Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Critiquer

 | 
Pascale Haag
, 
Cyril Lemieux

Deuxième partie. Montrer l’erreur

Au pas léger de la servante

Savoir des images, savoir excentrique

Georges Didi-Huberman

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire de l’art comme savoir local ou mineur

Comme son nom l’indique, l’histoire de l’art est l’histoire d’un objet particulier. Particulier, d’abord, au sens où l’objet de cette histoire n’est qu’un objet limité : qui prétendrait retrouver, dans une œuvre d’art ou dans une image, le tout de ce qui fait une société à un moment de son histoire ? Mais sa particularité lui vient aussi du fait qu’il résiste aux tentatives de définition : qui nous dira un jour ce qui fait le tout de l’art ? L’histoire de son côté, comme son nom l’indique – ou, plutôt, comme l’indique son absence de spécification –, est, en droit, l’histoire de toute chose. L’histoire de l’art apparaîtra donc, de ce point de vue, comme une discipline locale dans le contexte global de tout ce qui, livré au devenir ou à l’altération, à l’évolution ou aux révolutions, relève d’une historicité. Si l’on accepte de suivre un instant le vocabulaire de Gilles Deleuze et Félix Guattari dans leur essai de cartographie du savoir ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540