Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Généraliser

 | 
Emmanuel Désveaux
, 
Michel de Fornel

Deuxième partie. Horizons d’universalité

Généraliser l’indéfini

Michel de Fornel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Par deux fois, avec le structuralisme et avec la grammaire générative, la linguistique a pensé pouvoir traiter des universaux linguistiques dans le cadre de l’orientation formelle qui a caractérisé son approche de la langue. En 1939, dans les Principes de phonologie (Grundzüge der Phonologie), Nikolaï S. Troubetzkoy soutient qu’il existe des universaux phonologiques. Roman Jakobson puis Joseph H. Greenberg défendent dans les années 1950 l’existence d’universaux à forme d’implication logique (si x existe dans telle langue, alors y existe aussi). Noam Chomsky, dans Aspects d’une théorie syntaxique (Aspects of the Theory of Syntax), publié en 1965, se donne comme programme l’étude de la grammaire universelle intériorisée des locuteurs et plaide pour une approche autonome de la syntaxe. L’ouvrage marque à la fois l’apogée et le déclin des recherches qui soutiennent que grammaire et sémantique peuvent être étudiées de concert. Deux orientations conflictuelles coexistent désormais depuis ...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540