Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Critiquer

 | 
Pascale Haag
, 
Cyril Lemieux

Deuxième partie. Montrer l’erreur

Pour un usage critique des catégories en histoire

Jean-Pierre Cavaillé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire est description de l’individuel à travers des universaux.
Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, 1971.

On voudrait affronter ici un problème crucial de l’écriture du passé, auquel tout historien se trouve confronté : celui des catégories qu’il lui faut employer pour décrire les activités sociales et les entités collectives qu’il étudie. Deux conceptions semblent dominer en la matière, que l’on peut nommer respectivement réaliste et nominaliste (sans chercher, au-delà des termes, à établir un lien avec la célèbre querelle médiévale). Deux conceptions dont nous voudrions ici montrer qu’elles conduisent à des impasses. La première, qui n’est guère théorisée mais demeure sans aucun doute la plus pratiquée, consiste à faire comme si les catégories adoptées par l’historien devaient et pouvaient coïncider exactement avec la structuration et l’ordonnancement de la réalité historique étudiée. La seconde, que l’on peut aussi nommer « déconstructionniste » (et qui est, nous semble-t...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540