Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une catastrophe ordinaire

 | 
François Dedieu

Première partie. Alerte et risque scélérat

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pourquoi, malgré la diffusion des alertes météorologiques, les acteurs de la sécurité civile ont-ils interprété ce signal comme normal ? L’effet de surprise de la catastrophe de 1999 ne peut être associé ni à un dysfonctionnement de l’alerte météorologique, dont la procédure a été, au contraire, respectée à la lettre, ni à la faible probabilité d’occurrence du phénomène qui le rendait inconcevable aux yeux des acteurs. L’alerte a été ignorée en raison de l’apparence familière du phénomène. L’épisode de 1999 appartient à une catégorie de risques particuliers que nous qualifierons de « scélérats ».

Le risque scélérat, un danger dissimulé sous les apparences normales

À l’instar des « entreprises scélérates » étudiées par Erving Goffman (1973), le risque scélérat se définit comme un phénomène menaçant masqué sous les apparences normales1.

Le terme « scélérat » désigne génériquement des intentions criminelles qui sont masquées sous une apparence familière. Toute proportion gardée, la tempêt...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable