Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des toxiques invisibles

 | 
Jean-Noël Jouzel

Première partie. D'un effet salle blanche à l'autre : la dilution des éthers de glycol aux États-Unis

2. Le premier effet salle blanche

Dénoncer une industrie au-dessus de tout soupçon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question des effets pathogènes des faibles doses d’exposition aux éthers de glycol n’est pas restée confinée dans les arènes politico-administratives aux États-Unis. Au début des années 1990, elle a donné lieu à une brève mobilisation collective, dont le but fut de dénoncer les dangers des éthers de glycol présents dans les salles blanches des industries du secteur des semi-conducteurs dans la Silicon Valley, en Californie. Les salles blanches, où sont fabriquées les puces électroniques, sont des espaces de travail caractérisés par la présence d’un grand nombre de substances de synthèse à de très faibles concentrations. Au milieu des années 1980, certaines travailleuses des salles blanches se plaignirent de subir un nombre anormalement élevé de fausses couches. Ces protestations furent à l’origine d’une controverse sur l’« effet salle blanche » qui ne trouva sa conclusion provisoire que quelques années plus tard, au moment où les éthers de glycol auxquels étaient exposés les trav...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540