procès sont placés également sous le signe d’une concorde souhaitable entre chrétiens. C’est « pour le service de Dieu » que, durant la grande peste de 1599, le corregidor, Don Antonio de Ulloa, va visiter les malades deux fois par jour, contribue personnellement aux soins pour donner l’exemple aux autres38. C’est « pour que Dieu ait pitié de son âme » que le licencié Alonso de Guévara fait don à une confrérie d’une terre dont il vient d’hériter.

c) Unanimité de la foi chrétienne ?

  • 39 Lucien Febvre, op. cit., p. 443.

30Il reste une dernière question. Elle concerne l’unanimité de la foi. La réponse est difficile. Il y a des catholiques romains, l’immense majorité. Une petite minorité de gens tentés par la Réforme. Mais des agnostiques, des athées ? Lucien Febvre, il est vrai, a démontré les difficultés, la quasi-impossibilité de l’incroyance au xvie siècle. Au terme de sa démonstration il a cru pouvoir écrire : « Les temps de l’esprit critique n’étaient pas venus, ceux de la crédulité continuaient à se dérouler »39.

31Alors, quel cas devons-nous faire des blasphémateurs ? Certes, tous ces paysans des faubourgs de Valladolid, de Fuensaldana, de Cuéllar ou d’ailleurs, ces artisans et ces veuves qui s’écrient un jour « malgré Dieu » ou « par la vie de Dieu » ne remettent pas en cause leur croyance. D’ailleurs l’Inquisition se contente de leur infliger une amende : une livre ou deux de cierges, 6, 8 ou, au plus, 15 réaux lorsque, tel Lorencio Guisado, ils affirment qu’ils se refuseraient à accomplir un acte quand bien même Dieu et les saints le leur ordonneraient.

32Mais, pris à la lettre, d’autres blasphèmes sont négation de la foi. « Je ne crois pas en Dieu », a dit Francisco Rodríguez, laboureur de Geria, imité par Diego Gutiérrez, caissier à Valladolid ; « je n’ai pas foi en Dieu », ce qui est presque la même chose, a affirmé Juan de La Vieja, laboureur de Wamba. « Je renie Dieu », tel fut le cri de Francisco Favana, valet de chambre du marquis d’Astorga, celui de María Felipa. Une veuve, María de Baena, renie pour son compte « l’âme que Dieu me donna ». D’autres, un armurier, quelques femmes renièrent le chrême (la crisma) qu’ils avaient reçu, ce qui paraît être une façon de désavouer le baptême.

33Ces affirmations paraissent graves. Or, quelle a été la sanction de l’Inquisition ? Très indulgente : 4 réaux, 6 réaux, 8 réaux, 12 plus rarement, exceptionnellement dans le cas de Francisco Favana, 2 ducats. Cela signifie-t-il que ces blasphèmes ne sont pas pris au sérieux par les Inquisiteurs, qu’ils sont considérés comme l’effet d’un moment de colère ? Ou bien que l’on juge leurs auteurs irresponsables, de petites gens ignorantes, tout à fait incapables de fonder leur négation sur un raisonnement logique, sur des références ? Il y a beaucoup de cela sans doute. Il est symptomatique de constater qu’aucun des condamnés à la peine capitale, lors des grands autos de 1559 et 1561, n’était d’humble condition, sinon quelques morisques et, si l’on veut, des domestiques de grande maison gagnés à l’hérésie par leur maître ou leur maîtresse et qui demeurèrent simultanément fidèles aux hommes et aux idées ; symptomatique encore qu’aucun de ces condamnés ne l’ait été pour incroyance foncière. On ne connaît pas à Valladolid de curé Meslier et l’on prit pour un simple dément le jeune tailleur Pedro de Encinas, un enragé qui prétendait être né non d’une femme mais du diable, qui avait bâtonné ou brûlé les statues et les images de saint François et de saint Antoine. On le tint quitte avec cent coups de fouet et une année de bannissement.

34Il reste le cas de la beata Juana Sánchez qui se suicida dans sa prison et dont la statue parut à l’auto du 8 octobre 1559. Le suicide, alors, et dans de telles conditions, c’est sans doute la perte de la foi.

  • 40 A propos de tout ceci voir A.H.N., Inquisición, Leg. 2136, pièce 7 et B.N.M., Section Manuscrits, (...)

35Pour en revenir aux blasphémateurs, il me paraît difficile de les prendre plus au sérieux qu’une Inquisition pointilleuse. Plus que d’autres sans doute, ces humbles, paysans, artisans, étaient dépourvus des moyens de ne pas croire. Leur cri n’a pu être qu’une expression de rage, l’affirmation de la personne contre un avatar du destin40.

36Cette foi presque unanimement partagée (les exceptions décidément n’ont pu être que rarissimes, et il faut évidemment réserver le cas des morisques), on se doute qu’elle fut la condition première de la puissance de l’Église, puissance telle que l’Église nous apparaît en dernière analyse comme l’ordre dominant.

II. — PUISSANCE DE L’EGLISE

Prestige de l’Église

37L’affirmation d’une telle puissance paraît banale. On pensera que telle est la loi du siècle.

38Or cela n’est point, puisque le prestige de l’Église et son influence en Castille et particulièrement à Valladolid provoquèrent alors la surprise des étrangers. Au début du xvie siècle comme au début du suivant.

  • 41 Laurent Vital, op. cit.

39C’est Laurent Vital qui se scandalisait en 1518 de la résistance des gens d’Église au roi Charles et à ses officiers. Ils refusaient de loger les gens de la suite royale. L’urgence était telle, 60 000 personnes ( ?) supplémentaires à loger dans la ville, que le Roi avait ordonné au maréchal des logis et à ses fourriers de recenser les places disponibles et d’y installer de force les personnes de la suite. Or les hommes d’Église ne veulent rien entendre. On a forcé leurs portes : ils se sont avisés d’excommunier le maréchal et ses fourriers, refusant de dire les offices en présence des Flamands, leur claquant la porte au nez, et quand ceux-ci se plaignent, on leur dit qu’il ne faut point irriter les curés en Castille à raison de leurs privilèges41 !

  • 42 Barthélemy Joly, op. cit.

40D’autres étrangers, tel le Vénitien Navagero, se contentèrent d’admirer la beauté et la richesse de monastères comme ceux de San Benito et Nuestra Señora del Prado, mais quatre-vingt-six ans après Laurent Vital, Barthélemy Joly formulait un jugement à caractère plus général et d’une portée plus considérable, encore qu’il aille dans le même sens que celui du Flamand. Après avoir noté que la nation castillane était fort encline aux choses de l’Église, il ajoutait : « Le clergé vit là-bas d’une vie fort commode et l’homme d’Église se rend respectable, non seulement par sa tonsure perpétuelle et par une affectation de gravité dans la contenance et le maintien... mais encore par l’accompagnement d’un domestique et d’une mule... Quant aux religieux, ils se comportent en proportion des curés bien au-dessus et la plupart vont en carrosse, sauf les franciscains déchaussés, les jésuites et les capucins. C’est dans ce pays que les moines ont trouvé leur élément... On les appelle père en tous lieux, ils sont honorés, respectés, bien reçus et bien vus de tous et en tous lieux »42.

41Joly étend avec raison la portée de son observation à l’ensemble de la Castille. Mais en Castille, Valladolid était fort bien placée. Le nombre et la qualité de ses ecclésiastiques étaient de nature à faire éprouver en cette ville la force et l’influence du clergé.

  • 43 Voir supra, livre I, chap. VI.

42Le nombre. Le recensement de 1°591 indique 350 prêtres séculiers et 1 140 moines et nonnes. Soit environ 1 500 religieux de toutes sortes. Pour une ville de 40 000 habitants environ, c’est une proportion de 3,75 %. C’est beaucoup. La population des couvents en particulier est en valeur absolue comme en proportion l’une des plus importantes des villes de Castille43.

43La qualité. Cependant Valladolid ne fut pas, jusqu’au 25 septembre 1°595, une ville épiscopale. On pourrait croire que la situation, le prestige de son clergé séculier en furent amoindris. Mais ce n’est là qu’illusion. Le train de l’Église Majeure fut celui d’une cathédrale et l’abbé de Valladolid, surtout lorsqu’il s’appelait Alonso Enríquez, n’avait rien à envier à un évêque.

  • 44 A ce sujet voir surtout Don Manuel de Castro Alonso, Episcopologio Vallisoletano, Valladolid, 1903

44L’église elle-même avait les proportions d’une cathédrale, certes pas les proportions de l’édifice monumental dont la construction commença à la fin du siècle et qui ne fut jamais achevée, mais les proportions d’une cathédrale ordinaire. L’étude des fondations a montré que le temple originel comportait une nef unique longue de 53 m et large de 8,90 m. Au xiiie siècle deux nefs latérales flanquèrent le vaisseau principal et au début du xive siècle un cloître et deux chapelles achevèrent le bâtiment. Quant à l’abbé, pourvu d’un revenu d’un million de maravédis qui le situait au-dessus de bien des évêques, il était investi de la juridiction épiscopale. Le chapitre comportait le prieur, le chantre, le trésorier, le maître d’école, l’archidiacre, chacun doté d’un revenu de 120 000 maravédis, avec la possibilité d’autres prébendes, et dix-neuf chanoines dont le revenu atteignait 177 500 maravédis. Ajoutez les rationnaires et les demi-rationnaires, fort bien pourvus eux aussi (une ration étant destinée à un chanteur contralto, une autre à un soprano), le sous-chantre, le maître de chapelle, sept autres chanteurs, un organiste, neuf musiciens, un trompette, le grand sacristain et le sous-sacristain, douze chapelains et douze enfants de choeur, huit séminaristes entretenus, logés, nourris, auxquels on enseignait la grammaire et le chant, deux portiers, un sonneur, un horloger, le personnel d’entretien, et tout ce beau monde pourvu d’une rente assurée souvent substantielle. L’orgue et le chant, la musique, les sonneries de trompette, le déploiement du chapitre et de ses ornements, l’on imagine sans peine le faste des cérémonies de l’Église Majeure, leur force de suggestion et combien leur était acquise l’âme de la foule44.

  • 45 A.H.N., Clero, Leg. 7709.

45L’Église Majeure n’était pas seule à servir le prestige du clergé à Valladolid. C’est ainsi que le monastère de San Benito était un centre actif de pèlerinage parce qu’il détenait diverses reliques, la tête de sainte Anastasie, celle de saint Éleuthère, les os de certaines compagnes de sainte Ursule et, à partir de 1594, une relique de saint Benoît lui-même. Diverses bulles avaient, au xve siècle, concédé des indulgences de trois ou quatre ans à ceux qui visiteraient le monastère et une bulle de Clément VIII en 1592 vint encore rehausser l’intérêt de ce pèlerinage45.

  • 46 Documents intéressants dans A.H.N., Clero, Leg. 7709 et Codex 898 b.

46Mais le rôle de San Benito comme tête de la congrégation bénédictine pour la province d’Espagne était beaucoup plus important encore. De création assez tardive, puisqu’il fut fondé en 1390 seulement par Jean Ier, soumis directement à Rome, il parut tout désigné par la dignité de sa vie monastique que le temps n’avait pas corrompue pour réformer les autres monastères trop éloignés de Cluny pour en suivre vraiment la règle. Le couvent élisait son abbé qui, à partir de 1489, devint, ipso facto, général réformateur de la congrégation. L’impulsion nouvelle donnée à la réforme de l’Église espagnole par le cardinal Cisneros et les Rois Catholiques favorisa San Benito de Valladolid. Ainsi une lettre des Rois Catholiques du 30 août 1499, faisant suite à une décision du pape, nommait l’abbé de San Benito visiteur et réformateur des monastères et maisons de religieux de l’ordre bénédictin pour l’Espagne. Une lettre du ier septembre 1514 renouvelait cette mission en précisant qu’elle s’étendait à l’Aragon. L’abondante correspondance conservée démontre que pendant toute la première moitié du xvie siècle le monastère vallisolétain exerça un véritable magistère spirituel sur quelque trente-six monastères ou prieurés. Dans certains cas, ainsi ceux des prieurés de Zamora et Frómista entre 1525 et 1550, il nommait ou révoquait, au besoin, les prieurs. On vit même l’abbaye participer directement à la réforme portugaise puisque le concours de l’un de ses religieux, le Portugais Fr. Anthome de Coïmbra, fut sollicité par le Roi du Portugal46.

  • 47 A.H.N., Clero, Leg. 7707.

47Cependant dès avant le milieu du siècle la prépondérance de San Benito de Valladolid était de plus en plus contestée, notamment par les monastères plus anciens. De violentes attaques furent lancées contre elle lors des synodes de la congrégation qui avaient lieu chaque trois ans et les abbés de plusieurs couvents firent le voyage de Rome dont ils ramenèrent des lettres apostoliques entamant les privilèges de l’abbaye vallisolétaine. Les régimes de 1550, 1552, 1565, apparaissent comme la sanction de cette opposition. Désormais, avec des nuances diverses, la participation de la congrégation à l’élection triennale du général (qui devient automatiquement abbé de San Benito de Valladolid) sera plus importante et le général ne pourra être qu’une fois sur deux un religieux vallisolétain. Mais la suprématie de l’abbaye du Pisuerga n’était que diminuée, et les attaques persistèrent jusqu’à la fin du siècle47.

  • 48 A.H.N., Clero, Codex 1174 b.

48On ne peut nier que l’ordre bénédictin, sous la direction de San Benito de Valladolid soit resté à la pointe de la réforme de l’Église espagnole, qu’il avait contribué à lancer dès le début du xve siècle. Les constitutions de 1556 l’attesteraient encore : elles se distinguaient en effet par la réglementation stricte du costume, de la nourriture, des loisirs, des déplacements ; la réduction du nombre des offices pour qu’ils aient plus de signification et soient suivis avec plus de recueillement, au profit de la méditation et des exercices spirituels ; l’invitation au renouveau des activités intellectuelles et artistiques ; le souci d’une charité authentique dont les moines devaient donner l’exemple à l’occasion de leur vie commune48.

  • 49 A.H.N., Clero, Leg. 7865.

49Or le couvent de San Benito n’était que le plus célèbre des monastères de Valladolid. D’autres, parmi ces couvents, étaient presque aussi fameux et comptaient un plus grand nombre de moines : ainsi le couvent dominicain de San Pablo dont la réforme avait été commencée dès 1461 sur les instances du cardinal Juan de Torquemada49, les hiéronymites de Nuestra Señora del Prado, les franciscains de San Francisco. On ne peut davantage oublier que le collège de San Gregorio réunissait les plus doués des jeunes dominicains du Royaume de Castille. Parmi les établissements de femmes, ceux de Las Huelgas, de Santa Clara, de Santa Isabel, de Santa María de Belén par exemple, jouissaient d’un grand renom.

50Il est possible enfin que le comportement du clergé séculier et des moines en certaines circonstances exceptionnelles aient servi le prestige de l’Église à Valladolid. Les privilèges considérables de l’Église dont l’exercice rendait plus difficile la vie des paysans, des manœuvres, des artisans, apparaissaient comme l’un des effets inéluctables de l’organisation de la société, une société d’ordres, strictement hiérarchisée, fondée sur des principes théoriquement immuables. L’usage de ces privilèges s’inscrivait donc dans le cours naturel des jours, il n’avait rien que d’ordinaire. En revanche la participation active des religieux aux secours en cas de famine, ou plus encore d’épidémie, s’inscrivait dans une conjoncture extraordinaire. Elle frappait l’imagination des foules et pouvait de ce fait ajouter à l’influence du clergé.

  • 50 A.H.N., Clero, Leg. 7702.
  • 51 A.G.S., Estado, Leg. 184, fol. 288 et Don Manuel de Castro Alonso, op. cit.

51Or il faut convenir qu’en de telles occasions les religieux ne se sont pas dérobés. Le meilleur exemple est celui de la grande peste de 1599. L’Église ne se contente pas alors d’une assistance économique, comme celle du monastère de San Benito qui distribue chaque semaine aux nécessiteux 14 charges de grain50. Loin de demeurer à l’abri de leur clôture qui pouvait les garantir de l’épidémie, les religieux jouèrent le rôle principal dans les hôpitaux où affluaient la plupart des malades pauvres. Ils payèrent de ce fait un lourd tribut à la mort. La liste des victimes décédées dans les hôpitaux durant la semaine du 6 au 12 août, habituellement dressée par les moines, ne parvient pas au corregidor parce que les moines sont eux-mêmes atteints par la contagion. Une douzaine d’entre eux sont morts. Le premier évêque de Valladolid, Bartolomé de La Plaza, serait peut-être mort épuisé en octobre 1600 par l’activité déployée pendant toute la durée de l’épidémie51.

  • 52 Voir infra, livre III, chap. III.

52D’autre part le rôle des membres du clergé dans les fondations d’assistance et dans leur gérance est essentiel. On évoquera seulement pour l’instant celles du curé de San Juan, le bachelier Juan de Rozas ; du bénéficier de La Antigua, Francisco Sánchez ; du chanoine Juan Rodríguez52.

  • 53 Narciso Alonso Cortés, Bol. de la Soc. Cast. de Exc., t. I, p. 112.

53Enfin le prestige de l’Église était sanctionné par les cérémonies officielles. L’ordre des préséances plaçait l’abbé et le chapitre de l’Église Majeure aussitôt après le Président et les auditeurs de la Chancellerie, en première position, et le Tribunal du Saint-Office en deuxième ; avant par conséquent le Recteur et les docteurs de l’Université, avant le corregidor53. Les grands monastères n’étaient pas oubliés, ils étaient distingués en des circonstances solennelles : c’est à San Pablo par exemple que Charles reçut l’hommage des grands d’Espagne et le monastère fut choisi pour accueillir les assemblées des Cortès.

54La foi, le prestige du sacerdoce, rehaussés épisodiquement par l’exercice d’une charité dangereuse, telles sont bien les sources premières de la puissance de l’Église. Non les seules. L’Église est aussi un ordre privilégié.

Un ordre privilégié

55Les privilèges de l’Église sont nombreux. Ils assurent sa puissance sociale et économique et, du même coup, sa force d’attraction sur le deuxième des ordres privilégiés, la noblesse.

a) Les séculiers relèvent d’une juridiction d’exception

  • 54 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 43.
  • 55 Ibid., fol. 22.

56Cette juridiction a pour chef le vicaire général de l’abbaye, nommé par le Roi, qui connaît de toutes les causes ecclésiastiques. Il a de grands pouvoirs : la censure, le déclenchement des poursuites, la perception des amendes, les châtiments corporels et spirituels... Il peut solliciter le secours du bras séculier. Il a aussi le droit et le devoir de visiter les églises, hôpitaux et ermitages, et d’en contrôler les comptes. Bien entendu moines et nonnes échappent eux-mêmes à cette juridiction et dépendent uniquement de celle de leurs ordres respectifs. Toutefois les délits qui concernent la foi relèvent du Tribunal de l’Inquisition54. Les églises de Valladolid ont parfois cherché à abuser de la situation. C’est ainsi que l’Église Majeure prétendait obliger les locataires de ses maisons à ne pas recourir à la justice royale mais seulement au chapitre en cas de contestation55.

b) Un privilège fiscal

  • 56 A.H.N., Clero, Lib. 17308.
  • 57 A.H.N., Clero, Leg. 7706, 7938, etc.

57Un privilège fiscal plus complet que celui dont bénéficient les hidalgos distingue également les séculiers et les réguliers. Bien entendu églises et monastères sont exempts d’alcabalas, du moins quand il s’agit de produits destinés à leur consommation. Des provisions royales viennent périodiquement confirmer cette franchise, l’étendant aux nouvelles fondations, par exemple aux collèges de Santa Cruz et de San Gregorio56. D’autres provisions exemptent également les monastères du paiement du service extraordinaire, ainsi San Benito, Nuestra Señora del Prado, San Pablo57...

  • 58 Voir par exemple A.H.N., Clero, Leg. 7857, 7941 : diverses sentences rendues par les alcaldes de V (...)

58Églises et couvents sont aussi exempts du paiement de certaines taxes locales ou régionales : ainsi la meaja del haber del peso, les péages aux ponts de Simancas et de Cabezón... Ce n’est pas que les fermiers des impôts ou les guichetiers des ponts ne cherchent à faire payer les religieux. Mais il est significatif qu’ils soient régulièrement condamnés en justice, à la suite des protestations ecclésiastiques, et contraints de rembourser les sommes indûment perçues58.

  • 59 Voir notamment A.M.V., Livres d’Actes, 10 février, 13 mars et 15 novembre 1503 ; A.M.V., Leg. 376, (...)

59Enfin, et c’est en cela que la situation du clergé est supérieure à celle de la noblesse, églises et monastères refusent, presque toujours avec succès, de payer les sisas. On sait que les sisas sont les taxes frappant les denrées de consommation courante destinées à financer certaines dépenses de la ville jugées d’utilité publique : adductions d’eau, organisation de réceptions de princes ou de rois, achats de blé pour le magasin municipal, levée de gens de guerre, etc. Alors que les hidalgos paient toujours les sisas malgré leurs protestations, le chapitre de l’Église Majeure, entraînant les autres églises, refusera de payer les sisas pour la réception des princes, pour l’achat de blé, pour la construction des fontaines. Exceptionnellement il accepte de payer en 1503 la sisa levée pour les dépenses de la guerre. Seule autre concession du même genre, à la suite d’un long procès avec l’Ayuntamiento, l’accord de 1516 selon lequel les églises paieront un dinero de sisa par livre de viande achetée mais ne paieront jamais de sisa sur les autres denrées quel qu’en puisse être le motif. Encore la ville doit-elle payer les frais du procès59.

c) Un privilège économique

60L’exemption fiscale est déjà un avantage économique. Mais elle n’est pas le plus important. Celui-ci est évidemment la dîme (diezmos), dont l’inégale répartition contribue à privilégier plus encore l’Église Majeure et quelques-uns des grands monastères.

  • 60 Le système peut se déduire des explications données dans A.H.N., Clero, Leg. 7859. Voir également (...)

61La répartition de la dîme est en effet assez compliquée. Son produit est partagé en trois parties : le premier tiers revient aux bénéficiers de l’église du lieu concerné, le deuxième tiers ou préstamo est attribué aux prestameros, généralement un monastère, parfois une église ; le dernier tiers est divisé lui-même en deux parts inégales : les deux neuvièmes constituent les fameuses tercias reaies et reviennent donc au Roi, à moins, ce qui arrive fréquemment, qu’ils n’aient été aliénés ; l’ultime neuvième est réservé à « la fabrique » de l’église du lieu (entretien des bâtiments, ornements, œuvres éventuelles de l’église...)60.

  • 61 A.H.N., Clero, Leg. 7859, 7711.

62Cela, c’est le principe. En réalité les choses sont encore plus compliquées. En effet dans les villages dépendant de l’évêché de Palencia, par exemple, il était rare que le curé fût le bénéficier de son église. Il était nommé et déplacé par l’évêque, « curé universel du diocèse », qui s’arrogeait le bénéfice et n’attribuait au curé qu’une demi-ration, soit le sixième au lieu du tiers. L’autre sixième était souvent alloué à un chanoine de la cathédrale. Par exemple à Tudela et Laguna de Duero, qui dépendaient de la cathédrale de Palencia, curé et bénéficier devaient se partager le premier tiers de la dîme ; l’église de Palencia recevait le deuxième tiers au titre du préstamo ; le monastère de San Benito, en vertu d’un privilège royal, percevait les deux neuvièmes (les tercias), et la fabrique de l’église avait droit au dernier neuvième61.

63Il en était souvent de même dans le cas de villages relevant de l’abbaye de Valladolid, l’abbé remplaçant alors l’évêque de Palencia. Ainsi à Simancas, Geria, Ciguñuela, Puente de Duero, Peñalva de Duero ; à Boecillo, Viana, Villanubla, Santovenia, etc., c’est l’Eglise Majeure elle-même qui prélève ce tiers. Partout les tercias appartiennent à San Benito et le dernier neuvième revient irrémédiablement à la fabrique de la paroisse.

  • 62 A.H.N., Clero, Leg. 7859, 7862, 7865, 7711, 7938.

64Mais la répartition du préstamo est très inégale. A Valladolid même elle appartient intégralement à l’Église Majeure qui perçoit ainsi les deux tiers au moins de la dîme. Elle en reçoit les deux tiers encore à Renedo et Villanubla, les quatre neuvièmes à Santovenia, à charge pour elle de rétribuer les curés. Tout à fait exceptionnellement à Herrera de Duero, le curé garde les huit neuvièmes de la dîme, parce que c’est son seul moyen d’existence ; à Geria le préstamo est partagé également entre le couvent de San Pablo, le curé et le bénéficier du lieu ; il en était de même à Peñaflor ; à Fuensaldaña ce couvent n’avait qu’un neuvième, les deux autres allant à l’église de Palencia. Mais San Pablo partageait avec d’autres monastères bien d’autres préstamos : ceux de Reinoso, La Puebla, Bercero, Rábano, Cevico Navero, La Cerrada, Bustillo, Peñalva de Duero. Le monastère de Nuestra Señora del Prado pour sa part, était le titulaire des préstamos de Arroyo, Bambilla, Braçuelas, Pedrosa, Reinoso (en commun avec San Pablo), Quintanilla, Tordehumos, Valdestillas, Villabrájima62.

  • 63 A.H.N., Clero, Leg. 7865. Le revenu de Nuestra Señora del Prado serait comparable. Voir Leg. 7938.

65La répartition des dîmes favorise ainsi considérablement, outre la cathédrale de Palencia, l’abbé et l’Église Majeure de Valladolid ainsi que les grands couvents aux dépens du reste du clergé séculier. A titre d’exemple, voici les revenus en nature que ces préstamos valurent au monastère de San Pablo en 154263.

Revenus des prestamos de San Pablo en 1542

Revenus des prestamos de San Pablo en 1542
  • 64 Ainsi A.H.N., Clero, Leg. 7862.

66Mais il n’est pas douteux que certains de ces revenus furent très difficilement recouvrés par les couvents : des procès continuels ont opposé à ce propos églises, décimateurs, bénéficiers et monastères64.

  • 65 A.G.S., Mercedes y Privilegios, Leg. 346, fol. 20 ; A.H.N., Clero, Leg. 7935, 7939.

67La dîme n’est que l’un des privilèges économiques des églises. L’abbé de Valladolid était seigneur d’un certain nombre de villages, ainsi Villabáñez, Peñalva (il partageait la seigneurie de ce village avec un auditeur du Conseil royal, Don Diego Gasca, et Doña Juana de Matienza), ce qui suppose d’autres prestations substantielles. Les hiéronymites de Nuestra Señora del Prado jouissaient, en commun avec le couvent de San Pedro Mártir de Tolède, du privilège d’impression des bulles de la Croisade depuis 1501. L’impression eut effectivement lieu dans les bâtiments du monastère durant tout le siècle, ce qui rendait le contrôle facile, contrôle nécessaire puisque le couvent percevait un droit sur chaque bulle. Ce droit fixé à un maravédis plus un cornado pour chaque bulle de vivant et à une demi-blanca pour chaque bulle de défunt en 1513 fut augmenté à plusieurs reprises durant le siècle. Comme l’on imprimait 2 à 3 millions de bulles chaque année, c’était là la source d’un revenu important pour les moines du Prado65.

68Ordre privilégié, l’Église exerce une forte attraction sur un autre ordre privilégié, la noblesse, qui fournit au clergé une grande part de son recrutement.

d) Un recrutement privilégié.

69Cela est particulièrement net à propos du clergé régulier, mais les postes élevés de l’Église vallisolétaine sont souvent occupés par les privilégiés de la naissance ou de la fortune.

  • 66 Don Manuel de Castro Alonso, op. cit.

70Le cas le plus typique est évidemment celui de la dignité la plus haute, l’abbé d’abord, l’évêque ensuite. Or tous les abbés de Valladolid au xvie siècle furent des nobles. Le premier, Don Fernando Enríquez, abbé à partir de 1498 et qui mourut peut-être en 1508, n’était rien moins que le fils de l’Amiral de Castille. On connaît mal l’origine de son successeur, Don Alonso de Villaroël (1509- ?), mais le troisième, Don Alonso Enríquez, fils naturel de Fernando Enríquez, était donc lui aussi apparenté à la grande famille des Amiraux de Castille. Enfin le dernier abbé de Valladolid, Don Alonso de Mendoza, était encore un hidalgo. En revanche le premier évêque, Bartolomé de La Plaza, était peut-être d’origine roturière66.

  • 67 A.H.P.V., Leg. 484, fol. 457 ; A.H.N., Clero, Leg. 7794.

71On retrouve au chapitre et en bonne place quelques personnages de haut rang. En 1586 le chantre et président du chapitre est le docteur Don Luis Niño. Le trésorier est Don Juan de Torquemada. Les chanoines sont issus de la classe des letrados, docteurs et licenciés, ou représentent les grandes familles d’origine italienne : les Achaioli, les Nelli. Beaucoup plus tôt, puisque mort en 1546, Francisco Bertin, fils du marchand siennois Lorenzo Bertini, avait été prieur et chanoine de ce chapitre67.

  • 68 Voir par exemple A.H.P.V., Leg. 58, fol. 206.

72En revanche, la masse du clergé séculier est constituée par des prêtres de modeste origine. Or, on ne peut que constater qu’ils sont parfois réduits à la portion congrue : on a vu comment une part importante de la dîme leur échappait. Il est vrai que les plus doués de ces prêtres, devenus bacheliers, voire licenciés, peuvent améliorer leur condition par l’obtention d’une ration ou d’une demi-ration. Les spécialistes de l’orgue, du plain-chant, du contrepoint, peuvent parvenir au même résultat en briguant l’élection à l’une des nombreuses chapellenies qu’offrent l’Église Majeure, les églises paroissiales ou les maisons des Grands68.

73Par contre, si les monastères ont été largement ouverts, dans la première moitié du siècle encore, aux roturiers, ils se ferment progressivement par la suite, pour devenir les refuges d’une caste. Cela est surtout vrai des couvents de femmes, comme on peut le déduire de leurs assemblées générales : dans ces cas-là, en effet, toutes les religieuses présentes sont nommées et le nom des hidalgas est précédé de la mention doña. Or, la proportion des doñas ne cesse d’augmenter au cours du siècle ainsi que le prouve le tableau suivant :

Le recrutement social dans les couvents de femmes

Le recrutement social dans les couvents de femmes
  • 69 Le tableau a été composé à l’aide des documents de A.H.N., Clero, Leg. 7907, 7909, 7910 ; 7904, 79 (...)

74N. B. — Le premier chiffre indique celui des doñas ; le second celui des religieuses présentes à l’assemblée69.

75Ainsi l’évolution est partout la même et paraît consommée au début du xviie siècle. Alors que seuls quelques couvents comme celui des bénédictines de Las Huelgas avaient fait preuve depuis plusieurs décennies déjà d’exclusivisme social, cette attitude devient générale à la fin du xvie siècle. Une société se sclérose, qui réserve non seulement les prébendes mais certaines formes du service divin aux membres d’une caste.

  • 70 Plusieurs exemples de vocations de ce genre en quelques mois durant l’année 1584 : A.H.P.V., Leg. (...)

76Il est vrai que de ce siècle fervent naissaient des ordres nouveaux, ainsi la Compagnie de Jésus, beaucoup plus ouverte au talent et au mérite qu’au privilège. Elle négligeait alors la richesse elle-même puisqu’elle autorisait ses membres à renoncer à leur part légitime d’héritage, et à disposer de leurs biens comme ils l’entendaient : « la Compagnie doit vous alimenter et vous n’avez pas besoin de la part légitime qui vous revient dans l’héritage de votre père ou celui de votre mère ». Il ne faut pas s’étonner alors que la Compagnie de Jésus ait exercé à Valladolid, comme ailleurs sans doute, un attrait puissant sur les fils des letrados ou des hommes de loi. C’était choisir la culture70.

  • 71 A.H.N., Clero, Leg. 7794.
  • 72 A.H.P.V., Leg. 70, fol. 811 ; Leg. 71, fol. 991.
  • 73 A.H.P.V., Leg. 70, fol. 1284.

77Mais il s’agit là d’un cas exceptionnel. Et l’on peut se demander à bon droit quel était le sens de beaucoup de vocations de jeunes filles riches dirigées vers le couvent, pourvues, outre la dot destinée à la communauté, d’une rente coquette pour leurs commodités, d’un trousseau, voire d’une domestique. L’idéal monastique paraît à ce point oublié qu’on vit entrer en 1574 dans un monastère de cisterciennes, celui de San Quirce, la jeune Doña Francisca Manrique, fille de Don Diego Orense de Covarrubias, accompagnée d’une domestique séculière pour l’entretien de laquelle ses parents versent 1 000 ducats au couvent71. La chose était sans doute plus courante à Santa María de Las Huelgas où entraient des filles de très grande famille, encore que les filles du vice-roi de Nouvelle Espagne, Blanca et Luisa Enríquez, se soient fort bien passées de domestiques72. Mais il fallait aussi una frayla pour son service à Doña Antonia de Velasco y Carrasa, entrée à Las Huelgas en 156973.

78En définitive, la foi et la dévotion des fidèles comme les privilèges qui distinguent l’Église contribuent à faire d’elle une grande puissance économique.

Une puissance économique

79On constate en effet que l’Église rassemble tous les éléments qui créent la richesse : la propriété foncière ou immobilière, les titres de rentes (juros et censos), les espèces métalliques qui viennent s’ajouter, bien entendu, aux prestations en nature ou en argent provenant des dîmes, sans parler des héritages et des legs de toute nature.

a) La propriété foncière et immobilière

80Cette propriété foncière que nous connaissons si mal faute de cadastres ou de documents analogues aux compoix, elle est cependant, et cela est sûr, un des fondements de la puissance économique du clergé.

81Mais quant à mesurer la part de cette propriété, ou à la cartographier, tentative impossible malheureusement. Trop de documents ont disparu et nous ignorons même la superficie exacte des terroirs.

  • 74 A.H.P.V., Leg. 1 et 2.
  • 75 A.M.V., Leg. 6, n° 21.
  • 76 A.H.P.V., Leg. 490, fol. 56 ; Leg. 491-III, fol. 13.

82Alors, seulement quelques bribes de connaissances, des exemples dont j’ignore, au vrai, la valeur exacte. Il est facile de se rendre compte, bien sûr, que l’Église Majeure possédait toutes les maisons, ou presque, de certaines rues de Valladolid : la rue de Tovar, la rue des Écoles (ou de Hornillos), la rue de la Librairie, la rue des Potiers, la place Sainte-Marie74. On sait aussi que le chapitre possède de nombreuses vignes puisqu’il figure dans la liste des principaux propriétaires de vignobles lors de la rédaction des ordonnances de 159075. Mais quelle est exactement l’importance des terres à blé qu’il détient ? On le voit louer quatre parcelles en 1592 d’une superficie totale de 11 ha, louer huit autres parcelles l’année suivante qui font 21 ha... cela signifie peu76.

  • 77 A.H.N., Clero, Lib. 17545.

83On en sait moins encore concernant les églises paroissiales de la ville ou des villages, sinon qu’elles possédaient presque toujours des maisons, à l’exemple de La Antigua qui, en 1535, louait vingt-cinq maisons à bail perpétuel, et sauf le cas de l’église d’El Salvador, détentrice d’une importante propriété de 163 yugadas (80 ha environ) à La Cistérniga, faubourg de la ville77.

  • 78 Pour les exemples précédents voir dans l’ordre : A.H.P.V., Leg. 951, fol. 234 ; Leg. 54, fol. 51 ; (...)

84L’information est meilleure à propos des grands monastères ou du moins de quelques-uns d’entre eux. Le couvent de Nuestra Señora de la Merced est propriétaire du moulin de Santa Olalla, près de Villanubla, dont le revenu est intéressant : 56 charges de blé à la fin du siècle ; celui de San Agustín a quelques champs sur la rive droite du Pisuerga dont j’ignore la superficie mais dont le loyer, en 1550, est de 31 charges de grain et 6 charretées de paille. Le collège jésuite de San Ambrosio possède au chemin de Simancas une huerta clôturée avec maison et puits, flanquée d’une vigne de 30 aranzadas (13 200 pieds). Le collège de San Gregorio, une exploitation à Villamarciel : vignes et bois. Et d’autres terres à Matapozuelos (avec un vignoble), Aldea Nueva, Villoslada, San Juan de La Encinilla. Mais les trois cas que je connais le mieux et qui témoignent d’une importante richesse foncière, sont ceux de San Benito, San Pablo et Nuestra Señora del Prado78.

  • 79 A.H.N., Clero, Leg. 7705.
  • 80 A.H.N., Clero, Leg. 7712 et 7702.

85Le couvent de San Benito possédait à Geria une importante propriété de 190 yugadas de terres à blé (90 ha environ) assorties de 17 aranzadas de vignes, qui lui avait été léguée en 1460 par Inés Arias, veuve d’un notaire du nombre de Valladolid79. Mais l’arpentage réalisé en 1527 mentionne 140 1/2 yugadas plus 84 aranzadas de vignes (près de 40 000 pieds) : cela peut laisser croire que, suivant la conjoncture, le monastère a converti une partie de ses champs en vignobles et qu’il a acheté d’autres vignes ; un autre arpentage, en 1551 celui-ci, mais portant seulement sur les terres de panllevar, indique 182 yugadas de terre : confirmation probable de l’extension croissante des propriétés de San Benito. D’ailleurs on trouve plusieurs références à l’achat de vignes et de terres à Simancas, Geria, Zaratán. On sait également que d’autres terres provenant d’une donation au monastère, et assez lointaines (situées à Mansilla, Villamorón, Villabarbechos, donc en Tierra de Campos), furent vendues en 1598 pour être remplacées par des terres plus proches80.

  • 81 A.H.N., Clero, Leg. 7710.

86Enfin le monastère possédait un certain nombre de maisons mises en location : au moins cinq entre la Chancellerie et l’église de San Pedro, et quatre dans la Callecerrada. En 1505 les loyers de ces maisons donnaient un revenu de 81 737 maravédis81.

  • 82 A.H.N., Clero, Leg. 7938.

87Les propriétés de Nuestra Señora del Prado paraissent plus importantes encore : 251 yugadas de terres (120 ha environ) sur les territoires de Valladolid et d’Arroyo ; 163 aranzadas de vignes (près de 72 000 pieds) aussi bien groupées et une dehesa lointaine dont on ignore l’importance82.

  • 83 A.H.N., Clero, Leg. 7859, 7863.

88Quant aux dominicains de San Pablo, on connaît mal l’étendue exacte de leurs champs et de leurs vignobles. Elle était certainement considérable puisque le monastère se préoccupe de faire renouveler assez souvent l’arpentage des terres possédées à Valladolid, Renedo, Santovenia, Torrelobatón (ainsi à Renedo en 1490, 1501, 1524, 1547, 1578), ce qui eût été probablement inutile à propos de quelques parcelles médiocres. A Cabezón et Simancas les terres de San Pablo étaient relativement peu importantes : un peu plus de 7 ha ici83, 6 là.

  • 84 A.H.N., Clero, Leg. 7870, 7871.

89En revanche il est intéressant d’assister à l’effort continu du monastère pour se constituer à Simancas un vignoble important et d’autant plus remarquable qu’il comportait plusieurs vignes muscat (moscatel). C’est ainsi que de 1556 à 1580 furent achetées vingt-deux parcelles de vigne, souvent contiguës, d’une superficie de 45 aranzadas. A la fin du siècle les moines de San Pablo possédaient à Simancas 110 aranzadas de vignes, parfois plantées de cerisiers et d’amandiers. Quelques autres vignes furent également acquises près de Valladolid et à Zaratán, une dizaine d’aranzadas supplémentaires. C’était, au total, plus de 50 000 pieds84.

  • 85 A.H.N., Clero, Leg. 7861, 7869, 7871, 7875.

90San Pablo possédait enfin de nombreuses maisons dans la rue Saint-Michel, la rue de la Costanilla, la rue de la Quadra et il percevait un cens perpétuel sur presque toutes les maisons du « Barrio Nuevo » puisque ce petit quartier avait été édifié sur une partie de la huerta du monastère transformée en lotissement85.

b) Les titres de rentes

  • 86 Voir supra, livre II, chap. III.

91Le produit des rentes semble jouer un rôle aussi important que la terre dans l’économie des églises et surtout des couvents. J’en avais déjà donné une idée en présentant un tableau des juros situés sur Valladolid au bénéfice des collectivités religieuses. Je rappellerai seulement que le produit annuel de ces juros qui était en 1505 de 401 967 maravédis pour l’ensemble des monastères d’hommes et de femmes s’était élevé à 1 257 271 maravédis en 1596-1597, tandis que la part des églises paroissiales de Valladolid, tout à fait négligeable en 1505, 7 000 maravédis, était passée à 85 190 maravédis en 1596-1597, la majorité des églises disposant de quelques milliers de maravédis86.

  • 87 A.H.N., Clero, Leg. 352.

92Mais couvents et églises possèdent souvent aussi des juros situés sur d’autres revenus que les alcabalas de Valladolid et son territoire. Par exemple le collège jésuite de San Ambrosio qui ne figure pas dans le tableau évoqué ci-dessus tire en fait le plus clair de ses revenus réguliers de juros : en 1577, 318 948 maravédis sur 393 948 dont deux juros très importants, l’un sur Zamora de 117 858 maravédis, un autre de 155 500 sur Villalba del Alcor87.

  • 88 On trouvera le détail de ces juros et la date de leur acquisition dans A.H.N., Clero, Leg. 7938.

93Le couvent de Nuestra Señora del Prado possédait pour sa part un portefeuille impressionnant de juros et l’éclat de cette maison, distinguée par les voyageurs étrangers, s’en explique mieux. D’ailleurs ce portefeuille ne cesse de se gonfler de nouveaux titres sur Valladolid, Olmedo, Palencia, les merindades de Campos et de Cerrato, les puertos secos : à la fin du siècle, près de 450 000 maravédis de juro annuel88 !

94Encore faut-il ajouter à ces valeurs d’État des valeurs privées, des censos d’un produit théorique de quelque 50 000 maravédis.

  • 89 A.H.N., Clero, Leg. 7708.
  • 90 Voir supra, livre II, chap. IV, p. 263.

95Ces valeurs privées ont été des investissements favoris des communautés religieuses. Je l’ai déjà écrit lorsqu’il était question des instruments de crédit. Je me contenterai d’indiquer maintenant que le monastère de San Benito possédait vers le milieu du xviie siècle des censos de diverses natures sur quarante-quatre villages, situés pour la plupart dans la région de Valladolid et sur plusieurs Grands d’Espagne89. Je rappelle également qu’à titre personnel les gens d’Église, tel le bachelier Cristóbal de La Quadra, affectionnaient les placements de ce genre90.

c) Les couvents de femmes et les dots

  • 91 Martín González de Cellorigo, op. cit.

96Si les couvents de femmes figurent en bonne place parmi les titulaires de juros et même de censos, ils semblent n’avoir détenu qu’une faible part de la propriété foncière. Cela ne signifie pas que leur existence ait été difficile. Elle était en effet assurée par les dots substantielles que les monastères exigeaient de leurs novices. Il est par ailleurs évident que l’importance de ces dots a défini plus strictement le caractère social du recrutement des couvents de nonnes et l’on comprend que cette pratique ait provoqué les protestations de Cellorigo qui s’étonnait que les hommes puissent entrer sans fortune au couvent alors que les femmes n’y accédaient qu’au prix d’excesivas dotes91.

  • 92 A.H.P.V., Leg. 68, fol. 671 et 701.
  • 93 A.H.N., Clero, Leg. 7910.
  • 94 A.H.P.V., Leg. 64, fol. 1284.
  • 95 A.H.P.V., Leg. 70, fol. 811.
  • 96 A.H.N., Clero, Leg. 7910, 7906.

97Car tel n’est pas en effet le seul lot de quelques monastères particulièrement recherchés par les filles qui abandonnent le siècle. Après 1550 les dots élevées concernent aussi bien le couvent de Jesús y María que celui de Santa Isabel, le monastère de Santa Maria de Belén que celui de Las Huelgas, les dominicaines de Santa Catalina de Sena que les cisterciennes de San Quirce. La dot dépassa très souvent 500 ducats. Elle atteint même 850 ducats dans le cas de Doña Francisca de Zúñiga, 1 000 ducats dans celui de Doña Margarita de Cartagena qui ont pris l’une et l’autre l’habit chez les bénédictines de Las Huelgas en 157392. C’est une dot de 1 050 ducats grossie du trousseau et d’une rente annuelle qu’apporte en 1519 au couvent de Santa Isabel la jeune Doña María de Arieta âgée de seize ans93. Ce sont, dès 1574, 1 000 ducats que Francisca Manrique apporte aux cisterciennes de San Quirce. Et si Doña Antonia de Velasco y Carrasa n’offre en 1569 qu’une dot de 300 ducats au couvent de Las Huelgas, il est prévu qu’elle conservera la jouissance de sa part d’héritage et que le couvent en sera après sa mort le légataire94. L’habitude s’est instaurée de percevoir un droit d’entrée en plus de la dot. Ce droit traditionnel, destiné au repas, à la collation qui accompagne la réception de la novice et à la cire nécessaire à la cérémonie, paraît s’élever beaucoup, jusqu’à 200 ducats et il est possible qu’il ait été particulièrement important lorsque l’origine sociale de la novice ne donnait pas toute satisfaction à la communauté. Il est amusant de constater en effet que les filles d’un très haut personnage, Don Martín Enríquez, vice- roi de la Nouvelle Espagne, furent parmi les moins généreuses : lors de leur entrée à Las Huelgas, Blanca et Luisa n’apportèrent que 300 ducats chacune en 1576 et 1577. Il est vrai qu’elles étaient aussi pourvues chacune d’une rente annuelle de 12 000 maravédis pour leurs nécessités particulières95. Les franciscaines de Santa Isabel, et celles de Santa Clara furent plus exigeantes en 1570 et 1563, respectivement, pour les filles du regidor de Valladolid Francisco de Espinosa ou pour celles du licencié Juan Moro, rapporteur du Conseil royal : 1 200 ducats pour les filles de Francisco, 2 000 ducats, plus les droits d’entrée et les rentes personnelles, pour celles de Juan96.

  • 97 A.H.N., Clero, Leg. 7907.
  • 98 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid.

98Il faudrait ajouter que ces monastères bénéficient assez fréquemment de legs très considérables, ainsi celui de Santa Isabel97. Aussi éprouve-t-on quelque peine à entendre les cris de misère poussés en certaines circonstances par les monastères. Les dominicaines de Santa Catalina de Sena qui pleurent famine et demandent une aumône au Conseil de Castille se distinguent cependant par l’importance des dots de leurs novices. Les moines de San Agustín, à les en croire, seraient en 1510 « pauvres et mendiants »98. Mais faut-il les croire ?

  • 99 A.M.V., Leg. 380 et A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301.

99Le couvent de San Francisco paraît cependant être demeuré fidèle au vœu de pauvreté. On a vu que Barthélemy Joly exceptait les franciscains des moines glorieux roulant carrosse. On constate que le couvent de San Francisco n’a pas de juros et probablement pas de censos. On ne lui connaît pas de propriétés d’importance. L’Ayuntamiento de Valladolid juge bon d’accorder annuellement une dotation en blé au monastère, vu l’extrême nécessité dont il souffre. Peut-être est-ce la raison pour laquelle la maison, qui rassemblait 120 religieux en 1532, n’en avait plus que 70 en 159199.

CONCLUSION

100Les exceptions (il dut y avoir d’autres couvents pauvres, peut-être, pour les femmes, San Felipe de la Penitencia), ne peuvent faire disparaître le fait essentiel : la richesse de l’Église. Cette richesse, à ce qu’il paraît, s’est accrue en cours du siècle : les dots, les legs des personnes pieuses, le soin avec lequel les majordomes des monastères géraient leurs biens, faisaient rendre gorge éventuellement aux débiteurs, autant de raisons de cet enrichissement dont l’extension de la propriété foncière et l’achat de rentes sont les effets visibles. On comprend mieux alors l’orientation particulière du recrutement ecclésiastique en fin de siècle que j’ai cru devoir signaler. Les monastères en particulier deviennent le refuge d’une caste qui s’appauvrit et qui cependant refuse tout à la fois le travail et les responsabilités. C’est bien ainsi qu’ils seront dénoncés par les arbitristas du siècle à venir et par nombre d’ecclésiastiques dont, par exemple, le Père Fernández Navarrete.

101Cette richesse a pu aussi éveiller quelques germes d’anticléricalisme. Ils ne sont pas absents de l’œuvre de Cellorigo malgré les sentiments sincèrement religieux de l’avocat. Et les fondateurs de majorats prennent toutes les précautions pour que ces majorats ne soient jamais la proie d’une église ou d’un couvent.

102Mais ce n’est qu’un arbre, et la forêt demeure, un paysage dont la foi catholique est la couleur dominante. Cette uniformité est une solidarité première assez forte pour faire devant le monde l’unité d’une société.

Notes

1 Lucien Febvre, Le problème de l’incroyance au xvie siècle, p. 362 et 370

2 A.H.N., Inquisiciôn, Leg. 2124, pièce 9..

3 Exemple : A.H.P.V., Leg. 52, fol. 620.

4 A.H.N., Clero, Leg. 7794.

5 A propos des pauvres voir infra, livre III, chap. III.

6 A.H.P.V., Leg. 30, s.f. ; Leg. 35, fol. 210 ; Leg. 37-II, fol. 372.

7 A.H.P.V., Leg. 39, fol. 650 ; Leg. 769, fol. 144.

8 A.H.N., Clero, Leg. 7789.

9 A.H.N., Clero, Leg. 7712 ; 7715 ; 7813 ; 7856. Voir dans le même sens l’intéressant testament d’Isabel Díez, épouse du pelletier Pedro Gutiérrez. A.H.P.V., Leg. 50, fol. 1320.

10 A.H.P.V., Leg. 35, fol. 184 ; Leg. 69, fol. 145 ; Leg. 52, fol. 620.

11 Lucien Febvre, op. cit., p. 371 et suiv.

12 Par exemple A.H.P.V., Leg. 35, fol. 291 ; Leg. 36, fol. 332.

13 Exemples : A.H.P.V., Leg. 35, fol. 305, 853.

14 Ainsi : A.H.P.V., Leg. 35, fol. 592.

15 A.H.P.V., Leg. 33, fol. 55 bis, 83, 96, 104, 125, etc.

16 A.H.P.V., Leg. 33-II, fol. 52.

17 A.H.P.V., Leg. 485, fol. 570.

18 A.M.V., Leg. 5, n° 13 ; Leg. 377, n° 20 ; A.R.C.V., Esc. Vaquero, Env. 259.

19 A.M.V., Leg. 6, n° 21.

20 Lucien Febvre, op. cit., p. 377.

21 Archivo parroquial de Cabezón, Livre de Baptêmes, n° 3.

22 A.M.V., Livres d’Actes, 16 juillet 1599.

23 Luis de Mercado, El Libro de la peste, p. 217.

24 Martin Gonzalez de Cellorigo, op. cit., p. 9 à 11.

25 Voir infra, livre III, chap. v.

26 Marcelino Menéndez Pelayo, Historia de los heterodoxos españoles, t. V, p. 398 ; Lucien Febvre, op. cit., p. 213.

27 A.H.N., Inquisiciôn, Leg. 4442, fol. 17..

28 Évidemment Marcel Bataillon, Erasme et l’Espagne. A propos du sillage d’Érasme à Valladolid, voir infra, livre III, chap. vi.

29 Évidemment Marcel Bataillon, Erasme et l’Espagne. A propos du sillage d’Érasme à Valladolid, voir infra, livre III, chap. VI.

30 Voir notamment les diverses relations des autos de fé de Valladolid. B.N.M., Section Manuscrits, G 115, fol. 9 et G 209, fol. 67 et 109. A propos de l’influence des idées de Luther, voir l’excellente mise au point d’Augustin Redondo, « Luther et l’Espagne de 1520 à 1536 », dans Mélanges de la Casa de Veldzquez, t. I, Éd. E. de Boccard, Paris, 1965..

31 A.H.N., Clero, Leg. 7867.

32 A.H.N., Clero, Leg. 7863.

33 A.H.P.V., Leg. 39, fol. 650.

34 Voir infra, livre III, chap. m.

35 Par exemple A.H.P.V., Leg. 53, fol. 1249.

36 A.H.P.V., Leg. 38, fol. 211.

37 Martín González de Cellorigo, op. cit., p. 2, 3, 57, 59.

38 A.G.S., Estado, Leg. 183, fol. 307.

39 Lucien Febvre, op. cit., p. 443.

40 A propos de tout ceci voir A.H.N., Inquisición, Leg. 2136, pièce 7 et B.N.M., Section Manuscrits, G 209.

41 Laurent Vital, op. cit.

42 Barthélemy Joly, op. cit.

43 Voir supra, livre I, chap. VI.

44 A ce sujet voir surtout Don Manuel de Castro Alonso, Episcopologio Vallisoletano, Valladolid, 1903.

45 A.H.N., Clero, Leg. 7709.

46 Documents intéressants dans A.H.N., Clero, Leg. 7709 et Codex 898 b.

47 A.H.N., Clero, Leg. 7707.

48 A.H.N., Clero, Codex 1174 b.

49 A.H.N., Clero, Leg. 7865.

50 A.H.N., Clero, Leg. 7702.

51 A.G.S., Estado, Leg. 184, fol. 288 et Don Manuel de Castro Alonso, op. cit.

52 Voir infra, livre III, chap. III.

53 Narciso Alonso Cortés, Bol. de la Soc. Cast. de Exc., t. I, p. 112.

54 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid, fol. 43.

55 Ibid., fol. 22.

56 A.H.N., Clero, Lib. 17308.

57 A.H.N., Clero, Leg. 7706, 7938, etc.

58 Voir par exemple A.H.N., Clero, Leg. 7857, 7941 : diverses sentences rendues par les alcaldes de Valladolid en faveur des dominicains ou des hiéronymites : 1518, 1525, 1535, 1543, 1545, 1552, etc.

59 Voir notamment A.M.V., Livres d’Actes, 10 février, 13 mars et 15 novembre 1503 ; A.M.V., Leg. 376, n° 5 ; A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid ; B.N.M., Section Manuscrits, n° 18654, 75.

60 Le système peut se déduire des explications données dans A.H.N., Clero, Leg. 7859. Voir également la définition des tercias donnée par Ramón Carande, op. cit., p. 238.

61 A.H.N., Clero, Leg. 7859, 7711.

62 A.H.N., Clero, Leg. 7859, 7862, 7865, 7711, 7938.

63 A.H.N., Clero, Leg. 7865. Le revenu de Nuestra Señora del Prado serait comparable. Voir Leg. 7938.

64 Ainsi A.H.N., Clero, Leg. 7862.

65 A.G.S., Mercedes y Privilegios, Leg. 346, fol. 20 ; A.H.N., Clero, Leg. 7935, 7939.

66 Don Manuel de Castro Alonso, op. cit.

67 A.H.P.V., Leg. 484, fol. 457 ; A.H.N., Clero, Leg. 7794.

68 Voir par exemple A.H.P.V., Leg. 58, fol. 206.

69 Le tableau a été composé à l’aide des documents de A.H.N., Clero, Leg. 7907, 7909, 7910 ; 7904, 7906 ; 7794, 7795, 7796 ; 7845, 7846 ; A.H.P.V., Leg. 61, fol. 1, 1431 ; Leg. 62, fol. 498 ; Leg. 64, fol. 30 ; Leg. 66, fol. 50 ; Leg. 69, fol. 1327.

70 Plusieurs exemples de vocations de ce genre en quelques mois durant l’année 1584 : A.H.P.V., Leg. 571, fol. 171, 175, 190, 206.

71 A.H.N., Clero, Leg. 7794.

72 A.H.P.V., Leg. 70, fol. 811 ; Leg. 71, fol. 991.

73 A.H.P.V., Leg. 70, fol. 1284.

74 A.H.P.V., Leg. 1 et 2.

75 A.M.V., Leg. 6, n° 21.

76 A.H.P.V., Leg. 490, fol. 56 ; Leg. 491-III, fol. 13.

77 A.H.N., Clero, Lib. 17545.

78 Pour les exemples précédents voir dans l’ordre : A.H.P.V., Leg. 951, fol. 234 ; Leg. 54, fol. 51 ; A.H.N., Clero, Leg. 370 et Lib. 17298.

79 A.H.N., Clero, Leg. 7705.

80 A.H.N., Clero, Leg. 7712 et 7702.

81 A.H.N., Clero, Leg. 7710.

82 A.H.N., Clero, Leg. 7938.

83 A.H.N., Clero, Leg. 7859, 7863.

84 A.H.N., Clero, Leg. 7870, 7871.

85 A.H.N., Clero, Leg. 7861, 7869, 7871, 7875.

86 Voir supra, livre II, chap. III.

87 A.H.N., Clero, Leg. 352.

88 On trouvera le détail de ces juros et la date de leur acquisition dans A.H.N., Clero, Leg. 7938.

89 A.H.N., Clero, Leg. 7708.

90 Voir supra, livre II, chap. IV, p. 263.

91 Martín González de Cellorigo, op. cit.

92 A.H.P.V., Leg. 68, fol. 671 et 701.

93 A.H.N., Clero, Leg. 7910.

94 A.H.P.V., Leg. 64, fol. 1284.

95 A.H.P.V., Leg. 70, fol. 811.

96 A.H.N., Clero, Leg. 7910, 7906.

97 A.H.N., Clero, Leg. 7907.

98 A.G.S., Cámara de Castilla, Sección Pueblos : Valladolid.

99 A.M.V., Leg. 380 et A.G.S., Dirección General del Tesoro, Leg. 1301.

Table des illustrations

Titre Revenus des prestamos de San Pablo en 1542
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/171/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Le recrutement social dans les couvents de femmes
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/171/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter