Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ouvriers en grève. Tome 1

 | 
Michelle Perrot

Première partie. Le mouvement des grèves

Chapitre III. Les grèves de 1864 à 1890. Analyse diachronique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La plupart des histoires du mouvement ouvrier escamotent la période 1871-1890, temps obscurs, décrits comme ceux de l’immobilisme et du désarroi, de l’aliénation et de l’errance.

Pareille méconnaissance mériterait réflexion critique. Les raisons documentaires ne l’expliquent pas totalement. Elle provient d’une double conjuration : celle de la peur et du préjugé. La Commune vaincue, les contemporains ont cherché l’oubli. Ils ont voulu croire qu’ « il n’y avait pas », en effet, « de question sociale » et que les ouvriers, amoureux de la République, seraient sages. Pour se rassurer, ils ont cherché à minimiser les mouvements. Ils ont tenté de trouver à l’agitation sociale des explications exogènes — le meneur, l’étranger — ou pathogènes : l’alcool, le sang, l’hérédité, la folie urbaine... Les peintures naturalistes les plus fortes sont encore une manière de masquer la réalité, à laquelle le grand Zola n’échappe pas.

Le second obstacle, d’ordre historiographique, tient au privilège accord...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540