Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Généraliser

 | 
Emmanuel Désveaux
, 
Michel de Fornel

Deuxième partie. Horizons d’universalité

Ni pure abstraction ni simple généralisation

Leçons japonaises pour une refondation de l’économie politique

Sébastien Lechevalier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Peut-être plus que pour toute autre science sociale, la question de la scientificité s’est toujours posée avec acuité pour les sciences économiques, qui se représentent à mi-chemin des sciences dures et des sciences de la société. Une des raisons principales tient à l’aspect quantitatif des phénomènes que les économistes analysent. Surtout, comme le soulignent Antoine d’Autume et Jean Cartelier, « c’est peut-être plus encore par l’abstraction que l’économie se prévaut d’un statut scientifique » (1996, p. 1). Ainsi, il n’est pas exagéré d’affirmer que la question de la généralisation ne se pose pas pour les sciences économiques, telles qu’elles existent aujourd’hui. En effet, les économistes se sont attachés depuis des décennies à construire une méthode non seulement déductive mais aussi axiomatique (Amable, Boyer et Lordon, 1996).

Plutôt que de critiquer les économistes pour le manque de réalisme de leurs modèles, il peut sembler au contraire légitime de les louer pour le formidable ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540