Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avant le genre

 | 
Emmanuel Désveaux

Troisième partie. L’Europe

15. « Parce que je le vaux bien »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Quelque vertueuse que soit une femme,
c’est sur sa vertu qu’un compliment
lui fait le moins plaisir.
Quand on la loue sur sa fidélité à son mari,
elle est toujours prête à vous dire :
quelle preuve en avez-vous ? »
Prince de Ligne, Pensées

Un tableau de la Renaissance italienne et, surtout, son précieux commentaire par Daniel Arasse vont nous permettre de mieux éclairer la signification du coffre. Il s’agit en l’occurrence de la Vénus d’Urbino, peint par le Titien en 1538 et d’un bref essai en forme de dialogue intitulé « La femme dans le coffre »1. On voit immédiatement en quoi, avec un tel titre, ce texte a pu attirer notre attention.

Mais d’abord, remettons-nous en mémoire la célèbre toile (Ill. 8) : on y voit une femme, nue, allongée, tenant un bouquet de roses à la main droite et portant la gauche à l’endroit de son sexe. Un petit chien dort à ses pieds. Elle est au premier plan et regarde le contemplateur de manière assez déterminée. Arasse écrit même « dominateur » (p. 145). Dans l...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540