Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des toxiques invisibles

 | 
Jean-Noël Jouzel

Première partie. D'un effet salle blanche à l'autre : la dilution des éthers de glycol aux États-Unis

1. Les maux et les doses

La toxicologie et la méconnaissance des maladies professionnelles aux États-Unis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les premières alertes relatives à la dangerosité des éthers de glycol pour les travailleurs ont été lancées aux États-Unis, au début des années 1980, à la suite de publications démontrant leur effet néfaste sur les fonctions de reproduction de souris et de rats. L’objet de ce chapitre est de faire le récit de cette mise en alerte et de ses conséquences sur le contrôle des éthers de glycol aux États-Unis. Il est également de restituer le contexte politique dans lequel évoluent les acteurs qui se mobilisent pour rendre visibles les relations causales entre environnement et santé. Aux États-Unis, la science occupe une place particulièrement centrale dans les politiques fédérales de contrôle des substances toxiques, qui s’appuient de façon massive sur un instrument permettant de révéler les effets pathogènes des substances toxiques : les tests de toxicité in vivo. Ces derniers, réalisés par des toxicologues sur des animaux de laboratoire, ont légitimé l’apparition au cours du second xxe...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540