Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ouvriers en grève. Tome 1

 | 
Michelle Perrot

Première partie. Le mouvement des grèves

Chapitre V. Les obstacles à la rationalité économique de la grève

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

I. LE POIDS DE LA CONJONCTURE : PATRONS ET OUVRIERS DEVANT LA DÉPRESSION

Le climat de la grève est la prospérité : la tiédeur du printemps, le feu de la « presse » lui sont favorables. C’est pourquoi son développement a été, après 1896, si vigoureux. A la tendance séculaire, au trend fondamental de croissance, s’ajoute l’impulsion d’un nouveau Kondrarieff de hausse. Tous les mouvements, long et court, s’épaulent. Avant 1896, à l’inverse, les pulsions sont contradictoires : le poids de la conjoncture déprime, infléchit l’élan ouvrier, le réduit à la défensive : Le « refus des bras » perd toute portée quand s’accroît la cohorte des sans-travail. La hardiesse ouvrière de prospérité a pour contrepoint le repli de la stagnation ; à l’image combative, fière et conquérante du gréviste, du producteur, fort de son rôle et sûr de ses droits, se surimpose la physionomie courbée, craintive et humiliée du chômeur.

1. ASPECTS DE LA DEPRESSION

De 1871 à 1890, la croissance globale de l’industrie fran...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable