Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Devenir chercheur

 | 
Moritz Hunsmann
, 
Sébastien Kapp

Troisième partie. Le jeune chercheur face à ses écrits

Penser l’écriture de la science

Maryvonne Charmillot

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De quoi parle-t-on quand on parle d’écriture de la science ou d’écriture scientifique1 ? Ce genre existe-t-il, et si oui, qu’est-ce qui le caractérise ? Si l’on se place, par exemple, du point de vue de la physique ou de la chimie, une réponse rapide et sans équivoque peut être apportée, qui réfère à l’écriture scientifique des nombres : un chiffre de 1 à 9, suivi éventuellement d’une virgule, augmenté d’un signe de multiplication ainsi que d’une puissance. La masse de la Terre s’écrira ainsi 6,4 × 10 puissance 24. La réponse à cette question de l’écriture scientifique est-elle plus complexe dans le champ des sciences humaines ? Le premier élément de réponse à mettre en avant est qu’il n’y a pas une forme ou un style d’écriture unique qui rassemble les recherches en sciences sociales, en raison, notamment, des différentes postures de recherche qui composent le paysage épistémologique de ce champ. Il y a donc lieu, tout d’abord, d’examiner ces postures.

La référence dominante en matiè...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540