Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Évidence de l’histoire

 | 
François Hartog

Seconde partie. Évidences modernes

5. Le témoin et l’historien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le témoin et l’historien ? Le problème semble réglé depuis longtemps : pratiquement et épistémologiquement. Le témoin n’est pas un historien et l’historien, s’il peut être, le cas échéant, un témoin, n’a pas à l’être, et surtout ce n’est qu’en prenant ses distances par rapport au témoin (tout témoin, y compris lui-même) qu’il peut commencer à devenir historien. Être témoin n’a ainsi jamais été ni une condition suffisante ni même une condition nécessaire pour être historien. Mais cela, Thucydide déjà, nous l’avait appris. L’autopsie elle-même devait passer par le filtre préalable de la critique. Si l’on se déplace maintenant de l’historien vers son récit, la question devient : comment raconter comme si je l’avais vu (pour le faire voir au lecteur) ce que je n’ai pas vu et ne pouvais pas voir ? Vieilles questions qui n’ont cessé d’accompagner l’histoire et son évidence.

Puis, quand l’histoire en est finalement venue, au xixe siècle, à se définir comme science, la science du passé, elle...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540