Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Comparer

 | 
Olivier Remaud
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
Isabelle Thireau

Deuxième partie. L’outillage comparatiste

Une histoire comparée des patrimoines techniques

Collections et dépôts d’inventions en France et en Angleterre aux XVIIIe et XIXe siècles

Liliane Hilaire-Pérez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le sillage de l’histoire de la consommation et des économies culturelles, les études récentes insistent sur le rôle de la commercialisation des savoirs dans la création d’un espace public de la technique au xviiie siècle (Stewart, 1992 ; Hilaire-Pérez, 2007 ; Hilaire-Pérez et Thébaud-Sorger, 2006). Les démonstrations, les visites de boutiques, d’ateliers, de manufactures sont autant de dispositifs visuels qui renouvellent les codes de la curiosité et promeuvent l’inté rêt de publics différenciés pour la technique (Berg, 2005 ; Hilaire-Pérez, 2000b et 2008b ; Bennett, 2002 et 2006). Ainsi, au début du xixe siècle, à Birmingham, James Bisset possédait une boutique doublée d’un musée, et vendait aussi bien ses productions (articles de décoration, portraits en médaillons) que des tableaux de maîtres (Berg, 2005, p. 199-204). Ces hybridations entre invention, commerce et art ne sont en rien une nouveauté dans l’Angleterre hanovrienne ; une génération plus tôt, les Pinchbeck, réputés...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540