Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Évidence de l’histoire

 | 
François Hartog

Première partie. Voir dans l'Antiquité

1. Les premiers choix

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Prononçant à Oxford une conférence sur l’écriture de l’histoire en Grèce, Ulrich von Wilamowitz, le grand philologue allemand, relevait qu’un tel sujet n’avait jamais été traité dans l’Antiquité, même si, bien entendu, on y avait écrit de l’histoire et si l’historien y était devenu un personnage passablement familier1 Alors que dans le monde oriental – mésopotamien, égyptien ou juif –, poursuivait Wilamowitz, avait paru très tôt une littérature incontestablement historique, mais sans historiens. L’historien, comme figure « subjective », est en effet l’absent de ces historiographies, à la différence de la Grèce, où Hérodote, narrateur-auteur, présent dès les premiers mots de la première phrase de ses Histoires, a pu justement être désigné comme « le père » de l’histoire. Mais, ajoutait-il encore, si les Grecs surent, dès le ve siècle av. J.-C., pratiquer une histoire avec historiens, ils ne purent parvenir à concevoir une histoire scientifique, qui dut, au total, attendre jusqu’au xi...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540