Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Défis contemporains de la parenté

 | 
Enric Porqueres i Gené

Première partie. Cadres et enjeux juridiques des nouvelles parentés

L’inviolabilité de la maternité

Pourquoi le don d’ovocytes n’est-il pas autorisé en Norvège ?

Marit Melhuus

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Parmi les différents aspects de la loi norvégienne régulant l’utilisation de la biotechnologie à des fins médicales1, un en particulier attire l’attention2. Le paragraphe 2-15 concernant l’usage et la réimplantation d’ovocytes fertilisés stipule : « Les ovules fertilisés ne peuvent être utilisés que pour la réimplantation chez les femmes à qui ils ont été prélevés. » Le paragraphe 2-18 au sujet de l’interdiction du don d’ovules énonce quant à lui : « Le don d’une femme à une autre d’un ovocyte ou d’une part de celui-ci est interdit3. » Depuis le vote en 1987 de la première loi sur la conception assistée, la régulation du don d’ovocytes a été constante en Norvège4 : celui-ci ne peut pas être envisagé, ce qui contraste fortement avec le cas du don de sperme.

Dès les toutes premières discussions concernant la législation sur l’insémination artificielle avec donneur en 19535, la question de l’anonymat du donneur a suscité de nombreuses interrogations (Melhuus, 2003, 2000). Cependant, à l...

Auteur

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540