Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie économique des Gouro de Côte d’Ivoire

 | 
Claude Meillassoux

Chapitre XIII. L’agriculture commerciale

Texte intégral

  1. — Le développement des cultures commerciales.
  2. La valorisation du produit agricole et le développement des échanges.
  3. La valorisation du travail et les nouveaux rapports de production.
  4. La valorisation de la terre et l’apparition de la propriété foncière.
  5. Persistance et dissolution de la société traditionnelle.

I. — LE DÉVELOPPEMENT DES CULTURES COMMERCIALES

1Des essais de culture du cacao furent entrepris, comme nous l’avons déjà mentionné, dès 1916 dans la Subdivision de Sinfra où furent installées cette année-là des pépinières. L’année suivante, des terrains étaient désignés dans plusieurs villages de la Subdivision pour être constitués en champs collectifs, mais sans succès pour les raisons que nous savons. En 1928, des essais de café sont entrepris dans la même Subdivision et prévus à Bouaflé et Zuénoula. C’est l’année suivante qu’apparaissent les premières plantations familiales autochtones dont la production fut très limitée tout le temps que dura l’exploitation du travail forcé. Elle était le fait des notables administratifs et des immigrants. Dans la zone forestière, à Bazré (fig. 14) par exemple, dans les autres villages N’Goï, ainsi que chez les Nana et les Bouavéré, les premières plantations apparaissent au cours des années qui précèdent la guerre de 1939. La majorité des parcelles sont alors minuscules sauf celles des notables. Pour Dobafla (Bouavéré), sur le territoire duquel réside une grosse colonie d’étrangers, on observe une croissance analogue des plantations exploitées par les immigrants. S’il faut en croire les cadastres de Ziduho et de Duonéfla — que les services agricoles estiment incomplets à plus de 30 % — l’apparition des cultures commerciales dans cette région serait plus tardive et très postérieure à l’abolition du travail forcé (fig. 15 et 16).

  • 1 Le rapport administratif du Cercle, dont nous tirons ces chiffres, donne 13 412 hectares cadastrés (...)

2Partout, en forêt comme en savane, la principale phase d’expansion des plantations autochtones se situe autour des années 1950-1951. Les chiffres globaux par Subdivision montrent qu’elle se poursuit ensuite à un rythme rapide jusqu’en 1957, dernier chiffre en notre possession. Dans la Subdivision de Bouaflé, la superficie des plantations cadastrées passe de 6 500 hectares en 1951 à 13 066 hectares en 1954 (dont 4 007 ha ouverts dans l’année) et à environ 18 000 hectares en 19571. Les plantations cacaoyères sont, en 1954, de 850 hectares (dont 250 ha défrichés dans l’année) et augmentent de 40 % (estimé) en 1957. Pour la Subdivision de Sinfra, nous ne possédons que les chiffres de 1957, soit 6 018 hectares de plantations dont 5 170 hectares de café et 848 hectares de cacao, compte non tenu des plantations non cadastrées. Selon le récapitulatif du cadastre de Zuénoula dressé en 1957, mais incomplet comme nous l’indiquions ci-dessus, le café occuperait dans cette subdivision 13 812 hectares et le cacao, 66,2 hectares.

3Dans cette première phase d’expansion, la superficie des plantations comptait plus pour le prestige que la production. Celle-ci pourtant augmente considérablement à partir de 1949-1950 comme en témoigne le graphique de la production de café de la Subdivision de Zuénoula établi d’après le rapport économique de 1955 (fig. 13, p. 313).

***

  • 2 Cette forme nouvelle de production concurrençait les plantations européennes et les privait, en fi (...)

4Le développement contemporain des cultures commerciales est hé à la mise en place d’une infrastructure économique nouvelle installée dans le cadre de la loi de 1946 d’équipement et de modernisation des territoires d’Afrique Occidentale Française. Son exécution en Côte d’Ivoire date des premières aimées de la décennie. Par elle était introduite, en particulier, la mécanisation des travaux publics qui délivrait les Gouro des corvées de route, mais qui exigeait aussi, pour être rentable, une production accrue. L’extension des Services de l’Agriculture et de la vulgarisation agricole encouragea chaque chef de famille à cultiver le café et le cacao. La réorganisation, sous l’égide de l’administration, des sociétés mutuelles ou de prévoyance rurale, l’apparition du crédit agricole, la fourniture de matériaux de construction à des prix modérés, l’installation de décortiqueuses à usage public, etc., furent autant de facteurs positifs grâce auxquels l’exploitation familiale des cultures commerciales allait pouvoir prendre son essor. Par toutes ces mesures, les individus cessaient d’être exploités comme travailleurs et la famille paysanne était admise à l’échelon le plus modeste de l’économie de profit2. En pays Gouro, les sociétés mutuelles furent l’instrument principal de cette politique.

5Elles sont le prolongement des Sociétés de Prévoyance, installées antérieurement dans chaque Subdivision, dont les statuts et les attributions furent transformés et élargis à partir de 1955 afin de les rendre enfin efficaces. Les deux plus actives des nouvelles Sociétés Mutuelles de Prévoyance Rurale (S.M.P.R.) sont, dans le Cercle, celles de Bouaflé et de Zuénoula qui jouissent des fonds du FIDES, à la différence de celle de Sinfra. La première fonctionne depuis novembre 1955, exactement un an avant le démarrage de la seconde. L’affiliation est obligatoire pour tous les imposables des deux sexes (hommes et femmes valides de 15 ans et plus) qui sont tenus de verser une cotisation annuelle de 500 francs C.F.A dans la Subdivision de Bouaflé et de 300 francs C.F.A. dans celle de Zuénoula, exigible en même temps que les impôts. L’assemblée générale est composée de délégués primaires élus à l’échelon du Canton, à raison de un au moins par village et par tranche d’habitants supérieure à 500. Ces délégués élisent le conseil d’administration auquel s’ajoutent les membres de droit : le commandant de Cercle, le directeur de la coopérative (appointé), le représentant des services d’agriculture, celui des cantonnements forestiers et les conseillers territoriaux. A Sinfra, le commandant de Subdivision est président de droit de la Société de Prévoyance Rénovée (S.P.R.) dont le conseil d’administration comprend, outre les membres de droit ci-dessus, d’autres choisis parmi les notabilités villageoises.

6Ces sociétés, et surtout les deux premières, participent, grâce au fonds du FERDES, à la fabrication et à l’entretien des pistes carrossables. Elles fournissent aux agriculteurs des prêts de campagne (essentiellement destinés à payer la main-d’œuvre salariée), d’habitat ou d’équipement, fournissent du ciment à moitié prix pour la construction des séchoirs à café et mettent des moto-décortiqueuses à la disposition des producteurs de café.

Une colonne représente la somme des plantations, chacune de ces dernières étant délimitée par les traits horizontaux.

Une colonne représente la somme des plantations, chacune de ces dernières étant délimitée par les traits horizontaux.

FIG. 14, 15, 16. — Age et superficie des plantations.

  • 3 Il s’agit toujours de francs C.F.A. (colonies françaises d’Afrique), sauf indication contraire. De (...)

7En 1957 la S.M.P.R. de Bouaflé a réparti pour 13 millions de francs3 de prêts de campagne à six mois, d’un montant de 10 000 à 30 000 francs et pour 6 millions de prêts à l’habitat, à trois ans. Elle a vendu 500 tonnes de ciment destiné à la fabrication de séchoirs à café mais utilisé surtout à crépir les cases. La S.M.P.R. de Zuénoula a distribué 2 060 000 francs de prêts de campagne sur un total disponible de 5 022 000 francs.

8Une des principales activités des S.M.P.R. est liée à la commercialisation des produits de traite. La vente du café et du cacao est libre et se fait coutumièrement par l’intermédiaire d’acheteurs dioula agissant pour le compte de traitants libanais ou européens. Le café est payé sur la base des cours quotidiens, mais dans beaucoup de cas les acheteurs ne sont pas rétribués et ne touchent aucune commission, leurs employeurs estimant qu’ils sont capables de se payer sur la fraude au poids, ou sur les prix, dont sont victimes les planteurs. Un des buts des S.M.P.R. était de mettre en place un système de commercialisation permettant aux paysans de vendre leurs produits dans de bonnes conditions, soit par l’achat au prix plancher du Fonds de Stabilisation avec ristournes en fonction du cours au jour de la vente des quantités groupées (expériences de Bouaflé), soit par la constitution de marchés rassemblant les gros traitants achetant en concurrence et sans intermédiaires les produits apportés par les planteurs (expérience de Sinfra), soit simplement par l’achat sur les marchés à un cours supérieur à celui consenti par les acheteurs dioula (expérience de Zuénoula). Au cours de la campagne 1956-1957, les S.M.P.R. ne parvinrent pas cependant à commercialiser plus de 800 tonnes pour l’ensemble du Cercle, sur une production évaluée à 3 500 tonnes ou plus.

9Plusieurs facteurs jouent contre les S.M.P.R., le premier étant leur assimilation à une initiative administrative de type colonial. Le planteur R.D.A. boycotte les mutuelles dont les membres, bien qu’élus, se recrutent essentiellement parmi les notables ex-» progressistes » de la période coloniale. La désignation des candidats reste, en effet, très marquée par le conformisme imposé au temps de la colonisation. Ces élus eux-mêmes ne vendent aux S.M.P.R. que des quantités symboliques car ils préfèrent, en définitive, réserver le gros de leur production à des traitants libanais, avec lesquels ils ont des accords de crédit, ou chez qui ils placent leur argent. Un autre phénomène, hé à la nature traditionnelle des transactions, joue ici également en faveur des Dioula et des Libanais. La vente d’un produit désormais aussi chargé de prestige que le café, ne peut se faire sans un minimum d’usage et de discussion. A cet égard les méthodes employées par la S.M.P.R. sont bien trop désinvoltes, réduisant le café, cette fierté du planteur, à une vulgaire marchandise. Les traitants orientaux s’adaptent beaucoup mieux aux cérémonies transactionnelles. Les longues discussions, en gouro, qu’ils entament avec les gros planteurs, consacrent l’importance de ceux-ci. Même si le prix final est moindre que celui qu’ils auraient obtenu de la S.M.P.R., ils ont reçu l’hommage que méritaient leur personne et leur produit. Les très petits producteurs, ou les femmes, qui ne vendent que les quelques kilogrammes donnés par leur époux pour avoir participé à la récolte et au portage, sont moins intimidés par les acheteurs dioula installés sur les marchés que par le Blanc.

II. — LA VALORISATION DU PRODUIT AGRICOLE ET LE DÉVELOPPEMENT DES ÉCHANGES

10Malgré ses limites, l’infrastructure économique nouvelle permit un spectaculaire développement de la production et, plus encore, elle lui fournit un débouché commercial.

11L’économie agricole gouro pénétrait par cette voie sur le marché mondial. Les produits de l’agriculture, traditionnellement sans valeur d’échange, devenaient des marchandises.

12Les cours, surtout à partir de 1951 pour le café (prix moyen du kilo — nu bascule : 109 francs) en faisaient également une source appréciable de profit, contribuant encore davantage à l’extension des plantations, surtout vers 1954, lorsqu’ils atteignirent le prix record de 159 francs le kilo pour le café et de 167 francs pour le cacao.

13Les planteurs disposaient désormais de revenus monétaires, et l’intrusion massive de la monnaie entraîna un développement des échanges qu’atteste l’importance grandissante du commerce dans le Cercle.

***

14Après la disparition de la plupart des marchés pendant la période coloniale, ceux-ci tendent aujourd’hui à se multiplier. Les plus actifs se trouvent encore dans la Subdivision de Zuénoula, où l’on en compte dix-huit, et aux chefs-lieux des deux autres Subdivisions où ils furent créés par l’administration.

15La commercialisation des produits d’importation européens ou d’origine soudanaise est la véritable fonction économique des marchés qui dépendent pour leur approvisionnement de centres commerciaux situés tous hors du Cercle. Les produits manufacturés proviennent de Bouaké, Daloa ou Gagnoa, le poisson séché de Mopti, les produits alimentaires domestiques de Trafesso (Subdivision de Mankono). Quelques produits d’artisanat sont fabriqués localement par les Dioula des bourgs ou dans certaines tribus gouro qui, grâce précisément au développement des échanges, trouvent un profit dans la fabrication d’objets délaissés par la majorité des autres. La poterie, la vannerie surtout et les textiles gouro s’introduisent ainsi sur le marché.

16Les produits d’importation appartiennent seuls aux circuits commerciaux. Ils sont achetés et parfois revendus à plusieurs reprises sur des marchés de redistribution comme Trafesso ou Zuénoula, avant d’atteindre les consommateurs sur les marchés locaux de diffusion. L’argent de ces transactions circule ainsi comme capital marchand. Ce commerce est exclusivement entre les mains des étrangers dioula. Les hommes vendent des marchandises européennes ou des produits de la savane comme le poisson séché. Les femmes dioula font le commerce de produits domestiques traités, comme l’huile de palme ou le beurre de karité, ainsi que celui de produits vivriers achetés en boutiques et revendus à la mesure, comme surtout le riz, à l’époque de la soudure. Ces revendeuses se groupent sur les marchés en fonction du produit qu’elles offrent.

17Autour des marchands et des artisans, qui occupent des espaces bien circonscrits au milieu des marchés, se tiennent par centaines les femmes Gouro, regroupées par village et venues apporter quelques produits des champs ou de collecte dont la vente participe tout au plus de l’échange mais non du commerce. Quelques tomates, plantains, ignames ou noix de cola, une poignée de chenilles séchées ou, plus rarement, un panier de riz étant le prétexte de leur séjour au marché, les villageoises ne s’en dessaisissent qu’avec parcimonie. Il leur plaît également d’exhiber le plus longtemps possible le fruit de leur travail. Le revenu des ventes éventuelles est quelquefois destiné au mari quand elles ont été chargées par lui de vendre du riz ou des ignames. Mais, le plus souvent, l’argent est instantanément utilisé à racheter d’autres produits de consommation et ne circule pas comme capital marchand.

18Les fonctions sociales et politiques traditionnelles des marchés, que nous avons décrites précédemment, sont encore dominantes, et ici encore certains obstacles s’opposent à la pénétration totale de l’économie monétaire. Les plus grosses transactions, impliquant des sommes élevées, c’est-à-dire dépassant quelques milliers de francs, n’ont pas heu autour des étals, mais entre hommes, sur la base de négociations. Pendant la traite, les acheteurs de café ne s’installent jamais au cœur des marchés, mais toujours quelque peu en dehors. Encore n’y achètent-ils souvent que de petites quantités, les plus gros achats se faisant aussi dans les villages après négociations.

19N’ayant qu’une fonction économique limitée mais, par contre, des fonctions sociales et politiques persistantes, la multiplication et l’extension des marchés n’est pas en corrélation absolue avec le développement des échanges qui se font largement hors d’eux.

***

  • 4 D’après les documents des P.T.T., des mandats et chèques postaux d’une valeur de 68 millions de fr (...)

20La place qu’occupe le commerce européen ou libanais est plus significative. En 1958 les documents fiscaux pour la seule Subdivision de Bouaflé enregistraient la présence dans le chef-lieu de douze magasins de détail, de neuf acheteurs de produits en gros et de neuf pompistes ; au total, plus de quarante entreprises commerciales patentées d’origine étrangère, dont les bénéfices sortent du pays4.

21Autour de ces entreprises commerciales, gravitent, toujours dans la Subdivision de Bouaflé, 190 petits commerçants, transporteurs et artisans patentés : 43 tailleurs — dont beaucoup sont Gouro ; 28 transporteurs de passagers ; 81 détaillants — tabliers dioula, anango, mossi ; 8 colporteurs ; 6 bouchers — peul et sénégalais ; 6 gargotiers ; 3 boulangers et un photographe — ashanti.

22En dépit de la ponction exercée par le commerce étranger, la circulation monétaire s’accroît également entre les mains des travailleurs et producteurs gouro. En 1955, d’après les chiffres de la Subdivision de Zuénoula, les ressources en argent liquide des paysans et salariés gouro auraient été d’environ 300 millions de francs, dont 100 millions de francs en salaires, soit 5 000 francs par habitant en moyenne. Ce chiffre est certainement plus élevé encore en 1958 et doit être majoré encore par les sommes mises à la disposition des planteurs par les organismes de crédit. De plus, cet argent est largement concentré en grosses sommes entre les mains des chefs de famille.

  • 5 D’après les recensements que nous avons entrepris dans cinq villages, il y aurait, en moyenne, une (...)

23La généralisation de l’usage de la monnaie et le choix croissant de marchandises offertes rendent déjà possible la spécialisation des activités : la monoculture des produits de la traite s’étend au détriment des occupations traditionnelles. De plus en plus, les paysans gouro dépendent, pour satisfaire leurs besoins, des échanges. Ils achètent désormais outils, vaisselle, poterie, textiles et déjà des produits vivriers. Le riz, ce produit noble, se transforme en marchandise. Les planteurs les plus riches font construire leur case par des artisans étrangers qu’ils rémunèrent et à qui ils fournissent ciment et tôles achetés dans le commerce. Le développement des échanges s’étend à des produits nouveaux : lampes à pétrole, mobilier en bois, moustiquaires, machines à coudre, bicyclettes5, etc.

24A mesure que le café et le cacao deviennent les ressources grâce auxquelles se satisfont tous les autres besoins, ils acquièrent une valeur grandissante et universelle et la valorisation de ces produits agricoles valorise en même temps chacun des facteurs de leur production : le travail et la terre.

III. — LA VALORISATION DU TRAVAIL ET LES NOUVEAUX RAPPORTS DE PRODUCTION

25Le recours croissant au salariat est une des caractéristiques majeures du nouveau mode d’exploitation agricole dans la période actuelle.

26Le cadastre de la Subdivision de Zuénoula, le plus récent, mais, rappelons-le, incomplet à plus de 30 %, recensait, en 1957, 1 894 saisonniers employés par 4 287 planteurs (soit une moyenne de 0,4 saisonnier par planteur) représentant 7,7 % de la population active totale portée au cadastre et comprenant les hommes et les femmes en âge de travailler, en plus de cette main-d’œuvre salariée. Chiffres d’ailleurs inégalement répartis selon les Cantons : dans celui de Zuénoula, où résident le plus grand nombre de planteurs étrangers, la moyenne est de 1,6 manœuvre par planteur contre 0,31 dans le Canton Mangourou ; 0,29 dans le Canton Ma ; 0,20 dans le Canton Niono et 0,12 dans celui de Bei. Les chiffres des autres Subdivisions nous manquent pour établir des comparaisons

27Ces chiffres ne permettent encore qu’une estimation incertaine, car ils ne tiennent pas compte de la durée de l’emploi qui varie très largement. On peut, à cet égard, distinguer trois contrats principaux : le contrat à la tâche, par lequel un ou plusieurs travailleurs sont embauchés pour accomplir un travail précis : débroussaillage d’une certaine superficie ; nettoyage d’une plantation, etc. Le salaire est débattu entre les parties et, une fois l’accord conclu, le ou les tâcherons accomplissent le travail à leur gré. Ils sont généralement nourris pendant la durée effective du travail et reçoivent leur salaire après exécution. Par le contrat à la journée, dont le taux varie entre 75 et 100 francs, nourri, le travailleur accomplit les travaux qui lui sont prescrits pendant cette durée conventionnelle. Le contrat mensuel (1 500 à 2 000 francs par mois, nourri, logé) s’applique à des salariés embauchés pour une partie de l’année et payés sur cette base, encore qu’ils puissent ne recevoir leur salaire qu’après la traite. Les salariés embauchés à l’année reçoivent à la fin de la période d’emploi, qui correspond à la fin des travaux sur les plantations, 10 000, 15 000 ou 18 000 francs selon leur vigueur. Ils sont nourris, logés et habillés, c’est-à-dire qu’ils reçoivent un pagne, un short ou une chemisette remplacés après usage.

28Les transformations apportées par l’emploi d’une main-d’œuvre rémunérée et ses implications sociologiques ne sont pas encore complètement dégagées de l’organisation sociale du travail fondée sur la parenté. Par les pratiques héritées de l’agriculture traditionnelle, cultures vivrières et cultures commerciales sont encore, en effet, étroitement associées ; ce sont les mêmes terres qui servent simultanément ou successivement aux unes et aux autres, ce sont donc quelques-unes des mêmes opérations (débroussaillage surtout, plantage des bananiers, récolte des plantes associées qui tient lieu de sarclage) qui entrent dans le processus de production des deux types de produits. Par ce biais, le travail accompli dans le cadre des prestations familiales ou villageoises est utilisé indirectement à la culture des plantes commerciales. Ce premier investissement, que représente en particulier le défrichement des terres, rend ensuite possible le recours à une main-d’œuvre rémunérée. Mais l’introduction du travail salarié dans l’agriculture introduit aussi de nouveaux rapports de production, incompatibles avec le travail prestataire, qui tendent à dissoudre l’organisation sociale qui repose sur lui et, en même temps, les liens de parenté qui en sont l’expression.

29Dans la période actuelle, travail familial et travail salarié coexistent encore et se combinent à divers degrés. Divers exemples nous permettront d’en juger et nous aideront à dégager quelques tendances.

***

30Siétinfla, qui se situe dans la région forestière au sud de Bouaflé, compte environ 360 habitants. Lors de notre passage, 27 planteurs employaient 60 manœuvres agricoles, proportion que nous n’avons rencontrée dans aucun des autres villages étudiés. Sur ces 27 planteurs, six d’entre eux nous ont été signalés comme les plus importants et les plus riches, au point de mériter, dans l’esprit de notre interprète, le titre de migone. Ils employaient ensemble 33 saisonniers.

31Le principal d’entre eux est Kwasi bi Yuzā, auquel est associé son frère cadet, Kwasi bi Zruzā. Nommé chef de tribu au temps de la colonisation, ancien membre du parti « progressiste », Yuzā est demeuré aujourd’hui dans ses fonctions. Il appartient au goni-wuo de Finëfla dont il est aussi goniwuozā. Il a six épouses, possède trois greniers et deux bâ. Son frère Zruzā, marié à quatre femmes, ne possède rien en propre, sinon ce que possède son aîné. Un troisième frère, moins étroitement associé au groupe des deux aînés, cultive ses plantations, mais contribue pour une part aux dépenses sociales de ces derniers, tel le paiement des amendes dues pour les adultères commis par les jeunes du lignage, par exemple.

32Les premières plantations de café furent entreprises dès 1934. En 1938, Yuzā bénéficiait du recrutement et employait des manœuvres au taux de 2 francs par jour. L’extension de ses cultures date de 1943 et va en progressant jusqu’en 1954 comme l’indique le tableau suivant établi d’après le cadastre de cette dernière année :

ACCROISSEMENT DES SUPERFICIES PLANTEES PAR KWASI BI YUZᾹ (cultures commerciales seulement)

ACCROISSEMENT DES SUPERFICIES PLANTEES PAR KWASI BI YUZᾹ (cultures commerciales seulement)

33En 1950, Yuzā employait huit manœuvres mossi et dioula. Ayant eu des difficultés à se procurer de la main-d’œuvre les années suivantes, il eut recours, à deux reprises, à des bo d’une trentaine d’hommes de son goniwuo, pour débroussailler de nouvelles terres. Ce recours à la coopération lignagère, me précise-t-on, ne s’impose qu’en cas d’insuffisance de la main-d’œuvre salariée et n’est utilisée que pour le débroussaillage.

34En 1957, Yuzā employait dix manœuvres permanents et n’a donc pas sollicité l’aide de ses dépendants. Cette année (1958) il a embauché quatorze manœuvres annuels. A cette main-d’œuvre s’ajoutent, pour certaines tâches seulement, ses dépendants directs, c’est-à-dire ses six épouses, les quatre femmes de son frère et occasionnellement quelques neveux (aucun des deux frères n’a encore d’enfants en âge de travailler), soit au total seize machettes et dix daba. Les femmes sont employées pour la cueillette et le portage de la récolte des plantations au village. Les manœuvres accomplissent, en outre, tous les travaux d’entretien sous la supervision des deux frères. En 1958, les quatorze manœuvres, payés sur la base mensuelle de 1 500 à 2 000 francs par mois, lui ont coûté, au total, 288 000 francs.

35Malgré ce coût et l’effectif de la main-d’œuvre, le rendement des plantations est bas. En 1956, Yuzā vendait 3 tonnes de café (soit un rendement de 175 kilogrammes à l’hectare productif pour les plantations de quatre ans et plus) au prix de 45 francs le kilogramme, lui procurant un revenu de 135 000 francs seulement. En 1957, la récolte, encore plus faible, s’est vendue cependant à un prix supérieur et lui a rapporté 375 000 francs. La récolte de l’année en cours sera sans doute meilleure.

36Sur la base de ces résultats, et même en ne considérant comme frais d’exploitation que les salaires versés, l’entreprise n’apparaît pas comme très profitable. Mais les deux frères disposent d’autres ressources. Parmi celles-ci figure, depuis deux ans, la vente en gros de produits vivriers et en particulier d’ignames (dont 5 tonnes ont été écoulées par la famille d’une des femmes de Yuzā sur les marchés des grandes villes), de 200 kilogrammes de riz vendus localement et de deux paniers de cola. Les deux frères perçoivent également les loyers d’une maison construite à Abidjan par Zruzā, durant son séjour comme tailleur en 1948, maison dont la construction revint à 500 000 francs et dont le rapport annuel est de 244 000 francs. En plus de ces revenus, Yuzā a bénéficié plusieurs fois de primes d’encouragement à la production dont le montant total s’élevait, en 1958, à 249 350 francs. Enfin, trois prêts annuels, remboursables à la traite, lui ont été accordés depuis 1956, soit une somme totale de 50 000 francs sur laquelle 40 000 francs ont été remboursés.

37Outre les salaires payés à ses ouvriers, Yuzā a dépensé 30 000 francs pour la construction d’un séchoir à café en ciment et 230 000 francs pour acheter avec Lupalo bi Kwasi, autre gros planteur du village, une moto-décortiqueuse qu’il loue dans les villages voisins. Il prévoit la construction d’une maison de rapport, sur les nouveaux lotissements de Bouaflé, d’un coût total prévu de 1 500 000 francs, dont la moitié serait financée à crédit. Ses obligations familiales et villageoises le conduisent à d’autres dépenses : entretien partiel d’un de ses fils boursier en France, construction d’une école en pisé pour les habitants de la tribu (soit le prix de vingt manœuvres pendant dix jours), construction d’une nouvelle case pour sa famille (15 000 francs) etc. (il n’a pas actuellement de fils à doter). En définitive, le budget des deux frères s’établirait grossièrement à peu près ainsi pour une année récente :

38Le cas de Yuzā et de son frère n’est pas général. C’est celui de cette minorité de notables qui doivent leur réussite économique à leur statut et à leur position administrative. Les chefs de lignages qui ne jouissent pas des mêmes privilèges n’atteignent pas à de tels résultats.

39Lupalo bi Kwasi, goniwuozā de Gonôfla, a commencé ses premières plantations en 1937. Kwasi est marié à cinq femmes (dont deux par lévirat) et il est père de sept enfants dont aucun n’a l’âge de travailler. Tous ses āzuozā, les cadets du goniwuo, sont mariés et cultivent leurs propres plantations. Deux d’entre eux seulement l’aident occasionnellement. Il a donc embauché, pour la première fois il y a dix ans, des manœuvres « pour remplacer ses frères mariés ». Il en emploie aujourd’hui quatre, dont les salaires s’élèvent globalement à 59 000 francs. Il a vendu en 1957, 1,5 tonne de café (210 000 francs) et 700 kilogrammes de cacao (46 500 francs). A ces rentrées s’ajoutent 15 000 francs de riz vendu au marché de Bouaflé par ses femmes. Son revenu annuel est donc de 271 500 francs. L’année précédente, il avait touché une prime de 15 000 francs et reçu un prêt, qu’il estime inintéressant, de 10 000 francs. Sur le plan strict de l’exploitation caféière le bilan, positif, est de près de 200 000 francs.

40Au même goniwuo appartient encore le cousin germain de Lupalo bi Kwasi, Zro bi Gore, dont le père, Kwame bi Zro, était, dit-il, le plus gros planteur du village. A la mort de Zro, ce fut Lupalo bi Kwasi qui hérita ses plantations, et Gore n’en conserva qu’une seule que son père lui avait remise de son vivant. Gore est aujourd’hui marié à trois femmes (sans enfants en âge de travailler) et cultive, avec l’aide de manoeuvres embauchés pour des périodes variables, des plantations de café et de cacao qui couvriraient, selon lui, 25 hectares. L’année précédente, en 1957, il a organisé un bo auquel ont participé quatorze hommes de son goniwuo pour débroussailler de nouvelles terres. Il a vendu, cette année-là, 3 tonnes de café à 140 francs le kilogramme (soit 420 000 francs de revenu), ainsi qu’un peu de riz (2 00  francs) et des poulets (9 000 francs). Il ne reçoit pas les dots des femmes de son goniwuo qui sont mariées par Lupalo bi Kwasi, mais, étant donné sa richesse, il contribue au paiement des amendes pour les adultères commis par les penu de Gonôfla. Gore s’est construit l’année passée une case en dur qui lui a coûté 80 000 francs.

41Dans ce même goniwuo, encore, on cite un troisième gros planteur, Gesā bi Loru, qui demeura six ans réfugié à Dimbokro où il travailla comme manoeuvre dans une maison de commerce. Son salaire de 4 000 francs par mois lui permit de rentrer au village à la mort de son père dont il prit la succession, avec 60 000 francs d’économies. Marié à deux femmes, Loru est aussi l’aîné de deux jeunes frères qui appartiennent à sa communauté et travaillent avec lui. Il cultive, avec l’aide de trois manoeuvres annuels (faute d’avoir pu en embaucher davantage), 4,5 hectares de café et 5,5 hectares de cacao. Il n’a jamais bénéficié du bo et il est tenu, au contraire, de travailler, lui ou ses dépendants, sur les terres de Lupalo bi Kwasi pour le débroussaillage ou les récoltes, sans réciprocité. Loru vend son café depuis 1954. Sa dernière récolte (1,5 tonne) et la vente de 5 000 francs de riz lui ont rapporté un revenu total de 215 000 francs. Il s’est fait construire en 1956 un séchoir à café, une case en dur, encore inachevée, qui lui a coûté jusqu’à présent 140 000 francs, une case en torchis pour ses deux frères (20 000 francs) et une douchière en ciment (5 000 francs). Ses frais d’exploitation sont très bas et se limitent aux salaires (environ 50 000 francs) et à l’outillage (1 000 francs par an).

42Les goniwuozā des deux autres groupes se situent dans une catégorie de revenus inférieure.

43Tra bi Golizro de Beligulizra est le mari de cinq épouses. Ses quatre dépendants sont tous mariés et ne travaillent plus qu’occasionnellement pour lui. Il emploie trois manoeuvres annuels mais ses plantations produisent peu : 700 kilogrammes en 1956 ; 500 kilogrammes en 1957, soit, pour cette année-là, 70 000 francs de recette contre 45 000 francs de frais de main-d’oeuvre. Il écoule par contre davantage de riz que les autres villageois : 14 000 francs en 1957. Ses revenus ne lui permettent pas de construire la case en dur qu’il convoite et, à défaut, il s’est seulement construit cette année une douchière en ciment (2 500 francs). Il n’a touché ni prime ni prêt.

44Enfin, Yāgoneti bi Kofi, goniwuzā de Gidizra, après avoir été métayer en Basse-Côte pendant la guerre, est revenu au village cultiver le café, aidé de ses six neveux et de ses trois femmes. Aujourd’hui que quatre de ses neveux sont mariés, il emploie trois manœuvres pour cultiver 7 hectares de café qui lui ont rapporté 80 000 francs en 1957, auxquels s’ajoutent 10 000 francs de riz et 12 000 francs de poulets soit, au total, 106 000 francs. Malgré ces faibles revenus, Kori s’est construit une case en dur d’une valeur de 300 000 francs. Lui non plus n’a reçu ni prime ni prêt.

45Par rapport aux autres villages que nous avons visités, Siétinfla représente un cas exceptionnel auquel il faut ajouter, pour donner une image plus représentative des conditions d’ensemble, l’exemple de nos trois villages-témoins qui n’ont pas tous atteint le même niveau de développement.

46La forte cohésion sociale qui caractérise Bazré se manifeste encore en ce qui concerne la culture caféière. Les principaux planteurs sont les goniwuozā et, pour Diazramō, les doyens des trois principaux segments que nous avions repérés. Mais la hiérarchie qui s’étabht entre eux sur cette base, si elle est conforme à la hiérarchie administrative, n’est pas exactement conforme au statut : Bolu bi Bia, chef de Canton, mais « fils » du chef de tribu, est le plus gros planteur. Il emploie sept manœuvres à l’année, pour lesquels il a fait construire une case spéciale, et dispose, parmi ses dépendants, de cinq hommes et six femmes. Ses plantations couvriraient, selon lui, 24 hectares dont 22 de cacao. La saison précédente Bia a vendu 2 tonnes de café et 1 tonne de cacao, soit un revenu global de 250 000 francs contre 168 000 francs de frais de main-d’œuvre. Il a entrepris la construction d’un wiblibā en dur qui lui coûtera environ 50 000 francs. Deux de ses dépendants mariés cultivent chacun une petite plantation produisant quelques centaines de kilogrammes qui sont vendus par Bia et comptés dans son chiffre de production. Son parent Gonekalo, chef de tribu et goniwuozā, a commencé à planter en 1947. Il emploie, depuis 1953, deux manœuvres annuels sur ses plantations et deux de ses dépendants mariés lui remettent le produit des leurs. Il a vendu, en 1957, 105 000 francs de café et 100 000 francs de cacao.

47L’aîné du troisième segment de Diazramō cultive 4 hectares de cacao et 5 hectares de café avec un seul manœuvre à l’année et à l’aide de ses dépendants pour les récoltes. Quatre d’entre eux cultivent des parcelles distinctes dont ils remettent, comme dans les cas précédents, le produit à leur aîné. La production totale s’est élevée en 1957 à une tonne de café et 700 kilogrammes de cacao. Tone s’est fait construire une case qui lui est revenue à 32 000 francs.

48Dans le goniwuo de Kwaïzramō, quatre des cinq adultes mariés cultivent chacun une plantation sans recourir à des contractuels et aident leur aîné à l’entretien de la sienne ; le produit global, soit une tonne en 1957, revient à l’aîné. La même formule se répète dans les deux autres goniwuo dont les doyens emploient également des tâcherons.

49La production caféière de Ziduho est moindre et ne fournit que des revenus plus faibles, toujours inférieurs à 100 000 francs, malgré le recours de la plupart des planteurs au travail des contractuels. Sur 40 planteurs, 20 ont utilisé, en 1958, 45 manœuvres au total, pour des périodes allant de quelques jours à l’année entière. La production est très décentralisée : chaque aîné de chaque dogi, la plupart des adultes et même des penu, cultivent à leur profit. Parmi les plus gros planteurs n’ayant pas rang d’aînés figurent les militaires pensionnés et quelques salariés de l’administration dont les revenus monétaires leur permettent d’embaucher des ouvriers agricoles.

50La situation est analogue à Duonéfla où l’on compte 11 planteurs principaux, aînés des dogi, et 34 jeunes planteurs, dépendants des précédents, mais gardant leur produit. Ils ont employé tous ensemble, en 1958, 10 manœuvres à temps dont les salaires, qui s’échelonnent entre 625 francs et 18 000 francs, représentent un total de 62 000 francs. Si le bo communal fonctionne, encore que rarement, au profit de la culture caféière, le bo familial n’est jamais utilisé pour les opérations strictement associées à celle-ci, mais seulement pour des tâches coutumières, comme le débroussaillage. Par contre, les jeunes planteurs ont recours au klala pour s’aider mutuellement sur leurs petites plantations.

***

51Si, d’après les exemples ci-dessus, le travail familial ou coopératif reste encore associé à la production agricole commerciale, nous voyons aussi qu’il tend à s’en détacher. Les relations sociales qu’implique le travail prestataire s’avèrent, en effet, incompatibles avec l’économie monétaire et de profit.

52Dans la communauté traditionnelle, nous l’avons vu, le principal de la production retourne aux producteurs sous forme de nourriture, tandis que le reste du travail s’incorpore dans des biens de prestige remplissant un rôle spécifique et déterminé dans les règlements matrimoniaux. Une très faible part d’entre eux est détruite à l’occasion des funérailles et enterrée avec le mort. Bien que représentant une somme de travail relativement élevée, le caractère somptuaire de ces trésors est encore peu accusé. Il s’agit toujours de biens mobiliers, capables, en circulant, de remplir leur fonction dans les alliances entre groupes, et jamais de biens immobiliers strictement représentatifs du prestige ou de la puissance : si les cases des traditionalistes éminents se distinguent de celles des autres villageois, c’est généralement par leurs petites dimensions. La destination précise de ces biens restreint leur usage et ne permet guère leur détournement à des fins personnelles. Ce ne sont pas non plus des biens d’investissement utilisés à la reproduction matérielle d’autres biens.

53Il n’en est plus de même lorsque le produit agricole se transforme en marchandise et se convertit entre les mains de l’aîné en argent qui, par ses qualités monétaires, se prête à d’autres emplois.

  • 6 Certaines de ces cases, d’apparence coquette, ne sont pas même habitées par leur propriétaire et s (...)

54Certes, en entrant dans la composition des dots l’argent joue encore le rôle de la richesse traditionnelle et les anciens cherchent d’ailleurs à lui attribuer les mêmes vertus sociales en l’associant au statut par l’augmentation constante des sommes exigibles pour la dot. Mais une part croissante des revenus disparaît dans des dépenses de prestige et surtout dans la construction de cases en matériaux durables qui sont, plus qu’un progrès de l’habitat, des monuments élevés à la gloire de leurs propriétaires6. Ces dépenses, ainsi que celles qui sont consacrées aux salaires et à l’investissement (outillage, séchoirs, moto-décortiqueuses) se font en concurrence avec les dépenses sociales et parfois à leur détriment.

55En employant une part grandissante du revenu à des fins étrangères aux besoins économiques et sociaux de la communauté traditionnelle, les aînés exercent une ponction croissante sur la force de travail de leurs dépendants et se trouvent en mesure de transformer l’organisation communautaire dans laquelle le travail, sans valeur marchande, n’est pas rémunéré, en un système d’exploitation. Or, cette exploitation du travail est immédiatement apparente par la vente du produit sur le marché, par sa conversion sous les yeux des jeunes travailleurs en argent qui leur en donne la mesure. L’exigence d’une rémunération est logiquement associée à la production d’une marchandise. Elle l’est également par les circonstances. C’est aux travaux de plantations que furent astreints la plupart des hommes lors du recrutement forcé. D’autres, parmi les Gouro réfugiés en Basse-Côte, ont travaillé chez des planteurs autochtones contre rétribution. Aujourd’hui, dans chaque village ou presque, des manœuvres sont payés pour remplir ces tâches et la généralisation des prêts de campagne a précipité cette évolution.

56La mobilisation des formes prestataires du travail pour accomplir certaines opérations strictement liées à la culture commerciale se heurte ainsi à des résistances. Le bo, qui ne prévoit aucune rétribution, n’est pas mobilisé pour le nettoyage des plantations ni pour la cueillette, mais surtout pour le débroussaillage de nouvelles terres sur lesquelles des cultures vivrières s’associeront les premières années avec les jeunes plants de café et justifieront de son emploi. Pour des raisons identiques, la main-d’œuvre familiale n’est que rarement utilisée par les aînés à des tâches d’entretien.

57La carence du travail familial sur les plantations entraîne donc la généralisation de l’emploi de manœuvres exclusivement affectés à ces cultures, circonstance qui aggrave encore, sur le plan social, la distinction qui s’établit entre les tâches accomplies sur les champs vivriers et les travaux exécutés sur les plantations. Ces derniers sont associés désormais à une condition sociale inférieure et tendent à être méprisés. On ne peut plus demander à son « frère » ou à un gone, de nettoyer une caféraie sans l’abaisser au rang de « manœuvre ».

58L’agriculture commerciale, bien qu’encore liée indirectement ou marginalement au travail prestataire et bien qu’en procédant, tend donc à se constituer en un secteur distinct de l’économie vivrière et à s’édifier sur de nouveaux rapports de production. Mais cette dualité entraîne à son tour un relâchement des rapports de travail fondés sur la parenté, car pour préserver celle-ci on ne peut associer les membres dépendants de la communauté à la culture commerciale qu’en leur donnant accès à la terre. Au heu d’être abaissé, leur statut social se trouvera ainsi rehaussé par ce qui est considéré traditionnellement comme une promotion.

59C’est cette formule que nous voyons appliquer par de nombreuses communautés lignagères et en particulier dans les goniwuo de Bazré : chacun ou presque des gonenu cultive seul, ou avec ses dépendants directs des deux sexes, de petites plantations dont le produit revient néanmoins à l’aîné. Aucune tâche n’est dégradante lorsqu’on travaille ses propres terres. Cette multiplication des planteurs est encore plus accentuée à Ziduho et à Duonéfla, où, à la différence de Bazré, les producteurs gardent le produit de leur travail. Dans l’un et l’autre cas, la permission de cultiver la terre retient au village les jeunes gens qui autrement seraient tentés d’émigrer.

60Au relâchement des rapports de parenté qu’entraîne l’accès précoce des hommes à la terre il n’y a, en effet, d’autre alternative que leur rupture. Les terres sont encore assez abondantes, les liens avec les familles maternelles, encore assez forts, et les rivalités entre alliés, assez vives, pour que les jeunes hommes, écartés des terres à café dans leur propre communauté, trouvent à être accueillis sur d’autres.

***

61Pourtant, cette tendance à la généralisation de la condition de planteur se fait de façon très inégale, et il s’établit une différenciation qui repose en grande partie sur la hiérarchie sociale et politique héritée de la société traditionnelle, renforcée ou altérée par les institutions coloniales et se perpétuant désormais par la réussite matérielle qui s’appuie sur l’établissement des nouveaux rapports de production.

62Ce sont les chefs administratifs, nous l’avons vu, qui entreprirent les premières cultures commerciales. Ils tenaient, de leur position dans la société traditionnelle, le privilège d’avoir sous leur autorité une main-d’œuvre familiale plus nombreuse et celui de pouvoir mobiliser à leur profit des bo à gros effectifs. Les chefs de Canton, de tribu ou de village n’ont cessé en outre de bénéficier d’avantages matériels. Comme l’attestent les documents des S.M.P.R., ils jouissent encore aujourd’hui plus largement que les autres des primes qu’offrent les organismes de crédit et d’encouragement agricole. Tandis qu’à Siétinfla, par exemple, Yuzā touchait en quelques années 250 000 francs de primes, d’autres ne recevaient, pendant le même laps de temps, que des sommes de 10 000 à 15 000 francs, tandis que certains ne bénéficiaient d’aucune aide. Ces gros planteurs sont en voie de constituer la couche supérieure de la nouvelle paysannerie en formation, de représenter la future notabilité campagnarde, investissant déjà ses capitaux dans tous les secteurs spéculatifs ou susceptibles de produire une rente. Au-dessous de cette première couche se situent les aînés des communautés lignagères qui bénéficient du travail de leurs dépendants directs et, dans une moindre mesure, sinon jamais, du travail des autres villageois. Ces aînés, qui n’occupent aucune fonction administrative, ne jouissent pas des mêmes avantages que les précédents. Au bas de la hiérarchie, enfin, les jeunes planteurs dépendants n’occupent qu’une position médiocre qu’il leur est difficile d’améliorer puisqu’ils ne bénéficient ni d’une main-d’œuvre familiale abondante, ni de l’aide communautaire, et moins encore des prêts de campagne.

63Généralement incapables d’embaucher une main-d’œuvre salariée, ils ont parfois recours au klala, cette forme d’aide mutuelle qui, nous l’avons vu, fonctionne surtout au profit des moins privilégiés.

  • 7 Des décès suspects sont aussi parfois attribués à des empoisonnements.

64S’intégrant dans cette hiérarchie, mais sur des bases un peu différentes, il faut mentionner les anciens combattants et les pensionnés en général, certains émigrants de retour au village avec quelques économies, les fonctionnaires de l’administration et les employés du secteur privé. Ceux-ci n’occupent que rarement une position éminente dans leur communauté et ne disposent pas d’une main-d’œuvre familiale abondante ni toujours de l’aide communautaire. Par contre, leurs revenus monétaires, qui atteignent parfois une centaine de milliers de francs annuellement, et l’intérêt que leur porte l’administration, leur permettent l’emploi d’une main-d’œuvre salariée. Ils se trouveraient donc dans une position concurrente à celle des aînés, et souvent d’ailleurs en compétition avec eux, si ces derniers, inquiets de leur promotion, n’essayaient de les capter dans le cycle des obligations traditionnelles, ou de les « adopter », ou bien encore, dans d’autres cas, de les amener, par pression morale, à quitter le village7.

65Dans cette nouvelle société en formation et qui se construit autour de l’exploitation commerciale de l’agriculture, les saisonniers représentent la couche sociale inférieure, le prolétariat agricole. Ethniquement et socialement étrangers, ils sont néanmoins, sur le plan économique, étroitement intégrés au nouveau mode de production. Seules les mauvaises conditions de vie qui régnent chez eux les entraînent à venir travailler durement une année entière pour un salaire annuel de 10 000 à 20 000 francs qui leur permettra de prendre femme au pays. Les planteurs gouro, après avoir été victimes, au profit des Européens, d’une situation analogue, jouissent à leur tour d’une position privilégiée par rapport à une population plus déshéritée. Les conflits, s’ils devaient apparaître dans le nouveau système économique, devraient surgir entre les employeurs gouro et leurs ouvriers, mais le fait que cette population salariée soit étrangère, qu’elle s’emploie pour des buts déterminés et pour une durée limitée, que leurs intérêts profonds se situent dans leur village d’origine, atténuent les conflits sociaux. C’est cette circonstance qui a permis, jusqu’à présent, la transformation de la société gouro dans un climat social détendu. Mais c’est cette même circonstance qui place de plus en plus les exploitants gouro dans la dépendance économique de territoires lointains.

IV. — LA VALORISATION DE LA TERRE ET L’APPARITION DE LA PROPRIÉTÉ FONCIÈRE

66Les transformations économiques et sociales que nous avons décrites jusqu’à présent et les nouvelles structures qui s’en dégagent portent en elles les conditions de l’apparition de la propriété foncière. La valorisation du travail et son investissement à long terme dans les parcelles cultivées, le relâchement des liens de parenté, la généralisation des échanges et, en outre, la présence d’immigrants attirés par les terres à café, contribuent à transformer, à son tour, la terre en marchandise.

67Ici encore, le processus n’est qu’en voie de formation. La valorisation de la terre cultivée et, par extension, de la terre cultivable, émerge lentement des anciens rapports sociaux auxquels sa jouissance était soumise coutumièrement.

68Dans le mode d’exploitation familiale de la terre, l’aîné du lignage n’agissait sur celle-ci que par l’intermédiaire de ses dépendants. Son pouvoir effectif sur la terre, son droit foncier de fait, si l’on peut s’exprimer ainsi, s’exerçait à travers le travail d’hommes et de femmes qui lui étaient associés par des liens de parenté, d’alliance, d’adoption ou de protection. La terre se trouvait à l’extrémité d’une chaîne de rapports personnels unissant ceux qui la travaillaient à celui dont ils dépendaient. Lorsque les cadets du groupe, c’est-à-dire la force active qui s’exerce sur la terre, cessent de jouer ce rôle, soit en cultivant leur propre plantation, soit en émigrant, l’aîné se trouve en quelque sorte mis directement au contact de la terre. Pour amener d’autres individus à la travailler, il doit, ou bien renouer des rapports traditionnels d’alliances avec ceux-ci, ou bien faire de la terre elle-même la base de liens contractuels nouveaux. Le relâchement des rapports de parenté est une des conditions à l’apparition de la propriété foncière. La terre, désertée par les membres de la communauté qui l’exploitaient directement, devient ainsi le pôle de rapports sociaux nouveaux : les doyens des communautés en voie de dissolution ne sont plus associés à ceux qui travaillent sur leurs plantations par des liens de parenté, mais par contrat et la terre, par ce biais, devient elle-même objet de contrat. Cette valorisation, par le travail, des terres cultivées et les rapports contractuels engagés autour d’elle pour son exploitation s’étendent aux terres en friche qui deviennent dans la perspective de leur exploitation à des fins commerciales, elles aussi, objet de contrat.

69De tels rapports ne peuvent encore s’établir, tout au moins dans une première phase, qu’entre individus qui n’ont aucun lien préalable de parenté ou d’alliance, incompatible avec les rapports contractuels.

70La présence d’immigrants dans le pays rend possible l’établissement de ces nouveaux rapports.

71Les relations avec des colonies compactes et nombreuses d’étrangers venus s’installer à demeure pour y cultiver des produits commerciaux, peuvent de moins en moins s’établir, comme autrefois, par une incorporation des nouveaux venus dans la communauté d’accueil. Pourtant, les notions de rapports personnels, de servitude et d’obligations associées à la cohabitation et au voisinage, n’ont pas encore totalement disparu. Plusieurs exemples montrent jusqu’à quel point l’apparition du droit foncier moderne reste entravée par les anciens rapports personnels.

***

72Près de Bazré, sur la piste qui mène au Bandama et sur le territoire du village, deux colonies étrangères sont installées. La plus importante est peuplée d’une quarantaine de personnes réparties en onze familles originaires de Bamako, Korogho, Odienné, Sikasso, etc. Le premier de ces immigrants, Tiekro, obtint en 1953 de Bolu bi Bia, chef de Canton, l’autorisation de s’installer et de cultiver le café sur un espace non limité, en échange de quoi il remit un cadeau de 5 000 francs, un poulet et un canari de vin de palme. Tiekro s’estime désormais quitte de toute obligation. Les autres hommes venus en 1955 et 1958 offriront les mêmes cadeaux à Bolu bi Bia dès qu’ils auront vendu leur première récolte.

73Les villageois de Bazré envisagent l’affaire autrement. Bolu bi Bia, notons-le tout d’abord, a agi (en autorisant les immigrants à s’installer) au nom de la collectivité, après accord avec Gonekalo, le chef de tribu, Gore le chef de village et les anciens du wiblimō. Il ne fait pas de doute que, primitivement, l’autorisation accordée aux planteurs étrangers le fut selon les règles traditionnelles d’accueil. La nature des cadeaux, les déclarations des immigrants, confirmées par Bia, la non-limitation des terres en superficie en font foi. La façon dont les immigrants sont traités par les villageois révèle également leur statut d’obligés, car ils sont tenus à certaines servitudes ; ils doivent, en particulier, se tenir à la disposition des villageois pour leur faire traverser le Bandama en pirogue. A ces obligations traditionnelles, les Gouro voudraient ajouter aujourd’hui des redevances en nature, selon des termes encore mal précisés et qui n’ont pas encore été discutés avec les planteurs étrangers. Bolu bi Bia prétend qu’il exigera chaque année un tiers du produit que se partageront ensuite les quatre goniwuo du village. A mesure que s’approche le moment des premières récoltes, les relations entre les villageois et les dioula s’enveniment. Lors de mon séjour, en moins de trois semaines, deux affaires graves opposèrent les deux collectivités. Un des Dioula fut accusé d’avoir péché dans un marigot sacré, traduit devant le wiblimō et condamné à 20 000 francs d’amende — une somme extravagante, étant donné que le coupable, installé la même année, n’a pas l’espoir de vendre son café avant 1962. Quelque temps après, un jeune homme de Bazré accusait les Dioula de lui avoir dérobé 5 000 francs dans une sacoche qu’il avait déposée dans leur campement pendant qu’il se rendait sur l’autre rive du Bandama. Au cas où le règlement de ces deux affaires ne serait pas satisfaisant, Bia prétend que les villageois chasseront les Dioula devenus indésirables, s’appropriant du même coup des plantations bientôt en état de produire. La situation des autres familles d’immigrés, Dioula ou Baoulé, installées chez les N’Goï est identique. Tous ont passé avec les Gouro un accord du type traditionnel et s’estiment quittes de toute obligation. Par contre, chaque village d’accueil prétend vouloir exiger des redevances annuelles, tout en reconnaissant qu’aucun contrat à cet effet n’a encore été passé. Si ces redevances ne sont pas payées, les habitants de tous ces villages, comme ceux de Bazré, se promettent de chasser les planteurs immigrés. Cette ambiguïté ne donne aucune garantie aux étrangers, les livre aux exigences arbitraires de leurs hôtes et les menace de perdre le produit d’efforts prolongés. Par contre, ils entendent de leur côté se prévaloir des vieilles règles de l’hospitalité pour exploiter à bon compte de riches terres à café.

74Dans cette affaire, les Gouro sont partagés entre le désir d’accroître leur puissance, autant par la constitution d’une clientèle nombreuse que par l’exploitation de tenanciers. Bia envisage avec satisfaction la mise en place prochaine d’un bac sur le Bandama qui attirera, espère-t-il, de nombreux étrangers sur le territoire de la tribu. Dans cette perspective, d’inspiration plus traditionaliste que moderne, il refuse de vendre la terre. Aux instituteurs étrangers du village, il a proposé des terrains, sans aucune contrepartie. A cette offre d’apparence généreuse, ceux-là préfèrent l’achat en pleine propriété de surfaces bien délimitées, mais Bia fait la sourde oreille à cette contreproposition.

75Lors de chaque discussion qui oppose les deux parties, celles-ci font appel, tantôt aux coutumes, tantôt au droit moderne, selon les circonstances ou leurs intérêts du moment.

76Les conflits entre deux « droits » aussi incompatibles conduisent à des développements dont le village de Koblata va nous donner maintenant un exemple.

77N’Gattakro est un gros campement Baoulé de 330 habitants, situé sur des terres revendiquées par le village Bouavéré de Koblata. Les premiers immigrants s’installèrent il y a près de trente ans, mais l’expansion démographique de N’Gattakro date des années 1950, ainsi que le développement de la culture caféière. En 1957, une redevance fut demandée par Tibe bi Lorubê, chef de Canton et doyen du village de Koblata, aux planteurs de N’Gattakro qui remirent collectivement 100 000 francs, 12 bouteilles de rhum et une dame-jeanne de vin rouge. L’année suivante, ils remirent une nouvelle somme de 100 000 francs. Sur la première redevance, Lorubê garda 80 000 francs pour lui-même, attribua 10 000 francs à Zinda bi Tra, qui revendiquait les terres cédées comme étant celles de son goniwuo, et le reste aux autres goniwuozā du village. Ceux-ci s’étant plaints de cette répartition, le second partage fut arbitré par l’administration qui accorda 35 000 francs à Tibe bi Lorubê, 35 000 francs à Zinda bi Tra, et le reste aux autres goniwuozā. Ce partage parut encore injuste à ces derniers et, à la suite d’une querelle à ce propos avec Gesâ bi Komiā, Lorubê intenta un procès à celui-ci pour l’avoir maudit et obtint 2 000 francs de dommages-intérêts. L’exigence des redevances apparaît donc comme très personnelle et beaucoup de villageois ne l’endossent plus. Us sont prêts à reconnaître le bien-fondé des arguments baoulé qui font appel à la fois aux vieilles règles de l’hospitalité traditionnelle et à des revendications politiques modernes : installés depuis trente ans, ayant fait les cadeaux d’usage, ils s’estiment désormais « parents » de ceux qui les ont accueillis. En outre, les Africains ne sont-ils pas tous égaux — sous-entendant, avec des droits égaux d’occupation du sol — et enfin ne paient-ils pas les impôts à Bouaflé où ils sont recensés ?

78Tôt ou tard, ces conflits, ne trouvant pas à se régler selon la coutume, sont soumis à l’arbitrage des tribunaux administratifs qui interviennent désormais pour fixer les premières règles du droit foncier.

79Deux expériences furent faites dans le Cercle pour essayer de donner aux transferts de terres, ou à leur exploitation par les immigrants, un contenu juridique.

80La première consista simplement à soumettre la terre aux règles de la propriété foncière occidentale.

81Dès 1954, dans la Subdivision de Sinfra, les premiers règlements juridiques relatifs à la cession de terres entre Gouro et immigrants furent passés devant l’administration. Celle-ci imposa un modèle de convention prévoyant la vente définitive et irrévocable de terres spécifiquement désignées et délimitées à des prix variables selon que les terres étaient en friche (13 000 francs l’hectare en moyenne) ou déjà plantées. Entre octobre 1954 et avril 1958, d’après les documents que nous avons pu consulter à Sinfra, 168 conventions de ce type furent signées portant sur des superficies allant d’un demi-hectare à plus de 50 hectares, la plupart se situant entre 3 et 5 hectares, et engageant des sommes parfois supérieures à 150 000 francs. La présence du village d’immigrants Baoulé de N’Drikro sur les terres de Paabénéfla (Bende) est à l’origine des premières cessions, suivies plus tard de ventes faites par d’autres villages à des étrangers de Sinfra-Ville. Dans les premiers contrats, le village, considéré comme personne morale, apparaît en lieu et place du nom du vendeur. A partir de 1956, les conventions sont nominales : ce sont des représentants des villages vendeurs qui font figure de parties ; la terre, aux yeux de la justice administrative, apparaît non seulement comme objet de propriété, mais de propriété individuelle.

82Cette expérience n’a pas toujours été concluante et plusieurs litiges portés devant les tribunaux ont montré que le caractère irrévocable de la vente n’était pas compatible avec les rapports traditionnels établis entre l’homme et la terre. La détérioration des relations de voisinage, aggravée par le désir de profits, entraînait souvent une remise en cause des droits d’installation des immigrants puisque, comme nous le savons, c’est la qualité des relations personnelles établies entre les parties qui décide de leur cohabitation sur un même territoire. Cette perpétuelle remise en cause du droit d’occupation des terres fut interprétée par l’administration comme une manifestation du caractère inaliénable de la propriété foncière.

83Avertie de cette situation, l’administration de Bouaflé imposa en 1957 une convention d’un genre nouveau pour régler les conflits qui ne cessaient de surgir entre les immigrants dioula de Sehizra et les villageois de la tribu Bron (Subdivision de Bouaflé). Cette convention vise à codifier la coutume. Elle prévoit, non pas la vente des terres, mais un droit d’occupation limité aux terrains déjà plantés par les immigrants, droit héréditaire et accordé sans contrepartie par les Gouro, ceux-ci demeurant simplement propriétaires des terres qui leur reviennent en cas de départ définitif des occupants.

84Si cette convention reconnaît le caractère inaliénable du sol en introduisant la notion de nue-propriété, elle ne prévoit aucune des servitudes que doit, à ceux qui l’accueillent, l’étranger installé sur leur territoire. Ce type de convention, qui ne satisfait ni la coutume ni le droit commercial, risque d’être récusé sur ces deux plans.

85C’est peut-être pour échapper à cette législation ou par méfiance vis-à-vis de l’administration que d’autres règlements fonciers se font à l’amiable selon des formules plus proches du droit de propriété.

86Comme dans les cas précédents, le village de Dobafla, voisin de celui de Koblata, recueille sur son territoire une importante colonie baoulé à laquelle se sont ajoutés des Dioula et des Mossi. Leur installation reposait, jusqu’en 1957, sur un accord de voisinage, les immigrants ayant été accueillis sans contrepartie.

87La transformation des terres cultivées en plantations de rapport amena les villageois à réviser leur attitude, surtout sous l’influence de l’un des leurs, Alphonse Kwamé, ancien garde-frontière, propagandiste R.D.A. et faisant profession de catholicisme Quelques-uns des anciens du village étaient partisans d’exiger des redevances. Mais on objecta que ce système était cause continuelle de palabres. Kwamé proposa de vendre les terrains de façon irrévocable, arguant que le pays était ouvert à tous les Ivoiriens et que Baoulé et Dioula pouvaient aussi bien avoir leurs terres en pays Gouro. Cet argument, aux dires de Kwamé, l’emporta et il fut désigné Prozā (celui de la forêt), pour collecter auprès des planteurs étrangers le prix de leurs terres. Celui-ci, payable en plusieurs fois, fut calculé en fonction des surfaces et débattu entre les parties. Lors de sa première, et jusqu’à présent, unique tournée, qui dura du 30 novembre 1957 au 20 avril 1958, Kwamé recueillit, de la part de dix planteurs, 250 000 francs sur un total dû de 1 180 000 francs. Un seul planteur, un Gouro étranger, refusa de payer et plainte fut portée contre lui.

88Les terres de Dobafla ainsi vendues le sont au profit de la collectivité villageoise. L’argent est remis à Gala bi Tro, chef de tribu Bouavéré et doyen du village, qui en a la gestion. Les dernières sommes ont été utilisées pour payer l’impôt de capitation et les cotisations à la S.M.P.R. On envisage l’utilisation du surplus pour payer les amendes des villageois ou venir en aide aux plus nécessiteux, mais en aucun cas, naturellement, pour payer les dots.

89Le droit foncier qui se dégage de ces exemples reste encore incertain. Dans le dernier cas rapporté, les villageois accèdent à la notion de propriété foncière aliénable. Les terres vendues, lorsqu’il s’agit de friches coutumièrement accessibles à tous les villageois, sont considérées comme propriété collective et le produit est utilisé au bénéfice de tous.

90Par contre, à Koblata, les terres en friche ne sont pas vendues mais soumises à des redevances et, en se les accaparant, le chef de Canton transforme pratiquement ces domaines — qui dépendent d’un autre goniwuo que le sien — en propriété individuelle.

91L’intervention administrative est elle-même ambivalente : dans les conventions ci-dessus, réglant les modalités d’exploitation des terres de la tribu Bron par les immigrants Dioula, tous les villages de la tribu sont considérés comme parties et les chefs administratifs comme parlant « valablement au nom de toute la population ». Inversement, dans la Subdivision de Sinfra, le nom des chefs de villages ou de leurs représentants figure désormais seul comme ceux de vendeurs de terres.

  • 8 Du mot abousan qui désigne un mode traditionnel de partage du produit. Voir : M. Dupire, « Planteu (...)

92Une autre forme de convention fait son apparition, mais encore modestement, à l’imitation d’une pratique déjà généralisée en Basse-Côte et par laquelle un tiers du produit revient au détenteur des terres, un tiers à celui qui a planté les arbres et un tiers à celui qui les exploite. Ce système — qui porte le nom de buzā, emprunté au baoulé8 — vaut surtout pour les parcelles cultivées et consacre la propriété individuelle de celles-ci au bénéfice de ceux qui les ont plantées. Pourtant c’est cette formule que les villageois de Bazré prétendent vouloir imposer aux immigrants dioula qui, s’étant installés sur des friches, recevraient alors deux tiers de la production.

  • 9 C’est cette évolution qui fait l’objet de l’étude de M. Dupire, citée ci-dessus.

93Avec le développement des cultures commerciales et l’afflux croissant d’immigrants, l’évolution du régime des terres en pays Gouro suivra fort probablement celle des pays de Basse-Côte qui l’ont précédée dans cette voie9.

94Le caractère individuel ou collectif de la propriété foncière dépendra, dans cette conjoncture, du degré de persistance ou de dissolution des structures sur lesquelles repose la solidarité des groupes.

V. — PERSISTANCE ET DISSOLUTION DE LA SOCIÉTÉ TRADITIONNELLE

95La disparition, sous l’effet de la spécialisation agricole, des activités économiques traditionnelles et des formes communautaires du travail qui leur sont associées, la possibilité de vendre ou de louer la terre, c’est-à-dire d’en jouir indépendamment du travail ; les nouveaux rapports de production qui s’engagent autour d’elle, tous ces phénomènes contribuent à l’affaiblissement des liens de parenté et d’alliances qui reposaient sur des intérêts communs satisfaits collectivement. En même temps, les intérêts privés d’une catégorie sociale trouvent à se satisfaire par le détournement des richesses ou l’accaparement des terres. Bien qu’identifiée aujourd’hui encore à la prééminence traditionnelle, parce que représentée par les mêmes hommes, la nouvelle hiérarchie sociale s’édifie sur des bases plus individualistes que communautaires.

  • 10 J. Tricart, « Les échanges entre la zone forestière de Côte d’Ivoire et les savanes soudaniennes » (...)
  • 11 République de la Côte d’Ivoire, Ministère du Plan : Répartition par Cercle des projets du 3e plan (...)

96Pourtant cette évolution n’est encore qu’esquissée. L’intégration du pays Gouro dans l’économie de la Côte d’Ivoire est encore médiocre. Un simple coup d’oeil sur les cartes d’évacuation des produits commerciaux ou sur l’importance du trafic routier suffit à montrer que le Cercle de Bouaflé reste à l’écart des principales zones d’expansion agricole. En 1954, aucun investissement public n’était prévu pour les trois Subdivisions10. La part du Cercle dans le plan quadriennal du développement (1958-1962) est de 2,4 % des investissements prévus pour l’ensemble du pays, soit 530 francs par habitant, contre une moyenne de 980 francs pour l’ensemble du pays11. La faiblesse de sont encore très amortis car ce sont les vieilles autorités qui se trouvent toujours en place pour capter les ressources monétaires, pour en neutraliser les effets au sein des communautés, ou pour les orienter vers de nouveaux emplois.

97Dans ces conditions, les possibilités d’enrichissement des autres catégories sociales sont encore éloignées.

98L’agriculture commerciale ne rapporte de sommes substantielles qu’aux gros planteurs. Les plantations des jeunes hommes ne fournissent encore que des revenus qui ne permettent aucune dépense de prestige, ni, en particulier, d’accumuler l’argent d’une dot. Or cette considération reste dominante dans l’esprit des anciens et un revenu monétaire n’est considéré comme richesse que s’il permet de remplir les obligations statutaires de l’homme riche.

99Le salariat n’offre encore que peu de débouchés et, loin de permettre d’économiser, il place plus souvent le salarié dans la dépendance plus étroite de sa famille. Il faut l’aide de celle-ci pour payer le voyage, souvent pour apporter un complément aux salaires insuffisants ou pour subvenir aux frais d’apprentissage. L’émigration vers les villes ne frappe pas les individus les moins privilégiés ; elle est plutôt le fait de jeunes gens à qui leurs aînés souhaitent donner une sorte d’éducation. A ceux que l’on préfère voir travailler dans les champs, certains chefs de famille font au contraire une interdiction d’émigrer en ville sous peine de malédiction.

  • 12 Recensement d’Abidjan 1955, Direction de la Statistique et des Études Économiques et Démographique (...)
  • 13 Nous avons pu obtenir ces renseignements grâce à l’obligeance de M. Tournier, Directeur de l’IFAN (...)

100L’émigration est donc relativement faible et cette faiblesse témoigne encore de la cohésion de la société traditionnelle. La plupart des Gouro habitant aujourd’hui les villes vinrent s’y réfugier pendant la période de recrutement. On en recensait 3 208, en 1955, à Abidjan12. Dans le reste du pays, d’après les renseignements fournis par les administrateurs de 37 Subdivisions13, les colonies les plus nombreuses sont celles de Daloa (5 190 Gouro), de Mankono (613), de Béoumi (200 estimés), de Divo (190), de Gagnoa (177), de Grand-Bassam (142), de Bocanda (129) et de Bondoukou (116). Soit environ 7 000 Gouro au total résidant dans les 37 Subdivisions recensées. D’après le nombre des habitants « partis » figurant sur les recensements de 1958, 5 % de la population totale aurait quitté les villages Bron (Bouaflé) au cours des trois dernières années, 8,3 % de celle des Gonan, et 2,7 % de celle des Yassua de l’Ouest, mais tous n’ont pas rejoint les villes. D’après les chiffres que nous avons relevés nous-même, le plus grand nombre des émigrés se rend dans d’autres villages : de 1955 à 1958, sur 16 personnes qui ont quitté Ziduho, la moitié s’est rendue en ville et l’autre moitié dans des villages voisins. On compte 5 émigrés urbains sur un total de 19 à Dobafla et 10 sur 23 à Duonéfla. Pendant cette même période, à Bazré, 3 hommes quittaient le village pendant que deux y rentraient. Le mouvement vers les villes est difficile à saisir avec précision, car il n’est pas toujours irréversible. Sur 130 immigrés gouro que nous avons interrogés à Abidjan, 30 possédaient des plantations au village, aucun n’avait décidé fermement de demeurer en ville. La précarité de l’emploi est une raison majeure de leur retour.

101La possibilité de gagner de l’argent ou, plus exactement, de s’enrichir indépendamment du statut, reste donc encore limitée à un petit nombre d’individus pensionnés ou employés par le secteur administratif et privé. Même ces nouveaux riches n’accèdent pas automatiquement aux femmes parce qu’ils possèdent de l’argent. Il leur faut offrir aussi des cadeaux composés de biens traditionnels inéchangeables et qui ne se transmettent qu’entre gens d’un même rang. S’ils n’ont pas eux-mêmes de femmes à offrir, ils sont exclus du circuit des dots qui permet de disposer d’une trésorerie matrimoniale capable de faire face à la demande de très grosses sommes.

102La richesse, aujourd’hui comme autrefois, n’est socialement agissante qu’entre les mains des aînés.

103Ces barrières nombreuses qui écartent les possesseurs d’argent des privilèges de la « vraie richesse », ces obstacles qui s’opposent encore à l’union librement consentie des jeunes gens, seraient sans efficacité si les nouvelles générations, qui en apparaissent comme les victimes, ne s’attachaient encore à la constitution d’une famille du type traditionnel. Or, le régime matrimonial est, malgré une opposition apparente, encore très largement accepté dans les villages par ceux-là mêmes qui se réclament d’idées plus modernes. Quand un Gouro enrichi se sépare de son groupe, c’est pour reconstituer sur les mêmes bases une nouvelle famille étendue au sein de laquelle il imposera son autorité par les mêmes moyens et par les mêmes contraintes dont il s’est libéré. L’opposition aux structures traditionnelles se fait en grande partie au-dedans de celles-ci, car ce que l’on conteste, en définitive, ce n’est pas tant le régime d’autorité que ceux qui l’exercent.

  • 14 « Our main argument is that the rural areas membership of a tribe involves participation in a work (...)

104Cette persistance ne se fonde pas sur un simple esprit de conservatisme, mais sur une nécessité beaucoup plus fondamentale14.

105Après s’être confondue avec l’économie de subsistance, nous avons montré comment l’agriculture commerciale s’en est distinguée de plus en plus nettement. Or cette distinction n’est pas seulement économique mais sociale. Ce qui est acceptable en relation avec l’une ne l’est pas vis-à-vis de l’autre. Dans le secteur commercial, les rapports de production reposent sur le salariat : l’agriculture vivrière fonctionne toujours sur des bases communautaires. On accorde des terres aux jeunes gens pour planter le café mais pas pour cultiver le riz. Le produit des plantations revient dans de nombreux cas au producteur lui-même ; les produits alimentaires se consomment en commun.

106Les échanges marchands, en effet, n’ont encore que faiblement touché le secteur vivrier et ils ne sont pas encore suffisamment généralisés pour faire de cette culture une activité de rapport et une spécialisation. Le marché intérieur n’étant pas encore créé, une part considérable de la production échappe à la commercialisation et donc aux lois de l’économie de profit.

107Ainsi l’économie d’autosubsistance se préserve dans le secteur vivrier et autour d’elle se perpétuent les mêmes rapports de travail, les mêmes relations sociales de parenté et d’alliances que nous avons décrites.

108Pourtant le secteur vivrier n’est pas sans être en relation organique avec le secteur capitaliste. De plus en plus il fournit, en dehors de l’économie de marché, l’alimentation d’une fraction importante des travailleurs engagés dans la culture ou la fabrication des produits marchands. Les manœuvres de l’agriculture et tous les Gouro qui s’y consacrent s’alimentent sur les récoltes locales. Les chômeurs, les vieillards, les malades et tous les improductifs sont nourris dans les campagnes et même les salariés des villes dépendent encore de l’aide fournie par les parents agriculteurs demeurés au village. Les produits de subsistance circulent, hors des circuits commerciaux, le long des rapports d’alliance et de parenté, et cette situation conduit les hommes de la nouvelle génération à chercher de ce côté des garanties indispensables à leur bien-être. Malgré le mécontentement que suscite chez eux, lorsqu’ils sont encore dépendants, la domination attardée des anciens, ils essayent de s’introduire dans le même système et d’y occuper un rang qui leur assure sécurité et longévité par l’établissement d’une nombreuse dépendance. Le besoin fondamental pour les populations gouro d’assurer leur survie et leur perpétuation les entraîne à s’enfermer dans les cadres structurels qui en sont encore la garantie.

  • 15 Cet aspect du problème est lié à celui de l’économie et de la sociologie des villes et sort du cad (...)

109La persistance de la société traditionnelle s’explique donc par son insertion comme composante nécessaire dans l’économie globale au sein de laquelle elle se préserve parce que représentant la seule forme d’organisation sociale et économique capable, dans la conjoncture actuelle, de satisfaire les besoins vitaux de la population et, par là même, d’alimenter le secteur capitaliste en hommes et en produits à un moindre coût. A cet égard, elle n’a cessé de remplir la fonction que lui imposa la colonisation, c’est-à-dire de prévenir l’incorporation complète des travailleurs dans le secteur capitaliste et d’épargner à celui-ci la charge de subvenir à tous leurs besoins15.

110L’absorption par l’économie moderne de la société traditionnelle se fait ainsi selon un mouvement contradictoire. D’une part, elle lui donne une nouvelle raison d’être en l’intégrant organiquement dans l’économie globale par le refus d’y intégrer individuellement ses membres, d’autre part elle en détruit le contenu social en y faisant pénétrer les nouveaux modes de production et d’échange qui sont la condition de cette intégration.

111La destruction des rapports sociaux traditionnels n’est donc pas suffisante pour dissoudre la société gouro. Il faut encore que ses membres puissent s’en détacher pour s’intégrer dans un autre système social capable de satisfaire autant de besoins que celui qu’ils abandonnent. Tant que le développement économique et social de la société globale n’aura pas permis cette intégration, les Gouro resteront, par nécessité, attachés aux vieilles structures de la société. Sous ce double effet, celle-ci se préservera de plus en plus dans ses formes et de moins en moins dans son contenu. Le maintien de la chefferie, interprétation politique du système patriarcal à l’usage de l’ancien pouvoir colonial, risque de donner à ces transformations un cadre préétabli, dans lequel les nouveaux rapports de domination revêtiront les apparences ancestrales de l’autorité.

Notes

1 Le rapport administratif du Cercle, dont nous tirons ces chiffres, donne 13 412 hectares cadastrés, plus une estimation de 40% de superficies non encore cadastrées.

2 Cette forme nouvelle de production concurrençait les plantations européennes et les privait, en fixant les habitants dans les villages, de leur main-d’œuvre locale. A partir de 1950, les entreprises européennes, qui survécurent à la suppression du travail forcé, durent recourir à une main-d’œuvre puisée dans les zones encore plus déshéritées de l’Ouest de la Côte d’Ivoire ou de Haute-Volta. Le Syndicat Interprofessionnel pour l’Acheminement de la Main-d’œuvre (SIAMO) entreprit de faire venir les travailleurs de ces régions. En 1951-1952, il en acheminait 90 000, selon H. Fréchou, « Les plantations européennes en Côte d’Ivoire », Cahiers d’Outre-Mer, n° 29, janviers-mars 1955, p. 56-83. Le tarif journalier des manœuvres Mossi s’établissait à 105 francs, soit près de trente fois celui des travailleurs recrutés.

3 Il s’agit toujours de francs C.F.A. (colonies françaises d’Afrique), sauf indication contraire. Deux francs métropolitains s’échangent pour un franc C.F.A. (1958).

4 D’après les documents des P.T.T., des mandats et chèques postaux d’une valeur de 68 millions de francs, ont été émis en 1957 dans la Subdivision, alors que 1 135 000 francs étaient versés à la Caisse d’épargne. Pour la Subdivision de Zuénoula, ces chiffres sont respectivement de 29 millions de francs et de 326 000 francs.

5 D’après les recensements que nous avons entrepris dans cinq villages, il y aurait, en moyenne, une bicyclette pour vingt habitants.

6 Certaines de ces cases, d’apparence coquette, ne sont pas même habitées par leur propriétaire et servent d’entrepôts à café. Les toitures en tôle, autre conformisme du prestige, les transforment en serres chaudes et les rendent d’ailleurs difficilement habitables. L’affectation des revenus à ce type de dépenses est critiquée par R. Dumont, « Reconversion de l’économie agricole : Guinée, Côte d’Ivoire, Mali », Cahiers du Tiers Monde, 1961, p. 68.

7 Des décès suspects sont aussi parfois attribués à des empoisonnements.

8 Du mot abousan qui désigne un mode traditionnel de partage du produit. Voir : M. Dupire, « Planteurs autochtones et étrangers en Basse-Côte d’Ivoire », Études Éburnéennes, VIII, 1960, p. 34.

9 C’est cette évolution qui fait l’objet de l’étude de M. Dupire, citée ci-dessus.

10 J. Tricart, « Les échanges entre la zone forestière de Côte d’Ivoire et les savanes soudaniennes », Cahiers d’Outre-Mer, 35, juil.-sept. 1956, p. 209-238. Voir aussi un rapport plus complet du même auteur sur ce problème, doc. dactyl., 1956.

11 République de la Côte d’Ivoire, Ministère du Plan : Répartition par Cercle des projets du 3e plan quadriennal, doc. dactyl. (non daté).

12 Recensement d’Abidjan 1955, Direction de la Statistique et des Études Économiques et Démographiques, Abidjan, i960, p. 65.

13 Nous avons pu obtenir ces renseignements grâce à l’obligeance de M. Tournier, Directeur de l’IFAN de Côte d’Ivoire, qui a bien voulu se charger de toute la correspondance relative à cette démarche. Il y a quarante-neuf Subdivisions en Côte d’Ivoire.

14 « Our main argument is that the rural areas membership of a tribe involves participation in a working political system, and sharing domestic life with kinsfolks; and that this continued participation is based on present econo mic and social needs, and not merely on conservatism » (Max Gluckman, « Tribalism in modem British Central Africa », Cahiers d’Études Africaines, n° i, janvier i960, p. 55).

15 Cet aspect du problème est lié à celui de l’économie et de la sociologie des villes et sort du cadre de cette étude. La dépendance des populations urbaines à l’égard de l’économie vivrière d’auto-subsistance est bien montrée, pour d’autres pays africains, dans G. Balandier, Sociologie des Brazzavilles Noires, Cahiers de la Fondation des Sciences Politiques, A. Colin, Paris, 1954, p. 85-86, et G. Lasserre, Libreville et sa région, Cahiers de la Fondation nationale des Sciences Politiques, A. Colin, Paris 1958, p. 280-287.

Table des illustrations

Titre Une colonne représente la somme des plantations, chacune de ces dernières étant délimitée par les traits horizontaux.
Légende FIG. 14, 15, 16. — Age et superficie des plantations.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/122/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre ACCROISSEMENT DES SUPERFICIES PLANTEES PAR KWASI BI YUZᾹ (cultures commerciales seulement)
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/122/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/122/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540