Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le gouvernement des corps

 | 
Didier Fassin
, 
Dominique Memmi

Deuxième partie. La production sociale des corps

Proximité avec le corps malade des détenus

La participation des prisonniers aux soins

Marc Bessin et Marie-Hélène Lechien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En prison, l’emprise de l’État sur les corps et sur la santé semble totale. Mais s’il s’agit d’un lieu où tout est réglé par l’État, les formes habituelles de régulation qui s’élaborent en son nom (droit ordinaire, institutions, etc.) en ont longtemps été absentes. La politique dite de « décloisonnement » de l’administration pénitentiaire, caractérisée par l’ouverture des prisons à des intervenants extérieurs à cette administration1, vise à introduire ces régulations traditionnelles au sein de l’institution carcérale, espace opaque et arbitraire. C’est en ce sens qu’une grande partie des recherches menées en sociologie carcérale est traversée par une question récurrente : la prison correspond-t-elle encore au concept d’institution totale, élaboré par Erving Goffman2 ? Question qui se pose notamment depuis que le gouvernement des corps des détenus et leur prise en charge sanitaire ont été réformés par la loi du 18 janvier 19943, qui repose sur deux grandes mesures : d’une part, le pr...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540