Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Évidence de l’histoire

 | 
François Hartog

Première partie. Voir dans l'Antiquité

3. Voir et dire : la voie grecque de l’histoire

(VIe-IVe siècle av. J. -C.)

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’histoire, ou plutôt son écriture, commence en Mésopotamie à la fin du IIIe millénaire avec la monarchie d’Akkadé, qui est la première à unifier le pays sous son autorité et à faire appel à des scribes pour écrire son histoire1; si le Livre de l’Ancien Israël, tout entier habité par l’exigence de mémoire, se donne, fondamentalement, comme un livre d’histoire, qu’en est-il alors des Grecs ? quelle place leur assigner ? Logés dans leurs étroits cantons aux lisières de l’Orient, ne sont-ils que des « tard venus », eux que toute une longue tradition, reprise jusqu’à nous, n’a cessé pourtant de constituer en « premiers inventeurs » ? la Grèce n’a-t-elle pas été le lieu de tous les commencements, et donc aussi celui des débuts de l’historiographie ? Hérodote n’est-il pas, depuis la désignation cicéronienne au moins, le père de l’histoire ?2

Tard venus, ils le sont indiscutablement, eux qui d’ailleurs n’ont retrouvé l’écriture qu’au cours du viiie siècle av. J. -C. en adaptant l’alphabe...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540