Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Comparer

 | 
Olivier Remaud
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
Isabelle Thireau

Deuxième partie. L’outillage comparatiste

Comparaison et échanges culturels

Le cas des traductions

Gisèle Sapiro

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La comparaison est la méthode privilégiée de la sociologie, comme Durkheim aimait à l’expliquer (1937, p. 124). Les pères fondateurs de la discipline en faisaient un usage aussi bien diachronique (comparaison d’une même société à différents moments) que synchronique (comparaison de différentes cultures ou sociétés), à des échelles variant du niveau macro au niveau micro, en passant par le méso. Weber, par exemple, y recourait de manière systématique, que ce soit pour dégager les facteurs qui ont déterminé l’avènement du capitalisme ou pour distinguer des modèles d’organisation des communautés religieuses.

Cette démarche soulève cependant deux questions cruciales : que compare-t-on ? comment ? Pour répondre à la première, il faut rappeler qu’on ne peut comparer que ce qui est comparable. Il est donc nécessaire de définir des unités : cultures, sociétés, communautés, nations, États, régimes, le comparatisme prenant généralement pour base des entités socialement reconnues et identifiées...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540