Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avant le genre

 | 
Emmanuel Désveaux

Deuxième partie. L’Australie

7. L’inconcevable non paternité physiologique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ayant pris de la liqueur séminale d’un chien, qu’il avait fournie par une émission naturelle en assez grande quantité, j’observai que cette liqueur était claire et qu’elle n’avait que peu de ténacité [...]. L’ayant examinée au microscope sans y mêler de l’eau, j’y vis des corps mouvants presqu’entièrement semblables à ceux de la liqueur de l’homme. »
Buffon, Histoire naturelle, générale et particulière, 1752

En 1978, au terme d’un ouvrage entièrement consacré à la parenté australienne, Harold Scheffler écrit :

Nous avons vu que les catégories sociales australiennes sont, pratiquement de façon exclusive, des catégories de parenté. Leur articulation avec des conceptions cosmologiques, du moins en partie, s’effectue à travers des relations de « parenté » dont les cultures australiennes postulent l’existence entre les hommes et les êtres qui peuplent le temps du rêve. La « parenté » postulée entre humains et êtres du temps du rêve est, bien entendu, métaphorique. Et, cette parenté n’a ri...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540