Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Évidence de l’histoire

 | 
François Hartog

Seconde partie. Évidences modernes

2. Michelet, la vie, l’histoire

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’histoire de France est terminée. J’y mis la vie. – Je ne regrette rien. » Ainsi commence le dernier volume de l’Histoire de France, mis en vente en octobre 1867. Moins de deux ans plus tard, Michelet se met à rédiger la préface générale qu’il veut placer à l’ouverture de la réédition de l’ensemble par Lacroix, son éditeur. Pour lui, infatigable marcheur « d’âge en âge » et perpétuel voyageur en lui-même, c’est l’occasion d’embrasser le chemin parcouru dans l’espace de ces quarante années, de revenir sur sa méthode, sa charge, sa vocation d’historien. Plusieurs pages du Journal témoignent de ce travail de la réflexion, et, tout particulièrement, celle datée du 3 avril 1869 : « Effort insensé ? Non. Trouvé méthode : la vie d’abord, refaire la vie1. » La refaire suppose le souffle, la chaleur, la flamme, l’amour, les larmes aussi, les douleurs, la solitude et la fréquentation des cimetières. Prométhée ou Frankenstein, tel serait l’historien.

Depuis Thucydide en tout cas, il est un m...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540