Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le sexe politique

 | 
Éric Fassin

Deuxième partie. Le genre au travail

4. Cultures de l’homosexualité

Gay New York et l’historiographie gaie et lesbienne aux états-Unis1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Roy Cohn est un homme, Henry, un hétérosexuel qui se tape des mecs. » À Broadway, dans les années 1990, qu’ils soient homosexuels ou non, les spectateurs de la pièce Angels in America (« une fantaisie gaie sur des thèmes nationaux ») s’esclaffent en entendant la réplique2. Face à son médecin, le Roy Cohn fictif ne persiste-t-il pas contre toute évidence à nier son homosexualité, alors même qu’il se découvre atteint du sida ? C’est un rire vengeur : dans les années 1950, le Roy Cohn historique, qui succombera effectivement en 1986 à la « maladie gaie », avait été, aux côtés de Richard Nixon, l’une des figures les plus malfaisantes du maccarthysme. Or, l’historiographie homosexuelle a exhumé un pan oublié de cette histoire : la répression n’était pas moins homophobe qu’anti-communiste. C’est que les « pervers » apparaissaient, à Joseph McCarthy et à ses pareils, aussi dangereux que les « traîtres », quitte à les confondre parfois dans une même dénonciation3. Roy Cohn devient donc au...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540