Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Généraliser

 | 
Emmanuel Désveaux
, 
Michel de Fornel

Troisième partie. Généralisation et historicités

Histoires impériales et coloniales d’Ancien Régime

Un regard sur l’État moderne

Catarina Madeira Santos et Jean-Frédéric Schaub

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

António Hespanha magistro discipuli.

Dans son essai sur l’« État souverain et ses rivaux », Hendrik Spruyt décrit le Saint-Empire de la fin du Moyen Âge comme une « organisation non territoriale », au même titre que l’Église (Spruyt, 1994, p. 51-55 ; Münkler, 2005 ; Aymes et Savy, 2010). Un réseau de fiefs, de villes, de diocèses, de communautés et de principautés reconnaissait la suzeraineté de l’empereur et représentait ses intérêts à la Diète. Cet ensemble politique ne répond pas aux traits caractéristiques de l’État souverain, tel qu’on le définit communément. L’empire n’offrait ni unité juridictionnelle ni continuité territoriale. Des historiens ont renouvelé l’approche des formes institutionnelles qui régissaient politiquement les sociétés avant que l’unité et l’indivisibilité de l’État nation se soient imposées à l’époque contemporaine. Ces recherches se sont déployées à plusieurs échelles. On en repère aisément deux. La première porte sur la vie antérieure des États nationaux...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540