Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Anthropologie économique des Gouro de Côte d’Ivoire

 | 
Claude Meillassoux

Chapitre VI. Les formes élargies de la coopération agricole

Texte intégral

  1. — Le bo : Le bo familial. Le bo communal.
    Le bo et les sociétés de jeunes gens.
    Le bo et les associations de divertissement.
  2. Le klala. Le klala à Duonéfla.
  3. Les bases d’un socialisme communal.

1A mesure que les dépendants de l’aîné se marient et accèdent à la position de gone, la communauté se distend et la coopération lignagère se relâche. L’aîné conserve encore longtemps cependant des champs et des plantations, sources de produits nobles et de revenus qui lui permettent de continuer à jouer un rôle social éminent. Il continue à entretenir ces cultures avec l’aide de ses épouses et de ses plus jeunes dépendants. Mais les gonenu ne sont pas quittes d’obligations de travail à son égard. « Le fils, dit Touzan (de Deita, Bouavéré), envoie ses fils, ses frères, les fils de ses frères et leurs femmes travailler sur les champs de son père. Ils travaillent, un ou plusieurs jours de suite et à plusieurs reprises au cours de l’année, pour débrousser, planter les ignames, nettoyer les champs et les plantations, pour récolter le riz ou cueillir le café. Il faut aussi accomplir pour lui quelques tâches quotidiennes comme le portage de l’eau. Ils se réunissent encore pour lui construire éventuellement une case neuve. Ils vont chasser et pêcher pour l’aîné plusieurs fois par an. » Le cas de Sei bi Ba de Duo-néfla est l’exemple de cette situation. Trop vieux pour accomplir autre chose que des travaux d’entretien avec sa femme et ses plus jeunes fils, ses champs et ses plantations sont cultivés par ses fils mariés. Ils y travaillent parfois individuellement, parfois, pour les plus gros travaux, en équipe. En une année, quatre de ces réunions collectives ont eu lieu à l’occasion desquelles le père a offert un repas plus abondant.

2Outre l’aide obligée et spontanée de ses dépendants agnatiques, l’aîné peut solliciter celle de ses alliés par les femmes.

3Lorsque l’aîné n’a plus sous sa dépendance que des hommes mariés et déjà pères de famille, il ne possède plus qu’une autorité indirecte sur les penu de son lignage. Aucune équipe de coopération permanente n’est plus attachée à ses cultures. Irie bi Balo et Boye bi Kalu, de Duo-néfla encore, sont dans cette position d’aîné au deuxième degré qui préfigure leur situation de vieillard-ancêtre. Avant que l’aîné, devenu impotent, ne transmette son autorité à un successeur, sur une communauté d’ailleurs déjà désarticulée, il s’établit ainsi autour de lui une forme de coopération plus relâchée, intermittente, mais élargie, qui ouvre la voie à une organisation collective du travail encore plus étendue : le bo.

I. — LE BO

4Comme le groupe de coopération familial lâche, le bo est une forme occasionnelle d’organisation collective du travail rassemblant des équipes non régulièrement constituées. Comme celui-ci, il a un caractère prestataire et fonctionne au profit d’individus vis-à-vis desquels les membres du bo ont des obligations. A la différence de ce groupe, le bo n’obéit à aucune routine ; il n’a pas d’automaticité fiée au cycle agricole ; il doit être convoqué. Sa base de recrutement est double : d’une part, elle s’étend aux alliés et obligés, d’autre part, aux co-villageois et même aux habitants de villages voisins. De ce fait, le bo peut rassembler des effectifs plus nombreux que n’importe quelle autre forme de coopération.

5Un même individu ne jouira du bo qu’à d’assez longs intervalles — on ne peut mobiliser les mêmes personnes plus d’une fois par an — souvent à plusieurs années de distance et parfois même à l’occasion de circonstances uniques. Le bo est un événement qui sort de la routine et dont on se souvient plusieurs années après.

6Le caractère occasionnel de cette institution se traduit par une très faible fréquence. Dans un village de plus de 215 habitants, Duonéfla, l’interrogatoire systématique des planteurs de tous rangs, n’a fait apparaître que 7 cas de bo de 1955 à octobre 1958 (3 en 1955,1 en 1956, 1 en 1957 et 2 en 1958). Cette circonstance n’en rend pas l’observation facile lorsque l’enquête se déroule sur une courte période et qu’elle se partage entre plusieurs lieux. Il ne nous a été donné d’observer qu’un seul bo à Ziduho dont la nature ne permet pas de généraliser. Nous fonderons donc surtout ce qui suit sur les relations qui nous ont été faites de 10 cas, dont 7 ont été enregistrés à Duonéfla et 3 à Ziduho, ainsi que sur les informations de caractère plus général que nous avons obtenues dans d’autres villages.

7Selon la base de recrutement du bo, selon qu’il repose tantôt sur la parenté et l’alliance, tantôt sur le voisinage, on peut distinguer le bo familial et le bo communal.

Le bo familial

8Le bo familial s’étend soit à un seul goniwuo, soit aux alliés par le mariage (voli).

9Le goniwuoza peut, en principe, appeler les membres de son goniwuo à travailler tous ensemble sur ses champs pour débrousser ou entreprendre d’autres gros travaux. C’est fréquemment le cas dans les sociétés les plus intégrées, mais l’institution se confond alors avec le fonctionnement normal de la communauté puisque les cultures du goniwuoza sont, en principe, celles de tous. Il se traduit simplement, comme à Bazré, par un repas plus abondant et plus copieux offert à l’issue des travaux. Dans des sociétés moins intégrées, là où, par exemple, un homme n’est qu’associé au goniwuo sans lui être apparenté, celui-ci peut encore solliciter l’aide de ses membres. C’est le cas de Gru bi Gore de Duonéfla, ancien combattant récemment accueilli au village qui l’obtint pour la mise en culture de ses champs, c’est-à-dire à l’occasion d’une circonstance unique. Gore, ancien combattant disposant d’une retraite, a été en mesure d’offrir à six jeunes hommes de son goniwuo et à deux camarades d’autres villages, le poulet et le vin de palme. C’est le seul exemple que nous connaissions d’un bo de goniwuo ayant fonctionné pour un autre que le goniwuoza.

10Le bo rassemblant les alliés (voli), apparemment le plus fréquent, est celui qui rassemble en général le plus grand nombre d’individus. On fait appel ici soit aux parents des épouses de ses fils ou à ceux de ses femmes ou aux parents de sa mère, soit aux parents des époux ou fiancés de ses sœurs ou de ses filles. Il ne semble pas que la différence entre utérins et alliés soit significative. Ici un fait nouveau intervient, en ce sens que les individus pressentis se font accompagner d’un grand nombre de personnes, leurs propres parents ou des camarades de leur village, surtout lorsqu’il s’agit de jeunes fiancés désireux d’impressionner leur futur beau-père. C’est ainsi que Kaba bi Toa prétend avoir obtenu à deux reprises des groupes d’une vingtaine et d’une trentaine de personnes. Ces chiffres, qui rehaussent par leur importance le prestige du bénéficiaire, doivent être considérés avec prudence.

11Celui qui peut jouir de ce type d’institution ne peut être que l’aîné d’un lignage ou d’un segment de lignage ayant marié ses sœurs ou ses filles et quelques-uns de ses cadets. C’est-à-dire qu’il s’agit d’une institution fonctionnant au profit des autorités lignagères traditionnelles.

12Le bénéficiaire, qui doit occuper un rang élevé dans le lignage, peut pourtant n’occuper qu’une position seconde dans le cadre de la hiérarchie communale.

13Le rang social est une première condition pour obtenir le bénéfice du bo. La seconde est la possession de biens : un festin est offert à la fin des travaux ; la viande n’entre pas ici obligatoirement dans la composition des repas, mais le riz dans ce cas est de rigueur ; des cadeaux sont offerts à l’allié pressenti qui reçoit souvent de l’argent et des pagnes. Il s’agit moins là d’une rémunération que de prestations imposées par les rapports d’alliance.

14Dans tous les cas rapportés, le bo familial n’intéresse que les cultures de subsistance à l’exclusion des cultures commerciales.

Le bo communal

15Le bo communal se recrute parmi les habitants de tout le village et opère essentiellement au profit des hommes les plus éminents : chefs de village, goniwuoza ou aîné d’une communauté. On le mobilise pour les travaux agricoles importants sur les champs et aussi sur les plantations caféières ainsi que pour la construction d’une case, l’exécution de travaux de terrassement, la confection d’une toiture, la collecte du chaume, etc.

16Celui qui désire bénéficier du bo communal s’adresse aux anciens des autres communautés pour leur demander de mettre à sa disposition quelques-uns de leurs dépendants. La hiérarchie joue ici à tous les niveaux : entre anciens du village ; entre les aînés sollicités et leurs cadets respectifs qu’ils délégueront pour accomplir le travail. L’aîné ayant obligé son homologue en envoyant travailler quelques-uns de ses cadets, n’occupe pas toujours une position sociale qui lui permette de réclamer une faveur du même ordre. On ne voit pas fonctionner de réciprocité par un échange de bo.

17Le travail accompli par les jeunes gens se solde par un repas qui, sans être non plus une rémunération, clôt le cycle des obligations de cet ordre.

18Les repas offerts par le bénéficiaire comportent toujours de la viande (dans un seul cas à Ziduho, le repas offert aux jeunes filles ne comportait que du riz). On offre aussi du vin de palme ou des cigarettes, jamais de cadeaux, d’argent ou d’objets durables. La composition de ces repas restreint ainsi le bénéfice du bo aux hommes les plus éminents, puisqu’eux seuls, nous l’avons vu, disposent du riz et de la viande. Ces restrictions de caractère social s’appuient ainsi sur des possibilités matérielles et l’une et l’autre de ces conditions doivent être réunies de telle sorte que l’aîné pauvre ou le jeune homme riche ne seront pas en mesure de jouir de cette forme de coopération. C’est une des raisons, sans doute, pour laquelle la fréquence du bo communal est encore plus faible que celle du bo familial. A Duonéfla, par exemple, les deux derniers datent de 1955. Les effectifs ont été de vingt-deux personnes dans un cas et de huit dans l’autre.

  • 1 En 1957 un bo rassemblant quatre villages Yassua du Nord a été mobilisé pour débroussailler au pro (...)

19En comparaison du statut des bénéficiaires, celui des travailleurs est d’un ordre toujours inférieur. Les hommes mobilisés pour ces travaux sont, ou célibataires, ou mariés à une ou deux femmes. A Duonéfla, leur âge varie d’après le recensement entre 18 et 48 ans. Leur caractéristique commune est d’être placés sous l’autorité d’un aîné et de ne pas avoir eux-mêmes de dépendants susceptibles de travailler à leur place : ce sont les penu1.

Le bo et les sociétés de jeunes gens

20Le bo peut éventuellement s’appuyer sur une autre institution, appellée parfois en savane otiëkira pour les jeunes gens et batekira pour les jeunes filles, qui rassemble les jeunes gens ayant statut de pe (pour les garçons) ou de ble (pour les filles).

21Dans l’otiëkira un responsable, le penuzā, est désigné par l’ensemble des jeunes gens parmi les gone ou les aînés du village, rarement parmi les penu eux-mêmes. Le penuzā remplit les fonctions de conciliateur lorsqu’un conflit surgit entre jeunes gens, il préside aux divertissements et organise les travaux collectifs. C’est à lui que s’adressent les anciens qui veulent bénéficier du bo. Si un homme du village est populaire parmi les penu et si l’on désire lui faire plaisir, les jeunes gens organisent spontanément un bo à son profit.

  • 2 Les autorités coloniales, et en particulier le Chef de la Subdivision de Zuénoula, tentèrent d’ins (...)

22La société peut fonctionner, non seulement pour les aînés dans le cadre du bo, mais aussi pour les jeunes gens eux-mêmes quand l’un d’eux par exemple décide de se construire une case2.

23Le katekira est beaucoup moins fréquent en raison de l’instabilité des jeunes filles, très fréquemment en visite dans leur famille maternelle, et de leur mariage précoce qui les amène à vivre dans le village de leur époux. Leur responsable (blenuzā) est parfois une femme mariée jouissant d’une certaine popularité parmi elles, parfois un jeune homme. Les travaux exécutés par les jeunes filles sont les semailles, les récoltes ou aujourd’hui le décortiquage du café au pilon.

Le bo et les associations de divertissement

24Dans quelques villages les jeunes gens des deux sexes, ensemble ou séparément, forment des associations de divertissement qui, bien que n’ayant pas pour objectif de fonctionner comme groupe de travail, sont susceptibles de servir de base à leur recrutement. On obtient alors le bo en s’adressant au responsable de la société à qui l’on fait un cadeau (pièces de pagne pour habiller les danseuses, équipement de sport pour les équipes de football, etc.). Tel est le cas à Zanzra (Nianangon) où le président de l’équipe de football et le responsable de la danse Zoa peuvent être sollicités pour mobiliser leurs membres.

25A Pahoubigrofla (Niono) l’équipe de football remplit cette fonction concurremment avec la société, distincte, des jeunes hommes. A Dhéra (Tianou) l’équipe de football et l’association de danse bali (du mot français : bal) sont toutes les deux la base d’un recrutement du bo, ainsi qu’à Ziduho la danse kia-kia des jeunes filles et l’association de football.

  • 3 En 1919, le journal du poste de Zuénoula signale avec inquiétude l’apparition de sociétés paramili (...)

26Les sociétés de divertissement sont d’existence précaire. Elles se constituent à l’occasion de modes passagères comme l’apparition d’une nouvelle danse. Leurs activités coopératives annexes durent ce que dure la mode et disparaissent avec elle. Leur règlement et leur discipline, souvent copiés des institutions administratives, s’oublient. Il faudra attendre une autre initiative et un autre prétexte pour en voir ressurgir une autre3. Cette circonstance explique sans doute leur distribution géographique très inégale et les variantes que présentent celles qui existent.

27L’organisation lignagère ou le goniwuo restent en définitive des institutions plus solides et plus durables et le bo communal en revient le plus souvent à s’appuyer sur elles.

28Le bo nous apparaît donc comme le prolongement sur la base de l’alliance, du voisinage ou très exceptionnellement même de la tribu, des institutions coopératives communautaires jouant au profit de l’aîné. Il demeure très lié à la hiérarchie sociale traditionnelle et il n’exige pas, comme nous l’avons noté, de réciprocité absolue. Par tous ces traits il se distingue du klala que nous allons étudier maintenant.

II. — LE KLALA

29Si à Bazré, par exemple, les communautés agricoles coïncident avec les lignages et conservent ainsi des effectifs nombreux, le fractionnement social observé à Ziduho et à Duonéfla ne laisse plus subsister que des groupes de travail restreints dont les membres ne sont pas en nombre suffisant pour accomplir les plus lourds travaux. Dans le premier cas, les formes de coopération élargies dériveront naturellement des rapports de lignages, mais le morcellement des deux autres villages nous a laissé déjà entrevoir une forme d’entraide capable de se substituer à l’organisation coopérative de type lignager, le klala.

30L’institution du klala se distingue fondamentalement de la précédente en ce qu’elle est fondée sur une réciprocité immédiate et non sur des obligations hiérarchiques. Elle fonctionne au profit mutuel des participants et non au bénéfice d’un seul. Le klala ne s’accompagne ni de festins ni de cadeaux.

  • 4 Les gonenu d’un lignage peuvent s’aider ainsi à cultiver les champs dont ils sont responsables ou (...)

31Deux ou plusieurs hommes s’entendent pour travailler ensemble et tour à tour sur les champs et plantations respectifs ou sur les terres de ceux dont ils dépendent4. Le klala se pratique entre individus d’un même goniwuo, d’un même village ou même de plusieurs villages. L’association se fait par affinité. Le klala groupe un nombre très variable de participants, deux, trois, quatre, quelquefois plusieurs dizaines ou, quand il recouvre une association de divertissement — comme c’est le cas à Ziduho — tous les penu du village.

32La composition d’une équipe de klala n’est pas définitive. On peut à chaque saison se choisir de nouveaux partenaires.

33Cette institution paraît assez répandue en pays Gouro. Elle est tout au moins connue sous le même nom dans de nombreux villages et elle fonctionne surtout là où l’organisation lignagère est moins compacte. C’est à Duonéfla surtout que nous avons pu repérer le fonctionnement ainsi que la composition précise des équipes. Ce village nous servira donc ici d’exemple.

Le klala à Duonéfla

34Au cours de la dernière saison, onze groupes d’entraide ont fonctionné à Duonéfla, intéressant 41 hommes dont 7 étrangers et résidents d’autres villages, soit 34 habitants de Duonéfla sur les 66 « actifs masculins » que nous avons dénombrés.

35Les effectifs rassemblés par chaque équipe sont variables :

364 équipes de deux hommes chacune (équipes B, G, H, I)

371 équipe de trois hommes (K)

383 équipes de six hommes (A, D, J)

391 équipe de sept hommes (F)

401 équipe de huit hommes (C)

  • 5 Voir tableaux généalogiques de Duonéfla, p. 161.

411 équipe de douze hommes (E)5

42La répartition de ces hommes entre les groupes est la suivante :

43 30 appartiennent à un seul groupe.

448 appartiennent à deux groupes.

452 appartiennent à trois groupes.

461 appartient à quatre groupes.

47Trois groupes (A, C, D) ne rassemblent que des hommes d’un même goniwuo. (A) se recrute exclusivement au sein de Duho bi Sei nene et, à l’intérieur de ce goniwuo, dans deux dogi (IV et V sur la charte) composés des membres les plus éloignés d’un segment du lignage. (C) également limité au même goniwuo recrute, en plus des deux dogi ci-dessus, dans le dogi III bis. (D) rassemble des membres de Kiā bi Sei nene et Irie bi Kwame, étranger, apparemment client de Bagone bi Tra de Duho bi Sei nene. A l’exception de ce dernier, tous les participants appartiennent à deux dogi de la descendance de Fua bi Balo, VIII et IX. Les autres équipes sont mixtes et se recrutent dans plusieurs goniwuo. L’équipe mixte la plus importante (E) — 12 hommes dont deux étrangers — rassemble 5 hommes de Duho bi Sei des dogi IV et V ci-dessus et du dogi VI plus 5 hommes des dogi VII et IX de Kiā bi Sei. Il s’est réuni exclusivement pour le buttage des ignames. Le groupe (F) de 7 hommes compte deux hommes de chaque goniwuo (pour Kiā bi Sei et Banene, du même dogi) plus un homme du village de Blanoufla.

48Ces deux derniers groupes sont des exemples de klala nombreux et mixtes composés de penu et d’obligés travaillant non sur leurs champs mais sur ceux de leurs aînés.

49Cette dernière formule peut être opposée à celle qui n’intéresse que des individus cultivant les terres dont ils ont la responsabilité. Chaque équipe est alors généralement beaucoup plus petite, le plus souvent composée de deux hommes. L’appariement se fait par affinité. Ces petits groupes fonctionnent plus régulièrement que les précédents, à l’occasion de tâches routinières et autant sur les champs que sur les plantations. Il s’agit, non plus d’une entente occasionnelle, mais d’un accord portant sur toute la durée du cycle agricole. Il existait à Duonéfla cinq de ces groupes recoupant l’appartenance au goniwuo : trois d’entre eux intéressent des hommes de Duho bi Sei et de Banene, un de Duho bi Sei et de Kiā bi Sei, le dernier de Kiā bi Sei et de Banene (plus un étranger au village).

50Plusieurs paires peuvent se rassembler à l’occasion de travaux plus importants. C’est le cas du groupe (J) composé de trois équipes de deux hommes comptant chacune un membre de Banene associé à trois autres hommes : deux de Duho bi Sei et un de Kiā bi Sei.

51Le statut social des participants obéit à certaines constantes : les anciens ne sont jamais associés à un klala. Les dépendants directs des personnages les plus éminents du village n’y apparaissent jamais. Ceux qui composent les groupes d’entraide sont en premier heu, les gonenu, ou les penu ayant déjà la responsabilité d’une plantation et agissant pour leur compte ; ce sont eux qui forment les petites équipes appariées ; en second lieu, les penu contraints de travailler sur les terres de leurs aînés. Certains jeunes gens travaillent dans plusieurs équipes, tantôt dans le cadre de leurs obligations familiales, tantôt pour eux-mêmes. Ceci explique la participation des plus jeunes ou des plus dépendants à trois ou quatre groupes. On constate ici un double clivage hiérarchique, l’un fondé sur l’appartenance à une famille privilégiée, l’autre sur le statut individuel.

52Cependant même l’organisation des dépendants en klala pour travailler sur les terres des aînés se fait selon un principe étranger à l’organisation lignagère. Le klala est une association de type territorial dont les membres sont liés par des rapports d’affinité et de voisinage. Il se constitue en marge de l’autorité et de l’intervention des chefs de lignage.

  • 6 Le klala, comme le bo, peut se grefier sur une association villageoise. Il y a cinq ans (en 1953) (...)

53Cette initiative d’individus d’un rang inférieur provoque le premier clivage entre participants et non-participants à cette forme d’entraide. Elle ouvre la voie à la seconde rupture entre les lignées privilégiées et les autres : la même formule d’association continuant à jouer, non plus au profit des aînés, mais des participants eux-mêmes, elle leur permet de se dégager des contraintes traditionnelles. Au principe d’organisation hiérarchisée, fondé sur la parenté et polarisé autour de l’aîné, se substitue une organisation civique égalitaire d’un ordre supérieur6.

III. — LES BASES D’UN SOCIALISME COMMUNAL

54La décomposition des cellules lignagères, surtout sous l’effet de l’agriculture commerciale, correspond aussi à un besoin d’émancipation des nouvelles générations à l’égard des contraintes tutélaires. Dans la perspective d’une libération des individus et de l’établissement d’une socialisation du travail communal fondée sur une assise culturelle autochtone, le klala présente de nombreux avantages sur le bo.

55Ce dernier est étroitement hé à la hiérarchie traditionnelle la plus conservatrice et la moins susceptible de développement. Il joue essentiellement en faveur des anciens et, dans la mesure où ces derniers le mobilisent pour les cultures de rapport, il porte en lui les germes d’une exploitation de jeunes travailleurs.

56Le contrat, s’il en est, se passe, non pas entre le bénéficiaire et les travailleurs, mais entre le premier et les aînés des seconds, lesquels ne sont pas parties dans l’affaire.

57Le festin, qui dans le cadre traditionnel exprimait concrètement le rôle de père nourricier, sera de plus en plus assimilé, et abusivement, à une rémunération en nature dont la valeur ne peut être comptabilisée selon les normes traditionnelles.

58Le désir de cultiver le café pour son compte représente une forme de résistance encore peu consciente à cette éventuelle exploitation. Si le bo représente une socialisation de la production, son caractère prestataire ne permet pas de la considérer comme une ouverture sur le socialisme, au contraire.

59La souplesse des différentes formules de klala en fait par contre un système coopératif plus efficace. Alors que le bo recrute en fonction des critères de prestige et rassemble de ce fait des effectifs qui ne répondent pas toujours aux exigences du travail, chaque équipe de klala est constituée en fonction de tâches précises. L’addition d’équipes appariées permet un ajustement très étroit des effectifs aux travaux. Plus que le bo, le klala, sous ses différentes formes, fonctionne régulièrement et efficacement ; bien qu’étant aujourd’hui en concurrence avec les formes de coopération lignagère, il touche, dans les villages de savane, une proportion importante de la population active (plus de la moitié de celle-ci à Duonéfla) et les équipes parviennent à grouper jusqu’à douze hommes dans ce village, seize à Ziduho.

60Le klala est un système de coopération paritaire et non prestataire reposant sur un accord mutuel au bénéfice des parties en cause et accessible aux individus jouissant d’un statut inférieur, descendants de familles étrangères ou captives, ou segments mineurs, dont les intérêts s’écartent de ceux du lignage principal. Son extension aux immigrants permettrait d’éviter la formation de groupes minoritaires ou la constitution d’un salariat agricole, en incorporant de nouveaux éléments sur une base égalitaire d’entraide mutuelle.

61Toutes ces raisons nous laissent penser que le klala représente une formule dynamique, mieux adaptée à l’évolution économique et aux transformations démographiques et sociales du pays que les formes de coopération lignagère qui tendent d’ailleurs à se décomposer et dont la résurrection artificielle ne favoriserait qu’une classe naissante de notables.

Notes

1 En 1957 un bo rassemblant quatre villages Yassua du Nord a été mobilisé pour débroussailler au profit de Vanie bi Ta, chef de tribu et président du tribunal coutumier de Zuénoula. A cette grande occasion, Ta a offert aux travailleurs la viande de deux bœufs et distribué 30 000 francs C.F.A. Ce cas étant le seul de ce genre qui m’ait été cité, on peut penser qu’un bo de cette ampleur est un phénomène exceptionnel, mais il indique dans quelle direction cette institution est susceptible de se développer avec l’apparition des « notables ».

2 Les autorités coloniales, et en particulier le Chef de la Subdivision de Zuénoula, tentèrent d’instituer partout en 1955 des « sociétés de jeunes gens ». Il n’est pas étonnant dans ces conditions que les notices laissées par cet administrateur signalent leur existence dans presque tous les villages. Peut-être à cette époque étaient-elles plus répandues. Quant à nous, nous n’avons rencontré que quelques villages où ces sociétés existaient effectivement et où l’on pouvait désigner nommément le responsable.

3 En 1919, le journal du poste de Zuénoula signale avec inquiétude l’apparition de sociétés paramilitaires dont l’organisation était calquée sur le modèle de l’armée, avec maniement d’armes factices, défilés, etc. L’administration chercha à les interdire mais elles disparurent d’elles-mêmes. Plutôt que d’associations subversives, il semble qu’il s’agissait d’une de ces modes imitatives dont les villageois africains sont coutumiers.

4 Les gonenu d’un lignage peuvent s’aider ainsi à cultiver les champs dont ils sont responsables ou les penu d’un village peuvent s’organiser de cette manière pour travailler ensemble sur les plantations de leurs aînés. L’institution n’est pas alors complètement débarrassée de tout caractère prestataire.

5 Voir tableaux généalogiques de Duonéfla, p. 161.

6 Le klala, comme le bo, peut se grefier sur une association villageoise. Il y a cinq ans (en 1953) s’est créée à Ziduho une équipe de football qui rassemblait, en 1957, 16 membres des trois goniwuo du village (arbitre et suppléants compris) : 6 de Vahuzra, 5 de Senezra et 5 de Ziduhomō. L’arbitre, Tra bi Tie, bigame de 25 ans environ, père de 3 jeunes enfants mais encore pe, est responsable de cette équipe. Il prit l’initiative au moment de la saison du débroussage, de faire travailler successivement et tous ensemble les jeunes gens de l’équipe sur les terres de leurs ainés. Cette intéressante affaire avait déjà eu lieu lors de notre passage. Les anciens nous en parlèrent avec satisfaction et nous présentèrent plus tard Tra bi Tie en nous rappelant son exploit.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540