Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie économique des Gouro de Côte d’Ivoire

 | 
Claude Meillassoux

Conclusion

Texte intégral

1L’interprétation théorique des phénomènes économiques s’accommode mal des limites imposées par l’étude d’une seule société.

2Le développement de l’économie traditionnelle en pays Gouro est faible et beaucoup d’institutions n’y apparaissent encore qu’à l’état d’ébauche. Les prestations des dépendants envers leurs aînés, par exemple, sont noyées dans une routine quotidienne et ne prennent pas l’aspect cérémoniel ou institutionnel qu’elles présentent dans les sociétés aristocratiques. L’incompatibilité de certains rapports économiques avec ceux fondés sur le statut personnel est beaucoup plus apparente dans les systèmes de castes. De même, la neutralisation des biens d’importation par l’aîné dans une société segmentaire correspond au monopole royal du commerce extérieur dans une société dynastique, etc.

3Un approfondissement de ces mécanismes devrait s’appuyer sur une étude comparative de sociétés semblables, et aussi de sociétés ayant atteint différents niveaux de développement. Une telle étude exigerait un classement des systèmes sociaux, non seulement selon leurs caractéristiques structurelles, mais encore dynamiques. Elle exigerait également une réduction théorique des phénomènes étudiés, sans laquelle les comparaisons risquent d’être arbitraires, car il est toujours possible de trouver des éléments isolés susceptibles d’étayer les hypothèses les plus hasardeuses, à partir de n’importe quelle population. Faute de pouvoir entreprendre ce travail, nous avons renoncé à donner à cette étude la dimension théorique et comparative qui lui manque.

4Par contre, nous avons tenté une comparaison des mécanismes économiques à différents moments de leur développement.

5L’histoire des contacts de la société gouro avec elle-même, puis avec les marchands de la savane, plus tard avec la colonisation et enfin avec l’économie de profit, montre que chaque système économique s’accompagne de relations sociales qui lui sont propres et qui ne sont pas toutes compatibles entre elles. Elle montre en même temps que la pénétration de l’économie d’auto-subsistance par le commerce, pins par le salariat, prive la société traditionnelle de son infrastructure économique et, par là même, de ses possibilités d’exister comme organisme social autonome.

6Primitivement, en effet, les déterminismes sociaux procédaient de la société elle-même, c’est-à-dire des rapports de ses cellules constituantes entre elles et avec le milieu naturel. Pendant toute la période de peuplement, des petits groupes, disposant de techniques rudimen-taires, s’installent librement sur des terres inoccupées et exercent chacun toutes les activités nécessaires à leur subsistance. Les rapports de parenté y apparaissent comme des rapports de production. Ils correspondent à une organisation sociale de la production qui rend le travail de chacun indissociable de celui de tous. Ils recouvrent un système de redistribution qui permet la répartition du produit commun entre tous les membres du groupe en fonction de leurs besoins et non de leur travail. Afin de maintenir l’équilibre fonctionnel de la cellule, les rapports de parenté s’étendent au-delà des strictes relations de consanguinité. Faute de spécialisation et d’échanges, les richesses n’ont qu’une valeur conventionnelle et leur utilité sociale est inséparable du rang de leur détenteur.

7La société gouro était en voie de se constituer par l’extension, à des groupes de plus en plus nombreux, des mêmes conventions, des mêmes signes de la richesse et des mêmes insignes de l’autorité.

8Par leurs rapports avec les marchands de la savane, les Gouro se trouvent néanmoins engagés dans les circuits commerciaux de l’Ouest Africain. A leur contact, les produits se transforment en marchandises et acquièrent, indépendamment du rang de leur détenteur, une valeur d’échange. Une tendance à la désarticulation des cellules constituantes semble en avoir été la conséquence, particulièrement dans la région la plus exposée aux échanges. Mais les effets du commerce restent limités. Les richesses nouvelles ne sont encore désirées que pour reproduire les structures anciennes. Dès qu’ils pénètrent dans les communautés, les biens étrangers sont neutralisés en tant que marchandises et reconvertis en trésors. Aucune spécialisation des activités n’apparaît. Les rapports marchands et les rapports de parenté s’excluent mutuellement. Le commerce est pris en charge par une ethnie étrangère, et les cadres sociaux de l’auto-subsistance ne sont pas radicalement affectés parmi les Gouro. En revanche, l’apparition de marchés organisés en réseaux offre aux habitants de la savane une forme diffuse d’encadrement politique, capable de contenir une population plus dense et plus diversifiée.

9Avec la conquête coloniale, les Gouro sont, tout à coup, privés de leur histoire. La colonisation ne se contente pas d’agir de l’extérieur, elle paralyse le commerce avec la savane, mobilise le travail des hommes à son profit et pénètre jusqu’à l’intérieur des cellules fonctionnelles en leur imposant des cadres politiques et juridiques, induits des structures traditionnelles, mais déformées et durcies. Dès lors, la société ne pouvait plus réagir, mais seulement subir. Elle ne fait, pendant cette période, que végéter et s’anémier derrière les barreaux de la colonisation.

10La disparition des contraintes coloniales lui permet de réapparaître comme organisme social vivant. La communauté lignagère se révèle capable de produire et de jeter sur le marché une marchandise de valeur. Mais sa réintroduction dans l’économie des échanges s’accompagne cette fois, d’une transformation du mode d’exploitation agricole qui provoque le relâchement progressif des rapports de parenté incompatibles avec les rapports de production issus de la valorisation du produit du travail. La terre devient objet de contrat et le pôle de nouveaux rapports sociaux entre employeurs et salariés, propriétaires et tenanciers, qui se substituent aux anciennes relations de dépendance personnelle.

11En écoulant son produit sur le marché international, le paysan gouro se soumet aussi à ses règles. Mais son incorporation dans le système capitaliste se fait par une démarche contradictoire. La création d’un secteur agricole commercial, qui brise les structures traditionnelles, en est la condition, au même titre que le maintien de ces mêmes structures qui sont seules capables de satisfaire aux besoins essentiels que le secteur capitaliste refuse de prendre à sa charge, afin, précisément, d’intégrer le travail familial dans son système d’exploitation. Les relations de l’économie de subsistance avec l’économie capitaliste deviennent, de ce fait, organiques, et non plus seulement périphériques, comme dans les cas précédents.

12Dans cette conjoncture, la persistance de l’ancienne société paysanne dépend moins du « conservatisme » ou de « l’adaptabilité » de ses membres, que de la place qu’elle occupe dans la société globale ; des fonctions provisoires et dégradées qu’elle est amenée à remplir dans ce système plus vaste ; des avantages encore durables, pour l’économie capitaliste, à maintenir vivant le secteur traditionnel pour mieux se nourrir de sa substance matérielle et humaine.

  • 1 G. Balandier, Sociologie actuelle de l’Afrique Noire, Paris, Presses Universitaires de France, 195 (...)

13Dès lors, en limitant nos observations à la société traditionnelle, nous limitons nos possibilités de l’interpréter. «... la société colonisée, sous son aspect urbain comme sous son aspect rural, et la société coloniale, forment un ensemble, un système » écrit G. Balandier, il faut « pour toute étude d’un seul élément, se référer à l’ensemble »1.

14L’ethnologie nous enferme, en effet, dans un cadre d’observation où seules les réactions de la société à des chocs ou à des stimulations extérieures sont perceptibles. Dans cette perspective étroite, la plupart des événements deviennent contingents.

15Mais où s’arrête cet ensemble auquel appartient aujourd’hui la société gouro ? Quelles sont les limites du système dont elle est devenue partie intégrante ? A quel niveau se situent les déterminismes qui agissent sur elle ?

16La situation coloniale ou post-coloniale est liée étroitement à des phénomènes d’ampleur mondiale, comme l’organisation du marché international des matières premières, l’aide aux pays sous-développés, ses formes et son affectation, ou plus précisément par la mise en application du traité de Rome, l’établissement d’une zone de libre-échange entre l’Europe et l’Afrique de l’Ouest, le contenu et l’application des accords de coopération, etc.

17A cette échelle, la société gouro devient minuscule et ne représente plus qu’une population parmi d’autres, soumise à des décisions d’ordre national et, à travers elles, à la pression uniforme de l’économie mondiale. Elle ne se préserve qu’en s’accrochant à l’agriculture vivrière, dernier retranchement de l’économie de subsistance. Mais son organisation communautaire est déjà en voie d’être désagrégée par la généralisation des échanges, la commercialisation des produits alimentaires et la spécialisation agricole. Autour des cultures de rapport, une paysannerie parcellaire tend à se constituer, encore enfouie dans d’anciennes structures et d’anciennes représentations qui masquent l’émergence d’une classe de propriétaires fonciers. Mais la nouvelle paysannerie saura reconnaître la nature réelle des rapports sociaux sur laquelle elle s’édifie à mesure que la main-d’œuvre salariée chassera les fils du pays vers la ville, que la concurrence des planteurs immigrés ruinera les exploitations autochtones et que les gros propriétaires privés exproprieront les communautés villageoises.

18Une autre issue ne dépend pas de l’évolution de la société gouro, désormais privée de ses assises concrètes et donc incapable de servir de levier à une politique nouvelle. Elle dépend d’options plus fondamentales, prises à un autre niveau, et que dictent encore les lointaines exigences du capitalisme international.

19Juin 1962.

LE PAYSAGE

LE PAYSAGE

PL. 1. — La savane près de Ziduho.

PL. 2. — La forêt sur la route des N’Goï.

LE VILLAGE

LE VILLAGE

PL. 3. — DOBAFLA : case traditionnelle d’un goniwuozā

PL. 4. — GONFLA : case moderne d’un planteur.

PL. 5. — ZÉRIFLA : cases et bd (à droite).

PL. 6. — BAZRÉ : le dogi.

PL. 7. — DUONFLA : greniers à riz (zi).

L’AGRICULTURE VIVRIÈRE

L’AGRICULTURE VIVRIÈRE

PL. 8. — DOBAFLA : barrière de protection d’une rizière contre les agoutis.

PL. 9. — ZIDUHO : vumbo (chap. iv, p. 114).

PL. 10. — ZIDUHO : manioc et bananiers associés.

PL. 11. — BAZRÉ : champs d’ignames sur brûlis de forêt.

LES OUTILS

LES OUTILS

PL. 12. — Petite houe (doba) des femmes (Ziduho).

PL. 13. —. Fer de l’ancien sabre d’abattis (simbla), (Dobafla).

PL. 14. — Grande houe (vă) des hommes (Ziduho).

LES INSTITUTIONS

LES INSTITUTIONS

PL. 15. — TIBEÏTA : le chef de tribu des Yas-sua de l’Est.

PL. 16. — BAZRÉ : les deux frères : l’aîné (āvnezā), à droite, et son cadet (āzuozā).

PL. 17. — Le repas des hommes (Bazré).

PL. 18. — Le repas des épouses (Duonéfla).

PL. 19. — La justice : le wiblimō siège au milieu du village (Duonéfla).

PL. 20. — La guerre : le vo, couteau à décapiter l’ennemi tué (Dobafla).

PL. 21. — Le travail communautaire : bo de jeunes filles pilant le café d’un chef (Duanzra).

LES MARCHÉS

LES MARCHÉS

PL. 22. — DINZRA : le chef de marché (flezā).

PL. 23. — GONFLA : les revendeuses se groupent par produits — ici, les marchandes de riz.

PL. 24. — ZANZRA : la parade des femmes.

PL. 25. — Villageois portant l’ancien bracelet d’ivoire des migone (Gonfla).

PL. 26. — Le degrele, qui annonçait autrefois le déplacement des fua ou migone.

PL. 27. — DOBAFLA : les bro (ou sōmpe).

PL. 28. — Pagne, dit kayane (Duonéfla).

PL. 29. — BANGAFLA : fua.

L’AGRICULTURE COMMERCIALE

L’AGRICULTURE COMMERCIALE

PL. 30. — Jeune manœuvre mossi sarclant le café (Bazré).

PL. 31- — ZIDUHO : séchage des cerises de café.

PL. 32. — ZUÉNOULA : achat du café par un traitant dioula.

PL. 33. — Un planteur et « notable » moderne, sa famille, sa case, sa voiture

(Canton V’nan).

DIVERTISSEMENTS

DIVERTISSEMENTS

PL. 34. — Le kia-kia (Zuénoula).

PL. 35 et 36. — Quelques-uns des masques de Zahuli (Tibeïta et Zuénoula).

Notes

1 G. Balandier, Sociologie actuelle de l’Afrique Noire, Paris, Presses Universitaires de France, 1955, p. 11.

Table des illustrations

Titre LE PAYSAGE
Légende PL. 1. — La savane près de Ziduho.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende PL. 2. — La forêt sur la route des N’Goï.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 606k
Titre LE VILLAGE
Légende PL. 3. — DOBAFLA : case traditionnelle d’un goniwuozā
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende PL. 4. — GONFLA : case moderne d’un planteur.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende PL. 5. — ZÉRIFLA : cases et bd (à droite).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende PL. 6. — BAZRÉ : le dogi.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende PL. 7. — DUONFLA : greniers à riz (zi).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 621k
Titre L’AGRICULTURE VIVRIÈRE
Légende PL. 8. — DOBAFLA : barrière de protection d’une rizière contre les agoutis.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 813k
Légende PL. 9. — ZIDUHO : vumbo (chap. iv, p. 114).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende PL. 10. — ZIDUHO : manioc et bananiers associés.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 821k
Légende PL. 11. — BAZRÉ : champs d’ignames sur brûlis de forêt.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre LES OUTILS
Légende PL. 12. — Petite houe (doba) des femmes (Ziduho).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Légende PL. 13. —. Fer de l’ancien sabre d’abattis (simbla), (Dobafla).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende PL. 14. — Grande houe (vă) des hommes (Ziduho).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre LES INSTITUTIONS
Légende PL. 15. — TIBEÏTA : le chef de tribu des Yas-sua de l’Est.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Légende PL. 16. — BAZRÉ : les deux frères : l’aîné (āvnezā), à droite, et son cadet (āzuozā).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 722k
Légende PL. 17. — Le repas des hommes (Bazré).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Légende PL. 18. — Le repas des épouses (Duonéfla).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende PL. 19. — La justice : le wiblimō siège au milieu du village (Duonéfla).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 810k
Légende PL. 20. — La guerre : le vo, couteau à décapiter l’ennemi tué (Dobafla).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende PL. 21. — Le travail communautaire : bo de jeunes filles pilant le café d’un chef (Duanzra).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 702k
Titre LES MARCHÉS
Légende PL. 22. — DINZRA : le chef de marché (flezā).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 607k
Légende PL. 23. — GONFLA : les revendeuses se groupent par produits — ici, les marchandes de riz.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 499k
Légende PL. 24. — ZANZRA : la parade des femmes.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende PL. 25. — Villageois portant l’ancien bracelet d’ivoire des migone (Gonfla).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende PL. 26. — Le degrele, qui annonçait autrefois le déplacement des fua ou migone.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende PL. 27. — DOBAFLA : les bro (ou sōmpe).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende PL. 28. — Pagne, dit kayane (Duonéfla).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende PL. 29. — BANGAFLA : fua.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre L’AGRICULTURE COMMERCIALE
Légende PL. 30. — Jeune manœuvre mossi sarclant le café (Bazré).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 801k
Légende PL. 31- — ZIDUHO : séchage des cerises de café.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 585k
Légende PL. 32. — ZUÉNOULA : achat du café par un traitant dioula.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Légende PL. 33. — Un planteur et « notable » moderne, sa famille, sa case, sa voiture
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre DIVERTISSEMENTS
Légende PL. 34. — Le kia-kia (Zuénoula).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende PL. 35 et 36. — Quelques-uns des masques de Zahuli (Tibeïta et Zuénoula).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/123/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 383k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable