Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie économique des Gouro de Côte d’Ivoire

 | 
Claude Meillassoux

Chapitre XII. L’économie coloniale et le travail force

Texte intégral

  1. — La conquête.
  2. L’impôt et les prestations.
  3. L’implantation du commerce européen.
  4. La mobilisation de la main-d’œuvre.
  5. Les limites du système d’exploitation coloniale.
  6. Les premiers chefs et les premiers planteurs.

1Nous entendons par « économie coloniale » le système d’exploitation du travail par la contrainte qui dura de la conquête à l’abolition effective du recrutement forcé, soit, en pays Gouro, de 1906 à 1950.

2Bien qu’il s’agisse d’une période révolue, son histoire est indispensable pour comprendre ce qu’endurèrent les Gouro pendant près de quarante ans et pour expliquer certaines des conséquences économiques et sociales de cette période qui aboutirent à la transformation du système d’exploitation et à l’émergence d’une nouvelle classe paysanne.

3L’état actuel des archives administratives, en partie détruites ou égarées dans les chefs-lieux ; la confusion qu’ont entraînée les remaniements administratifs qui placent les rapports officiels relatifs à une Subdivision tantôt dans les archives d’un Cercle, tantôt dans celles d’un autre ; le peu de temps que nous avons pu consacrer à Abidjan au dépouillement des dossiers, toutes ces circonstances ne nous ont pas permis de rassembler une documentation suivie et homogène sur l’économie de la période coloniale. Des documents portant sur plusieurs années consécutives ont échappé à nos recherches ; d’autres ne couvrent que quelques trimestres d’une même année. Ces nombreuses lacunes, portant parfois sur des faits importants, nous interdisent d’avoir la prétention de faire ici un travail d’historien.

  • 1 Les données de ce chapitre sont fondées sur les rapports périodiques (trimestriels ou annuels) des (...)

4Nos sources ne nous permettent pas non plus de faire un travail de statisticien. La valeur informative des statistiques, déjà discutable dans une économie comptable, est ici plus incertaine. De multiples sources d’erreur les rendent douteuses : le désir de certains administrateurs de grossir les résultats de leurs efforts en est une, pas la plus grave peut-être, car les recoupements par année et par trimestre font apparaître les chiffres les plus aberrants. Les erreurs de définitions sont plus fréquentes. Entre quantités produites, quantités commercialisées ou quantités fournies à l’administration, par exemple, la différence n’est pas toujours notée. Certains chiffres sont rapportés tous les trimestres, d’autres seulement pour quelques-uns d’entre eux, de telle sorte qu’on ne sait jamais si le total des trimestres enregistrés représente le total de l’année. Une confrontation avec les chiffres globaux d’autres années permet cependant de repérer les erreurs possibles. Pour toutes ces raisons, nous avons pensé un moment que l’utilisation de ces chiffres était à écarter. Puis il nous est apparu que le seul fait de leur existence était en soi une information utile, que même si leur valeur absolue est contestable, la comparaison entre eux de ces chiffres, tous également douteux, n’est pas sans intérêt. Ainsi averti, et à la condition de ne pas les considérer comme des faits bruts, nous pensons que les statistiques et les graphiques ci-joints fournissent quelques informations utiles sur cette phase de l’économie coloniale, tout au moins à travers quelques-uns de ses résultats officiels1.

I. — LA CONQUÊTE

  • 2 Arch. Abidjan, X, 38-11.

5L’histoire de la colonisation du pays gouro commence par un rapport militaire daté du Ier juillet 1906 et intitulé : « Rapport Chasles sur les voies et moyens à employer pour procéder à l’occupation du pays Gouro »2 :

  • 3 Les Dioula bénéficiaient auparavant de la protection de l’armée. Certains d’entre eux, réfugiés ch (...)

« Riche en caoutchouc et en ivoire, écrit le rapporteur, le pays attire [...] les nombreux colporteurs Dioulas qui trafiquent dans le Baoulé. Ceux-ci, durant ces dernières années, y ont subi, le plus souvent à cause de leurs exactions, des mésaventures : pillages, massacres [...], qui ont obligé récemment l’administration à leur fermer le pays3. Les Gouros ont demandé la réouverture du pays au commerce. »

6Pour accéder à cette demande Chasles posa les conditions suivantes :

  • «  Installation complète des Blancs dans le pays.
  • Libre circulation du commerce.
  • Règlement des palabres par les Blancs.
  • Institution d’un impôt versé à l’administration.
  • Institution du portage (rémunéré).
  • Prestation de travail pour l’entretien des routes. »
  • 4 On se demande, d’ailleurs, quelle en aurait été la représentativité, étant donné le caractère très (...)
  • 5 La méthode préconisée par Angoulvant (G. Angoulvant, La Pacification de la Côte d’Ivoire 1908-1915 (...)

7Ces conditions plaçaient, de fait, le pays sous le régime colonial. Elles furent, selon le rapport, acceptées par les Gouro, encore que le document ne précise pas quelles autorités parmi eux prirent cette décision4. Pour appuyer ces exigences le commandant prévoyait « une pénétration pacifique du pays » accompagnée d’une « démonstration de force de 300 fusils »5.

  • 6 X, 35-22.

8La situation pourtant ne semble pas évoluer pendant les mois qui suivirent. En mai 1907, il est toujours question, dans les rapports officiels, de réouvrir la région au commerce dioula et de lever « le blocus ». Ce n’est qu’à la fin de l’année que Chasles, conformément à son plan, y conduit une colonne pour y fonder les postes de Sinfra et de Bouaflé. Plus hostiles à la démonstration de force que favorables à la pénétration pacifique, les Gouro opposèrent une vive résistance. La mort du capitaine Caveng en 1907, tué alors qu’il cherchait à faire la liaison entre Bouaflé et Séguéla, provoqua l’intervention d’une colonne de répression. Mais, jusqu’en 1913, la résistance des Gouro ne cesse pas. Malgré l’occupation du poste de Sinfra un rapport de 1908 recommande encore la « pacification de la région », « grosse productrice de caoutchouc ». Les populations, que l’on croit réduites, se rebellent à nouveau et les rapports font plusieurs fois état de la soumission des mêmes tribus. Celles d’entre elles qui sont les plus proches des postes militaires sont plus vite dominées et subissent durement les exigences de l’armée : les autorités militaires de Bouaflé signalent que les Boua-véré (population des environs immédiats du poste) sont las d’être les seuls porteurs. Mais les Goura, leurs voisins, refusent de partager cette tâche et ils sont aidés dans leur résistance par les Yahouré6.

  • 7 G. Angoulvant, op. cit., p. 338. Le récit de la répression par Angoulvant est repris presque mot p (...)
  • 8 X, 34-4.
  • 9 X, 47-23.

9En 1911, après cinq ans d’occupation, le pays n’est toujours pas soumis. Les Gouro refusent de payer l’impôt, de fournir des porteurs ou d’exécuter les corvées. Le commandement militaire entreprend alors de « vastes opérations de pacification » qui se veulent définitives contre toutes les tribus de Sinfra, les Goura, les Bron, les Gonan et presque toutes celles de Zuénoula. Dans ce dernier secteur de Zuénoula la résistance est particulièrement vive et la répression violente : « Les populations affolées s’éparpillent dans la forêt, écrit Angoulvant, à partir du 31 mars [1912], tous les villages étant détruits, nos reconnaissances (6 à 8 par jour) pourchassent les rebelles dans la brousse. Elles se heurtent à une résistance acharnée, notamment vers Yapéfla où deux campements de 600 et 450 cases ont été reconstruits. Les rebelles nous causent des pertes sérieuses, mais en subissent de considérables. Les Gouro, traqués sans merci, ne fuient devant un de nos détachements que pour tomber sur un autre »7. Un rapport militaire leur rend cet hommage : « De tous les indigènes de la Côte d’Ivoire, les Gouro de Zuénoula sont incontestablement ceux qui ont le mieux résisté à ce jour »8. Ce n’est en définitive qu’avec la capture et la mise à mort de Bambu, un des chefs de guerre de Zuénoula, que s’acheva la conquête, en 1914, par le désarmement des habitants9.

  • 10 G. Angoulvant, op. cit.
  • 11 X, 34-4. Selon Tauxier les pertes militaires françaises auraient été les suivantes pour toute la c (...)

10Malgré le ton épique des récits militaires et malgré la résistance très réelle et courageuse des Gouro, les rapports de force étaient tels que l’on peut difficilement considérer la conquête du pays comme un très haut fait d’armes. La supériorité de l’armement français était écrasante. On utilisa même l’artillerie contre les villages de Suéfla et de Sinfla (Goura)10. Par contre, les Gouro ne disposaient que de fusils à bassinet, inutilisables par temps de pluie. L’état des pertes signalées par les rapports officiels témoigne de cette inégalité. En neuf mois, par exemple, de janvier à octobre 1912, les militaires perdirent 10 tirailleurs et eurent 7 porteurs tués et 44 blessés, tous Africains ; pour la même période, les Gouro comptaient 1 443 tués, soit une proportion de un militaire de l’armée française tué pour 144 Gouro11. Sur 115 villages actuels dont nous avons les dossiers, 53 ont été brûlés lors de la conquête, certains d’entre eux ayant pourtant fait leur soumission. A Duceifla (Bo), les villageois se souviennent encore de l’exécution de la femme d’un flazā qui s’était pourtant soumis. Les amendes infligées aux villages vaincus étaient lourdes et c’est de cette façon que disparut tout ce qui restait de gros bétail.

  • 12 X, 47-24.
  • 13 X, 38-11.

11Les opérations militaires furent suivies d’une succession de fléaux qui peuvent en être considérés comme les séquelles : épidémie de variole à Sinfra en 1915 ; dysenterie chez les T’sien, les V’nan, les Nana en 1916, maladie pour laquelle on signale 40 % de mortalité12 ; épidémie de « grippe » à Zuénoula en 1917 et à Sinfra en 191913. Les rapports signalent également presque partout une diminution de la population et un exode des tribus.

12La mise en application des méthodes d’exploitation coloniale, qui se faisait en même temps que la « pacification », provoquait déjà ces migrations.

II. — L’IMPÔT ET LES PRESTATIONS

13Les intentions économiques de la colonisation sont claires et ouvertement exprimées : il s’agissait d’exploiter l’ivoire, le caoutchouc (que l’on croyait abondant dans cette région) et d’ouvrir le pays au commerce européen. Le système d’exploitation coloniale ne vise qu’à capter les ressources existantes sans se préoccuper de les produire, ni moins encore de les reproduire, et sans associer l’ensemble de la population aux bénéfices de la production. Les principaux instruments de ce système furent l’impôt et la contrainte.

14Dès qu’ils acceptaient leur soumission, les Gouro tombaient sous le coup de l’arrêté du 4 mai 1901, établissant un impôt de capitation sur les indigènes de la Côte d’Ivoire, « contribution [...] due par chaque habitant indigène, homme, femme et enfant âgé de plus de 10 ans » et primitivement fixé à 2,50 francs par an. L’article 4 de cet arrêté prévoyait que « l’or, l’ivoire, le caoutchouc ou tout autre produit du cru de la colonie ayant un écoulement facile dans le commerce, pourront être toutefois acceptés ; leur valeur sera fixée par une mercuriale... ». Cet impôt s’ajoutait aux prestations de travail obligatoire, régies, dans les colonies de l’Afrique Occidentale Française, par la circulaire du Gouverneur Général Chaudié du 10 juillet 1891, prestations réservées, en principe, à la construction de pistes, de lignes téléphoniques, au portage et en général à tous les travaux publics. La rémunération et la durée en étaient fixées localement.

  • 14 X, 31-18. Voir chapitre 11.

15Dans cette phase initiale, l’une des tâches majeures de l’armée fut de mettre en place l’infrastructure administrative et technique de l’économie coloniale. Le premier recensement fiscal dont nous ayons retrouvé la trace date déjà de 1907, un an après le début de la conquête (Rapport Beigbebert sur les Bron de Bouaflé). En 1908, le lieutenant Aquillot, dont nous avons déjà cité le rapport14, entreprend une tournée dans quelques tribus forestières (Nana, Goura, N’Goï, V’nan, Bouavéré), dont il rapporte le nombre de cases, d’imposables, de têtes de gros et de petit bétail. Dès 1913, on trouve le premier chiffre de la population totale des quatre Subdivisions du Cercle Gouro : 66 232 habitants.

  • 15 X, 35-27.

16En même temps qu’elle recense les imposables et collecte l’impôt, l’armée se préoccupe d’ouvrir des routes pour l’évacuation des produits de collecte. Dès 1909, elle prévoit des liaisons entre Daloa et Zuénoula, Daloa et Sinfra, Vavoua et Zuénoula, etc.15.

  • 16 X, 47-24.
  • 17 Id.

17Les principales voies d’évacuation devaient être cependant les routes de Bouaké et de Dimbokro. C’est par là que, dès 1917, à raison de 25 kilogrammes par charge, 9 500 porteurs transportent 235 tonnes de produits (150 t de paddy, 43 t de coton, 251 de caoutchouc, ix t de maïs)16. En 1919, c’est 260 tonnes de palmistes et 19 tonnes de ricin qu’évacuent 11 180 porteurs jusqu’à Dimbokro pour y être vendus au commerce privé européen17. Les palmistes, principale exportation en quantité, étaient payés à Dimbokro 0,35 franc le kilogramme en 1917 ; 0,40 franc en 1918 et 0,65 en 1919. Le kapok ne valait que 0,75 franc en 1918 et le caoutchouc avait baissé, entre 1917 et 1918, de 3,75 francs à 0,45 franc. La cola, par contre, enregistre une hausse assez nette : 0,50 franc en 1917, 1,50 franc en 1918 ; 4,75 francs en 1919.

18La faiblesse des cours, leur variation ou leur chute brutale, les cessations d’achat de certains produits, obligeaient les Gouro à vendre à n’importe quel prix. Cette politique d’exploitation ne se fit pas sans rencontrer, comme la conquête, une résistance têtue.

  • 18 X, 47-24.
  • 19 X, 47-25.
  • 20 X, 47-24.
  • 21 Id.
  • 22 Chapitre IV.

19En 1913 on signale des difficultés de recrutement. De très nombreux villages sont abandonnés par leurs habitants. C’est à cette occasion que l’administration entreprend la politique de regroupement des villages et de destruction des campements de brousse dont nous avons déjà parlé (chapitre 11). En 1914, la sécheresse aidant, une disette éclate. La contrainte administrative, sous la pression des exigences de la première guerre mondiale, ne s’allège pas. Le commandant de Cercle note cette année-là : « En déduisant tous les jeunes gens et les malades on peut dire que chaque homme est allé au moins une fois à Dimbokro ou à Bouaké »18. Se référant à cette même période, un administrateur de Sinfra écrit en 1924 : « Ils [les Gouro] se souviennent qu’il y a peu de temps encore (1914-1915) — le taux de leur impôt était pourtant peu élevé — pour les libérer, on était obligé de prendre et vendre leurs propres mouchoirs de tête, leurs pagnes, leurs bracelets en ivoire, etc. »19. Cette libération par le pillage de leurs effets personnels entraîne, comme au nord, la désertion de villages entiers20. En 1916, l’effort de guerre s’intensifie : la défense nationale exige l’ensemencement de grandes surfaces de riz, de maïs et de coton qui n’aboutiront dans l’immédiat qu’à un important déboisement21. C’est cette même année qu’on tente, également vainement, de reconstituer le cheptel22.

  • 23 X, 47-24.
  • 24 X, 18-283.
  • 25 X, 47-24.
  • 26 Id.
  • 27 X, 18-283.
  • 28 X, 47-25.
  • 29 X, 18-283.

20Les administrateurs de chaque division ne cessent de signaler des difficultés : difficultés de recrutement à Zuénoula ; difficultés pour la récolte de caoutchouc à Bouaflé. Exodes et désertions se multiplient à tel point qu’en 1918 l’administration décide de « substituer des méthodes plus humaines à la manière forte », aveu qui se traduit par le remplacement du capitaine Foussat et de son régime de terreur, par un administrateur civil. Malheureusement cette décision coïncide avec l’effondrement des cours du caoutchouc et une augmentation de 30 % du taux de l’impôt qui s’élève à 8 francs par tête23. Les quantités de latex nécessaires au paiement de l’impôt sont désormais trop lourdes pour y suffire. On apprend en 1918 que les Gonan vendent leur bétail pour acquitter leurs taxes. En 1919 les palmistes sont décommandés par la défense nationale et le produit de leur vente ne couvre pas le taux de l’impôt de l’exercice de 1920 : 12 000 francs de déficit selon le rapport Mérat24. La détérioration des prix accentue encore la résistance des Gouro qui n’apportent plus leurs produits que sous la contrainte. En 1920 la révolte des habitants de Bégonéfla (Bende), qui refusent d’aller collecter le caoutchouc, provoque l’arrestation de « la moitié des habitants »25. Le commandant de Cercle Vandeix se plaint amèrement de la « paresse » des Gouro et demande, dans un rapport daté de 1920, l’instauration du travail obligatoire. En attendant que ses vœux soient exaucés les exodes vers les cercles voisins et les désertions se poursuivent, particulièrement au moment du paiement de l’impôt26. En 1923, une forte augmentation des récoltes, et donc des fournitures, aggrave les charges de portage et provoque la fuite de nombreuses tribus27 : « Plusieurs milliers de déserteurs et nomades[ ?] (de la Subdivision de Zuénoula) se réfugient dans la brousse côtière chez les petits planteurs indigènes »28. C’est sans doute la dégradation continuelle de la situation démographique et politique qui incite l’inspection des colonies à dépêcher sur place en 1924 l’inspecteur Mérat dont le rapport contient une bonne analyse critique des méthodes employées pendant cette phase de l’économie coloniale29.

21Mérat constate d’abord le faible rendement des procédés administratifs : les champs collectifs, par exemple, sont abandonnés au moindre relâchement de la discipline et toute contrainte provoque des désertions. La production dans ces conditions est très précaire. Il met aussi en évidence le vice fondamental du système : « Tantôt on prescrit des cultures qui ne sont pas achetées ou ne sont qu’insuffisamment rémunératrices, tantôt on obtient une extension importante des cultures, mais alors l’évacuation de la production par le portage devient une charge telle que le bénéfice de l’opération apparaît à l’indigène totalement illusoire. On obtient sans doute de magnifiques bilans... à l’actif, mais tout le passif n’apparaît point : souffrance et désaffection. »

  • 30 « 11 faut dire que les relations entre le secteur privé et le secteur public, ou, si l’on préfère (...)

22L’actif était à inscrire au bénéfice des intérêts privés, comme il le fait également remarquer, en notant que les maisons de commerce n’étant pas installées dans le Cercle, c’est l’administration qui organise, à leur profit, le portage des produits jusqu’à Dimbokro et Bouaké. Presque tous les travaux exécutés par les prestataires l’étaient au profit des intérêts particuliers30.

  • 31 X, 47-25.

23Le passif n’était que pour les Gouro, et Mérat calcule qu’en 1923 les exportations ayant atteint 830 tonnes, à raison de 25 kilogrammes par charge et de 12 jours de trajet aller et retour pour parcourir les 150 kilomètres qui séparent Bouaflé (qu’il prend comme centre de la distance moyenne du Cercle) de Dimbokro, les 28 190 prestataires du Cercle étaient redevables de 339 360 journées de portage, « soit 15 jours de portage chacun, en admettant que tous les prestataires soient porteurs », chiffre supérieur aux 12 journées de prestations officiellement dues. « En fin de compte, poursuit-il, avec fatigue et repos, il faut compter un mois de perdu pour toute la population masculine et adulte du Cercle. A mon avis on a dépassé la limite des charges que l’indigène était susceptible de supporter ». Cette appréciation avait d’autant plus de poids qu’une partie seulement de la population, en effet, remplissait ces obligations. Faute de pouvoir appliquer partout et toujours la contrainte, le nombre moyen de journées de travail fournies était très inégal selon les régions et les années. Pendant le troisième trimestre de 1923, par exemple, on peut calculer sur la base des chiffres officiels31 que les prestataires de la Subdivision de Sinfra fournissaient en moyenne 80 journées de travail contre 40 pour ceux de Bouaflé et un peu plus de 15 pour ceux de Zuénoula. Pendant le premier trimestre de l’année suivante, la moyenne reste de 80 jours à Sinfra mais tombe à 15 à Bouaflé et 12 à Zuénoula. Cela dépendait du nombre d’hommes que l’administration parvenait à mobiliser.

24En conclusion de son rapport, l’inspecteur Mérat demandait donc l’allégement de ces contraintes et surtout recommandait à l’administration de veiller à ce que les transactions se fassent au profit des Gouro. A cette solution, si peu conforme aux intérêts du commerce européen, on préféra celle que proposait Vandeix : l’institution du travail obligatoire, lequel, comme nous le verrons après avoir examiné l’évolution du commerce dioula et européen pendant cette même période, dura de 1925 à 1946.

III. — L’IMPLANTATION DU COMMERCE EUROPÉEN

25L’économie coloniale exigeait non seulement la mobilisation des forces de travail, mais l’implantation d’une infrastructure commerciale. Le commerce européen se trouvait en face d’une organisation marchande installée par les Dioula à leur profit et avec laquelle il allait se trouver en concurrence. Ce commerce dioula, orienté vers la savane et portant surtout sur la cola, devait être détourné vers la Côte et changer de nature.

26Dès 1913, plusieurs mesures restrictives furent prises à l’encontre des marchands et colporteurs dioula. Leur installation en dehors des postes leur fut interdite en juin sous le prétexte, d’ailleurs en partie fondé, d’éviter des frictions avec les Gouro. Des « marchés indigènes » bihebdomadaires furent créés vers la même année dans les chefs-lieux, à côté des marchés dioula et en concurrence avec eux. Les Gouro furent contraints, nous venons de le voir, de transporter et de vendre leurs produits aux commerçants européens de Bouaké et de Dimbokro. La vente de la cola fut elle-même contrôlée et taxée. Enfin et surtout, les nouvelles autorités cherchent à substituer le papier-monnaie, qui est introduit en 1916, au sōmpe.

27Malgré ces mesures le commerce européen se développe difficilement et végète dans le Cercle. En 1914, il y était représenté par cinq maisons dans le poste de Zuénoula, par deux dans celui de Sinfra et par une demi-douzaine à Bouaflé. A la fin de l’année et au début de 1915, toutes ces maisons avaient cessé leurs opérations ; elles n’étaient pas encore suffisamment intégrées à l’économie locale pour résister au contrecoup de la première guerre mondiale. En 1919, il n’y avait qu’une boutique à Sinfra pour tout le Cercle. Deux ans après, neuf boutiques ouvrent leurs portes pour les fermer quelques mois plus tard : l’organisation administrative du commerce, orientée vers les Cerles voisins, ne leur permettait pas d’avoir accès directement au produit. D’autre part, les revenus monétaires des Gouro étant entièrement absorbés par l’impôt, le commerce de détail ne trouvait aucun débouché.

28Les Dioula conservaient par contre d’importantes positions. Leur commerce répondait davantage aux besoins des populations en leur fournissant le fer et les outils contre des produits qu’ils n’exigeaient pas par la contrainte. Le sōmpe, dont on connaissait la valeur marchande et qui en plus avait un usage, était aussi une monnaie plus sûre que les pièces françaises.

29Enfin, malgré les frictions qui les opposaient occasionnellement aux Gouro, les Dioula étaient infiniment moins craints que les Européens.

  • 32 Certains Dioula s’appuyèrent sur leur position dans le commerce traditionnel pour s’introduire com (...)

30Après les opérations militaires, ils parvinrent à reprendre le contrôle de plusieurs marchés dont en particulier Zanzra, Beziaka, Donangro et Thezra. En 1922, on rapporte que les Dioula sont les seuls commerçants dans le Cercle. Le retrait de la monnaie d’argent en 1924 provoqua une réapparition des sōmpe qui circulèrent à nouveau avec leur encouragement. A cette occasion, Zanzra, important marché Nianangon, se développe à l’abri de la surveillance administrative et au détriment du marché de Zuénoula32.

31Pendant toute cette période, l’ancien mode d’échange, avec ses mêmes agents, ses mêmes produits et sa même marchandise-monnaie, tend à persister parallèlement à l’économie coloniale.

32L’apparition du camion en 1924 apporta un avantage décisif au commerce européen. Les boutiques, européennes et libanaises, s’installent définitivement ; les produits manufacturés pénètrent en plus grande quantité et font l’objet d’intéressantes opérations de troc avec les Gouro ; les sōmpe disparaissent progressivement et le papier-monnaie acquiert enfin un pouvoir d’achat : pour la première fois, en 1923, les revenus des fournitures obligatoires avaient dépassé le montant des impôts.

33L’année suivante, avec l’introduction du camion, fut levée l’interdiction faite aux Dioula de s’installer hors des limites des postes et la liberté d’opérer sur tout le territoire leur fut accordée.

34En apparence, la position présente des commerçants dioula semble s’être améliorée par rapport à la période précoloniale. Outre la cola, dont ils détiennent presque exclusivement le commerce, ils sont acheteurs de café et de cacao et leur zone d’influence s’est étendue largement vers le Sud. Pourtant, ils ne sont plus les pourvoyeurs de monnaie ; ils ne sont que les intermédiaires, à l’échelon le plus bas, dans la traite des produits agricoles d’exportation ; ils agissent très souvent pour le compte de commerçants orientaux ou européens qui leur avancent l’argent nécessaire aux achats. Même en brousse ils sont soumis à la concurrence croissante des commerçants des chefs-lieux, des grosses sociétés et des coopératives administratives qui peuvent désormais atteindre n’importe quel village par camion. Dans les bourgs, les boutiques et les magasins appartiennent à des étrangers.

35Les Dioula ont, non seulement cessé d’être les seuls agents du commerce, ils sont tombés sous la domination d’un système économique bien plus puissant auquel ils ont été contraints de s’intégrer au niveau le plus bas.

IV. — LA MOBILISATION DE LA MAIN-D’ŒUVRE

36Si le camion devait avoir pour effet de briser la concurrence des marchands dioula, on pensait qu’il contribuerait aussi à délivrer les Gouro des corvées. « A la grande satisfaction des indigènes, note Mérat, pour la première fois au cours du premier trimestre 1924, la cola fut évacuée par camion. » « N’ayant plus le portage en perspective, ajoute-t-il, les indigènes plantent. » Depuis 1916 déjà, des essais de cacao avaient été entrepris dans le secteur de Sinfra et des champs collectifs ouverts, sans grand succès, dans quelques tribus. Mais les paysans ne plantèrent pas longtemps pour leur compte, ou tout au moins peu d’entre eux, car en même temps que la motorisation des transports les délivrait du portage, les exploitations agricoles et forestières européennes se développèrent dans tout le territoire et réclamèrent une main-d’œuvre de plus en plus nombreuse.

  • 33 L. Bouillier, op. cit.

37Le recrutement au profit des exploitations privées se pratiquait déjà depuis quelques années. Un rapport de 1919 signalait dès cette date de nombreuses évasions de chantiers forestiers ; Mérat donne de 1920 à 1924 les chiffres annuels de recrutement pour les entreprises privées, chiffres qui se situent, pour le Cercle, autour de 2 000 hommes. Aucun texte officiel pourtant ne fixait les conditions de ce recrutement. Selon Bouilher33 il était assimilé à un contrat de louage de personne par des chefs complaisants.

38Le décret du 22 octobre 1925 « portant réglementation du travail indigène en Afrique Occidentale Française » allait combler cette lacune.

  • 34 L’institution du pécule s’accompagnait de celle du livret de travail et ouvrait la voie à la répre (...)

39L’exposé des motifs de ce décret précisait bien que « le développement économique croissant des colonies du groupe Ouest-Africain, par la multiplication des entreprises qu’il suscite, nécessite l’utilisation d’une main-d’œuvre de plus en plus abondante ». Le décret instituait un système de recrutement par contrat individuel passé entre l’employeur et l’employé devant l’administration coloniale. Le contrat précisait la durée de l’engagement qui devait se situer entre trois mois et deux ans (arrêté à six mois en Côte d’Ivoire), la durée du travail (fixée par un arrêté de la Côte d’Ivoire du 15 mars 1927 à dix heures par jour et à six jours par semaine), la nature du travail, le taux journalier de salaire (fixé à 2 francs dans les plantations et à 2,50 francs dans les chantiers forestiers par le texte ci-dessus), la détermination de la ration alimentaire, les conditions de vêtement et de logement. L’employeur s’engageait aussi à faciliter le recouvrement de l’impôt de son employé dû ou à devoir. Une autre retenue était prévue sur le salaire au titre d’un pécule qui n’était payable au travailleur qu’à l’expiration de son contrat et versé à son lieu de résidence, retenue qui était de 50 % du salaire en Côte d’Ivoire34.

  • 35 J. Ninine, op. cit., p. 109.

40Bien que les auteurs de ce décret l’aient voulu « fortement pénétré de sentiments de justice et d’humanité », les possibilités d’abus étaient flagrantes et les garanties offertes aux travailleurs, illusoires. Les conflits devaient être réglés par des conseils d’arbitrage composés du commandant de Cercle, de deux colons (dont un suppléant) et de deux indigènes (dont un suppléant) choisis par le lieutenant-gouverneur, de préférence parmi les assesseurs de tribunaux, sur une liste proposée par le commandant de Cercle. La procédure se révéla partout inapplicable et l’institution, selon J. Ninine35, ne fonctionna dans aucune colonie.

  • 36 C’est nous qui soulignons.

41La libre volonté des parties devait être en principe respectée, mais elle n’était garantie que par une clause du décret selon laquelle « le chef de l’unité administrative donne lecture du contrat et, toutes les fois que cela est possible, le fait traduire aux parties »36. Avant même l’apparition de ce texte, le caractère volontaire du travail contractuel était déjà dissimulé systématiquement aux Gouro : un rapport politique du deuxième trimestre de 1923 recommandait de les laisser dans l’ignorance de ce fait, « autrement, peut-on lire, s’ils savaient qu’il suffit d’être volontaire, on n’en trouverait aucun ».

42Entre les prestations de travail obligatoire dues à l’administration et le recrutement volontaire destiné aux chantiers privés, les paysans gouro ne firent, en fait, aucune distinction. L’un et l’autre simplement s’ajoutèrent et se confondirent.

  • 37 X, 31-33.

43L’institution nouvelle se révéla d’ailleurs d’application aussi difficile que la précédente comme en témoignent, avec monotonie, les rapports administratifs dès 1926 : les campements de brousse se reconstituent et 3 271 d’entre eux sont détruits dans le Cercle en 192837. En 1930, des « transfuges » Ma, Bié, Duonou et Bien se réfugient dans la Subdivision de Mankono et cet exode prend une telle ampleur que, craignant un dépeuplement du Cercle, l’administration passe un décret le 22 juin 1932 punissant les déserteurs de deux mois à deux ans de prison et de 25 à 3 000 francs d’amende.

  • 38 Rapport P. de Gentile sur la répartition plus équitable de la main-d’œuvre contractuelle, 8 avril (...)

44Les documents sur les années qui précèdent la seconde guerre mondiale nous manquent pour suivre les événements de cette période. La situation semble encore s’aggraver à partir de 1939 par la promulgation du décret d’application de la loi du 11 juillet 1938 sur l’organisation de la Nation en temps de guerre. Une circulaire du Bureau permanent de l’Office Central du Travail du Gouvernement Général de l’Afrique Occidentale Française, datée du 7 septembre 1939, précise les mesures exceptionnelles qu’impose l’état de guerre. « Tout le personnel employé sur les plantations de caféiers et de cacaoyers... est maintenu sur place pour assurer l’entretien de la récolte et peut être requis en cas d’expiration des contrats, et la main-d’œuvre nécessaire aux entreprises adjudicataires de travaux pour les différents services publics de la colonie est maintenue d’office sur les exploitations. » L’article 12 de la loi du 11 juillet 1938 ci-dessus prévoyait aussi qu’au moment de la mobilisation « des unités de travailleurs coloniaux encadrés peuvent être employés en dehors de leur territoire d’origine dans les services publics ou exploitations privées travaillant pour les besoins de la nation », ces travailleurs étant recrutés parmi les engagés volontaires en cas d’insuffisance des requis. Tous ces textes permettaient une mobilisation plus intensive de la main-d’œuvre mais donnaient aux travailleurs moins de garantie encore. La « pression morale exercée jusqu’alors sur les travailleurs volontaires fait place, ouvertement, comme le fait remarquer le gouverneur de Gentile, au recrutement forcé »38.

45L’administration locale devient à partir de ce moment une vaste entreprise de fourniture de main-d’œuvre fonctionnant pour les entreprises privées du Cercle et des Cercles voisins : chantiers forestiers et plantations de café et de cacao. Les dossiers d’archives de Zuénoula sont composés presque uniquement de la correspondance avec ces entreprises et des contrats de travail. Les planteurs européens passent commande à l’administration du nombre de travailleurs dont ils ont besoin, demandent le renouvellement de leur contingent, réclament le remplacement des déserteurs, etc. L’administration, apparemment débordée, essaie de freiner ces exigences qui pèsent lourdement sur la population.

  • 39 Subdivision de Zuénoula, Rapport économique de 1941.

46Le contingent normal des recrutés devait représenter 5 % des prestataires, c’est-à-dire des hommes valides âgés d’au moins 14 ans. D’après les rapports économiques de la Subdivision de Zuénoula, il était de 10 % en 1941 : depuis 1937, la Subdivision fournissait 2 000 travailleurs par an sur un total de 18 000 hommes valides tenus déjà aux prestations obligatoires de travail39.

47Quarante-quatre hommes du village de Ziduho, où l’on compte aujourd’hui 69 hommes actifs, furent recrutés pendant la guerre — ce qui représenterait, en admettant que le nombre d’hommes valides eût été le même qu’aujourd’hui, 66 % de la population masculine active. Ces hommes furent envoyés à Abidjan et Gagnoa surtout, ainsi qu’à Grand-Bassam, Issia, Sassandra, Tiasallé, Agboville, Agboisso, Grand-Lahou, tandis que d’autres étaient astreints, sur place, aux travaux de route, dans le cadre des prestations de travail obligatoire.

48A Duonéfla, où l’on compte aujourd’hui 66 hommes actifs, le recrutement toucha 28 d’entre ceux qui sont encore présents au village, souvent à plusieurs reprises, certains jusqu’à six ou sept fois pour des périodes variant entre quelques semaines et neuf mois. Au total, ces 28 hommes furent mobilisés cinquante-neuf fois. Outre les centres cités par les habitants Ziduho, ils furent envoyés à Seguéla, Katiola, Oumé, Sinfra et Bouaflé. Les paysans de Duonéfla m’ont affirmé qu’accablés par le recrutement et les prestations, ils n’avaient le temps de cultiver leurs champs que la nuit, à la lueur des torches.

  • 40 Rapport P. de Gentile du 8 avril 1944 (V, 19-6).

49Le long rapport du Gouverneur P. de Gentile40 confirme l’importante contribution du Cercle et plus particulièrement de la Subdivision de Zuénoula à la fourniture de main-d’œuvre en Côte d’Ivoire, contribution supérieure à celle des autres régions et surtout de la Basse-Côte. Les conclusions du rapporteur s’appuient sur le calcul du nombre de journées théoriques de travail imposées par rapport au nombre total d’habitants. La journée de travail est affectée d’un coefficient théorique de charge selon la nature du travail et l’éloignement. Le coefficient de charge s’élève ainsi à 21,38 journées de travail par habitant pour les secteurs Bouaflé-Sinfra et 41,5 journées pour la Subdivision de Zuénoula, contre 19,38 journées pour l’ensemble du Cercle de Bouaké, par exemple.

  • 41 V, 19-6.

50Cette forte demande exercée sur la population gouro, en grande partie au profit des pays Baoulé et Bété où se développaient les plantations européennes, s’accompagnait d’abus que l’administration, trop occupée par le problème même du recrutement, ne pouvait réprimer. Les instructions gouvernementales visant le respect du contrat restent lettre morte et dès 1939 une circulaire du gouvernement central en fait état : journées « coupées », insuffisance de nourriture, non-distribution de couvertures, etc. Un rapport d’inspection (non daté) d’un chantier de Katiola (Fournier-Bidoz), où travaillent 100 Gouro de la Subdivision de Zuénoula, donne un exemple des conditions auxquelles étaient soumis certains travailleurs : 44 des Gouro ci-dessus sont logés dans une case de 3 mètres sur 19 ; les manœuvres n’ont rien reçu des nattes et des couvertures prévues par le contrat, et en outre leurs propres pagnes et leur argent leur ont été enlevés à l’arrivée par un commis ; les quantités de nourriture sont inférieures aux normes prescrites ; la viande de chasse destinée au ravitaillement des travailleurs est vendue par les chefs d’équipe à Katiola ou Bouaké ; le repos du dimanche n’est pas observé et l’inspecteur relève des traces de coups sur les travailleurs ; 25 malades, soit 10 % des effectifs du chantier, sont soignés par un gamin de 14 ans n’ayant aucune préparation pour cet emploi41.

  • 42 Note du 12 juin 1944 (V, 19-6).

51Une note du gouverneur Latrille constate ce même état de choses en 194442 : « A diverses reprises il a été constaté, soit au cours d’inspections des exploitations, soit au moment de la visite médicale de rapatriement qu’un certain nombre de travailleurs engagés par contrat, parfois la totalité du contingent, présentaient des signes de déficiences physiques graves. » La note cite, comme causes de ces déficiences : non-conformité des rations allouées ; tâches excessives ; journées dépassant la durée légale de neuf heures journalières ; indifférence des employeurs à l’égard de l’état sanitaire des manœuvres. Le poids des hommes recrutés et figurant sur les contrats est alarmant, il varie entre 50 et 60 kilogrammes pour des hommes de 17 à 40 ans, certains même n’atteignent pas 45 kilogrammes. Une circulaire de l’administrateur en chef des Colonies Paolini lève pourtant, le 30 octobre 1943, les derniers obstacles sanitaires au recrutement total : « Rien ne s’oppose au recrutement des ajournés pour satisfaire les besoins de main-d’œuvre des chantiers publics et particuliers de la colonie. »

52Pour échapper à ces traitements, les hommes s’enfuient des camps et se réfugient dans les villes ou dans les Subdivisions voisines où ils s’installent clandestinement. Beaucoup d’entre eux d’ailleurs ne reviendront plus ensuite au village. Nous n’avons pas de chiffres globaux sur ces désertions qui paraissent avoir été nombreuses : au hasard des listes trouvées dans les archives de la Subdivision de Zué-noula : sur deux lots de 100 hommes, chacun recruté le 10 août 1939 pour les Plantations Réunies de l’Ouest Africain (S.P.R.O.A.), on compte par exemple : 62 déserteurs et un décès dans le premier lot ; 27 déserteurs et un décès dans le second. En février de la même année, sur un autre lot de 100 travailleurs, deux mouraient, huit étaient renvoyés malades et deux autres désertaient. D’une autre plantation de la même société, 18 hommes désertent sur un groupe de 50 travailleurs le 24 août 1939. Sur les chantiers forestiers Fournier-Bidoz, mentionnés plus haut, on compte 72 déserteurs sur 305 recrutés.

  • 43 Souligné par nous.

53Pour réprimer les fuites, une circulaire du gouverneur Rey du 27 avril 1943 en étend la responsabilité, non plus seulement à la famille du déserteur comme c’était jusqu’alors la règle, mais collectivement à tout le village qui est tenu de fournir un remplaçant. Dans une circulaire du 9 juillet 1943, ce même fonctionnaire définit à ce propos les « devoirs des travailleurs envers les personnes et l’autorité de l’employeur » : « l’employeur est un chef. Il constitue un relais d’autorité accepté par l’administration dans la mesure même où elle recrute en sa faveur. Le manœuvre lui doit respect et obéissance, en d’autres termes une attitude toujours déférente et la bonne volonté dans l’exécution des ordres reçus »43. Non seulement l’administration se mettait au service des entrepreneurs privés, mais elle leur déléguait aussi son autorité.

54Au contraire de l’obéissance souhaitée par le gouverneur, le régime du travail forcé provoque une augmentation de la délinquance. Un pointage fait sur tous les jugements rendus par le tribunal de Zuénoula entre 1935 et 1944 fait apparaître une montée en flèche des chefs d’accusations portant sur le vol, l’escroquerie, les violences. Fait significatif, le vagabondage qui était inexistant en 1936, croît encore plus vite. Une résistance de caractère politique apparaît aussi à travers les nombreux et croissants « conflits avec l’autorité » ou « atteintes à la liberté du travail ». Il s’agit dans le premier cas de refus de travailler sous la contrainte, de planter ou d’entretenir les cultures forcées, et dans le second d’incitation à la désertion. Soixante-douze condamnations sont prononcées en 1939 sous ce dernier chef d’inculpation, et plus de soixante les deux années suivantes, alors qu’on enregistre un seul cas de cette sorte en 1937 (fig. 11).

55Ce recrutement intensif d’un plus grand nombre de travailleurs n’avait-il pas au moins le mérite d’augmenter les revenus de la population ?

56De 1927 à 1938, le salaire des travailleurs recrutés resta le même : 2 francs par jour sur les plantations, et 2,50 francs sur les chantiers forestiers. En 1938, il est augmenté de 0,50 franc dans les deux catégories et en 1944 seulement il passe à 3,50 francs et 4 francs respectivement (2,50 francs pour les enfants de 14 à 17 ans).

57Ces faibles sommes, dont certaines n’étaient même pas payées du tout, ne couvraient pas, d’après le rapport économique de la Subdivision de Zuénoula de 1940, le montant des impôts, taxations et cotisations exigés de la population.

58Or ces diverses contributions ne font qu’augmenter pendant toute la période de la guerre à un taux infiniment plus rapide que celui des salaires. En 1938, l’impôt de capitation s’élève à 25 francs, à quoi s’ajoute la cotisation obligatoire de 26,50 francs (payable par tous les imposables) à la société de prévoyance, soit une augmentation de 55 % sur les contributions de 1929. En 1940, l’impôt s’élève de 35 % et le total des charges à 52 francs (+ 95 % par rapport à 1938). Entre 1940 et 1943 ces chiffres sont respectivement de 42 francs et de 59 francs et en 1943 de 60 francs et de 85 francs, soit une nouvelle augmentation de 64 % des charges totales par rapport à 1940. (Les années suivantes les taxes passent à 70 francs, puis à 130 francs pour un total de charges de 95 francs puis de 160 francs.)

V. — LES LIMITES DU SYSTÈME D’EXPLOITATION COLONIALE

59Les exigences du recrutement s’ajoutaient, rappelons-le, à celles des cultures forcées (coton et riz), de la collecte du caoutchouc et des travaux accomplis pour l’administration du Cercle, tels que l’entretien des routes. La pénurie d’essence due aux restrictions de guerre aggravait encore la peine des hommes et les dures corvées du portage avaient été ressuscitées.

FIG. II. —Criminalité.

60Les prestations de travail n’étant pas payées et la quasi-totalité des salaires des travailleurs recrutés retournant à l’administration sous forme d’impôts, le travail des paysans gouro était ainsi fourni presque sans contrepartie. Les travailleurs recrutés recevaient une maigre pitance pendant la durée des travaux, mais leurs besoins vitaux étaient laissés à la charge du secteur paysan traditionnel qui devait assurer la subsistance de tous ses membres, prendre soin des malades, des infirmes et des vieux. Le système colonial créait ainsi une rente nette représentée par la quasi-totalité du travail fourni dans le cadre des prestations et du recrutement.

  • 44 Cette exigence est parfaitement comprise par le colonisateur et parfois même explicitée : « It is (...)

61Cette rente cependant ne pouvait persister que dans la mesure où les travailleurs étaient renvoyés régulièrement dans leurs villages et remplacés à des intervalles relativement courts afin qu’ils ne tombent jamais à la charge du secteur d’exploitation capitaliste en tant que chômeurs, malades, vieillards, retraités, etc.44.

62Ce mode d’exploitation de la main-d’œuvre exigeait donc : i° l’existence d’une réserve de main-d’œuvre beaucoup plus considérable que la fraction employée à chaque moment ; 2° le déplacement continuel et répété d’un grand nombre d’hommes entre leurs villages et les chantiers.

  • 45 Nombre de recrutés dans l’année pour une durée de 6 mois : 2 005 ; nombre de prestataires devant f (...)

63Nous avons vu que le pourcentage de la population active masculine valide susceptible d’être recrutée avait été fixé à 5 % et que le dépassement de cette proportion apparaissait aux administrateurs eux-mêmes comme exerçant sur la population une ponction trop forte. D’après les calculs que nous avons faits sur la base des chiffres de 1929 — la seule année pour laquelle nous avons l’ensemble des données nécessaires à cette évaluation — il n’y avait simultanément au travail à chaque moment, théoriquement, que 1 000 recrutés et 1 450 prestataires, en moyenne, soit 5,5 % de la population active des deux sexes45.

64La jouissance de cette rente avait donc pour condition l’existence d’un appareil administratif et coercitif capable d’encadrer et de déplacer une population active plus de vingt fois supérieure au nombre d’individus effectivement mis au travail à chaque moment, ou, pour reprendre les chiffres de 1929, capable, pour mettre simultanément 2 450 hommes au travail, de soumettre une population totale de 76 255 habitants.

65Dans ces conditions, le rendement de la main-d’œuvre, prise globalement, était très faible, faiblesse qui paradoxalement aboutissait à un véritable sous-emploi, dont il faut rechercher la cause dans le mode d’exploitation lui-même qui ne permettait d’employer qu’une proportion minime de la population tout en soumettant l’ensemble de celle-ci à des exigences insupportables.

66Si la productivité de la main-d’œuvre globale était très basse, le rendement du travail l’était également pour des raisons elles aussi liées au mode d’exploitation.

67L’existence et la survie des travailleurs n’étant pas à la charge de l’exploitant, celui-ci tendait à utiliser le facteur travail, comme le sont les autres facteurs de production dans une économie capitaliste primitive, d’une manière destructive, c’est-à-dire sans se préoccuper de son entretien — comme en témoignent les rapports sur la santé des recrutés —, ni de son renouvellement : toutes les pyramides d’âge que nous avons dressées pour plus de trente villages gouro font apparaître un déficit de naissances pendant les années de recrutement intensif de la guerre. Le remplacement des travailleurs morts, malades ou enfuis, se faisait par recours à la coercition, c’est-à-dire en épuisant les réserves humaines. Le système aboutissait, à long terme, à faire disparaître les conditions mêmes de son propre fonctionnement.

  • 46 Tout au début de la colonisation, un administrateur venu du Baoulé mentionnait au contraire dans u (...)

68Le rendement de travailleurs recrutés et employés dans ces conditions brutales, si peu payés qu’ils n’y trouvaient aucun intérêt, toujours prêts à s’enfuir et toujours renouvelés, était, on s’en doute, fort mauvais et les administrateurs comme les employeurs se plaignent de façon répétée de la « paresse » des Gouro46. Le transfert de milliers de travailleurs vers les chantiers, la fuite des déserteurs et leur remplacement diminuaient considérablement, en outre, le temps de travail effectif de la main-d’œuvre mobilisée.

69La faible rentabilité de ces méthodes était tolérable pourtant parce que le coût réel de la main-d’œuvre prestataire et recrutée, c’est-à-dire le coût de son encadrement et de son transport était à la charge, non pas des entreprises privées, qui bénéficiaient directement du travail des recrutés et indirectement de celui des prestataires par l’usage des services publics, mais par l’administration. De ce fait, le prix de revient des entreprises était faussé et leur rentabilité associée à l’existence de toute l’infrastructure administrative coloniale. Elles pouvaient, tant que persistait le régime de contrainte, fonctionner dans des conditions d’exploitation très primitives. La plupart d’entre elles, d’ailleurs, furent incapables de se reconvertir quand fut supprimé le travail forcé obligatoire — c’est-à-dire lorsque l’administration cessa de prendre à son compte le coût réel de la main-d’œuvre.

70Si l’on jette un coup d’œil sur l’ensemble de la production correspondant à cette période, on voit en effet que le système était d’un rendement limité. Nos graphiques de production (fig. 12 et 13), établis à partir des chiffres dispersés à travers les documents officiels, montrent nettement, surtout à partir de 1930, que tout effort entrepris sur un produit s’accompagne généralement de la baisse d’une autre production. Ce phénomène est plus perceptible encore sur le graphique se rapportant à la Subdivision de Zuénoula (fig. 13). En 1930, une augmentation brusque des fournitures de coton s’accompagne d’une chute de celles des palmistes, événement qui se répète avec plus d’ampleur entre 1935 et 1937, cette fois aux dépens du caoutchouc et des palmistes. En 1940, la légère remontée des palmistes correspond à une baisse du coton, tandis que les années suivantes les fournitures de coton en hausse s’accompagnent d’une production presque nulle de palmistes. Enfin, en 1940, la demande accrue de caoutchouc se traduit à son tour par une disparition quasi totale du coton. Si l’on pouvait rapporter le volume de production des différents produits au travail fourni, il est probable que nous trouverions, depuis 1925 environ, un rapport à peine croissant, sinon constant. Le système de production par la contrainte semblait avoir atteint ses limites.

71Dans la perspective d’une expansion de la production par une exploitation plus intensive des ressources du pays, de l’incorporation croissante des territoires coloniaux à l’économie industrielle et financière occidentale, ce mode d’exploitation coûteux, et limité, devait disparaître. La loi du 30 avril 1946, visant à l’établissement de plans décennaux d’équipement et de modernisation inaugurait une nouvelle forme d’exploitation économique qui ne pouvait plus se contenter des médiocres résultats du système antérieur.

***

72Le travail forcé ne fut pas aboli toutefois par la seule vertu des transformations de l’économie, il tomba aussi sous les coups que lui infligèrent ceux qui en étaient les victimes et qui surent s’organiser pour combattre.

73C’est sur les chantiers de recrutement et parmi les déserteurs réfugiés dans les villes que se créa un esprit de solidarité et de résistance qui trouvait son prolongement, d’une part, parmi les parents demeurés au village et, d’autre part, auprès des intellectuels, lettrés et fonctionnaires urbains.

FIG. 12. — Production du Cercle Gouro (1913-1943).

FIG. 13. — Production de la Subdivision de Zuénoula (1920-1957).

74C’est par ces contacts entre les ruraux et les citadins, et entre membres de nombreuses ethnies, favorisés précisément par le brassage qu’imposait le recrutement forcé, que se créa un terrain favorable à la constitution d’un grand mouvement politique capable de jouer un rôle décisif en faveur de l’émancipation nationale.

75Au lendemain de la libération de la France, un projet de loi avait été déposé devant l’Assemblée Nationale Constituante par un représentant de la Côte d’Ivoire, M. Houphouët-Boigny, visant à interdire « le travail forcé ou obligatoire de façon absolue dans les Territoires d’Outre-Mer ».

  • 47 H. Fréchou, « Les plantations européennes en Côte d’Ivoire », Cahiers d’Outre-Mer, n° 29, janvier- (...)
  • 48 R. Arthaud, Le Grand Complot des Négriers, Paris, Imprimerie P.P.I., 1951. Le compte rendu de la m (...)
  • 49 Arrêté du 17 octobre 1949 du Haut-Commissariat en A.O.F.
  • 50 Arthaud, op. cit., p. 24.

76L’application de cette loi, votée le n avril 1946, se heurta en Côte d’Ivoire à « l’opposition passionnée des planteurs européens »47 pour les raisons économiques que nous venons de voir. Des colons entêtés, aidés par quelques administrateurs rétrogrades, tentèrent de prolonger le régime du travail forcé dans les années qui suivirent la promulgation de cette loi. Le rapport politique de la Subdivision de Bouaflé signale encore en 1947 un recrutement de travailleurs « par pression administrative » pour les routes et les plantations. D’après R. Arthaud48, ancien ministre, membre de la Commission parlementaire chargée d’enquêter sur les troubles de Côte d’Ivoire de 1950 au début de cette année, « des villages entiers, hommes, vieillards et enfants confondus furent mis au travail sous la menace des armes » (p. 33). Les tentatives du Rassemblement Démocratique Africain pour faire appliquer la loi de 1946 soulèvent l’administration contre ce parti qui, affilié parlementairement au parti communiste, est accusé de menées subversives. L’institution de la carte d’identité nationale49, rendue obligatoire à partir du 1er janvier 1950, était une tentative visant à constituer une main-d’œuvre pénale. « Un grand nombre de détenus présents dans les prisons sont poursuivis pour défaut de carte et c’est d’ailleurs là un moyen imaginé pour rétablir indirectement la pratique odieuse du travail forcé »50. Ces pressions persistantes sont aussi l’occasion de troubles dans plusieurs villages de Côte d’Ivoire et en particulier dans le pays Gouro.

  • 51 Arthaud, op. cit., p. 72.

77Le 19 février 1949 déjà, trois membres du R.D.A. de la Subdivision de Zuénoula, Zamblé bi Zamblé (aujourd’hui député à l’Assemblée Nationale de la Côte d’Ivoire), Ba bi Toa et Paul Seye avaient été accusés sans preuve d’avoir incendié la case du chef de Canton, membre du « Parti Progressiste » d’inspiration administrative. Arrêtés, ils furent « questionnés » en présence du commandant de Cercle et frappés de 150 coups de chicotte. Des émeutes plus graves éclatèrent à Bouaflé le 21 janvier 1950 où l’intervention de la troupe fait trois morts et onze blessés parmi la population. « Des centaines de villageois, femmes, enfants, vieillards, furent incarcérés à Sinfra et à Bouaflé. » Dans ce dernier chef-heu, les interrogatoires f turent menés avec une telle férocité que plusieurs détenus moururent sous les coups51. M. Houphouët-Boigny, venu à Bouaflé à cette occasion, y est menacé une première fois d’arrestation pour « recel de malfaiteurs », mais, étant lui-même hébergé chez un ami, cette charge inadéquate ne peut être retenue contre lui.

78L’état d’agitation créé dans tout le pays, l’organisation politique des populations dans un grand parti, le Rassemblement Démocratique Africain, fondé en 1947, s’opposèrent en définitive à la perpétuation d’un système de contrainte désormais privé de légalité.

79Avec cette victoire, l’ère du planteur gouro commençait pour de bon.

VI. — LES PREMIERS CHEFS ET LES PREMIERS PLANTEURS

80Cette ère économique nouvelle trouvait pourtant des racines politiques et sociales dans la colonisation elle-même.

81La contrainte administrative n’avait pu s’appliquer que par la création d’un système de chefferie capable de servir de relais à l’autorité coloniale. Chefs de village, de tribus et d’une nouvelle unité administrative, le Canton, furent désignés pour remplir cette fonction.

82Primitivement les Français ne furent pas partout ni toujours accueillis en ennemis. Les Bouavéré, par exemple, reçurent les militaires comme des hôtes, leur accordèrent le privilège de s’installer sur leurs terres et d’y fonder le poste de Bouaflé. Ailleurs, là où la guerre opposait les tribus, certains s’allièrent aux Français contre leurs ennemis. Au milieu des conflits qui opposaient les différentes unités constituantes de la société, le conquérant apparaissait comme un arbitre puissant dont on rechercha les faveurs. L’administration française se trouva donc partout des alliés qu’elle installa dans les fonctions de chefs.

83Les exigences de l’économie coloniale allaient transformer la chefferie en une fonction de plus en plus autoritaire et donner à ces représentants un pouvoir sans précédent dans l’organisation politique traditionnelle. Imposés de plus en plus du dehors, soutenus par les forces répressives de la colonisation, agissant donc comme agents de la puissance dominante, ces chefs occupaient aussi, ou tout au moins se trouvaient en position d’occuper les fonctions traditionnelles d’autorité. Mais il leur fallait, pour les exercer, occuper un rang conforme aux normes coutumières et remplir en particulier certaines des fonctions de l’homme riche.

84Les avantages matériels et les privilèges dont jouirent les chefs administratifs leur permirent de remplir cette condition indispensable. Ils reçurent un traitement et une part des impôts perçus. Ils furent aussi chargés de désigner les hommes de leur village exigés par le recrutement : peu des dépendants directs des chefs furent frappés. Disposant d’argent et d’une main-d’œuvre familiale presque intacte, parfois même de travailleurs recrutés, les « notables » furent en mesure d’entreprendre les premières plantations, comme l’attestent l’âge et l’appropriation des plantations figurant aux cadastres, donc de s’enrichir et d’exercer les fonctions de protecteur attendues d’un homme éminent.

  • 52 Le rédacteur du rapport politique du Cercle (1947) juge les chefs « routiniers, bornés, têtus ou s (...)

85Leur autorité pourtant, reposant sur l’appui administratif et la richesse monétaire, était efficace mais contestable, parce que déviée des normes traditionnelles, et contestée, parce que néanmoins jalousée. Les conflits et les oppositions entre lignages eurent aussi pour enjeu, désormais, la chefferie. La médiocrité ou la cupidité de nombreux chefs traditionalistes52, devenus quasi inamovibles, encouragea une opposition politique dont l’existence se révéla à l’occasion de la lutte pour l’émancipation nationale. Lorsque, pour riposter au R.D.A., l’administration créa le « parti progressiste », les chefs administratifs en furent les adhérents obligés ainsi que quelques fonctionnaires et les surveillants de plantations. Par contre, les goniwuo écartés des chefferies, les dépendants lointains des chefs, une partie des anciens combattants, et la presque totalité des recrutés rejoignirent le R.D.A. L’appartenance politique divisait souvent les familles dont les membres cessaient de manger ensemble, signe indiscutable de leur division.

86La victoire du R.D.A. pourtant n’entraîna pas comme on pourrait le supposer le renouvellement des notabilités exerçant la chefferie, car M. Houphouët-Boigny imposa, le 12 août 1956, une grande « réconciliation nationale » qui permit le ralliement des chefs compromis au parti et leur maintien dans les positions administratives et économiques qu’ils devaient à la colonisation. En 1958, les chefs Gouro étaient presque partout les mêmes qu’en 1945. Bien que cette réconciliation fût acceptée avec discipline par les militants de base du R.D.A., ceux-ci, frustrés de leur victoire, restèrent partagés entre l’amertume et la confiance qu’ils accordaient à leurs dirigeants.

87L’opposition qui divisait la société gouro contre elle-même ne fut pas la seule à être exploitée par la colonisation. La présence de nombreux immigrants dans le pays créait d’autres foyers de tension. En 1950, lors des événements que nous avons relatés, les Mossi sédentarisés, d’après un rapport officiel, auraient proposé leur appui à l’administration pour agir contre les Gouro. Comme les planteurs dioula, apparemment, ils jouissent de privilèges de fait ; en particulier, ils ne furent pas mobilisés par le recrutement, ni tenus aux prestations de travail, ni toujours imposés. Grâce à ces relatives libertés, ils purent entreprendre, dès le régime colonial, en même temps que les chefs administratifs et souvent sur une échelle plus vaste, des cultures commerciales, comme en témoignent encore les cadastres.

  • 53 Les Mossi semblent s’être tenus à l’écart des partis.

88Tous les Dioula n’étaient pas pour autant « progressistes »53, car il existait aussi entre eux des rivalités qui se traduisaient par des appartenances opposées.

89Certains, parmi les commerçants dont les activités étaient dominées par le commerce étranger, crurent aussi se débarrasser de cette concurrence en ralliant le R.D.A.

90Les diverses fractions de la population ne partageaient donc pas toutes les mêmes intérêts et si la grande majorité pâtit de l’économie coloniale, une minorité en bénéficia au contraire : c’est elle qui devait former l’embryon de la nouvelle classe paysanne.

Notes

1 Les données de ce chapitre sont fondées sur les rapports périodiques (trimestriels ou annuels) des administrateurs militaires et civils des subdivisions, rapports qui se trouvent tantôt au chef-lieu de subdivision, tantôt aux Archives d’Abidjan et cotées. Nous avons utilisé aussi les rapports des inspecteurs du gouvernement central, les journaux de poste et différents documents et notices administratives ; pour la partie législative, nous avons consulté le Bulletin Officiel de la Côte d Ivoire, puis le Journal Officiel de la Côte d’Ivoire, ainsi que le Journal Officiel de la République Française, Imprimerie Nationale ; sur le travail forcé, les thèses de J. Ninine, La main-d’œuvre indigène dans les colonies africaines. Thèse, Faculté de Droit, 1932, et de L. Bouillier, Obligation au travail pour les indigènes des colonies d’exploitation, Thèse, Faculté de Droit, 1933.

2 Arch. Abidjan, X, 38-11.

3 Les Dioula bénéficiaient auparavant de la protection de l’armée. Certains d’entre eux, réfugiés chez les Bende après une échauffourée avec les Goura, furent d’après un rapport de 1904 (X, 34-83), débloqués par un colonne militaire. La même année, les Français avaient fait jurer aux N’Goï de Bazré de respecter les Dioula. Dans un autre document intitulé « Livre de renseignement politique et statistique » (Arch. Zuénoula) la cessation du commerce est attribuée à une épidémie de variole qui aurait éclaté à la fin de 1906 : « Des dioulas varioleux ayant contaminé l’autochtone, les caravanes ne passent plus. Plusieurs sont attaquées et massacrées en partie. Le commerce européen s’en est vu interdire l’accès et les dioulas ne s’y aventurent qu’à grand risque. »

4 On se demande, d’ailleurs, quelle en aurait été la représentativité, étant donné le caractère très décentralisé du pouvoir politique.

5 La méthode préconisée par Angoulvant (G. Angoulvant, La Pacification de la Côte d’Ivoire 1908-1915, Méthodes et Résultats, Larose, 1916, 395 p.) pour soumettre cette région, qu’il qualifie de « contaminée », était de « placer les populations suspectes ou franchement hostiles sous la menace constante d’une répression immédiate si énergique que la punition soit exemplaire ».

6 X, 35-22.

7 G. Angoulvant, op. cit., p. 338. Le récit de la répression par Angoulvant est repris presque mot pour mot par L. Tauxier, op. cit., p. 103 à 117.

8 X, 34-4.

9 X, 47-23.

10 G. Angoulvant, op. cit.

11 X, 34-4. Selon Tauxier les pertes militaires françaises auraient été les suivantes pour toute la campagne : jusqu’au IER juillet 1911 : 33 tués (dont un Européen) et 107 blessés ; du IER juillet au 31 décembre 1911 : 15 tués (dont un Européen) et 34 blessés (dont un Européen) ; de janvier à octobre 1912 : 10 tués et 44 blessés. Soit au total : 58 tués (dont deux Européens) et 185 blessés (dont un Européen). Tauxier ne donne pas le chiffre des pertes Gouro (L. Tauxier, op. cit., p. 106, ni et 115).

12 X, 47-24.

13 X, 38-11.

14 X, 31-18. Voir chapitre 11.

15 X, 35-27.

16 X, 47-24.

17 Id.

18 X, 47-24.

19 X, 47-25.

20 X, 47-24.

21 Id.

22 Chapitre IV.

23 X, 47-24.

24 X, 18-283.

25 X, 47-24.

26 Id.

27 X, 18-283.

28 X, 47-25.

29 X, 18-283.

30 « 11 faut dire que les relations entre le secteur privé et le secteur public, ou, si l’on préfère entre le commerce et l’administration, étaient très étroites [...]. C’est ainsi que la Chambre de Commerce [créée en 1911] fut souvent au point de départ d’un aménagement routier, de l’exécution d’une entreprise d’intérêt général : aménagement du wharf, construction de routes et d’ouvrages d’art, etc. » (« Historique de la Chambre de Commerce de la Côte d’Ivoire », Bull. mens, de la Chambre de Commerce de la Côte d’Ivoire, mars 1961, p. 10 à 18).

31 X, 47-25.

32 Certains Dioula s’appuyèrent sur leur position dans le commerce traditionnel pour s’introduire comme intermédiaires dans le commerce administratif. Ils achetaient directement les produits coloniaux aux Gouro pour en assurer le transport et la vente dans les centres européens. C’est ainsi qu’en 1916 la famille de Sekou Baradji, Soninke installé à Sinfra, conquérait d’importantes positions marchandes par le commerce de la cola : celle-ci était achetée 10 francs le panier de 25 kilogrammes, acheminée jusqu’à Dimbokro au tarif de 10 francs par charge et 5 francs de nourriture et revendue au prix de 4 francs le kilogramme, soit un bénéfice de 3 francs par kilogramme ou de 75 francs par charge (interview du frère cadet de Sekou Baradji, Sinfra, le 6 novembre 1958).

33 L. Bouillier, op. cit.

34 L’institution du pécule s’accompagnait de celle du livret de travail et ouvrait la voie à la répression du vagabondage et à la constitution d’une main-d’œuvre pénale. En fait, il se révéla assez vite que l’entretien des prisonniers revenait plus cher que l’emploi des travailleurs recrutés (Rapport politique. Subdivision Bouaflé, 1947).

35 J. Ninine, op. cit., p. 109.

36 C’est nous qui soulignons.

37 X, 31-33.

38 Rapport P. de Gentile sur la répartition plus équitable de la main-d’œuvre contractuelle, 8 avril 1944, Arch. Abidjan, V, 19-6.

39 Subdivision de Zuénoula, Rapport économique de 1941.

40 Rapport P. de Gentile du 8 avril 1944 (V, 19-6).

41 V, 19-6.

42 Note du 12 juin 1944 (V, 19-6).

43 Souligné par nous.

44 Cette exigence est parfaitement comprise par le colonisateur et parfois même explicitée : « It is clearly to the advantage of the mines that native labourer should be encouraged to return to their homes after the completion of the ordinary period of service. The maintenance of the system under which the mines are able to obtain unskilled labour at a rate less than ordinarily paid in industry depends upon this, for otherwise the subsidiary means of subsistance would disappear and the labourer would tend to become a permanent resident upon the Witwatersrand, with increased requirements... ». Rapport de la Mine Natives Wages Commission (U.G. 21, 1944, paragraphs 309-310), cité par I. Schapera, Migrant Labour and Tribal Life, a study of conditions in the Bechua-naland Protectorate, Oxford University Press, Londres, 1947, p. 204.
Un rapport gouvernemental de la Colonie britannique d’Uganda de 1954 fait de ce system une policy « It is policy whenever practicable to leave the care of the destitute and the disabled in the hands of the tribal clan and family organisation which have traditionaly accepted this responsibility » (cité par R. Mukherjee, The Problem of Uganda, a study of acculturation, Berlin, Akademie-Verlag, 1956, p. 198).

45 Nombre de recrutés dans l’année pour une durée de 6 mois : 2 005 ; nombre de prestataires devant fournir 12 jours de travail par an : 44 817. Soit, en activité à chaque moment de l'année: 2 000x6/12= 1000 recrutés et 44817x12/365= 1450 prestataires.

46 Tout au début de la colonisation, un administrateur venu du Baoulé mentionnait au contraire dans un rapport les qualités de travailleurs des Gouro qu’il opposait à la « paresse » de ses anciens administrés déjà soumis au régime de contrainte.

47 H. Fréchou, « Les plantations européennes en Côte d’Ivoire », Cahiers d’Outre-Mer, n° 29, janvier-mars 1955, p. 56-83.

48 R. Arthaud, Le Grand Complot des Négriers, Paris, Imprimerie P.P.I., 1951. Le compte rendu de la mission d’enquête parlementaire n’a jamais été rendu public.

49 Arrêté du 17 octobre 1949 du Haut-Commissariat en A.O.F.

50 Arthaud, op. cit., p. 24.

51 Arthaud, op. cit., p. 72.

52 Le rédacteur du rapport politique du Cercle (1947) juge les chefs « routiniers, bornés, têtus ou sans autorité ». Il attribue leur faiblesse au fait qu’ « ils ne disposent plus du poison » mais seulement du soutien de l’administration.

53 Les Mossi semblent s’être tenus à l’écart des partis.

Table des illustrations

Légende FIG. II. —Criminalité.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/121/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 12. — Production du Cercle Gouro (1913-1943).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/121/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 13. — Production de la Subdivision de Zuénoula (1920-1957).
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/121/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540