Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie économique des Gouro de Côte d’Ivoire

 | 
Claude Meillassoux

Chapitre XI. L’économie des échanges pré-coloniaux

Texte intégral

  1. — Le trafic vers la forêt et la côte.
  2. Le commerce vers la savane.
  3. Le commerce en pays Gouro et ses effets sociaux.
  4. Les marchés pré-coloniaux.
  5. Fonctions sociales et politiques des marchés.

1Nous avons examiné jusqu’à présent l’économie gouro sous son aspect communautaire d’auto-subsistance. Entre les communautés lignagères aucun échange de type marchand n’a heu. Chacune se suffit matériellement à elle-même et, lorsque d’un lignage à un autre on fait appel à la technique d’un spécialiste, les relations économiques suivent le tracé des rapports de parenté ou d’alliance. Les mécanismes de redistribution au sein des communautés lignagères, les transferts matrimoniaux entre elles et les prestations, sont les canaux institutionnalisés et suffisants par lesquels circulent les produits. L’homogénéité relative du milieu écologique n’incite pas non plus à des relations d’échanges, fondées sur une quelconque complémentarité, entre villages ou même entre tribus. Aucune région du pays Gouro ne détient à l’égard des autres le monopole d’un produit essentiel à l’économie de subsistance. Toute la gamme des vivres, dans des proportions variables certes, est produite par chaque communauté sur l’ensemble du pays. Si, en cas de mauvaise récolte, des transferts de vivres ont heu vers les zones de disette, ceux-ci, encore une fois, s’accomplissent le long des réseaux de parenté ou d’alliance, sans contrepartie, dans un esprit de solidarité et de façon tout à fait occasionnelle.

2Pourtant les échanges n’étaient pas étrangers à l’économie gouro. Les populations locales utilisaient traditionnellement et depuis fort longtemps de nombreux produits d’importation : fer, fusils, poudre, bétail, etc. Des marchés nombreux et fréquents couvraient, dès avant la conquête, la région nord et nord-ouest du pays et le sud-est. Des échanges avaient heu avec le Baoulé.

  • 1 Outre les sources écrites, dont nous donnons les références, les informations contenues dans ce ch (...)

3L’incitation au commerce dans une société comme celle des Gouro, qui n’y est prédisposée ni par les structures sociales ni par les conditions du milieu naturel, ne pouvait procéder que d’une sollicitation extérieure et de caractère historique1.

  • 2 Étant donné l’installation relativement récente des Gouro dans leur habitat actuel, on peut penser (...)

4Par sa situation géographique, le pays Gouro se trouvait, antérieurement à la colonisation, à la rencontre de deux courants d’échanges principaux. Au nord, la savane offrait non seulement un milieu géographique différent et largement complémentaire, mais surtout un débouché vers les marchés sahéliens et soudanais dont l’activité était liée aux échanges sahariens. Vers l’est et le sud-est, le pays Gouro débouchait par l’intermédiaire du Baoulé vers les ports de traite ouverts dès 1707 à Assinie et en 1787, encore plus près, à Grand-Lahou sur l’embouchure du Bandama. Le sud et l’ouest, par contre, n’ouvraient que sur d’autres populations forestières et, jusqu’à la pénétration coloniale, sur une côte totalement dépourvue de débouchés maritimes2.

I. — LE TRAFIC VERS LA FORÊT ET LA CÔTE

5Avec les forestiers comme avec les Baoulé, les échanges n’étaient pas assimilables à un véritable trafic marchand.

6Les populations bété et gagou, qui occupent la bordure sud-ouest et sud de l’habitat gouro, se différencient fort peu des Gouro. Comme ceux-ci, ils pratiquaient traditionnellement la chasse et l’agriculture et un peu d’élevage de prestige ; leur régime matrimonial est patrilinéaire, patrilocal, polygynique, et soumis au régime de la dot.

7Comme chez les Gouro, la centralisation politique n’a pas dépassé le niveau villageois et comme ces derniers encore, Bété et Gagou pratiquent des cultes animistes qui se répandent volontiers d’une population à l’autre. Les rapports matrimoniaux étaient fréquents entre les groupes marginaux et se réglaient selon les mêmes modes qu’entre tribus de la même ethnie, la dot ou la guerre. Des biens matrimoniaux, dont en particulier des pagnes et du bétail, circulaient ainsi entre Gouro, Bété et Gagou. Plus proches de la côte cependant, les Gagou et peut-être les Bété semblent avoir joué vis-à-vis des Gouro le rôle de pourvoyeur de bétail, de ce bovin de petite taille appelé bœuf des lagunes. Enfin, et c’était là sans doute leur rôle autrefois déjà le plus important, les forestiers fournissaient en cola les tribus Gouro qui en faisaient le trafic avec les Soudanais.

8Les relations avec le Baoulé nous sont surtout connues par les informations que nous avons recueillies auprès des tribus N’Goï, Son, Goura et Nana situées en bordure du Bandama au point de pénétration des produits de la traite européenne en pays Gouro.

9Selon les informations locales, c’est de « Bassam » que venaient ces produits par l’intermédiaire successif des Ébrié, des Agni et des Agbé — populations que les Gouro forestiers appellent du nom global de Soko — puis à partir de Toumodi, des Baoulé. Les fusils à bassinets (po) et les barils de poudre (vumbo) en formaient les articles principaux auxquels s’ajoutaient les sofrolo (pièces de cotonnade bleue manufacturées), des cassettes métalliques à serrures ainsi que du sel marin en sac (menene) dont on ne connaît pas l’origine. En échange, les Gouro cédaient surtout des ivoires, des captifs de guerre (lu), plus tardivement des esclaves d’origine soudanaise provenant du commerce avec les Malinké, et enfin des sōmpe, mais apparemment en petite quantité. Tous ces biens, qu’ils soient d’origine européenne ou baoulé, de même que ceux offerts par les Gouro, entredent, nous l’avons vu, dans la composition des richesses et des dots. Ils étaient donc étroitement liés au prestige et à l’autorité des anciens.

10Les Baoulé n’étaient pas à proprement parler, et en tout état de cause beaucoup moins que les Malinké, un peuple marchand ; mais le fait de se trouver sur la route des produits de traite les incitait à pénétrer avec ceux-ci assez loin dans le pays Gouro puisque les Nianangon signalent leur présence jusque parmi eux, ainsi qu’au sud, les Bende, les Nagadua et les Gonan. A l’inverse, on relate que les riches Gouro envoyaient leurs représentants chargés de cadeaux chez les Baoulé pour en ramener les précieux fusils et des objets lamés d’or. C’est ce que rapportent les Tianou, les Mé, les Nianangon de la savane boisée. Plus au sud des rapports analogues avaient heu entre les Yassua de l’Est et les Ayahou, entre ces mêmes Yassua, les Bouavéré, les T’sien et les Yahouré.

  • 3 C’est ce qu’affirment les anciens de Bazré. Toutefois, l’examen des généalogies ne fait apparaître (...)
  • 4 L’or ne semble pas avoir joué un rôle majeur dans les échanges en pays Gouro. Il provenait du Baou (...)

11Les tribus marginales Son et N’Goï, voisines du pays Baoulé et elles-mêmes de cette origine, ont sans doute joué un rôle important dans ces circuits. Nous avons vu que les Son ont émigré du pays Yahouré et que les N’Goï se considèrent encore aujourd’hui comme apparentés à de nombreux villages baoulé. Ils se rendaient volontiers les uns chez les autres, des rapports matrimoniaux et des alliances se nouaient entre eux3 et des biens dotaux circulaient à ces occasions : ivoires gouro, or baoulé4, bétail, captifs et pagnes en provenance des deux parties.

12Les relations d’alliances avaient heu malgré une différence majeure aux yeux de l’ethnologue, opposant les systèmes matrimoniaux des deux peuples, l’un étant patrilinéaire et l’autre matrilinéaire. Cette différence semble pour les Gouro, par contre, assez mineure, et se règle simplement par un accord sur le versement d’une dot, et corrélativement, sur les rapports de filiation. A l’opposé des Gouro encore, les Baoulé sont un peuple de savane et les héritiers d’une tradition royale — bien que leur organisation politique de fait soit essentiellement villageoise. Mais, comme les Gouro, les Baoulé sont cultivateurs et chasseurs, et leurs cultes animistes, auxquels les Gouro vont se faire initier, se répandent aisément sur la rive droite du Bandama. Malgré tout, il ne semble pas que ce soit dans des différences culturelles que l’on puisse trouver l’origine, dans ce cas, de la notion d’étranger.

13Au contraire, les Baoulé et les tribus Gouro voisines se considèrent comme parents (dre). Ces relations sociales très étroites, comme la nature prestigieuse des produits échangés, tendaient à assimiler les transactions à des cadeaux réciproques plus qu’à un commerce marchand. Les Gouro rapportent que les Baoulé qui venaient apporter ces biens étaient reçus comme des hôtes, logés et nourris au village. Les échanges, dit-on, se faisaient « d’homme à homme », entre personnages éminents ou leurs représentants, et ils étaient l’occasion d’une exhibition de la richesse. Un homme riche, un migone, se devait, dit-on, de répondre généreusement aux offres qui lui étaient faites.

14Les transactions entreprises avec les Baoulé par les Son ou par les N’Goï se répétaient parfois exactement selon les mêmes termes avec la tribu Gouro voisine : les Goura, ne laissant aucun gain matériel au groupe intermédiaire. Les produits n’étaient pas échangés individuellement les uns pour les autres mais presque toujours par lots. Ainsi pour un fusil les Son remettaient aux Baoulé 1 bélier, 1 sāgone (pagne) et 1 dāgo (autre variété de pagne) ; les Bende de Huafla remettaient, selon eux, 1 bœuf et 4 sāgone ; les Goura de Blanfla 1 vōdāgo et 2 dāgo ; les N’Goï de Bendéfla 2 dāgo et 1 sopronu ; ceux de Gonfla et de Bazré, 2 dāgo et 1 cabri, taux auquel ils recédaient les fusils aux Goura sans aucun bénéfice. Il en était de même pour le bétail que l’on obtenait contre un assortiment de pagnes ; par exemple à Bendéfla (N’Goï), 1 kamatie, 1 dāgo et 1 vahudāgo pour une vache, un sāgone et un kwapro pour un bœuf. A l’inverse, les Baoulé remettaient en échange de captifs tantôt un fusil, un baril de poudre (vumbo) et un bœuf, tantôt rien qu’un vumbo, tantôt un ivoire et un vumbo, etc. Ces combinaisons multiples et diverses ne permettent pas de dégager d’équivalence entre les produits. Pourtant certains s’échangeaient plus souvent pour d’autres ; les ivoires par exemple interviennent surtout en contrepartie d’esclaves, les pagnes en échange de bétail. D’autres produits ne s’échangent jamais entre eux : un bœuf contre de l’or ou des ivoires, un esclave contre un pagne par exemple. Les fusils sont les seuls objets à s’échanger contre une assez grande gamme de produits : pagnes, bétail, esclaves, mais pas contre de l’or. Quant aux produits vivriers, ils ne font l’objet d’aucun échange dans cette zone entre Gouro et Baoulé.

15Il ne s’agit donc pas ici d’un système d’échanges généralisés, mais spécifiques : chaque objet conserve à travers l’échange une destination sociale liée au prestige et aux conventions matrimoniales de l’un et l’autre groupe et qui le rend incommensurable à chacun des autres. Comme pour la circulation des biens au sein des communautés lignagères ou entre elles, des sphères de circulation sans communication directe entre elles tendent à isoler les produits les uns des autres et à les rendre inconvertibles.

16C’est ainsi que, malgré l’importance probable des courants d’échanges qui pénétraient par le Baoulé, on ne relève la trace d’aucun marché, présent ou ancien, dans cette région. Il n’y avait pas entre les deux peuples de frontière économique à proprement parler.

17Le véritable commerce se faisait au nord, en direction de la savane.

II. — LE COMMERCE VERS LA SAVANE

  • 5 E. W. Bovill, The Golden Trade of the Moors, Oxford University Press, 1958; R. Mauny, Tableau géog (...)

18Jusqu’à l’ouverture de la traite européenne, tous les échanges africains étaient axés sur la bordure sud du Sahara et vers le Sahel. Cette région, qui fut l’avant-poste commercial de l’économie méditerranéenne en Afrique, puisait dans la zone tropicale et forestière l’or,les ivoires et les esclaves qui alimentaient les courants d’échanges du sud vers le nord5.

19Ce commerce principal, qui faisait parcourir aux produits ci-dessus toute une chaîne d’échanges depuis les tropiques jusqu’à la Méditerranée, s’accompagnait d’échanges induits portant sur des produits qui n’intéressaient que des zones mitoyennes. A l’occasion de la prospection de l’Afrique tropicale au profit du commerce musulman, les populations soudanaises entreprirent avec la région forestière et pour alimenter leur marché intérieur, un commerce second, dérivé du premier dont l’un des principaux articles d’importation fut la cola.

20La tradition gouro relate un tel trafic avec le Sahel dont il est difficile de dater l’origine, mais qui d’après les généalogies des fondateurs de marchés remonterait au moins à une centaine d’années.

21La cola possède certaines qualités qui la distinguent des produits échangés au sud avec les Baoulé. La noix de cola se présente sur le marché sous forme d’un objet comptabilisable et interchangeable : les paniers en comptaient un même nombre d’unités. Produit végétal et périssable, elle exige des soins attentifs et un conditionnement efficace. Marchandise relativement pondéreuse, c’est en grande quantité que la cola était drainée vers le nord ; collecte, conditionnement, transport, intéressaient donc un nombre élevé d’individus.

  • 6 M. H. Lelong, « La route du Kola », Rev. Géographie hum. et ethnol., I, 4, oct. 1948-oct. 1949, p. (...)

22Bien que, dans les sociétés soudanaises, la noix de cola intervienne dans les prestations cérémonielles et même dans les dots6, elle ne jouait pas chez les producteurs gouro ce rôle au même degré. Si l’on utilise la cola dans les relations de politesse ou comme cadeau de courtoisie à une femme, cette coutume, qui se remarque surtout chez les Gouro du Nord, semble avoir été empruntée à leurs voisins septentrionaux. En tout état de cause, la cola ne fait jamais partie de la dot et les noix éventuellement remises à la femme pendant la cour ne sont jamais remboursées en cas de divorce. On ne cite jamais non plus la cola comme composante de la richesse traditionnelle. Le rôle social de la cola parmi les Gouro étant mineur, elle pouvait plus facilement jouer pour eux le rôle d’une véritable marchandise d’exportation.

  • 7 Nous adoptons ici l’orthographe proposée par R. Portères. Les Gouro, toutefois, prononcent zōmbe. (...)
  • 8 Selon R. Portères, le sōmpe figurerait une pioche (so : percer, pe : fer).
  • 9 L. G. Binger, Du Niger au Golfe de Guinée, Paris, 1892.

23En échange de la cola, les Gouro recevaient un produit dont les vertus économiques n’étaient pas moindre : le sōmpe7, que les Gouro appellent aussi bro. Le bro se présente sous la forme standard d’une tige de fer concave de 24 centimètres de long terminée à une extrémité par une sorte de spatule et à l’autre par deux ailettes aplaties de dimensions inégales8. Ces tiges étaient le plus souvent rassemblées par paquets de vingt unités que les Gouro appelaient broyudu (vingt bro), qui servait d’unité de compte. L’auteur ci-dessus en situe la fabrication à Touba, entre Odienné et Man et à Sakhala au nord de Mankono, deux des grands marchés de la cola cités par Binger9.

  • 10 Les Bambara appellent le sōmpe : tama, mot désormais utilisé par eux et les Gouro pour désigner un (...)

24Les sōmpe circulaient traditionnellement au sud d’une ligne joignant Touba, Seguela et Mankono, au nord de laquelle circulaient les cauris. Il est intéressant de noter ici que le sōmpe, qui n’avait plus cours comme monnaie parmi les Soudanais, était utilisé par eux comme une marchandise-devise d’exportation10.

25Le sōmpe avait une double propriété économique. Le fer dont il était fabriqué était utilisé à l’état brut comme matière première par les forgerons gouro qui le faisaient fondre pour en façonner les outils agricoles et les armes. Le Soudan, à cet égard, était la seule source de ce précieux métal dont l’usage parmi les Gouro est immémorial. Marchandise aliquote et durable, le sōmpe avait aussi une vocation monétaire et intervenait dans le paiement des autres marchandises. Pour cette raison, il circulait dans les deux sens, c’est-à-dire que les Dioula l’acceptaient en retour contre d’autres produits de leur cru. Parmi les Gouro de la savane boisée, les bro circulaient quelquefois comme numéraire de faible valeur dans les petites transactions. Entre les mains des Gouro, le sōmpe acquérait une troisième propriété : sa qualité de matière première essentielle et durable comme sa présentation sous forme d’un objet standard et de manipulation facile faisait du bro un objet précieux dont la possession en larges quantités et la thésaurisation étaient devenues une marque de prestige. Les bro entraient dans la composition des dots et c’est à eux, parmi les biens matrimoniaux traditionnels, que s’est aujourd’hui substituée la monnaie européenne. On cite encore comme élément de la richesse passée le nombre de bro possédés par les fua et les migone.

26Cola et sōmpe étaient les seuls éléments d’un commerce véritablement complémentaire entre les deux zones. Les noix de cola, qui sont citées partout comme le produit d’exportation par excellence, ne circulaient que du sud vers le nord, jamais en sens inverse et si les sōmpe, qui apparaissent également dans presque toutes les transactions, refluaient parfois, de par leur vertu monétaire, vers les marchands dioula, ils retournaient en définitive entre les mains des Gouro à qui ils étaient destinés en tant que marchandise. La circulation de ces deux produits représentait l’objet principal du trafic commercial nord-sud auquel vinrent s’ajouter d’autres produits.

27Parmi eux, les esclaves en provenance de la savane occupèrent une place de plus en plus importante. Avant les guerres de Samory, le trafic d’esclaves n’était peut-être pas très important. On rapporte que les Malinké les cédaient contre environ 500 noix de cola ou contre 200 à 400 sōmpe. Pendant la campagne de l’Almamy les termes en devinrent plus avantageux pour les Gouro et tombèrent à 300 colas environ ou 100 sōmpe. Quand la disette sévit dans les rangs de l’armée, les Gouro purent obtenir un esclave contre l’équivalent d’une balle de manioc d’environ 50 centimètres de diamètre. Cependant on précise à Zraluho, un ancien marché Bien, qu’on ne pouvait échanger un esclave directement contre de la nourriture et qu’il fallait au préalable céder celle-ci aux mêmes Dioula, marchands d’esclaves, contre des bro et des colas. Il n’est pas certain toutefois que ces formes, liées à l’inconvertibihté des produits vulgaires en produits de prestige, aient été respectées partout et par tous, car à Zanzra, plus au nord, il ne m’a pas été fait état de telles restrictions. L’importation de captifs par les Gouro n’excluait pas, surtout pendant la première période, un trafic inverse, mais sans doute peu important.

28Les autres biens d’origine soudanaise semblent avoir occupé une place secondaire. Le bétail soudanais, faute de pouvoir résister à la mouche tsé-tsé, était acquis pour les sacrifices plus que pour l’élevage. A Siblifle (marché de Zérifla-Bié) les bêtes apportées par les Va étaient abattues sur le marché. Le sel gemme en barre (waïri), que l’on mentionne plus souvent dans les villages du Nord, était en concurrence dans les pays de forêt avec le sel végétal autochtone (lobwe) et le sel marin en poudre (manene) amené, paraît-il, en sacs du Baoulé. La technique du tissage, très répandue en savane boisée, retirait aux textiles soudanais beaucoup de leur intérêt ; les Gouro en importaient peu et en exportaient peut-être autant. Des fusils et de la poudre provenaient également du nord mais en moins grande quantité que du pays Baoulé.

  • 11 Condiment fait avec le fruit du néré.

29En échange de ces produits, les Gouro exportaient, outre la cola, surtout des vivres qui étaient vendus aux marchands dioula sur les marchés : ignames, riz, maïs, patates, bananes, cucurbites, gombo et huile de palme, selon les habitants de Zérifla (Bié), tandis que les femmes dioula apportaient du beurre de karité et des sombala11.

30La nature des produits circulant entre Malinké et Gouro, dont certains dans les deux sens, leur donnait pour la plupart la qualité objective de marchandises échangeables, non plus par lot, mais par catégorie de produits et « payables » en une marchandise-monnaie comptabilisable, le sōmpe. Ces rapports impliquaient une comparaison objective de leur valeur respective et ouvraient la voie à un commerce profitable.

  • 12 On sait d’après Binger que la commercialisation de la cola était entre les mains de ce qu’il appel (...)

31Il est clair que les Dioula, hommes et femmes, étaient les agents actifs de ce commerce, particulièrement dans la région de savane boisée où ils étaient présents sur tous les marchés qui furent nombreux dès avant la colonisation. On dit même que plusieurs d’entre eux furent créés sous leur impulsion. Les Dioula occupaient le marché de Zuénoula et le lieutenant Rippert rapporte, en 1907, qu’à Beziaka (Bouénou), alors gros marché de la cola, ils étaient installés à demeure12.

  • 13 Arch. Abidjan, X, 34-83 (1904), et Rapport Chasles (1906).
  • 14 Id., X, 47-24.

32Les habitants de cette région, qui les connaissaient bien, leur donnaient un nom, celui de Va. Plus au sud, dans la zone forestière, ce nom est inconnu. Les habitants les appellent aujourd’hui du nom de Dioula, emprunté à la colonisation. Leur présence y est, anciennement, moins confirmée. Les Goura, les T’sien, les Bende, les Nagadua prétendent que quelques Dioula descendaient jusque chez eux chercher la cola contre des bro, mais les Bouavéré de Koblata précisent que cette irruption n’aurait eu lieu qu’avec la colonisation. Des rapports militaires signalent la présence de collecteurs de latex et de colporteurs dioula, au moment où le caoutchouc devint un produit colonial d’exportation, jusque chez les Bouavéré, les Goura, les T’sien et les N’Goï. Plusieurs échauffourées les opposèrent en 1904 et en 190613 aux Goura et aux T’sien et coûtèrent la vie à quelques collecteurs. Un autre rapport de 191514 signale la présence d’une quarantaine de Dioula installés à Sinfra depuis dix ans.

33Il reste que le nombre de commerçants dioula était beaucoup moins élevé en forêt qu’en savane boisée où leur présence agissait comme ferment favorable aux échanges. La présence d’agents commerciaux dans la région nord, la nature physique des deux principaux produits qui se prêtaient à des transactions massives et mesurables, représentaient des conditions favorables au développement d’un commerce marchand. Elles n’étaient pas encore suffisantes car les rapports commerciaux ne peuvent s’implanter quand préexistent entre les individus ou les collectivités des relations d’un autre ordre.

34Les rapports lignagers tels que nous les avons décrits, constituant un système fonctionnel et cohérent s’appuyant sur une économie communautaire, ne laissent aucune place à des rapports mercantiles qui sont toujours de type contractuel et polarisés autour des biens matériels. Les relations d’alliance qui sont assimilées à des liens de parenté élargie s’opposent aussi très largement à leur établissement. Afin que des échanges de type commercial puissent s’établir il faut, en effet, que les parties en présence soient libres de toute forme d’obligations préalables, et ne se situent pas à l’intérieur d’un même système économique distributif ou prestataire, ni dans une même aire matrimoniale. Gouro et Dioula étaient à cet égard des étrangers.

35Non pas tant en définitive pour des raisons culturelles, car à cet égard il y a plus de similitude entre Malinké et Gouro qu’entre ces derniers et les Baoulé. Les Malinké comme les Gouro appartiendraient au même rameau Mandé (Delafosse) et leur régime matrimonial commun est patrilinéaire, patrilocal, polygynique. Bien que les Dioula fassent profession d’être musulmans, leurs marabouts sont les initiateurs de cultes animistes fort bien accueillis. Ce qui fait du Dioula un étranger au regard des Gouro, ce sont précisément ses activités économiques.

  • 15 La description que donne Binger par ouï-dire des Lō qui venaient vendre leur cola sur les marchés (...)

36Marchands et voyageurs, détenteurs de techniques commerciales et artisanales supérieures, fournisseurs d’objets à vocation monétaire, les Dioula se présentèrent vis-à-vis des Gouro comme des agents du progrès économique en même temps que de destruction sociale. Plus instruits et d’esprit plus ouvert, ils considèrent encore, comme c’est général en pareil cas, les paysans gouro avec condescendance. Ils se gaussent volontiers de leur naïveté. Beaux parleurs et astucieux, ils se vantent de la façon dont ils les bernent. De leur côté, les Gouro qui ne voyagent volontiers que dans les régions où ils ont des alliances familiales, s’aventuraient rarement en pays Dioula15. Mais tout en les craignant, les Gouro, conscients de la supériorité de ces marchands, les admirent. Nous avons rencontré par exemple à Zuénoula et à Tra-fesso des femmes gouro, se livrant au commerce, qui se prétendaient Dioula et l’on rencontre des cas analogues, d’après mes informateurs, dans les quartiers africains d’Abidjan.

37Ces différences se traduisent par l’absence de réciprocité matrimoniale. Les Dioula prennent parfois des épouses parmi les femmes gouro, mais dans ce cas il semble que la dot soit versée d’un coup et que la jeune femme perde contact avec sa famille. Par contre, les Gouro n’épousent qu’exceptionnellement des femmes dioula. Ainsi il existe entre les deux groupes peu de rapports de parenté ou d’alliance, et par conséquent de guerre, susceptibles de prévenir l’établissement de relations de caractère commercial.

38Pour toutes ces raisons, qui tiennent à la fois à la qualité marchande et complémentaire des produits échangés, à l’existence d’une marchandise à vocation monétaire, à la présence d’agents commerciaux actifs et au caractère neutre des relations sociales existant entre les parties, les échanges entre les deux ethnies parvinrent à se libérer très largement des normes économiques traditionnelles.

III. — LE COMMERCE EN PAYS GOURO ET SES EFFETS SOCIAUX

39Le commerce en provenance de la savane était propre à susciter une chaîne d’échanges induits à l’intérieur du pays Gouro. Les tribus de savane boisée produisaient peu ou pas de cola (Nianangon, Yassua, Mé, Mangourou). Mais proches des zones de consommation, elles remplissaient les fonctions d’intermédiaires et de transporteurs entre les commerçants soudanais et les producteurs forestiers, prolongeant ainsi jusqu’au cœur de la forêt les courants commerciaux issus du Sahel.

40Au sud de la zone des marchés, les Dioula, nous l’avons vu, cessent d’être les principaux agents du commerce. Ce sont surtout les femmes gouro du Nord, relayées par celles de tribus centrales, qui descendaient collecter la cola jusque chez les forestiers. Un pointage des déplacements qui nous ont été décrits dans quatorze tribus montre comment s’établissait cette chaîne. Les groupes les plus septentrionaux, Nianangon, Buenou, Tianou, Mé, Yassua du Nord, Bei, Duonou, Bien, etc. étaient en relation directe avec les Dioula qui venaient jusque chez eux. Les femmes Nianangon descendaient chez les Mangourou, les Koya, les Ton et jusque chez les Bouavéré pour s’y procurer la cola ; les Yassua se rendaient chez les Kuon et les Bonon ; les Kuon à leur tour prospectaient également les Bonon, lesquels visitaient les Goura et les Bouavéré. Les T’sien, les Nana et les N’Goï recevaient la visite des femmes lorubē (terme désignant les populations gouro du nord du pays), enfin, les tribus forestières du sud et du sud-ouest entretenaient, comme nous le savons déjà, des relations du même ordre avec les Bété et les Gagou.

41A mesure que l’on s’éloigne de la savane, les transactions entre Gouro prennent un tour plus personnel : les marchés disparaissent ; les alliances tracent sans doute davantage les routes de la cola.

42En même temps, ce produit qui, fait notable, s’échange partout contre des sōmpe, subit une dégradation en terme de bro à mesure que l’on pénètre dans la forêt. A Duanzra, par exemple, le panier de cola était cédé aux Dioula contre vingt paquets de bro. On l’obtenait dans la région centrale, le plus généralement, contre cinq à dix paquets de bro (Bouavéré, Gonan, Bonon, Yassua de l’Ouest). Parmi les tribus les plus méridionales (N’Goï, Goura) on donne comme terme deux à cinq paquets de bro par panier, jamais davantage. Les N’Goï, qui cédaient la cola à la fois aux femmes lorubē et à leurs voisins Goura, demandaient deux paquets de bro aux premières et un seul aux seconds. Entre les tribus du Centre et les Bété l’échange se faisait sur la base de cinq à dix paquets de bro contre un panier.

43Ces diminutions du taux de l’échange laissent à penser que le volume des sōmpe circulant dans la savane boisée, devait être plus élevé que dans la région forestière. En outre, à mesure qu’ils parvenaient entre les mains des traditionalistes gouro, leur qualité de trésor tendait à l’emporter sur leur fonction monétaire, de telle sorte qu’une fois introduits dans l’économie gouro, les bro ne remplissaient plus tout à fait la même fonction que les sōmpe qui circulaient comme devise entre les Gouro et les Dioula.

44Le plus grand nombre de bro en circulation dans la région septentrionale est une des circonstances qui s’ajoute à d’autres pour expliquer le très grand nombre de marchés dans cette région où les petites transactions étaient rendues possibles grâce à eux.

45A côté de ce circuit marchand, dans lequel le sōmpe jouait le rôle de monnaie, persistait un système d’échange en nature en vertu duquel les tribus frontalières substituaient aux produits d’importation, qu’elles conservaient pour elles-mêmes, des produits de leur cru. On obtenait la cola dans les tribus du Sud ou du Centre contre du petit bétail, des pagnes de fabrication courante (dāgo, dia, sofrone), des outils de fer et des poteries fabriqués par les artisans gouro de la savane. Cette même cola était acceptée par les Va en échange de bœufs et d’esclaves, produits situés plus haut dans la hiérarchie des biens traditionnels. Le bétail pouvait encore être recédé aux tribus méridionales (Nana, Son) contre des pagnes, non plus ordinaires, mais précieux (kamatie, sōgone), des fusils et de la poudre. Les esclaves d’origine malinké parcouraient eux aussi une série d’échanges successifs dans le pays Gouro et beaucoup d’entre eux étaient réexportés vers le Baoulé. Les termes des échanges en nature étaient, ici aussi, de plus en plus avantageux à mesure que l’on s’éloignait de la savane. Nous avons vu que les Gouro du Nord donnaient aux Dioula de 300 à 500 noix de cola, ou 100 à 200 bro pour un esclave, puis plus tard l’équivalent d’une balle de manioc. A Ziduho un esclave valait jusqu’à 400 bro et on ne pouvait l’échanger directement contre de la nourriture, celle-ci devant être au préalable transformée en sōmpe ou en cola. Les Bron (Subdivision de Bouaflé) prétendent avoir exigé de leurs voisins du sud, les Gonan, jusqu’à cinq fusils ou cinq bœufs pour un esclave. A Tibeita (Yassua de l’Est) et parmi les tribus forestières il fallait des ivoires, des fusils ou des bœufs. Aux Baoulé, on les cédait surtout contre de la poudre et des fusils.

46Les produits qui traversaient tout le pays, soit dans un sens, soit dans l’autre pour être réexportés, subissaient ainsi toute une série de transactions qui allaient en s’altérant dans leur contenu et dans leur forme jusqu’à se conformer au mode d’échange prévalant à l’extrémité de leur circuit. Les biens qui provenaient à la fois de chez les Va et de chez les Baoulé, comme le gros bétail, les fusils et la poudre, s’échangeaient surtout entre tribus Gouro et les termes des échanges restaient influencés par ceux qui dominaient à l’origine. Lorsqu’ils provenaient du Baoulé par exemple, les fusils et les barils de poudre s’échangeaient contre des lots comprenant captifs, pagnes, bœufs ou petit bétail ; les fusils apportés par les Dioula se revendaient contre des bro. Le passage de ces produits d’un système d’échange à l’autre permettait ici aussi de convertir des biens ordinaires en trésors.

47On aura remarqué que le commerce, ou plutôt les échanges en nature, offraient un intérêt particulier pour les Gouro en leur donnant la possibilité d’acquérir indirectement, par le biais de trocs successifs, des produits précieux réservés au règlement des rapports matrimoniaux, contre d’autres plus ordinaires, non échangeables contre les premiers dans le cadre de l’économie communautaire. Ainsi exploité, le commerce devenait pour les Gouro un mode indirect de promotion sociale et politique au sein de leur propre société. Les tribus frontalières ne se trouvaient donc pas simplement dans la position d’intermédiaires entre deux régions économiques complémentaires ; elles se situaient aussi au point de rencontre de deux modes d’échanges différents, circonstances qui leur permettaient de réaliser deux sortes de profits : la modification des termes de l’échange exprimés au moyen d’une marchandise-monnaie était l’occasion de réaliser un bénéfice sur les marchandises qui traversaient le pays ; la modification du contenu des échanges rendait possible, en dépit des normes traditionnelles de non-convertibilité, de substituer des biens précieux à des biens ordinaires et de briser par une série de détours l’étanchéité des sphères de circulation de l’économie traditionnelle.

48Ce double avantage ne fut pas exploité dans la même mesure par les Gouro du Nord et les Gouro du Sud, d’une part, par les Gouro et les Dioula, d’autre part. Plusieurs des caractéristiques qui distinguent l’organisation sociale des populations des deux régions, ainsi que certains aspects de l’économie du pays s’expliqueraient ainsi.

49En permettant d’acquérir les richesses matrimoniales indépendamment des normes conventionnelles, le commerce offrait aux cellules sociales dépendantes — segments cadets ou même familles de clients ou d’esclaves — la possibilité d’échapper à l’autorité des chefs de lignage. Le commerce fournissait fort certainement un appui économique au processus de segmentation et à la consolidation des unités segmentées. Ce faisant, les échanges tendaient, non seulement à freiner la formation d’unités sociales élargies du type clanique par exemple, ils contribuaient sans doute également à la désagrégation des structures lignagères existantes. La société gouro de savane boisée, telle qu’elle nous est apparue à travers nos exemples, se présente en effet comme plus morcelée, moins intégrée et composée d’unités sociales constitutives plus petites qu’en forêt. Les goniwuo, comme les villages, sont composés de segments de lignages, de familles restreintes alliées en des pseudo-lignages peu homogènes, chacune de ces cellules constitutives ayant des possibilités d’accès au trafic marchand.

50Au contraire, on rencontre les lignages les plus structurés et les plus larges dans les régions les moins pénétrées par le commerce, parmi les tribus voisines du Baoulé, où les transferts personnalisés, conformes aux normes de l’économie traditionnelle, tendaient à renforcer l’autorité des anciens.

51Si le commerce toutefois fut en savane boisée un facteur de désintégration sociale, celle-ci fut limitée et n’atteignit pas la société dans ses fondements structurels. Entrepris dans la perspective d’acquérir la « vraie richesse », c’est-à-dire les biens matrimoniaux, le commerce ne désagrégeait les lignages existants que pour contribuer à la reconstitution de communautés fonctionnant selon les mêmes normes. Communautés hétérogènes et affaiblies, certes, davantage fondées sur l’alliance et la protection que sur les liens de consanguinité, mais au sein desquelles tendaient à se renouer des liens de parenté sociale par le moyen d’un même système d’économie matrimoniale.

52Une véritable transformation des structures sociales se serait manifestée, dans cette conjoncture, par l’apparition d’une classe de marchands autochtones. Il n’en fut rien. Seules, les femmes, parmi les Gouro, jouaient dans les échanges un rôle assidu, rôle qu’elles ont conservé de nos jours et qui n’est sans doute pas très différent de celui qu’elles remplissaient autrefois. Leur activité cependant se limitait à la collecte de la cola dans les villages méridionaux et surtout à son transport. Les hommes, chefs de lignages ou leurs représentants en faisaient le négoce avec les Dioula, comme pour toutes les autres marchandises précieuses. Sur les marchés, les femmes ne vendaient que des produits vivriers et quelques produits d’artisanat. Dans ces modestes activités, elles n’étaient pas encore des agents libres du commerce ; elles se recrutaient parmi les épouses des polygames et demeuraient soumises à l’autorité masculine. Si certaines d’entre elles parvinrent, selon un exemple qui nous a été cité à Ziduho, à la dignité de fua, la condition sociale de la majorité ne leur permit pas de tirer parti de leurs activités marchandes pour s’émanciper. Il en est encore ainsi aujourd’hui malgré le développement accru des échanges et l’intense participation féminine au petit commerce.

53La véritable classe des marchands était représentée par les Dioula qui, par leurs capacités et leur organisation, et sans doute aussi par leur volonté de conserver les privilèges de cette position, en écartèrent les autochtones. Leurs préoccupations n’étaient d’ailleurs pas identiques. Ils ne recherchaient pas la possession de richesses susceptibles de leur valoir un gain de prestige dans la société gouro, mais dans la leur, et les bénéfices réalisés grâce au commerce de la cola étaient, à cet égard, un stimulant plus puissant. Des deux formes du profit, les marchands dioula choisirent naturellement le profit mercantile.

54Au lieu donc d’une transformation en profondeur de la société gouro sous l’effet des échanges marchands on assiste plutôt à la mise en place d’un système socio-économique mixte, par la juxtaposition de deux secteurs économiquement et ethniquement distincts, et fonctionnant selon des normes différentes : le secteur d’auto-subsistance et le secteur marchand ; les Gouro autochtones composant le premier, les Dioula étrangers le second. Le secteur d’auto-subsistance ne se préservait comme tel qu’en neutralisant en son sein tous les objets qui risquaient de faire pénétrer avec eux une économie d’échange et en particulier les sōmpe, thésaurisés par les anciens et convertis entre leurs mains en trésors matrimoniaux. De leur côté, les Dioula ne pouvaient pénétrer dans le système social gouro par des alliances matrimoniales sans renoncer aux avantages du commerce, rapports matrimoniaux et rapports sociaux étant incompatibles. Il s’établit ainsi une sorte d’équilibre entre les préoccupations des uns et les intérêts des autres qui contribua sans doute à préserver les structures sociales traditionnelles des Gouro.

IV. — LES MARCHÉS PRÉ-COLONIAUX

55La coexistence, malgré tout, de deux systèmes économiques aussi différents et apparemment incompatibles posait le problème de leur mise en relation.

  • 16 K. Polanyi, « Aristotle discovers the Economy », in K. Polanyi (éd.), op. cit., p. 64 à 96 pour un (...)

56Dans les transferts traditionnels, les hommes tiennent le devant de la scène et les produits s’échangent selon des termes qui reflètent le statut respectif des parties16. Dans les relations commerçantes, les hommes s’effacent derrière leurs marchandises qui s’échangent sur la base d’un prix mesurant leur valeur relative.

57L’institution du marché, par laquelle le produit est exposé pour être offert, non pas nécessairement à une personnalité identifiée par son statut social, mais à quiconque est prêt à offrir une contrepartie satisfaisante, et où les parties se présentent en leur qualité principale d’acheteur et de vendeur, cette institution permettait le retournement de la position respective du produit et de l’individu.

***

  • 17 Les habitants de Deïta appellent ce marché Pâflé et ceux de Dobafla mentionnent l’existence d’un m (...)

58Plus de trente marchés nous ont été signalés comme ayant existé antérieurement à la colonisation sur l’étendue de l’actuelle Subdivision de Zuénoula qui en compte aujourd’hui dix-huit (carte n°8 16 et 17). Quelques-uns, beaucoup moins nombreux, m’ont été signalés un peu plus au sud, le plus méridional ayant été autrefois Bwafle (bwa : poisson ; fie : marché) — l’actuel Bouaflé — qui disparut à la suite d’une guerre contre les Goura17. Au sud, dans la région forestière, les marchés furent complètement inconnus jusqu’à la création de celui de Sinfra par le colonisateur.

59La présence de marchés distingue donc très nettement la région nord du pays Gouro, celle qui est en contact avec le pays malinké, de la zone sud en contact avec les forestiers et le Baoulé. L’apparition de cette institution n’est que la conséquence des formes différentes de l’échange qui prévalaient dans l’une et l’autre région et que nous nous sommes efforcés de caractériser. L’étude des marchés est, de ce fait, liée à celle d’une région et non pas à l’ensemble du pays Gouro, région que nous avons appelée jusqu’à présent savane boisée, mais qui mérite mieux le nom de pays des marchés en raison précisément des caractères originaux qu’elle doit tant aux échanges qu’à cette institution.

***

  • 18 Par exemple Tiefle, marché de Gouatafla — Ma — nommé d’après l’actuel chef de tribu Gua bi Tie, lo (...)

60Il est difficile de dater très exactement l’apparition des marchés en pays Gouro. Les généalogies de fondateurs ne remontent le plus souvent qu’à trois générations, rarement à cinq. Mais nous savons aussi par nos informateurs locaux que les marchés étaient des institutions précaires et que, dans certains cas, d’autres disparurent à la suite d’une guerre ou d’un déplacement de village qui avaient précédé les derniers en date18.

61Il semble, d’après la tradition, que la création d’un marché fut une affaire de circonstances :

Bro bi Buete de Zérifla (Bié) avait beaucoup d’ignames dans ses champs. Il fut invité par une femme dioula à éclaircir un coin de brousse pour permettre aux marchands de venir y apporter leurs produits. Ainsi aurait été créé l’ancien marché de Siblifle.
Diure de Pahoufla aurait eu beaucoup de volailles qu’il vendait sur le bord du chemin. Il eut l’idée un jour de débrousser cet espace et d’y installer un marché.
Ce serait dans des circonstances semblables que Dade bi Bolo de Zraluho (Bien), gros producteur de cola, ouvrit le marché de Gohifle.
Vanietefle, dont nous avons déjà parlé, fut créé par Gla bi Vanie, wiblizā de Zuénoula, qui avait une grande réputation dans tous les environs comme conciliateur. Un grand nombre de Gouro venaient à lui pour se faire rendre justice et comme il ne pouvait tous les nourrir, il installa un marché où ils purent se procurer de la nourriture.

62L’intensification des échanges, qui semble avoir accompagné les campagnes de Samory et précédé la conquête coloniale, provoqua sans doute la multiplication de ces marchés et les occasions d’en créer.

Goïfle fut ouvert par les habitants de Binzra (Ouadié), il y a deux générations, parce qu’ils se trouvaient trop loin de Zuénoula.

63Dans d’autres cas une dispute suffit comme prétexte :

Bofle fut créé par les gens de Goafla (Bron de la Subdivision de Zuénoula), parce que des jeunes hommes du village auraient été battus par les habitants de Zraluho sur le marché voisin de Gohifle (Zraluho-Bien).
Une vieille femme aveugle, Digone lu Giebā, de Banoufla (Nianangon), créa Diafle pour avoir été battue et volée à Bofle (Zanzra-Nianangon).

64L’ouverture d’un marché s’accompagnait d’une certaine publicité. A Pàfle, par exemple, Goli bi Pie de Deïta sacrifia un bœuf et convia les habitants des villages Bouavéré à venir le partager (C.D.). Très souvent le marché était nommé d’après son fondateur : Vanietefle, Fuatigelemâfle, etc. Dans d’autres cas, ils portaient le nom de la marchandise qui avait fait sa réputation : plusieurs d’entre eux sont appelés Golifle (goli : cola), d’autres Kiāfle (kiā : or) ; Gofle, le marché du maïs, Bwafle, celui du poisson. Moins souvent le nom du marché désigne sa caractéristique : Diafle, le marché où l’on se bouscule, Bafle, celui où l’on parade, etc.

65Toutes sortes de marchandises provenant de chez les Va, des régions voisines ou du cru, étaient apportées sur les marchés.

CARTE 16. — Marchés anciens.

CARTE 17. — Marchés modernes.

66A Vanietefle (Zuénoula-Yassua de l’Ouest), par exemple, les Va apportaient des esclaves (lu), du gros bétail (dri), des chevaux (seul endroit où cet article ait été mentionné), des fusils (po), des barils de poudre (vumbo), ainsi que des barres de sel (wa-ïri), du beurre de karité et des sombala. Ils venaient y échanger surtout la cola contre des bro. Les Ayahou et parfois les Yahouré venaient y chercher des esclaves et des pagnes contre des fusils, de la poudre et de l’or. Les Baoulé de la rive gauche du Bandama n’y venaient pas. Parmi les tribus voisines on cite les Ouadié qui apportaient des ignames, du riz, des poteries ainsi que des esclaves, des bœufs et du petit bétail. Les Bouénou offraient des poteries, des ignames, des pagnes ; les Dranou, du poisson, des produits agricoles, des palmistes et également des pagnes ; les Ouan et les Ma apportaient de l’indigo, des pagnes, des cabris, des moutons et en ce qui concerne les Ma, la cola ; les Mé, de la boissellerie et des pagnes ; les Yassua, des pagnes et des ignames.

67Sur le marché de Fuatigelemāfle (Drohoufla-Ma) les Va offraient des bœufs et du sel ; les Baoulé de l’or, des fusils et de la poudre. La cola était apportée par les Ma, les Yassua de l’Est, les Ouadié, qui l’échangeaient contre des sōmpe, et elle était remportée par les Yassua de l’Est qui fournissaient surtout les poteries ; les Duonou se la procuraient contre des bœufs qu’ils ramenaient de Mankono. Quelques tribus y apportaient leur spécialité : la boissellerie des Mé, leurs pagnes et leurs filets ; la poterie des femmes Nianangon.

68Tous ces produits n’avaient pas la même importance, selon qu’ils venaient de l’extérieur ou du pays même, selon qu’ils étaient destinés à l’exportation ou aux échanges locaux, selon qu’ils s’échangeaient avec les Va ou entre Gouro, etc. A leurs différentes caractéristiques, ou à la combinaison de ces différentes caractéristiques, correspondaient apparemment différents modes de transactions. Les produits d’importation et d’exportation, ceux qui justifiaient l’existence des marchés étaient la cause première des échanges. Parmi eux, la cola et les sōmpe occupaient la première place et, comme les objets les plus précieux : esclaves, fusils, poudre, bétail, etc. ils étaient négociés entre individus qualifiés : marchands dioula d’une part et représentants des aînés des communautés lignagères d’autre part. Étant donné la nature de ces produits, les préoccupations de prestige n’étaient sans doute pas absentes de ce type de transactions. Autour de ce commerce essentiel, s’ajoutait un commerce secondaire de spécialités artisanales, n’intéressant que des groupes locaux : poterie, pagnes, boissellerie, selon les exemples ci-dessus. L’échange de ces produits, qui se situait encore sur un plan de complémentarité, entraînait à son tour des échanges de portée encore plus réduite et dont la nécessité économique est, comme le montrent encore les marchés actuels, de moins en moins évidente : c’est le cas d’une grande partie du commerce vivrier, essentiellement féminin.

  • 19 Les anthropologues britanniques emploient un terme fort adéquat : petty-trading.

69La hiérarchie des produits, qui nous est apparue en étudiant les relations économiques au sein de la communauté lignagère, affectait les transactions autrefois comme aujourd’hui très certainement, et peut-être même davantage. Malheureusement, tout ce que nous pouvons dire du caractère des transactions qui prenaient place jadis sur les marchés repose plus sur une induction fondée sur l’observation des marchés actuels que sur des informations précises. On peut observer aujourd’hui deux modes extrêmes de transactions que l’on pourrait appeler le négoce et le micro-commerce19, le premier portant sur les marchandises ou objets précieux et se traitant sur la base d’un marchandage entre commerçants dioula et gouro d’un certain rang ; le second portant sur des produits vivriers courants et se traitant sur la base d’un prix fixé par le vendeur, sans marchandage, la marchandise étant offerte sur un étal au tout-venant. Entre ces deux types de transactions, il existe aujourd’hui une gamme de relations commerciales variables selon les produits, leur origine et les agents.

70L’institution du marché se caractérise précisément par le fonctionnement simultané en un même heu de ces différents types de transactions. Bien que le fonctionnement des marchés actuels soit incorporé dans un système monétaire généralisé et dans un circuit de distribution commandé par de nouveaux impératifs, on peut, je crois, penser que ces modes de transactions prévalaient autrefois déjà, justement parce qu’ils ne sont pas tout à fait conformes encore aux règles des échanges commerciaux modernes et qu’ils apparaissent comme le reliquat d’une situation antérieure.

71Afin de ne pas confondre toutefois phénomènes anciens et phénomènes nouveaux et courir le risque d’une intrusion du présent dans le passé, nous réserverons l’examen des mécanismes économiques observés sur les marchés modernes pour une étude ultérieure.

72A côté de leurs fonctions économiques, les marchés remplissaient des fonctions sociales et politiques non négligeables dont certaines ont survécu jusqu’à nos jours.

V. — FONCTIONS SOCIALES ET POLITIQUES DES MARCHÉS

73Attirant non seulement des marchandises mais des chalands, le marché en vint très vite à être un heu de rendez-vous où se réglaient bien d’autres affaires que le commerce. Aujourd’hui encore, c’est une fête qui brise la monotonie villageoise. La veille du marché est généralement chômée dans les villages voisins et les femmes lavent et apprêtent leurs pagnes les plus seyants. Ce jour-là, le toit des cases se couvre de tissus multicolores qui sèchent au soleil. Les parents et relations des villages plus éloignés viennent passer la nuit dans les localités plus proches pour se rendre au marché de bonne heure le lendemain. Nous avons assisté ainsi chaque vendredi à Ziduho au passage des villageois Dranou qui venaient loger chez les habitants prêts à se rendre au marché de Zuénoula le lendemain. Les marchés eux-mêmes grouillent de monde ; les marchandes se pressent parfois si serrées qu’il est presque impossible de parvenir jusqu’à leur étal, ce dont elles ne semblent d’ailleurs pas se préoccuper.

74Le marché s’entend de loin comme une vaste mais tranquille rumeur : on y bavarde, on y échange des nouvelles. Sur les marchés les plus importants, des sociétés villageoises viennent danser et d’autres y apprendre les nouvelles chansons et les nouveaux pas. Les meilleurs chanteurs sont invités à venir animer les divertissements des localités environnantes.

75A Bofle (Zanzra-Nianangon) nous avons été témoin d’une manifestation qui mérite d’être racontée, parce qu’elle est significative, à notre sens, du rôle que joue le marché dans la vie sociale collective.

Vers 11 heures, c’est-à-dire une heure ou deux avant la dissolution du marché, lorsque les chalands sont les plus nombreux et après la liquidation des principales transactions, un groupe de jeunes femmes du village voisin de Kouyafla, vêtues de leurs plus belles toilettes et portant sur la tête de larges cuvettes émaillées remplies d’autres étoffes parmi les plus somptueuses, apparurent sur le marché. Elles le parcoururent en chantant, entourées de vieilles femmes battant des mains, celles-ci simplement vêtues de ternes pagnes indigo serrés autour des reins. Puis elles se rendirent à une extrémité du marché, où des chaises avaient été alignées à leur intention sur deux rangs, face à face. Celle qui avait été acclamée comme la plus belle de son village vint s’asseoir entre les deux rangées, à l’une des extrémités, comme une souveraine au milieu de sa cour. C’était en l’occurrence Tra lu Goï, la femme du chef de village, qui, à la différence de ses compagnes, n’était pas vêtue d’un « boubou » mais d’un complet masculin de mode européenne et coiffée d’un casque colonial. Livrées à l’admiration générale, les femmes restent alors assises, silencieuses et immobiles au milieu d’une foule compacte et bruyante. Des spectateurs hommes et femmes se présentent individuellement et font don de cola ou de menue monnaie à celles qu’ils veulent honorer, ou, si le donateur est un homme riche, à chacune d’entre elles. Ce sont surtout, m’informe-t-on, les parents des jeunes femmes qui veulent rehausser par leur générosité le prestige de leur famille. Après cette distribution les femmes choisissent, parmi les autres toilettes qu’elles ont apportées, un nouvel habillement et, aidées de quelques-unes de leurs parentes, se changent devant de grands miroirs amenés à cette intention dans leur bagage. Puis elles repartent en groupe, en chantant comme elles sont venues.

  • 20 Bien qu’animistes, les Gouro ont importé, avec cette coutume, cet épisode de l’année musulmane.

76Cette coutume que certains appellent dreïbo est, paraît-il, ancienne, en tout cas antérieure à la colonisation. Elle serait empruntée, selon les habitants de Duonéfla, aux Malinké de Seguéla. Tour à tour quelques-uns des villages voisins envoient leurs femmes se livrer à cette parade. A Duonéfla on m’assure qu’un calendrier est établi prévoyant les manifestations successives des femmes de neuf villages Nianangon sur le marché de Zanzra : en janvier viendraient les femmes de Trahonfla ; en juillet celles de Kouyafla (que nous avons observées en octobre pour des raisons, paraît-il, exceptionnelles) ; en août : Goetifla ; en octobre : Kouezra ; en novembre : Gouénéfla ; en décembre : Zanzra, Seizra II, Balogui et Duonéfla. On dit aussi que pendant la période du Ramadan20 ce sont les jeunes filles qui paradent et le reste de l’année les jeunes femmes mariées. A leur retour au village, les femmes reçoivent des cadeaux de leur mari, et les jeunes filles l’hommage des jeunes gens désireux de se manifester à leur attention. De telles parades auraient lieu également à Plāfle (Pahoufla-Niono) où elles intéressent les villages de la tribu et quelques villages Duonou et Bei, et à Goïfle (Binzra-Ouadié) où quelques villages Ouadié et Yassua m’ont été signalés comme y participant.

  • 21 Rappelons que les habitants de Zérifla, autrefois dispersés en petits établissements distincts, se (...)

77Cette institution, qui mériterait une étude plus approfondie, contribue à renforcer les liens de paix et d’alliance, non seulement entre villages d’une même tribu, mais entre villages d’appartenance différente, ceux de trois tribus, par exemple à Plāfle. Le lien qui les unit est ici leur position géographique par rapport à un même marché21.

78Malgré cette circonstance, le nombre de marchés était autrefois trop élevé pour que cette polarisation aboutît à la dissolution de l’organisation territoriale de la tribu et à la constitution de bourgs commandant de nouvelles aires économiquement et politiquement définies. Chaque village en effet fréquentait plusieurs marchés tour à tour, de telle sorte que le rôle politique de ces derniers ne s’exerçait pas à travers un centralisme économique, mais d’une façon plus diffuse et plus subtile.

***

79Lieu de rencontre entre populations de tribus étrangères et de marchands d’ethnies différentes, le marché n’était pas seulement un lieu de divertissement, il était aussi autrefois le théâtre de violences. Les jeunes gens en quête d’épouses étaient attirés par ces lieux, rapportent les anciens, et c’est là que généralement se faisaient les enlèvements et les fugues. C’est là aussi que l’on venait y chercher vengeance. Les guerres, qui étaient susceptibles de s’ensuivre, pouvaient fort bien provoquer la disparition du marché.

80Pour ces raisons, on installait les marchés dans la brousse à l’écart des villages. Le flezā, fondateur ou descendant du fondateur, était responsable de l’ordre. Des hommes, au nombre de deux ou trois, étaient désignés par lui pour exercer une surveillance et faire respecter les règlements. La vente du vin de palme y était souvent interdite ; les insultes et les rixes étaient passibles d’amendes et les conflits surgissant sur le marché étaient portés en première instance devant le flezā.

81Le marché se présentait donc comme une institution marginale par rapport au village avec lequel il ne se confondait pas : il portait un nom différent et il occupait une aire distincte. De ce fait, il servait de base à l’édification d’une autorité nouvelle, parallèle à celle du village.

82Les flezā n’appartiennent, en effet, qu’exceptionnellement au lignage dominant du village auquel ils ressortissent. La création d’un marché était pour un lignage de second rang l’occasion non seulement de conquérir une distinction, mais aussi une aire juridictionnelle et même, chose tout à fait exceptionnelle dans une société comme celle des Gouro, le contrôle d’une police. Le flezā se trouvait aussi en position d’arbitre pour régler les conflits surgissant entre individus de villages différents ou de tribus étrangères fréquentant son marché, et par là son influence débordait celle d’un wiblizā villageois.

83Les liens entre le village et le marché étaient ceux qui liaient le flezā à ses co-villageois, et celui-ci semble avoir eu une assez grande autonomie à leur égard. Fua Gele, de Drohoufla (Ma), créa il y a cinq générations le marché qui porte son nom en un heu éloigné de 6 kilomètres de son village mais proche de Kohoufla (Ma) et c’est aux habitants de ce village qu’il confia la police du marché, fonction qu’ils exercent encore, bien que Drohoufla se soit maintenant rapproché tout près du marché.

84Le contrôle d’un marché est encore aujourd’hui l’occasion de disputes. Siblifle, par exemple, fut créé il y a trois générations par Blihu bi Buete de Gouédéfla (Bié) et disparut au moment de la conquête. A l’occasion de l’ouverture d’une route carrossable, au cours de l’été 1958, il fut ressuscité simultanément, sous le même nom, par deux des descendants de Buete, l’un de Gouédéfla et l’autre résidant à Zérifla, village voisin. Aujourd’hui les deux marchés coexistent à moins de 2 kilomètres l’un de l’autre.

85Le prestige social et politique attaché au marché semble l’avoir emporté sur l’intérêt pécuniaire car aucun tribut n’était exigé des marchands par le flezā.

86La fonction politique des marchés était encore accrue par leur appartenance à des réseaux plus vastes et relativement ordonnés.

  • 22 En forêt, où il n’y a pas de marché, les sept jours de la semaine sont désignés par des nombres or (...)

87Les Gouro semblent avoir eu depuis longtemps une semaine de sept jours, sans doute sous l’influence des Malinké musulmans. Les marchés voisins se tenaient hebdomadairement à des jours successifs, de telle sorte que chaque village se trouvait dans une aire commandée par six ou sept marchés dont les noms servaient à indiquer le jour de la semaine pour ce village précis22. Zanzra (Nianangon) avait par exemple le calendrier traditionnel suivant :

88Lundi : Diafle (Banoufla-Nianangon) ;

89Mardi : Bofle (Zanzra-Nianangon) ;

90Mercredi : Goïfle (Zougouraso-Goetron) ;

91Jeudi : Siaka (Bandaiou Bania-Goetron) ;

92Vendredi : Vafle — le marché des Dioula (non localisé, actuelle Subdivision de Mankone).

93Dimanche : Leïfle (Beziaka-Bouénou).

  • 23 L. Tauxier, op. cit., p. 90.

94Ce calendrier couvrait ainsi une aire comprenant des marchés de quatre tribus gouro et un marché dioula qui étaient fréquentés tour à tour par les habitants du village. Un calendrier analogue de six marchés successifs m’a été donné à Tibeïta (Yassua de l’Est) tous fréquentés par les habitants du village et appartenant aux tribus Yassua de l’Est, Ma, V’ne, Mé, Ouhiné, calendrier qui correspond encore à celui qu’en donne Tauxier23.

95Le calendrier des Bouavéré, situés à l’extrême sud de la zone des marchés, en aurait compté, lui aussi, quelques-uns parmi les jours de la semaine.

96Ce phénomène, que nous n’avons malheureusement pas été en mesure d’étudier systématiquement, révèle l’existence d’aires correspondant chacune à un calendrier hebdomadaire et qui s’étendaient par chevauchement à travers tout le nord du pays. Chaque village ou presque avait un calendrier différent et occupait donc une aire différente selon sa position dans le réseau des marchés. Les aires des marchés ne coïncidaient pas avec les territoires tribaux, et, en fréquentant les six ou sept marchés de leur ressort, les habitants d’un village avaient des possibilités de contact, non seulement avec les membres des tribus voisines où se trouvaient situés ces marchés, mais encore avec les habitants de groupes plus lointains, lesquels étendaient eux-mêmes leurs relations sur toute l’aire qui leur était propre et ainsi de suite.

97Les contacts se trouvaient multipliés considérablement et s’étendaient de proche en proche, mais apparemment sans rupture à travers toute la région de savane boisée.

  • 24 Des indications intéressantes sur les marchés traditionnels sont données dans les récits des premi (...)

98Il est remarquable que malgré la forte densité de cette région, son hétérogénéité sociale, la mise en contact de groupes ethniques différents, donc la multiplication des possibilités de frictions et de conflits, la société gouro de savane se soit développée sans avoir recours à un système politique plus ferme et plus hiérarchisé, comme la chefferie par exemple, mieux capable de contenir ces oppositions. On peut se demander si l’institution judiciaire et politique diffuse que représentaient les marchés organisés en réseaux, ne suppléa pas, jusqu’à un certain point, à une forme plus centralisée du pouvoir. Mais il s’agit là d’une hypothèse que seules une étude plus approfondie et la comparaison avec d’autres systèmes analogues permettraient d’étayer24.

***

99Les caractéristiques sociologiques du pays des marchés, sa plus grande hétérogénéité de peuplement, le morcellement des goniwuo et leur faible cohésion s’expliquent en partie par l’effet dissolvant du commerce sur l’organisation lignagère. L’organisation des marchés en réseaux révèle par contre une tendance vers une structuration politique diffuse mais très étendue et caractéristique, elle aussi, de cette région.

100L’effet des activités marchandes sur la densité du peuplement n’est sans doute pas moindre.

  • 25 Sur la carte de densité de la population de la Côte d’Ivoire par circonscription (terme nouveau qu (...)

101Nous avons déjà montré que malgré une apparente corrélation, le milieu ne pouvait suffire à expliquer la très forte différence de densité entre la savane et la forêt. Il faut ajouter ici que si l’on considère la région des marchés, non plus seulement par rapport à la forêt méridionale mais aussi à la savane au nord, on constate qu’elle représente un îlot de densité allongé d’est en ouest entre deux zones de très faible peuplement, bien que constituée chacune par des milieux différents25. On ne constate plus à cette échelle de corrélation entre la densité et le milieu.

  • 26 R. Portères, op. cit., p. 9.

102Les mouvements de populations gouro vers la savane boisée qui nous ont été révélés par les traditions de villages, de même que le caractère très composite du peuplement actuel, prouvent l’attrait de cette région sur les populations forestières. Nous n’avons pas étudié au nord les déplacements des populations malinké, mais leur avance vers le sud paraît certaine : plusieurs villages mentionnés comme lieux d’origine de lignages gouro et situés dans l’actuelle Subdivision de Mankono ne figurent plus sur la carte ; Trafesso, important marché situé au nord de la limite septentrionale du Cercle de Bouaflé, aujourd’hui peuplé en majorité de Malinké, est appelé Trafla par les Gouro qui prétendent l’avoir entièrement peuplé autrefois. D’après R. Portères, c’est aussi dans la partie nord de cette zone que se situaient les ateliers de fabrication des sōmpe26.

  • 27 La contre-épreuve de cette thèse peut être trouvée dans Mary Douglas, « The economic condition of (...)

103Le pays des marchés apparaît comme une zone de contact, une frontière économique entre deux aires complémentaires. Les surplus qu’y drainait le commerce, les « profits » variés qu’il apportait aux Dioula comme aux Gouro, la vie sociale et politique plus intense et plus riche suscitée par les échanges, et qui se manifestait sur les marchés, expliquent, mieux que le milieu naturel, l’attirance de cette région sur les populations situées de part et d’autre, et par là son exceptionnelle densité27.

104Le peuplement du pays Gouro, comme ses caractéristiques sociologiques, ne s’expliquent donc pas seulement par des phénomènes endogènes. Les relations avec l’extérieur ont joué ici un rôle considérable qui révèle combien ces populations, loin d’être repliées sur elles-mêmes, étaient sensibles aux sollicitations extérieures.

105L’importance des relations commerciales entre le pays Gouro et la savane sera encore mise en évidence lors de la conquête. Le colonisateur se trouva, en effet, en face d’un trafic commerçant actif et orienté vers le nord, organisé et dominé par les Dioula. L’installation du commerce français ne pouvait se faire qu’en détournant la production et les échanges à son profit. Ce détournement ne s’accomplit pas sans difficultés. Le colonisateur utilisa pour réduire le pays des armes économiques et nous verrons que, si les Gouro tentèrent de résister par la force, les Dioula parvinrent par d’autres moyens à conserver la maîtrise du commerce plus de dix ans après la conquête, c’est-à-dire jusque vers 1924.

Notes

1 Outre les sources écrites, dont nous donnons les références, les informations contenues dans ce chapitre sont basées sur des matériaux recueillis sur 18 marchés et dans la plupart des villages que nous avons visités. Notre enquête a porté sur les pistes reliant le village ou le marché aux villages voisins ; la nature des produits apportés et remportés le long de ces pistes ; l’origine tribale ou ethnique des porteurs de ces objets, la forme des échanges et leurs termes. Faute d’avoir pu couvrir tous les points intéressant ce trafic, dont certains nous sont apparus tardivement, ce travail ne peut pas être considéré comme le résultat d’une enquête systématique. Nos informations portent, dans la mesure où il est possible de les dater, sur les dernières décennies qui ont précédé la colonisation.

2 Étant donné l’installation relativement récente des Gouro dans leur habitat actuel, on peut penser qu’ils subirent conjointement ces influences tout le temps de leur présence dans cette région. Les Gouro, d’ailleurs, ne se souviennent pas d’un temps où le fer soudanais ni les fusils de traite aient été inconnus.

3 C’est ce qu’affirment les anciens de Bazré. Toutefois, l’examen des généalogies ne fait apparaître aujourd’hui qu’un petit nombre de femmes d’origine baoulé.

4 L’or ne semble pas avoir joué un rôle majeur dans les échanges en pays Gouro. Il provenait du Baoulé et du Yahouré, mais certaines tribus proches de ces populations comme les Nana, les Bende, les V’nan prétendent n’en avoir jamais eu. Les Baoulé exportaient des sculptures de bois lamées d’or, objets de grand prestige, sceptres ou couvre-chefs et des petits bijoux en forme de disques d’environ 12 millimètres de diamètre que les Gouro appellent kiā (or), et qui sont semblables aux disques solaires des Ashanti. Ces objets étaient conservés par les Gouro qui ne les réexportaient pas vers la savane.

5 E. W. Bovill, The Golden Trade of the Moors, Oxford University Press, 1958; R. Mauny, Tableau géographique de l’Ouest Africain au Moyen Age, Mémoire de l’IFAN, n° 61, Dakar, 1961 ; M. Lombard, « L’or musulman du viie au xie siècle », Annales, 2e année, n° 2, avril-juin 1947, p. 143-160.

6 M. H. Lelong, « La route du Kola », Rev. Géographie hum. et ethnol., I, 4, oct. 1948-oct. 1949, p. 35-44.

7 Nous adoptons ici l’orthographe proposée par R. Portères. Les Gouro, toutefois, prononcent zōmbe. R. Portères, « La monnaie de fer dans l’Ouest Africain au xxe siècle », Recherches Africaines, Konakry, déc. 1960, n° 4, p. 3-13

8 Selon R. Portères, le sōmpe figurerait une pioche (so : percer, pe : fer).

9 L. G. Binger, Du Niger au Golfe de Guinée, Paris, 1892.

10 Les Bambara appellent le sōmpe : tama, mot désormais utilisé par eux et les Gouro pour désigner un franc C.F.A.

11 Condiment fait avec le fruit du néré.

12 On sait d’après Binger que la commercialisation de la cola était entre les mains de ce qu’il appelle une « confrérie dioula ». Il s’agissait sans doute déjà de l’établissement de réseaux de commerçants, généralement apparentés, installés dans les différents marchés de ramassage et d’écoulement, s’informant mutuellement des conditions locales d’achat et de vente et se livrant à un arbitrage entre les divers centres commerciaux. Par leur intermédiaire, la cola remontait jusqu’aux marchés de Sakhala, Kani, Toté, Odienné, Tengréla, Sambatiguila, Maninian (G. Binger, op. cit., pp. 141 à 144, cité par Tauxier, op. cit., p. 99).

13 Arch. Abidjan, X, 34-83 (1904), et Rapport Chasles (1906).

14 Id., X, 47-24.

15 La description que donne Binger par ouï-dire des Lō qui venaient vendre leur cola sur les marchés de savane, ne correspond guère à celle des Gouro. Il n’est pas certain non plus que les Mandé aient désigné spécifiquement les Gouro par ce nom de Lō comme le laisse entendre Tauxier. Il pouvait s’agir d’un nom générique désignant les forestiers en général (cf. Binger, op. cit., p. 140 et Tauxier, op. cit., p. 99).

16 K. Polanyi, « Aristotle discovers the Economy », in K. Polanyi (éd.), op. cit., p. 64 à 96 pour une discussion de cette théorie.

17 Les habitants de Deïta appellent ce marché Pâflé et ceux de Dobafla mentionnent l’existence d’un marché appelé Dilofle, disparu lors de circonstances semblables, et qui pourrait être le même.

18 Par exemple Tiefle, marché de Gouatafla — Ma — nommé d’après l’actuel chef de tribu Gua bi Tie, lors de son déplacement par l’administration, avait été précédé de Konebiurafle, créé il y a trois générations par Kone bi Ura.

19 Les anthropologues britanniques emploient un terme fort adéquat : petty-trading.

20 Bien qu’animistes, les Gouro ont importé, avec cette coutume, cet épisode de l’année musulmane.

21 Rappelons que les habitants de Zérifla, autrefois dispersés en petits établissements distincts, se rassemblaient périodiquement autour d’un marché.

22 En forêt, où il n’y a pas de marché, les sept jours de la semaine sont désignés par des nombres ordinaux.

23 L. Tauxier, op. cit., p. 90.

24 Des indications intéressantes sur les marchés traditionnels sont données dans les récits des premiers voyageurs, mais la collecte de ces matériaux exige un patient dépouillement. Parmi les études récentes, il faut signaler celle de R. Bastide et P. Verger, « Contribution à l’étude sociologique des marchés Nagō du Bas-Dahomey », Humanités, n° i, Cahiers de l’ISEA, n° 95, nov. 1959, P- 33-65, qui révèle également une organisation des marchés en réseaux. Voir aussi, dans le même numéro d’Humanités, l’article de J. Binet sur le même problème ; celui de M.-J. Tubiana, « Le marché de Hili-ba : moutons, mil, sel et contrebande », Cahiers d’Études Africaines, n° 6, vol. II, 2e cahier, rgōi, p. 196-243, ainsi que les importantes contributions de plusieurs auteurs dans P. Bohannan (éd.), op. cit. Aucune de ces études cependant ne développe le problème de la fonction politique des marchés.

25 Sur la carte de densité de la population de la Côte d’Ivoire par circonscription (terme nouveau qui désigne les subdivisions) parue dans l’Inventaire économique de la Côte d’Ivoire 1947-1958, Service de la Statistique, Abidjan, 1958, p. 36-37, cette zone de forte densité (plus de 20 habitants au kilomètre carré) recouvre les « circonscriptions » de Zuénoula, Beoumi et Bouaké et se trouve entre une région peuplée de 10 à 20 habitants au kilomètre carré au sud et de 5 à 10 habitants au kilomètre carré au nord.

26 R. Portères, op. cit., p. 9.

27 La contre-épreuve de cette thèse peut être trouvée dans Mary Douglas, « The economic condition of the Lele compared with the Bushong », in : Markets in Africa, P. Bohannan (éd.). L’auteur montre comment la région forestière, en contact avec une économie marchande, est plus dense et plus peuplée que la zone de savane, livrée à l’agriculture de subsistance.
Voir aussi R. Harris, « The influence of ecological factors and external relations on the Mwembe tribes of South-East Nigeria », Africa, XXXII, 1, janv. 1962, p. 38-52.

Table des illustrations

Légende CARTE 16. — Marchés anciens.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Légende CARTE 17. — Marchés modernes.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 640k

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable