Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Faire des sciences sociales. Comparer

 | 
Olivier Remaud
, 
Jean-Frédéric Schaub
, 
Isabelle Thireau

Deuxième partie. L’outillage comparatiste

Comparer l’incomparable : des vertus et des limites de la comparaison hommes/primates

Frédéric Joulian

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y a une quinzaine d’années, afin de balayer les nouvelles approches des origines de l’homme, je montrais que la plupart des interprétations de l’hominisation s’opéraient par l’entremise de modèles généraux fondés sur le savoir des éthologues, savoir qui avait progressivement remplacé celui des ethnologues1 (Joulian, 1998).

Ce changement d’univers de référence, des sciences de la culture vers les sciences de la nature, posait et pose encore d’importantes questions épistémologiques et méthodologiques liées à la nature des êtres et des phénomènes comparés, aux régimes de scientificité en présence, aux objectifs visés, mais également à deux dérives majeures qui sont celles d’une naturalisation des caractéristiques humaines, symétrique d’une essentialisation (ou anthropomorphisation) des animaux.

Le positivisme grandissant de l’archéologie préhistorique – dont on peut se demander si elle est encore une science sociale – et le rouleau compresseur des sciences cognitives et génétiques qui...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540