Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avant le genre

 | 
Emmanuel Désveaux

Troisième partie. L’Europe

13. La femme et le coffre I

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Die Seele ist ein weites Land. » (« L’âme est un pays d’une vaste étendue. »)
Arthur Schnitzler

« L’esprit du don. »
Marcel Mauss

Nous ouvrirons ce nouveau chapitre à l’aplomb d’un texte infiniment plus connu que « L’équitation, sport haute couture » qui servait d’ouverture au précédent, en l’occurrence L’avare de Molière. La célèbre pièce comprend en effet un motif qui semble avoir échappé à la plupart de ses commentateurs1, alors même qu’il revêt une signification capitale. Or le motif en question se déploie de façon réitérative, en sourdine presque – ce qui explique le peu d’attention qu’on lui a prêté jusqu’ici –, entre le début du troisième acte et celui du quatrième acte, soit en son noyau même, là où se noue le drame sous-jacent à la comédie.

Qu’en est-il exactement ? D’une affaire de chevaux d’abord, puis, par dérivation, de carrosse. Harpagon voulant faire honneur à Marianne, la jeune femme qu’il convoite en mariage, souhaite l’accompagner dans son carrosse à la foire. Le tex...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540